Francaisdefrance's Blog

29/08/2011

Nice: il n’y aura pas une seconde mosquée dans le quartier de la rue de Suisse !!!

Et hop! Une nouvelle victoire contre l’islamisation de notre France. Qui s’en plaindra? Mis à part les muzz et leurs « lèche-babouches »…

FDF

.

Victoire identitaire : il n’y aura pas une seconde mosquée dans le quartier de la rue de Suisse

Victoire identitaire !

L’activisme militant de Nissa Rebela a conduit à une victoire importante face à Christian Estrosi et sa politique de collaboration avec l’UOIF, face à l’islamisation de Nice et la ghettoïsation de son centre-ville

Communiqué de Nissa Rebela du 26 août 2011

Le 6 juillet, lors d’une conférence de presse devant l’ensemble des médias locaux et en compagnie de Jacques Peyrat, les identitaires étaient les premiers à dénoncer le projet de rachat du restaurant La Petite Biche sur la place Saëtone par des réseaux islamiques proches des Frères Musulmans.

Nous demandions alors expressément l’intervention de la municipalité pour préempter ces locaux de 250 m², dont la transformation en mosquée aurait été un nouveau coup dur porté au quartier Notre-Dame, en passe de devenir un véritable quartier halal en plein cœur de notre cité. Préempter, et pour y faire des équipements d’intérêt général et certainement pas pour louer la salle aux musulmans comme la mairie souhaite le faire rue de Suisse !

Il aura fallu près de deux mois de lutte acharnée pour que la mairie (les premiers rendez-vous demandés par le propriétaire actuel du restaurant s’étant avérés sans résultats) se décide enfin à agir. Hier, la préemption définitive du restaurant La Petite Biche a été notifiée à son propriétaire par un courrier d’huissier. Un grand soulagement pour cet homme qui refusait de voir une affaire familiale devenir une grande mosquée, et pour tous les riverains qui ne supportent plus le triste sort de leur quartier. Les 250 m² du restaurant devraient être affectés à des services municipaux dans les mois qui viennent.

Nous avons révélé ces faits dans les médias ; il y a dix jours nous avons demandé à nos sympathisants et plus largement à tous les Niçois refusant l’islamisation de leur ville de faire pression sur la municipalité en téléphonant et écrivant (d’après des sources internes à la mairie, plusieurs centaines d’appels auraient été reçus en quelques jours à peine) ; et on peut aussi penser que l’action menée par quelques courageux rebelles ayant décidé de changer de manière symbolique le nom des rues d’Italie, d’Angleterre et de Suisse pour provoquer une réaction, n’est pas pour rien dans l’évolution de la situation.

Sans conteste, il s’agit d’une victoire importante face à Christian Estrosi et sa politique de collaboration avec l’UOIF, d’une victoire importante face à l’islamisation de notre cité et la ghettoïsation de notre centre-ville. Une victoire identitaire, et plus que tout une victoire pour le peuple historique de Nice.

Mais, ici comme ailleurs, le combat n’est pas terminé. Nous devons désormais obtenir que les musulmans squattant depuis ONZE ans la mosquée de la rue de Suisse (sans bail, sans verser de loyers) soient expulsés conformément à la décision de justice ayant été rendue. Et ce bâtiment, à travers son achat déjà réalisé par la mairie, doit être mis au service de la rénovation de ce quartier et non de sa communautarisation.

En faisant cesser les prières de rue avec l’apéro porchetta-rosé en mars dernier, en imposant aujourd’hui à la mairie la préemption du restaurant place Saëtone, nous avons montré que nous pouvions peser sur les événements en nous battant. Aidez-nous, rejoignez-nous !

NISSA REBELA

Source: http://www.bloc-identitaire.com/

08/08/2011

Nice: « On se croirait à Beyrouth  » !

Ne laissons pas Nice devenir Marseille!

FDF

.

Ecoutez: http://youtu.be/UvdYwpOZmAE

Quartier islamique à Nice : Jacques Peyrat soutient Vardon contre Estrosi

Nissa Rebela et Jacques Peyrat disent « non au quartier halal ! »

Pour comprendre le début de la polémique, se référer à notre article précédent du 7 juillet « une mosquée municipale à Nice » suite à l’achat par la mairie d’un local destiné à devenir une mosquée.

