Francaisdefrance's Blog

20/03/2012

Bientôt des footballeuses voilées ?

En complément d’un billet précédent. On dirait que les choses ne s’arrangent pas…

Il va falloir « larder » les poteaux de but pour être sûrs de gagner contre ses équipes… Ou répandre du lisier sur les terrains.

FDF

.

Narbonne. Bientôt des footballeuses voilées ?
On voit les mains! Horreur! Malheur!

Plusieurs organisations féministes ont exprimé leur crainte de voir la Fédération internationale de football (Fifa) autoriser le port du voile islamique par les footballeuses. L’affaire fait suite à) un incident, intervenu dimanche, à Narbonne (Aude) sur un terrain de foot. Ce jour-là, la rencontre de promotion ligue régionale féminine entre le FC Narbonne et Montpellier Petit-Bardun a tourné court, l’arbitre refusant de donner le coup d’envoi du match au prétexte que les joueuses visiteuses s’étant présentées sur le terrain la tête recouverte d’un foulard.

Début mars, l’Ifab, organe gardien des lois du foot, s’était dit favorable au port du voile dans les compétitions organisées par la Fifa, qui tranchera sur la question le 2 juillet.

« On espère que la Fifa ne va pas prendre cette décision » qui serait « une régression vis-à-vis des femmes », estiment la Ligue internationale des femmes et l’association « Ni Putes Ni Soumises ».

Asma Guefin, la présidente de Ni Putes Ni Soumises voit derrière la prise de position des instances sportives internationales le poids économique de certains pays du Moyen-Orient, notamment du richissime Qatar, organisateur de la Coupe du Monde en 2022 et qui, via sa chaîne Al-Jazira Sport, a acheté des droits de retransmission de matches de foot.

Certains y voient aussi l’influence du Prince Ali Bin al Hussein (de Jordanie), l’un des vice-présidents de la Fifa.

Source: http://www.ladepeche.fr/

Merci à Henri…

20/12/2011

Mais où passent nos impôts ???

Et ce n’est que la face émergée de l’iceberg France, la face visible…

France: la pompe aspirante du reste du monde; heu… des « restes » du monde…

Au moins, on sait en partie pourquoi (pour qui) on paye des impôts…

FDF

.

Les  Subventions  aux associations  versées par l’Etat  (NOTRE ARGENT) –  REGARDEZ  VOUS SEREZ SURPRIS  et vous verrez où passe l’argent de NOS impôts!!!

 *******************************************
l’ASSFAM, Service social et familial des Migrants :  239 460 €

Centre national des Marocains de France, qui vise, je cite, à « l’émergence de nouvelles citoyennetés » : il faudra nous expliquer ce que cela signifie « des nouvelles citoyennetés »… : 12 000 €

FASTI  Solidarité Immigrés, association qui se présente elle-même comme « tiers-mondiste » sur son site Internet : 20 000 €

Profession Banlieue, qui appuie la politique de la ville qui est pourtant un profond échec :  21 000 €

SOS RACISME, association intimement liée à la mitterrandie et au PS, liée à plusieurs affaires et dont il serait intéressant de connaître le nombre réel d’adhérents :  490 000 €

Bondy Blog : 50 000 €

France Terre d’Asile, association immigrationiste par excellence : 602 000 €

Haut Conseil des Maliens de France : 25 000 €

Continuons la liste :

AFAVO, Association des Femmes Africaines du Val d’Oise : 130 000 € (peut-on faire plus communautariste ?…)

ELLER, Visages pluriels de Turquie : 85 500 €

Association de mise en place de la fédération nationale Laique des Français et Françaises d’origine arabe ou de sensibilité musulmane :    100 000 €

IFAFE, Initiative Femmes Africaines France Europe : 5000 €

Ni Putes ni Soumises, une autre association étroitement liée au Parti Socialiste, mais aussi à l’UMP et Nicolas Sarkozy puisqu’on se souvient du porte-feuille ministériel offert à Fadela Amara, unanimement reconnue comme une des ministres les plus médiocres de ces dernières années : 276 000 €

