Francaisdefrance's Blog

09/10/2011

Les islamo-résistants allemands sous haute surveillance…

Grave; très grave, même… C’est de la soumission à l’islam pure et dure. Il est certain que les dénonciations vont aller bon train. Nous ne sommes pas loin d’entendre à nouveau les « bruits de bottes » que l’on ne souhaitait plus jamais avoir à subir. C’est dangereux pour nous, les Français, quand on sait que maintenant Sarkö Ier prend ses ordres chez Angela Merkel…

Plus que jamais, soyons vigilants et regroupons nous pour la résistance. Regardons en même temps les réactions du peuple allemand et encourageons le à ne pas se laisser faire. L’heure est grave… Le nazislamisme se frotte les mains.

FDF

.

By Soeren Kern

October 3, 2011

Traduit de l’anglais  par Nancy VERDIER

Le gouvernement allemand considère la possibilité d’accroître la surveillance des citoyens allemands qui s’opposent à l’expansion de l’Islam radical en Allemagne.

Cette décision vient après une campagne de diffamation implacable menée trois semaines durant par les media  bien pensants qui ont mis tout leur poids pour discréditer le mouvement anti  islamiste en Allemagne.

Des sondages d’opinion montrent qu’un nombre croissant d’allemands est  inquiet  des conséquences des politiques multiculturelles  menées depuis des décennies et qui ont permis une immigration massive en provenance de pays musulmans.

Les Allemands sont tout particulièrement inquiets du refus de millions d’immigrés  musulmans de s’intégrer à la société allemande et de l’émergence d’un système juridique parallèle fondée sur la Charia.

Pour inverser  cette tendance dans l’opinion publique, les gardiens du multiculturalisme allemand se sont mis à la tâche pour regagner l’initiative,  le plus souvent en essayant d’intimider et de réduire au silence les voix qui s’élèvent contre l’Islam.

La campagne médiatique a été menée par des journaux tels le  Frankfurter Rundschau, un quotidien financièrement en difficulté et basé  à Francfort, le Berliner Zeitung, et le journal de gauche Spiegel, dont le siège social est à Hambourg et qui est depuis longtemps l’organe de référence en matière de multiculturalisme.

Ils s’en prennent tout particulièrement au très populaire site Internet allemand « Politiquement Incorrect » ou PI qui au  fil des ans s’est imposé comme la source première d’informations pour une population inquiète de la montée de l’Islam en Allemagne.

La devise du PI  s’énonce comme suit  « Contre la pensée unique, pro- américain, pro – Israël, contre l’islamisation de l’Europe” ce qui représente tout ce que la gauche allemande abhorre. Il n’est pas étonnant que nombreux sont les médias allemands qui voudraient fermer le site PI.

Au cours des dernières semaines, plusieurs journaux allemands ont utilisé un stock de plus de 10 000 adresses e-mails  privées pour insinuer que les gens derrière PI sont « antidémocrates » et constituent une menace à l’ordre constitutionnel allemand.
 

Ils exigent que le site PI et les tenants du mouvement anti – islamiste (ou « islamophobes »)  soient l’objet d’une étroite surveillance de la part des services de renseignements intérieurs le Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV).

Le Frankfurter Rundschau, par exemple a fomenté une campagne hystérique en publiant des douzaines d’articles de propagande et d’agitation, dont certains par Mely Kiyak, issu d’une première génération d’allemands dont les parents étaient des immigrés turco – kurdes. Kiyak, qui se reconnaît comme  » pionnier  politique » dénonce tous les opposants à l’Islam comme étant des marchands de haine.

Un article intitulé « Politiquement  Incorrect: Vulgaire, Désinhibé, Raciste, » affirme  que:

 « le portail Internet PI  fait partie d’un réseau international de haine envers l’Islam et de harcèlement contre les musulmans. Et ces allégations sont confirmées par les recherches menées par le Frankfurter Rundschau. »

Dans un autre article intitulé  » PI : le prototype d’une nouvelle droite” le Frankfurter Rundschau relie la critique de l’Islam au comportement anti-sémite: « La  Nouvelle Droite a grandi en puissance depuis dix ans. Le blog ‘PI’ montre que ce mouvement y ressemble bien ».
Le directeur du Centre de Recherche sur l’anti-sémitisme, Wolfgang Benz, trouve des parallèles avec l’anti-sémitisme.  « Les expressions  ouvertement anti-sémites sont illégales dans l’Allemagne de l’après-guerre; l’inférence ici est que ceux qui critiquent l’Islam sont coupables de crime. »

D’autres articles du Frankfurter Rundschau sont intitulés :   « Politiquement Incorrect: Ce qui pue sur Internet »  « Les Populistes de Droite : Unis dans leur haine contre les musulmans »  ou encore «  Haine politiquement correcte » 

Le Berliner Zeitung, dans un article excessif (proche de l’hystérie) intitulé :   “ Politiquement Incorrect : Au coeur du réseau de haine envers l’islam “  affirme : « PI est tout sauf un site inoffensif. C’est une parfaite organisation de conspiration qui œuvre à la diabolisation de la foi de toute une communauté. Elle joue un rôle vital dans le réseau international de ceux qui haïssent l’Islam.  Elle nourrit en son sein des racistes et des glorificateurs de la violence partageant sur ce forum la vision  mondiale d’une tuerie comme celle perpétrée en Norvège par Anders Breivik »

Le magazine Spiegel, dans un article intitulé    « Action contre les mouvements anti- islamiques en Allemagne : les autorités envisagent la surveillance des islamophobes », affirme que le populisme de droite est une nouvelle forme d’extrémisme. « En Allemagne, il se pourrait que les islamophobes soient mis sous  étroite surveillance par les services de renseignements intérieurs. Nous sommes inquiets de ce que l’action anti – musulmane puisse devenir de plus en plus dangereuse. Essentiellement, la question est de savoir si la haine envers les musulmans est suffisante pour mettre en danger la liberté religieuse et la compréhension internationale ou si c’est une expression radicale mais légitime de l’opinion d’auteurs individuels restant dans les limites de la constitution. »

De son côté le Spiegel magazine a rassemblé tous ses efforts pour démontrer  que toutes les critiques de l’Islam proviennent de “l’extrème droite “ même si les sondages d’opinion montrent de façon accablante que les électeurs appartenant à l’ensemble de l’éventail des formations politiques sont inquiets de l’expansion de l’Islam en Allemagne.

