Francaisdefrance's Blog

01/03/2012

Le respect de la femme en islam… Images « choc »…

On m’a fait parvenir ce PPS qui montre de façon atroce, comment les islamistes de certains pays traitent les femmes…

Et cette idéologie veut nous envahir? Et il en est qui la soutiennent, de part l’Occident? Honte à eux! Mais franchement; revenons sur terre. Les preuves des atrocités commises par ces intégristes qui obéissent aveuglément à la charia nous parviennent chaque jour. On va bientôt le faire, ce nettoyage des écuries d’Augias.

Ce sont des fous. Pire, même, si c’était possible…

Femmes de tous les pays, aidez nous à vous défendre contre ces monstres barbus issus de la fange du monde! Manifestez vous en masse.

Âmes sensibles, s’abstenir.

FDF

.

Musulmanes

.

Merci à Martine…

08/02/2012

Pays-Bas: décret islamique interdisant le vélo aux femmes…

Alors, on s’excite ??? Terminé !!!

.

.

Obnubilés par le sexe, les musulmans… Aveuglés par leur intégrisme. Et Misogynes à mort. Quel beau peuple.

Moi, je les obligerais à ne circuler exclusivement qu’à vélo, les « mâles » muzz. Et sans selle…

D’ailleurs, même leurs couvées nichées, dans les cités et les banlieues, ne parlent que de ça et l’une de leurs principales occupations sont les « tournantes ». A plusieurs sur une fille. Et si elle est blonde et blanche de peau, ce n’en n’est que plus « glorieux »… En outre, on les surnomme bien des « niktamère », non?

Ce sont vraiment des tordus.

FDF

.

CERTES  IL S’AGIT D’UNE  REDITE  D’IL Y A 4 ANS    MAIS IL EST TOUJOURS INDISPENSABLE DE RAPPELER ET RAPPELER ENCORE  CE QU’EST CETTE  HORREUR  APPELEE  ISLAM  ET  LA SHARIA  TOUJOURS AUSSI LIBERTICIDE,  MEURTRIERE,  SEXISTE,     QUI VA AVEC.

RAPPELEZ-VOUS  TOUT CELA AU MOMENT DE METTRE LE BULLETIN DANS L’URNE  DANS MOINS DE 3 MOIS

RAPPELEZ-VOUS  QU’AVEC L’UMPS,   à nouveau   AU POUVOIR,   C’EST CELA QUI NOUS ATTEND   RAPPELEZ VOUS DE CE QU’INFLIGENT LES ISLAMISTES  à TOUS LES PAYS ARABES QU’ILS DIRIGENT

De plus, le religieux estime tout simplement que « le fait d’écarter les jambes d’une femme, pour pratiquer le vélo, est excitant sexuellement, et la femme doit s’abstenir… »    VOUS AVEZ DIT MOYEN-ÂGE ????
JC JC…

.

.

En l’absence de toute autorité religieuse reconnue, chargée de valider les fatwas, chaque ouléma autoproclamé peut prétendre justifier ses décrets et les légitimer par ses propres interprétations du Coran ou de la Tradition.

(…)

La dernière polémique relatée par le site « Elaph.com » (29/12/2007) en est une bien triste illustration, qui frôle le « ridicule » (…). En effet, la dernière trouvaille concerne une fatwa qui interdit à la femme musulmane de pratiquer le vélo, car, selon les religieux qui la répandent, « enjamber la selle du vélo suscite chez la femme une excitation sexuelle, et le vélo devient, de ce point de vu, un objet prohibé ».

Les musulmanes vivant aux Pays-Bas n’ont pourtant pas le choix que d’utiliser le vélo, le moyen de transport le plus populaire en Hollande, avec plus de 30 millions d’unités dans le pays. (…) Les musulmanes les plus conservatrices respectent la fatwa à la lettre, et assimilent le vélo à un objet sexuel. Elles sont confortées dans leur approche par l’interprétation du cheïkh Kamal Al-Faïdy, qui estime que « la fatwa interdisant le vélo est exécutoire et doit être appliquée par toutes les femmes ». Pour lui, « la femme, bien qu’elle soit correctement voilée, risque de laisser apparaître certaines parties de son corps quand elle enjambe une selle de vélo, ce qui est en soi prohibé ». De plus, le religieux estime tout simplement que « le fait d’écarter les jambes d’une femme, pour pratiquer le vélo, est excitant sexuellement, et la femme doit s’abstenir…»

Une fatwa ou fetfa[1][2] ou fetva[3] (arabe : فتوى [fatwā], avis juridique, au pluriel : fatāwa) est, dans l’Islam, un avis juridique donné par un spécialiste de loi religieuse sur une question particulière. En règle générale, une fatwa est émise à la demande d’un individu ou d’un juge pour régler un problème où la jurisprudence islamique n’est pas claire. Un spécialiste pouvant donner des fatāwa est appelé un mufti.
Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fatwa

Source: http://pointdebasculecanada.ca/

26/01/2012

Les musulmames seront le talon d’Achille de l’islam…

C’est de l’humour. Enfin, façon JPPS… Moi j’aime bien.
FDF

.

Mais JP, as tu pensé à l’avenir???

Ci dessous:

16/01/2012

LE VIOL DES FEMMES NON MUSULMANES PAR DES MUSULMANS EN OCCIDENT…

L’article ne date pas d’aujourd’hui mais l’analyse est toujours d’actualité. Le viol raciste est l’apanage des islamistes…

Refoulés sexuels? Certes; comme tous les violeurs.

Viols soi-disant au nom de la »religion »? C’est leur excuse…

Ca se soigne; enfin, on essaie. Mais avec des malades de ce type, on a du mal à croire en la médecine pour enrayer l’épidémie.

« Couic! », comme dirait Henri.

Alors les muzz? Envie de violer, là ???

FDF

.


Un article de Frontpage magazine qui revient sur un sujet souvent occulté par les médias, les intellectuels et les politiques parce qu’islamiquement incorrect.

http://www.frontpagemag.com/Articles/ReadArticle.asp?ID=20646

Traduit par Marianne pour www.occidentalis.com le 28 décembre 2005

.

Les motivations des criminels sont claires : comme ils l’expliquent eux-mêmes, le choix de leurs victimes relève de raisons ethniques. En Australie, en Norvège, en Suède et d’autres nations occidentales ces viols racistes sont en progression et soutenus par des hautes autorités islamiques: le cheik libanais Faiz Mohammed excuse le viol des Australiennes provocatrices habillées de façon « indécente », tandis que le mufti et le disciple islamique, Shahid Mehdi expliquait que les femmes danoises violées l’avaient cherché puisqu’elles ne portaient pas le foulard islamique !