Ce n’est pas terminé :

ARELI Nord (Association d’aide aux travailleurs migrants de la région nord pas de calais) : 127 324 €

UNAFO (qui rassemble nombre d’associations gestionnaires de foyers de travailleurs migrants) : 188 605 €

ANAFE : assistance aux frontières pour les étrangers, qui vise, je cite, à  » assurer une présence effective auprès des étrangers non admis aux frontières  » : 5000 €

Association française des managers de la diversité, qui fait ouvertement campagne pour la discrimination positive à l’anglo-saxonne dans les entreprises :50 000 €

ADIVE : agence pour la diversité entrepreneuriale, qui cible, je cite, « les entrepreneurs issus de l’immigration » : 20 000 €. Même logique anglo saxonne communautariste, bien loin de nos valeurs républicaines.

Collectif respect, qui vise, je cite, à « informer les étrangers, les aider à exercer tous leurs droits en France » : 60 000 €

Ce sont les services du premier ministre qui assurent le subventionnement massif de ces structures, quasiment toutes dirigées par des amis du pouvoir.



Ainsi, en 2010, l’association Notre Europe, créée à l’initiative de Jacques Delors pour appuyer l’Union européenne, mettre en œuvre le Traité de Lisbonne (que les Français au passage ont rejeté par référendum en 2005) a bénéficié de 300 000 euros de la part de l’Etat.

La fondation Gabriel Péri, présidée par le Sénateur Robert Hue : 990 000 euros

La fondation Jean Jaurès, présidée par Pierre Mauroy : 1 400 000 euros

La fondation Robert Schuman, ultra-fédéraliste et ultra-européiste : 1 310 000 euros

L’institut François Mitterrand 350 000 euros

La fondation Respublica, présidé par Jean-Pierre Chevènement 450 000 euros

La fondation Prospective et Innovation, présidée par Jean-Pierre Raffarin 320 000 euros

11/11/2011

Haro sur Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme !

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

SITA pour Riposte Laïque 223Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’en ont fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui (…)

La suite sur :
http://ripostelaique.com/le-directeur-general-de-sos-racisme-se-comporte-comme-un-barbu.html

SOS-Racisme est déjà islamisé par le sommet

Avant mon débat télévisé ce jeudi 17 juin 2010 face à M. Guillaume Ayné (1), je croyais naïvement que l’islamisation concernait les fameux territoires perdus de la République, des converti(e)s bien circoncis ou hermétiquement bâchées et que le gros des troupes était constitué de « born again » parmi les nés de parents musulmans. Je dois déchanter et avouer mon erreur de diagnostic.

Il faut que je me fasse à l’idée que l’islamisation des esprits est autrement plus avancée que je ne pensais. Cette maladie infectieuse qui se nomme hypocrisite aiguë atteint désormais le sommet de SOS-Racisme. Elle s’est directement attaqué aux méninges de son élite.

Je crains que Mohamed Sifaoui n’ait réussi à diffuser les germes de cette terrible maladie, endémique en terre d’islam. Elle se manifeste par des contorsions visant à ne pas toucher ou laisser toucher à l’islam, c’est à dire aux prescriptions du Coran et aux pratiques les plus basiques héritées de Mahomet. C’est que ces prescriptions et pratiques permettent, au quotidien, de consolider des ghettos communautaires au sein de la Cité. Elles renforcent les liens au sein de la communauté transformée ainsi en isolat qui fait plus ou moins tache. A la Goutte d’Or comme ailleurs.

