Francaisdefrance's Blog

11/03/2011

Kadhafi menace de balancer « un grave secret » sur la campagne de Sarkozy en 2007 !

Eh bien elle est là, l’explication tant attendue des frappes aériennes « ciblées » sur la Libye que Sarkö Ier devrait demander à l’UE… C’est ni plus ni moins qu’une déclaration de guerre .

Vas y, « Le Guide »,  dis nous tout.

FDF

.

« Ah la vache. Si il ouvre sa gueule… »

.

Ces déclarations interviennent au moment où le président de la République reconnaît officiellement l’opposition libyenne.

La tension diplomatique entre la France et la Libye monte d’un cran. 

Le timing semble bien calculé. Au moment où Nicolas Sarkozy reconnaît officiellement l’opposition libyenne, le régime de Kadhafi affirme, via son agence officielle Jana, que la révélation d’un « grave secret » pourrait entraîner la chute du président français.

Ces révélations du régime Kadhafi seraient liées au financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007, selon Jana. Cette annonce du régime libyen a été reprise par la télévision officielle.

La menace de Kadhafi intervient quelques heures après la rencontre prévue jeudi matin entre Nicolas Sarkozy et le Conseil national de transition (CNT) libyen, qui regroupe l’opposition au régime du colonel Kadhafi. Une rencontre au cours de laquelle la France a reconnu la résistance libyenne comme « seul représentant légitime du peuple. »

Alors que Nicolas Sarkozy proposerait à l’UE des frappes aériennes ciblées en Libye, le dirigeant libyen envisage de rompre ses relations diplomatiques avec la France.


Qu’est-il ressorti de la rencontre entre Nicolas Sarkozy et les trois représentants de l’opposition libyenne ?

La France, après les couacs dans sa gestion des crises tunisienne et égyptienne, se vante d’être la première à reconnaître l’opposition armée au régime du colonel Kadhafi.

L’opposition libyenne sera donc l’interlocuteur officiel de la France dans le pays. C’est dans ce cadre que la France envisage d’envoyer un ambassadeur à Benghazi, le siège de la contestation au colonel Kadhafi.

Sources : Libération.fr, L’Express, Le Monde.fr

D’après Le Post

08/03/2011

Le fils Kadhafi affirme son amitié à Sarkozy…

Il en rajoute…
« C’est Papa qui m’envoie… Une si vieille amitié ne peut se terminer ainsi. »
Les deux pieds dedans, Seif Al-Islam, les deux pieds dedans… C’est pas possible, il a du faire exprès ou bien on lui a envoyé Martine Aubry…
J’en connais un qui doit se ronger le peu d’ongles qu’il lui reste…
FDF
.

L’un des fils du colonel Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam, met en garde l’Europe, assurant que sans son aide, la Libye risque de devenir « une Somalie de la Méditerranée ». « Il y aura des pirates au large de la Sicile, de la Crète, ou de Lampedusa. Il y aura aussi de millions de migrants, la terreur sera à votre porte« , a-t-il ajouté. « Nous continuons à considérer le président Sarkozy comme notre ami et comme un ami de la Libye. Nous l’avons reçu, ici, à plusieurs reprises. Il a reçu mon père à Paris », a-t-il également rappelé.

Source: http://www.europe1.fr

Libye: pendant que d’autres se font mitrailler, il en est qui font leur beurre…

Rien d’étonnant.

Ils sont certainement allés à la bonne école Occidentale… La pourriture n’a pas de nationalité…

FDF

.

De retour de Libye, l’homme d’affaires Ziad Takieddine en garde à vue !

L’homme d’affaires libanais a été interpellé, le 5 mars, au Bourget, en provenance de Libye. Les douanes ont saisi 1,5 million d’euros en liquide dans l’avion privé affrété par Tripoli. Deux journalistes du Journal du Dimanche se trouvaient également à bord.

L’homme d’affaires Ziad Takieddine a été placé en garde à vue, le samedi 5 mars au soir, alors qu’il rentrait de Libye, dans un avion privé affrété par Tripoli. Peu après l’atterrissage, à l’aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis), au nord de Paris, les douanes ont opéré un contrôle et découvert 1,5 million d’euros en liquide.

