Francaisdefrance's Blog

09/01/2012

« Mort aux Juifs » et drapeaux palestiniens à l’aéroport de Tunis

Le véritable islam se dévoile un peu plus tous les jours…

Il est temps de réagir…

FDF

.


Encore une belle action de cette doctrine de haine, de soumission et d’extermination que certains s’acharnent à appeler la ‘religion d’amour, de tolérance et de paix

REGARDEZ CES SAUVAGES   hurlant comme une meute de hyènes attardées :
elle est vraiment belle la révolution de printemps des pays arabes,   ils font un bond  7 siécles  dans le passé, avec leur islam des ténèbres  et leur sharia  du moyen-âge.

 Virer les juifs,  Tuer les juifs » scandé a l’aéroport Tunis Carthage

http://youtu.be/x321iDqPySM

BOYCOTTONS DÉSORMAIS CES PAYS DU MAGHREB  ETOUFFéS  PAR LA HAINE ISLAMISTE

C’est une scène ahurissante qui a eu lieu à l’aéroport de Tunis-Carthage ce jeudi 5 janvier avec la venue d’Ismail Haniya, secrétaire général du Hamas et Premier ministre de l’Autorité palestinienne démissionnaire en visite en Tunisie. Des dizaines de drapeaux palestiniens flottaient au dehors et dans l’enceinte même de l’aéroport ainsi que les drapeaux noirs du tawhid, symbole de l’unicité de dieu et bannière fédératrice des intégristes. Mais curieusement, pas un seul drapeau tunisien
Accueil_d_Ismail_Haniya_du_Hamas_en_Tunisie_sans_drapeaux_tunisiens
L’image est déjà étrange en soi mais le pire reste à venir, les adorateurs du Hamas, keffieh autour du cou se mettent à vociférer leur haine des Juifs et à scander avec ferveur « mort aux juifs ». Cet effroyable spectacle nous rappelle celui auquel nous avions assisté dans les rues de Paris il y a quelques mois où des frères en religion de ces tarés hurlaient déjà à l’égorgement des Juifs. Mais nous savons bien que si Ennahda est en place en Tunisie c’est aussi en grande partie grâce à ceux qui vivent dans notre pays et que certains, politiques ou non, applaudissent quand ils n’encouragent pas carrément à les suivre.
Bien évidemment les médias français n’en ont pas parlé, les Qataris ont le bras long et la France leur appartient presque en totalité, ceci expliquant sans doute cela. Les opposants d’Ennahda en font par contre étalage et clament vivement leur refus d’être assimilés à ces oiseaux de malheur. Ils dénoncent les manœuvres électorales du parti,  affirmant leur désir de continuer à cohabiter en totale harmonie avec les Juifs de Tunisie qu’ils considèrent comme leurs frères de patrie et qu’ils aiment sincèrement comme le prouvent ces quelques témoignages relevés notamment sur la page facebook de « Tunisiens libres ET tolérants » :
Samira : « Nous n’avons jamais eu de problème avec les Juifs Tunisiens, c’est leur pays autant que Le nôtre »
Alain, juif tunisien s’interroge : « Si moi, juif tunisien, je vous considère comme mes frères et sœurs, et si mes 40 années d’absence de Tunisie n’ont pas diminué mon identité tunisienne. Comment dois-je réagir devant ça ? »
Benny : « Au delà du juif qu’ils veulent égorger, il y a aussi sous entendu tous les autres non musulmans. C’est vrai qu’il s’agit d’une petite minorité d’abrutis qui scandent la chose, mais les autorités sur place laissent faire, ils sont donc complices. Je crains pour la Tunisie qui commence à s’enfoncer dans l’obscurantisme. Il suffit que les touristes désertent ce pays et c’est le plongeon sans retour. Et le vrai peuple Tunisien, lui, il subit… »
Karim : « Et puis il y en a marre de convoquer le pb palestinien au cœur de notre révolution, ce mélange des genres est une arnaque nahdhaoui, déjà utilisée par tous les tyrans arabes. Ils se moquent des palestiniens, ils se moquent de leur propre peuple. Et se foutent pas mal des tunisiens »
Salwa : « Quel est le but de Ennahdha d’inviter cette organisation terroriste en Tunisie ? quel est le message? Hamas est allié avec Hezbollah et l’Iran! Qu’est-ce que la Tunisie vient faire dans tout cela? Il me faut des explications … Le comble dans toute l’affaire c’est que 70% des Tunisiens sont contre!!! Pathétique! Une honte envers nos amis(e) Juifs Tunisiens ! »
« Quand je vois aujourd’hui les scènes de liesse à l’aéroport (Ennahdha + Hamas) et que le drapeau tunisien était quasi inexistant… Je me pose la question si il y a encore des tunisiens en Tunisie ? »
Outre ce triste évènement, la faculté des Lettres de la Manouba a été également la cible de fondamentalistes, étrangers à l’établissement pour la plupart et désireux d’instaurer le port du niqab aux jeunes filles au sein de l’établissement qui a été contraint de fermer ses portes sous la pression, les islamistes ayant même séquestré le doyen selon la méthode classique du chantage et de la menace (2).
Ci-dessous une superbe lettre adressée au président tunisien le Dr Mohamed Moncef Marzouki, ancien médecin de l’université de Strasbourg, par Saddam Ben Youssef, un étudiant privé de cours et qui a choisi de l’écrire en langue française pour des raisons qu’il explique.
Cette Tunisie en perdition où le Qatar « téléguidé par l’administration américaine » (1) est en train de s’imposer dans la politique, dans les médias et dans les pensées à grands coups de pétrodollars savamment distribués, est en train de prendre peu à peu le pouvoir sans même trouver de réelle résistance malgré l’opposition pourtant nombreuse et peut-être même majoritaire. La souveraineté tunisienne a vécu, la Tunisie est devenue la propriété des Qataris, leur colonie. Les opposants d’Ennahda quant à eux condamnent la parodie électorale et antidémocratique qui a tenu lieu d’élections, des élections « guignolesques » qui n’ont pas respecté la volonté du peuple à qui on a refusé tout recours judiciaire permettant d’invalider le scrutin, à qui on a refusé la transparence concernant le financement des partis mais dont ils connaissent l’origine « américano-wahhabite ». Les Tunisiens sont floués, dépossédés de leur pays et condamnés à un sombre avenir et pendant ce temps, en France des politiques et des faux philosophes applaudissent joyeusement à cette tragédie.
La pathétique Éva Joly réclame écologiquement un poétique printemps au parfum de jasmin, ce dont un Tunisien s’amuse d’ailleurs et se demande si Éva « souhaite faire vivre les hommes dans des arbres aussi ? ».
Cette écologiste du dimanche ne sait-elle donc pas que le jasmin ne fleurit que de juin à septembre ? La senteur fleurie qu’ Éva pourrait éventuellement sentir à cette période de l’année est celle du sapin…
 
