Francaisdefrance's Blog

23/03/2012

Ils veulent tuer les Juifs : le ministère de l’Intérieur leur accorde des visas pour le Rassemblement de l’UOIF du 6 avril 2012…

Personne n’est à l’abri d’une erreur. Mais là, il ne s’agit plus d’une erreur: c’est une provocation. Un fou d’Allah vient de commettre un véritable massacre. On laisse venir ses « maîtres » en France… Ou est la logique, dans tout ça?

FDF

.

Après le massacre de Toulouse, la France peut-elle autoriser la venue de l’antisémite Qaradawi ?


 
Avant même de connaitre l’identité du coupable,  Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, Eva Joly, ou encore François Hollande, ont accusé « ceux qui tiennent des discours de haine » d’être co-responsables des drames de Toulouse et de Montauban.

Leur objectif était de détourner le regard des électeurs des sujets qui fâchent et de diaboliser leurs concurrents politiques.

Or, le coupable est un islamiste. Et pas un affreux neo-nazi que l’on aurait pu, à l’aide d’une grande acrobatie dialectique, associer à Marine Le Pen. Un islamiste qui a sans doute goûté à la verve antisémite des prédicateurs qui participeront, le 6 avril prochain, au rassemblement de l’UOIF, fédération musulmane proche des Frères Musulmans en charge d’ un grand nombre de mosquées françaises.
En effet,  Claude Guéant vient de délivrer des visas au  Cheikh Yussuf Al-Qaradawi et à l’égyptien salafiste Mahmoud al-Masri, ce qui leur donne l’autorisation de fouler le sol français. Un choix qui paraissait inconcevable il y a un mois, mais qui après la tuerie que nous venons de connaitre, apparaît comme scandaleux et infecte. Car comme le souligne Joachim Véliocas, sur son excellent site  l’Observatoire de l’Islamisation, « en délivrant des visas pour ces fous dangereux, le ministère de l’Intérieur  laisse s’installer les conditions idéologiques pour de nouvelles tueries de Juifs en France. »
Qui sont ces  islamistes, faiseurs de guerre,  dont les média ne vous parle jamais ? Joachim Véliocas vous les présente :
– Cheikh Yussuf Al-Qaradawi est le président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR structure juridique mère de l’UOIF). Ce cheikh, sûrement le plus influent du monde sunnite (son émission du jeudi sur Al-Jazeera rencontre une audience inégalée dans le monde musulman) est un extrémiste notoire. « Si l’islam mondial avait un chef, ce serait lui » écrivit Xavier Ternisien (responsable des questions islamiques à la rédaction du journal Le Monde) en août 2004 dans un article du Monde. Il préside aussi l’Union Mondiale des Savants Musulmans, qui regroupe les plus grands juristes sunnites. Il fut celui qui dirigea les prières du vendredi place Tahrir au Caire en février 2010 après le départ de Moubarak devant des dizaines de milliers de fidèles

La lâcheté du ministère de l’Intérieur laisse s’installer les conditions idéologiques pour de nouvelles tueries de Juifs en France.

Présentation des conférenciers étrangers en tête d’affiche du Rassemblement annuel de l’UOIF, fédération musulmane proche des Frères Musulmans contrôlant les grandes mosquées de Bordeaux, Mulhouse, Lille, Nantes, Woippy, Poitiers, Nice… parmi plus de 400 lieux de prières.

– Cheikh Yussuf Al-Qaradawi est le président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR structure juridique mère de l’UOIF). Ce cheikh, sûrement le plus influent du monde sunnite (son émission du jeudi sur Al-Jazeera rencontre une audience inégalée dans le monde musulman) est un extrémiste notoire. « Si l’islam mondial avait un chef, ce serait lui » écrivit Xavier Ternisien (responsable des questions islamiques à la rédaction du journal Le Monde) en août 2004 dans un article du Monde. Il préside aussi l’Union Mondiale des Savants Musulmans, qui regroupe les plus grands juristes sunnites. Il fut celui qui dirigea les prières du vendredi place Tahrir au Caire en février 2010 après le départ de Moubarak devant des dizaines de milliers de fidèles.

    Dans son ouvrage « Le licite et l’illicite » (éditions al-Qalam,2001) il recommande l’extermination physique des homosexuels (page 175), la possibilité de frapper les femmes (page 207). Sur Qatar TV,  le 25 février 2006, cet ami du Hamas déclara que « les opérations martyres sont autorisées » , « même s’il se trouve des civils parmi les victimes » précisa-t-il lors d’une session du Conseil européen de la Fatwa et de la recherche, réunie à Stockholm en juillet 2003. Pour ce qui est des occidentales violées, il tient à préciser leur part de responsabilité : les femmes violées « provocatrices parce que non habillées  décemment devraient être punies […]  pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite. » Quant aux victimes du tsunami asiatique, punition divine, elles méritaient leur sort en raison des « actes d’abominations »pratiqués dans les zones touristiques, comme les boites de nuits et les plages où les femmes sont logiquement peu vêtues. Comme si ce n’était pas suffisant, le vieux cheik dans un média égyptien précisa sa pensée envers ceux qui abjurent l’islam :  « le châtiment administré au murtadd (apostat) (…) est la mort » (Al-Ahram Al-Arabi (Egypte), le 3 juillet 2004. Traduction : MEMRI.)