Ziad Takieddine a été placé en garde à vue sous le contrôle du parquet de Bobigny. L’enquête, qui porte sur des « manquements aux obligations déclaratives » et une « suspicion de blanchiment », est désormais confiée au Service national de la douane judiciaire (SNDJ), dépendant de Bercy. Takieddine a été remis en liberté, dans la soirée de dimanche, sans faire, semble-t-il, l’objet de poursuites. Une enquête préliminaire a tout de même été ouverte pour vérifier ses déclarations. L’argent a été saisi.

L’affaire Karachi en toile de fonds

Deux journalistes du Journal du dimanche se trouvaient également à bord de cet appareil en provenance de Tripoli. Ils rentraient à Paris, après avoir réalisé, plus tôt dans l’après-midi, un entretien du leader libyen, le colonel Mouammar Kadhafi. Ils n’ont pas été inquiétés.

Takieddine est considéré par la justice comme l’un des interlocuteurs clefs du contrat de construction de trois sous-marins, signé avec le Pakistan, en 1994; un rôle qu’il conteste. L’homme d’affaires fut également un rouage essentiel d’un autre contrat d’armement, Sawari II, signé cette fois, avec l’Arabie saoudite, en 1994, pour la vente de frégates. Ces deux dossiers se trouvent actuellement à l’instruction, les juges soupçonnant l’existence de rétro commissions destinées à alimenter la campagne de l’ex Premier ministre Edouard Balladur pour l’élection présidentielle de 1995.

Source: http://www.lexpress.fr/

07/03/2011

Le dessin du jour…

On en rigole ou pas…

FDF

.

 

02/03/2011

Libye: La France s’est positionnée contre une intervention militaire de l’Otan…

Ca, c’était il y a plus de trois ans… Et ça n’a pas diminué…

Mais quand va t’on comprendre que se mêler des affaires des autres (spécialité sarközienne…), c’est toujours au détriment de soi-même? N’avons nous pas assez d’ennuis, en France? C’est une histoire de pétrole, va t’on répliquer. Ben voyons. Mais là, on tombe dans le domaine du profit; alors, ça change la « donne »…

Pour éviter que le prix du baril monte? Soyons réalistes. C’est d’une logique implacable. Les prix du carburant montent en flèche; le gaz, aussi. L’électricité idem.  On colle toutes ces augmentations sur le dos des pays (producteurs de pétrole) en pleine révolution. Du coup, les taxes (et elles sont énormes en France) prélevées par l’Etat montent aussi.

On ne va pas tuer la poule aux oeufs d’or, non? Donc, on laisse faire et on s’oppose à toute intervention qui pourrait ramener la paix… On fait semblant de s’apitoyer sur les victimes et le tour est joué. Il n’y a pas longtemps qu’il est en poste, Juppé; mais il a eu vite fait de comprendre. CQFD.

FDF

.

Libye: la France contre une intervention militaire

Les événements auraient fait plus de 6000 morts. La Cour pénale internationale prévoit d’ouvrir une enquête sur les crimes commis depuis le 15 février.

16h27La France s’est positionnée contre une intervention militaire de l’Otan. « Faut-il préparer une intervention militaire[en Libye]? Nous ne le pensons pas dans le contexte actuel », a déclaré à l’Assemblée nationale le chef de la diplomatie française, Alain Juppé. « Il est probable qu’elle pourrait ressouder contre le nord de la Méditerranée les opinions publiques et les peuples arabes », a-t-il estimé. Les opposants de Kadhafi ont, eux voté en faveur de l’intervention.

16h20 Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, annoncera jeudi midi « l’ouverture d’une enquête en Libye », au cours de laquelle il « donnera un aperçu des crimes allégués commis en Libye depuis le 15 février » et citera des noms.

15h57 Les violences liées à la répression de l’insurrection en Libye ont fait 6000 morts, dont 3000 dans la seule ville de Tripoli, a affirmé mercredi à Paris le porte-parole de la Ligue libyenne des droits de l’Homme, Ali Zeidan.