Voici la lettre de Saddam Ben Youssef :
J’accuse, Lettre au président de la république tunisienne Docteur Mohamed Moncef Marzouki
J’accuse,
Lettre au président de la république tunisienne Docteur Mohamed Moncef Marzouki
Me permettez-vous de vous écrire dans la langue de Voltaire ? Vous écrire en français, langue menacée, non pas en tant que symbole d’un état étranger ancien colonisateur  , mais le français en tant que signe linguistique qui permettra à l’humain d’ouvrir ses fenêtres pour tous les vents du monde, sans qu’ils l’arrachent de ses racines.
En parlant de racines j’aime bien le burnous mais j’aurais aimé que vous encourageassiez le « safsari » car il est beaucoup plus lumineux que le niqab ce phénomène extraterrestre fruit pourri d’un esprit désuet, dégradé, obscurantiste voire déshumanisé.
Je vous écris monsieur le président pour vous dire que :
J’accuse Monsieur Hbib Kazdagli, doyen de la faculté des lettres de la Manouba qui pensait qu’en arrêtant les cours il gagnerait le bras de fer contre cette bande de salafistes extrémistes.
J’accuse Monsieur Chokri el Mabkhout, recteur de l’Université de la Manouba qui n’a pas dénoncé jusque là le recul et le relâchement des forces de l’ordre.
J’accuse ces jeunes gens qui croient au retour du Khalife comme un gamin, à celui du père noël. Ces jeunes gens qui méprisent El Chabbi car ils méprisent la Poésie car ils haïssent la Vie. Ces jeunes gens je les accuse tous sans exception, filles Mounaqabet et hommes barbus, pour la déception extraordinaire qu’ils ont provoquée.
Vous avez déçu cette ère assourdissante qu’ils ont nommée Révolution. Vous avez déçu le sourire du martyr, ce dormeur du val pour qui la patrie, c’est boire le café de sa mère le soir. Vous avez brisé barbarement le mythe de l’exception tunisienne, terre de tolérance, qui rythmait depuis l’indépendance voire avant,  son ouverture selon la bonté de ses habitants.
Je vous accuse chers frères et sœurs car vous m’avez privé de mes cours pendant deux semaines. Deux semaines de méditation sur la condition humaine, sur la société carthaginoise. Des pauvres et des riches, une gauche éparpillée et une droite frustrée, une masturbation idéologique et une pénétration identitaire, un pluralisme caricatural et un autisme politique. Ou allons nous exactement ? vers l’Epître du pardon ? celle d’El Maari ? ou des mouvements islamistes qui se veulent l’ombre de Dieu sur terre…
J’accuse ainsi le parti Ennahdha qui est en train de jouir de son pèlerinage gouvernemental et n’a pas encore assumé son rôle de dirigeant encadreur des mauvaises situations.
Et je me demande, si c’est ça la renaissance, que serait la chute ? !
J’accuse également les membres de l’Assemblée nationale constituante qui ont transformé la patrie en un feuilleton morbide et insupportable dont nous suivons les épisodes sur la télé. Comment nous allons te voir chère Tunisie si jamais ils coupent l’électricité? Oui voir est un don mais tout voir est un cauchemar ! Ces membres ou ces apôtres qui n’ont pas eu le courage de défendre le modernisme dont la seule incarnation est l’Université qui demeure violée, marginalisée et écartée du paysage politique général.
Je pense avant de passer à la dernière accusation que cet état de siège va se prolonger jusqu’à ce qu’on apprenne l’Autre, des modèles de notre poésie El chebbi, Mnawer smadeh, Moustfa Khraief, Ali Duaagi, Adem fethi, Moncef el whaybi, Awled Ahmed, Kamel Bouagila …
Enfin je vous accuse vous, Monsieur le Président de la République, chef de l’état ,commandant suprême des forces armées, représentant officiel de la révolution, défenseur des droits de l’homme, intellectuel, philosophe et surtout neurologue. Il est temps que vous soigniez vos patients qui sont aujourd’hui une trentaine mais qui souffrent hélas d’une maladie contagieuse : l’intégrisme.
Je vous accuse car vous oubliez « qu’en ouvrant des écoles, vous fermerez des prisons ».
J’ai raté votre excellence des cours sur Rabelais et son humanisme profond, sur Stendhal et sa remise en question du fonctionnement clérical politisé, sur Senghor et la gloire de son Afrique perdue, plus de Kayamagan premier fondateur du continent noir, plus de Reine de Saba avec l’invention du Niqab ! Des cours de grammaire textuelle : comment on passe, en littérature  du texte slogan au texte vision, comment l’auteur tisse son style…
Actuellement cet auteur c’est vous, alors prenez la peine s’il vous plaît de nous écrire un bon récit car on en a marre !
A part ça, avez-vous fixé une date pour la vente des palais présidentiels ?
Saddam ben youssef – Etudiant en troisième année français à la Manouba(1)     https://www.facebook.com/actualites.tunisie#!/notes/actualitestn/main-basse-qatarie-sur-la-tunisie-avec-laide-de-la-tro%C3%AFka-de-la-r%C3%A9volution-%C3%A0-la-/248478765220499
(2) http://observers.france24.com/fr/content/20120105-occupation-universite-manouba-etudiantes-niqab-profitent-vide-juridique-tunisie-islamistes-ennahdha
http://ripostelaique.com/mort-aux-juifs-et-drapeaux-palestiniens-a-laeroport-de-tunis.html

