Francaisdefrance's Blog

18/11/2011

Florilège de caricatures…

Un petit billet spécial caricatures.

Je veux ma fatwa !!!

Une belle avec du sang, de la violence, qu’on essaye de m’égorger, de me tirer dans le dos, que l’on piège mon 4X4, enfin, tout ce dont dispose la religion d’amour, de paix et de tolérance. Ah, j’oubliais: qu’on me mutile, qu’on me foute de l’acide en pleine poire, qu’on de démembre, qu’on me pende, qu’on m’émascule (prévoyez une tronçonneuse… « pas de remarques, Henri »), et autres délices orientaux.


FDF

.

Bonne lecture: servez vous largement, il n’ y a pas de copyright…

Ici: http://creepingsharia.wordpress.com/mohammed-cartoon-collection/

31/07/2011

Gentillesses islamistes sur fond de charia en Iran.

Ames sensibles, n’allez pas plus loin que le texte d’introduction; la photo publiée pourrait choquer…

.

Eh bien, moi je pense qu’elle est bien gentille, cette p’tite dame. Défigurée à vie, elle ne souhaite pas que son agresseur subisse la charia: pas amputé, pas pendu, pas de membres coupés, pas de pendaison à une grue de chantier, pas lapidé, pas rendu aveugle, rien… Le « saint » coran dit qu’il faut pardonner. Ben elle pardonne, la dame.

Elle voudrait simplement un peu d’oseille, pour le petit préjudice subi: deux millions d’euros. Il faudra qu’il ait recours à la finance islamique, le type. Il paraît que c’est avantageux… Bon; c’est lui qui…voit. Tout s’achète, dans la vie; il suffit d’y mettre le prix.

A signaler une petite particularité bien iranienne: là-bas, dans un hôpital, on ne fait pas que soigner; on mutile et on applique les sentences de la charia. C’est plus hygiénique… Ah les cons!

FDF

.

La jeune Ameneh Bahrami, aveuglée et défigurée à l’acide, a renoncé à l’application de la peine selon laquelle son agresseur aurait dû être aveuglé dimanche.

La victime, Ameneh Bahrami…

.

« Ameneh Bahrami, victime d’une attaque à l’acide, a pardonné à la dernière minute à son agresseur Majid et renoncé à réclamer son droit à la loi du talion qui devait être appliquée aujourd’hui », a annoncé le site de la télévision d’Etat. Le procureur de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi, a confirmé à l’agence Isna que Ameneh Bahrami, trentenaire, avait renoncé à réclamer l’aveuglement de son agresseur quelques instants avant l’application de la sentence à l’hôpital de Téhéran dépendant de l’autorité judiciaire. La jeune femme a en revanche exigé d’être dédommagée selon le principe du « prix du sang », a-t-il ajouté.

« Sept ans de lutte… »

En application de la loi du talion prévue par la charia (loi islamique) en vigueur en Iran, Majid Movahedi avait été condamné en 2008 à être aveuglé par le versement de gouttes d’acide dans les yeux pour avoir défiguré et aveuglé en 2004 Ameneh Bahrami qui refusait ses demandes en mariage.

Cette dernière a expliqué dimanche à Isna qu’elle avait « lutté pendant sept ans pour obtenir ce verdict », mais avait décidé d’accorder son pardon à la dernière minute parce que le verset du Coran sur le talion « dit qu’il faut pardonner« . « Je l’ai aussi fait pour le calme de ma famille, et également pour mon pays car apparemment tous les autres pays regardaient ce que nous faisions », a-t-elle souligné.

« …Pas par vengeance »

La peine aurait dû être appliquée le 14 mai dernier, mais les autorités judiciaires avaient décidé à la dernière minute de la reporter, sans donner d’explications. La décision d’exécuter cette peine, qui aurait été une première en Iran selon certains médias, avait été dénoncée par Amnesty International et de nombreuses associations de défense des droits de l’Homme comme un « châtiment cruel et inhumain équivalent à un acte de torture ».