Oui, je suis aujourd’hui en mesure de dire que M. Sifaoui, éminent membre de SOS-Racisme, a fini par convaincre ses dirigeants qu’il fallait s’occuper des feux de diversion nommés (…)

La suite sur :
http://ripostelaique.com/SOS-Racime-est-deja-islamise-par.html

Voilà deux textes bien envoyés. Il ne reste plus qu’à… les envoyer vraiment ! C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/d95pa9)
Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

A qui envoyer ces deux textes ?
Aux divers sous-fifres et pôtes du directeur de S°S Racisme, Guillaume Ayné, pour le poignarder dans le dos afin qu’il se fasse virer comme l’Aounit s’est finalement fait virer du MRAP.

On a fini par avoir la peau du Mouloud, on aura celle du Guillaume, avec d’autant plus de délectation qu’on ne peut même pas trouver à ce dernier ni le prétexte ni l’excuse d’être prisonnier de sa naissance.

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de poignarder _ dans le dos

Un timbre de base tarif « 20 grammes » permet d’envoyer deux feuilles, c’est à dire quatre pages en recto-verso.
Pour simplifier, vous pouvez utiliser la version PDF quatre pages ci-dessous composée à partir des versions PDF de chaque texte*.

Articles ripostelaique.com - Guillaume Ayné -  Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression - SOS-Racisme est déjà islamisé par le sommet
ripostelaique_com-les_curieuses_methodes_du_directeur_de_sos_racisme_deja-islamise_pour_defendre_la_liberte_d-expression.pdf

Vous trouverez les adresses postales des divers Komintern régionaux de S°S Racisme à la page Je Suis Partout de leur site internet.
Vous trouverez les noms des principaux potes à pas toucher de Guillaume Ayné sur la page SOS Racisme > L’équipe.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça de poignarder un directeur de S°S Racisme dans le dos.

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de poignarder dans le dos toute personne publique.

Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

* Les versions pdf de chaque texte sont obtenues en cliquant sur l’icône PDF en bas à gauche des articles. Choisir la taille du texte (12, 13 ou 14 points) permet de remplir de façon optimale les pages, pdfescape.com permet de retoucher éventuellement la mise en page, pdfjoin.com permet de regrouper les deux PDF en un seul.

Source: Sitamnesty

10/11/2011

Le directeur de SOS Racisme et la liberté d’expression.

Pas mal ce coup de gueule de Pascal Hilout…
FDF

.

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

Dimanche dernier, 6 novembre 2011, Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme a tenté de m’empêcher de manifester sur l’esplanade de l’Hôtel de ville à Paris. Il s’agissait pourtant d’une protestation ouverte à tous les citoyens qui s’élèvent contre l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, contre le piratage de son site par des hackeurs turcs et pour défendre la liberté d’expression, y compris caricaturale et blasphématoire.

Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’ont en fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui prescrit le voilement des filles, nos citoyennes ou voisines qui doivent raser les murs et baisser les yeux dans nos quartiers. Ils savent très bien que cette soumission est si voyante que les militants de la prosternation (sans les militantes) narguaient le maire socialiste du 18e, Daniel Vaillant, ex-ministre de l’intérieur, comme ils avaient si longtemps nargué la République et bien des ministres de l’intérieur, de droite comme de gauche. La République des lâches n’étant pas l’apanage d’un seul camp !

SOS-Racisme et nos amis de gauche savent très bien que les vidéos de Riposte Laïque ont patiemment révélé, semaine après semaine, ce scandale qui leur crevait les yeux, ces occupations illégales des rues par des prieurs du vendredi, sans qu’on y voit les musulmanes s’abaisser à cette indignité : elles prient chez elles, comme peut le faire tout musulman, seul ou en petit groupe. Il a fallu que nous organisions un « Apéritif saucisson-pinard » pour qu’ils s’affolent et crient au « racisme ». Pourtant nous y avions convié tout le monde, et tout particulièrement les citoyens de culture musulmane qui pouvaient ainsi boire un coup avec nous et démontrer aux lâches de la République que le saucisson est bon, aussi bien pour l’intégration que pour l’assimilation…

Suite et source: http://tinyurl.com/ct8nvk5

23/07/2011

La biographie « fouillée » de Fadéla Amara…

J’ai ressorti cet article des fonds de tiroirs… On apprend encore de belles choses. Sarkö a toujours su bien s’entourer…

FDF

.

