Francaisdefrance's Blog

10/05/2011

Dépouille de Ben Laden: les intégristes prêts à tout pour le récupérer.

Continuez à nous faire rire, les intégristes. Vous nous avez assez fait pleurer avec vos attentats…

FDF

.

La volonté des américains d’immerger le corps de Ben Laden pour éviter de créer un lieu de pèlerinage aura été vaine.

Un peu partout dans le monde, les admirateurs du chef d’Al Quaïda semblent s’équiper en vue d’un pèlerinage sur les lieux mêmes où repose leur guide spirituel. Depuis l’annonce de Barak Obama, des bouteilles de plongée, des palmes et autres tubas viennent agrémenter la panoplie des fondamentalistes non sans quelques complications techniques. En effet, la sangle des masques qui s’emmêle parfois avec les poils de barbe provoque chez certains des douleurs forts désagréables.

Le premier pèlerinage prévu à la mi-juin pourrait voir des centaines de fidèles par moins 250 mètres. Un rassemblement attendu avec impatience par la fédération pakistanaise des grands requins blancs.

JPEG - 45.7 ko

Vu sur: http://notrejournal.info/

04/05/2011

Mort de Ben Laden: il faut s’attendre à la riposte; et surtout l’anticiper…

Le monde Occidental devrait prendre les devants à une riposte plus que probable suite à la mort du chef d’Al-Quaïda…

FDF

.

Mort d’Oussama ben Laden: riposte «presque certaine»

Les militaires américains se préparent «probablement» à faire rouler d’autres têtes tandis que les premiers appels à la vengeance de la mort d’Oussama ben Laden sont lancés par les fidèles du terroriste le plus maudit par l’Oncle Sam.

Déjà, hier, un penseur influent de la nébuleuse Al-Qaida s’épanchait dans un forum Web associé aux combattants jihadistes, selon une dépêche de l’Associated Press : «Malheur à ses ennemis. Par la grâce de dieu, nous vengerons la mort du scheik de l’islam. […] Le combat entre la tyrannie internationale et nous est long et ne sera pas arrêté par le martyr de notre bien-aimé, le lion de l’islam.»

Le directeur de la CIA, Leon Panetta, estime qu’il est «presque certain que les terroristes vont tenter de venger Oussama ben Laden». Interpol, l’organisation de coopération policière internationale, a d’ailleurs appelé à une «vigilance accrue». Aussi, tout en saluant l’opération étatsunienne, les grandes capitales européennes ont annoncé un renforcement de la sécurité.

«Il est difficile de prédire les activités terroristes mais, oui, les dangers sont réels», commente un ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité, Michel Juneau-Katsuya. Au SCRS, il a entre autres été directeur du Bureau d’analyse stratégique de l’Asie-Pacifique. «Il va y avoir une tentative de représailles parce que c’est un coup fort qui a été porté contre Al-Qaida. On se doit de démontrer qu’Al-Qaida n’est pas mort, ne s’est pas fait casser le dos, n’est pas à genoux.»

Les actions pourraient cependant être éparses, sans grande coordination, le groupe étant décentralisé et affaibli. «La structure même des cellules d’Al-Qaida leur permet d’agir de façon assez individuelle et indépendante. Donc, ils n’ont pas besoin de se rapporter au « centre » pour avoir l’autorisation de faire des attaques. Ils peuvent le faire de leur propre initiative. Ça, c’est beaucoup plus problématique», évalue M. Juneau-Katsuya, aujourd’hui à la tête du Groupe Northgate, une entreprise du domaine de la sécurité basée à Ottawa. «Ça peut entraîner des représailles dans les semaines et les mois qui suivent.»

Présence en sol canadien

Doit-on craindre une frappe en sol canadien? «Il y a une présence terroriste [au Canada]. La question est de savoir si cette présence va se transformer en attaques contre nous. On est toujours sur la liste, que ben Laden avait identifiée, des pays à attaquer.» Les forces de l’ordre devraient donc être aux aguets, notamment dans les aéroports et les autres transports publics ainsi que sur les lieux des rassemblements de masse.

M. Juneau-Katsuya doute toutefois que nos voisins du Sud restent les bras croisés en attendant la riposte. «Probablement que dans les semaines qui vont suivre, dans les jours qui vont suivre, il va y avoir d’autres opérations, il va y avoir d’autres militaires qui vont tenter de frapper encore une fois le leadership d’Al-Qaida, note-t-il. Plusieurs [des dirigeants] étaient connus, on connaissait leur emplacement, on connaissait où ils demeuraient. Mais on ne procédait pas à leur arrestation parce que si ben Laden tentait d’entrer en contact avec eux, il aurait pu se manifester.»

Source: http://www.cyberpresse.ca/