Francaisdefrance's Blog

29/11/2011

Et si la gauche gagnait en 2012 ?

Nous serions à court terme gouvernés par les islamistes et ceux qui leur lèchent les babouches. Outre cette infamie, je vous rappelle que 86 maires PS ont également signé (chiffres arrêtés au 16 mai 2011) un accord pour le même affront au peuple de France!

Ce sont les maires-dhimmis des villes suivantes: http://tinyurl.com/76w3q5y

Si chacun d’entre nous leur envoyait un petit courrier de « félicitations »… Choisissez une ville, ça vous coûte un timbre. Moi, c’est fait…

Honte sur eux !


Marine; VITE !!!

FDF

.

Sur son site, le PS cache qu’il a signé pour l’éligibilité des étrangers !

L’accord entre les Verts et le PS nous réserve bien des surprises. Ainsi, quand on va sur le site des Verts, on découvre, à la fin du paragraphe I, une phrase, en gras, ci-dessous, qui indique très clairement qu’il ne sera plus nécessaire d’avoir la nationalité française pour pouvoir être élu.
Le droit de vote et l’éligibilité aux élections locales seront accordés aux étrangers résidant
en France depuis cinq ans et plus. 



Grâce à cette phrase, un Moussaoui, par exemple, président du CFCM, de nationalité marocaine, pourrait être élu conseiller municipal, maire, conseil général… pour commencer. Chacun sait que la logique de l’élection locale aujourd’hui sera forcément celle d’une élection nationale demain.
http://eelv.fr/wp-content/uploads/2011/11/texte_complet_daccord_EELV-PS1.pdf

Sur ces bases, pour en finir avec l’instrumentalisation à usage électoral de l’immigration, nous réformerons le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) et nous abrogerons les lois d’exception, du délit de solidarité et des restrictions à la vie privée et familiale, nous mettrons en oeuvre un processus de régularisation notamment pour les travailleurs étrangers et les parents d’enfants scolarisés sur labase de critères transparents et fixés par le Parlement, à encourager l’accueil d’étudiants étrangers qui sont une chance pour le rayonnement de la France et de son enseignement supérieur, à favoriser l’accueil et l’intégration des migrants en explicitant les droits et les devoirs, à lutter avec détermination contre les réseaux d’immigration illégale et les « marchands de sommeil », mais aussi à mobiliser l’Union européenne pour un développement solidaire (sanctuarisation du droit d’asile, pacte solidaire avec les pays d’émigration). Le droit de vote et l’éligibilité aux élections locales seront accordés aux étrangers résidant en France depuis cinq ans et plus.

Mais curieusement, quand on va sur le site du PS, la dernière phrase a disparu.

http://www.parti-socialiste.fr/static/13161/socialistes-et-ecologistes-ensemble-pour-combattre-la-crise-et-batir-un-autre-modele-de-vivre-ensemb-172468.pdf?issuusl=ignore

Sur ces bases, pour en finir avec l’instrumentalisation à usage électoral de l’immigration, nous réformerons le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) et nous abrogerons les lois d’exception, du délit de solidarité et des restrictions à la vie privée et familiale, nous mettrons en oeuvre un processus de régularisation notamment pour les travailleurs étrangers et les parents d’enfants scolarisés sur la base de critères transparents et fixés par le Parlement, à encourager l’accueil d’étudiants étrangers qui sont une chance pour le rayonnement de la France et de son enseignement supérieur, à favoriser l’accueil et l’intégration des migrants en explicitant les droits et les devoirs, à lutter avec détermination contre les réseaux d’immigration illégale et les « marchands de sommeil », mais aussi à mobiliser l’Union européenne pour un développement solidaire (sanctuarisation du droit d’asile, pacte solidaire avec les pays d’émigration).

Nous attendons donc avec impatience de connaître la suite du feuilleton : qui a raison, les Verts, ou le PS ? Nous ne pouvons pas croire que les Verts auraient rajouté une ligne dans le dos du PS ! Mais nous ne pouvons pas penser davantage que les socialistes reviennent sur un accord signé avec les camarades Verts… Donc, on veut savoir : notre ami Moussaoui n’aura-t-il que le droit de vote, ou pourra-t-il être élu, si la gauche gagne en 2012 ?


Source: http://ripostelaique.com/

08/10/2010

Sommes-nous dans une dictature religieuse ?