La face cachée de Fadela

Qui est la si médiatique secrétaire d’Etat à la Ville ? La journaliste Cécile Amar lui consacre une biographie fouillée.

Fadela Amara, encartée au PS jusqu’en juin 2007, est devenue l’une des meilleures avocates de Nicolas Sarkozy. Mais, secrétaire d’Etat à la Politique de la ville depuis deux ans, elle n’a pas convaincu. Journaliste au Journal du dimanche, Cécile Amar a enquêté sur les origines, le parcours, les convictions, les ressorts d’une fille d’immigrés algériens qui vient de loin. Fadela Amara, le destin d’une femmesortira le 20 mai (Hachette Littératures) ; c’est un livre sans concession, très éclairant. Extraits exclusifs.  

« A nous Paris : l’envol

Octobre 2001. Malek Boutih sort, content de sa soirée, du cinéma où il a vu Chaos, de Coline Serreau. […] L’itinéraire tragique de l’héroïne vient de permettre au président de SOS-Racisme de formaliser le concept qu’il cherche depuis si longtemps. « La morale du film, c’est : soit tu te soumets, soit tu es une pute », résume le militant antiraciste, qui poursuit : « Je tiens alors la clef qui me manquait. Les filles ne peuvent pas s’en sortir parce qu’à l’extérieur on leur dit : « Si tu ne te plies pas aux exigences des hommes, voilà quel sera ton destin : dehors, tu seras acceptée, mais par ton corps. » Il faut prendre à revers ce nouvel enfermement. » […] Pour résumer, elles ne doivent être ni des putes ni des filles soumises. « Ni putes ni soumises », Malek vient de trouver le nom de la campagne contre les violences faites aux filles des cités. Il vient aussi de trouver celle qui va l’incarner. Il a repéré Fadela Amara depuis longtemps chez les Potes. Plus radicale que les autres, plus brute, elle détonne. Et surtout, c’est une fille des quartiers qui n’a pas fait d’études et a souffert, et ça se voit. […] 

Fadela n’a pas peur, même si elle sent bien qu’en s’emparant de la question des femmes des quartiers elle va soulever certaines questions personnelles, notamment l’oppression familiale et le système patriarcal, qui veut que les filles ne soient pas les égales de leurs frères. En somme, elle va devoir rendre publique sa révolte intime. Et elle se sent prête à le faire. C’est ce qui bluffe Malek Boutih. « Tout le monde était d’accord avec mon constat, mais personne ne voulait y aller. Toutes les femmes avec qui je discutais de mettre tout ça sur la place publique étaient terrorisées. Elles voulaient bien tout organiser, mais ça ne devait pas s’exprimer publiquement. Fadela est la seule femme qui ait accepté. Elle avait peur, une peur intime, familiale, sociale, mais elle l’a fait. C’est un courage que personne n’a jamais eu. » 

Ni putes ni soumises, naissance d’une usurpation…

Suite et source: http://tinyurl.com/29qq3g4

11/04/2011

« L’Etat doit protéger les femmes qui retirent leur voile intégral ».

Eh bien, en voilà au moins une, d’idée intelligente… C’est drôle, an France, on n’était plus habitués…

Pour celles qui ont choisi délibérément de se voiler, on ne peut plus rien pour elles. C’est en outre de la provocation. La loi sera appliquée.

En revanche, celles qui sont obligées de porter le voile par leurs barbus, là, il faut faire quelque-chose…

FDF

.

La loi interdisant le port du voile intégral est entrée en vigueur ce lundi. Depuis six mois, des « ambassadrices de la laïcité » sensibilisent les femmes à la mise en application du texte. Diaryatou Bah, l’une d’entre elles, raconte sa mission.

A quoi sert une « ambassadrice de la laïcité »?