Lu dans Le Petit Niçois (extraits) :

« Une mosquée, sept boucheries halal, des librairies coraniques. On se croirait à Beyrouth », peste l’ancien porte-parole des Jeunesses Identitaires, tout en pointant du doigt l’arrivage massif d’immigrés clandestins.

« Même les restaurants asiatiques, présents ici depuis des décennies, désertent peu à peu. Le dernier vendeur de liqueurs a même été sommé de fermer boutique en vertu des principes qui régissent l’Islam », explique-t-il. Pour le chef du parti, tout cela ne vient donc pas jouer en faveur de la diversité nécessaire entre membres d’une même cité, mais œuvre plutôt à ce qu’une minorité se tienne à l’écart de la société et de sa municipalité. Une fois n’est pas coutume, Philippe Vardon a ainsi livré ses meilleures flèches pour Christian Estrosi.

Une mosquée municipale ?

« Autant que je sache, c’est bien une mairie UMP qui a fermé les yeux pendant 11 ans en n’exécutant pas l’arrêté d’expulsion qui avait été adressé à Al Baraka pour sa mosquée illégale, rue de Suisse. Puis, c’est cette même mairie qui tolère les prières de rue depuis trois ans ! Or, nul n’est censé ignoré la loi. Et encore moins Estrosi ! ». Et là, Philippe Vardon va plus loin dans ses accusations en reprochant au député-maire de vouloir intervenir en rachetant un local via les fonds publics. Le but : y installer une mosquée, marquée par le sceau de la municipalité. « Si les faits s’avèrent exacts, Christian Estrosi serait en contradiction immédiate et évidente avec le principe de laïcité et la loi de 1905 concernant la séparation des églises et de l’État. La question est donc de savoir si un concordat entre la religion musulmane et la Ville de Nice aurait été signé à notre insu ! Nice sera-t-elle la première ville de France à passer le culte musulman en régie municipale ? », s’interroge celui-ci. Nul ne le sait. Mais la situation de la rue de Suisse n’est pas la seule qui préoccupe Nissa Rebela. Autre cas : la Place Saëtone.

« Le centre-ville s’enfonce »

Selon la figure de proue du parti identitaire, une mosquée de 250m² devrait même succéder, d’ici le mois de septembre, à « La Petite Biche », un restaurant traditionnel. Le tout, suite à une escroquerie présumée. « Le propriétaire, refusant de vendre pour que son local devienne un lieu de culte, des religieux l’ont dupé en missionnant un marchand de biens italien qui a conclu la vente », explique Philippe Vardon. « C’est intolérable ! Une ville se juge au centre. Et si ce centre s’enfonce, il entraîne avec lui toute la ville », déclare-t-il tout en citant Auguste Verola, adjoint au maire chargé des cultes. « Et c’est le triste sort qu’a connu Marseille », prévient ce dernier. Puis, séquence émotion et nostalgie avec Jacques Peyrat, ancien sénateur-maire de Nice. Lequel dit vouloir « apporter tout son soutien à Philippe Vardon ». Au passage, il prend aussi le temps de s’auto-complimenter en expliquant comment il s’y était pris, sous ses mandats de maire, pour éviter la création d’une grande mosquée, rue Hancy. « Il parait normal de laisser les Musulmans exprimer leur culte, c’est vrai. Mais en poussant à l’excès ce phénomène communautaire, cela risque de bouleverser la vie habituelle d’un pays », explique-t-il d’un ton chiraquien Lire la suite sur le Petit Niçois.

Maire de Nice de 1995 à 2008, Jacques Peyrat avait déclaré dans Le Monde en novembre 2005 : « Ce n’est pas le moment, face aux violences urbaines et à la montée de l’islam radical, d’installer en plein coeur de Nice une terre d’islam. Je m’opposerai à toute implantation de mosquée à Nice. « . Ce qui avait amené le satellite socialiste « SOS Racisme » à porter plainte, sans que l’on sache que les musulmans constituent une race…

Nissa Rebela , mouvement politique présent aux cantonales et municipales dans la région, réussit à médiatiser le scandale au niveau national, ce qui irrite Christian Estrosi :

Lors d’un meeting UMP en octobre 2008 à Nice, le directeur des Jeunes UMP, Benjamin Lancar, avait annoncé un des objectifs du mouvement présidentiel : la « discrimination positive par quotas ethniques » (Figaro du 25 octobre 2008, scan) en soutenant chaleureusement son hôte, Christian Estrosi vu comme une « idole » (cf: Figaro) . Une vision communautariste et racialiste de la société annonçant « La France d’après », tant redoutée par un peuple français contraint et forcé à subir « l’immigration choisie », soit 470 000 visas octroyés chaque année aux seuls 3 pays du Maghreb plus la Turquie…

Source: http://www.islamisation.fr/

Bonus: http://tinyurl.com/3gd27vd

03/08/2011

Horreur, malheur! Des Identitaires rebaptisent les rues près d’une mosquée de Nice !