Un sondage d’opinion appelé “ Perception et Acceptation de la Diversité Religieuse “  mené par le département de sociologie de l’université de Münster en partenariat avec la prestigieuse  firme de sondages politiques TNS Emmid –  montre que la majorité des allemands n’est pas d’accord avec la déclaration du Président allemand Christian Wulff qui affirme que l’Islam « fait partie intégrante de l’Allemagne »  à cause des quatre millions de musulmans qui y résident désormais. L’Allemagne a la deuxième population musulmane la plus importante d’Europe occidentale après la France et les Turcs constituent  la majeure partie de cette minorité.  

L’étude montre que seulement 34% des allemands de l’ouest et 26% des allemands de l’est ont une image positive des musulmans. Moins de 5% des allemands pensent que l’Islam est une religion tolérante et seulement 30% approuvent la construction de mosquées.  La proportion  d’allemands qui approuvent la construction de minarets ou l’introduction des vacances musulmanes est encore plus faible.

Moins de 10% des allemands de l’ouest et 5% des allemands de l’est disent que l’Islam est une religion pacifique. Plus de 40% des allemands pensent que la pratique de l’Islam devrait être vigoureusement restreinte.

Seulement 20% des allemands pensent que l’Islam est compatible avec le monde occidental. De manière significative, plus de 80% des allemands sont d’accord avec le principe selon lequel  « les musulmans doivent s’adapter à notre culture ».  Plus d’un million d’immigrants vivant de façon permanente en Allemagne ne savent pas parler l’allemand.

Un autre sondage appelé “ observation mondiale de l’immigration “ conduit par la société Ipsos basée à Londres et spécialisée en recherche internationale –  a trouvé que plus de la moitié des allemands pensent qu’il « y a trop d’immigrants »  dans leur pays.

En réponse à la question  « diriez-vous que l’immigration a généralement un impact positif ou négatif ? »  54% des allemands disent que l’impact est négatif. Près de 60% des allemands approuvent ce jugement : “ L’immigration exerce trop de pression sur les services publics “ en Allemagne.

Le rapport sur “ la persistance des tensions entre occidentaux et musulmans” publié par le centre de recherche Pew  basé à Washington montre que 61% des allemands pensent que leurs relations avec les musulmans ne sont pas bonnes. Le sondage montre aussi que 72% des allemands pensent que les musulmans ne veulent pas s’intégrer dans les pays où ils vivent et 79%  des allemands trouvent  que l’islam est «  la plus violente des religions ». Plus des deux -tiers des allemands sont inquiets de la présence des islamistes radicaux dans leur pays.  

Un autre sondage conduit par le groupe Pew “projet de comportement mondial “ montre que 71% des allemands pensent que le voile islamique devrait être interdit en public, y compris dans les écoles, les hôpitaux et les administrations gouvernementales.

Une autre étude publiée par la Fondation Friedrich Ebert, un think tank  (groupe de réflexion) lié au parti SPD (centre-gauche du parti Social démocrate) a trouvé que  55% des allemands pensent que les arabes sont « désagréables » et plus de 33% pensent que le pays est sur le point d’être « écrasé » par les immigrants. L’étude a aussi relevé que les “comportements de droite radicale“ ne sont pas confinés aux franges de la société allemande, mais “sont largement répartis au centre de cette société “.

Ces études montrent clairement et de manière consistante que la plupart des allemands sont inquiets de l’impact de l’immigration musulmane sur leur vie quotidienne. Dans un pays modelé par le politiquement correct  et une longue lutte pour la liberté d’expression, le site PI donne la parole à des allemands frustrés  qui constatent  que le mal prend forme autour du culte du multiculturalisme. Le courant  de l’opinion publique a basculé et l’establishment allemand a peu de chance de pouvoir inverser cette tendance.

Source: http://puteaux-libre.over-blog.com/

18/12/2010

L’islam « modéré ». Comme si il y avait existé un nazisme « modéré »…

Il ne faut pas nous raconter que nazisme et islamisme n’ont pas des préceptes identiques… Intéressante comparaison. L’islam modéré est une utopie dans laquelle beaucoup trop de monde s’égare.

FDF

.

Guy Millière pour les 4 Vérités hebdo le 15 décembre 2010 

La solution : l’islam modéré

Mahomet et Le Coran - la solution : l'islam modéré

Ma position concernant l’islam est celle de la grande majorité des intellectuels conservateurs et néo-conservateurs américains. Elle a été énoncée lapidairement dans une formule de Daniel Pipes que j’ai souvent citée : « L’islam radical est le problème, l’islam modéré est la solution ».

J’ai ajouté, à chaque fois que j’ai cité cette formule, qu’il n’en était pas moins évident que l’islam radical occupait une position massivement dominante dans le monde musulman au­jourd’hui, quelles que soient ses composantes, et que l’islam modéré restait, pour l’essentiel, à inventer ou à réinventer.

Un livre récent apporte un éclairage très utile à une analyse plus précise des choses. Il s’appelle « The Closing of the Muslim Mind » (La fermeture de l’esprit musulman), son auteur, Robert Reilly est un théologien chrétien.

