Francaisdefrance's Blog

23/11/2011

Dette souveraine des Etats = bénéfices souverains pour les banques…

Et oui; merci à la mondialisation et à l’UMP/S…

FDF

.

Document à diffuser sans aucune réserve, dans ces conditions de gestion de la dette « dite » souveraine, La France, comme les autres pays de l’union, victimes du traité de Lisbonne, n’en finiront jamais de creuser le gouffre du déficit. Si la dette est souveraine pour les états, le bénéfice est souverain pour les banques privés.

Il y a de quoi s’indigner ! Lors de l’effacement (ou « décote » ou « restructuration » d’une « dette » en monnaie scripturale), il ne s’agit, pour les banques prêteuses de crédits, que d’une « perte comptable » : aucun employé de la banque ne perd quoi que ce soit dans son compte personnel, contrairement à un prêt en argent réel. Grâce à cette méthode de création de la monnaie, la Suisse se situe loin des pays endettés : … suite sur http://dbloud.free.fr/monnaie.htm

09/11/2011

En Europe, les groupes « populistes » ont de plus en plus la cote…

Le tsunami populiste approche…

.

Et il est inutile de se poser la question afin de savoir pourquoi cet élan de résistance. Les peuples de souche en ont marre de voir partout la priorité non-nationale sur le podium des projets politiques des gouvernants. Ils en ont marre de subir économiquement et psychologiquement les bienméfaits de l’immigration. On ne s’occupe plus des pays Européens, on se concentre sur le Maghreb. On leur prépare le terrain, aux envahisseurs? Et bien pratiquons dès à présent la politique de la terre brûlée… Il existe un tas de façons de le faire…
FDF

.



L’extrême droite a le vent en poupe dans l’Union européenne et ses thèses rencontrent un écho grandissant chez les jeunes hommes de moins de 30 ans, selon une étude publiée lundi à Bruxelles par le centre de réflexion britannique Demos. « Alors que de nombreux pays européens ont les yeux fixés sur l’état de leur économie, une autre crise de confiance se prépare. Dans toute l’Europe, des jeunes gens se sentent abandonnés par les partis traditionnels et leurs représentants et affichent de la sympathie pour les groupes populistes », met en garde Jamie Bartlett, auteur du rapport publié en anglais sur le site de Demos.

L’étude qui s’appuie sur les réponses fournies sur le site de socialisation Facebook par près de 11.000 sympathisants de 14 groupes d’extrême droite dans onze pays européens, montre que la montée de l’islamisme, perçue comme une menace, fédère de plus en plus de personnes en Europe. Ces Européens dénoncent également les effets de la mondialisation qui détruit « les droits des travailleurs ». Ils ont « perdu la foi » dans leur gouvernement, les institutions européennes et le système judiciaire, selon Demos.

« A leurs yeux, les principaux partis politiques ont perdu le contact avec la réalité, sont insipides et lointains, incapables de répondre aux difficultés qu’ils rencontrent quotidiennement dans la vie de tous les jours« , résume Jamie Bartlett. Il faut « prendre au sérieux » leurs inquiétudes, préconise l’étude. Les responsables politiques européens doivent « se secouer, écouter et répondre », selon M. Bartlett.

Source: http://www.lefigaro.fr/

Merci à JC JC…

14/10/2011

A celles et ceux qui ont encore peur du FN…

Un argumentaire que je trouve assez convainquant…

FDF

.

« Je m’adresse à ceux pour qui le F.N ferait encore peur, et qui seraient restés sensibles aux nombreuses campagnes de désinformations et de diabolisations en tous genres que l’UMP et la totalité des partis de Gauche ont pratiqués avec une délectation évidente depuis des décennies. Diabolisation soigneusement relayée par les adeptes et acteurs de la mondialisation, les opportunistes médiatiques, les faux-culs du spectacle, les caresseurs dans le sens du poil, les associations communautaires et j’en passe ! …Tous préoccupés à peaufiner leur magouilles et objectifs de mainmise sur l’ensemble des pouvoirs, y compris sur celui de vos propres pensées.