http://vigilanceliberte.canalblog.com/archives/2012/01/06/23182791.html

01/11/2011

Le combat féministe est à mener avec énergie contre les intégrismes religieux; mais pas n’importe lesquels…

Rejoignez-nous dans la lutte contre l’instauration de la charia! Pour l’instant, elle ne touche que certains pays peuplés d’arriérés et gouvernés par des fous d’Allah. Mais elle est aux portes de l’Occident…

FDF

.

http://www.dailymotion.com/video/xhbp5g_afghanistan-les-amants-lapides-aout-2010_news

AFGHANISTAN : LES AMANTS LAPIDÉS (Août 2010)

Accusés d’adultère, elle et son amant ont été lapidés par les talibans et une foule de villageois survoltés. Elle avait 22 ans, lui 26.
Elle tente de s’extraire du trou mais ses bourreaux la repoussent impitoyablement. Certains ont même le sourire aux lèvres. Quand la lapidation se termine, un faible sanglot s’échappe encore de la suppliciée.

***********************************************************

Voilà où pourrait nous mener cette idéloloie qu’est la charia, entre autres réjouissances,  si nous la laissons entrer sur nos terres comme « ILS »  veulent le faire   selon leurs « ORDRES DIVINS » MAIS NEANMOINS BARBARES  et arriérés –   rassurez-vous, les rejouissances, il y en au aussi pour vous dans la CHARIA :  LES MAINS COUPEES, LA DECAPITATION  et plein d’autres choses extrêmement sympathiques.

__________________________________________________________________________________________________________________
http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-charia-est-une-abomination-103208

La charia est une abomination !

> Ce ne sont pas des dictateurs qui ont été chassés du pouvoir par une révolution.

> Ce sont en Irak et en Libye des peuples qui ont subi les bombardements….

> Ce sont les peuples qui ont souffert et subi la violence venant de l’impérialisme.

> La peur, la violence et l’intégrisme règnent à Bagdad et à Tripoli, le nouveau pouvoir installé par les Obama et autres Sarkozy va s’inspirer de la charia.