Le CFCM dénonce, le CFCM lance une fatwa, le CFCM cire les pompes (ils excellent en la matière…) de l’UMP (Xavier Bertrand). Pour résumer, le CFCM nous entube…

Au CFCM: « lâchez-nous un peu les basques. Vous n’êtes pas en position de force , chez nous, ni politique, ni religieuse ! Et ça n’arrivera jamais. Faites vous accepter, en vous montrant moins………… entreprenants, moins arrogants, plus discrets. Après, on avisera. »

FDF

.

Après l’UMP, Accoyer tue le débat sur « La France en danger? »

On croyait avoir tout vu, et tout entendu, dans la France de Nicolas Sarkozy. Mais, éternellement candides, nous pensions que, dans notre pays la France, il était encore possible de mener un débat démocratique sur le thème proposé par La Droite Libre : « Immigration, islamisme : la France en danger ? ».

Hier, nous avions vu qu’il suffisait d’un article du journal « Le Monde », qualifiant ce débat de « sulfureux » pour que l’UMP fasse profil bas et l’annule. Malgré tout, un député UMP plus courageux que d’autres avait réussi à avoir une salle à l’assemblée nationale, et le débat annoncé pouvait se tenir.

Sauf que… l’oulema Mohamed Moussaoui, président du CFCM, a décidé de lancer une fatwa contre ce débat ! Voici, intégralement, son communiqué.

« Le CFCM a pris connaissance sur le site web du quotidien Le Monde ainsi que sur celui du mouvement La Droite Libre que le débat ayant pour thème « Immigration, Islamisme, la France menacée ? », prévu initialement jeudi 30 septembre 2010 au siège de l’UMP, aura finalement lieu à l’Assemblée Nationale.

Aussi, le CFCM s’étonne qu’un débat organisé par des personnalités connues pour leurs prises de position outrancières et caricaturales à l’égard de l’Islam et des musulmans puisse se tenir dans un lieu hautement symbolique, garant de l’égalité et de la fraternité entre les citoyens.

Le CFCM dénonce avec force l’amalgame inacceptable qui découle de cette association malheureuse et scandaleuse entre la religion musulmane et le débat sur l’immigration.

Le CFCM formule le souhait que le Président de l’Assemblée Nationale, M. Bernard ACCOYER, annule la tenue de cette rencontre qui risque de donner lieu à des dérapages de la part de certains intervenants.

Le CFCM tient à saluer l’esprit de responsabilité du Secrétaire Général de l’UMP, M. Xavier BERTRAND, qui après avoir pris connaissance du thème sulfureux de ce débat, a annulé sa tenue au siège de son mouvement.

En réponse à un courrier qui lui a été adressé par le Président du CFCM, Monsieur Bertrand a précisé que le thème de ce colloque devait porter initialement sur les retraites et que la direction n’avait pas été informée du changement opéré, et a ajouté : “qu’à ce jour la Droite Libre n’est pas un mouvement associé à l’UMP”.

Le CFCM prend note de cette explication et souhaite que le débat sur l’immigration ne mette de nouveau la religion musulmane sur les bancs des accusés. »

Paris, le 29 septembre 2010

Mohammed MOUSSAOUI, président du CFCM

Que croyez-vous qu’il arriva ? Comme hier l’UMP se couchant devant le journal « Le Monde », le président de l’Assemblée nationale, le doigt sur la couture du pantalon, a obtempéré en quelques heures à la fatwa du CFCM, et a décidé d’annuler une réunion qui promettait d’avoir un grand succès. On savait qu’Accoyer s’était montré hostile à une loi contre la burqa, il confirme aux yeux de tous sa dhimmitude.

A notre connaissance, c’est la première fois, depuis le vote de la loi de 1905, qu’une association religieuse se permet de demander l’interdiction une réunion politique, dans l’enceinte de la représentation nationale…

Nous rappelons que le sieur Moussaoui vient d’être décoré de l’ordre du mérite de la ville par la municipalité socialiste strasbourgeoise.

http://www.bivouac-id.com/2010/09/23/strasbourg-medaille-de-la-ville-a-mohammed-moussaoui-president-du-cfcm/

Nous remarquons avec amusement que Moussaoui confond « religion musulmane » et « islamisme », ce qui conforte les thèses de Riposte Laïque. Nous constatons également que ce personnage, de nationalité marocaine, mais en demande de naturalisation, se permet de protester contre l’amalgame « islamisme-immigration », alors qu’il incarne cette dualité.

Ce dignitaire religieux peut donc décider qui, en France, a le droit de parler de l’islam, et qui n’en a pas le droit. Il se permet de relayer l’offensive de l’OCI qui, fort de 57 pays, cherche à introduire, partout, un délit de blasphème assimilant la critique de l’islam à du racisme, donc à un délit.