La femme iranienne, qui vit en Espagne où elle a subi de nombreuses opérations, avait alors affirmé que les autorités judiciaires iraniennes faisaient pression sur elle pour qu’elle renonce à l’application de cette peine. Elle avait fait part dans un premier temps sa détermination à ce que son agresseur soit aveuglé, précisant que ce n’était « pas par vengeance » mais dans l’espoir que cela dissuaderait d’autres attaques de ce genre contre des femmes à l’avenir.

Elle avait ensuite indiqué qu’elle était prête à renoncer à son droit si elle obtenait de son agresseur deux millions d’euros de compensation pour « assurer (son) futur ».

La loi du talion est le plus souvent appliquée en Iran pour des affaires de meurtres. La famille de la victime doit demander expressément son application, qui est ensuite laissée à l’appréciation du juge. Plusieurs attaques à l’acide ont été signalées ces dernières années en Iran, et la presse a soutenu Ameneh Bahrami en publiant notamment des photos de son visage avant et après qu’elle soit défigurée…

Source: http://www.lexpress.fr/

22/05/2011

Irak: un chrétien décapité et mutilé par des islamistes…

Il avait été enlevé. Et ces ordures n’avaient pas eu la rançon demandée. Ca fait peur quand on sait le nombre d’otages de l’islam dans le monde…

FDF

.

Les chrétiens d’Irak épouvantés suite à la décapitation d’un des leurs à Kirkouk

L’assassinat d’un chrétien dans la ville nord-irakienne de Kirkouk a déclenché l’épouvante parmi les fidèles du pays. Ce simple travailleur a été retrouvé décapité et mutilé le 16 mai dernier, car sa famille, sans ressources, n’avait pas réussi à trouver les 70.000 euros de rançon exigés. En Irak, la violence contre les chrétiens est toujours à l’ordre du jour. Il ressort des informations fournies par l’Église catholique que depuis 2004, il y a eu dans le pays toute une série d’attentats contre des églises, sept assassinats de prêtres, ainsi que plusieurs enlèvements d’évêques.

Lors d’un entretien avec l’œuvre internationale catholique de bienfaisance « Aide à l’Église en Détresse », l’archevêque chaldéen catholique de Kirkouk, Mgr Louis Sako, a déclaré qu’il admirait que la foi de ses paroisses soit en permanence vigoureuse, malgré tant de violence. « Au cours de toutes ces années, je n’ai jamais entendu parler de la conversion du moindre chrétien à l’Islam, malgré les multiples menaces », a affirmé Mgr. Sako. En revanche, des musulmans viennent régulièrement dans son église pour se faire baptiser. « Mais je n’ai pas le droit de les baptiser. Il n’y a pas de liberté de culte ! »

L’archevêque chaldéen catholique d’Erbil, Mgr Bashar Warda, estime que la décapitation du jeune chrétien à Kirkouk visait à intimider les chrétiens. « Désormais, chacun paiera immédiatement la rançon. » Il suppose que des islamistes se cachent derrière ce crime, et a appelé les ecclésiastiques musulmans d’Irak à faire comprendre à leurs fidèles qu’un tel meurtre est un crime contre l’humanité et contre la foi. « Il est inconcevable que dans certaines mosquées, la haine contre les fidèles d’autres religions continue d’être prêchée », insiste-t-il.

L’archevêque syro-catholique de Mossoul, Yohanna Petros Mouche, a en revanche déclaré à « l’Aide à l’Église en Détresse » ne pas croire que des motifs strictement religieux résident derrière la violence dans le pays. Pour les bandes criminelles, il est plutôt question d’argent. Mgr Mouche a toutefois accordé que les bandits pouvaient être instrumentalisés par des courants politiques radicaux. « Certains disent même que les criminels sont payés par les partis », a-t-il ajouté.