> C’est quoi la charia sinon un régression sociale et une violence codifiée faite aux femmes.

> Chahdort Djavann, avec sa plume acerbe nous rappelle, preuves à l’appui ce que signifie pour les femmes de survivre au pays de la charia !

« La Muette »

de Chahdortt Djavann

ré-édité en juin 2011

éditions J’ai lu

125 pages

4,80 €

Être femme au pays des mollahs…

Le Moyen âge est bien loin partout sauf dans certains pays comme l’Iran des Mollahs où règne la terreur… Malgré la chape de plomb, malgré la peur de la répression, des informations commencent à circuler, comme ce manuscrit envoyé par une journaliste à l’auteure pour qu’elle en fasse bon usage.

L’héroïne, une jeune fille de 15 ans va être pendue, c’est inéluctable, elle le sait.

Il lui faudra la complicité de son jeune gardien pour que son histoire tragique puisse franchir les frontières et être ré-écrite avec force par celle qui continue avec talent à combattre l’intégrisme religieux.

C’est l’histoire de l’amour impossible car jugée adultère entre une femme, la Muette, et un jeune homme… Il n’est pas bon de violer la loi islamique qui veut que l’on soit vouée quand on est femme à devenir l’épouse soumise à un homme que l’on n’a pas choisi.

La muette s’est murée dans le silence qui lui servait de refuge.

Elle bravait avec obstination la bêtise et n’hésitait pas à désobéir aux diktats qui veulent que la femme ne soit qu’un objet qu’on cache aux hommes.

« La joie, la tristesse, la haine, l’amour, la tendresse, la colère, l’indignation, l’espoir et le désespoir s’exprimaient dans son regard, dans chacun des traits de son visage, dans sa façon de se lever et de partir ou alors de rester, d’écouter et de vous caresser d’un seul regard. »

L’une est condamnée et exécutée pendant que l’autre, sa nièce bien aimée attend dans sa prison la pendaison, inéluctable

> Mais qu’a donc fait cette adolescente de 15 ans qui, mariée de force à 13 ans, est emprisonnée à 14 pour être exécutée par ceux ci ont décidé une fois pour toute que la condition de la femme était chargée de larmes, de sang et de peur.

> Cette histoire émouvante ne contient ni artifice, ni description… Il n’y a que des faits qui se suffisent à eux-mêmes pour monter à tous les adeptes du relativisme culturel la face et l’envers de ce pays où un régime archaïque lapide et pend des femmes coupables de ne pas avoir respecté la charia.

L’auteure nous montre et nous démontre que le combat féministe est à mener avec énergie contre les intégrismes religieux ….

Jean-François Chalot

Merci à JC JC…

09/10/2011

L’offensive islamiste de plus en plus agressive en Algérie…

L’Algérie est en passe de replonger dans le Moyen-Âge (dont elle est n’est encore pas si loin, d’ailleurs; ce sera facile…). Des illuminés islamiques lancent une fatwa pour faire fermer les débits de boissons alcoolisées… Au nom de quoi ?

FDF

.

La fetwa et la fitna d’El Hachemi Sahnouni

Sahnouni et Abderrazak Zeraoui Hamadache

Dans une hallucinante fetwa, l’ancien dirigeant du parti dissous, d’El Hachemi Sahnouni, et Abderezak Zeraoui Hamadache lancent un appel, dans un tract diffusé hier aux citoyens, les incitant à se soulever pour la fermeture des débits de boissons alcoolisées.

Encouragés par une islamisation rampante de la société, conséquence d’une orientation idéologique des tenants du pouvoir, des anciens du FIS dissous passent à l’offensive. Deux imams radicaux, Hachemi Sahnouni et Abderrazak Zeraoui ont signé une fatwa qui sonne comme appel à la désobéissance aux lois de la République.

« Nous appelons les comités des quartiers populaires à multiplier leur contestation demandant la fermeture définitive des bars et des débits de boissons alcoolisées prohibées par la religion du Prophète, parce qu’elles pervertissent notre jeunesse et détruisent ses mœurs religieuses (…)« , ont-ils écrit dans leur tract infamant. Une incitation à la violence, à la haine, à l’intolérance et, plus dangereux encore, à dresser des Algériens les uns contre les autres. Un véritable appel à « la fitna« . Visiblement galvanisé par le virage conservateur pris par le pouvoir de Bouteflika, l’ancien prédicateur de la mosquée Essouna de Bab El-Oued (Alger) s’érige ainsi en inquisiteur.