La mission d’une ambassadrice de la laïcité est d’aller à la rencontre des femmes voilées. A quatre ou à cinq, nous nous réunissons autour d’un café et nous discutons de sujets variés: chômage, travail, enfants… Puis, petit à petit, nous abordons les thèmes de la laïcité, du voile intégral. L’idée est de les mettre en confiance pour qu’elles puissent s’exprimer librement.

Les ambassadrices de la laïcité

Financée à hauteur de 80 000 euros par le ministère de l’Immigration, l’opération « Les ambassadrices de la laïcité », montée par l’association Ni Putes ni soumises, vise à expliquer aux femmes la loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics via des « réunions d’appartement » dans les quartiers sensibles.

Pour que cette opération fonctionne, les ambassadrices de la laïcité doivent impérativement habiter dans le quartier où elles interviennent. Cette règle est essentielle pour que l’entourage des femmes ciblées ne devine pas l’objet de notre visite. Certaines femmes voilées sont oppressées par leur mari, il faut les protéger.

Comment vos propos ont-ils été accueillis?

Depuis que la loi a été votée, le débat autour de l’interdiction du port du voile intégral s’est dépassionné. Les discussions se sont plus orientées sur les raisons du port du niqab.

Si l’initiative a bien été accueillie en règle générale, certaines femmes y étaient réticentes, dans un premier temps. Au fur et à mesure des « réunions d’appartement », les langues se sont déliées.

De ces ateliers ressortent deux profils de femmes voilées: celles qui choisissent par conviction religieuse de le porter, et celles à qui on l’impose. Pour ces dernières, la loi apparaît comme un véritable soulagement, presque une consigne salvatrice…

Suite et source: http://tinyurl.com/5w6lr2l

16/12/2010

Menace islamiste et déferlante islamiste en Europe…

 


Partout en Europe, les problèmes d’insécurité et d’identité, dont ceux liés à l’islamisme radical, figurent parmi les préoccupations majeures des électeurs.

Une véritable bombe à retardement électorale pour les partis au pouvoir.

En Suède, l’attentat suicide perpétré samedi soir à Stockholm par des islamistes réclamant la tête du dessinateur Lars Vilks qui a caricaturé Mahomet et dont la maison a été incendiée, donne du grain à moudre au Parti démocrate (nationale-populiste) qui fait du rejet de l’islam son thème favori.

Au Danemark, le Parti du Peuple danois (PPD, droite-populiste), bataille contre la construction des mosquées.

En Suisse, le référendum de l’UDC (droite populiste) sur le retrait du droit de séjour des étrangers coupables d’infractions a été approuvé juste un an après celui interdisant les minarets.

En Italie, tandis que la députée d’origine marocaine Souab Sbahi, membre du parti de Silvio Berlusconi (Pdl) a proposé une loi contre la Burqa au terme d’un vif débat sur l’identité nationale et l’islamisme, la Ligue du Nord (parti populiste-autonomiste), membre de la coalition gouvernementale, multiplie les déclarations contre l’islamisation.

En Hollande, le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders, qui compare le Coran au nazisme, troisième parti du Parlement, conditionne son appui au gouvernement à l’adoption de lois contre la burqa et l’islamisation.

En France, Marine Le Pen a comparé vendredi soir les prières de rue organisées par des mosquées parisiennes à l’« occupation ». A l’instar du FN, crédité de 12 à 14% des intentions de vote, les partis populistes anti-immigration sont en progression partout en Europe et ils inquiètent les partis au pouvoir. D’où l’appel de certains représentants de ces partis à se réapproprier ces questions, afin qu’elles ne soient pas monopolisées par les extrêmes.