Concernant l’antisémitisime et Hitler, voici ce qu’a affirmé Qaradawi le 28 janvier 2009 sur Al-Jazeera TV:

« Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait – et bien qu’ils [les Juifs] aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans. (…) Pour conclure mon discours, je voudrais dire que la seule chose que j’espère est qu’à l’approche de la fin de mes jours, Allah me donne l’occasion d’aller sur la terre du djihad et de la résistance, même sur une chaise roulante. Je tirerai sur les ennemis d’Allah, les Juifs, et ils me lanceront une bombe dessus et ainsi, je finirai ma vie en martyr. Loué soi Allah, Roi de l’univers. Que la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous. »

Autre conférencier (parmi tant d’autres psychopathes invités), le prédicateur égyptien salafiste Mahmoud al-Masri :

 Ci-dessous des extraits d´une émission religieuse animée par le prédicateur égyptien Mahmoud Al-Masri, diffusée sur la chaîne salafiste Al-Nas le 20 septembre 2010 :

Mahmoud Al-Masri : « Comme le dit le dicton : « L´ami de mon ami est mon ami et l´ennemi de mon ami est mon ennemi. » Notre mère Aïcha était la personne que le pro phète Mahomet aimait le plus. Comment pourrais-je haïr une personne aimée par le Prophète ? Comment pourrais-je détester ma mère bien-aimée, mère des Croyants ? Quelqu´un sur cette Terre peut-il haïr sa mère et la maudire ? Même si vous ne croyez pas à l´islam, vous devriez au moins avoir des valeurs morales.[…]

Ces chiites sont les créatures les plus infidèles qu´Allah ait créées. Je ne veux pas user d´un langage abusif, mais ces gens maudissent les Compagnons du Prophète jour et nuit.[…]

Prions pour qu´Allah libère notre nation de ces nains d´apostats, qui n´ont rien de mieux à faire que de maudire les Compagnons et les épouses du Prophète, ainsi que le Prophète lui-même.

[…]Allah, envoie au chiites des tremblements de terre destructeurs et des volcans en feu ! Allah, lâche les chiites contre les juifs et les juifs contre les chiites ! « 

Le 10 août 2009, Mahmoud Al-Masri a raconté une histoire d’un cynisme inoui sur Al-Nas TV

     » Je voudrais vous raconter une histoire très agréable. Il était une fois un musulman qui vivait à côté d’un Juif. Le musulman a eut une pensée bienveillante à l’égard du Juif- si petite soit-elle – et il voulait trouver un moyen de le faire convertir à l’islam. Alors il alla vers lui et demanda: « Ne ressentez-vous pas une attirance pour l’islam? Pourquoi ne pas vous devenez un musulman » Le Juif dit:« La seule chose qui m’empêche de devenir musulman, c’est que j’aime boire de l’alcool. Je serais devenu un musulman il ya les âges, mais la seule chose qui m’empêche, c’est que je suis un alcoolique ».
 »

     Le musulman a conçu un plan, il lui a dit:  » Deviens un musulman, et continue à boire. » Le Juif dit « Très bien » et proclama : »je proclame qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah, et Muhammad est le Messager d’Allah  » le musulman lui dit:«. Maintenant que tu es devenu un musulman, si tu bois de l’alcool, nous allons t’infliger la punition pour bu d’alcool, et si tu renonces à l’islam, nous te tuerons. « Donc l’homme est resté musulman et n’a jamais bu de nouveau. Cela a été une technique sympathique imaginée par ce bon musulman. »

Lors d’une autre émission pour enfant de la même chaîne, le 21 juillet 2007, le conférencier invité par l’UOIF a donné ses conseils aux petits enfants. Il leur a expliqué qu’il est permis de mentir dans trois cas : à sa femme, aux Juifs, et pour se faire réconcilier deux musulmans…

Vous avez lu quelques échantillons du niveau mental de ces fous d’Allah étrangers, annuellement invités en France, notoirement connus par le renseignement français…mais qui par lâcheté politique, entrent chez nous comme dans un moulin. Que personne ne vienne s’étonner que des soldats de l’islam mettent en musique ce qu’ils entendent et lisent en toute quiétude dans une France sans frontières.

Joachim Véliocas

http://www.islamisation.fr/

Merci à JC…

19/03/2012

Hommage aux innocentes victimes de Toulouse et de Montauban…

On croyait avoir tout vu, dans ce pays. Et bien non. Maintenant, « on » n’hésite plus à abattre des enfants. Abject!

Rappel des faits: un professeur et trois enfants âgés de 3, 6 et 10 ans ont été tués, une autre personne a été grièvement blessée. Le tireur a pris la fuite sur un scooter, comme à Montauban et Toulouse, où l’une des deux armes utilisées contre les militaires est de même calibre. 

Je tenais à assurer les familles et les proches touchés par ces actes lâches et cruels de ma profonde compassion et de mon soutien dans ces moments extrêmement douloureux.

Sincèrement.

FDF

Meurtres de Montauban et de Toulouse: les victimes ont tout de même un point commun. Mais ça…

La signature d’extrêmistes islamistes ? Et pourquoi pas ? Aucune piste ne doit être écartée; surtout pas celle-là.

Voyez pourquoi ci-dessous.

FDF

.

Les victimes ont un lien capital qui réunit les deux affaires mais que les enquêteurs ne veulent pas dévoiler au grand public.

Que disent les autorités ?

« Quatre militaires français ont été assassinés par un tueur inconnu et, tous, ont reçu une balle dans la tête. »

Il s’avère que, selon les proches de l’enquête, le tueur les attendait.

Ce mode opératoire s’appelle une exécution, dans tous les cas.

Cela pourrait ressembler à un règlement de comptes. Les victimes de Toulouse et Montauban ne se connaissaient pas. Elles ne sont pas connues des services de police.

Le procureur annonce : « aucun lien ne relie les victimes…».

FAUX !

Le lien qui unit les victimes est d’une importance capitale dans l’enquête et surtout quant aux raisons pour lesquelles elles ont été assassinées.