La thèse de Reilly est qu’une bataille cruciale a eu lieu dans le monde musulman sunnite, voici dix siècles. Elle a opposé le courant mu’tazilite, dont sont issus Averroès et Avicenne, et un courant plus dogmatique, le courant ash’arite. Les mu’tazilites entendaient procéder à une lecture aristotélicienne du Coran, soulignaient que « Dieu est raison » et que, « si Dieu est raison, on ne peut fermer son esprit à la raison, car cela équivaudrait à se fermer soi-même à Dieu ».
Pour eux, poursuit Reilly, « la raison humaine est un don de Dieu donné aux hommes pour qu’ils comprennent la création. Tous les hommes ont reçu ce don, et pas seulement les musulmans, ce qui permet d’accepter d’autres visions de Dieu et des discours philosophiques tels que le discours philosophique grec ».

Les ash’arites, eux procédaient à une lecture inverse, disaient que « Dieu n’est pas raison mais pure volonté et pouvoir absolu ». Pour eux, écrit encore Reilly, « Dieu n’est limité par rien, pas même ses propres mots et sa propre parole ». Ou encore : « Dans la mesure où Dieu est pure volonté, il n’y a ni raison ni justification à ses décisions et ses actes, qui ne peuvent être compris par les hommes, et ceux-ci ont simplement à se soumettre, sans chercher à comprendre ».

Les ash’arites, dit Reilly, l’ont emporté. Le courant mu’tazilite a été vaincu et délaissé. Les portes de l’itjihad (interprétation) ont été fermées. L’islam est entré dans un long sommeil dogmatique qui est un véritable suicide intellectuel. Ce suicide intellectuel est la matrice d’un long et profond déclin, d’une coupure d’avec la modernité, l’évolution, les sciences, la connaissance, toute possibilité d’évolution vers un fonctionnement de société ouverte. Reilly en déduit la nécessité impérative que « l’islam trouve, au XXIe siècle, son Thomas d’Aquin ». Je partage l’idée de cette nécessité impérative.

Mais, pour l’heure, nous sommes surtout confrontés aux effets du suicide intellectuel. Le monde musulman est profondément malade et, actuellement, imperméable à un retour à la raison. Cette imperméabilité en fait, globalement, la région du monde la plus sinistrée en matière de développement économique, politique, culturel et intellectuel. Elle en fait la source majeure des tensions planétaires et de quasiment tous les actes terroristes commis sur la planète depuis des décennies. Elle imprègne les communautés musulmanes installées dans le monde occidental et fait de celles-ci des enclaves d’irrationalité qui constituent autant de bombes à retardement.

Je constate que, pour l’heure, plus un musulman est éloigné de l’islam tel qu’il est, et quelle que soit la définition qu’on lui donne, plus il est susceptible d’accéder à la logique, et que plus il est proche de l’islam, plus il s’éloigne de la logique.

Rompre avec une pesanteur de dix siècles peut sembler une tâche impossible. Cette rupture n’en est pas moins la seule alternative à un probable cataclysme. Inéluctablement, dès lors que l’islam tel qu’il est ne peut être vu autrement que comme stérile, celui-ci, après un embrasement, ne pourra que retourner à la décrépitude et à son propre anéantissement. La question qui n’en est pas moins posée, ici et maintenant, est celle des conséquences de l’embrasement.

L’islam radical est le problème, et c’est un problème brûlant. L’islam modéré est la solution. Dès lors que la solution a été mise sous le boisseau pendant si longtemps, elle n’est, pour l’heure qu’une asthénique et très fragile lueur.

Guy Millière pour les 4 Vérités hebdo le 15 décembre 2010

Guy Centière pour les 4 Vérités hebdo le 15 décembre 1939 

La solution : le nazisme modéré

Hitler et mein Kampf - la solution : le nazisme modéré

Ma position concernant le nazisme est celle de la grande majorité des intellectuels conservateurs et néo-conservateurs américains. Elle a été énoncée lapidairement dans une formule de Daniel Cigares que j’ai souvent citée : « le nazisme radical est le problème, le nazisme modéré est la solution ».

J’ai ajouté, à chaque fois que j’ai cité cette formule, qu’il n’en était pas moins évident que le nazisme radical occupait une position massivement dominante dans le monde allemand aujourd’hui, quelles que soient ses composantes, et que le nazisme modéré restait, pour l’essentiel, à inventer ou à réinventer.

Un livre récent apporte un éclairage très utile à une analyse plus précise des choses. Il s’appelle « The Closing of the German Mind » (La fermeture de l’esprit allemand), son auteur, Robert Roy est un théologien chrétien.

La thèse de Roy est qu’une bataille cruciale a eu lieu dans le monde allemand National Socialiste, voici quelques années. Elle a opposé le courant SA, dont est issu Ernst Roehm, et un courant plus dogmatique, le courant SS. Les SA de Roehm entendaient procéder à une lecture aristotélicienne de Mein Kampf, soulignaient que « Hitler est raison » et que, « si Hitler est raison, on ne peut fermer son esprit à la raison, car cela équivaudrait à se fermer soi-même à Hitler ».
Pour eux, poursuit Roy, « la vision National Socialiste est un don de Hitler donné aux hommes pour qu’ils comprennent la domination Juive. Tous les hommes ont reçu ce don, et pas seulement les allemands, ce qui permet d’accepter d’autres visions de Hitler et des discours philosophiques tels que le discours philosophique grec ».

Les SS, eux procédaient à une lecture inverse, disaient que « Hitler n’est pas raison mais pure volonté et pouvoir absolu ». Pour eux, écrit encore Roy, « Hitler n’est limité par rien, pas même ses propres mots et sa propre parole ». Ou encore : « Dans la mesure où Hitler est pure volonté, il n’y a ni raison ni justification à ses décisions et ses actes, qui ne peuvent être compris par les hommes, et ceux-ci ont simplement à se soumettre, sans chercher à comprendre ».

Les SS, dit Roy, l’ont emporté. Le courant SA a été vaincu et délaissé. Les portes de l’interprétation ont été fermées. Le nazisme est entré dans un long sommeil dogmatique qui est un véritable suicide intellectuel. Ce suicide intellectuel est la matrice d’un long et profond déclin, d’une coupure d’avec la fraternité, la compassion, l’humanisme, la connaissance, toute possibilité d’évolution vers un fonctionnement de société ouverte. Roy en déduit la nécessité impérative que « le nazisme trouve, au XXe siècle, son Thomas d’Aquin ». Je partage l’idée de cette nécessité impérative.