Après les « soupes au cochon », le terrorisme frappe à nouveau la ville de Nice!

Ca va tomber, les « je condamne », les « auteurs seront sévèrement punis », les « musulmans heurtés » etc… Et bien entendu, l’incitation à la discrimination et à la haine raciales ressort des tiroirs. Depuis quand les musulmans sont’ils une race? Et tout ça pour quelques affichettes de « résistance ». On croit rêver. Ce n’est pas que je soutienne les Identitaires,  mais enfin. Ils n’ont tué personne. Leur seul défaut est simplement d’être des Identitaires et qui aiment bien parfois rigoler plutôt que d’utiliser la violence pour dénoncer des vérités…

Et en comparaison: pour ce qui suit; on a fait quelque-chose?

Ici: http://youtu.be/3YlJGLl9VAA

FDF

.

Une enquête a été ouverte pour «incitation à la discrimination et à la haine raciales» après que des identitaires niçois ont rebaptisé les rues près d’une mosquée de Nice (Alpes-Maritimes). Ils avaient apposé des affichettes sur les plaques des noms de trois rues, telles que «rue de la Lapidation»«rue des Frères musulmans» et «rue de la Burqa».

Sur le site de Nissa Rebela, le président de la formation identitaire affirme : «Le quartier Notre-Dame est devenu une véritable zone de non-droit, à commencer par la rue de Suisse où les prières bloquant la rue ont repris.» Cette rue est celle dans laquelle se trouve le lieu de culte musulman. Le groupuscule d’extrême droite avait déjà tenté en mars d’organiser un «apéro porchetta-rosé» dans le quartier, mais la préfecture s’y était opposée, évoquant une demande de manifestation trop «tardive».

La ville de Nice a indiqué qu’elle avait l’intention de porter plainte contre la formation identitaire. «Ces actes scandaleux, en plus de causer des troubles à l’ordre public, constituent des propos de provocation à la haine raciale et à la discrimination», a-t-elle déclaré dans un communiqué transmis à la presse locale.

Nissa Rebela avait défrayé la chronique en 2005 en organisant des distributions, pour les plus démunis, de soupe au cochon qui excluaient de fait les personnes de confession musulmane et juive.

La petite mosquée de la rue de Suisse est par ailleurs au centre d’une bataille juridique depuis plusieurs semaines, après que la mairie a décidé de préempter la vente du local qui l’abrite, ce à quoi l’association Al-Baraka qui le gère s’oppose…

Source: http://www.leparisien.fr/


Photo piquée à Bivouac-ID

07/03/2011

Le feuilleton sans fin de la « future » mosquée de Nice…

Les contradictions de Christian Estrosi au sujet de cette nouvelle verrue prévue dans le paysage niçois ne fait qu’en rajouter dans la triste façon de conduire la politique française… Et après, on s’étonne que Marine Le Pen rallie à juste titre la confiance du peuple de France usé par ces pratiques indignes d’une République digne de ce nom.

FDF

Grande Mosquée à Nice... feuilleton sans fin !

Commentaire de Nice-Premium :

Lieu du culte pour les uns, symbole d’islamisation pour les autres… le problème de la « grande » mosquée restera sur le tapis malgré la décision de Christian Estrosi de revenir sur son « engagement » vis-à-vis de la communauté musulmane qui parle de « promesses électorales sans lendemain ».

Nice Premium, fidèle à son indépendance et à son esprit participatif, présente sans commentaire les raisons des uns et des autres qui, bien sûr, s’opposent en tout et pour tout. Le fait de ne pas avoir de parti pris ne nous empêche pas d’exprimer, en toute honnêteté intellectuelle, notre avis sur cet argument si sensible : et si on arrêtait ce tropisme compulsif qui fait qu’on aborde ce problème par le prisme d’un sondage pré-électoral ? Et comme heureusement on vit dans une démocratie…on est souvent dans ce cas d’espéce ! Il n’y a donc pas d’autre méthode d’exercer le pouvoir que celle d’opposer les uns aux autres et appliquer toujours le « divide et impera » ? Il n’y a pas manière d’arrêter ce jeu dangereux qui risque de n’avoir que des perdants ?