Doutes quant à la possibilité d’un dialogue avec l’islam

Une délégation de « l’Aide à l’Église en Détresse » se trouve actuellement en Irak, pour s’informer de la situation de l’Église dans le pays. Au cours de l’entretien avec l’œuvre de bienfaisance, tous les chrétiens irakiens interrogés ont exprimé des doutes quant à la possibilité que le dialogue inter-religieux avec les musulmans porte des fruits. Un prêtre, qui pour des raisons de sécurité ne souhaite pas être nommé, a déclaré après le meurtre : « Les musulmans nous parlent constamment de cohabitation paisible. Mais quelque chose comme ce meurtre arrive, et aucun ecclésiastique musulman ne le condamne. Que devons-nous en penser ? » Un autre prêtre a ajouté : « Il n’y a pas de dialogue inter-religieux. Quand nous voulons parler avec des chefs musulmans, ils viennent, prêchent et repartent. Mais ils ne nous écoutent pas. »

« Nous ne pouvons être sûrs des musulmans que si nous leur montrons que c’est nous qui avons le contrôle », a dit le maire d’une agglomération chrétienne à « l’Aide à l’Église en Détresse ». Les chrétiens de son village, situé près du fief terroriste nord-irakien de Mossoul, se protègent par des murs de béton, des barrières routières et des gardes armées contre les terroristes et les criminels. « Les bandes armées sont un grave problème à Mossoul et aux environs », déclare le maire. « Nous supposons qu’il y a en Irak des courants politiques qui paient ces criminels pour qu’ils fassent la chasse aux chrétiens. » Il estime, comme Mgr. Warda, que certaines mosquées iraquiennes ne prêchent que l’intolérance. « Si j’abandonnais le christianisme, personne ne me poursuivrait pour me couper la tête. C’est la différence avec l’Islam. »

Source: http://www.radinrue.com/

25/09/2010

Inde: un professeur catholique est mutilé par des islamistes pour un exercice de ponctuation !

Tolérance et charia…

FDF

.

Quelques mois après avoir distribué à ses élèves leur sujet d’examen de ponctuation où se glissait le nom « Muhammad », Thenganakunnel Joseph, professeur dans un collège catholique du Kerala, un Etat du sud de l’Inde, a été violemment agressé. Sa main droite a été mutilée, ses bras et jambes fracturés.

Quel meilleur exercice qu’un dialogue pour vérifier les connaissances des élèves en matière de ponctuation en malayalam, la langue officielle du Kerala ? Le professeur Joseph s’inspira en l’occurrence d’un dialogue entre un fou et Dieu, tiré d’un film local. Mais c’est le fou qu’il choisit d’appeler « Muhammad », le nom du Prophète de l’islam, comme des milliers d’habitants dans un Etat où le quart de la population est musulman.

Quelques semaines plus tard, le 4 juillet, des hommes l’ont attaqué à coups de haches et de barres de fer à la sortie de la messe. La police soupçonne le Front populaire indien, un groupuscule islamiste local, d’avoir organisé cette attaque, et a arrêté vingt-sept de ses membres.

Plutôt que de venir au secours de son professeur, le collège Newman, placé sous protection policière à la suite de manifestations de musulmans, a préféré le renvoyer, l’accusant d’avoir porté atteinte au sentiment religieux de la communauté musulmane. « Il a délibérément ridiculisé le prophète », explique Thomas Malekkudy, le responsable du diocèse de Kothamangalam, sous lequel l’autorité du collège Newman est placée. Le diocèse a même fait lire pendant la messe, dans plus de 120 paroisses, une circulaire expliquant que le professeur Joseph avait cherché à discréditer l’Eglise et ses institutions.

Thenganakunnel Joseph se retrouve désormais invalide, sans emploi, avec une famille à nourrir. « Je me suis déjà excusé et je ne voulais offenser quiconque en utilisant le nom « Muhammad » », assure le professeur. La Ligue musulmane indienne et des organisations catholiques ont demandé, en vain, la réintégration du professeur.

Un modèle de coexistence

« Cet incident est symptomatique de l’influence rampante du fondamentalisme religieux qui mène à la violence dans le pays en général, et plus récemment des violences dans le Kerala », observe l’historien KN Panikkar dans une tribune publiée par le quotidien The Hindu.