Si le sigle F.N vous fait peur, inversez les lettres en N.F et cela fait NF ! La Nation qui fait front !

Front contre quoi ? Et bien contre tout ce qui nous pourri l’existence, et les pourrisseurs qui en sont les auteurs ! En tête de liste…

1) les organes de la mondialisation leurs acolytes financiers et son officine d’application : la fausse  Union Européenne via, entre autre, le détestable traité de Lisbonne, splendide couleuvre que nous à fait avaler SARKO le diabolique, en se gardant bien de nous demander notre avis.

2) l’invasion, programmée  « par ces mêmes organes », du NORD par le SUD pour briser définitivement les souverainetés nationales, et transformer le monde en un super hyper et fantastique méga Univers- marché, ou la seule pensée à laquelle vous aurez droit sera de pousser votre caddie pour consommer et consommer jusqu’à plus soif des produits et de la culture « hallal », bien entendu !…

3) Nos politiques actuels et ceux (UMPS) qui souhaitent le devenir en 2012 et qui depuis près de quarante ans ont trahi notre patrie sans la moindre vergogne, puisqu’ils ne sont que les thuriféraires  (porte flingue) cauteleux et dociles des mondialistes. Ne vous y trompez-pas et cessez d’écouter leur chant de sirène putride, comme le fredonne les socialistes en ce moment, ( L’UMP ne fera pas mieux) car ils s’apprêtent à nous resservir le même brouet infâme et infect dont ils nous étouffent  déjà depuis près d’un demi-siècle.

4) Les associations communautaires !!!…Ces  monstrueuses officines de promotion de  culpabilités collectives, qui n’ont comme seul but de vous faire croire que vous êtes d’ignobles racistes et de vous faire traduire en justice (avec la complicité servile de la 17em chambre), dès que vous demanderez le respect que l’on doit porter à votre patrie. Ces ignobles concentrations de traitres et de collabos devraient être dissoutes depuis longtemps au lieu de perdurer dans leurs actions criminelles avec en prime, les subventions que leur servent, sans retenue (avec nos propres deniers), nos gouvernements complices,  dévoyés et complaisants. N’oubliez surtout pas que pour ne citer que lui  S.O.S racisme est l’antichambre du P.S… Voyez la promotion de M. Harlem Désire !…

5) N’oubliez pas non plus les syndicats qui se sont tellement éloignés du monde ouvrier et laborieux, tout en faisant croire qu’ils défendaient vos intérêt,  qu’ils se sont acoquinés et  ingéniés  avec les partis de gauche pour pourrir vos outils de travail, poussant  la quasi-totalité de nos entreprises à délocaliser, et rechercher de la main-d’œuvre compétitive à l’étranger. Ah… nous avons belle figure maintenant à califourchon sur la branche ou nous étions bien assis, la scie à la main et le cul dans la merde…

Alors mes chers compatriotes cherchez sérieusement où est réellement le diable  et votez bien,

Votez pour la France  en 2012 ! »

Hervé Carillo

08/09/2011

L’islamisation des esprits sur le petit écran…

Vade retro, islamanas !

.

« Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant ».
« le paradis est à l’ ombre des épées ».

Mahomet.

.

Désormais, il passe par le petit écran… Sauvons au moins nos enfants !

FDF

.

Pourquoi les croix et les cochons sont-ils interdits dans les dessins animés télévisés destinés aux enfants ?

Trois-petits-cochons.gif

« Depuis quelques mois, nous recevons régulièrement des alertes de gens travaillant pour les télévisions privées et publiques qui s’inquiètent des pas de géant de l’islamisation des esprits sur le petit écran.

Il y a de quoi.

Figurez-vous qu’il serait interdit,  sous prétexte de laïcité, de filmer des croix…    On peut imaginer les acrobaties des cameramen obligés de filmer, par exemple, des cimetières ou des chapelles… sans croix ! Quant aux vampires, ils se portent fort bien puisqu’il n’y a plus de croix pour les repousser avec le fameux « Vade retro, Satanas ! »  On a du mal à comprendre quel rapport il y a là avec la laïcité, sachant que la croix, symbole païen universel, devenu un temps symbole chrétien, est devenu symbole de mort dans les cimetières ou les prises de notes, et que, forcément, les croix foisonnent dans nos pays chrétiens, témoins de notre histoire, de notre héritage !