Mais, pour l’heure, nous sommes surtout confrontés aux effets du suicide intellectuel. Le monde allemand est profondément malade et, actuellement, imperméable à un retour à la raison. Cette imperméabilité en fait, globalement, la région du monde la plus sinistrée en matière de développement humaniste. Elle en fait la source majeure des tensions Européennes et de quasiment tous les actes de guerre commis en Europe depuis des années. Elle imprègne les communautés allemandes installées dans le monde occidental et fait de celles-ci des enclaves d’irrationalité qui constituent autant de bombes à retardement.

Je constate que, pour l’heure, plus un allemand est éloigné du nazisme tel qu’il est, et quelle que soit la définition qu’on lui donne, plus il est susceptible d’accéder à l’humanisme, et que plus il est proche du nazisme, plus il s’éloigne de l’humanisme.

Rompre avec une pesanteur de plusieurs années peut sembler une tâche impossible. Cette rupture n’en est pas moins la seule alternative à un probable cataclysme. Inéluctablement, dès lors que le nazisme tel qu’il est ne peut être vu autrement que comme stérile, celui-ci, après un embrasement, ne pourra que retourner à la décrépitude et à son propre anéantissement. La question qui n’en est pas moins posée, ici et maintenant, est celle des conséquences de l’embrasement.

Le nazisme radical est le problème, et c’est un problème brûlant. Le nazisme modéré est la solution. Dès lors que la solution a été mise sous le boisseau pendant si longtemps, elle n’est, pour l’heure qu’une asthénique et très fragile lueur.

Guy Centière pour les 4 Vérités hebdo le 15 décembre 1939

Le nazisme modéré est une utopie, une dangereuse utopie. Le nazisme, quelle que soit sa forme, aussi modérée qu’on la souhaite, est interdit car même sous forme modérée (ce qu’il était au début) cette doctrine ne peut QUE dégénérer en nazisme extrémiste du fait même de ses fondements discriminatoires clairement explicités dans Mein Kampf. Dès que les nazis sont assez nombreux, il s’en dégage toujours, tôt ou tard, une minorité violente.
Il en est de même pour l’islam.
L’islam modéré est une utopie, une dangereuse utopie. L’islam, quelle que soit sa forme, aussi modérée qu’on la souhaite, devrait être interdit, ou au moins non-encouragé, ce qui est précisément le but de la loi de 1905, car même sous forme modérée (ce qu’il était au début, à La Mecque) cette doctrine ne peut QUE dégénérer en islam extrémiste du fait même de ses fondements discriminatoires clairement explicités dans Le Coran. Dès que les musulmans sont assez nombreux, il s’en dégage toujours, tôt ou tard, une minorité violente.

Faites le comprendre à Guy Millières.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/592ezu )

Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer les trois premières pages du présent article, directement depuis le navigateur (Fichier [ > Mise en page | Aperçu avant impression ] > Imprimer… > Pages de:1 à:3)

pages 1 à 3

Un timbre tarif « 20 grammes » de base permet d’envoyer au moins deux feuilles (recto-verso, soit quatre pages). Au verso libre de la deuxième feuille vous pouvez éventuellement rajouter un argumentaire sur l’islam, au choix, en une page.

Qui sont les destinataires ?

– En priorité Guy Millières, l’auteur de ce plaidoyer en faveur de cette utopie qu’est l’islam modéré.
Son adresse postale publique se trouve dans la colonne de gauche de la page « JOURNAL PAPIER » du site les4verites.com : http://www.les4verites.com/lejournal.php

– Optionnellement les élus, qui se réfugient trop souvent dans cette confortable utopie d’islam modéré, par manque de courage face à la réalité.
Consulter la page Annuaires & Adresses pour choisir les élus (députés, sénateurs, conseillers régionaux etc.) que vous souhaiter informer, trouver leurs noms et leur adresse postale publique.

Mettre les deux feuilles dans une enveloppe, écrire le nom et l’adresse du destinataire, timbrer et poster.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça…

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… d’expliquer pourquoi l’islam modéré est un fantasme.

Islam et nazisme

17/12/2010

Nos dirigeants installent à nos frais, dans nos villes, une administration bis musulmane…

Tiens; Gérard Brazon est de retour. Et il ne perd pas de temps…

FDF

.

Islam: la France est-elle occupée. C’est aussi mon avis!

De retour en France, je m’aperçois que ce n’est décidément plus possible de s’absenter de mon pays. Ils n’en loupent pas une ces bien pensants de gauche ou de droite.

Marine le Pen fait un commentaire qui vaut ce qu’il vaut et tout le monde lui tombent dessus lui faisant, de ce fait une belle publicité. Qu’a-t-elle dit ? « Les prières de rues s’apparentent à l’occupation allemande » ! La belle affaire se disent nos bien-pensants, nos lessiveuses de cerveaux, nos arracheurs de racines, nos découpeurs de cheveux en quatre.

Pour ma part, même si j’ai pensé que c’était plutôt incongru de comparer l’expression d’une religion pratiquée par des provocateurs et des adeptes du nazislamisme dans les rues de France et de Navarre à des soldats allemands pendant l’occupation,  je n’ai fait que trouver cela curieux, un peu gonflé mais vraiment pas de quoi fouetter un chat.

Elle a confirmé n’avoir fait que décrire une réalité. « Mes propos ne constituent en aucune manière un dérapage, mais bien une analyse tout à fait réfléchie, d’autant plus assumée qu’elle ne procède que d’une banale constatation d’une réalité physique et juridique« , a expliqué Marine Le Pen. Et la dirigeante du FN de donner une liste de rues de Paris et d’autres villes victimes selon elle d’un « phénomène d’occupation de rues loin d’être marginal ». « Ces occupations physiques du domaine public, qui interdisent les rues toutes les semaines, sont souvent accompagnées de haut-parleurs qui diffusent le prêche en arabe à de très forts volumes dans toute la rue, audibles sur plusieurs pâtés de maisons« .