« Le nombre de victimes pour tout le pays est de 6000, dont 3000 à Tripoli, 2000 à Benghazi et 1000 dans d’autres villes », comme Zawiyah ou Zenten, a déclaré le porte-parole au cours d’une conférence de presse organisée au siège de la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme (FIDH) à Paris…

Suite et source: http://tinyurl.com/6gmwwmz

24/02/2011

T’es foutu, Kadhafi. Même si « on » te considère « ami de la France »…

 

« On choisit ses copains, mais rarement sa famille » (Renaud)… En plein dans le mille! L’ami de la France se fait torpiller. Qui s’en plaindra? Ceux à qui il faisait bénéficier de ses « largesses », certainement? Je ne vise personne en particulier… Dans un autre domaine, je pense qu’il est fort à craindre des bombardements de l’armée Libyenne à la frontière avec la Tunisie où s’entassent des centaines de réfugiés fuyant Kadhafi…

FDF

.

Le colonel Kadhafi vit-il ses dernières heures ?

L’étau se resserre autour du dirigeant libyen. Une partie du pays n’est plus sous son contrôle et au sein même de son pouvoir, les défections se multiplient. La communauté internationale se rapproche de l’adoption de sanctions.

Combien de temps le dirigeant libyen, le colonel Kadhafi va-t-il pouvoir tenir alors qu’une partie du pays est tombé, que les défections au sein de son pouvoir et son armée se multiplient et que la communauté internationale envisage sérieusement de sanctionner le régime libyen ? Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi était de plus en plus isolé jeudi 24 février.

Durant des décennies, le Guide de la révolution s’est appuyé sur les rivalités tribales et politiques pour asseoir son pouvoir, mais force est de constater que le système qu’il a mis en place est en train de s’effondrer alors que la rébellion gagne du terrain.

Son régime lui tourne le dos

En photos

Au sein même du régime libyen, les défections ont continué avec le ralliement du ministre de l’Intérieur, Abdel Fatah Younes à la « révolution » en appelant les militaires à abandonner le Guide. Le ministre de la Justice a lui aussi démissionné.

Une dizaine de généraux et de colonels ont lâché le régime et ont juré fidélité au peuple libyen et à la révolution. « J’ai démissionné et je suis venu à Al-Baïda pour être solidaire de mon peuple. Je serai en première ligne pour nous défendre contre toute attaque venant de l’extérieur », assure le général Salah Mathek, un responsable de la police judiciaire.
« Ils nous ont ordonnés d’attaquer le peuple et j’ai refusé. On ne peut pas utiliser les armes contre nos jeunes », explique un autre général, Abdel Aziz al-Busta.
« On parle de marcher sur Tripoli. Notre objectif est Tripoli, si Tripoli n’arrive pas à se libérer par lui-même », dit un autre officier.

Il y a deux jours, le pilote d’un chasseur a lâché son appareil se faisant éjecter après avoir refusé des ordres de bombarder Benghazi. Lundi ce sont deux chasseurs et deux hélicoptères qui ont atterri à Malte, leurs pilotes ayant déserté.

Démission de diplomates à la chaîne

De nombreux diplomates libyens en poste à l’étranger ont aussi fait défection. L’ambassadeur de Libye en France et son collègue de l’Unesco, également en poste à Paris, ont condamné le régime du colonel… mais veulent garder leurs postes. D’autres les ont imités, comme l’ambassadeur à Vienne (Autriche), en dénonçant « le recours excessif à la violence contre des manifestants pacifiques ».

Sanctions de la communauté internationale

Après des jours d’hésitations, l’Union européenne se rapprochait de sanctions jeudi , dénonçant un « bain de sang », un « génocide » voire même des « crimes contre l’Humanité »

Suite et source: http://tinyurl.com/5wjhn6u

Succession de Kadhafi : le combat des frères ennemis.

Dignes fils de leur père, les fils Kadhafi abordent une guerre fratricide. Pour le pouvoir, le despotisme, le fanatisme… Les chiens ne font pas des chats…

FDF

.