Les deux soldats tués à Montauban sont d’origine maghrébine.

Le soldat tué à Toulouse est d’origine maghrébine.

Le soldat blessé à Montauban est noir.

Tous portaient l’uniforme français !

La piste se dessine donc très facilement.

Mais en cette période électorale, il vaut mieux taire la vérité aux Français encore et toujours !

Merci à Victor…

Et l’impensable eut lieu…

Photo d’illustration.

.

Deux enfants abattus par un tueur. Ca devient extrêmement grave. Ca dépasse même l’entendement. De quoi être franchement écoeuré…

Pas de procès pour l’auteur de ce massacre; pas d’avocat non plus. Pas de justice. Si, celle des hommes: la mort…

FDF

.

Fusillade devant une école juive de Toulouse, trois morts

Un homme a ouvert le feu ce matin sur un groupe de parents et d’enfants devant le collège juif Ozar Hatora. Deux personnes ont été grièvement blessées. La police indique que le tireur pourrait être celui qui a abattu trois militaires à Toulouse et à Montauban la semaine dernière.

Fusillade mortelle ce matin devant l’école juive Ozar-Hatorah, dans le quartier résidentiel Bonnefoy à Toulouse. Selon la police, un homme a tiré vers 8h10 sur un groupe de 4 à 5 personnes, en tuant au moins trois personnes: un professeur et ses deux enfants. Au moins deux autres personnes, dont un enfant, sont grièvement blessées.

Selon Patrick Rouimi, un des responsables des parents d’élèves, l’individu a ouvert le feu sur des gens qui attendaient à un point de ramassage scolaire informel. La rue du quartier résidentiel a été bouclée et de nombreux policiers ont été déployés.

Le tireur présumé a fui à bord d’un scooter noir, selon des témoins. La police indique que l’arme utilisée est un 11.43 , le même calibre utilisé par l’homme qui a tué des militaires la semaine dernière à Toulouse et à Montauban. La police pense qu’il pourrait s’agir du même tueur présumé. Il aurait en outre utilisé un 9 mm.

Le président de la république Nicolas Sarkozy va se rendre à Toulouse dans la journée, a annoncé le président des institutions juives Richard Prasquier, qui l’accompagnera. Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant est également attendu sur place, en fin de matinée. La place Beauvau a par ailleurs demandé aux «préfectures de toute la France, particulièrement dans le Sud-Ouest, de renforcer la surveillance et la vigilance autour des lieux d’enseignement israélites».

Le président du Conseil français du Culte musulman, Mohammed Moussaoui, de même que le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, se sont dits «horrifiés» par ce drame. Même réaction de l’État d’Israël, qui déclare se fier à la France «pour faire toute la lumière» sur ce drame.

Source: http://www.lefigaro.fr/

16/03/2012

Deux militaires ont été tués par balles hier après-midi à Montauban !

De mieux en mieux, la délinquance. De mieux en mieux.

Des militaires en tenue… La guerre en Afghanistan… Bon allez; on ne va pas s’étendre… Il y en a qui risqueraient de comprendre à l’envers.

FDF

.

Deux militaires ont été tués par balles hier après-midi à Montauban par un tireur en deux-roues qui a pris la fuite, a-t-on appris de source préfectorale. Les militaires tués étaient âgés de 24 et 26. Un troisème militaire, âgé de 28 ans, est lui grièvement blessé et son pronostic vital est engagé.

Tous trois appartiennent au 17e Régiment du génie parachutiste (RGP), près duquel la fusillade est survenue vers 14h10, en pleine rue à Montauban, a-t-on ajouté de source policière.  Les trois militaires, qui étaient en tenue, se trouvaient à proximité de commerces et d’une agence bancaire lorsque qu’un tireur à scooter, qui portait un casque à visière, a ouvert le feu sur eux, d’après la préfecture.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le tireur aurait a priori agi seul. Les enquêteurs ont retrouvé sur les lieux une quinzaine de douilles, selon une source policière.

Un important dispositif policier mobilisé

Selon une source préfectorale, on ignore si les trois hommes retiraient de l’argent à un distributeur ou s’ils sortaient d’un commerce au moment où ils ont été pris pour cible. Le tireur a pris la fuite et est recherché activement. Un important dispositif policier et de gendarmes a été mobilisé pour le retrouver.

Dimanche à Toulouse, un militaire de 30 ans, qui n’était pas en service, a été tué d’une balle dans la tête dans un quartier résidentiel par un meurtrier qui a pris la fuite. De source policière, on se refusait à établir tout lien entre cette affaire et la fusillade de Montauban.

Source: http://www.lefigaro.fr/

24/02/2012

Encore une « chance pour la France » à la barre d’une cour d’assises…

On ne voit que ça, pratiquement… Ahhhhhhhh, ces bienfaits de l’immigration ont du mal à se faire réellement sentir…

FDF

.

Déjà condamné à 10 ans, il prend 8 mois de prison supplémentaires

Lors d’une récente session de la cour d’assises de Tarn-et-Garonne Abdelkader Y. avait été condamné à une peine d’emprisonnement de dix années pour des faits de viol commis au mois d’avril 2009. Mais quelques mois seulement après ce verdict, l’homme est revenu à la barre du TGI de Montauban. Pour des violences commises à Valence-d’Agen sur son ancienne compagne entre 2004 et 2008. À la lecture du dossier, il apparaissait que ces violences étaient devenues assez répétitives. Circonstances aggravantes comme devait le souligner le président Alain Birgy « c’est une personne majeure placée sous curatelle donc particulièrement vulnérable qui a eu à souffrir de ces comportements violents » Des comportements que le prévenu tentera de minimiser dans un premier temps en relevant : « C’est vrai que nous avons eu des heurts tous les deux. Nous nous sommes bousculés à plusieurs reprises mais je ne l’ai jamais frappée. » Mais les éléments du dossier avancent exactement le contraire.

