Francaisdefrance's Blog

15/12/2011

Nanterre: les muzz veulent IMPOSER leur lieu de culte !

Et pis quoi, encore?

Bon, là, les muzz, il va falloir vous calmer. Vous agissez en toute illégalité et en plus, vous vous permettez de vouloir nous imposer votre idéologie malsaine ? Mais on rêve, là!

En France, on se soumet aux lois Françaises; et ceci dans TOUS les domaines…

Vous n’avez rien à revendiquer ni à nous imposer! Surtout pas des conneries de ce genre ! C’est NOTRE République; c’est NOTRE Constitution. Ce n’est pas la charia, ici !!!

Attention! A force de trop tirer sur la ficelle…

FDF

.


C’est une action « coup de poing » que quelque 400 musulmans, pour la plupart venus de Puteaux, ont réalisé le 9 décembre dans le but d’obtenir la légalisation de leur mosquée chapiteau. Selon eux, le maire se doit de légaliser un lieu de culte installé temporairement près des tours du quartier d’affaires de la Défense.

Un chapiteau qui fait office de mosquée a été installé début octobre par la mairie de Puteaux (dont le maire n’est autre que l’UMP Joëlle Ceccaldi-Reynaud), ville voisine, sur un terrain qui lui appartient mais est situé sur le territoire de Nanterre, au pied de la tour de la Société générale à La Défense. Mais il y a nécessité d’un permis de construire pour légaliser l’installation de la tente et ainsi obtenir du chauffage. Patrick Jarry, le maire communiste de Nanterre (Gauche citoyenne) s’y refuse, ce qui horripile Hassan Ben M’Barek, responsable du Front des banlieues indépendant (FBI), un groupuscule activiste à l’origine de la prière de rue, et Abdellah Mouhine, porte-parole de l’association Solidarité islamique de Puteaux.

Au final, il est fort possible que ce soit le représentant de l’Etat, le préfet des Hauts-de-Seine et non le maire de Nanterre, qui délivre le permis de construire parce que le chapiteau se situe dans le périmètre de la Défense-Seine-Arche. Le maire de Nanterre estime que le permis de construire demandé par la mairie de Puteaux n’est pas conforme au Plan local d’urbanisme.

En attendant, nul n’a osé empêcher le déroulement cette manifestation « religieuse », ni n’a songé à demander aux quelques centaines de musulmans venus s’imposer sur la voie publique de retirer du parvis de la mairie, leurs tapis colorés brandis comme des banderoles revendicatives.

Source

Vu sur: http://www.nationspresse.info/