L’islamophobie n’est pas encore un délit en France malgré les désirs des Raoult et compagnie ? Qu’à cela ne tienne, Moussaoui décide que certains des invités étant trop méchants avec l’islam, il fallait interdire ce débat. Moussaoui, en bon musulman, ne peut que rêver de voir notre pays devenir, un jour, une théocratie religieuse, où toute critique de l’islam sera réprimée. S’il ne souhaitait pas une telle issue, il ne serait pas un vrai musulman ! Le moins qu’on puisse dire est qu’avec une gauche qui refuse de voter la loi contre le voile intégral, et une droite qui se couche d’abord devant « Le Monde », puis devant le CFCM, il doit se frotter les mains…

Nous sommes donc dans un pays où il suffit que les bobos du Monde et les islamistes du CFCM, de concert, fassent pression pour qu’un débat qui concerne l’avenir de notre pays, et de notre laïcité et de notre civilisation, soit interdit !

L’heure est grave, le sieur Moussaoui se comporte en France comme vrai militant de l’islam, dicte sa loi à nos élus, et ceux qui sont censés représenter le peuple se couchent devant sa fatwa ! Fatwa qui vise d’ailleurs, et nous sommes fiers de déplaire à ceux qui veulent imposer un fascisme vert en France, essentiellement Riposte Laïque et Résistance républicaine. Nous leur faisons de plus en plus peur, ils sortent du bois et montrent leur vrai visage d’intolérants, de censeurs et, surtout, la peur terrible qu’ils ont que le vrai visage de l’islam ne soit connu de tous les Français. Nous devons remercier Moussaoui, qui, certes, donne un visage plus soft que l’excité de Limoges, mais qui, par sa fatwa, vient de montrer au peuple français ce qu’il était réellement : un religieux liberticide, qui rêve d’islamiser notre pays.

Bien évidemment, les organisateurs, la Droite Libre, et les invités, ne peuvent maintenir cette réunion. Malgré tout, ils refusent de s’incliner ainsi. Ils tiendront une conférence de presse, demain soir, à 19 heures, devant l’assemblée nationale, 126, rue de l’Université, Paris 7e, et annonceront la suite qu’ils entendent donner à ce feuilleton grotesque, qui montre par l’absurde, la nécessité de tenir un tel débat, dans notre pays, au plus vite. Nous invitons les plus déterminés de nos amis à venir y assister, et nous prendrons ensuite le pot de l’amitié.

Pour la liberté d’expression, pour la vérité, pour la démocratie, pour la séparation du religieux et du politique, pour que ne meure pas, dans l’Hexagone, une partie de l’identité française : le goût du débat, la liberté de penser et de parler, le devoir d’insolence.

Qu’on se le dise, nos anciens n’ont pas mené les batailles qu’ils ont menées contre les curés pour que nous laissions les imams nous imposer leur religion moyen-âgeuse. Les Français ne le permettront pas!

Source: http://tinyurl.com/22w4sgt

04/10/2010

COMMUNIQUE du BUREAU de la DROITE LIBRE.

Voilà qui a le mérite d’être clair…

FDF

.


Le 30 septembre 2010, le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a semblé céder aux à la fatwa du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) et a décidé d’annuler une réunion importante qui promettait d’avoir un grand succès.

La Droite Libre, mouvement qui se positionne au sein de la majorité présidentielle et dans la mouvance de l’UMP, se rappelle que Monsieur Accoyer s’était déjà, il ya quelques mois, opposé à une loi courageuse contre la Burqa et le Voile intégral, appuyée par le groupe UMP à l’Assemblée et le Président Nicolas Sarkozy lui-même.

La Droite Libre demande solennellement à M. Accoyer si oui ou non il a voulu satisfaire les exigences liberticides d’un groupe de pression théocratique et s’il considère comme le CFCM qu’Islam est synonyme d’Islamisme.

L’évènement est Grave de conséquence: en effet, c’est la première fois, depuis le vote de la loi de 1905, qu’une association religieuse ose et obtient l’interdiction pure et simple d’une réunion politique, dans l’enceinte de la représentation nationale sous prétexte que « l’Islam serait stigmatisé »… alors que notre réunion voulait étudier, avec des personnalités politiques, des experts et un imam, les liens réels et indéniables existant entre islamisme (extrémisme religieux) et les flux migratoires.