 

Plusieurs clans s’affrontent autour de Muatassim et Seif al-Islam Kadhafi, deux des fils du Guide libyen.

En apparaissant dimanche à la télévision pour menacer les Libyens d’un «bain de sang», Seif al-Islam, le premier fils du deuxième mariage de Mouammar Kadhafi, a sans doute officialisé son statut de dauphin. Et marqué un point contre son frère Muatassim. Jusqu’ici, les deux hommes apparaissaient alternativement comme des successeurs possibles. Fidèle à sa méthode, le Guide de la révolution favorisait tantôt l’un, tantôt l’autre, sans jamais se décider. À tel point que les États-Unis, parrains sourcilleux du retour de la Libye sur la scène internationale, ne savaient pas sur qui parier. Tous deux furent donc invités et reçus comme des princes héritiers, Seif par George W. Bush à la Maison-Blanche, Muatassim au département d’État, sous Obama, par Hillary Clinton. 

Seif al-Islam et son allure de trader branché, costume sombre et crâne rasé, fit meilleure impression dans les salons que Muatassim, cheveux dans le cou et costume marron scintillant. Chacun représentait un visage opposé du régime. Muatassim, directeur du Conseil de sécurité national, est l’homme des «services» et de la répression. Il est proche des deux caciques du système sécuritaire libyen : Abdallah al-Senoussi, beau-frère du colonel Kadhafi, chef des services de renseignements, condamné à la prison à vie par contumace par un tribunal français en 1998 dans le cadre de l’attentat contre un DC-10 d’UTA (1989), et Moussa Koussa, prédécesseur du premier, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères.

Modernisation politique

Seif représente pour sa part l’aspect moderne et avenant de la Libye. À la tête de la Fondation Kadhafi, il a mené les négociations les plus délicates pour sortir des crises créées par son propre père, de l’indemnisation des victimes du Boeing de Lockerbie (1988) et du DC-10 d’UTA (1989) à la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien emprisonnés et torturés à Tripoli. Il a aussi contribué à faire libérer nombre de prisonniers politiques, en particulier des Frères musulmans.

Seif al-Islam s’était aussi fait l’avocat d’une modernisation politique de la Libye, embauchant une équipe de juristes étrangers pour rédiger un projet de Constitution. Côté personnel, ses relations avec les jeunes technocrates libyens et ses fréquentations de «people» mondialisés en font un personnage à part, loin du socialisme du «Livre vert». Ses meilleurs amis et partenaires d’affaires, des hommes de sa génération, s’appellent Nathaniel de Rothschild ou le prince Harry, petit-fils de la reine d’Angleterre. Quand le Guide le mettait à l’écart, ce n’était pas pour les mêmes raisons que son frère. Muatassim fut un temps exilé pour avoir assiégé, dans les années 1970, la caserne de Bab Azizia, résidence tripolitaine de son père, à la tête d’une section de chars. On ne sut jamais quelle part l’alcool avait joué dans l’affaire.

Seif al-Islam, pour sa part, a souvent été rembarré pour avoir mis les pieds dans le plat. Comme lorsqu’il déclara que la libération pour raison de santé, l’année dernière, du haut responsable libyen emprisonné à vie en Écosse pour l’attentat de Lockerbie, avait été conclue sur fond de marché pétrolier avec la Grande-Bretagne. Seif s’est également fait taper sur les doigts pour avoir voulu se doter d’un système de communication personnel. Sa station de télévision fut fermée à la demande des comités révolutionnaires, la milice politique. Tout cela sur l’ordre du colonel Kadhafi.

Mais, dimanche soir, dans un discours haletant prononcé sans notes à la télévision libyenne, Seif al-Islam a endossé le rôle du «méchant», signifiant aux révoltés que la Libye n’était «ni la Tunisie ni l’Égypte». Seif al-Islam se posait ainsi en véritable numéro 2 du régime et liait son sort à celui de son père, pour le meilleur et pour le pire.

Muatassim n’était en vue nulle part. Mais le clan des sécuritaires devrait jouer un rôle important dans les jours à venir.