Pour le cheik égyptien Al-Qaradawi , les femmes violées « provocatrices parce que non habillées « décemment » devraient être punies. Il a ajouté, « pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite. »

En Norvège et en Suède, le journaliste Fjordman parle d’une épidémie de viol. Deux viols sur trois commis à Oslo sont le fruit des immigrés musulmans et 80 pour cent des victimes sont des femmes norvégiennes.

En Suède, selon Ali Dashti, « Les viols collectifs, habituellement faisant participer les mâles immigrés musulmans et les filles suédoises indigènes, sont devenus banals. » Il y a quelques semaines cinq Kurdes ont brutalement violé une suédoise de 13 ans« .

En France, Samira Bellil est sortie de  son silence – après avoir supporté des années des viols collectifs répétés dans des cités majoritairement habitées par des musulmans – et a écrit un livre, « dans l’enfer des tournantes« . Décrivant comment le viol collectif est effréné dans les banlieues , elle a expliqué au Temps que, « n’importe quelle fille de voisinage qui fume, emploie le maquillage ou porte les vêtements attrayants est une putain. »

Malheureusement, les femmes occidentales ne sont pas les seules victimes de cette épidémie. En Indonésie, en 1998, les groupes de droits de l’homme ont rapporté le témoignage de plus de 100 femmes chinoises violées pendant les émeutes qui ont précédé la chute du Président Suharto. Bon nombre des violeurs ont dit : « vous devez être violées, parce que vous êtes chinoises et des non-Musulmanes. »

En avril 2005, une fillette  pakistanaise de neuf ans a été violemment violée par ses voisins musulmans ; elle était infidèle et chrétienne et devait payer pour l’intervention des Américains en Irak…

Au Soudan – où les musulmans arabes abattent les musulmans noirs et les Soudanais chrétiens dans un génocide continu – l’ancien esclave soudanais et maintenant activiste des droits de l’homme Simon Deng* explique qu’il était témoin des filles et des femmes violées et que le régime arabe de Khartoum envoie ses soldats pour commettre ces crimes. Dans d’autres rapports, des femmes qui sont capturées par des forces gouvernementales sont interrogées : « êtes vous chrétienne ou musulmanes? » et celles qui répondent chrétiennes, sont  violées, leurs seins coupés.

Ce phénomène de violences sexuelles islamiques contre des femmes non-musulmanes occidentales devrait être traité comme une épidémie pressante, violente, répressive. Au lieu de cela, les journalistes, les intellectuels, et les politiciens l’ignorent, le rationalisent, ou diabolisent ceux qui osent en parler.

En Australie,  quand le journaliste Paul Sheehan a rendu compte honnêtement des viols collectifs de Sydney, il a été traité de raciste et a été accusé d’entretenir  la haine contre les musulmans. Keysar Trad, vice-président de l’association musulmane libanaise australienne a indiqué que les viols collectifs étaient un crime « honteux » mais se plaignait que l’appartenance ethnique des violeurs avait été rapportée. D’ailleurs pendant le jugement l’appartenance ethnique des violeurs n’a pas été évoquée… Les policiers responsables des enquêtes ont été violemment menacés par les libanais musulmans : menaces de mort à leur encontre et menaces de viols envers leurs petites amies…La police a fini par laisser tomber leurs poursuites contre des violeurs libanais…

En France, dans les banlieues,  le viol collectif est maintenant connu simplement comme tournantes où les victimes savent que la police ne les protégera pas. S’ils se plaignent, Samir Bellil dit, ils savent qu’eux et leurs familles seront menacés. Dans la plupart des poursuites françaises, les violeurs musulmans déclarent qu’ils ne croient pas qu’ils ont commis un crime. Et dans un parallèle effrayant avec les violeurs en Australie, ils disent que la victime doit se blâmer elle-même et l’accuse d’être une »salope » ou une « putain. »

Selon le Guardian , pendant les émeutes françaises récentes, un prince saoudien avec des parts à News Corporation a revendiqué à une conférence à Dubaï qu’il avait téléphoné à Rupert Murdoch et s’était plaint au sujet des nouvelles de Fox News décrivant les perturbations en tant qu « émeutes musulmanes. » Dans la demi-heure qui a suivie, le terme a été changé en « émeutes civiles. »

À Malmö, la troisième plus grande ville en Suède, la police a admis qu’elle ne commande plus la ville. « Elle est efficacement dirigée par les troupes violentes des immigrés musulmans. » Le personnel d’ambulance est régulièrement attaqué et refuse maintenant d’aider jusqu’à ce qu’une escorte de police arrive. La police a trop peur pour investir des parties de la ville sans protection.

Début 2005, les journaux norvégiens ont signalé qu’Oslo avait enregistré le nombre le plus élevé de cas de viols en douze mois précédents. Cependant, Fjordman explique que les statistiques officielles ne contenaient aucune donnée concernant « la surreprésentation des immigrés dans les auteurs de viols », et les médias demeurent étrangement silencieux. Le professeur d’Oslo d’anthropologie, Unni Wikan, a dit que les femmes norvégiennes doivent prendre la responsabilité du fait que les hommes musulmans trouvent leur façon de s’habiller provocatrice. Et puisque ces hommes croient que les femmes sont responsables du viol,  les femmes doivent s’adapter à la société multiculturelle ! [NDRL : Au lieu d’agir, de punir sévèrement les criminels, de prévenir les femmes non musulmane du danger, on demande tout simplement aux femmes occidentales d’avoir une attitude de dhimmi ! Lamentable !]

La BBC a fait un documentaire programmé en 2004, avant que la police en Grande-Bretagne ait averti qu’il pourrait augmenter la tension raciale. « Dans ces circonstances exceptionnelles… A Channel 4, l’animateur responsable a accédé à la demande de la police…  » Le documentaire devait montrer comment les Pakistanais et d’autres hommes musulmans ont sexuellement maltraité des jeunes filles anglaises blanches aussi jeunes que 11 ans.

Le nombre de viols commis par des hommes musulmans contre des femmes dans la dernière décennie est tellement incroyablement haut qu’il ne peut pas être regardé autrement qu’un comportement culturellement implicite. Il est manifestement renforcé et encouragé par les chefs religieux musulmans qui blâment les victimes et excusent les violeurs.

En trois décennies d’immigration dans les pays occidentaux, l’Islam a causé des bouleversements et des ravages sociaux dans chacun de ses pays d’accueil. Aucun autre programme d’immigration n’a rencontré les problèmes de non-assimilation et d’ambiguïté religieuse.

