Francaisdefrance's Blog

24/02/2012

Infos de droite et gauche…

Toujours bon à savoir, ce qui se passe « ailleurs » et même chez nous…

FDF

.

Syrie

– Le régime alaouite lutte pour sa survie et, aidé à l’Onu par la Russie et la Chine, il est capable de tenir encore longtemps malgré la pression de la rue, au prix de milliers de morts et de « prisonniers passés au four crématoire ». Pour sauver l’opposition sunnite de la décimation, la Turquie pourrait envisager une intervention militaire en coordination avec les Etats-Unis et l’Arabie.

– Le navire de guerre Khark et le destroyer Sahid Kandi ont traversé le canal de Suez, se sont amarrés au port syrien de Tartous et débarqué des armes sans que les marines américaine ou israélienne n’interviennent pour les fouiller, alors qu’elles pouvaient le faire légalement.

 

Egypte

– Un seul pilier de l’ancien régime a gardé son autorité intacte à travers la révolution d’al Tahrir, le GID ou « General Intelligence Directorate », en arabe « al moukhabarat », sous l’égide d’un homme de l’ombre, Mourad Mouwafi, 61ans, qui demeure le cerveau de la junte. Ses officiers agissent au grand jour, et il est amené à jouer un rôle clé dans le drame de son pays.

– Ismaïl Ali Muhammad, chef du Département de la prédication islamique et de la culture à l’université Al-Azhar, a publié une série de six articles sur le site des Frères Musulmans égyptiens, décrivant « le caractère juif » et expliquant le rôle de la Bible et du Talmud dans son élaboration. Affirmant que la cruauté, la malhonnêteté et la soif de sang sont inhérentes au caractère juif, car faisant partie de la culture et des écritures juives, il soutient sa thèse avec des citations de sources juives, souvent erronées. Il reprend également à son compte l’accusation de crime rituel. Son délire antisémite se donne libre cours dans le site www.Ikhwanonline.net disant « Les Juifs veulent « assassiner, pendre, brûler, lapider, maltraiter et torturer, trancher des membres et perpétrer des génocides, mettre le feu aux villes et semer la destruction » (voir http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/2680.htm )

– Malgré son contentieux avec les Etats-Unis pour avoir incarcéré une vingtaine d’employés américains d’Ong incitant à la révolte, l’Egypte lui demande une aide de 11 milliards $ qui s’ajoutent à l’aide annuelle de 1,3 milliard $, afin de « promouvoir la démocratie dans le pays »… Alors que les capitaux de riches Egyptiens, dont de nombreux militaires, quittent le pays au rythme de 2 à 3 milliards $/mois.

 

Qatar

– Sous une apparence de modération et sous prétexte d’aide à la petite entreprise, le Qatar investit 50 millions euros dans les banlieues françaises et les zones d’immigrés pour diffuser l’islam wahabi, décourager l’intégration et prôner le jihad (voir le rapport « Banlieues de la République » de l’Institut Montaigne, sous l’égide de Gilles Képel).

Dans de nombreuses zones la « sharia’h » a remplacé la loi civile.

– Le Qatar investit également en Italie, notamment en Sicile, où un projet d’une méga mosquée est prévu. 60% des mosquées italiennes sont par ailleurs contrôlées par les  Frères Musulmans. Le Qatar a investi près d’un million d’euros dans une méga mosquée à Cork (Irlande). De même à Barcelone, l’arène de tauromachie « el Monumental » avec le stade de 20 000 places seront convertis en méga mosquée.

 

Islam

– Les islamistes détruisent toute trace de civilisation dès qu’ils en ont l’occasion. Suite à un coup d’état aux Maldives, des statues bouddhiques ont été détruites par une foule de manifestants au Musée National, un acte de vandalisme attribué par l’ancien président, Mohamed Nasheed, à des islamistes radicaux. Dans cet archipel de l’Océan Indien, peuplé de musulmans sunnites, où l’islam est la religion officielle, toute autre religion pratiquée ouvertement est interdite.

– En Egypte, les vestiges pharaoniques sont menacés par le parti salafiste, non de destruction – vu l’importance du tourisme dans l’économie – mais de scellement par de la cire, afin d’oblitérer le caractère représentatif ou l’image.

 

Autorité Palestinienne (AP)

Après l’accord Fatah’-H’amas, sous l’égide de l’émir du Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, Abbas présidera le gouvernement intérimaire d’union jusqu’aux élections présidentielles en Cisjordanie et Gaza en 2012. Cet accord fait revivre le Plan de destruction d’Israël en 10 phases. Voir:

http://www.un.int/wcm/content/site/palestine/cache/offonce/pid/12354;jsessionid=ED2AC7E70A82F5C7CCB42BC6357FCDEC

 

Iran

– Lors de la cérémonie d’ouverture de la 2ème Conférence Internationale sur « Hollywood et le cinéma », le Président Mahmoud Ahmadinejad a déclaré: « Les nations qui aiment la justice et l’affection devraient définir un Nouvel Ordre Mondial »- Cette conférence est une plateforme de propagande pour pérenniser le régime dictatorial des ayatollahs contre la culture occidentale.

– Ayatollah Ahmad Khatami a affirmé que l’Iran était d’ores et déjà un pays nucléaire et que les Américains ne s’en sont pas aperçus, vu leur aveuglement.

– Alireza Forghani, un stratège du Guide Suprême Ayatollah Ali Khamenei a diffusé sur le site « Alef » un livret de 17 pages justifiant l’attaque d’Israël et l’annihilation du peuple juif en 2014, sur des bases légales et religieuses, pour profiter de la « passivité occidentale » – le document donne une description détaillée des missiles qui pourraient atteindre « cette tumeur cancéreuse » et la détruire en 9 minutes (Voir pj)

 

Israël

– L’Undp ou « United Nations Development Program », agence de l’Onu qui a un budget d’un milliard $, chargée de promouvoir la santé, le travail et le bien être des femmes, a admis Israël comme membre de son conseil d’administration, au sein du bloc occidental.

CNN a licencié 4 de ses 8 correspondants à Jérusalem, tous juifs, et n’a gardé que les Arabes. Connue pour son anti-israélisme, Judi Rudoren remplace Ethan Bronner comme chef de bureau du New York Times à Jérusalem.

– En une semaine sur 30 articles et 6 éditoriaux du quotidien Haarets, 11 articles et les 6 éditoriaux étaient violemment anti-israéliens. Lu par 6% des lecteurs, ce journal distille des campagnes contre l’état d’Israël, notamment sur son site internet. Un résumé des articles de la semaine: la religion juive est « primitive » et « arriérée », les Juifs religieux l’exploitent pour abuser leurs concitoyens, ils sont un « cancer » dans l’armée. Israël est le seul responsable de l’échec des pourparlers avec les Palestiniens et utilise la menace iranienne ou la « shoah » comme moyen de pression sur les Occidentaux pour arriver à ses fins. Israël pourra bombarder l’Iran pour plaire aux faucons de droite. Israël est un état « apartheid ». On enseigne aux enfants des écoles la haine de l’autre. Les « colons sont des démons, le mal absolu » – La famille Shocken propriétaire du journal a vendu 40% de ses parts à une société allemande, ayant coopéré avec les nazis pendant la guerre. Le langage de Haarets n’est pas différent de celui des prédicateurs haineux d’al Azhar, d’al Jazeera, ou d’Ahmedinejad. Certains le comparent aussi à Der Stürmer….