L’occupation des rues est bien réelle et sur ce blog cela fait des mois que j’en parle et parfois sous les quolibets et les sarcasmes de certains lecteurs de gauche qui ne voient en moi qu’un suppôt du FN au minimum, un fasciste voire un nazi pour d’autres.

Il y a aussi, mais de moins en moins désormais, des « amis politiques » qui m’encourageaient à écrire de la poésie plutôt que de continuer à m’exprimer sur le blog de Puteaux-Libre.

Aujourd’hui, tout bascule semble-t-il ! Tout craque et tout lasse dans cette population de France. Le bon sens populaire que beaucoup s’acharnent à qualifier de populiste revient en force.

Le peuple, dans son expression, réalise peu à peu, dans les rues, dans les médias, aux informations, les actualités que ce que nous disons à Résistance Républicaine depuis des mois, a du sens. Que ce ne sont pas des affabulations pour attardés mentaux face à l’intelligente raison politique que veullent incarner les politiques. Ceux là même qui ne font que lâcher du lest en permanence à l’ogre des libertés qu’est Bruxelles (organisme non élu) et à sa politique immigrationiste à outrance et d’acculturation des nations européenne. Une immigration essentiellement d’origine musulmane.

L’occupation des rues est bien réelle disais-je ! Cette occupation est  voulue, acceptée par les autorité de l’état sous la protection des forces de l’ordre. Elle a sa milice à travers des agents de sécurité portant un brassard ou est inscrit non pas Police mais Mosquée dessus. C’est tout dire.

Il n’échappera à personne que la rue est publique. La liberté publique est manifestement perturbée par  des hommes portant des brassards qui interdisent l’accès à certaines de nos rues de France. De quel droit ? De celui qu’ils ont obtenu des autorités publiques comme d’autres avant eux avaient obtenu de la part des occupants allemands d’autrefois.

Car il faut bien remonter à cette période sombre de notre histoire pour voir une milice interdire le libre accès à un espace publique !

Alors quoi ? Est-ce une occupation ou non ? C’est une évidence que c’est une occupation affirmée et voulue par des islamistes qui cherchent à imposer leur système politico-religieux aux autorités naïves (parce que je suis gentil) qui nous gouvernent dans nos villes et nos régions de France. Ces même autorités sont incapables d’assumer la responsabilité de nos lois hormis celle sur la route. A commencer par celle de 1905 affirmant la laïcité de notre république.

Il est douloureux d’entendre ceux qui nous gouvernent dirent qu’ils n’ y peuvent rien ! Que l’islamisation est inévitable, que la France devra s’adapter comme elle l’a toujours fait. Oubliant les pauvres fous, la grandeur de la France, son rôle d’éclaireuse des Libertés, son apport des droits de l’homme, son humanisme, bref ses lumières. Des lumières qui pour eux ne sont plus que des bougies ou le Président du CFCM (en attente de sa naturalisation) n’aura plus qu’à souffler dessus pour éteindre  l’ultime flamme avant l’imposition de l’obscurantisme islamique. Ce fameux islam d’amour et de paix (sic) qui pend, lapide, assassine par ailleurs comme d’autres, par obscurantisme politique, déportaient des juifs, des homosexuels, des mal-pensants et des résistants il y a 65 ans.

Alors Madame le Pen n’aurait pas dû par parler de l’occupation allemande ? C’est bien de la dernière occupation qu’il s’agit. Sans doute aurait-elle dû parler de l’occupation anglaise avant la guerre de cent ans ?  Nos politiques se battent avec des mots qui dans leur bouche ont perdu leur sens premier.

–          Ils parlent de liberté alors qu’elle est agressée tous les jours dans la rue sans qu’ils ne fassent rien d’efficace pour la protéger.

–          Ils parlent de l’autorité de l’état alors que la police est sans cesse désavouée et remise en cause par une certaine justice et ses associations supplétives prêtent à mordre aux moindres faux pas du franchouillard lambda .

–          Ils parlent d’égalité alors que manifestement d’autres sont bien plus libre d’occuper une rue, des quartiers. Alors que vous n’avez plus le droit de circuler librement sans faire attention à obéir aux religieux et aux normes vestimentaires et autres diktats religieux alimentaires (On fouille vos poubelles pour savoir si vous êtes un bon musulman). Les infidèles, ce sera pour plus tard selon le Coran j’imagine.

–          Ils parlent de justice alors que l’on voit des voyous être présentés 50 ou 100 fois devant la justice pour un simple rappel à l’ordre. Elle en libère d’autres avant même que les rapports de police aient eu le temps de sécher.

–          Ils parlent de cette justice qui emprisonne un homme en légitime défense chez lui pour ne pas troubler l’ordre public d’une minorité communautaire agissante qui leur fait peur.

–          Ils renvoient au nom de l’autorité et de la justice, des clandestins par avions avec 300 € et qui reviennent deux mois plus tard envahir les trains, les métros, les RER et les places publiques avec des bébés en plein hiver !

–          Ils parlent de liberté alors qu’ils se censurent par le système du politiquement correct et censurent tout ce qui n’est pas dans la norme.

–          La liste est trop longue de ces abandons de pouvoirs et de souveraineté.

Alors la France a la gueule de bois. La France se sent mal à l’aise. La France se pose des questions. Ce n’est pas bon que la France se pose des questions sur sa liberté. Nous connaissons son histoire à cette France. Elle a le réveil brutal.

Nos gouvernements successifs de droite comme de gauche, la pointe de l’épée européenne dans les reins  n’a pas encore terminé son brassage de population, son repeuplement de masse, son mixage de cette France millénaire. Pourtant, ils devraient savoir que l’on ne mélange pas l’huile au vinaigre.