Sahnouni se sent en terrain conquis, lui, dont la responsabilité politique dans la violence qui a embrasé le pays durant les années 1990 n’est plus à démontrer. S’attribuant ainsi « le rôle » de la conscience de la société, les prédicateurs jugent curieusement que « ce sont les débits de boissons alcoolisées qui sont la cause de nombreux problèmes des Algériens parce qu’elles propagent la perversion et éloignent des solutions réelles et justes« . Les deux prêcheurs estiment dans leur propagande intégriste que « le nombre de crimes a augmenté et les bagarres sont de plus en plus nombreuses entre les buveurs d’alcool et d’honorables citoyens à cause de la multiplication des débits de boissons« .

Invraisemblable. Est-ce parce qu’il existe des imams pédophiles qu’il faudrait fermer les mosquées ? Faut-il interdire les matchs de football pour mettre un terme à la violence dans les stades ! Le raccourci est vite pris. Faut-il chercher les sources de la violence ailleurs que dans les bars ? Ne sont-elles pas d’ordre politique ? L’extrémisme religieux revient au-devant de la scène au moment même où le terrorisme continue de faire des victimes innocentes. Bien évidemment, d’El Hachemi Sahnouni n’oserait pas pointer du doit la cause réelle du mal qui ronge l’Etat et la société. Sahnouni en est-il seulement conscient ?

Pour le moins étrange, il a choisi de se fourvoyer aujourd’hui dans cette espèce de « guerre civile » contre les débits de boissons et leur clientèle. L’a-t-il fait de lui-même et par lui-même sans la tutelle d’un quelconque sponsor politique interne ou externe ? A l’heure, faut-il le noter, on traverse une phase très délicate politiquement du fait des exigences du changement démocratique imposé par ce qui se passe dans le monde arabe et les nécessités de la situation interne. Il est aisé en effet de remarquer que ce personnage évite soigneusement de s’attaquer au pouvoir politique.

Pouvoir et islamistes, même combat

Depuis quelques années, l’opinion publique assiste avec stupéfaction et inquiétude à une campagne de stigmatisation menée par le pouvoir de Bouteflika contre des Algériens parce qu’ils épousent une religion autre que l’Islam, contre les non-jeûneurs. Des femmes sont souvent persécutées. Le gouvernement a trouvé un stratagème juridique pour interdire aux descendants de détenteurs de licence d’exploitation de débits de boissons alcoolisées d’en hériter. Depuis, de nombreux bars sont fermés, notamment dans l’Algérois. D’autres propriétaires de débits de boissons alcoolisées, sous une pression de l’administration policière avec l’appui de leurs supplétifs, ont fermé boutique.

Au nom de quoi ? Au nom d’innombrables prétextes de pratique commerciale qui dissimulent mal une action de moralisation de la société. Ainsi, des concessions « symboliques« , mais combien importantes, sont instrumentalisées par le pouvoir au profit des islamistes et aux forces conservatrices dans le but d’acheter leur soutien et surtout leur silence au moment où les peuples se soulèvent contre les dictatures. Est-il nécessaire de rappeler, durant les événements du début janvier dernier, que le gouvernement a fait recours aux imams pour dissuader les Algériens de descendre dans la rue pour réclamer leurs droits politiques. Au mois du Ramadhan dernier, le gouvernement a chargé son ministre des Affaires religieuses d’exhorter les commerçants à ne pas augmenter les prix des produits de large consommation. Alors que la mission de contrôle des prix est du ressort du ministère du Commerce.

Ainsi, nous assistons à un glissement dangereux de l’Etat en s’appuyant sur le discours religieux, souvent extrémiste, dans la gestion des affaires publiques. L’opinion publique s’inquiète de cette collusion historique et dangereuse entre le pouvoir et les islamistes. Le caractère républicain de l’Etat en pâtit. Par ailleurs, la question que soulève la fetwa de l’ancien dirigeant du FIS dissous va au-delà d’anecdotiques beuveries. Elle pose sérieusement la problématique des libertés individuelles et publiques dans une société mortellement étouffée.

En filigrane, dans son douteux combat, El Hachemi Sahnouni ne désespère pas, après l’épisode meurtrier des années 1990, de ramener l’Algérie au Moyen-Âge, en faisant feu de tout bois. De nombreux observateurs tirent la sonnette d’alarme, attirant l’attention sur la propagation de l’idéologie wahhabite et salafiste dans de nombreuses mosquées tolérée par le pouvoir en place. Pour peu, son hégémonie n’est pas remise en cause par les tenants de cette idéologie obscurantiste. Mais pas seulement. Le pouvoir met à contribution tous ses appareils idéologiques.

Des médias (publics et privés) et l’école distillent un discours d’intolérance et de haine. Foncièrement hostile aux aspirations de liberté, de démocratie et de justice de la société, le pouvoir a fait le choix de faire alliance avec des forces les plus archaïques. Quitte à mettre l’Etat en péril. Cette situation rappelle curieusement la période du début des années quatre-vingt. Faut-il alors considérer que la transition politique qui se joue actuellement doit absolument se négocier avec les islamistes purs et durs ?