– Aussi étonnant que cela puisse paraître, « New Israel Fund » est un fonds israélien qui finance des Ong anti-israéliennes, notamment « A’dalah », qui a organisé avec BDS-Genève une semaine pour le boycott d’Israël, considéré comme un pays d’Apartheid.

– Depuis le début de l’année, il entre dans le pays plus d’infiltrés illégaux que de juifs immigrés.

– Les forces aériennes d’Israël projettent en 2013 un exercice aérien d’envergure où seront invitées toutes les nations, afin de pouvoir mesurer les capacités des avions non connus tels que Typhoon ou Eurofighter.

– Le Conseil de l’Education Supérieure va consacrer 180 millions sh sur 5 ans pour encourager les religieux à étudier et entrer dans le monde du travail, sans renoncer à leurs convictions, ni à leur mode de vie. Il augmentera également le financement des collèges de Bné brak et de Jérusalem pour les inciter à accepter plus d’élèves.

En 2010/11, on comptait 6000 étudiants religieux dont 3500 femmes.

– La violence est si répandue au sein du secteur arabe que même le député Ahmed Tibi,                                           qui ne cesse d’humilier publiquement les institutions de l’Etat d’Israël, s’est vu contraint de demander l’aide de l’État pour y faire face. Les données publiées par le ministère de la Sécurité publique montrent qu’en 2011, les Arabes – qui représentent moins de 20% des citoyens d’Israël – étaient les auteurs dans 67% des cas de meurtre et dans 70% des tentatives de meurtre, ainsi que dans 52% des cas d’incendies criminels et 36% des vols.

 

Etats-Unis

– Le candidat républicain Rick Santorum a fait le lien entre le refus par l’administration Obama de construire le pipe-line « Keystone » — qui relierait le pétrole canadien aux raffineries américaines et libèrerait leur dépendance vis à vis de l’approvisionnement du Moyen Orient, — et les relations israélo-américaines.

Il a accusé Léon Panetta, le Secrétaire à la Défense, d’avoir divulgué des informations sensibles sur le plan israélien d’attaque de l’Iran, puis d’avoir vilipendé Israël. Pour lui, Obama est un président qui n’est arrivé à admettre des sanctions contre l’Iran que contraint et forcé, un président qui trahit ses alliés et apaise ses ennemis, qui ne fait rien pour s’assurer que l’Iran n’acquiert pas l’arme nucléaire.


 

France

– Lors d’un rassemblement d’agents municipaux français et palestiniens, le Consul général de France à Jérusalem, Frédéric Desagneaux, a déclaré « Bienvenue à Jérusalem, capitale du futur état de Palestine ! »

– Les prédicateurs de haine sont nombreux en ce moment à rechercher un diplôme de respectabilité dans le monde universitaire. Le Frère Musulman Tarek Ramadan a été invité à Sciences Po par l’association Salaam à intervenir sur le thème « Islam politique, à l’aune des révolutions arabes ». Enseigner à l’université d’Oxford par l’intermédiaire d’une chaire privée, financée par le Qatar, lui permettrait donc aujourd’hui de ne plus avoir à rendre compte de sa pratique du double langage.

Source: Albert Soued et www.nuitdorient.com

Merci à JC…

11/12/2011

Un mollah s’exalte sur la nécessicité de renouveler les attaques terroristes du 11/9 contre les États-Unis dans une interview télévisée.

Celui-ci, je lui donnerais le choix: une balle en pleine tronche ou le bûcher… Le bûcher, ça serait sympa: il y a bien longtemps que l’on n’a pas vu ça… Mais bon; au prix où est le bois d’affouage, faut voir.

Une balle; c’est mieux. Et on fait comme en Chine: on envoie la facture de la balle à la famille. Il n’y a pas de petites économies.

FDF

.

« Le parti norvégien du Progrès (Progress Party) a demandé l’arrestation immédiate du mollah Krekar après sa déclaration exaltée sur la nécessicité de renouveler les attaques terroristes du 11/9 contre les États-Unis dans une interview télévisée. »

« Il a également affirmé que l’islam “va contrôler l’ensemble du monde” dans les 20 prochaines années »

IL FAUT ABSOLUMENT ARRETER ET EXTRADER CE GENRE DE FOU DANGEREUX

Une ”chance pour la Norvège” mord la main d’Obama tendue aux musulmans ! Le resultat des efforts du Président pour réconcillier l’islam avec l’Amérique n’est pas celui qu’il escomptait.

Une bonne tête de vainqueur…

.


L’extrémiste musulman installé en Norvège a fait ces commentaires dans une interview avec la chaîne MTV3 en Finlande. Il a également affirmé que l’islam “va contrôler l’ensemble du monde” dans les 20 prochaines années.

Un peu plus d’une décennie après les attaques terroristes dévastatrices qui ont fait près de 3.000 morts, Krekar dit:

 ”Ils n’ont rien appris de l’attaque du 9 / 11. C’est pourquoi ils ont besoin d’une deuxième attaque. C’est la seule façon pour que les Américains comprennent que nous [les musulmans] sommes des personnes et non des animaux ou des esclaves. […]

Krekar, qui est le co-fondateur du groupe islamiste Ansar al-Islam, est arrivé en Norvège en tant que réfugié du nord de l’Irak en 1991.

Dans l’interview de la télévision finlandaise, il a aussi parlé de manière énigmatique de la démocratie à l’européenne, disant qu’elle  ne prendrait jamais racine au Moyen-Orient. Comparant l’exportation de la démocratie occidentale à une «banane en plastique», il a dit qu’elle ne serait jamais acceptée dans le monde arabe car, contrairement à la vraie banane, “vous ne pouvez pas la manger.”[…]

Source : The local estrait traduit par Bivouac-id.

17/10/2011

Durant la seconde guerre mondiale les musulmans d’Europe, de Palestine et du Moyen-Orient ont fait le choix du nazisme.

CA, c’est un VRAI devoir de mémoire. Surtout en les temps qui courent…

Durant la seconde guerre mondiale les musulmans d’Europe, de Palestine et du
Moyen-Orient ont fait le choix du nazisme. Et ça continue…

FDF

.

Visionnez donc ceci: http://tinyurl.com/3e7r5nx

Bonus: http://sitamnesty.wordpress.com/2010/04/21/division-ss-musulmane-handschar-cimeterre-1943-1945/

21/06/2011

Gaza: les chrétiens vivent dans la peur…

Et pour cause: beaucoup ne sont plus là pour témoigner…

Si seulement, un jour, en Occident, les muzz craignaient d’aller à la mosquée… Ben quoi? La réciprocité, nous y avons droit, encore?