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/22/01003-20110222ARTFIG00779-le-combat-des-freres-ennemis.php

« Mouammar Kadhafi  » n’est pas perçu dans le monde arabe comme un dictateur »: Nicolas Sarközy, en 2008…

Un visionnaire, le président de la République Française, un visionnaire. Un « Guide », en fait… Ca doit être dur, de renier ses amis… Pauvre Nico.

FDF

.

 

La diplomatie française tente de se rattraper avec un sérieux temps de retard sur la situation en Afrique du Nord, ainsi en est-il de Jean-David Levitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, qui déclare avec des airs de bouledogue effarouché «  Nous exigeons du colonel Kadhafi qu’il arrête de tirer sur sa population « .

Et le conseiller du président de la République d’annoncer que la France « envisage » la possibilité de sanctions contre le régime libyens.

Il est assez mordant de se remémorer les paroles des différents responsables politiques français ( les mêmes qu’aujourd’hui) lors de la visite mémorable à Paris du colonel Mouammar Kadhafi en décembre 2007 qui avait fait planter sa tente dans les jardins de l’hôtel Marigny, la résidence officiel des visiteurs de l’Etat. Selon Nicolas Sarkozy ( Le Monde du 12 décembre 2007 ) Kadhafi  » a renoncé à l’arme nucléaire (…), renoncé au terrorisme (…), indemnisé les victimes des attentats de l’UTA et de Lockerbie ».

C’est sans doute pour ça qu’il lui à fait faire le tour de Paris avec des motos de la Garde Républicaine et l’a laissé insulter notre pays !

Mais le moins que l’on puisse dire c’est que les «  révolutions  » arabes de ce début d’année et l’attitude du guide libyen embarrasse énormément le président français contraint de faire du rétro-pédalage en continu. Telles les photographies de la venue de Kadhafi en France il y a quatre retirée du site de l’Elysée ( remise depuis ).

Pour conclure réfléchissons à cette sortie sarkozyenne :

Lors de son entrevue avec le Nouvel Obs début 2008 le président de la République avait ajouté que Mouammar Kadhafi  » n’est pas perçu dans le monde arabe comme un dictateur « 

source : voxfnredekker

22/02/2011

Pendant que Kadhafi massacre son peuple, Sarkozy ne connaît qu’une urgence: sauver les meubles…

Effacer les traces… C’est quand on se sent coupable, que l’on cherche à effacer les traces, non?

FDF

.

C’est difficile à croire mais c’est pourtant vrai..;
 

Pendant Kadhafi le dictateur libyen massacre son peuple, faisant appel à son aviation militaire pour bombarder des quartiers de la capitale libyenne, qu’est-ce que le Président de la République française a donc de très urgent à faire ou faire faire ?

Non, il ne s’agit pas d’un communiqué de la Présidence de la République française. Il ne s’agit pas non plus d’une allocution solennelle appelant le dictateur libyen à stopper immédiatement les massacres.

L’Elysée s’occupe de faire disparaître les photos et les vidéos de la rencontre parisienne Sarkozy-Kadhafi du site web de la Présidence de la République française. Cette rencontre avait eu lieu au tout début de la présidence de Nicolas Sarkozy et avait particulièremet étonné, choqué par le luxe et l’apparat déployé pour recevoir pendant 5 jours en visite officielle Kadhafi.

Le silence gêné de l’Elysée sur les massacres en Libye et ce nettoyage du site web de la Présidence de la République française sont une ultime illustration du fiasco de la politique étrangère de la France dirigée par Nicolas Sarkozy.

Un fiasco commenté en long et en large depuis plusieurs jours par les observateurs politiques, notamment parce que Nicolas Sarkozy avait créé une attente sur l’international, avec la volonté de revenir par le haut en vue de la présidentielle 2012 .

Mais cet échec de la politique étrangère est particulièrement profond et ne date pas des révolutions arabes ou du clash avec le Mexique au sujet de Florence Cassez.