Comme disent si bien les américains avec une « idiomatic expression » bien calée : « si on met la merde dans le ventilateur on ne sait jamais que va être taché ».


Mosquée : ESTROSI revient sur sa parole

Christian Estrosi vient de prendre la décision de ne pas faciliter la création d’une grande mosquée. Les différentes promesses de Christian Estrosi sur un grand lieu de culte n’étaient en fait que de simples promesses électorales sans lendemain. C’est désormais une profonde déception et une profonde amertume qui prédominent. Par ces déclarations, Christian Estrosi vient d’avouer que pour lui, les musulmans de Nice ne seront jamais considérés comme des niçois à part entière. Le maire n’en est pas à une contradiction près. Il annonce tous les jours qu’il souhaite interdire les prières dans la rue, mais en même temps il refuse de faciliter l’édification d’un grand lieu de culte qui était la seule garantie de faire disparaître ces prières. C’est une immense responsabilité car c’est le retour à l’islam des garages et des caves dont l’immense majorité des musulmans ne veut pas. Depuis toujours, les niçoises et les niçois de confession musulmane espéraient être un jour, regardés, considérés comme les autres. Faire partie d’une même entité, Nissa la Bella. Aujourd’hui, encore plus que sous le règne de Peyrat, Christian Estrosi, vient de fermer les portes de la concorde, les portes du vivre ensemble.

Abderrazak FETNAN Conseiller Municipal (PS-Changer d’Ere)


Estrosi recule sur la grande mosquée : une victoire identitaire !

La campagne sur les prières musulmanes bloquant la rue de Suisse lancée depuis le 10 février par Nissa Rebela vient d’offrir aux identitaires une véritable victoire. En relançant le débat, fort ennuyeux pour la municipalité, de l’islamisation de notre ville et de la construction d’une nouvelle grande mosquée (réclamée par les représentants musulmans, notamment à travers l’outil politico-médiatique que sont les occupations de la voie publique par des prières) Nissa Rebela vient de gagner une bataille importante pour l’avenir de notre cité. L’article paru ce jour dans le quotidien gratuit 20 Minutes et intitulé « Nice n’aura pas de grande mosquée » symbolise pleinement cette victoire. Tout d’abord les identitaires ont fait éclater au grand jour la réalité de ces prières musulmanes bloquant la rue de Suisse. Une fois l’information lancée sur internet (avec une vidéo consultée par plus de 12 000 personnes), les médias comme les politiques ne pouvaient plus fermer les yeux. La pression mise dès lors sur ce sujet (et que nous ne comptons pas relâcher, en témoigne notre opération de vendredi prochain) a permis de faire cesser pour le moment cette occupation des rues à travers un accord entre la mairie et l’association gérant la salle de prière rue de Suisse. Pour la seconde fois ce vendredi, des bus ont acheminé les musulmans de la rue de Suisse à la mosquée de la Madeleine (où il y a manifestement de la place !). Aujourd’hui c’est même un proche de M. Estrosi pour les affaires de sécurité, Robert Bojanovich, qui est venu s’assurer sur place (nous y étions aussi) que les musulmans respectaient leur part du « deal ». Mais nous savons que cet accord – de manière tout à fait cynique et scandaleuse – ne porte que sur la période pré-électorale, et il est hors de question que nous laissions une situation que l’on peut manifestement régler se réinstaller avec le retour de ces prières de rue après les élections cantonales. En relançant la question de la « grande mosquée », Nissa Rebela a fait éclater dans les médias (avec une photo plus qu’éloquente aujourd’hui dans l’article de 20 Minutes) une autre vérité masquée et que nous dénonçons depuis novembre 2009 : une grande mosquée existe déjà à Nice ! Il s’agit de la mosquée Ar-Rahma de l’Ariane, pouvant accueillir 800 personnes

Dès lors, on comprend bien que ce que réclament les institutions musulmanes ce n’est pas simplement une mosquée qui soit grande par sa superficie, mais bien une mosquée qui soit grande par sa symbolique. Lieu imposant, central, qu’on imagine bien entendu aussi visible que possible, donc certainement doté d’un minaret et venant marquer de manière définitive l’implantation de l’islam dans notre ville. Enfin, grâce à une pression constante, s’appuyant – et Christian Estrosi le sait bien – sur un véritable soutien populaire sur cette question, contre la construction d’une nouvelle grande mosquée, Nissa Rebela a fait reculer Christian Estrosi. Lui qui avait affirmé à de nombreuses reprises depuis 2006 (et nous avions déjà, à l’époque, manifesté devant le Conseil Général) son soutien à la construction d’une grande mosquée, botte aujourd’hui en touche et cette solution ne semble plus trouver grâce à ses yeux.