Source: http://www.lematindz.net/

07/09/2011

L’Algérie vit toujours au Moyen-Âge; et encore…

Trois « faits divers » venus de là-bas, dis…

On a du mal d’y croire. Et pourtant, ça se passe bien à notre époque…

FDF

.

Un pèlerin de 84 ans arrêté pour attentat à la pudeur sur un mineur :

Un notable d’un douar dans la commune de Kheir Eddine, âgé de 84 ans a été arrêté par les éléments de la gendarmerie nationale en flagrant délit d’attentat à la pudeur sur un mineur. Celui-ci a effectué plusieurs fois le pèlerinage à la Mecque. Selon des sources, le mis en cause a été mis sous mandat de dépôt par le procureur de la République en attendant sa comparution devant la juridiction compétente. Cet homme a même essayé par le bais de ses proches de trouver une solution à l’amiable, selon nos sources le père de la victime veut que justice soit faite. Il est à signaler que ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur, c’était le cas il y a un mois d’un homme âgé de 80 ans à Sidi Ali qui a violé une fillette de 11 ans. (source)

« Pensant qu’après le fameux pèlerinage à la Mecque allait effacer ses péchés comme l’islam le dit , ce dernier en a profité pour assouvir ses besoins pervers », explique notre lecteur.

**************************************************************

Une fille lapide et égorge son père à Batna :

Quelques minutes avant la rupture du jeûne, une jeune fille de 17 ans s’est mal comportée envers son père de 50 ans. Ce dernier exigeait la préservation des valeurs d’antan et que les enfants ne devraient en aucun cas discuter les orientations des parents. La fille s’est emportée, est allé chercher le couteau de cuisine, est revenue trancher le cou de son père, puis l’a chassé à coup de pierres dans la rue, où, après une hémorragie importante, il a rendu l’âme. Tous les témoins qui sortaient de la mosquée ont exigé de la justice de condamner à mort l’auteur et de l’exécuter selon la Charia El Islamia. (source)

***********************************************

Suicide par immolation à Bouguirat :

Un jeune homme âgé de 28 ans s’est immolé mardi à l’intérieur du domicile familial, contestant de cette manière la décision arbitraire de ses parents qui refusaient d’aller demander la main de sa préférée. (source)

Les parents ont refusé de faire el Khotba ( demande en mariage religieuse), nous explique notre lecteur.

**********************************************************************

  Vu sur: http://www.bivouac-id.com/

04/08/2011

Sur le marché musulman de Vaux en Velin, on perçoit encore une dîme…

Une chose m’interpelle, dans cet article; pourtant, ça ne devrait pas. C’est ça: « percevoir une dîme »… une pratique que l’on croyait réservée aux époques moyen-âgeuses. Mais c’est vrai qu’en islam, le Moyen-âge, c’est en ce moment. Tout le prouve…

FDF

.

Vaulx : le marché du Ramadan pour financer la future mosquée…

A Vaulx-en-Velin, le traditionnel marché du Ramadan a été déplacé. Alors qu’il se tient d’habitude sur la place du Mas-du-Taureau, il est cette année installé rue Lesire, sur le site de la future mosquée, qui tarde à voir le jour.

Pour l’association Okba, qui gère le projet, le marché permet de percevoir une dîme auprès des forains, mais aussi d’inciter les fidèles à verser des dons pour contribuer au financement. En effet, la première pierre a été posée en juin, mais le budget est loin d’être bouclé : l’association a recueilli 536 000 euros, alors que le coût avoisine les 4 millions d’euros.

Le premier projet de construction date de… 1983. La population commence à s’impatienter : « Nous avons pourtant fait d’énormes progrès. Sur le plan administratif tout est réglé : le terrain nous appartient, on a un permis de construire…», affirme Fawzi Hamdi, président de l’association.

Il espère que la période de Ramadan sera suffisamment fructueuse pour démarrer les travaux en septembre.

Source: http://www.leprogres.fr/

08/06/2011

Esclavage sexuel au nom d’Allah : retour vers le futur Moyen-Âge…

On croyait avoir tout vu, avec les islamistes. Ben non…

FDF

.

Une télévision koweitienne justifie l’esclavage sexuel au nom d’Allah !

On croit tout avoir lu et entendu au sujet de l’islam. Et puis voilà qu’au jour le jour, l’insolite, l’inattendu, l’ahurissant, l’ignoble vous parvient ; encore et encore ! Au détour d’un mail, d’une dépêche ou d’une vidéo. Ce sont nos amis de l’excellent site Poste de Veille qui ont déniché l’information que je vous présente ici.