Début septembre, des façades d’églises ont été vandalisées…

Suite et source: http://tinyurl.com/24xfede

16/09/2010

Application de la charia en France: « faut pas avoir peur »…

Je repique cet extrait de « Qui a peur de l’Islam » diffusé le 10 septembre sur France 4 :
Lapidation : l’avis d’un musulman de France
avant qu’il ne tombe sous le couperet de la censure, qui est devenu un sport national dès que l’on aborde le problème qu’est l’islam.L’intégriste qui parle me fait peur. Il vous fera peur aussi. Voilà ce qui nous pend au nez si on ne réagit pas immédiatement. Il n’est jamais trop tard… C’est à Roubaix, fief de Martine Aubry, que ça commencerait. Rien d’étonnant… Continuez à voter PS… Mais ça ne vous oblige pas à voter UMP; c’est pareil.


J’utilise la version « rutube », c’est apparemment plus sûr…
FDF
.

http://rutube.ru/tracks/3585326.html?v=35470c396d185a2afb3179d0c695179f

11/08/2010

Merveilleux islam…

.

Vomir… J’ai envie de vomir… Et pas simplement à cause de la vue de cette photo…

FDF

Le temps de la propagande

11 Août 2010

Time+cover.png

La couverture de TIME du 9 juillet est particulière. Elle se compose de la photo de la jeune Bibi Aisha (18 ans, mariée à 12), mutilée par son mari (pour avoir quitté le domicile conjugal), et d’une affirmation expliquant que c’est « ce qui arrivera si nous quittons l’Afghanistan« .

Ma première impression est marquée par la qualité de la photo.

Mais le commentaire montre tout le poids des mots derrière le choc de l’image.

Tout d’abord, on peut considérer que cette mutilation barbare s’est produite en 2009, alors que le pays était déjà occupé depuis 8 ans par les forces occidentales. Leur présence n’a donc rien changé.

L’Afghanistan serait-il pire s’il n’était pas occupé ? Le journal Time veut-il suggérer que ce cas se multiplierait jusqu’à devenir habituel si les armées commandées par les Etats-Unis quittaient ce pays ?

Encore faudrait-il pouvoir observer sous les burqas pour s’en assurer.

Se servir de la légitime horreur qu’inspire cet acte barbare exceptionnel pour justifier la guerre est une manière de procéder très douteuse. On pourrait tout autant se servir du prétexte de cette mère infanticide pour déclarer la guerre à la France, ce pays « barbare » où les mères tuent leur nouveau-né. La perversion de certains doit-elle rejaillir sur tout un peuple ?

On trouve des images semblables, pendant la guerre d’Algérie.

mutilation+alg%C3%A9rie.jpg

A cette époque, il n’y avait pas de Taliban, ni Al Qaïda, juste des nationalistes Algériens. Après la prise de pouvoir du FLN, les mutilations se sont-elles multipliées ? Non, bien sûr…

On en viendrait même à se dire que c’est le climat de guerre, avec toute son horreur, ses chairs meurtries, ses membres coupés, ses gueules cassées, qui banalise d’une certaine façon cette mutilation absurde, qui n’est qu’une moindre blessure parmi d’autres, souvent mortelles.

De son côté, la voix du Djihad (site « officiel » Taliban) dément être impliqué dans cet acte contraire à la Charia, selon une traduction signalée par le site @rrêt sur images.

Dans la lois Islamique sacrée, couper des oreilles et des nez humains, que la personne soit vivante ou morte, est illégal et interdit. Dans de nombreux hadith de Muhammad , la mutilation et le fait de couper nez, oreilles ou lèvres chez un mécréant mort a été fortement interdit, comment alors l’Emirat Islamique peut être faire une telle chose chez quelqu’un de vivant, et musulman qui plus est? Dans la Sharia, si quelqu’un commet un acte aussi haineux en toute injustice, il sera récompensé par la loi du Talion.
Nous sympathisons avec notre soeur Aisha et nous appelons cet acte atroce un crime contre l’humanité et contre la loi Islamique.

D’une propagande à l’autre, qui croire ? Que chacun se fasse sa propre opinion, voici simplement quelques éléments de réflexion.

Un article du Rimbusblog