Citons notamment le refus du Ministre des Affaires étrangères norvégien, Jonas Gahr Støre, d’autoriser le financement d’une mosquée par l’Arabie saoudite, au motif que « l’on ne peut pas accepter les financements de pays refusant la liberté religieuse » et persécutant les Chrétiens. Où la décision du patron de l’UMP Jean François Copé de relancer le débat sur l’identité nationale, ou encore les propos de la chancelière allemande Angela Merkel sur « l’échec du multiculturalisme » et de l’intégration des Musulmans d’Allemagne. De même, le Conseiller de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, déplorait jeudi dernier, lors du dîner républicain deJean-Louis Borloo, le danger communautariste et regrettait que « tout concourt aujourd’hui à affaiblir notre modèle républicain ».

De son côté, la Droite populaire, courant de l’UMP créé par le secrétaire d’Etat Thierry Mariani, a approuvé le vote suisse sur l’expulsion des étrangers délinquants. Déjà, dans une tribune du Monde du 8 décembre 2009, le président Nicolas Sarkozy invitait à ne pas laisser aux extrêmes ces thèmes, assurant que « l’identité nationale est l’antidote au tribalisme et au communautarisme ».

Au PS, ces questions sont abordées par Manuel Valls ou les proches de SOS Racisme et de Ni Putes ni Soumises. Mais elles demeurent un tabou chez les faiseurs d’opinion et les « intellectuels » qui continuent globalement de nier les problèmes, de diaboliser toute critique voltairienne de l’islam, au nom d’une « exception » islamique et d’un « droit à la différence » perverti. Ils ont tort, car si l’on laisse agir les fanatiques religieux qui combattent l’intégration au nom d’un « antiracisme dévoyé » et qui intimident les musulmans républicains comme le courageux imam de Drancy Hassen Chalghoumi (invité remarqué du GO le 13 décembre dernier à l’instigation de la sarkozyste fidèle Dominique Lunel qui oeuvre au raprochement inter-religieux et à la défense de la laïcité républicaine), les électeurs qui craignent pour leur identité et croient que les imams intégristes représentent les Musulmans de France risquent de porter Mme Lepen au second tour des présidentielles de 2012 …

Certes, les personnes informées savent parfaitement que le Front National est ouvertement pro-iranien, a défendu le Front islamique du Salut algérien, l’Irak, puis le droit de l’Iran à la bombe nucléaire.

Chacun sait que les Verts, les Bruns et les Rouges, bien que se déclarant ennemis les uns des autres, convergent dans la même détestation des démocraties libérales et ont la même psychologie totalitaire, d’où leur ascension synchrone et parallèle. Mais le fait que la Droite classique complexée et paternaliste ait abandonné ces thèmes identitaires par peur de la « reductio ad hitlerum », a laissé un boulevard à l’extrême droite populiste. Il est donc urgent que les bien-pensants comprennent ce que la présidente de Ni Putes Ni Soumises répète à longueur de temps: les islamistes sont des « fascistes verts », ils ne sont nullement péférables aux « fascistes blancs », et l’on ne peut pas combattre les seconds sans combattre tout aussi fermement les premiers. Les élus les ont trop souvent courtisés dans le cadre d’une « pax islamica » des banlieues et d’une vision électoraliste à court terme.

Pire, c’est un élu UMp qui a proposé pour la première fois en France une loi à l’iranienne punissant le « blasphème » et « l’islamophobie » pour faire plaisir aux associations islamistes liberticides qui veulent instaurer progressivement la charia en Europe. Heureusement, dans le pays de Voltaire, cette loi ridicule n’a pas été adoptée.

Il est temps de dresser un code de bonne conduite pour l’islam de France et de confier les structures de représentation de l’Islam français à des imams républicains, formés en France et respectueux de nos valeurs, c’est-à-dire renonçant explicitement à la violence de la charia et aux dispositions intolérantes, guerrières et misogynes contenues dans certains passages du Coran, des Hadiths et de la tradition islamique en général dans ses différentes écoles. Il est temps de mettre hors-la-loi ceux qui sapent de l’intérieur les fondements de la République et profitent de la Liberté d’expression pour fanatiser les jeunes et empêcher l’intégration.

