Francaisdefrance's Blog

29/09/2010

Chroniques de la connerie ordinaire: grève de la faim pour défendre les Roms…

A cette dame, je ne dirai qu’une chose: si elle veut aider les Roms, comme tel est son souhait, semble t’il, nul besoin de se stigmatiser et de souffrir sinon pour avoir les « honneurs » des médias et franchement, ce genre de réaction, le chef d’Etat s’en fout royalement. Il faut qu’elle héberge un ou plusieurs Roms  chez elle et ce sera considéré comme un vrai geste humanitaire. Point barre. Que les assocs gauchos-bobos qui soutiennent et amplifient ce gendre de réaction fassent de même.

FDF

.

« Je remets ma vie entre les mains de Nicolas Sarkozy »

(Eh ben, avec ça, elle est tranquille et rassurée… FDF)

Nancy Bernad, en grève de la faim pour les Roms.

Nancy Bernad, en grève de la faim pour les Roms. | maxppp

Nancy est une ancienne aide-soignante de 54 ans, aujourd’hui sans emploi, « mais son teint pâle et ses gestes lents lui en donnent dix de plus » décrit Le Progrès.

Et pour cause, cette Stéphanoise est en grève de la faim, « depuis le 13 septembre » assure-t-elle au quotidien, pour dénoncer selon elle des « lois ségrégationnistes françaises à l’encontre de la communauté rom ». Dans sa ligne de mire, la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy et l’expulsion de Roms.

Le 22 septembre sur Le Post, une posteuse, créatrice du comité de soutien à Nancy, relayait déjà son action.

http://www.dailymotion.com/swf/video/xezajb?additionalInfos=0

(vidéo du Progrès)


Morceaux choisis de son interview par Le Progrès:

« Les droits de l’homme et du citoyen sont bafoués, et ces lois signent l’arrêt de mort de la communauté. Or, je refuse d’être complice d’un système d’Etat raciste et xénophobe « 

« J’ai milité dans diverses associations auparavant. Mais on y parle beaucoup et on ne fait pas grand-chose. Moi, au moins, je suis dans le concret, pas dans les bla-bla ».

« Avant de débuter cette grève, j’avais écrit à sept associations humanitaires pour les informer de ma démarche. Seule l’une, La voix des Roms, a pris contact avec moi. J’ai aussi écrit au président de la République, lui indiquant que je remettais ma vie entre ses mains. Je n’ai pas eu de réponse « .


Le souhait de Nancy, « l’abrogation de ces lois. Je suis déterminée, j’irai jusqu’au bout. »

« Mais je commence à avoir des vertiges, le moindre effort devient pénible ».

Un groupe Facebook a vu le jour pour soutenir Nancy Bernad, et compte déjà 713 membres.

Capture d'écran Nancy Bernad.

Sources : Le Progrès, Facebook

Par La rédaction du Post