FDF

.

Gaza : Ils craignent d’aller à l’église…

Effrayés par ce qui se passe au Moyen-Orient et par les violences dont ils sont témoins chez eux, les chrétiens craignent d’aller à l’église.

L’Eglise à Gaza traverse une période difficile. Les chrétiens gazaouis craignent pour leur vie. Gadil, pasteur, raconte : «Ce qui s’est passé en Egypte contre les chrétiens a fait peur aux paroissiens. Le dimanche qui a suivi l’attaque du Caire, seulement 10 d’entre eux ont eu le courage de venir assister au culte. Les gens ont peur».

De plus, la situation à Gaza même ne cesse de se détériorer. «Les récents combats ont effrayé la population. Les écoles ne sont plus ouvertes que 4 jours par semaine pour des raisons de sécurité » explique Gadil. «Le  groupe de jeunes d’une des principales églises de Gaza ne s’est plus réuni depuis février».

Pour palier à ce manque, les églises essaient d’apporter aux jeunes chrétiens des formations bibliques pour les enraciner dans la foi. Des projets sont aussi mis sur pied pour leur permettre de se rencontrer malgré tout, comme cette chorale qui réunit des jeunes entre 15 et 25 ans depuis 2009.

L’année dernière, Portes Ouvertes a organisé des formations pour les responsables de groupes de jeunes qui ont été très appréciées. De nouvelles formations sont prévues mais il convient de rester prudents : «Pour l’instant le gouvernement nous surveille»  explique Gadil. «Il y a quelques jours, les autorités locales sont venues me voir pour m’interroger. Ce n’est pas par hasard. Nous sommes dans leur collimateur».

Gadil termine en lançant un appel à l’aide : «S’il vous plaît, priez pour nous !»

 

 

Source: prophetie-biblique.com

31/05/2011

Le double discours de Tariq Ramadan…

Et dire qu’il y en a encore qui n’ont pas compris son « petit manège »…

FDF

.

Tariq Ramadan : Une prière à Allah pour qu’il frappe les ennemis de l’islam !

English version HERE

Après un discours en français intitulé Palestine – notre engagement, Tariq Ramadan conclut avec une prière en arabe. Palwatch.org a traduit la prière de l’arabe vers l’anglais.

Le discours et la prière ont été enregistrés sur un DVD vendu par les Éditions Tawhid basées à Lyon, France.

(La vidéo que l’on pouvait voir ICI

a été CENSUREE !)


Voici la transcription des sous-titres de l’anglais vers le français réalisée par Point de Bascule:

0:11
Allah, nous Vous demandons parce que vous êtes Allah.

0:16
Allah, raffermissez la foi de nos frères et sœurs en Palestine,

0:24
Allah, raffermissez leur foi dans la Palestine

0:30
Et faites-les triompher de leur ennemi, Votre ennemi, l’ennemi de la religion [l’islam]

0:36
Avec Votre miséricorde, ô Généreux.

0:40
Allah, raffermissez leur foi dans la Palestine,

0:46
En Tchétchénie, en Afghanistan, au Maroc, en Algérie, en Tunisie,

0:57
En Égypte, au Soudan, au Cachemire et sur tous les territoires et tous les champs de bataille.

1:08
Allah, frappez vos ennemis, Vos ennemis, les ennemis de la religion [l’islam].

Référence supplémentaire

LE JIHAD DE TARIQ RAMADAN EXPLIQUÉ PAR SES SAVANTS MUSULMANS


Source: http://www.pointdebasculecanada.ca/

21/03/2011

Bonheurs et joies d’une femme musulmane…

Portez une attention particulière au texte en rouge à la fin. Ca ne concerne pas que les USA et le Canada…
FDF

.
Temps troubles.
Cela a été écrit par une femme née en Égypte en tant que musulmane.

«Dans la foi musulmane, un homme musulman peut épouser une enfant aussi jeune que 7 ans et consommer ce mariage à 9 ans.

On donne la dot à la famille en échange de la femme (qui devient son esclave) pour l’achat de son intimité et il peut l’utiliser comme un jouet.

Pour prouver un viol, la femme doit avoir quatre témoins masculins. Souvent après qu’une femme a été violée, la famille a le droit de l’exécuter (une mise à mort d’honneur) pour rétablir l’honneur de la famille.

Les maris peuvent battre leurs femmes à volonté et l’homme n’a pas à dire pourquoi il les a battues.

On permet au mari d’avoir 4 femmes et une femme provisoire pendant une heure (la prostituée) à sa discrétion.
La loi musulmane (la Shariah) contrôle le privé aussi bien que la vie publique de la femme.
Dans le monde Occidental, les hommes musulmans commencent à exiger de la Loi Shariah le non-divorce de la femme et le contrôle complet d’elle.
C’est étonnant et alarmant combien de nos soeurs et filles dans des universités américaines et canadiennes épousent maintenant des hommes musulmans et se soumettent elles et leurs enfants à la loi Shariah ne soupçonnant pas ce qui se passe vraiment. Déchirure de l’occident en deux. L’auteur et conférencière Nonie Darwish dit que le but des Islamistes radicaux est d’imposer la loi Shariah au monde, scindant  la loi Occidentale et la liberté en deux.

Nonie Darwish a récemment écrit (conçu) le livre Cruel and Usual PunishmentThe Terrifying Global Implications of Islamic Law.
Darwish est née au Caire et a passé son enfance en Égypte et Gaza avant l’immigration aux E-U en 1978, quand elle avait huit ans.

Son père est mort en menant des attaques secrètes sur Israël. Il était un officier militaire égyptien de haut rang placé avec sa famille à Gaza.  Quand il est mort, on l’a considéré comme un martyr pour le jihad. Son statut posthume a gagné Nonie et sa famille à une position élevée dans la société musulmane.

Mais Darwish a développé un esprit sceptique dès son jeune âge.
Elle a mis en doute sa propre culture musulmane et son éducation.
Elle s’est convertie au christianisme après l’audition d’un pasteur chrétien à la télévision.

Dans son dernier livre, Darwish nous met en garde contre la loi sharia et comment elle est manifestée dans les pays Islamiques.

Pour l’Occident, elle dit que des Islamistes radicaux travaillent pour imposer la sharia au monde.
Si cela arrive, la civilisation occidentale sera détruite.
Les habitants de l’ouest supposent généralement que toutes les religions encouragent un respect pour la dignité de chaque individu.
La loi islamique (Sharia) enseigne que les non-musulmans devraient être subjugués ou tués dans ce monde.

La paix et la prospérité pour leurs enfants ne sont pas aussi importantes que le fait que la loi Islamique doit régner partout dans le Moyen-Orient et finalement dans le monde.

Tandis que les habitants de l’Occident ont tendance à penser que toutes les religions encouragent une certaine forme de règle d’or, la Sharia enseigne deux systèmes d’éthique : un pour les Musulmans et un autre pour les non-musulmans.
Construite sur les pratiques tribales du septième siècle, la Sharia encourage le côté de l’humanité qui veut prendre et subjuguer les autres.