Ces organisations islamistes radicales adeptes d’un islam « salafiste » (« des ancêtres ») rétrograde et obscurantiste qui pullulent dans nos banlieues, à commencer par le Tabligh, les Wahhabites ou les Frères musulmans, devraient être assimilées à des mouvements sectaires ou extrémistes et donc sanctionnés purement et simplement par la loi lorsqu’elles incitent à la haine, à l’intolérance et à l’antisémitisme, à la christianophobie, etc, exactement de la même façon que l’on punit pénalement ceux qui professent des idées racistes et révisionnistes.


Publié avec l’autorisation de l’auteur: Alexandre Del Valle pour blog.alexandredelvalle.com

 

source : rebelles.info

29/10/2010

Visites de Besson et Amara: les sous-merdes s’interrogent… Ca les occupe.

Aller plaider la loi anti-voile chez les muzz, faut déjà oser…

Lu sur un blog « des quartiers »… Que je mets un point d’honneur à ne pas citer. Ca leur ferait de la pub gratuite. Et pourtant, c’est l’image de la France que l’on nous cache… Celle qui nous attend au virage, nous les souschiens. Amara et Besson vont « rallumer le feu »… Sûr. C’est évident: ils sont tous deux shootés à la préférence non-nationale, et à l’islam… Mais bon, ils vont défendre, à la veille des présidentielles, une cause chère à Sarkö. Et puis, à l’approche du remaniement ministériel, mieux vaut être dans les bons papiers du patron… En fait, ils vont plaider une cause à contrecoeur: celle de la loi anti-voile… Mais leur place en dépend. On peut lire, dans les lignes qui suivent, que la racaille l’a bien compris; et ils vont bien s’amuser…

FDF

.

Amara et Eric Besson font le tour des quartiers pour expliquer les bienfaits de la loi contre le voile !

« Le duo n’est pas surprenant car tous deux ont un point commun : ministres de l’ouverture ! Et l’on peut ajouter de la rupture au regard de l’appropriation des idées de l’UMP dans lesquelles ils excellent.

A la veille des 5 ans des violences urbaines, Fadéla AMARA aidé de son camarade BESSON, nous propose de faire le tour des quartiers accompagnés de 15 ambassadrices de Ni Putes, Ni Soumises pour expliquer aux habitants les bienfaits de la loi contre le voile !

Madame AMARA met enfin en œuvre sa fonction de secrétaire d’état à la politique de la ville et celle-ci commence maintenant avec une action d’une très grande importance..

Cette initiative, attendue par les banlieues, va sûrement être déterminante dans l’amélioration de la situation de milliers d’habitants des quartiers populaires et en particulier des jeunes.

Quant à Monsieur Besson, venu lui prêter main-forte dans cet exercice périlleux, il ne fait que poursuivre avec acharnement l’idée, qu’en banlieue, le problème, c’est d’abord l’islam et rien d’autre.

Heureusement qu’une poignée femmes s’est promenée en Burqa dans notre pays pour donner enfin à Fadéla AMARA un brin de réjouissance dans sa fonction de Ministre.

“Je suis très fière que mon pays ait été l’un des premiers pays à porter cette loi, qui est une loi juste, une loi qui protège les femmes, notamment les femmes des quartiers et les femmes les plus fragiles de notre pays, sans distinction aucune” nous dit-elle ! Et son seul regret, ajoute-t-elle, reste que certains représentants de l’Assemblée nationale n’aient pas eu le même courage que nos sénateurs plus unanimes dans la défense des valeurs de la République.

Ce n’est peut-être qu’une histoire de remplissage d’agenda car il fallait trouver une occupation à la secrétaire d’Etat qui voit la préparation des obsèques de la politique de la ville se profiler. Sans compter qu’à défaut d’un plan Marshall, un plan d’explication de la loi contre le voile peut faire l’affaire. L’important est d’occuper le terrain médiatique et nourrir ses camarades d’actions susceptibles de rassasier les électeurs un peu plus à sa droite de l’UMP.

