Francaisdefrance's Blog

09/08/2011

Aux musulmans du XVIIIe: merci d’avoir accepté… de ne plus nous faire ch… !

C’est vrai, quoi! Ils auraient très bien pu refuser cette proposition d’hébergement pour continuer à bloquer sciemment nos rues, tout en bravant nos lois avec comme prétexte qu’ils n’avaient pas de lieu de prière… Il faut savoir quand-même que des lieux de prière, il y en existe pas très loin de l’endroit où ils exercent leur foi à l’air libre. Ce n’est peut être pas dans le XVIIIe, mais c’est proche. Et puis, quand on est croyant comme ils ne cessent de nous le rabâcher, on prend le métro et en quelques minutes, on arrive à une mosquée. La foi, c’est ça, aussi. Et le coran n’exige pas de prier OBLIGATOIREMENT dans une mosquée. On peut aussi faire ça chez soi. Mais il est sûr qu’on ne peut faire venir un imam facilement pour l’écouter brailler sa propagande.

J’aime bien la phrase de Claude Guéant: « le 16 septembre, ces locaux entreront en service« … Ca veut tout dire: c’est certainement aux frais du CONtribuable que les locaux seront rendus « agréables et adéquat » pour nos amis musulmans. Sans compter une énorme entorse à la loi de 1905…

Bref, tout ça pour dire que cette nouvelle « solution » trouvée à Paris pour que les musulmans nous rendent nos rues risque fort de faire des émules… De toutes façon, « ils » trouveront toujours un moyen de nous rendre la vie impossible. La provocation et la stigmatisation, c’est leur cheval de bataille…

On en reparlera prochainement…

FDF

.

Ca va nous manquer…

.

Les responsables du culte musulman ont accepté la proposition de la préfecture de police de Paris de mettre à disposition des musulmans du XVIIIe arrondissement de Paris une ancienne caserne pour qu’ils n’aient plus à prier dans la rue, a annoncé lundi le ministre de l’Intérieur Claude Guéant.

Depuis plusieurs années, chaque vendredi, jour de la grande prière, plusieurs centaines de fidèles musulmans parisiens ne pouvant accéder aux mosquées des rues Myrha et rue Polonceau, dans le XVIIIe arrondissement, se retrouvent à prier dans la rue. Une situation qui, au-delà de susciter la polémique dans la classe politique, a mis en lumière le manque criant de place pour les pratiquants musulmans à Paris. Récemment, le préfet de police de Paris Michel Gaudin a proposé aux responsables du culte musulman la mise à disposition d’une ancienne caserne dans le XVIIIe arrondissement pour pallier temporairement à la situation.

Ces derniers, dont le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), ont depuis visité les locaux de l’ancienne caserne de Clignancourt avec deux salles importantes, l’une de 1.200 mètres carrés, l’autre de 800 mètres carrés, et « les ont trouvés tout à fait appropriés« , a annoncé lundi le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, dans une interview à l’AFP. Aussi, « il est convenu que le 16 septembre, ces locaux entreront en service« , a affirmé le ministre, ajoutant que « les prières de rue, c’est quelque chose qui n’est pas acceptable, directement attentatoire au principe de la laïcité, (et) il faudra que ça cesse« .

A Marseille, où existent des problèmes identiques, « les concertations sont encore en cours, mais l’objectif reste le même: les prières de rues doivent disparaître« , a-t-il relevé.

Source: http://lci.tf1.fr/