C’est une vraie et belle victoire aujourd’hui, mais nous avons été trop habitués, depuis des années, à voir Christian Estrosi faire et défaire ses promesses au gré des contingences électorales pour que nous ne restions pas méfiants sur la suite des événements.

Nissa Rebela

04/03/2011

Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui.

Les gains territoriaux de l’islam en France sont une réalité !

C’est le Figaro qui l’écrit :

« La préfecture des Alpes-Maritimes a jugé aujourd’hui illégale l’organisation d’un « apéro porchetta-rosé » dans un quartier musulman du centre-ville de Nice, à l’appel du groupuscule d’extrême-droite Nissa Rebela


Le pire, c’est que ce journal a raison : il faudrait juste que les politiques et les catholiques acceptent cette réalité et réagissent enfin à la hauteur de la gravité de cette situation. Méditons ceci et agissons avant qu’il ne soit trop tard :

Pdf Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront.

Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens.
Il ne s’agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du medhi, il n’y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans.

Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’engage à subir avec calme son épreuve; « l’oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération », disent-ils ;

ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France » (Bienheureux Charles de Foucaud, Lettre à René Bazin).

03/03/2011

« Apéro porchetta-rosé » de Nice: illégal selon la préfecture !

Va t’on bientôt pouvoir manger ce qu’on veut bientôt chez nous ??? On nous arrose de halal et dès qu’on parle de bonne bouffe bien française, nous voilà « hors loi »…  Y’a pas un gros problème ???

FDF

.

Le groupuscule d’extrême droite Nissa Rebela, avait décidé d’organiser, vendredi, à 19 heures, à Nice, un « apéro porchetta-rosé », dans une rue du quartier de la Gare.

Lors de cet appel les membres du groupuscule avaient dénoncé, photos à l’appui, les prières musulmanes qui se déroulent, en plein air, dans cette rue.

Par pure provocation, Nissa Rebela avait fixé le rendez-vous de cet « apéro porchetta-rosé » devant une salle de prière.

Ce mercredi, la préfecture des Alpes-Maritimes a jugé cette manifestation illégale, tout en expliquant : « Les organisateurs ont déposé une demande tardive de manifestation » hors du délai de trois jours prévu par la loi.

Et si les organisateurs décident de maintenir cet apéro, ils s’exposent à des « sanctions pénales », soit six mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amende, indique Le Figaro.

Christian Estrosi, maire de Nice, a condamné cette manifestation « organisée dans le contexte des élections cantonales ».

« Je condamne avec la plus grande fermeté ce type de provocation, hélas coutumière, de ce mouvement extrémiste plusieurs fois condamné et avec lequel certains candidats n’ont pas hésité à s’unir dans la perspective des prochaines élections » a déclaré l’ancien ministre.

Des élus socialistes de la région avaient vivement protesté, mardi, contre la tenue de cet « apéro » à la thématique xénophobe.

Malgré l’illégalité de cette manifestation, les identitaires de Nissa Rebela demandent à leurs sympathisants de se rendre, vendredi, rue de la gare à Nice, rapporte Le Figaro.

Rappel :

Nissa Rebela a défrayé la chronique en 2005 en organisant des distributions, pour les plus démunis, de soupe au cochon qui excluaient de fait les personnes de confession musulmane et juive.

Une formation d’extrême-droite (FDF: horreur, malheur!) qui présente 15 candidats aux prochaines élections cantonales.

Source: http://tinyurl.com/4t9dnpd


27/02/2011

Mosquée de Nice: Estrosi fait marche arrière !!!

Et encore une victoire sur l’islamisation et sur la soumission de nos élus !

FDF

.


Estrosi recule sur la grande mosquée : une victoire identitaire !