Tandis que les habitants de l’Ouest ont tendance à penser à une forme de religion développant une compréhension personnelle de leur relation avec Dieu, la Sharia préconise d’exécuter les gens qui les critiquent.

Il est dur d’imaginer cela de nos jours, des savants islamiques reconnaissent que ceux qui critiquent l’Islam devraient être exécutés.

Tristement, tandis que la conversation d’une réforme islamique est commune et même assumée par plusieurs à l’Ouest, on fait taire de tels murmures dans le Moyen-Orient par l’intimidation.

Tandis que les habitants de l’Occident s’habituent à une augmentation de la tolérance religieuse avec le temps, Darwish explique comment des pétro-dollars sont utilisés pour cultiver une forme extrêmement intolérante de l’Islam politique en Égypte et ailleurs.»

Dans vingt ans, il y aura assez d’électeurs Musulmans aux États-Unis et au Canada pour élire le Président ou le Premier ministre par eux! Le repos assuré ils feront ainsi… Vous pouvez regarder comment ils ont pris plusieurs villes aux USA et au Canada, Dearborn au Michigan, Brampton en Ontario  et il y en a d’autres…

Je pense que chacun aux États-Unis et au Canada doit lire ceci, mais avec l’ACLU (l’Union pour la défense des libertés civiles), il n’y a aucune chance que ce soit largement rendu public, à moins que chacun d’entre nous ne le fasse suivre!  C’est trop mauvais que plusieurs soient désillusionnés de la vie et du christianisme pour accepter des Musulmans comme paisibles. Certains peut être pas, mais ils ont une armée qui est encline à se débarrasser d’eux au nom du sang et de l’Islam. Tandis que les E-U et le Canada se débarrassent du christianisme de tous les sites publics et effacent Dieu des vies de leurs enfants, les Musulmans planifient un grand  jihad sur les E-U et le Canada.

Ceci est votre chance de faire une différence. Transmettez-le à votre liste de courrier électronique, au moins ceux-là le sauront.

16/02/2011

Emeutes au Moyen Orient. La pandémie gagne du terrain…

Ce sont les islamistes radicaux qui doivent se frotter les mains. Leurs plans marchent à merveille… Les médias nomment ce phénomène des « contestations ». « Révolution » serait le mot le plus approprié.

FDF

.

Des manifestants anti-gouvernementaux brandissent leurs chaussures en signe de protestation, le 15 février 2011 à Manama, Bahreïn.
Des manifestants anti-gouvernementaux brandissent leurs chaussures en signe de protestation, le 15 février 2011 à Manama, Bahreïn. Crédits photo : ADAM JAN/AFP
.

Bahreïn, Iran, Yémen et désormais Libye : les manifestations se multiplient dans le monde arabo-musulman cette semaine.

La démission d’Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par la rue en Égypte vendredi, a relancé les espoirs de changement dans plusieurs pays du monde arabe, théâtre d’importants mouvements de contestation en ce début de semaine.

Dernière nation touchée en date, la Libye du du colonel Kadhafi.Des émeutes, qui ont fait 14 blessés, ont éclaté dans la nuit de mardi à mercredi à Benghazi. Plusieurs centaines de personnes ont affronté des policiers renforcés par des partisans pro-gouvernementaux, après l’arrestation d’un militant des droits de l’homme . Cet avocat défendait la cause des manifestants, pour beaucoup des proches des prisonniers tués en 1996 dans une fusillade dans la prison d’Abou Slim à Tripoli. Les slogans «Benghazi réveille toi c’est le jour que tu attendais», le sang des martyrs n’est pas versé en vain», ou encore «le peuple veut faire tomber la corruption» ont fusé. Ces heurts interviennent à la veille de la «journée de colère» libyenne prévue jeudi, et relayée sur Facebook.

A Bahreïn, deux personnes sont mortes depuis lundi lors de la dispersion de manifestations antigouvernementales. Plus de deux mille personnes ont pris part mercredi aux obsèques de l’une des victimes, scandant pour certains «le peuple veut la chute du régime». Dans la capitale de Manama, des centaines de manifestants ont passé la nuit dans des dizaines de tentes érigées sur la place de la Perle, rebaptisée par les manifestants «Place Tahrir» (Libération), à l’instar de celle du Caire , épicentre du soulèvement contre Hosni Moubarak.

A la suite de ces deux décès, le ministre bahreïni de l’Intérieur s’est excusé et a annoncé l’arrestation des responsables présumés de leur mort au sein des forces de sécurité. Mardi après-midi, le roi avait également fait profil bas pour tenter de calmer les esprits. Dans un discours au ton conciliant, le monarque de ce petit royaume du Golfe gouverné par une dynastie sunnite, alors que 70% de la population est chiite a promis la création d’une commission d’enquête. «Les réformes se poursuivent à Bahreïn et ne s’arrêteront pas», a-t-il martelé.

Forte répression en Iran…

Suite et source: http://tinyurl.com/5t9mx7g

11/02/2011

L’obscur voile islamique qui recouvre notre 21e siècle…

Pas mal… A lire et re-lire.

FDF

.

1- Le Pasteur Jones va juger le Coran. Nos médias vont donc dire qu’il est un « évangélique américain fondamentaliste ».

2- Deux églises incendiées en Indonésie. Tout le monde s’en tape. Le régime islamiste turc est lié au terrorisme. Le sujet est tabou.

3- Massimo Introvigne prend position sur les musulmans ‘modérés’ et ‘pas modérés’.

4- La chronique de Ulf Laessing, correspondant en Arabie saoudite de l’agence de presse britannique Reuters.

1- Je tombe aujourd’hui sur une information qui va faire grimper aux murs nos islamophiles de service. Le Pasteur Jones va juger le Coran, peut-on lire sur Nouvelles de France (extraits adaptés) : « Nous allons organiser le 20 mars prochain le ‘Jour de jugement du Coran’ (site). Cela s’effectuera de la même manière qu’un procès organisé aux Etats-Unis. Nous allons poursuivre le Coran qui est accusé d’inciter au meurtre, au viol, aux activités terroristes ainsi que d’être responsable de la mort de millions de personnes. Il y aura un juge, nous ne savons pas encore qui, il y aura également un jury composé de personnes ayant un bagage chrétien mais d’autres ayant également un passé musulman ».

Le Pasteur Jones : « Nous avons également un procureur, Monsieur Abaza, converti de l’islam au christianisme à un jeune âge et qui a été torturé (brûlé, battu et électrocuté) par son père et son frère à cause de sa conversion et emprisonné parce qu’il avait refusé de dénoncer sa foi chrétienne. Le Coran aura-t-il quelqu’un qui assurera sa défense ? Oui, il y aura un avocat de la défense. Nous essayerons tant que possible d’agir selon les formes régulières des tribunaux américains. Nous avons lancé un défi à la communauté musulmane, ils peuvent nous envoyer leur meilleur expert qui pourra assumer cette charge. Beaucoup de gens aux Etats-Unis disent que le Coran est un livre de paix, nous ne le pensons pas, nous pensons au contraire qu’il conduit à la violence ».