Ainsi donc les musulmans n’hésitent plus à utiliser l’arme de guerre qu’est le viol en Occident. Parce que nous sommes en guerre et c’est l’islam qui nous l’a déclarée. Ne pas l’admettre, claironner à droite et à gauche le contraire ne retire pas la réalité des faits. Et cette horrible réalité qui prend forme par le viol  des femmes occidentales non-musulmanes est une réalité qui s’amplifie et devant laquelle les lâches censés nous alerter et nous protéger se cachent derrière une inacceptable dhimmitude !

Pourtant cet autre élément barbare du djihad qu’est le viol est d’une extrême gravité et d’une grande importance : les femmes ainsi traitées, souillées, insultées et torturées auront du mal à vivre dans la société et à fonder une famille. Et c’est exactement ce que veulent les musulmans : on prend la femme de l’ennemi légalement ou on la détruit par le viol. Et c’est ainsi que l’ennemi finira à la longue par être diminué parce que  moins nombreux !

Le pire dans tout cela c’est la complicité abjecte de tous ces salopards qui ne veulent surtout pas entendre parler de la vérité ni la voir éclater au grand jour (ce qui nous permettrait de nous protéger!), pour qui ces faits sont insignifiants en fin de compte : on ne va pas sacrifier « la paix » pour si peu ! Et c’est ainsi que les fils d’Allah tissent leur toile partout en Occident, et de faits « insignifiants » en faits « insignifiants », appliquent leur projet qui est d’islamiser le monde.

Merci à Max…

04/01/2012

Régime sec pour les musulmanes…

J’ai retrouvé par hasard cette info que j’avais déjà du publier il n’y a pas très longtemps. C’est au cas où vous l’auriez occultée…

Trop débile…
FDF

.

« Les musulmanes ne peuvent plus toucher de carotte ni de banane » !

Photo d’illustration…

.

Un dignitaire musulman vient de lancer une interdiction très étrange envers les femmes de confession musulmane.

C’est le site égyptien Bikya Masr qui rapporte l’information, un homme a décidé d’interdire aux femmes musulmanes de toucher aux concombres, aux bananes ou même aux carottes, ces légumes qui ont la forme de sexes masculins.

Selon lui, il n’est pas question de leur interdire d’en consommer. Les femmes devront simplement ne toucher à ces légumes qu’une fois que leur forme ne sera plus aussi suggestive. « Si les femmes musulmanes veulent consommer ces légumes et ces fruits, elles ne le pourront que lorsqu’ils seront coupés en morceaux et cela devra être fait de préférence par leur mari ou leur père« , indique ce dignitaire religieux dont l’identité n’a cependant pas été révélée.

Ces propos ont rapidement semé la polémique dans les pays musulmans. De nombreuses personnes se sont indignées sur plusieurs forums en indiquant que cette interdiction est tout simplement ridicule et déraisonnable.

Source: http://www.7sur7.be/

Bonus:

et les kiwis, c’est interdit aussi? (Non, mais je demande, au cas où)…

FDF

17/12/2011

Horreur: des combattants talibans pakistanais ont coupé les seins d’une femme qui allaitait son enfant !

Et ont forcé d’autres femmes de manger les morceaux !

.

Cet incident sanglant est décrit dans un rapport sur ​​la maltraitance des femmes dans les régions tribales bordant l’Afghanistan, en proie au militantisme.

.

Dédié à celles et ceux qui m’accusent d’islamophobie.

En lisant ces lignes, j’ai eu envie de vomir… Avouez qu’il y a de quoi. Dénoncer ces faits est nécessaire, pour la sauvegarde de notre chrétienté; que veulent anéantir les islamistes et la remplacer par leur idéologie…

FDF

.



L’incident s’est produit lorsque cinq militants sont entrés dans une maison et ont vu la femme en train d’allaiter son enfant. L’Express Tribune cite le rapport intitulé Impact of crisis on women and girls in FATA (l’impact de la crise sur les femmes et les filles des régions tribales). Ce rapport de l’organisation de droits humains « Khwendo Kor » (Maison des soeurs en pachto) publié avec le soutien financier de l’ONU, est basé sur des études de cas de femmes de la ceinture tribale vivant dans des camps érigés à Khyber-Pakhtunkhwa pour les personnes déplacées en raison du militantisme. Les femmes des régions tribales sont plus susceptibles d’être victimes d’abus dans un contexte post-conflit, qu’elles fassent ou non partie du conflit, indique le rapport.

Le rapport révèle également que dans les camps, des femmes ont été forcées d’avoir des relations sexuelles en échange de nourriture et d’autres articles. Les filles et les veuves sont plus exposées à de tels abus. « Quand je suis allée chercher de la nourriture à l’entrée principale du camp, un agent de sécurité m’a forcé à avoir des relations sexuelles en échange d’huile de cuisson et de lentilles », a déclaré une femme de 22 ans du camp de Jalozai citée dans le rapport.

Les enquêtes menées dans les camps de secours de Nahqai et de Jalozai montrent que les femmes ne sont pas à l’aise d’aller aux toilettes parce que des hommes rodent continuellement dans les parages. Le rapport fait également état d’une augmentation des « crimes d’honneur » visant les femmes violées, le viol étant considéré comme un déshonneur pour la famille. Les mariages forcés, les crimes d’honneur, l’échange de femmes entre tribus et la naissance d’enfants handicapés à cause des mariages entre cousins germains rendent les femmes très dépendantes, indique le rapport.

Source : Taliban cut nursing woman’s breast, asked others to eat pieces: UN-backed report, Indian Express, 16 décembre 2011.

Traduction par http://www.postedeveille.ca/

04/12/2011

3000 victimes de «crimes d’honneur» à Londres en 2010 !

Et au nom de l’islam !!!

.

Photo d’illustration

.

Et chez nous, c’est pour quand ? En fait, les « crimes d’honneur » ne sont pas rares, chez nous. « On » évite d’en parler, c’est tout…

FDF

.

« Une association a recensé près de 3000 victimes de «crimes d’honneur» dans le pays en 2010. Les plaintes déposées à la police ont doublé en un an dans certaines zones, dont Londres.

Battues, séquestrées, mutilées, aspergées à l’acide ou tuées pour avoir porté atteinte à l’honneur de leur famille. Cette réalité a été vécue en 2010 par près de 3000 jeunes femmes résidant en Grande-Bretagne, selon une étude parue par l’Organisation pour le droit des femmes iraniennes et kurdes (Ikwro). Dans la seule capitale de Londres, ces «crimes d’honneur» ont doublé en un an, avec près de 500 cas ».

Source: Du Figaro

Via: Le salon Beige

26/11/2011

Ce que les musulmans pensent des femmes…

Mesdames, accrochez vous. Les musulmanes n’y font même plus attention; elles subissent. Mais si elles sont demeurées à ce point là, ça les regarde.