La Droite Libre demande au parti majoritaire et à M. Accoyer si une sorte de censure théocratique a bel et bien été rétablie en France sous pressions d’organisations musulmanes qui prétendent représenter les musulmans de France mais qui ne représentent qu’elles mêmes et leurs différents courants intégristes ou conservateurs et pays de référence.

Dans un souci d’humanisme et de refus de l’amalgame, la Droite Libre avait pourtant pris le soin de ne pas stigmatiser les musulmans ou l’Islam, en choisissant comme second terme du débat « l’Islamisme », qui, depuis les travaux du politologue Bruno Etienne, signifie la frange de l’Islam radical et extrémiste et non l’islam en général.

Accusation miroir ou labsus ? C’est le CFCM qui s’est senti visé par le terme pourtant non dirigé contre lui « d’islamisme », assimilé par la déclaration du CFCM à l’islam tout court !

Par ses déclarations victimistes, le CFCM s’est reconnu lui-même dans l’islamisme.

En fait, le CFCM relaie en France l’offensive de l’OCI (organisation de la Conférence Islamique), qui cherche à introduire, partout dans le monde et au sein de l’ONU, depuis les années 1990, le  » délit de blasphème », en assimilant la critique de l’islam à du racisme ou de « l’islamophobie », donc à un crime pénalement condamnable.

Paradoxe incroyable, l’OCI donne des leçons d’antiracisme en Occident, mais il réunit 57 pays musulmans qui persécutent presque tous leurs minorités chez eux et interdisent la liberté et le prosélytisme des autres religions (même le Maroc « tolérant » représenté au CFCM interdit à un musulman de choisir une autre religion).

La Droite Libre se demande si les buts liberticides et obscurantistes de l’OCI sont en voie d’être atteints dans le pays de Voltaire….

Par contraste, le courageux Imam de Drancy, Hassen Charghoumi, qui avait répondu présent à la soirée de la Droite Libre et qui est menacé de mort par les islamistes, dénonce courageusement les extrémistes islamistes, ne crie pas au victimisme, ne demande pas d’annuler des débats, accepte même de dialoguer avec des laïques et des anticléricaux qui ne sont pas de son avis. Il vient d’écrire un livre remarquable dans lequel il défend sans ambiguïté les valeurs de la République et de la liberté d’expression.

La Droite Libre se demande si le CFCM ne voulait pas également faire taire cet Imam courageux qui dérange les théocrates liberticides du CFCM.

Par ailleurs, le fait que M. Moussaoui, président du CFCM ait été décoré de l’ordre du Mérite de la ville par la municipalité socialiste strasbourgeoise, puis le fait que le journal Le Monde ait déclenché cette polémique liberticide et pro-islamiste, confirment l’alliance sinistre entre le Rouge, le Rose et le Vert.

Les leçons de ces derniers jours nous amènent à poser une question amicale mais sans concession à nos amis de la majorité :

Est-il acceptable qu’un journal de gauche connu pour ses procédés délateurs et partiaux, puis une assemblée d’Imams aux valeurs opposés à la liberté d’expression, donnent des leçons de morale et de tolérance au parti majoritaire et aux personnalités désirant débattre librement en dans un contexte pluraliste?

La démocratie des Modernes est-elle devenue le lieu de la Tyrannie des Minorités ?

La Droite française doit-elle essayer de plaire aux lobbys antiracistes de gauche et d’extrême-gauche et aux minorités activistes intolérantes plutôt qu’à ses électeurs exaspérés par les faiblesses de la République ?

Pour sa part, la Droite Libre dénonce le terrorisme intellectuel du Politiquement correct et se rappelle les propos du candidat Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007 : « Halte à la repentance ».

L’UMP doit garder le cap, ne pas se laisser impressionner par un article délateur du journal Le Monde ou les lobbies communautaristes quels qu’ils soient. Les électeurs en tiendront compte.

Les Français en ont assez des leçons de morale et des attaques visant à culpabiliser les consciences.

Pendant tout l’été, les débats outranciers autour de la question des Roms et les insultes proférées contre le Président de la République Nicolas Sarkozy accusé de « racisme » ou de « vichysme » ont choqué les Français qui soutenaient dans leur grande majorité les mesures légales et raisonnables proposées par le Président et la majorité.

Notre président et notre Ministre de l’Intérieur ont eu parfaitement raison de dire que « personne n’est au dessus des Lois », pas plus un groupe religieux minoritaire ou majoritaire qu’un groupe ethnique ou culturel.

La loi doit être la même pour tout le monde et la démocratie n’est pas le règne des Ligues de vertus mais du suffrage souverain et populaire.

Le Bureau

ladroitelibre@hotmail.fr