Il s’agit d’une émission télévisée koweitienne nommé « Lettre de Salwa al-Mutairi ». Après avoir regardé la vidéo en question, j’ai décidé de la traduire, de la doubler et de la partager avec nos lecteurs pour qu’ils puissent être pris à témoin. Ce que vous allez voir et entendre ici prouve que l’Américaine d’origine syrienne, Wafa Sultan, a bien raison de dire que Samuel Huntington a tout faut : entre les pays libres et l’islam il ne s’agit pas de conflit de civilisations mais bel et bien d’un conflit de notre civilisation contre la barbarie. Accrochez-vous bien, c’est un retour vers le futur Moyen-âge !

Par Pascal Hilout

08/10/2010

Sommes-nous dans une dictature religieuse ?

Le CFCM dénonce, le CFCM lance une fatwa, le CFCM cire les pompes (ils excellent en la matière…) de l’UMP (Xavier Bertrand). Pour résumer, le CFCM nous entube…

Au CFCM: « lâchez-nous un peu les basques. Vous n’êtes pas en position de force , chez nous, ni politique, ni religieuse ! Et ça n’arrivera jamais. Faites vous accepter, en vous montrant moins………… entreprenants, moins arrogants, plus discrets. Après, on avisera. »

FDF

.

Après l’UMP, Accoyer tue le débat sur « La France en danger? »

On croyait avoir tout vu, et tout entendu, dans la France de Nicolas Sarkozy. Mais, éternellement candides, nous pensions que, dans notre pays la France, il était encore possible de mener un débat démocratique sur le thème proposé par La Droite Libre : « Immigration, islamisme : la France en danger ? ».

Hier, nous avions vu qu’il suffisait d’un article du journal « Le Monde », qualifiant ce débat de « sulfureux » pour que l’UMP fasse profil bas et l’annule. Malgré tout, un député UMP plus courageux que d’autres avait réussi à avoir une salle à l’assemblée nationale, et le débat annoncé pouvait se tenir.

Sauf que… l’oulema Mohamed Moussaoui, président du CFCM, a décidé de lancer une fatwa contre ce débat ! Voici, intégralement, son communiqué.

« Le CFCM a pris connaissance sur le site web du quotidien Le Monde ainsi que sur celui du mouvement La Droite Libre que le débat ayant pour thème « Immigration, Islamisme, la France menacée ? », prévu initialement jeudi 30 septembre 2010 au siège de l’UMP, aura finalement lieu à l’Assemblée Nationale.

Aussi, le CFCM s’étonne qu’un débat organisé par des personnalités connues pour leurs prises de position outrancières et caricaturales à l’égard de l’Islam et des musulmans puisse se tenir dans un lieu hautement symbolique, garant de l’égalité et de la fraternité entre les citoyens.

Le CFCM dénonce avec force l’amalgame inacceptable qui découle de cette association malheureuse et scandaleuse entre la religion musulmane et le débat sur l’immigration.

Le CFCM formule le souhait que le Président de l’Assemblée Nationale, M. Bernard ACCOYER, annule la tenue de cette rencontre qui risque de donner lieu à des dérapages de la part de certains intervenants.

Le CFCM tient à saluer l’esprit de responsabilité du Secrétaire Général de l’UMP, M. Xavier BERTRAND, qui après avoir pris connaissance du thème sulfureux de ce débat, a annulé sa tenue au siège de son mouvement.

En réponse à un courrier qui lui a été adressé par le Président du CFCM, Monsieur Bertrand a précisé que le thème de ce colloque devait porter initialement sur les retraites et que la direction n’avait pas été informée du changement opéré, et a ajouté : “qu’à ce jour la Droite Libre n’est pas un mouvement associé à l’UMP”.

Le CFCM prend note de cette explication et souhaite que le débat sur l’immigration ne mette de nouveau la religion musulmane sur les bancs des accusés. »

Paris, le 29 septembre 2010

Mohammed MOUSSAOUI, président du CFCM

Que croyez-vous qu’il arriva ? Comme hier l’UMP se couchant devant le journal « Le Monde », le président de l’Assemblée nationale, le doigt sur la couture du pantalon, a obtempéré en quelques heures à la fatwa du CFCM, et a décidé d’annuler une réunion qui promettait d’avoir un grand succès. On savait qu’Accoyer s’était montré hostile à une loi contre la burqa, il confirme aux yeux de tous sa dhimmitude.

A notre connaissance, c’est la première fois, depuis le vote de la loi de 1905, qu’une association religieuse se permet de demander l’interdiction une réunion politique, dans l’enceinte de la représentation nationale…

Nous rappelons que le sieur Moussaoui vient d’être décoré de l’ordre du mérite de la ville par la municipalité socialiste strasbourgeoise.

http://www.bivouac-id.com/2010/09/23/strasbourg-medaille-de-la-ville-a-mohammed-moussaoui-president-du-cfcm/

Nous remarquons avec amusement que Moussaoui confond « religion musulmane » et « islamisme », ce qui conforte les thèses de Riposte Laïque. Nous constatons également que ce personnage, de nationalité marocaine, mais en demande de naturalisation, se permet de protester contre l’amalgame « islamisme-immigration », alors qu’il incarne cette dualité.