« Elle sortait avec des gens peu recommandables »

Après avoir mis au pied des faits qui lui étaient reprochés, Abdelkader Y. admettait quelque peu contrit : « En fait, ce n’étaient pas des coups violents, pas des coups de poing mais des gifles sûrement. C’est vrai que je suis assez sanguin. Un rapport de la police municipale fait notamment état « d’une jeune femme qui a été hospitalisée à plusieurs reprises, qui a eu le nez cassé, qui porte des marques de brûlures de cigarettes et qui a eu les cheveux coupés à l’aide d’un couteau. » Pour tout cela, le prévenu fournissait une explication unique : « Elle sortait souvent avec des gens peu recommandables. » Il semblerait que l’alcool ait également joué un rôle très important dans ces disputes à répétition. Les gendarmes lors d’une intervention au domicile de la jeune femme avaient mesuré un taux d’imprégnation alcoolique de 6 gr (coma éthylique) pour cette dernière et de 3 gr pour le concubin. Poussé dans ses retranchements, Abdelkader Y. lâchait tête basse : « Je l’ai frappée quelques fois en quatre ans, peut-être une dizaine de fois mais pas plus. » Après l’intervention de son avocat Me Laurent Mascaras qui avançait : « Quand on est passé par la case assises, tout devient relatif » et qui évoquait aussi « une vie difficile, une vie errante où il s’est complètement perdu » Abdelkader Y. était condamné à 8 mois de prison et à 100 € d’amende. Les intérêts des parties civiles seront évoqués à la barre le 25 mai.


Il avait appelé sa victime 200 fois

Bernard Lambert qui tenait le siège du ministère public a dénoncé dans son réquisitoires «des faits graves qui ont duré pendant quatre ans, des violences qui ont été attestées par des personnes extérieures au couple». Le vice-procureur de la République entrait plus encore dans les détails en stipulant: « Quand le prévenu était placé sous le contrôle du régime judiciaire avec interdiction de rentrer en contact direct avec sa victime, il l’a appelée pas moins de 200 fois afin de la harceler».

Et de réclamer à l’encontre d’Abdelkader Y. une peine d’emprisonnement de 8 mois assortie d’une d’amende d’un montant de 300 €.

Source: http://www.ladepeche.fr/
Merci à Henri…

29/11/2011

Les détournements de procédure à l’origine de l’explosion des demandes d’asile politique !

On la paye cher, notre image de terre d’accueil. La France va bientôt être débaptisée. Les Français aussi…

FDF

Dessin: http://www.leblogdecoco.fr/

.

«Notre tradition du droit d’asile politique est en danger.» Vendredi, à Montauban (Tarn-et-Garonne), après avoir visité un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada), le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a dénoncé les «détournements de procédures» qui, selon lui, saturent la machine administrative, au détriment des personnes qui peuvent légitimement revendiquer le statut de réfugié politique en France. Il a aussi fustigé des «filières organisées» qui prendraient en charge les candidats à l’asile depuis leur pays d’origine, alors que leur demande, essentiellement motivée par des raisons économiques, est vouée à l’échec.

«Le nombre de demandes d’asile a augmenté de 55% ces quatre dernières années et pourrait atteindre les 60.000 demandes en 2011», alerte Beauvau . On trouve au premier rang des demandeurs des ressortissants du Bangladesh, mais aussi des Kosovars. Les révolutions arabes n’ont finalement guère eu d’incidence sur la demande d’asile en France.

L’Hexagone concentre, quoi qu’il en soit, à lui seul «20% de la demande d’asile en Europe». Il se situe, selon l’Intérieur, «à la deuxième place au niveau des pays industrialisés, derrière les États-Unis». Or, précise Claude Guéant, «on assiste à l’accroissement des demandes d’asile infondées». Ce qui se vérifie, dit-il, par la baisse constante des dossiers acceptés: à peine plus de 10.000 statuts de réfugié accordés en 2010, contre 11.500 en 2008. Quand hier l’administration donnait une suite favorable à plus d’un tiers des demandes, elle n’en accepte même plus un quart aujourd’hui.


Cliquez sur l’aperçu pour agrandir l’infographie.

Le système est totalement engorgé, avec un délai moyen de traitement des dossiers dépassant les 19 mois, soit 3 mois de plus qu’en 2008. Et ce malgré des recrutements conséquents dans les instances chargées de les instruire, à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) et la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Cette dérive a également un coût: le budget de l’asile a augmenté de 40% en deux ans, dépassant le demi-milliard d’euros en 2011. Du jamais vu depuis que cette procédure existe. Car il faut bien héberger et assister financièrement les demandeurs, logés, pour une large part, dans des hôtels, sachant que les places en centre d’accueil restent limitées à 21.000. Soit trois fois moins que le nombre de candidats.

Les quelque 270 centres d’accueil qui offrent ces 21.000 places connaissent eux-mêmes des situations très contrastées. Certaines plates-formes, comme Angers, Mulhouse, Dijon, sont submergées de demandeurs. Des «filières», parfois «rétribuées», assure Claude Guéant, les y orienteraient parce que le délai d’instruction des dossiers y est forcément plus long. «Il n’est pas normal qu’il y ait 800 demandeurs à Angers et seulement 40 au Mans!», protestait vendredi l’hôte de Beauvau.