On peut facilement imaginer les quelques responsables, hystériques dans leur haine du catholicisme, devenir enragés à l’idée de voir apparaître sur nos écrans quelque symbole d’une religion honnie. Pourtant, le catholicisme ne tient plus guère de place dans notre monde et respecte la laïcité, c’est-à-dire la séparation du politique et du religieux… Et séparer les Eglises et l’Etat n’empêche pas les religions, ni les monuments, d’exister…

Question subsidiaire : les interdits concernant les croix chrétiennes sont-ils les mêmes à propos des images de mosquées et de femmes voilées  ?

La question mérite d’être posée, puisque, si l’on en croit nos informateurs et l’examen d’un certain nombre de dessins animés destinés aux enfants, le cochon, animal traditionnel français, est bien en voie de disparition à la télévision.

Il n’y a plus de cochon dans les fermes.

Les enfants n’ont plus de cochon d’Inde.

Les Trois petits cochons disparaissent de nos écrans et de l’imaginaire de nos enfants…

Et tout cela pourquoi ? Je vous le donne en mille !

Pour pouvoir vendre nos productions à l’étranger, dans les pays musulmans, en Arabie Saoudite notamment… là où le cochon est animal non grata pour d’obscures raisons que d’aucuns osent prétendre religieuses !

Il n’empêche. Il n’empêche que l’on est en train de manipuler nos enfants, de faire un lavage de cerveau tel que, peu à peu, par la disparition du cochon de leur imaginaire, on les prépare à trouver à leur tour normal de ne pas manger de cochon et de ne pas même prononcer son nom, dans le pays du saucisson, de la potée et du jambon de Bayonne !  

Bien entendu, vous trouverez de bonnes âmes déguisées en pragmatiques justifier la chose avec l’économie. Comme si, pour vendre quelques films, il était normal de vendre son âme.

La vérité, c’est que ces faits mettent parfaitement en valeur le lien étroit qui existe entre mondialisation, islamisation   et disparition de notre culture.

Que veulent les tenants de la mondialisation ? Un monde sans règles, où vendre et acheter soit le moteur et le but de la société.

Pour cela, que faut-il ? La standardisation, tout simplement. Il faut que des milliards de gens, sur notre planète, partagent le plus possible idées, langue et mode de vie, afin que l’on puisse produire en grandes séries, indistinctement, pour le petit Cambodgien, le petit Français et le petit Marocain.

Alors, après l’américanisation du monde, converti à l’anglais, au fast food, à coca-cola, au taylorisme, à l’interventionnisme sans scrupule etc. nos élites ont déclenché la deuxième étape : imposer l’islam, ses lois et ses interdits en Europe.

Imposer l’islam en Europe va en effet leur permettre non seulement d’avoir des travailleurs serviles et soumis (islam signifie soumission) à leur religion et à leur communauté, ce qui permet le désengagement de l’Etat, mais également d’avoir des consommateurs interchangeables en Afrique et en Europe, tant un seul continent ne peut suffire aux appétits des multinationales et des fonds de pension.  

Alors  gommons les différences en interdisant aux uns leurs caractéristiques (les croix) pour imposer à tous les interdits religieux  des autres…

Quand les publicités pour le jambon seront interdites à la télé, il sera trop tard.

Alors, alors… résistants de tous bords, scrutez les émissions, les films, les dessins animés, envoyez à Résistance républicaine le compte-rendu de vos recherches : combien de chapelles, d’églises, de chapelles filmées sans leurs croix ? Combien de cochons qui auraient dû ou pu apparaître qui ont disparu ?  

Et puis, en même temps, écrivez aux télés, au C.S.A pour signaler l’inacceptable, en attendant que l’on publie un gros dossier qui vous permette d’être des milliers à réagir, à ne pas laisser faire…

Nous devons bien cela à nos enfants. »

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

21/07/2011

Les fonctions régaliennes…

Fonctions régaliennes. Ce mot « barbare », on l’entend de plus en plus souvent… Et pourtant, peu savent ce qu’il signifie. Le billet suivant de Francis Néri (dont le fond est des plus intéressants) peut vous apporter une aide non-négligeable sur ce questionnement. Bonne lecture.