Les islamo-vigilants et les estro-vigilants sont invités à venir fêter cette victoire lors de l’apéro-porchetta le vendredi 4 mars à 18h30

La campagne sur les prières musulmanes bloquant la rue de Suisse lancée depuis le 10 février par Nissa Rebela vient d’offrir aux identitaires une véritable victoire. En relançant le débat, fort ennuyeux pour la municipalité, de l’islamisation de notre ville et de la construction d’une nouvelle grande mosquée (réclamée par les représentants musulmans, notamment à travers l’outil politico-médiatique que sont les occupations de la voie publique par des prières) Nissa Rebela vient de gagner une bataille importante pour l’avenir de notre cité.

L’article paru ce jour dans le quotidien gratuit 20 Minutes et intitulé « Nice n’aura pas de grande mosquée » symbolise pleinement cette victoire.

Tout d’abord les identitaires ont fait éclater au grand jour la réalité de ces prières musulmanes bloquant la rue de Suisse. Une fois l’information lancée sur internet (avec une vidéo consultée par plus de 12 000 personnes), les médias comme les politiques ne pouvaient plus fermer les yeux. La pression mise dès lors sur ce sujet (et que nous ne comptons pas relâcher, en témoigne notre opération de vendredi prochain) a permis de faire cesser pour le moment cette occupation des rues à travers un accord entre la mairie et l’association gérant la salle de prière rue de Suisse. Pour la seconde fois ce vendredi, des bus ont acheminé les musulmans de la rue de Suisse à la mosquée de la Madeleine (où il y a manifestement de la place !). Aujourd’hui c’est même un proche de M. Estrosi pour les affaires de sécurité, Robert Bojanovich, qui est venu s’assurer sur place (nous y étions aussi) que les musulmans respectaient leur part du « deal ». Mais nous savons que cet accord – de manière tout à fait cynique et scandaleuse – ne porte que sur la période pré-électorale, et il est hors de question que nous laissions une situation que l’on peut manifestement régler se réinstaller avec l retour de ces prières de rue après les élections cantonales.

En relançant la question de la « grande mosquée », Nissa Rebela a fait éclater dans les médias (avec une photo plus qu’éloquente aujourd’hui dans l’article de 20 Minutes) une autre vérité masquée et que nous dénonçons depuis novembre 2009 : une grande mosquée existe déjà à Nice ! Il s’agit de la mosquée Ar-Rahma de l’Ariane, pouvant accueillir 800 fidèles. Dès lors, on comprend bien que ce que réclament les institutions musulmanes ce n’est pas simplement une mosquée qui soit grande par sa superficie, mais bien une mosquée qui soit grande par sa symbolique. Lieu imposant, central, qu’on imagine bien entendu aussi visible que possible, donc certainement doté d’un minaret et venant marquer de manière définitive l’implantation de l’islam dans notre ville.

Enfin, grâce à une pression constante, s’appuyant – et Christian Estrosi le sait bien – sur un véritable soutien populaire sur cette question, contre la construction d’une nouvelle grande mosquée, Nissa Rebela a fait reculer Christian Estrosi. Lui qui avait affirmé à de nombreuses reprises depuis 2006 (et nous avions déjà, à l’époque, manifesté devant le Conseil Général) son soutien à la construction d’une grande mosquée, botte aujourd’hui en touche et cette solution ne semble plus trouver grâce à ses yeux.

C’est une vraie et belle victoire aujourd’hui, mais nous avons été trop habitués, depuis des années, à voir Christian Estrosi faire et défaire ses promesses au gré des contingences électorales pour que nous ne restions pas méfiants sur la suite des événements. Nous invitons en tous cas tous les islamo-vigilants et estro-vigilants à venir fêter avec nous cette victoire lors de l’apéro-porchetta (auquel il faudra ajouter  quelques coupes de champagne !) que nous organisons le vendredi 4 mars à 18h30 rue de Suisse.

Source: http://www.bloc-identitaire.com/

14/11/2010

La résistance identitaire fait face aux collabos de l’invasion rue Clémenceau à Nice.

Nice : La résistance identitaire fait face aux collabos de l’invasion rue Clémenceau. 

Les militants de Nissa Rebela ont réclamé l’évacuation de l’immeuble illégalement occupé.

Rassemblés devant l’immeuble occupé par des immigrés rue Clémenceau, les identitaires ont fait face à toute la haine déversée par les organisations gauchistes, les associations pro-immigrés et des racailles ameutées pour l’occasion.