Mais de qui se moque-t-on ?

Chômage des jeunes, formation professionnelle, lutte contre l’échec scolaire, désenclavement des quartiers, renforcement des transports, prévention de la délinquance, soutien à la parentalité, accès aux soins, discriminations… : cliquez, poubelle ! C’est ainsi que l’on peut lire à quel point les difficultés que connaissent nos banlieues sont prises au sérieux.

Comme si dans les quartiers la population attendait de pied ferme des explications sur la loi contre le voile. En plus, le thème a non seulement un goût de réchauffé et ne concerne qu’une minorité.

A court d’actions significatives, le gouvernement nous promet une révolution ; voter des lois et faire le tour de la France pour en expliquer les bienfaits.

Peut-être que pour la réforme des retraites, le planning est établi ; nous allons voir débarquer dans nos villes, des soldats de l’UMP, venir nous expliquer pourquoi cette réforme est bonne pour eux.

On fait, on discute après ! Ça, ça s’appellerait de la dictature participative !

Quant aux banlieues, on ne fait pas, on ne discute pas ; ça s’appelle du mépris ! »

10/09/2010

Manifestation pour Sakineh : ce dimanche 12 septembre, 14 heures, place de La République, à Paris.

Manifestation de soutien à Sakineh Mohammadi Ashtiani

Manifestation en solidarité avec Sakineh Mohammadi Ashtiani

La pétition lancée en solidarité avec Sakineh Mohammadi Ashtiani par la revue en ligne laregledujeu.org et relayée, notamment, par Libération, Elle et la Reppublica vient de passer le cap de son cent millième signataire.

Les autorités iraniennes, de leur côté, ont affirmé qu’elles « suspendaient » l’exécution de Sakineh et annoncé qu’elles comptaient « réexaminer » son dossier.

C’est une première victoire.

C’est la preuve que les autorités iraniennes ne sont pas sourdes
à la mobilisation internationale.

Mais ce n’est, évidemment, qu’un début.

Et c’est surtout le signe que
la vague de mobilisation
ne doit, en aucun cas, faiblir.

C’est pourquoi la revue La Règle du jeu et l’association Ni Putes Ni Soumises appellent à
une manifestation populaire de soutien à Sakineh

ce dimanche 12 septembre,
à 14 heures,
Place de la République,
à Paris.

Il faut que soit entendue la prière de  Sajjad Ghaderzadeh, le fils de Sakineh :
 » ne lâchez pas ; ne nous abandonnez pas; seule la pression des femmes et des hommes libres du monde peut sauver ma mère « .

A l’issue de la manifestation, Bernard-Henri Lévy, directeur de la revue
la Règle du jeu, Sihem Habchi, Présidente de l’association Ni Putes Ni Soumises, ainsi que d’autres personnalités prendront la parole.

Les organisateurs de la manifestation ont également prévu des interventions,
par téléphone, depuis Tabriz, de Sajjad, le fils de Sakineh,
ainsi que de Houtan Kian, son avocat.

Tous deux s’adresseront aux manifestants pour leur donner, en direct, les dernières nouvelles de Sakineh. Ils prononceront leurs allocutions en farsi et seront traduits, simultanément, par Armin Arefi, journaliste franco-iranien et animateur du blog Nouvelles de l’Iran libre.

Manifestation de soutien à Sakineh, ce dimanche 12 septembre, à 14 heures, Place de la République, à Paris:

Venez nombreux,
faites passer le message autour de vous, nous devons sauver Sakineh.

La rédaction de la Règle du Jeu

Et, si vous ne  l’avez déjà fait, rejoignez également
les plus de 100 000 signataires de la pétition

 » Il faut empêcher la lapidation de Sakineh  » :
http://laregledujeu.org/

La règle du jeu Ni putes Ni soumises