Nos immigrants d’aujourd’hui n’en n’ont d’ailleurs pas l’envie de se mélanger. Pourquoi faire puisqu’ils sont assurés qu’ils auront ce qu’ils veulent  par les maternités et le droit au regroupement familiale.

Déjà, dans le département de la Seine saint Denis, ce n’est plus la France de nos parents. La Basilique n’est plus qu’une mosquée en devenir. Les allah ou akbar retentiront dans cette Basiliques ou dorment nos rois de France. La république s’en fout bien puisque cette Basilique tombent presque en ruine. Mais c’est notre Histoire ! Nos racines !  Moi, je ne m’en moque pas même si je peux sembler pour certains dépassé, suranné bref, vieux con.

Alors oui, aujourd’hui je me sens occupé. Mon pays vit sous l’occupation des autorités européennes. Je me sens occupé par des acteurs religieux qui veulent m’imposer leur choix religieux à mes frais. Je me sens occupé dans la rue, dans le métro, dans le RER, dans des quartiers ou la présence de l’islam se fait de plus en plus oppressante à travers les choix vestimentaires.

Je me sens occupé par la présence permanente sur les antennes de radios, de télévisions de cette communauté politique et juridique surtout qui se veut religieuse et qui ne cesse pas de pleurer sur son sort pour mieux nous enfumer.

Je me sens occupé lorsque je vois les programmes scolaires être aménagés pour cette communauté, que des professeurs enseignent la charia dans des écoles publiques et prétendument laïques de fait.

Je me sens occupé quand j’entends des islamistes affirmer qu’ils leur faut encore plus de mosquées. Comme la géante de Poitiers avec minarets (hasard ?. Ce n’est pas qu’une simple salle de prière une mosquée, une sorte d’église ou de temple mais bien des centres culturels et cultuels  avant tout. Des centres ou est enseigné non seulement le Coran mais aussi son corollaire obligé qu’est la Charia si désastreuse pour les droits des femmes et si contraire à nos droits républicains. C’est aussi un lieu administratif et juridique ou peuvent et se décident déjà la vie des croyants musulmans. En fait, nos dirigeants installent à nos frais, dans nos villes une administration bis musulmane.

A quand le dernier acte de l’occupation effective. Marine le Pen a parlé de l’occupation allemande ? Même si ce n’est pas les allemands qui nous occupent aujourd’hui,  c’est tout de même bien d’une occupation que l’on parle.

Gérard Brazon

06/10/2010

« L’islam est le communisme contemporain »…

Et le communisme, c’est l’idéologie qui a fait le plus de morts au monde; devant le nazisme, loin devant… L’islam a déjà une bonne avance…

FDF

.

Discours engagé, réflexions assurées !

Les analyses du monde politiquement incorrect méritent aussi d’être soumises au plus grand nombre.

Ayons le courage d’affirmer que la dénégation des idées amène la défaite de la pensée car beaucoup savent utiliser notre « angélisme tolérant » à leur grand avantage.

Ci-dessous, le discours que vient de prononcer à Berlin le responsable du parti de la droite néerlandaise venant de former un gouvernement de coalition en Hollande.


« L’islam est le communisme contemporain »

Cher Amis, je suis heureux d’être aujourd’hui à Berlin. Comme vous le savez, cette invitation de mon ami René Stadtkewitz, lui a coûté son statut de membre de la CDU de Berlin. Cependant, René ne s’est pas laissé intimider. Il n’a pas trahi ses convictions. Son éviction fut pour René l’occasion de fonder son propre parti politique. René, je te remercie pour cette invitation et te souhaite le succès que tu mérites avec ton nouveau parti.

Mes amis, comme vous le savez peut-être, ces dernières semaines furent pour moi épuisantes. En début de semaine nous avons pu former avec succès un gouvernement minoritaire avec les libéraux et les chrétiens démocrates, soutenus par mon parti. Cela est un événement historique pour les Pays Bas. Je suis fier d’avoir pu y contribuer. En ce moment même, dans le cadre d’une conférence, les chrétiens démocrates doivent décider leur entrée dans cette coalition.

S’ils le font, nous serons en mesure de reconstruire notre pays, de garder notre identité nationale et d’offrir à nos enfants un futur meilleur. Malgré mon agenda chargé, c’était pour moi une obligation de venir à Berlin, car, l’Allemagne aussi a besoin de défendre son identité allemande et de résister à l’islamisation de l’Allemagne.

La Chancelière Angela Merkel déclare que l’islamisation de l’Allemagne est inévitable. Elle appelle les citoyens à s’adapter aux changements provoqués par l’immigration. Elle souhaite que vous vous adaptiez à cette situation.

Le Président de la CDU déclare – je cite : « Les mosquées deviendront plus qu’avant une partie du paysage de nos villes. » fin de la citation. Mes amis, nous ne devons pas accepter l’inacceptable, sans essayer de tourner cette page. Il est notre devoir de politique, de préserver notre nation pour nos enfants.

J’espère que le mouvement de René sera autant couronné de succès que mon propre parti Partij voor de Vrijheid, comme celui de Oskar Freysinger, la Schweizerische Volkspartei en Suisse, ou celui de Pia Kjaersgaards, le Dansk Folkeparti au Danemark et autres mouvements du genre. Ma très chère amie, Pia, déclarait récemment à l’invitation de la Sverigedemokraterna : « Je ne suis pas venue, afin de me mêler de la politique intérieure suédoise. Cela est l’affaire des Suédois. Non, je suis venue car, malgré des différences certaines, le débat Suédois me fait penser au débat que nous avons déjà mené depuis 15 ans au Danemark. Et, je suis venue en Suède, car cela concerne aussi le Danemark. Nous ne pouvons pas rester assis là, les bras tombants et être des témoins muets du développement politique de la Suède. »

Ceci est valable pour moi en tant que Néerlandais concernant l’Allemagne. Je suis ici, parce que l’Allemagne est pour les Pays Bas et le reste du monde de grande importance parce que, sans un partenaire allemand fort, le « International Freedom Alliance » « Alliance Internationale pour la Liberté » ne pourra jamais être portée sur les fonds baptismaux. Mes chers amis, demain est le jour de l’unification allemande. Demain, depuis exactement vingt ans, votre grande nation se réunifiait, suite à la faillite de l’idéologie communiste. Le jour de la réunification de l’Allemagne est un jour important pour toute l’Europe.