FDF

.

Le pouvoir régional

J’avais préparé une petite série de chroniques que j’avais réservé à Riposte Laïque, mais les circonstances en ont décidées autrement du fait de ma démission de Résistance Républicaine qui était une déclaration d’indépendance et pas du tout une déclaration de guerre, comme certains ont pu le penser.

Nous ne vaincrons que si nous convenons avoir besoin de plusieurs piliers de différentes sensibilités pour assurer la victoire en 2012 et en 2014, mais que ces piliers doivent rendre convergentes leurs actions.

La lutte va être rude et longue. Il faut prendre les devants et rassembler à partir d’un « tronc commun » capable de transcender les clivages en particulier gauche/droite, mais pas seulement, dans une nouvelle alliance, impliquant que chacun conserve ses convictions et ses valeurs, sa vision de la France, concernant la résolution des problèmes, du moment qu’ils seraient en accord sur l’essentiel.

Je me suis trompé en pensant que Résistance Républicaine pouvait ou voulait assumer cette mission, cette tache de « médiation ».

L’espoir était possible de voir Résistance Républicaine s’engager politiquement comme par exemple le Bloc Identitaire avec qui l’association agit en coorganisation, tant que Marine Le Pen n’avait pas précisé ses intentions.

Mais depuis, sa volonté de rassembler au-delà des partis et surtout de proposer ce qu’effectivement j’espérais, c’est-à-dire une « plateforme et un programme commun de gouvernement de «restitution», m’a convaincu que cette dernière avait plus de chance que Résistance Républicaine de répondre à mes attentes et d’être politiquement efficace.  

Marine Le Pen semble ne pas vouloir transiger sur l’essentiel pour passer de la résistance à la reconquête et la réappropriation de ces territoires qui nous ont été retirés.

Pour en revenir aux chroniques, j’ai donc proposé à Gérard Brazon, autre personnalité engagée dans cette lutte gigantesque contre l’islamisation et la mondialisation, de les diffuser. En effet, si pour ma part, j’ai environ à peine plus de quatre mille visites/mois sur mon blog, lui fait pratiquement cela dans la journée.

Je ne sais pas si ce fut une bonne idée. Le thème choisi, « le pouvoir régional » c’est-à-dire la mise en cohérence des régions du monde et au sein des pays, qui me semble être un des principaux enjeux de 2012 et 2014, n’a pas fait débat et comme dit Gérard « lui importe peu » pas plus d’ailleurs semble-t-il que ses « abonnés ».

Cela vient probablement de ma façon de présenter le thème et de laisser le lecteur tirer des conclusions par lui-même, mais aussi de l’abondance des textes de qualité que nous propose Gérard et que nous n’avons pas toujours le temps d’explorer et de commenter.

Voici le texte en question : 

Le pouvoir régional – par Francis Neri

Etant plutôt de culture bonapartiste, ma réaction première au pouvoir régionnal est plutôt de type méfiant. Au fond, le régionalisme et les pouvoirs qui devraient aller avec, m’importe peu. Sans être…

Pour lire la suite cliquez ici

Pour faciliter votre lecture, je rappellerai ce que l’on entend généralement par fonctions régaliennes :

Les fonctions régaliennes de l’État sont limitées aux grandes fonctions souveraines qui fondent l’existence même de l’État et qui ne font, en principe, l’objet d’aucune délégation. Elles sont aussi appelées, prérogatives régaliennes.

Elles sont au nombre de quatre :

  • Assurer la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense du territoire ;

  • Assurer la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre public, avec, notamment, des forces de police ;

  • Définir le droit et rendre la justice ;

  • Détenir la souveraineté économique et financière en émettant de la monnaie, notamment par le biais d’une banque centrale.


Voilà, j’attends vos remarques directement sur ce blog ou en privé comme d’habitude.