2- Un groupe de musulmans en Indonésie (pays mahométan le plus peuplé de la planète avec 200 millions de musulmans) a incendié deux églises et pillé une troisième lors d’affrontements avec la police, en réclamant la peine de mort pour un chrétien condamné pour blasphème de l’islam. Ce n’est qu’un fait divers comme il s’en produit tous les jours en terre d’islam. Et puis, de toute manière, le seul problème, c’est le Pasteur Jones. L’IHH turque, habituée à soutenir des groupes terroristes, entretient des liens étroits avec le gouvernement de l’AKP de Turquie. Le régime turc lui a ainsi fourni un soutien gouvernemental, y compris logistique et politique, pour la flottille du Mavi Marmara, vous savez, la satanée flottille pseudo-humanitaire pour Gaza, alias Hamastan (http://www.terrorism-info.org.il/malam_multimedia/fr_n/pdf/ipc_f161.pdf).

3- Béatrice Bohly, sur Benoît-et-moi a traduit un article de l’excellent Massimo Introvigne, article concernant les musulmans ‘modérés’ et ‘pas modérés’ (extraits adaptés) : « A proprement parler, il n’y pas de musulmans modérés. Parcourant en long et en large des pays à majorité musulmane, du Maroc à la Malaisie, je n’en ai jamais rencontré un. À l’inverse, en Italie, j’ai eu beaucoup de difficultés à rencontrer un musulman qui n’ait pas la prétention d’être ‘modéré’, au point que, quand j’en rencontre un qui nie ouvertement l’être, j’en arrive à le prendre en sympathie. Les musulmans vivant en Italie ont compris que pour vivre en paix chez nous et se faire inviter à des talk-shows à la télévision, ils doivent se présenter comme modérés. Par exemple, un membre des Frères musulmans se présentera comme ‘modéré’ à la télévision en Italie, mais n’utiliserait jamais ce mot en Egypte ou en Jordanie ».

Massimo Introvigne : « La faute n’en revient pas seulement aux musulmans. Une grande partie de la presse divise les partisans de l’islam en deux catégories : ‘terroristes’ et ‘modérés’. Non sans une certaine logique, de nombreux musulmans en concluent que s’ils ne s’auto-définissent pas ‘modérés’, ils seront étiquetés comme ‘terroristes’, avec toutes les conséquences que cela implique. Ainsi, si on décode son discours, un membre des Frères musulmans peut simplement tenter de tromper l’interlocuteur italien en se présentant comme ‘modéré’. Mais si cela signifie ne pas être un terroriste et n’avoir aucune sympathie pour Ben Laden – même s’il en a pour le Hamas – ce n’est pas, à proprement parler, un mensonge. Le phénomène potentiellement le plus trompeur est la présentation comme ‘musulmans modérés’ d’intellectuels qui sont modérés, mais ne sont pas musulmans ».

Massimo Introvigne : « Certains de ces intellectuels pourront être de très intelligents observateurs de la réalité musulmane, nationale et internationale, de bons journalistes, des consultants précieux : mais ce ne sont pas des ‘musulmans modérés’ parce qu’ils n’atteignent pas le niveau d’orthodoxie et l’orthopraxie minimum pour les définir comme ‘musulmans’. Ainsi – même si l’islam n’a pas de pape pour le certifier, mais pas non plus pour certifier le contraire – ne sont pas musulmans ceux qui ne croient pas dans le caractère divin du Coran et ne pratiquent pas les droits fondamentaux de la foi, qui, dans une religion sans hiérarchie et sans une théologie partagée sont plus réglementés que dans le catholicisme : alors qu’il y a des ‘catholiques non-pratiquants’, il est difficile de concevoir des ‘musulmans non-pratiquants’ dans le sens où ils ne prient ni ne pratiquent le jeûne ».

4- Ulf Laessing, correspondant en Arabie saoudite pour l’agence de presse britannique Reuters, écrit (extraits adaptés) : « Si l’Arabie saoudite craint une possible contagion des soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte, elle redoute plus encore que l’effacement du président Hosni Moubarak lui fasse perdre un allié clé dans ses efforts pour contenir l’influence croissante de l’Iran au Moyen-Orient. Disposant de caisses débordant de devises, le premier exportateur mondial d’or noir est en mesure de distribuer à l’envi ses pétrodollars pour apaiser d’éventuelles tensions sociales et désamorcer ainsi toute révolte sociale. Mais la monarchie wahhabite assiste avec inquiétude à ce qui apparaît comme un « lâchage » dans les formes par les Etats-Unis du chef de l’Etat égyptien qui, tout comme les souverains qui se sont succédé sur le trône, a été depuis trois décennies leur allié fidèle dans la région ».

Ulf Laessing : « « Les Saoudiens sont préoccupés par ce qu’ils considèrent comme la faute diplomatique des Etats-Unis consistant à paraître lâcher trop facilement Moubarak », comme ils l’avaient fait, il y a plus de 30 ans, avec le Shah d’Iran, note Simon Henderson, observateur des affaires saoudiennes basé à Washington. Ryad, qui partage la crainte de Washington de voir Téhéran se doter de l’arme atomique, a dû se résigner à être privé d’un allié de poids contre l’influence croissante de l’Iran chiite dans la région, maintenant que Moubarak a accepté sous la pression de la rue de ne pas briguer un nouveau mandat. « Coupez la tête du serpent », avait déclaré au général David Petraeus, chef des forces américaines dans la région, le roi Abdallah d’Arabie saoudite au sujet de l’Iran, selon Adel al Djoubeïr, ambassadeur d’Arabie à Washington. La monarchie wahhabite, gardienne des lieux saints musulmans de La Mecque et Médine, se présente comme le bastion du sunnisme face à l’influence croissante de la branche religieuse rivale chiite ».

Ulf Laessing : « Elle craint que l’effacement imminent ou dans les huit mois qui viennent de Hosni Moubarak ne conduise à une période d’incertitude et d’instabilité durable en Egypte, qui lui ferait supporter l’essentiel des efforts de résistance à l’influence iranienne, souligne le politologue saoudien Tourad al Amri. Ryad s’inquiète de voir maintenant des pays comme la Turquie et l’émirat du Qatar, qui entretiennent de bonnes relations avec Téhéran et sont en quête d’un plus grand rôle régional, combler le vide diplomatique laissé par le pays arabe le plus peuplé (ndmg – l’Egypte, 80 millions d’habitants, musulmans à une écrasante majorité), explique un diplomate en poste dans le Golfe. Ryad devra alors rechercher d’autres alliés pour remplacer l’Egypte au sein de l’axe anti-iranien qu’elle anime. Ne pouvant compter sur la Syrie et le nouvel Irak, qui entretiennent des liens solides avec l’Iran, elle pourrait jeter son dévolu sur la Jordanie ».