L’Allemagne est la plus grande démocratie d’Europe…

Suite et source: http://tinyurl.com/353a52l

24/09/2010

« Religion » d’arnaques, de trafics et de pédophilie. Encore et toujours les collabos…

Alors que tous les humains lucides devraient déjà chasser les nazislamistes qui envahissent leurs contrées, après avoir battu les collabos, d’authentiques ordures qui se prennent pour des porte-parole juifs, aboient avec les propago-déchets. Cette vermine ose vitupérer contre et inciter les Juifs idiots à boycotter « Résistance Républicaine », « Riposte Laïque » et d’une manière générale, toutes les initiatives alertant contre la nuisance djihadique en France. La sécurité physique de ces collabos juifs n’est plus garantie.

Signalons brièvement la rechute de J-Y CAMUS dans Actu J. Qu’il ne comprenne pas pourquoi la LDJ se tenait aux côtés de Christine TASIN devant l’ambassade d’Iran, c’est inadmissible. Mais qu’en plus cet idiot entraîne avec lui, les imbéciles qui se délectent de sa diarrhée écrite, c’est trop. Quoique, dans l’abjection collaborationniste il y a toujours plus fort. Le pompon revient donc au multirécidiviste Jacques ATTALI. Il vient de pondre une tirade sous-chiracaillenne très tendance chez la vermine collabo. En effet une pareille saleté fut aussi proférée, par le vénéré saint patron de la catégorie, l’usurpateur de la Maison Blanche soi-même.

Nous assistons à l’agitation frénétique de tout ce que le monde occidental renferme de moisissure, de pourriture, de malsain, de lâche, de haineux, de tordu, et surtout de profondément antijuif. Toute cette saleté se démène de manière forcenée pour imposer le mensonge selon lequel l’islam est une religion pacifique, ayant toute sa place en Occident. Quand un musulman courageux, parce que vivant dans un pays de l’OPED, éclairé, érudit et confirme le danger que représente l’islam aujourd’hui, le propago-déchet qui l’interroge ose le contredire. Et nous n’avons pas encore crevé cet étron boche, au nazisme revivifié par le nazislamisme ! Qu’attendons nous, bon sang !

Le plus démocratiquement du monde, les Turcs retournent dans le passé. Ils font de leur pays une nouvelle république islamique. Pourquoi n’entendons nous aucun commentaire insultant, sur ces racistes nazislamistes, comme nous en avons entendu sur les Suisses, qui pourtant ne les méritaient pas ? Question posée en particulier au Grand Rabbin de France.

Les fellouzes d’Algérie, ou leurs rejetons, continuent leur terreur comme autrefois. Des Algériens arabes chrétiens sont arrêtés et persécutés parce que chrétiens, sans bien sûr, que ça émeuve qui que ce soit chez les propago-déchets. Et le meneur des fellouzes insulte impunément la France car elle ne respecterait pas chez elle, la liberté de culte de sa Religion d’Arnaque, de Trafics et de Pédophilie !

Comme d’habitude, avec toutefois beaucoup moins de conviction, les abrutis juifs bavardent sur les réunions forcées organisées par l’usurpateur de la Maison Blanche, entre les dirigeants israéliens et les nazislamistes. Comme d’habitude, le parti âvoda (zara) israélien et son meneur Ehoud BARAK, font dans le délire suicidaire. Mais D. merci, désormais tout le monde s’en fiche. Fort à propos, le journaliste de France 3, Clément WEILL-RAYNAL, rappelle la légalité totale des implantations juives en Judée et en Samarie. Or, de manière raciste et obsessionnelle, le semi-nazislamiste occupant la Maison Blanche prétend interdire ces implantations.

Gag de la semaine : le coupable de la fiction crapuleuse sur « la crevaison d’un petit déchet », l’étron de chien de Fange2 pond un bouquin pour se disculper. Avec les éloges dithyrambiques de la propagande, l’Immonde en tête.

Inutile de continuer l’énumération de tous les actes de lâcheté et d’avilissement commis en Occident. Signalons tout de même un début de bonne nouvelle. En Suède, un parti anti-envahisseurs va faire son entrée au parlement, saluée comme il se doit par les cris d’horreur des propago-déchets.

En attendant, nous espérons toujours l’abattage des premiers collabos. C’est désormais la seule voie efficace de la Résistance contre l’invasion nazislamiste.

Par Charles DALGER, le 22 septembre 2010

24/08/2010

Ce qu’on ne peut pas dire sur l’islamisme…

… Et bien il y en qui osent le dire. Et ce n’est qu’un épisode de l’Histoire, que l’on interdit d’évoquer… Il serait bon, dans les temps à venir, que l’on procède de même concernant l’invasion islamiste du XXI ème  siècle…

Lu sur: http://tinyurl.com/28e8m79

FDF

Dans cet article du Wall Street Journal, Paul Berman parle des intellectuels américains qui refusent de faire face au passé nazi des islamistes.

Mr Berman est écrivain, en résidence à l’université de New York. Son ouvrage le plus récent est « The Flight of the Intellectuals » (La fuite des intellectuels) (Melville, 2010).

Antisemitisme-exhumationx


Dans cet « Âge des bouches cousues » que nous vivons, nous sommes censés éviter de formuler aucune des déplaisantes observations qui suivent à propos de l’histoire et des doctrines du mouvement islamiste :

Nous n’avons pas le droit de noter que l’islamisme est une tendance politique moderne, et non pas ancienne, qui est née dans un esprit d’harmonie fraternelle avec les fascismes européens dans les années 1930 et 1940.