Bien à vous

Francis NERI

Source: http://semanticien.blogspirit.com/

12/07/2011

La riposte des webmestres aux menaces de Mme le maire de Lille, ville « islamo-complaisante »…

C’est elle qui a commencé… Les blogs et sites se déchaînent. Pas bon pour les présidentielles, ça…

Il y va fort, Bernard. Un type qui n’a pas peur; comme j’aimerais en voir plus souvent.


FDF

.

La Martine de Lille

 » Encore une chronique de Bertrand. Un homme précieux, particulièrement bien renseigné qui nous informe sur le Maire de Lille…eh oui « on » dit « le Maire »

Au cas ou vous ne le sauriez pas Martine est la dame des 35 h, mais c’est aussi celle qui, Ministre du travail de l’impossible Miterrand (deux RR ? deux TT…je ne sais plus) disait à qui voulait l’entendre que les immigrés (ces pauvres exploités par les « capitalistes ») ne trichaient pas aux Assédic, mais les « nationaux » oui ! Pour « nationaux » elle entendait les « Gaulois » ou les « sous-chiens »  comme on dit aujourd’hui.

Vous ne trouvez pas que çà évolue très vite et dans le mauvais sens ?

Aller ! Laissons la parole à Bertrand. 

§

Martine décidément n’en finit plus de faire des siennes… Voilà qu’elle part en campagne contre les pseudo « désinformateurs » de droite voire « d’extrême droite » (ça fait tout de suite mieux…) qui oseraient déballer sur la place publique des secrets de polichinelle la concernant ou au sujet de son mari. Elle vient de faire une erreur majeure de communication, car tous les médias sont au courant de ses problèmes d’alcoolisme et savent que son mari a bien fait sa réputation en défendant des islamistes en particulier les provocatrices voilées depuis 2001.

Ca et là vous pourrez retrouver des reportages réalisés par des antennes nationales au sujet des entorses à la loi sur la laïcité de 1905 dans sa belle ville de Lille comme le confirme un reportage d’ARTE déjà ancien : http://www.youtube.com/watch?v=J_TFZT6n4wY   

L’omerta sera-t-elle de retour ? Elle fonctionne toujours avec les puissants, nourrie par des menaces de poursuites vite propagées parmi les administrateurs de sites web si bien qu’une opération de « grand nettoyage de l’été » est en cours ! Et Martine va-t-elle attaquer en justice tous ces vilains journalistes et ces horribles média vendu à la droite nationaliste qui ont mis en évidence ses compromissions et sa collaboration active avec les organisations islamistes notamment la ligue islamique du Nord dirigée par Amar Lasfar membre de l’UOIF (organisation salafiste des frères musulmans) ?  J’en doute ! (Lire au sujet de cet imam salafiste, le dossier de Riposte Laïque : http://ripostelaique.com/Amar-Lasfar-l-islamiste-du-Nord….

Alors ne nous laissons pas intimider par Madame Brochen et faisons tourner les vraies infos et les vidéos qui montrent des extraits de ces reportages afin d’empêcher la tentative de blanchiment de Martine ! Et puisque les administrateurs de sites ont le trouillomètre à zéro, je vous récapitule ce qui ne relève d’aucune rumeur et qui est la stricte vérité connue de tous :

–        Martine a effectué trois cures de désintoxication alcoolique par sevrage dans un établissement psychiatrique spécialisé dans le traitement des addictions (Maison de santé de Merfy dans la Marne ?). Un parent dirigeant d’entreprises en retraite, habitant Lille, tout à fait sérieux, très respectable et très estimé m’avait fait part il y a plusieurs années des « déboires » de la mairesse de Lille avec l’alcool. Je l’ai donc rappelé et il m’a confirmé ces faits me précisant qu’à Lille c’est un secret pour personne.