Plan radical

Son plan pour sauver la situation se veut radical. D’abord, il va faire ajouter l’Arménie, le Bangladesh, la Moldavie et le Monténégro à la liste des pays «sûrs», c’est-à-dire des pays qu’il n’y a pas de raison a priori de vouloir fuir au titre de l’asile politique.

Pour mettre un terme à la mauvaise répartition des demandeurs, le placement sera géré par le préfet au niveau régional et non plus départemental. Avec 30% de places réservées en province pour accueillir les demandeurs de la région Ile-de-France, notamment, qui concentre 45% des demandes.

Par ailleurs, une loi déposée en janvier permettra d’écarter les demandeurs qui trichent ou refusent de coopérer avec les autorités, comme ceux, par exemple, qui «altèrent volontairement leurs empreintes digitales» pour échapper à une identification.

L’éloignement des candidats rejetés devrait également être facilité. «Les déboutés du droit d’asile sont des étrangers en situation irrégulière comme les autres», déclarait vendredi Claude Guéant. Pour l’heure, un haut fonctionnaire l’affirme: «Que le demandeur obtienne ou non le statut de réfugié, généralement il reste en France.»

Le coût de l’asile franchit le demi-milliard d’euros

Le budget de l’asile politique aura augmenté de 40% cette année,
pour dépasser, selon les prévisions, les 520 millions d’euros. Le poste budgétaire le plus élevé concerne l’hébergement des demandeurs d’asile: 334 millions. Un peu moins 40% des personnes sont placées dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada). Elles touchent alors une allocation mensuelle de subsistance (AMS) calculée selon la composition familiale, les ressources de chacun et les prestations offertes par le centre d’accueil, comme la restauration par exemple. En 2011, l’AMS s’élèvera à 16% des 199 millions d’euros consacrés par l’État au fonctionnement des Cada, soit environ 32 millions d’euros. Ceux qui ne vont pas en centre d’accueil perçoivent une allocation temporaire d’attente (ATA), de 10,83 euros par jour, versée jusqu’à la décision accordant ou non le statut de réfugié. Le versement de cette aide a crû de 126% depuis 2009. Le coût de l’hébergement d’urgence, dans des hôtels notamment, est estimé à 135 millions d’euros en 2011 pour 20.000 places. Il a augmenté de 85% en trois ans.

Source: http://www.lefigaro.fr/

20/07/2011

Montauban: le couple franco-tunisien persiste…

Franchement, il n’y a rien d’étonnant à cela. Aller à l’encontre de nos lois, c’est la spécialité de toute personne en situation irrégulière qui se respecte. La stigmatisation, aussi. Mais bravo à Mme le Maire pour faire valoir les devoirs de notre République! Bon courage à vous, Madame Barèges… La France est un pays de liberté; vous êtes bien placée pour le savoir.


Sylvie Barèges: un maire qui joue son rôle…

Affaire à suivre…

FDF

.

Montauban. Mariage franco-tunisien : le couple persiste et signe contre la décision du maire !

Brigitte Barèges a salué sans réserve, vendredi, la décision de la cour d’appel qui venait d ‘infirmer sa condamnation pour « voie de faits » dans l’affaire qui l’oppose au couple franco-tunisien. Mais ce dernier n’a pas dit son dernier mot. Le couple met à nouveau en demeure la députée maire de Montauban de les marier.

Têtue Brigitte Barèges ? Sans aucun doute après avoir méprisé une décision de justice qui l’enjoignait de marier « sous astreinte avant le 10 juillet » un couple franco tunisien qu’elle refusait précisément de marier. Soupçons de mariage blanc, doutes sur le passé judiciaire du futur marié, doutes sur l’état psychologique de la future mariée… Autant d’éléments qui conduisaient la maire de Montauban à maintenir sa position en persistant dans son refus. Une posture avant tout politique s’abritant derrière des considérations que ni le parquet, ni le juge des référés n’ont pourtant jugées suffisamment étayées pour abonder en son sens. Et lorsque vendredi les juges d’appel ont infirmé la décision de première instance ce fut en raison d’une erreur de saisine. Mais certainement pas en considérations d’éléments de fond de ce dossier. Bien au contraire. Les juges d’appel ont jugé « recevable » l’action des demandeurs.

Me Groc promet la cassation

C’est d’ailleurs pour cela qu’hier, Sylvie Boutard et Younes M’Hamdi sont revenus à la charge. C’est ce que l’avocat du couple franco-tunisien Me Olivier Groc, a certifié hier à « Associated Press », assurant avoir déposé ce jour une mise en demeure à la mairie pour qu’elle fixe dans les plus brefs délais une autre date pour le mariage. « En cas de refus, je saisirai à nouveau le juge des référés sur le fondement du trouble manifestement illicite en mettant cette fois en cause la responsabilité de l’État et en faisant intervenir l’agent judiciaire du trésor ». C’est précisément ce point et ce défaut de mise en cause du représentant de l’État qui avait conduit vendredi les juges d’appel à infirmer la décision de première instance. Ces juges avaient souligné que « l’État devait être appelé en la cause ce qui n’a pas été fait en première instance »… Un problème de pure forme que les demandeurs ont bien l’intention de corriger cette fois-ci avec l’espoir cette fois-là de faire condamner Mme Barèges. Hier, Me Groc a également confié à l’agence de presse son intention si nécessaire de se pourvoir en cassation. Têtue Mme Barèges ? Ses adversaires le sont aussi. (FDF: le problème est qu’ils sont dans l’illégalité…).

Source: http://www.ladepeche.fr/

15/07/2011

A l’honneur, ce vendredi: Brigitte Barèges, député-maire de Montauban.