Voyez cet excellent reportage (ci-dessous).

FDF

.

Vous avez dit attardés mentaux ?????????

il faut se pincer pour  croire qu’on n’est pas dans un cauchemar.

JC JC…

C’est par ici…   http://www.youtube.com/watch?v=xwfy4P4Csq0

12/11/2011

Musulmanes, musulmans: la Corse vous parle !


Ca fait penser au temps où le Grand Charles parlait aux Français depuis l’Angleterre. Epoque révolue mais texte adapté. Voyez plutôt:


VIG Les_CORSES_parlent_aux_musulmans1

.

Bravo à vous, amis Corses !

FDF

02/11/2011

Nos lois républicaines sont « racistes ». Ben voyons…

Les muzz, vous nous pompez grave! Nous sommes en France! Vous êtes chez nous, en France. On vous demande de respecter nos lois, même si ce ne sont pas les vôtres. Car vos lois moyen-âgeuses, elles ne sont pas adaptées à notre République qui elle, vit en 2011. Alors, cessez de f….. le bordel chez nous!

Il vaut mieux pour vous de faire profil bas, car le peuple de France en a marre de vos provocations habituelles. Le peuple de France gronde. Il commence à bouger… Les Français ont du mal de démarrer; mais une fois que c’est parti… 1789, ça vous dis quelque-chose? Précision: ce n’est pas mentionné dans le coran…

Vous avez le choix; un seul choix… Vous intégrer ou bien dégager. Clair ou faut il que vous l’écrive en arabe ?

FDF

.

Tebr Jebli et Mahjoub :  4 MOIS DE PRISON et OBLIGATION DE FAIRE  (c’est à dire de RESPECTER NOS LOIS).

Ils refusent de respecter nos lois républicaines qu’ils jugent  « RACISTES »   et « CONTRAIRES AUX DROITS DE L’HOMME ».  C’est un comble!
Désormais  il  sont contraints par la justice de NOTRE pays.

« Tout cela, c’est la faute de la loi de 2005, qui interdit aux filles de porter le voile à l’école. C’est une loi raciste ».

ON NE PEUT PAS AVOIR LE BEURRE, L’ARGENT DU BEURRE, LE CREMIERE  ET LES ALLOCATIONS FAMILIALES AVEC  et  refuser de respecter NOS lois.

____________________________________________________________________________________________________________________

SOURCES :  http://www.laprovence.com/article/a-la-une/avignon-quatre-musulmanes-privees-decole-par-leurs-parents

http://www.bivouac-id.com/billets/avignon-quatre-musulmanes-privees-decole-par-leurs-parents/

http://www.neoprofs.org/t39626-avignon-quatre-musulmanes-privees-d-ecole-par-leurs-parents

http://www.nationspresse.info/?p=148758#more-148758

Avignon : quatre musulmanes privées d’école par leurs parents !

La loi interdit le port du voile islamique à l’école, ce qui a conduit ces parents à déscolariser leurs filles.

Cette maman de 45 ans a fait un choix : ses quatre filles, de 3à 16 ans, n’iront pas à l’école de la République. Ce qui est son choix le plus strict. Elle a décidé qu’elles recevraient une éducation par correspondance, complétée par ses soins. Ce qui est aussi, son droit. Et même si c’est pour des motifs religieux que Tebr Jebli a fait ce choix, en refusant que ses filles ôtent leur voile, c’est aussi son droit. Le souci qui a été évoqué hier, devant le tribunal correctionnel d’Avignon, c’est que l’enseignement dont ont bénéficié les fillettes « ne leur permet pas de devenir des citoyennes libres et épanouies« , a insisté la présidente, Mme Moulet. Bref, elles ont un niveau scolaire bien trop bas, ce qui a entraîné leurs parents Tebr et Mahjoub devant le tribunal, pour répondre du « refus d’inscrire un enfant dans un établissement d’enseignement, malgré une mise en demeure« , de l’inspection d’Académie.

Une « loi raciste »

Tout le problème est là : si on peut s’interroger sur la désocialisation d’enfants, dont l’aînée est devenue jeune fille, la question est leur niveau scolaire. Or, elles n’ont pas été scolarisées via un centre agréé (comme le Centre national d’enseignement à distance, Cned), mais un organisme belge. Et, visiblement, leur niveau « atteint à peine celui de CM1« , a précisé Mme Moulet. Plus grave, il semblerait que les enfants passent plus de temps devant « des séries américaines qu’à leur devoir« , dit encore l’instruction. Enfin, s’agissant de l’aînée, âgée de 16 ans et qui veut passer un CAP petite-enfance, elle n’a pas le brevet, n’est toujours pas inscrite et il n’est pas dit qu’elle aura le droit de garder le voile dans un centre de formation.

Les arguments n’ont pas semblé gêner les parents. Si Tebr, qui porte un long voile dégageant le visage, s’exprime peu, le père lui, a potassé la question : « Tout cela, c’est la faute de la loi de 2005, qui interdit aux filles de porter le voile à l’école. C’est une loi raciste« , n’hésite-t-il pas à dire. Et d’expliquer que l’évaluation des enfants déscolarisés ne doit pas se faire en fonction du niveau des autres enfants, mais de l’éducation reçue. Pas du goût du parquet, qui a fait remarquer que le choix de vivre en France (le père est natif du Maroc), se « fait en acceptant les droits et devoirs et parmi eux, l’obligation de scolariser ses enfants« . Et de rappeler le principe fondateur de la République qui est le respect de la laïcité : « Vous parlez d’un droit, moi je parle d’un devoir« .

Le père a tenté, une fois de plus, d’invoquer les droits de l’Homme.

En vain : il a été condamné, avec son épouse, à quatre mois de prison avec sursis et l’obligation de faire suivre aux enfants les cours du Cned.

Pour l’aînée, il est déjà trop tard.

Merci à JC JC…

10/08/2011

Ramadan et sexualité: les délires de l’islam…

Mais qu’est-ce qu’ils se compliquent la vie… Des « oui », des « non », des « peut-être », des « c’est selon »; Tout ce que l’on peut retenir de ces propos c’est que la journée on ne mange pas, on ne boit pas, on ne b…. pas. Mais alors, une fois la rupture du jeûne entamée, c’est la grosse orgie. Mais sous l’oeil bienveillant d’Allah, bien sûr… Ca ne m’étonne pas que les intégristes arrivent, en suivant les préceptes du coran, à se sentir frustrés au plus haut point et de défoulent par le viol…

FDF

.

Le quatrième « pilier » de l’islam dès la « rupture du jeûne »…

.