Ce dignitaire religieux peut donc décider qui, en France, a le droit de parler de l’islam, et qui n’en a pas le droit. Il se permet de relayer l’offensive de l’OCI qui, fort de 57 pays, cherche à introduire, partout, un délit de blasphème assimilant la critique de l’islam à du racisme, donc à un délit.

L’islamophobie n’est pas encore un délit en France malgré les désirs des Raoult et compagnie ? Qu’à cela ne tienne, Moussaoui décide que certains des invités étant trop méchants avec l’islam, il fallait interdire ce débat. Moussaoui, en bon musulman, ne peut que rêver de voir notre pays devenir, un jour, une théocratie religieuse, où toute critique de l’islam sera réprimée. S’il ne souhaitait pas une telle issue, il ne serait pas un vrai musulman ! Le moins qu’on puisse dire est qu’avec une gauche qui refuse de voter la loi contre le voile intégral, et une droite qui se couche d’abord devant « Le Monde », puis devant le CFCM, il doit se frotter les mains…

Nous sommes donc dans un pays où il suffit que les bobos du Monde et les islamistes du CFCM, de concert, fassent pression pour qu’un débat qui concerne l’avenir de notre pays, et de notre laïcité et de notre civilisation, soit interdit !

L’heure est grave, le sieur Moussaoui se comporte en France comme vrai militant de l’islam, dicte sa loi à nos élus, et ceux qui sont censés représenter le peuple se couchent devant sa fatwa ! Fatwa qui vise d’ailleurs, et nous sommes fiers de déplaire à ceux qui veulent imposer un fascisme vert en France, essentiellement Riposte Laïque et Résistance républicaine. Nous leur faisons de plus en plus peur, ils sortent du bois et montrent leur vrai visage d’intolérants, de censeurs et, surtout, la peur terrible qu’ils ont que le vrai visage de l’islam ne soit connu de tous les Français. Nous devons remercier Moussaoui, qui, certes, donne un visage plus soft que l’excité de Limoges, mais qui, par sa fatwa, vient de montrer au peuple français ce qu’il était réellement : un religieux liberticide, qui rêve d’islamiser notre pays.

Bien évidemment, les organisateurs, la Droite Libre, et les invités, ne peuvent maintenir cette réunion. Malgré tout, ils refusent de s’incliner ainsi. Ils tiendront une conférence de presse, demain soir, à 19 heures, devant l’assemblée nationale, 126, rue de l’Université, Paris 7e, et annonceront la suite qu’ils entendent donner à ce feuilleton grotesque, qui montre par l’absurde, la nécessité de tenir un tel débat, dans notre pays, au plus vite. Nous invitons les plus déterminés de nos amis à venir y assister, et nous prendrons ensuite le pot de l’amitié.

Pour la liberté d’expression, pour la vérité, pour la démocratie, pour la séparation du religieux et du politique, pour que ne meure pas, dans l’Hexagone, une partie de l’identité française : le goût du débat, la liberté de penser et de parler, le devoir d’insolence.

Qu’on se le dise, nos anciens n’ont pas mené les batailles qu’ils ont menées contre les curés pour que nous laissions les imams nous imposer leur religion moyen-âgeuse. Les Français ne le permettront pas!

Source: http://tinyurl.com/22w4sgt

26/08/2010

Les 28 et 29 août, fête médiévale “Les cochons de Crépy” !

Crépy-en-Valois célèbre le cochon !

26août 2010

Les 28 et 29 août (re)découvrez Crépy-en-Valois (60 km au N/E de Paris) autour de la traditionnelle fête médiévale “Les cochons de Crépy” ! Le temps d’un week-end , la ville de Crépy-en-Valois vivra au rythme médiéval pour la 14 ème édition de la fête des Cochons de Crépy ! Danses, marché, auberge, spectacles médiévaux… pendant 2 jours vivez au rythme du Moyen-Âge.


Vous trouverez également sur place des stands de restauration dont l’élément principal est … le cochon !


Les cochons de Crépy sont l’équivalent local des oies du Capitole. Au Moyen-Age, ce sont les cochons qui ont évité à la ville de Crépy-en-Valois de se faire prendre par les soldats de Henry IV qui assiégeaient Pierrefonds. Par une sombre nuit, ses hommes avaient réussi à s’infiltrer dans la cité crépynoise, lorsque les cris perçants des porcs alertèrent les habitants, mettant ainsi les assaillants en fuite.

vu sur http://www.fdesouche.com/132418-crepy-en-valois-celebre-le-cochon