On ne peut que féliciter Brigitte Barèges pour ce geste républicain qui fera, souhaitons-le, jurisprudence. On voit très bien clair dans le jeu de ce clandestin qui, s’il avait obtenu gain de cause, aurait engendré des idées malsaines à ses compagnons « d’infortune »… Une question se pose:  Younes M’Hamdi est clandestin depuis longtemps. Ayant en outre des démêlées avec la justice, qu’est-ce qu’il fait encore sur notre territoire? Son ex-compagne s’est « défenestrée »… Et ce type se fout encore de notre justice et des autorités. La solution était (et est toujours valable): un coup de pied au c.. et retour au bled!

FDF

.

Brigitte Barèges et l’affaire du mariage supposé blanc

Brigitte Barèges, député-maire de Montauban, avait jusqu’à dimanche pour marier un couple mixte, sous peine d’une astreinte quotidienne de 500 euros. Elle a fait appel, car l’union de Sylvie Boutard, Française, et de Younes M’Hamdi, immigré illégal, n’était pas très claire. Elle explique à Minute :

M

« Je ne l’ai pas annulé mais reporté, en attendant les résultats d’une enquête du parquet, car il y avait des doutes à lever avant de sceller cette union entre M. Younes M’Hamdi, Tunisien en situation irrégulière depuis 2006, et Mme Sylvie Boutard, Française visiblement vulnérable psychologiquement. D’après la loi, lors que l’officier d’état civil a des doutes sur le libre consentement des futurs conjoints, il doit les auditionner et, éventuellement, demander au parquet de mener une enquête. Là, plusieurs signaux alarmants existaient. […] De nombreux éléments attestent de la fragilité de Mme Boutard, qui est en outre dans une grande précarité financière (elle touche le RSA et ses cinq enfants sont placés par la DDASS). A cela s’ajoute le passé de M. M’Hamdi, clandestin depuis 5 ans, marié une première fois avec une française en 2008. Il n’a pu obtenir la nationalité française de ce mariage, car sa femme s’est défenestrée deux mois après. Une enquête est en cours sur les causes de ce décès. Ayant refusé de se conformer à une obligation de quitter le territoire français prise par le préfet de Haute-Garonne, il a été arrêté le 8 mars 2011, en état d’ébriété, dans le cadre d’un contrôle d’identité auquel il a essayé de se soustraire.

Le mariage devant avoir lieu le 12 mars, cette arrestation l’a empêché de se marier à Labastide-Saint-Pierre, où résidait Mme Boutard, puisqu’il était alors en centre de rétention ! Après avoir fait annuler la procédure pour vice de forme, il a redéposé un dossier de mariage à la mairie de Labastide, mais, comme une enquête y était requise, il a constitué un dossier à la mairie de Montauban… En outre, si mon adjointe a reporté ce mariage le 21 mai dernier, c’est parce que nous avons appris le jour même que la gendarmerie et le Samu étaient intervenus à plusieurs reprises au domicile de Mme Boutard pour des violences conjugales ! Une enquête complémentaire a donc été sollicitée et diligentée par le procureur de la République, enquête non rendue à ce jour.

Younes M’Hamdi vous a alors assignée en urgence…

Oui, pour obtenir le mariage avant le 10 juillet… date limite à laquelle le préfet de Tarn-et-Garonne lui a enjoint de quitter le territoire français. Avouez que le hasard fait bien les choses ! […] »

L’appel de Brigitte Barèges sera examiné demain.

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

07/07/2011

Le maire de Montauban obligée de célebrer un mariage blanc; ou gris…

Un mariage blanc, aussi appelé mariage de complaisance, est un mariage contracté dans d’autres buts que la vie commune.

Le type même du mariage « de complaisance »… Je ne comprends pas cette décision de justice. Le futur marié étant « expulsable », Mme Barèges n’a en fait que fait appliquer le code civil… Une chose étonnante, une coïncidence, je pense: l’infortuné futur époux a une obligation de quitter le territoire Français avant le 10 juillet. Et c’est avant cette date que Mme le Maire doit célébrer le mariage…


Et quand on connaît l’histoire du futur marié (voir bonus) on peut se poser encore plus de questions.

FDF

.

Mme Barèges, maire de Montauban et avocate de formation a été sévèrement tancée par la justice hier pour avoir attenté à « un droit fondamental ». Elle est sommée de célébrer le mariage du couple franco tunisien qu’elle refusait d’unir.

Le juge des référés a rendu son jugement hier après midi comme promis lors de l’audience du 28 juin dernier, dans l’affaire qui opposait la députée maire de Montauban Brigitte Barèges à Younes M’Handi et Sylvie Boutard, un couple franco-tunisien dont elle avait refusé de célébrer l’union en mairie le 21 mai dernier. Le 14 juin, l’avocat du couple, Me Olivier Groc, assignait Brigitte Barèges pour « voies de faits et réclamait « la célébration du mariage sous astreinte avant le 10 juillet ».

Condamnée sur toute la ligne

Hier, le juge a donc fait pencher la balance de la justice en faveur du couple, rejetant l’exception soulevée par Me De Caunes, avocat de Mme Barèges, et jugeant recevable l’action des demandeurs. Le juge a effectivement estimé que le refus de Mme Barèges constituait « une voie de faits » avant de l’enjoindre à fixer une date pour la célébration du mariage « avant le 10 juillet et sous astreinte de 500 euros par jour de retard ». Le juge a en outre condamné Mme Barèges à 1 000 € d’amende ainsi qu’à une somme de 700 € au titre du code de procédure civile, condamnant par ailleurs la députée maire de Montauban aux dépens. Elle devra donc assumer les frais de justice de la partie adverse. Cette décision susceptible d’appel n’est cependant pas suspensive. Dans tous les cas, Mme Barèges devra célébrer le mariage du couple avant la fin de cette semaine.