Berman Nous n’avons pas le droit de remarquer que les idées nazies ont visiblement pris racine chez les islamistes d’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne la nature démoniaque des conspirations juives et les vertus du génocide.

Et nous n’avons pas le droit de dire qu’en poussant toute une foule de journalistes et d’intellectuels à observer un silence discret et respectueux sur ces sujets délicats, les prêcheurs et idéologues islamistes ont réussi à nous imposer leurs propres catégories d’analyse.

En tout cas, c’est ce que j’ai écrit dans mon récent livre « The flight of the intellectuals » (La fuite des intellectuels). Mais ai-je raison ? Je lis avec plaisir certaines critiques très négatives, convaincu que les pires constituent la meilleure des confirmations de ce que j’avance.

Personne ne conteste que les nazis aient collaboré avec plusieurs leaders islamistes. Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem, s’est adressé au Moyen-Orient sur Radio Berlin. Son plus puissant appui dans la région était Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans. Al-Banna, lui aussi, disait du bien de Hitler. Mais il n’existe pas de consensus quant à la manière d’interpréter ces anciennes alliances et leurs conséquences actuelles.

Tariq Ramadan, le philosophe islamique d’Oxford, est le petit-fils de Banna, et il explique que son grand-père était un grand démocrate. Selon l’interprétation de Mr Ramadan, tout ce que les islamistes ont fait dans le passé doit être regardé avec sympathie, en tenant compte de ce qu’il appelle le « contexte », comme l’expression logique de rapports géopolitiques anticolonialistes, et rien de plus. Les principales critiques de mon livre, celles parues dans Foreign Affairs, dans National Interest et dans le New Yorker, viennent d’apporter des variations sur l’interprétation de Mr Ramadan.

L’article du Foreign Affairs prétend que, pour le mufti de Jérusalem, Hitler n’était rien de plus qu’un « allié commode », et qu’il est « absurde » d’imaginer une alliance plus approfondie. Ceux du National Interest et du New Yorker ajoutent que, pour formuler les choses comme ce dernier, « des alliances improbables » avec les nazis étaient courantes parmi les anticolonialistes.

Les articles évoquent certains des compagnons de Gandhi, une faction de l’IRA (Irish republican army), et même un militant sioniste solitaire et stupide qui, en 1940, avait cru un moment que Hitler pourrait être un allié contre les Britanniques. Mais ces diverses tentatives pour minimiser la signification de l’alliance entre islamistes et nazis passent sous silence une montagne de documents, dont certains découverts l’an dernier dans les archives du département d’État par l’historien Jeffrey Herf, qui révèlent des liens authentiquement profonds.

« Tuez les juifs partout où vous les trouvez. Cela plaît à Allah, à l’histoire et à la religion », disait le mufti de Jérusalem sur Radio Berlin en 1944. Et la rhétorique du mufti se poursuit, reprise aujourd’hui en écho dans les grands manifestes islamistes comme la charte du Hamas et la populaire émission télévisée de Sheikh Yusuf al-Qaradawi, un savant révéré aux yeux de Tariq Ramadan : « Oh Allah, compte-les et tue-les jusqu’au dernier ». Foreign Affairs, le National Interest et le New Yorker ont consacré près de 12 000 mots à critiquer « La fuite des intellectuels ». Et pourtant, bien que le livre s’appuie sur toute une série de citations génocidaires de ce type, pas un de ces journaux n’a trouvé la place nécessaire pour en reproduire une seule.

Qaradawi génocide

Et pourquoi donc ? Parce que quelques citations hitlériennes par des leaders islamistes mettraient en évidence le ridicule de tout le reste des essais publiés par ces magazines – et en particulier des arguments avancés dans la critique du Foreign Affairs, selon laquelle Qaradawi doit être perçu comme un champion du « centrisme » bénéficiant de la faveur populaire, et pour qui le Hamas mérite d’être félicité en tant que mouvement « modéré » et « pare-feu contre la radicalisation ».

Ayaan_macleans2 Le New Yorker est le seul de ces magazines à réfléchir, ne serait-ce que brièvement, sur l’antisémitisme. Mais il le fait en regardant dans une autre direction que mon livre et en critiquant Ayaan Hirsi Ali, la Hollandaise d’origine somalienne championne des libertés individuelles. Selon le New Yorker, l’admiration de Hirsi Ali pour Voltaire montre qu’elle ne se rend pas compte, par ignorance, qu’il y a quelques centaines d’années même les esprits les plus ouverts n’aimaient pas les juifs. Et la dénonciation par Mme Hirsi Ali de l’oppression des femmes dans les quartiers immigrés du Londres d’aujourd’hui traduit son ignorance du fait qu’il y a longtemps les immigrés juifs ont subi l’oppression dans ces mêmes quartiers.

Mais tout cela suinte la mauvaise foi. Mme Hirsi Ali est l’une des ennemies du mouvement islamiste les plus éloquentes du monde. Elle fait tout pour cibler l’antisémitisme islamiste. Et les antisémites l’ont ciblée en réaction.

Il y a six ans, un fanatique islamiste a assassiné Theo van Gogh, le coréalisateur d’un film avec Mme Hirsi Ali. Il laissait derrière lui, fixée par un poignard enfoncé dans le thorax du cadavre, une menace de mort où il dénonçait en Mme Hirsi Ali un agent des conspirateurs juifs. Et pourtant, dans le cadre d’un essai présentant diverses excuses à l’alliance de jadis entre islamistes et nazis, le New Yorker a le culot d’expliquer que, si quelqu’un a besoin d’un cours sur l’histoire de l’antisémitisme, c’est Mme Hirsi Ali !

Telle est l’humeur de notre temps. Certains intellectuels sont incontestablement en fuite, prompts à ricaner des musulmans progressistes au franc parler et réticents à dire la vérité sur la réalité de l’islamisme.

Source : What You Can’t Say About Islamism, Wall Street Journal (abonnés), Traduction par Hachebé pour Poste de veille