Derrière une banderole « Dégagez-les / FOUORA ! » les militants de Nissa Rebela ont réclamé l’évacuation de l’immeuble, l’expulsion immédiate de tous les occupants qui entendent obtenir des titres de séjour – et sans doute la nationalité française – en commençant par violer la loi, l’arrêt des subventions aux associations dont le seul but est d’aider au séjour irrégulier et enfin de vraies poursuites contre les personnes incitant (car cette occupation est bien le fait des responsables d’association en tout premier lieu) ou aidant à la commission de délits en rapport avec l’immigration clandestine.

Les provocations, les insultes, ou les menaces n’ont pas manqué de fleurir dans les rangs des amoureux des clandestins. On aimerait voir toutes ces belles âmes aussi mobilisées quand ce sont des Niçois qui souffrent, vivent dans la précarité et la misère. Mais pour eux, n’est beau que ce qui est exotique et n’a d’intérêt que ce qui vient de loin.

De nombreuses racailles n’ont pas hésité à répondre aux slogans lancés par les identitaires par de vibrants « Allah akbar », sans que cela semble heurter les gauchistes présents. Trop contents, il est vrai, de voir quelques jeunes se joindre à leur rassemblement dont la moyenne d’âge traduisait par elle-même la ringardise de leur combat…

La jeunesse, la vigueur, l’audace et le courage étaient sans aucun doute ce soir dans les rangs identitaires !

Si le Préfet ou messieurs Estrosi et Ciotti n’entendent pas accompagner leurs paroles d’actes et faire respecter la loi, nous ne comptons pas pour notre part laisser des associations sans aucun soutien populaire – autre que celui de la petite racaille – dans notre ville y faire la loi.

Halte à la passivité de l’Etat ! Halte à la complicité des associations ! IMMIGRATION BASTA !

Les militants de Nissa Rebela

Les militants de Nissa Rebela

Les militants de Nissa Rebela

Les militants de Nissa Rebela

Source: Nissa Rebela

13/11/2010

Chapeau bas aux Identitaires Niçois !

Lu sur le blog de PIERRE-LOUIS HIKOUM:

Le Fief des Identitaires Niçois

Au cœur de Nice, le Mouvement Identitaire niçois “Nissa Rebela” a ouvert sa nouvelle salle appelée “Lou Bastioun“. Ce local sert de permanence politique dans la première partie de l’édifice et de bar associatif dans la seconde partie. Ce Bastion a été refait à neuf du sol au plafond, avec goût, par une poignée de bénévoles qui avaient le courage et l’envie de bien faire chevillée au corps.

Je prépare un article sur la fâcheuse tendance de la Droite dite Nationale à voir des complots partout. Voici un bel exemple : Nissa Rebela et son dirigeant Philippe Vardon seraient très largement financés par l’UMP. Cette hypothèse est pour le moins fantaisiste lorsque l’on prête un minimum d’attention aux interventions de Monsieur Vardon contre le conseil municipal de Nice en général et son Maire, Monsieur Dominique Estrosi, en particulier. Cela relèverait de l’aliénation mentale ou d’un masochisme des plus surprenants de financer les identitaires lorsque l’on constate que toutes les sorties médiatiques contre les projets et/ou déclarations du Maitre de Nice sont faites par les Identitaires et par personne d’autre. Même l’opposition de Monsieur Estrosi au Conseil Municipal n’occupe pas le terrain médiatique ou bien la rue, en manifestation ou déclaration, la seule opposition ne se trouve pas, c’est un comble, au sein de ce Conseil.

Cette petite erreur dissipée, reprenons notre sujet. Le Bastion qui avait ouvert ses portes en juin 2010 compte déjà plus de 200 adhérents ; fort de ce succès la deuxième partie des travaux lancée. Une grande salle qui servira tout à la fois de salle de conférence et de salle de sports associative sera inaugurée le 19 novembre 2010.

En politique, comme dans tant d’autres choses, les moyens ne sont rien, seule la volonté compte. C’est avec force volonté et obstination que ce projet un peu fou a vu le jour, c’est avec persévérance qu’il continuera à officier. Combien de grands partis politiques très implantés et depuis de très nombreuses années rêveraient d’avoir un si beau et si grand local. Ils ont les élus, les moyens financiers qui vont avec mais pas de permanence digne de ce nom car ils leur manque cette volonté qui fait tant de choses.