Mois de Ramadan : La sexualité pendant le jeûne

« La sexualité, en dehors de la copulation, n’a pas d’interdit pendant la journée du mois de Ramadan et la femme indisposée peut préparer le repas du jeûneur ».

Ces propos de l’Imam Ismaël Tiendrébeogo du Centre d’étude, de recherche et de formation islamique (CERFI) et de l’Association des élèves et étudiants musulmans au Burkina (AEEMB), résument la conduite sexuelle que doivent observer les adeptes de Mahomet pendant la durée du quatrième pilier de l’Islam.

Egalement auteur de l’ouvrage ‘’La sexualité du couple : conseils pratiques pour une vie de couple plus épanouie’’ publié en 2008, notre interlocuteur énumère dans l’entretien qui suit des comportements recommandés pour cette période où certaines pratiques de la vie courante requièrent des mesures particulières.

« Beaucoup de gens, y compris des musulmans, se posent souvent la question de savoir si les rapports sexuels sont tolérés ou interdits pendant le mois de Ramadan ?

Pendant le mois de Ramadan, les rapports sexuels sont interdits pendant la durée de jeûne que l’on observe, lequel est fait de trois abstinences principales : l’abstinence de manger, celle de boire et celle de la copulation. Mais la copulation est concernée seulement durant la journée de ce mois. Dès qu’on rompt le jeûne, pour peu qu’on ne soit pas en retraite pieuse pendant les dix derniers jours du mois, il n’y a pas d’interdiction à avoir des relations sexuelles avec son conjoint.

Donc le couple peut continuer à avoir des relations sexuelles ; il doit seulement respecter la tranche consacrée à l’abstinence de manger et de boire ?

Avant la fin du jeûne, la sexualité peut prendre une autre forme. Elle peut être traduite en des embrassades comme le faisait le Prophète, en des propos doux à l’endroit de son conjoint, l’homme peut aussi aider sa femme dans la cuisine et la femme peut s’intéresser à ce que l’homme fait. La sexualité, en dehors de la copulation, n’a pas d’interdit pendant la journée du mois de Ramadan. Il n’est pas non plus interdit d’autres formes de sexualité avec son épouse qui est dans son cycle menstruel à condition bien sûr d’éviter la copulation. On va donc se départir de toute pratique qui va jusqu’à une excitation sexuelle productive, c’est-à-dire qui fasse éjaculer l’homme ou lubrifier la femme ; dans ce cas, il y a rupture du jeûne.

Existe-t-il d’autres types de rapprochements, ou de marques d’affections recommandés aux couples pour le mois de Ramadan ?

En dehors des aspects que nous connaissons comme étant des formes de sexualité, l’islam a voulu que dans la vie de couple, l’homme et la femme vivent une certaine harmonie. Au temps du Prophète, il se lavait avec son épouse Aïcha et il faisait même des courses à cheval avec elle. Une fois, il a pris le pagne taché de menstrues, ce que nous les hommes nous considérons habituellement comme sale, et par amour pour sa femme, il l’a lavé. Le lendemain, Aïcha était étonnée de voir que malgré le statut de son mari devant Allah et devant les hommes, cela ne l’a pas rendu orgueilleux au point de ne pas rendre service. Elle disait que chaque fois que le prophète revenait à la maison, il était disponible pour aider les uns et les autres, il jouait avec tout le monde et c’est lorsqu’on annonçait la prière qu’il s’en allait. Et cela devrait être le comportement de chaque musulman car le Coran nous dit dans la sourate 33 que « vous avez en le Messager un excellent modèle pour quiconque croit en Dieu et espère au jour dernier ».

Mais pour ceux qui ne sont pas mariés, comment doivent-ils vivre leur sexualité pendant cette période ?

Le verset 32 de la Sourate 17 nous dit : « N’approchez pas de la fornication, c’est une voie pernicieuse et un chemin plein d’embûches ». Même en dehors du mois de Ramadan, il est interdit d’avoir des rapports sexuels avec une personne avec laquelle on n’est pas marié. Le Prophète a dit dans un Hadith que « l’homme commet un péché aussi pire que celui de déposer sa semence dans un réceptacle illicite ». Autrement dit, le fait de produire sexuellement dans l’appareil génital d’une personne avec laquelle on n’est pas marié religieusement.

Le cycle hormonal de la femme requiert des dispositions particulières pour certains rites de la religion. Déjà, dans quelles conditions dit-on qu’une femme est indisposée en Islam ?

La femme indisposée est celle-là qui est dans son cycle menstruel ou qui est dans ses lochies, c’est-à-dire le sang que la femme perd après l’accouchement jusqu’au retour des couches. Certains musulmans estiment cela à quarante (40) jours après l’accouchement et d’autres pensent qu’ils sont un phénomène physique, et il faut juste constater son interruption pour commencer son cycle de prière, son jeûne et les autres cultes. Pour la femme qui se trouve dans son cycle menstruel, il suffit d’attendre la fin de l’écoulement du sang, elle se purifie en se lavant et elle recommence ses prières. Mais il arrive des moments où certaines femmes sont perturbées par un type d’écoulement de sang conduisant à une confusion entre le sang menstruel et le saignement d’une hémorragie ordinaire. Là, les savants musulmans disent de vérifier. S’il s’agit d’une femme réglée au préalable, de prendre la moyenne de ses règles car il se pourrait qu’il s’agisse d’un saignement hémorragique. Mais au-delà d’une semaine, il est conseillé d’aller en consultation car cela pourrait cacher des déséquilibres hormonaux ou une hémorragie qu’elle fera mieux d’arrêter avant que ce ne soit plus grave.

Une femme indisposée peut-elle alors observer le jeûne ?

Elle ne peut pas faire le jeûne, ni la prière, ni certains rites du pèlerinage. Elle s’en abstient jusqu’à ce qu’elle se purifie du sang de ses menstrues ou des lochies. Et elle n’a pas à rattraper les prières qu’elle a ratées du fait de ses menstrues. Mais pour ce qui est du jeûne, elle doit rattraper une fois que le Ramadan est passé. Elle doit rattraper les jours qu’elle a ratés, et accessoirement jeûner pendant les six (06) jours subrogatoires suivant immédiatement le mois de Ramadan. Elle doit jeûner les trente jours et les six jours du mois de Chawwal (Ndlr : 10e mois du calendrier musulman) pour faire trente-six jours. Comme le Prophète lui-même nous a dit, chaque œuvre est récompensée au décuple pendant le mois de Ramadan. Pour les trente-six jours de jeûne que nous allons observer, Allah va nous donner la récompense de celui qui aura jeûné pendant une année soit 30 jours + 6 x 10 = 360, à peu près donc l’année entière. Elle ne rattrape pas les prières mais elle doit rattraper le jeûne de préférence avant le prochain Ramadan. L’épouse du Prophète, Aïcha, le faisait juste dans la période précédant le Ramadan, c’est-à-dire Chaabane (Ndlr : 9e mois du calendrier musulman).