Ulf Laessing : « Selon l’analyste américain Barak Barfi, l’Arabie pourrait décider d’accroître son aide au royaume hachémite, autre bastion du sunnisme, lui aussi en proie à des manifestations de rue, où les islamistes jouent un rôle moteur. Les bouleversements actuels dans le monde arabe surviennent à un moment délicat pour la monarchie saoudienne. Âgé de 87 ans, le roi Abdallah est souffrant et a encore subi en décembre un traitement médical. Le prince héritier Sultan, presque aussi âgé, est également en mauvaise santé. Leur frère le prince Nayef, ministre de l’Intérieur, est un possible successeur. Le roi a mis sur pied un conseil royal pour régler les problèmes de succession. Si on ignore comment celle-ci se déroulera, il est certain que le trône va échoir in fine à une nouvelle génération princière ».

Ulf Laessing : « Abdallah a été l’un des rares dirigeants arabes à exprimer ouvertement son soutien à Moubarak. Ce soutien « instinctif » traduit à quel point la diplomatie saoudienne est dépendante de relations personnelles éprouvées par le temps. Les princes Sultan, Nayed et Saoud al Fayçal, chef de la diplomatie, ont eu, eux aussi, affaire de longue date à Moubarak. Pour ces tenants de l’ordre établi arabe, les appels des Etats-Unis à un « changement immédiat » en Egypte, sonnent comme un avertissement. « Si les Etats-Unis poussent au changement en Egypte, la famille royale saoudienne sentira très bientôt la pression sur elle », prédit Asma Alcharif, professeur de science politique à l’université américaine de Beyrouth ».

Conclusion – Primo, il faut cesser d’appréhender, d’une part, l’islam en terre d’islam ; et d’autre part, l’islam en Occident. Car il s’agit, dans les deux cas, du même islam et du même coran. Le discours islamophile ne changera rien à cette réalité. Secundo, en Occident, l’islam doit respecter l’ordre constitutionnel et laïc. Les zones de non-droit sont à remettre au pas, par la force légale et par le droit. Tertio, l’alliance de l’Occident avec tel ou tel pays musulman, cette alliance doit être considérée comme une alliance tactique à court terme, même si elle est renouvelable pendant un certain laps de temps.

Quarto, l’Occident doit admettre, une bonne fois pour toutes, que l’islam est imprévisible ; et que par conséquent, la stratégie globale à moyen et long terme de l’Occident, face à l’islam, reste, essentiellement, un ensemble de tactiques à court terme, modifiables à tout instant. Quinto, l’Occident a tout intérêt à maintenir un équilibre des forces entre islam sunnite et islam chiite. Et si les deux branches de l’islam, la branche sunnite et la branche chiite sont en guerre, l’Occident doit apprendre à en tirer profit.

Car le temps que ces deux branches consacrent à se combattre signifie un temps de répit pour l’Occident. Cette stratégie en cinq points ne poserait aucun problème à l’Occident, s’il s’agissait de l’appliquer à une forme contemporaine de fascisme ou de national-socialisme. Il n’y a donc aucune raison de ne pas appliquer cette stratégie au monde musulman, aussi longtemps que celui-ci restera un obscur voile islamique qui recouvre notre 21e siècle.

Source: Michel Garroté (source : drzz)

26/01/2011

Il fallait s’y attendre…

J’en parlais dans un billet précédent. La révolution gagne toute l’Afrique du nord.En Tunisie, Ben Ali est parti. En Algérie, il en est autrement…

FDF

.

En voici la preuve:

21/01/2011

Coca-Cola: pourquoi ça se vend mal au Moyen-Orient?



Courte, mais bonne. Ohhhhhhhhh, j’aurais pas du. « Ils » vont encore se sentir « heurtés »…


FDF


. C’est un représentant de Coca Cola qui revient du Moyen-Orient très « démonté ».

Il y était parti pour développer la marque là-bas.

Son ami lui demande alors : »pourquoi n’as-tu pas réussi avec les Arabes ? »


Il lui répond : « quand j’ai été envoyé au Moyen-Orient, j’étais très confiant de pouvoir faire de bonnes ventes car Coca-cola n’est pas connu là-bas. Mais  le problème était que je ne parlais pas arabe. J’ai donc fait passer le message à travers 3 images:


la 1ère image présentait un homme allongé dans le sable chaud du désert, totalement faible et épuisé…

la 2ème présentait un homme buvant du Coca….

la 3ème photo montrait notre homme totalement rafraîchi….. »
Et ces panneaux furent publiés dans toute la ville:



Mais, ça a du marcher, ton affaire?

«Tabarnak…!!! », lui  répond le commerçant…… « Les arabes lisent de droite à gauche !!! »

02/01/2011

Islamisation: l’Algérie veut prendre pied dans les Balkans.

L’ex-Yougoslavie se trouve soudainement des « liens historiques » et de la « solidarité avec l’Algérie ». C’est nouveau, ça vient de sortir…

Inquiétant. Les invasions islamistes pourraient aussi venir de l’Est de l’Europe… Restons vigilants.

FDF

.

Nombreux sont encore en Bosnie-Herzégovine les jihadistes internationaux protégés par les islamistes alliés de Washington et de Bruxelles. parmi eux, nombre de ressortissants algériens ayant pris la nationalité bosnienneNombreux sont encore en Bosnie-Herzégovine les jihadistes internationaux protégés par les islamistes alliés de Washington et de Bruxelles. Parmi eux, nombre de ressortissants algériens ayant pris la nationalité bosnienne. 

Le 18 décembre, ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, s’est entretenu à Zagreb en Croatie avec le président de la communauté islamique et mufti de la grande mosquée*, Sevko Effendi Omerbasic, à l’occasion de sa visite officielle en Croatie. L’objectif pour Alger est de resserrer des liens avec  les musulmans de l’espace yougoslave et l’entité islamique de Bosnie-Herzégovine.

Les deux personnalités ont évoqué l’état de la communauté musulmane en Croatie et dans la région des Balkans occidentaux, le représentant algérien ne cachant pas la volonté du potentat algérien de soutenir activement les musulmans de l’ex-Yougoslavie et plus particulièrement les Bosniaques, avec l’aide de Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses et du wakf.

Une volonté géopolitique qui s’intègre dans le cadre du rôle que tient l’Algérie au sein du monde musulman, en plus des « liens historiques » et la « solidarité de l’Algérie » avec les musulmans de cette région qui a encore été démontrée à l’occasion des guerres civiles des années 1990 où des détachements de moudjahidin (environ un millier sur quelques 5 à 6.000 mudjahidin internationaux, selon les chiffres officiels) ont été envoyés combattre les Serbes de Bosnie, et même les Croates d’Herzégovine et de Bosnie centrale, avec l’aide logistique de la Sécurité algérienne qui voyait là l’occasion d’affaiblir les maquis du FIS et du GIA en Algérie entre 1992 et 1995.