Tous les jours, même le soir et parfois jusqu’à très tard, les bénévoles se relient pour faire avancer les travaux pharaoniques de cette nouvelle salle. Ne nous trompons pas, s’il a été permis à Nissa Rebella de s’installer en plein Nice, ce n’est pas grâce à des moyens financiers Himalayesques mais parce qu’ils ont accepté de reprendre un local vide, en piteux état et de le remettre à neuf… La volonté, toujours la volonté.

Ces quelques lignes sont faites pour rendre hommage, avant l’heure des discours de l’inauguration, à ces jeunes qui passent leur temps libre pour qu’avancent les travaux.

Chapeau bas jeunes gens !!!!

PIERRE-LOUIS HIKOUM

17/10/2010

Nice: une bande terrorise les habitants depuis plusieurs mois…

Des comités de défense des quartiers se mettent en place. Ca devient grave. Le ras le bol se matérialise. Mais s’il faut en arriver là pour contrer cette racaille composée essentiellement de sous-merdes…

FDF

.

Insécurité place Armée-du-Rhin : Kandel ou l’impuissance politique.


« Lundi se tenait une réunion sur les graves problèmes d’insécurité dans le quartier de la place Armée-du-Rhin. Une bande terrorise les habitants depuis plusieurs mois (une pétition a commencé à circuler en mai !), squattant les immeubles pour se livrer à de nombreux trafics, cambriolant, insultant et agressant les récalcitrants…

Alerté, le décidément courageux Comité de défense des quartiers Risso-Barla-République a décidé d’organiser cette réunion en y invitant un représentant de la mairie. C’est Benoît Kandel, premier adjoint du maire-fantôme Christian Estrosi (et de fait finalement maire de la ville, sans avoir aucune expérience politique préalable à son parachutage en 2008), qui est venu affronter la colère de la population. Soulignons tout de même qu’il est tout à son honneur de s’être déplacé, alors que la municipalité fait si souvent la sourde oreille ces derniers mois… Ce sera bien le seul compliment que nous lui ferons.

Benoît Kandel (de surcroît ancien colonel de gendarmerie) s’est livré à une parfaite démonstration de l’impuissance politique face aux problèmes d’insécurité. La réunion s’est déroulée à seulement une dizaine de mètres des petites racailles, qui en ont bien profité pour scruter tranquillement quelles étaient les « balances », et certains habitants sont repartis encore moins sereins qu’ils n’étaient arrivés. Se livrant à un long panorama des mesures prises par la ville pour (tenter de) lutter contre la délinquance, dans un vibrant élan d’autosatisfaction, le premier adjoint a rapidement été renvoyé dans ses cordes par les habitants lui criant que leur situation est le parfait exemple que cela ne fonctionne pas… Et ce n’est pas en parlant des équipement sportifs que l’on rénove pour ces « jeunes » ou encore des postes de médiateurs que l’on va créer (c’est-à-dire offrir un travail à ceux qui occupaient les mêmes bancs il y a cinq ans en espérant qu’ils calmeront les autres…) qu’il est parvenu à apaiser les riverains

Benoît Kandel en est même venu à expliquer aux habitants que leur cas n’était pas isolé et qu’il y avait des situations similaires dans plusieurs autres quartiers. Quel réconfort en effet ! Cela juste avant de leur dire qu’on ne vivait pas « à Disneyland » et que finalement, dans une grande ville, il fallait vivre avec l’insécurité.

Nous voici donc avec un ancien colonel de gendarmerie, premier adjoint de la cinquième ville de France, ville disposant d’une des polices municipales les plus nombreuses et les mieux équipées de France, ville dont le maire est un proche du Président de la République et du Ministre de l’Intérieur… qui nous explique qu’il ne peut finalement pas faire grand-chose face à une bande de tout au plus vingt individus dont plus de la moitié sont clairement identifiés, et dont une bonne moitié encore sont mineurs ?!

Nous affirmons nous que c’est bien encore une fois le courage politique qui manque à nos dirigeants. Et s’ils ne veulent pas assumer la défense des citoyens, qu’ils ne s’étonnent donc pas que de plus en plus les citoyens se défendent eux-mêmes. C’est la démission de nos gouvernants face à leurs devoirs premiers qui fait que demain il y aura encore de nombreux René Galinier.

Nous, identitaires, seront toujours aux côtés de ceux-là : ceux qui souffrent et que plus personne ne défend. »

Source: http://tinyurl.com/2bon373 via Nissa Rebela