Est-ce que dans cet état d’impureté, la femme peut faire la cuisine pour son mari ou pour tout autre jeûneur ?

Quand on parle d’impureté, ce n’est pas la personne elle-même qui est impure, mais l’écoulement sanguin. Comme le sperme, l’urine, les selles, ce sont des éléments qui sortent du corps de l’homme dont le séjour prolongé en lui est source de douleur ; pour l’homme, ce sont ces éléments qu’on appelle souillure en Islam. Ce n’est pas la personne elle-même mais ce qui sort d’elle. Quand on dit qu’elle ne peut pas prier, cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas préparer ou faire autre chose. En dehors de cela, elle peut préparer pour son mari, elle peut traverser la mosquée, elle peut lire le Coran si l’interruption va perturber son processus d’apprentissage, elle peut réciter des versets pour se protéger. Il n’y a pas une interdiction absolue mais des réaménagements particuliers de ses actes d’adoration notamment ses prières et son jeûne.

Toutes ces dispositions ne peuvent-elles pas ébranler la foi des femmes ?

Pour ce qui est des menstrues, souvent les femmes ne sont pas souvent contentes de perdre un peu l’élan, de perdre des jours dans le mois de Ramadan. Mais, il faut rappeler que ce n’est pas un sort qu’Allah leur jette, mais, il a voulu que leur cycle hormonal fonctionne de la sorte. Elles pourront rattraper leur jeûne après le mois de Ramadan et, finalement, elles n’auront rien perdu. Pour celles qui ne voient pas leurs règles, il se peut que cela relève du fait qu’elles soient enceintes ou qu’elles allaitent. Si l’allaitement ou la grossesse peut être perturbé par le jeûne, on va inclure la femme dans la catégorie de personnes exemptées de jeûne. Elle va compléter le nombre de jours qu’elle aura manqués. La pratique en Islam ne nuit pas à la santé ou au bien-être de l’individu ; bien au contraire, on prend cela en compte au préalable avant de proposer quelque chose, comme Allah le dit : « nous n’avons pas mis de gêne dans votre religion » »

Ouf, on arrive au bout. Vous vous souvenez du début?

FDF


30/06/2011

Loi sur le port du voile: première bavure !

Il fallait s’y attendre…

FDF

.

L’application de la loi sur le port du voile s’est immédiatement révélée difficile :
c’est ainsi que nous avons appris qu’à ce jour, 4 personnes ont été interpellées:
3 musulmanes, aussitôt relâchées.

Un apiculteur, toujours en garde-à-vue…

Source de cette démentielle info: http://forumpatriotemlp.xooit.fr/

14/04/2011

Suisse: un député s’insurge contre les piscines réservées aus musulmanes.

Dessin: Alex

Et avouez qu’il y a de quoi. Entre la tolérance et l’islamisation, il y a un grand pas… Nous sommes à vos cotés; Monsieur Samuel Graber !

FDF

Depuis 2009, la piscine couverte du quartier de Gäbelbach, à Berne, est interdite aux hommes et aux garçons de plus de six ans le samedi après-midi. «La forte proportion de migrantes dans ce secteur en est la cause, dénonce le député UDC de Horrenbach Samuel Graber. Les musulmanes très pieuses ne fréquentent pas les bains publics si des hommes s’y trouvent.» Gasp!

Lire la suite
L’horrifié précité a même appris qu’il s’agirait d’un projet «d’intégration» – les guillemets sont de lui –, mais il possède un avis bien différent: «C’est plutôt d’une adaptation unilatérale des habitudes suisses à la charia qu’il s’agit. Ceux qui se livrent à des mises en garde contre l’introduction de ladite charia qui nous menace sont taxés d’hystériques et de propagandistes, grommelle-t-il. L’exemple de Gäbelbach montre pourtant que l’introduction de la loi islamique est déjà en partie réalité

Dans ce contexte de désolation, notre croisé préalpin s’était fendu d’une interpellation bien sentie, avide qu’il était de savoir si le canton soutient ce projet d’intégration et si d’autres piscines bernoises excluent les hommes au profit des musulmanes.

Source: http://www.journaldujura.ch/

10/02/2011

Les attaques à l’acide en terres d’islam.

C’est la charia, qui l’impose; oui, la fameuse charia qu’ils veulent faire appliquer chez nous, en Occident… Ils savent « où ça fait mal », ces charognes. Dans le physique et dans le mental.

Attention! Certaines images (des bienfaits de cette « religion » d’amour, de paix et de tolérance) sont particulièrement choquantes…

FDF

.

Voir:

17/10/2010

L’islam façon turco-allemande… Vidéo.

Désolé, c’est en langue allemande mais nul besoin de comprendre ce qui se dit…

A(muzz)ez-vous bien

FDF

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=vBl-fz2XMd8

12/10/2010

« Allah a honoré les épouses en instituant le châtiment des coups » ; « les coups ne sont permis que quand elles refusent les rapports sexuels »…

Ben vous voyez que les muzz ne frappent pas les femmes sans raison… Aux nanas de « Ni putes ni Soumises »: lisez bien ce qui suit… Ca va vous donner de bonnes raisons de faire du « rabattage » (pardon pour le terme…) pour récupérer des musulmanes dans vos rangs. Enfin, si leurs bourreaux de maris le permettent…

FDF

.
Voir les extraits-vidéo sous-titrés en anglais sur MEMRI TV (attention! Il vous faudra peut-être télécharger le plugin; sinon, cliquez la source, plus bas…) : http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/63/0/2600.htm

Ci-dessous des extraits d´une interview du prédicateur égyptien Saad Arafat, diffusée sur Al-Nas le 4 février 2010.

Présentateur  : Croirez-vous que de nos jours, les Européennes rêvent d´un mari qui soit comme un protecteur pour elles ? J´aimerais pouvoir fournir des statistiques aux téléspectateurs. 90% des femmes britanniques ne veulent pas épouser un homme faible qui reste assis et se met à pleurer quand il a un problème. Elles disent : Non, un tel homme nous fait l´effet d´une femme. Nous voulons un homme viril.

On reproche [à l´islam d´autoriser] de battre sa femme, ce qui est une accusation grave.

Examinons cette affaire point par point.

« Voyez comme elle est honorée : si le mari bat sa femme, il ne doit pas la frapper au visage. »

Saad Arafat : Allah a honoré les épouses en instituant le châtiment des coups.

Présentateur : les a honorées par des coups ? Comment est-ce possible ?