C’est aussi à Zagreb, en 1995, qu’avait eu lieu le premier colloque international pan-islamiste qui a affirmé la prédominance de l’oumma (la communauté des croyants) comme idéal sur la nation. Un rassemblement, qui comprenait une importante délégation algérienne, où il était clairement stipulé (dans les actes du colloque) qu’il s’agissait de préparer « l’affrontement final entre les valeurs nationales et culturelles autochtones des Bosniaques et celles, étrangères, importées de l’Occident, qui [leur] ont été imposées pendant de longues années comme étant les [leurs]« . Et de préciser : « La préservation et le renforcement de l’islam dépendra en premier lieu de son degré de présence dans les programmes scolaires d’Etat, dans les médias, dans la littérature populaire et dans les autres sphères d’activité sociale. L’Etat n’a pas besoin d’être formellement islamique pour pouvoir encourager de telles formes d’islamisation subtile de la société ». Des propos repris par Enes Karic, alors ministre de l’Education et de la Culture du SDA (le parti bosno-musulman d’Izetbegovic soutenu par l’Occident) qui prône un enseignement islamiste dans les manuels scolaires avec interdiction de la musique serbe et croate et rejette le multiculturalisme. Du reste, la grande mosquée de Zagreb et ses dépendances (et non celle de Sarajevo) étaient le centre de l’activisme intellectuel pan-islamiste dans les années 1990 pour l’Europe du Sud-Est.

On notera au passage le fait que cette ébauche de programme pourrait très bien se développer dans les pays d’Europe occidentale soumise à une importante immigration musulmane, comme la France, dans les décennies à venir. Une fois de plus, les Balkans font office de laboratoire expérimental pour les projets mondialistes, puisque l’islam dont il est question ici, d’essence pan-islamiste, est assez éloigné de l’islam turco-ottoman légué par l’ancien empire turc fin XIXe, début XXe siècle, dans cette région.

Comme on le voit, le mythe de la « petite Croatie catholique » qui se battait pour sa foi contre les méchants « serbolcheviques » ne résiste pas à l’analyse, pas plus que celui des gentils Bosniaques « de confession musulmane, mais de pratique très molle »** : les guerres dans l’espace ex-Yougoslave ont permis non seulement aux mondialistes d’imposer leurs vues, mais ont aussi largement favorisé une réislamisation progressive d’une partie de notre continent en affirmant l’implantation d’une solide tête de pont islamiste en Europe du Sud-Est.

A l’issue de cette rencontre, le représentant algérien a remis, au nom d’Abdelaziz Bouteflika, un exemplaire du Coran au grand mufti de la mosquée de Zagreb.

Une démarche semblable a été faite par Alger en direction de Sarajevo.

L’Algérie et la Bosnie Herzégovine ont décidé d’élargir leur coopération bilatérale, indique lundi un communiqué des Affaires étrangères. Le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Bosnie-Herzégovine (FBiH), Seven Alkalaj, a pu convenir d’un point de vue similaire avec son homologue algérien quant à la situation au Moyen-Orient, sur la question de l’Union pour la Méditerranée, celle du Sahara occidental.

La coopération entre l’Algérie et la Bosnie-Herzégovine devrait se développer in fine « à tous les secteurs potentiels de coopération, notamment l’industrie, la recherche agricole, l’agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique, le secteur du bâtiment et de la construction et les services ». La possibilité de développer la coopération dans les domaines du sport et de la culture a été également examinée par les deux ministres, selon un communiqué d’Alger. Bien évidemment, ces échanges excluent de prendre en compte l’existence de communautés serbe et croate, non musulmans, au sein de la fédération, ce qui correspond en tous points aux ambitions affichées à la fois de Washington et de Bruxelles de faire disparaître dans la décennie à venir toute identité croate et serbe en Bosnie-Herzégovine.

Le président en exercice de la Présidence collégiale de la FBiH, Nebojsa Radmanovic, a réitéré à cette occasion son invitation au potentat algérien d’effectuer une visite officielle en Bosnie Herzégovine.

Comme on peut encore s’en apercevoir, les chrétiens de cette région peuvent avoir du soucis à se faire ; tout comme nous-mêmes, la région n’étant qu’à deux heures de vol de Paris.

________

* Construite en 1941-1942 par Ante Pavelic, chef de l’Etat indépendant de Croatie allié de l’Axe.

** Selon l’expression de l’ineffable Michel Hubault dans Reconquête n°126, oct. 1995, p.30.

Source: http://www.nationspresse.info/

30/11/2010

Le «double discours» des dirigeants arabes face à l’Iran.

WikiLeaks : les ambiguïtés arabes étalées au grand jour…

Mahmoud Ahmadinejad et le roi Abdallah, en 2007. Le monarque saoudien apparaît comme un virulent opposant au président iranien.
Mahmoud Ahmadinejad et le roi Abdallah, en 2007. Le monarque saoudien apparaît comme un virulent opposant au président iranien. Crédits photo : HASSAN AMMAR/AFP

Les positions anti-iraniennes des dirigeants du Golfe pourraient faire le jeu de leurs opposants islamistes. Les révélations de Wikileaks accréditent l’idée répandue du «double discours» des dirigeants arabes face à l’Iran.

Même si le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais ou les succursales d’al-Qaida au Moyen-Orient restent discrets, nul doute que les révélations de WikiLeaks vont faire le jeu des radicaux islamistes, engagés dans la lutte contre les pouvoirs en place à Riyad, Sanaa ou Ramallah.

«C’est extrêmement embarrassant pour les régimes arabes modérés alliés de Washington, qui risquent de perdre le peu de crédibilité qu’il leur reste auprès d’opinions publiques désabusées», affirme un diplomate arabe, qui ajoute: «Ces fuites vont donner encore plus de poids aux arguments des extrémistes, qui peuvent dire maintenant: on vous l’avait bien dit, nos leaders tiennent un double discours.» Celui-ci est mis à nu par WikiLeaks, en particulier sur la menace nucléaire iranienne. Officiellement, les dirigeants du Golfe s’opposent à des frappes militaires occidentales, qui les mettraient en première ligne d’éventuelles ripostes iraniennes. En fait, leur posture est tout autre. Dans leurs discussions avec des responsables américains, les dirigeants arabes du Golfe appellent Washington à frapper les installations nucléaires iraniennes, vues comme une menace existentielle pour leurs pays. C’est le monarque saoudien qui est le plus virulent. À plusieurs reprises, le roi Abdallah a demandé aux Américains de «couper la tête du serpent» iranien. Son voisin, le roi du Bahreïn, Cheikh Hamad, ne dit pas autre chose quand il affirme, le 1er novembre 2009 devant le général David Petraeus, que «ce programme doit être stoppé» car «le danger de le laisser se poursuivre est plus grand que celui de l’arrêter».