Ainsi dans Libération de ce jour, Dominique Moïsi, spécialiste des relations internationales et conseiller spécial de l’Ifri (Institut français des relations internationales) s’interrogeait :
« On peut se demander si le président de la République ne choisit pas ses ministres des affaires étrangères plus en fonction de leurs limites que de leurs mérites. Il s’agit de pouvoir les contrôler et d’éviter un rival. Il y a à cet égard un contraste saisissant avec BarackObama, qui a pris pour secrétaire d’Etat Hillary Clinton, sa rivale la plus brillante lors des primaires démocrates. »

Mais souvenons-nous aussi et surtout des clashs entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, de la manière dont  Sarkozy humiliait en off le premier ministre espagnol Zapatero, ou encore de ces relations très troublées avec Barack Obama, … . Sans même parler de l’échec du G20, ce G Vain selon le mot de Jacques Attali.

Avec Nicolas Sarkozy, c’est la voix de la France dans le monde qui s’éteint à petit feu.

PS : Qui peut expliquer à Nicolas Sarkozy qu’il ne sert à rien d’effacer photos et vidéos du site de l’Elysée tant le web fourmille des vidéos et de photos le montrant en train de recevoir en très grandes pompes Mouammar Kadhafi, le dictateur, l’assassin ?

La preuve:

Source: http://tinyurl.com/6hjthzq

Là, il est mal, le « Guide »…

Un comble: le chasseur chassé… J’offre les pruneaux (et pas d’Agen); me contacter sur ce blog…

FDF

.

 

 

Libye: fatwa d’un influent prédicateur arabe pour l’assasinat de Kadhafi

Le très influent théologien qatari d’origine égyptienne cheikh Youssef Al-Qardaoui a émis lundi une fatwa, appelant sur la chaîne Al-Jazira l’armée libyenne à assassiner Mouammar Kadhafi, pour « en débarrasser la Libye ».

« Que quiconque de l’armée libyenne peut tirer une balle sur Mouammar Kadhafi pour en débarrasser la Libye, le fasse », a-t-il déclaré.

Il a également demandé à l’armée libyenne « de ne pas obéir à celui qui lui ordonne de frapper son propre peuple » et a appelé les ambassadeurs libyens à se dissocier du régime.

Malgré son grand âge, cheikh Qardaoui, 85 ans, connaît une audience considérable dans le monde arabe, qui s’est encore accentuée à travers les divers programmes qu’il anime depuis le Qatar sur diverses chaînes de télévision, notamment al-Jazira…

Suite et source: http://tinyurl.com/66blzw6

Libye: le fils à Kadhafi promet des « rivières de sang »…

Vous avez remarqué son prénom? Seïf Al-Islam

Les chiens ne font pas des chats… Encore une preuve.

« Religion »  d’amour, de paix et de tolérance…

FDF

.

Morceaux choisis:

Les menaces du fils Kadhafi

«La Libye est à un carrefour. Soit nous nous entendons aujourd’hui sur des réformes, soit nous ne pleurerons pas 84 morts, mais des milliers, et il y aura des rivières de sang dans toute la Libye», a menacé dimanche soir Seïf Al-Islam, le fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, lors d’une allocution télévisée. «Je m’adresse à vous et pour la dernière fois avant de recourir aux armes», a-t-il mis en garde, estimant que la Libye n’était «pas la Tunisie ni l’Egypte», en allusion aux révolutions de ces deux pays qui ont conduit à la chute de leurs régimes.

«Notre moral est au plus haut et le leader Mouammar Kadhafi, ici à Tripoli, conduit la bataille et nous le soutenons ainsi que nos forces armées (…) Nous ne lâcherons pas la Libye et nous combattrons jusqu’au dernier homme, jusqu’à la dernière femme et jusqu’à la dernière balle». Selon lui, les affrontements sont provoqués par des éléments libyens et étrangers visant à détruire l’unité du pays et instaurer une république islamiste, selon ces déclarations retransmises par la télévision d’Etat libyenne.

Tenant à son règne, Kadhafi aurait même, selon des témoignages concordants, engagé des «mercenaires africains» pour appuyer les forces locales. La foule accuse le régime de «tirer sur la foule sans distinction».

 

Extraits de: http://tinyurl.com/484touy

« Page précédente