Saad Arafat : Le prophète Mahomet a dit : « Ne la frappez pas au visage, et ne la rendez pas laide. » Voyez comme elle est honorée : si le mari bat sa femme, il ne doit pas la frapper au visage. Et quand il la bat, il ne doit pas l´insulter. C´est incroyable ! Il la bat afin de la discipliner.

(…) Il y a une étique des coups.
En outre, il ne faut pas lui administrer plus de dix coups, et il ne doit pas lui briser les os, l´insulter, lui casser les dents ou lui donner un coup de poing dans l´œil. Il y a une étiquette des coups. S´il la bat pour la discipliner, il ne doit pas lever la main haut. Les coups doivent partir du niveau du buste. Toutes ces choses honorent la femme.

Elle a besoin d´être disciplinée. Comment son mari peut-il faire ? Par des remontrances. Si celles-ci ne la dissuadent pas, il doit refuser de partager son lit avec elle. Si elle ne se repent [toujours] pas, il doit la frapper, mais il y a des règles à respecter : il est interdit de la frapper au visage ou de la rendre laide. Et en la battant, vous ne devez pas la maudire : l´islam l´interdit.

Source: http://tinyurl.com/3ylztmb

04/10/2010

Extraits de reportage de France 24 sur la pratique de la charia a Sumatra.

Charia: Sumatra, c’est bien, aussi… (Désolé pour la pub, avant.).

FDF

.

http://rutube.ru/tracks/3535892.html?v=e061184df73ff19c7c677109a7edbcf8

29/09/2010

Islamikazes de charme…

Alors là, les gars, vous êtes graves… Même moi, j’aurais pas osé. Quoi que… Une fatwa! Une fatwa!

FDF

PS: éloignez les enfants, les nôtres, c’est du « XXX« .

.

Dans la série « islamikaze, en voilà une idée allah con » : se faire sauter pour l’islam, oui, si c’est par Panzani…


Sil Panzani, bonne pâte, accepte bien volontiers, sens du sacrifice oblige

C’est vrai qu’il y a mieux à faire.

Tomber pour l’islam ou tomber sur Islam, tel est le dilemme…

Source: http://tinyurl.com/358u9nj

17/09/2010

Ecole musulmane à Lyon: « Les femmes doivent obéir à leur mari, elles ne doivent pas sortir sans leur permission » !!!

Pourvu que la mienne ne lise pas ça… (-:

Religion de tolérance…

FDF

.

« Samedi dernier, c’était journée portes ouvertes au lycée Al Kindi. Beaucoup de monde, et des élèves heureux de montrer leur travail : expériences scientifiques, voyage en Angleterre.

Dans une salle de présentation des cours de civilisation islamique, des affiches qui expliquent longuement les ablutions. Et un panneau sur le mariage, réalisé par deux élèves de seconde, où on lit « Les femmes doivent obéir à leur mari, sauf si c’est contraire aux préceptes de l’islam. Elles ne doivent pas sortir sans leur permission ». L’enseignante est embarrassée : elle n’avait pas vu. « Nous nous sommes mobilisés pour trouver des financements, pas assez pour préparer les portes ouvertes », répond Nazir Hakim. « Les professeurs n’ont pas été assez vigilants. Mais cela ne reflète absolument pas ce que nous voulons transmettre du Coran. Le panneau a été fait par deux élèves, qui ont exprimé ce qu’elles vivaient dans leur famille. Comme je le disais en conférence il y a 15 jours, le Coran a été expliqué par des machos : les femmes doivent faire entendre leur voix. Mais ce n’est pas facile de changer des mentalités construites au fil des années. La communauté est tiraillée entre tradition et modernité : nous devons travailler avec ça. Mais Al Kindi, avec ses valeurs et références musulmanes, est partie intégrante de l’école de la République». »

Source: http://tinyurl.com/3xbcv32

16/08/2010

Interview : Karima Safia (Insoumise et Dévoilée).

Belgique:

Alors que les politiciens tergiversent, Karima agit !


Voulant interviewer Karima Safia, présidente de l’ASBL Insoumise et Dévoilée, j’avais rendez-vous au Résidence Palace à Bruxelles le 03 juin où elle tenait une conférence de presse pour présenter le n° vert 0800- 23 243 «S.O.S. Mariage Forcé» attribué depuis le 01 juin à l’association.
L’interview étant programmée après cette conférence de presse, je décidais néanmoins d’y assister. M’y trouvant à 14h00 comme prévu, pas de Karima !
Patientant après que l’on nous aie dit qu’elle était dans les bouchons, j’examine la salle…
Une vingtaine de personnes attendent patiemment, des journalistes, bien sûr, des intéressés et curieux aussi mais pas un seul politicien !
D’un pas décidé, un petit bout de femme entre… C’est Karima ! Elle dit bonjour à toutes les personnes présentes… Un bonjour ponctué d’un bisou à tous individuellement et puis monte au podium et annonce: «Nous allons encore attendre un peu car des personnes sont dans le bouchon d’où je sors!»
Sûre d’elle, énergique, décidée, naturelle, ainsi est Karima, cette marocaine de 34 ans née à Anvers et habitant Verviers qui est fière d’être musulmane comme son compagnon et qui est, depuis deux ans, présidente de l’ASBL Insoumise et Dévoilée créée pour venir en aide aux femmes musulmanes qui veulent quitter leurs époux ou parents afin de… Vivre tout simplement !

BEP: Comment tout cela a t-il démarré ?

Karima: Ayant connu moi-même contraintes et sévices durant ma jeunesse, j’ai fuis et ai écris le livre «Insoumise et dévoilée». Les réactions et témoignages furent nombreux. Je me suis rendue compte que mon cas n’était pas isolé, que des violences intra-familiales liées à des traditions archaïques perduraient encore de nos jours et pas bien loin… Ici en Belgique ! J’ai créé alors l’ASBL pour aider ces femmes.

BEP: Ça n’a pas dû être facile ?

Karima: Oh que non ! Mis à part Monsieur J.F. Istasse qui m’apporta d’emblée son soutien et son appui total, j’avais certes beaucoup de sympathisants mais était seule sur le terrain avec mon portable… Je recevais un appel et je fonçais à la rencontre de la désespérée sans trop me poser de questions et sans savoir comment j’allais gérer !

BEP: Cela a évolué ?

Karima: Oui et même assez rapidement,,,  J’ai été rejointe par des personnes ayant vécu mariages forcés, séquestrations, maltraitances liées aux traditions ou même simplement obligation de porter le voile. Ces personnes se battent maintenant tous les jours avec moi pour aider ces filles et femmes a se relever.

BEP: Quel est votre travail concrètement ?