Un vrai revers pour l’avocate députée maire décidément peu en verve actuellement après avoir tenu des propos homophobes maladroitement démentis par la suite. Après avoir refusé, donc, de célébrer un mariage en vertu d’un zèle suspect que la justice a donc clairement sanctionné.

Atteinte à une liberté fondamentale

« Un juste de tour des choses vu la position confinant à la provocation de Mme Barèges sur ce dossier » commentait à l’issue de l’audience Me Olivier Groc. L’avocat soulignait également « les motivations assez cinglantes » du jugement. Le juge a en effet estimé que Mme Barèges avait « délibérément et de manière réitérée » refusé de célébrer ce mariage, relevant « une initiative personnelle engageant sa responsabilité qui porte atteinte à une liberté fondamentale constitutive d’une voie de faits »…Hier soir, par la voie de son avocat, le couple se disait « soulagé et satisfait » de cette décision. Dès hier, le jugement a été transmis par voie d’huissier à qui de droit. Dès ce matin, le couple devrait se présenter en mairie « pour prendre date », selon l’avocat. En tout cas pour prendre rendez-vous et célébrer très rapidement ce mariage.

Un appel non suspensif

De son côté, Me De Caunes, avocat de Brigitte Barèges, faisait savoir hier que sa cliente ferait appel. Mais la décision reste exécutoire.

Younes M’Hamdi reste quant à lui sous le coup d’une obligation de quitter le territoire avant le 10 juillet. Mais son avocat assurait hier soir qu’en cas de reconduite immédiate à la frontière de son client, l’astreinte continuerait de courir. Cette affaire pourrait coûter cher à la députée maire.

Source: http://www.ladepeche.fr/

Bonus: http://tinyurl.com/3ro3n6r

02/07/2011

Canular (hoax) : Mise à jour signalétique et respect des cultures régionales…

Franchement, je ne sais pas si c’est un montage (la photo) sorti de l’imagination d’un visionnaire ou si c’est réel… En tout cas, ça ne présage rien de bon. Si un des lecteurs de ce blog emprunte cette voie, merci à lui de nous « rassurer »… (En allant sur AUBAGNE panneau indiquant MARSEILLE)


FDF

On remarque que cette image est un canular (hoax) au détail suivant : le mot « MARSEILLE » est net dans l’encadré supposé être un agrandissement alors que le reste du panneau est flou. Si c’était VRAIMENT un agrandissement, TOUTES les inscriptions devraient être floues de la même manière.

Si on recherche cette image dans Google Images, on retrouve facilement l’image d’origine, manipulée ensuite pour devenir cette image d’une soi-disant autoroute française vers Aubagne.
Il s’agit en fait d’une image de l’autoroute MAROCAINE A3 Casablanca – Rabat :

Cliquer dans l’imagette d’illustration au bas de la page pour retrouver l’image d’origine en grand :

Message au faussaire : ce type de montage NUIT FORTEMENT à notre combat. En effet nos adversaires peuvent l’utiliser pour prouver que l’islamisation de la France est un total fantasme… un fantasme tel que, aucune preuve ne pouvant être fournie, les « fachos » en sont réduits à FABRIQUER de fausses preuves !
Il y a pourtant suffisamment de preuves de l’islamisation de la France (mosquées, halal, musulmans dans les prisons…) pour qu’il n’y ait PAS BESOIN d’en inventer de fausses qui vont être utilisées contre nous.

28/05/2011

Montauban: la mairie refuse de marier un couple franco-tunisien…

Deux mois qu’il est en France, le futur marié Tunisien; ça ne vous dit rien?…

Il est certain qu’il y a du « mariage blanc » dans l’air, dans cette affaire, la future épousée étant Française… Excellente réaction républicaine de la députée-maire. La naturalisation à la sauvage, c’en est trop ! La loi impose des règles strictes dans ce domaine. A Montauban, la stigmatisation bat son plein. A la charge de la mairie: ils auraient du prévenir les intéressés plus tôt, par politesse. Mais bon; tout le monde a droit à l’erreur…

FDF

.

C’est juste dans la cour de l’hôtel de ville que les futurs mariés et un cortège de 200 invités ont appris samedi que la mairie s’opposait à cette union d’un Tunisien avec une Française .

Décidément l’hôtel de ville de Montauban a vécu samedi dernier de drôles de moments. Imaginez que comme précisé par les bans du service de l’Etat-Civil on devait y célèbrer l’union d’un jeune tunisien Youness et de sa future épouse : Sylvie.Le couple était suivi par un important cortège d’environ deux-cents personnes. Invitées à cette célébration et ensuite au repas de fête préparé chez la sœur de Youness .Ceux qui allaient se dire oui s’apprétaient à monter les marches vers la salle des mariages lorsque l’officier de l’Etat-civil ceint de l’écharpe tricolore vint à leur rencontre pour annoncer tout de go que la députée-maire avait décidé de ne pas faire célébrer ce mariage,par l’adjointe en charge des cérémonies ce jour-là.C’est alors la colère et l’incompréhension parmi les invités qui ne comprennent pas du tout cette volte-face de dernière minute .