Tensions communautaires

Le président yéménite, Ali Abdallah Saleh, est lui aussi rattrapé par ses confidences aux Américains. «Nous continuerons à dire que ce sont nos bombes» qui visent le réseau al-Qaida, dit-il d’après un câble envoyé par l’ambassadeur américain à Sanaa, alors qu’il s’agit de frappes américaines, impopulaires au Yémen. Selon un autre document, le numéro un yéménite se plaint devant le général Petraeus du trafic d’armes et de drogue en provenance de Djibouti, mais pas de la contrebande de whisky «pourvu que ce soit du bon whisky» – pas de quoi rehausser son crédit dans un pays musulman conservateur.

De nombreux documents font également état du souci de pays du Golfe d’acquérir des armements américains. D’onéreuses acquisitions, mal vues par les populations, et qui sont régulièrement dénoncées par les radicaux islamistes comme la preuve d’un «complot américain»…

Suite et source: http://tinyurl.com/39jk79g

03/11/2010

l’Iran sera intouchable aussitôt qu’il disposera de son arsenal nucléaire…

« L’apocalypse nucléaire iranienne » Par Michel Garroté

Une fois de plus, un média français découvre – avec quatre ans de retard – quelque chose que nous publions sur ce blog depuis 2007. Cette fois, il s’agit de la menace que font peser la théocratie intégriste iranienne et son arsenal nucléaire sur tout le Moyen Orient, sur tout le Proche Orient et sur la corne Ouest de l’Afrique (et en fait sur d’autres parties du monde car les missiles iraniens de longue portée menacent également l’Europe).

Ainsi, Jean-Marie Hosatte, sur lepoint.fr (cf. lien en bas de page) écrit : « Le vent de panique qui souffle sur l’Arabie saoudite et les Émirats du Golfe, confrontés à l’expansionnisme du régime de Téhéran, a pris la dimension d’un cyclone. Les dirigeants des États sunnites de la région ont bien compris que l’Iran serait intouchable aussitôt qu’il disposerait de son arsenal nucléaire » (Note de Michel Garroté : puisque l’Iran sera intouchable aussitôt qu’il disposera de son arsenal nucléaire, il est donc réaliste de vouloir anéantir cet arsenal avant qu’il ne devienne disponible. Dois-je ici rappeler que le régime théocratique iranien qui prépare en ce moment sa première bombe nucléaire ne cesse de jurer qu’il va rayer Israël de la carte ?).

« Pour contrer cette menace, les riches États du Golfe ont décidé de donner à leurs armées respectives les moyens d’exercer une capacité de dissuasion crédible sur les forces iraniennes. C’est dans cette perspective que le contrat d’armement du siècle vient d’être signé entre l’Arabie saoudite, le sultanat d’Oman, les Émirats arabes unis et les Etats-Unis » (Note de Michel Garroté : « contrat d’armement du siècle » me semble exagéré ; le contrat est proportionné à l’arsenal iranien, ni plus, ni moins).

« Les industriels américains vont engranger un peu plus de 123 milliards de dollars de commandes. Boeing, qui produit certains des avions de combat et des hélicoptères que souhaitent acquérir les Saoudiens, a prévu de créer 77.000 emplois afin de pouvoir commencer ses livraisons au plus vite. Oman et les Émirats exercent eux aussi une énorme pression sur leurs fournisseurs dans le but de recevoir dans les meilleurs délais les navires de guerre, les missiles, les blindés et les systèmes antimissiles qu’ils ont commandés en quantité astronomique » (Note de Michel Garroté : si le rééquilibrage des forces sunnites face aux ayatollahs iraniens crée 77.000 emplois et bien c’est tant mieux ; les armes achetées dans ce contexte ne sont pas une « quantité astronomique », mais une quantité proportionnée à l’arsenal astronomique des ayatollahs iraniens).

« Les dirigeants des États du Golfe savent en effet que le temps joue contre eux. Barack Obama et les Occidentaux n’ont pas su se donner les moyens d’empêcher le régime des mollahs de devenir une puissance nucléaire en quelques mois seulement. En Irak, Téhéran, en finançant et en armant les différentes milices, a virtuellement pris le contrôle du pays. Dans le monde arabe sunnite, de l’Égypte à la Libye on se désole de voir maintenant le Liban passer sous le contrôle des mollahs via le Hezbollah » (Note de Michel Garroté : Jean-Marie Hosatte écrit que « Barack Obama et les Occidentaux n’ont pas su se donner les moyens d’empêcher le régime des mollahs de devenir une puissance nucléaire en quelques mois seulement » ; en effet, le seul moyen réaliste, à savoir une frappe préventive contre le nucléaire offensif iranien, a été refusé par Obama et il pourrait un jour le regretter amèrement)

Suite et source: Michel Garroté

22/10/2010

«Nous vivons dans un océan musulman »…

Les Chrétiens du Moyen Orient ont intérêt à savoir nager… Et vite.

FDF

.

Les chrétiens du Moyen-Orient en « océan musulman »

La coexistence des communautés chrétiennes et musulmanes, dans un climat marqué par la montée du fondamentalisme islamiste, a été au centre des échanges du Synode sur le Moyen-Orient

Vue d’Alep (Photo : Raymond DELDIQUE/CIRIC).

«Nous vivons dans un océan musulman » : ces jours-ci, dans les couloirs du Synode des évêques pour le Moyen-Orient, la métaphore géographique et maritime est de mise lorsque les évêques évoquent leurs relations avec l’islam. Océan plus ou moins tourmenté par les tensions politiques, voire les conflits armés, comme en Irak depuis 2003, où la cohésion est gravement mise à mal par les attentats dont sont victimes les chrétiens, entre autres.

Archevêque latin de Bagdad, Mgr Jean Benjamin Sleiman prolonge la métaphore. En Irak, la présence chrétienne forme des « îlots », dit-il avec le double souci d’éviter la dramatisation autant que l’angélisme. « Oui, il existe de nobles expériences de fraternité avec les musulmans, car beaucoup d’entre eux sont habités par un esprit de paix. Mais le problème, c’est que l’islam est la culture dominante. »

Voilà qui définit les contours – et les limites – du dialogue islamo-chrétien, lequel est souvent strictement inscrit dans le cadre des statuts réservés aux minorités.

«L’islam ne veut rien dire : il n’y a que des musulmans»

Mais de quel dialogue parle-t-on en réalité ? Mgr Sleiman se réfère à l’encyclique Ecclesiam suam de Paul VI, soulignant que « dialoguer, c’est aimer ». Il invite les uns et les autres « à ne pas pratiquer le double langage qui consiste à proclamer que nous sommes tous frères alors que nous considérons les musulmans comme des ennemis ». Et réciproquement, sans doute.

Dans cet esprit, bien des évêques en terre musulmane tiennent à rappeler que le dialogue théologique est impossible. Ils soulignent que la véritable rencontre entre les deux religions ne peut se faire qu’à hauteur d’hommes, en dépit des tensions dues au climat politique local. La distinction entre l’islam politique et l’islam « de la vie » est capitale à leurs yeux.

« L’islam, pour moi, cela ne veut rien dire…

Suite et source: http://tinyurl.com/2ucrrl2