Karima: Venir en aide immédiatement aux filles et femmes qui en font la demande personnellement ou par le biais des autorités (police, hôpitaux) du moment qu’elles déposent plainte… Même contre X si elles ne veulent pas désigner directement un proche mais il faut une plainte officielle afin d’éviter que la famille ne signale officiellement sa disparition car là , vous en conviendrez, ce serait la cata pour elle !
Une fois la fille «libérée», nous la prenons complètement en charge car le travail ne fait en réalité que commencer… Il faut la cacher, la réconforter, lui apprendre ses droits, la guider pour entrer pleinement dans sa «nouvelle» vie de femme libérée… Nous avons actuellement 18 familles d’accueil pour nous aider dans notre tâche.

BEP: Mais il y a des maisons spécialisées pour cela !

Karima: Nous avons essayé à nos débuts avec les centres d’accueil pour femmes battues mais ça n’a pas marché, les filles ne voulaient plus y rester après quelques jours. Ce ne sont pas des cas sociaux et ce sont des musulmanes donc très famille. Oui, il leur faut un nouveau cocon familial pour bien les reconditionner et les faire démarrer dans la vie… J’en ai même une actuellement qui envisage l’université et… Nous allons le faire ! Qu’elle organisation ou centre peut faire ça ?

BEP: Oui mais ça coute! Comment faites-vous ?

Karima: Quelques dons (au compte 068-2500123-72 de l’ASBL Insoumise & Dévoilée, rue Lucien Defays, 10 à 4800 Verviers où les membres paient une cotisation annuelle de 20 €) , une aide de 3000 € de la Région Wallonne et nos deniers à nous, c’est tout !

BEP: Vous n’avez pas de subsides pour une telle œuvre ?

Karima: Nous pourrions peut-être en avoir mais il faut faire des dossiers, les présenter et attendre… Ma petite équipe et moi n’avons pas de temps pour ces démarches fastidieuses. Si vous connaissez quelqu’un qui peut s’en occuper pour nous c’est OK, mais nous, notre énergie et notre temps sont dédiés aux filles qui n’ont pas le temps d’attendre !

BEP: Et les politiciens ne font rien ?

Karima: Ah ceux-là ! Ils apprécient et certains, qui ont vu que notre truc marchait, veulent maintenant se l’accaparer pour faire belle figure.
C’est pour cela que cette conférence de presse a eu lieu aujourd’hui… J’ai eu vent, vendredi, qu’une association allait naître avec n° vert… Nous avons passé tout le week-end a travailler et surtout à chercher les fonds pour la garantie demandée pour l’ouverture d’un n° vert et voilà, c’est fait! On ne sait pas encore comment on va payer les factures mais, qu’importe, nous sommes les premiers officiels et tant mieux pour les filles !

BEP: Pourquoi ?

Karima: Si ils tentent de faire quelque chose, croyez-moi, il vont droit dans le mur ! Ce sont avant tout des musulmanes et qui veulent le rester… Il faut connaître leurs coutumes, leur religion et ne pas perdre de vue, encore une fois, que ce ne sont pas des cas sociaux au sens propres du terme. Non, ce sont des filles qu’il faut, bien sûr, sauver mais surtout suivre, aider, consoler et rediriger après, et ce, 24h00 sur 24… Qui d’officiel va s’engager dans un tel sacerdoce ?

BEP: Tu n’a pas été courtisée en vue des prochaines élections ?

Karima: Oh que si par plusieurs! Comme j’ai répondu à Madame Lizin: «Ça ne m’intéresse pas, j’ai autre chose de bien plus important a faire et si ça m’intéresse un jour, je ferai mon parti !»

BEP: Dans tes photos sur Facebook, on te vois pourtant aux côtés de personnalités de toutes les couleurs politiques !

Karima: Non! Ce sont eux qui sont à côté de moi! Que voulez-vous ? Ils sont friands de clichés en ma compagnie quand ils sont présents à un de mes meetings, mais, sachez-le, et eux aussi, Insoumise et Dévoilée est apolitique et le restera !

BEP: Ils n’y en avait pas aujourd’hui !

Karima: Bein non ! Et alors ?

BEP: Il n’y avait même qu’une vingtaine de personnes !

Karima: Je ne veux pas attirer les foules ni les simples curieux, je veux juste des convaincus de ma cause et il y avait même une journaliste venue de France… Pas beau ça ?

BEP: Si, tout à fait ! Et, outre financièrement, vu que là ils sont peu nombreux a vous aider, côté collaboration comment ça va ?

Karima: Parfait! Services de police, acteurs sociaux, psychologues, médecins, juristes, avocats, Madame Michèle Dupuis (Égalité des Chances), Madame Clérin (substitut du Procureur du Roi), Madame Wilret (Procureur du Roi) et même… Un Imam car, non, notre religion musulmane, le Coran, ne parle pas de toutes ces pratiques que beaucoup lient aux arabo-musulmans.

BEP: Des anecdotes ?

Karima: Là nous sommes partis pour la nuit ! Mais à mes débuts, j’ai téléphoné à 10 médecins de la région de Verviers en disant: «Je suis musulmane, ma fille ne peut pratiquer la gymnastique ni la natation, je voudrais un certificat pour l’année»… Le premier m’a demandé mon adresse pour me l’envoyer sans visite ni honoraire et 7 sur les 10 m’ont dit oui pour un certificat de complaisance refusé, donc, par 3 seulement dont 1 d’origine marocaine! J’ai signalé cela à l’ordre des médecins et n’ai jamais eu de réponse !

BEP: Une dernière question Karima: «Crois-tu à l’intégration ?»

Karima: Le problème est faux ! Nous en sommes à la 3ème génération présente ici, les filles dont je m’occupe sont nées ici… Il faut arrêter de laisser encore venir des restes de familles qui se recomposent en vase clos chez-nous et tout ira bien. Aussi simple que ça !

Nous aurions pu continuer encore mais il ne m’est même pas possible de retranscrire tout ce qui a été dit tant Karima a dit de choses et en a encore a dire! Une autre fois, peut-être, mais quittons pour cette fois ce petit bout de femme oh combien sympathique non sans qu’elle nous présente deux jeunes filles qui l’accompagnaient… Oui, deux des dernières des 184 que Karima a sauvées et qui nous racontent leurs histoires en pleurant… Séquestrée, attachée au sol, battue par son frère, violée, mariée avec son cousin ou avec un arabe en mal de papiers,… Oui, cela se passe encore journellement ici, en Belgique, en vertu d’une prétendue dictature familiale islamique archaïque et c’est contre cela que se bat et se battra toujours et encore Karima !

Raymond Euchamps

source : lebreakevenpoint.be

Page suivante »