Les futurs mariés déposent plainte lundi

Car le parquet et le procureur de la République avaient donné leur accord.Le futur couple éclate en larmes et la femme en proie à une crise de nerfs est dirigée sur les urgences de l’hôpital où ils ont reçu de plus le réconfort d’un médecin psychologue.Tout cela parce que Brigitte Barèges et ses services ont soupçonné un «mariage blanc» entre un jeune tunisien arrivé en France depuis mars et une femme(1). Youness est catégorique là dessus : « Je suis en règle.J’ai un dossier à la préfecture à Toulouse qui va être transmis à celle de Montauban.J’ai un titre de séjour .On avait été reçu à la mairie, une personne nous avait dit de laisser nos coordonnées et qu’on aurait rendez-vous…Depuis plus rien.Ce refus est illégal. On a consulté un avocat et on va déposer plainte en début de semaine prochaine,au tribunal administratif car ce refus constitue une voie de fait »

Au parquet de Montauban on ajoute : « La substitut du procureur a été interrogée par la mairie.Le parquet en l’état des pièces ne voit pas d’obstacles à la célébration du mariage» .Même si dans ce genre d’affaire il faut faire preuve d’un extrême prudence.Contactée par nos soins via son chef de cabinet et aussi par courrier électronique Brigitte Barèges n’a pas voulu s’exprimer hier soir sur ce sujet.

(1) Sur le site Médiapart qui fait état de cette affaire hier matin dans un dossier dévolu aux récentes déclarations de Brigitte Barèges sur les mariages «gays», l’auteur de l’article écrit après le feu vert au mariage donné par le parquet le 19 mai : « Le compte-rendu de la mairie était mensonger .C’est une affaire hallucinante.» rapporte à Médiapart une source du syndicat de la magistrature.


Pour la cimade c’est «illégal et anticonstitutionnel»

Pierre Grenier est le délégué pour Midi-Pyrénées de la CIMADE .L’antenne Tarn-et-Garonnaise est d’ailleurs aux côtés du couple depuis que le refus de célébration a été rendu public .Cette affaire dit-il : « est liée à un discours ambiant.Mais il faut savoir que refuser un mariage civil sur lequel les autorités judiciaires ne trouvent rien à redire c’est illégal et anticonstitutionnel .Cela se produit dans plusieurs autres villes . Mais pas dans la région et encore moins récemment .»

Source: http://www.ladepeche.fr/

18/11/2010

Menaces et violence à l’encontre du principal du collège Ingres à Montauban: les coupables font appel!

Là, on peut aisément dire qu’il y en a qui ne manquent pas d’air… Des parents agressent un principal de collège, sont condamnés pour ça (quoi de plus normal…) et OSENT faire appel!!! Dément!

FDF

.

Montauban. Affaire du collège Ingres : reconnus coupables, les parents veulent faire appel !


Les parents réagissent médiatiquement, dans la salle des pas perdus  au verdict qui les a reconnu coupable / Photo DDM,  Chantal Longo.
Les parents réagissent médiatiquement, dans la salle des pas perdus au verdict qui les a reconnu coupable / Photo DDM, Chantal Longo.

4 mois de prison ferme sur 10 de prononcé pour le père, trois mois avec sursis pour la mère. Le jugement est moins lourd que celui requis. Mais les parents veulent en faire appel!

Une semaine après la tenue du procès des deux parents accusés d’avoir exercé violences et menaces contre un principal de collège, il y avait encore plus de micros et caméras présents dans la salle d’audience du TGI. Pour écouter par la voix du président Alain Birgy le prononcé du verdict faisant suite cette agression, très médiatisée de façon nationale, du principal du collège Ingres. Il était juste 14 h 05 lorsque la cour entrait dans l’enceinte judiciaire, pour donner lecture du verdict. Guy Mériel principal du collège Ingres était au premier rang du public ainsi que son avocate M e Isabelle Thulliez. Me Laurent Mascaras lui se tenait dans le prétoire aux côtés des parents de la jeune élève de sixième par qui tout s’était enclenché. La lecture était brève. Les deux parents étaient reconnus coupables et en l’espèce condamnés (1) à 10 mois d’emprisonnement dont six mois assortis d’un sursis mise à l’épreuve de 18 mois pour le père . Sa peine de quatre mois ferme étant aménageable, il a quitté libre le tribunal. Son épouse est elle condamnée à 3 mois avec sursis. Conjointement ils devront verser 1 000 € de dommages et intérêts à Guy Mériel et sont condamnés à 500 € au titre de l’article 475-1.

« Il n’y a pas eu de dialogue »

Dans la salle des pas perdus, les parents condamnés s’adressent à chaud aux médias. Le père de la petite élève pertubatrice de la classe de sixième confie : « On n’a pas tenu compte de la présomption d’innocence. Aujourd’hui, on est dans le camp des victimes. On n’admet pas d’être reconnus coupables. Et on envisage de faire appel de ce jugement. Nous, on ne venait pas contester la sanction prise contre notre fille, lors du rendez-vous. J’étais même prêt à lui en infliger une autre, mais ce jour-là on n’a pas pu dialoguer. » Moins direct, l’avocat des deux parents, Laurent Mascaras estime : « Au lieu d’une peine mixte on aurait pu avoir une peine symbolique assortie totalement du sursis. Le tribunal n’est pas une tribune politico-sociale, on y rend la justice. On va envisager rapidement de voir si on fait ou non appel de ce jugement. Il faut savoir tout peser et surtout si la cour d’appel sera à même de rendre un jugement ponctuel et très précis. »


Guy Mériel : « j’ai appliqué la loi dans l’école»

A l’issue du prononcé du délibéré, Guy Mériel le principal du collège Ingres aux côtés de son avocate M e Isabelle Thulliez déclarait : « Je n’ai pas de commentaire à faire d’une décision de justice. J’applique et en la circonstance j’ai fait appliquer la loi dans une école qui est un lieu où la violence ne peut s’exercer de quelque façon que ce soit

Source: http://tinyurl.com/3448hwp