–        Martine a bien épousé en secondes noces, Jean Louis BROCHEN, avocat et ancien bâtonnier du barreau de Lille mais aussi ex-adjoint à la culture de la mairie de Lille. Maître Brochen doit sa réputation médiatique de défenseur des provocateurs salafistes et communautaristes à plusieurs dossiers qu’il a choisi de plaider en connaissance de causes :

  • Les 17 jeunes filles voilées exclues du Lycée Faidherbe de Lille à la rentrée de septembre 1993 (procès de 1994) ;
  • en 2001, Lionel DUMONT l’un des terroristes et criminels du Gang de Roubaix (condamné par la cour d’assises du Nord à 30 ans de réclusion criminelle pour tentative d’attentat à la voiture piégée et attaques à main armée avec violences agravées notamment avec usage des armes contre les forces de l’ordre (peine réduite par la cour d’appel de Paris a à 25 ans…). Un article de l’Express du 5 avril 2007 qualifiait Lionel DUMONT d’ « islamiste »… http://www.lexpress.fr/actualite/societe/gang-de-roubaix-… lui conseillé par ses avocats se défendait d’être un djihadiste…
  • en 2003 les rappeurs maghrébins du groupe « SNIPPER » traduit devant le tribunal de Lille pour incitation à la haine contre les policiers et la France (plainte déposée par l’AGRIF Association Général contre le Racisme et pour l’Identité Française qui visait à faire annuler la prestation du groupe le 30 novembre 2003 à Lille) ;
  • Rencontre et Dialogue, l’association culturelle de Roubaix présidée par Ali Rahni dont vous comprendrez les objectifs clairement communautaristes en parcourant leur page Internet. 

Personne ne peut nier qu’un avocat ne choisi pas toujours les clients pour lesquels il doit plaider. Choisir de façon récurrente de défendre des provocateurs salafistes et un convertis au djihad devenu terroriste, que faut-il de plus pour se tailler une belle réputation ? Serge Klarsfeld aurait-il accepté de défendre Klauss Barbi devant la cour d’assise de Lyon et aurait-il le cas échéant récidivé pour Maurice Papon ? 

Quant aux préférences sexuelles de Martine, cela ne nous regarde pas, sauf si elle décidait de faire passer une loi sur le mariage des homosexuels : Il ne faut tout de même pas pousser Martine dans les orties ! « 

Bertrand

Source: http://tinyurl.com/63wlbp7

11/07/2011

Gouvernance mondiale: alerte rouge !

De quoi réfléchir…

FDF

.

Le Groupe Bilderberg et la gouvernance mondiale quels dangers pour l’humanité et pour la France ?

 

Pour comprendre ce qui se passe en France et dans le monde au quotidien, il faut avoir conscience des forces qui détiennent véritablement le pouvoir, fusse par personnages interposés et soumis.

Ainsi, il est difficile de percevoir les apparentes incohérences décisionnelles de nos ‘’ dirigeants ‘’ politiques actuels de même que ceux des dernières décennies, si on n’est pas conscient de l’existence de certains organismes tels le le RIIA Royal Institute for International Affairs, d’origine britannique, le  CFR ( Council on Foreign relations, créé au début du XIX ème siècle par le président Woodrow Wilson,  et la Tri latérale qui a été mise en place par Zbignew Brezinski dans les années 1950.

En effet par le jeu d’un certain nombre de processus et les moyens colossaux dont disposent les membres de ces organisations, elles pèsent d’un poids tel sur les affaires du monde, qu’il n’est pas d’élection qu’elles ne contrôlent pas, ou, dans lesquelles  elles ne jouent un rôle déterminant. Les candidats à une élection présidentielle dans un pays occidental, sont peu nombreux aujourd’hui susceptibles de s’affranchir de ces pesanteurs, si tant est qu’ils en aient l’ambition et le courage. Il n’est pas de décision des dirigeants occidentaux qui ne soit soumise à l’influence de ces organisations autoritaristes et malfaisantes. 

Il n’est pas totalement inexact de dire que ces groupes, décident très souvent des candidats en présence dans les diverses confrontations électorales, qu’ils contrôlent par le poids des influences et moyens divers qu’ils sont susceptibles de mettre en œuvre pour ou contre ces candidats, en fonction de leurs inclinaisons et objectifs propres.

C’est dire que dans nos prétendues démocraties, il est extrêmement difficile d’être élu à un certain niveau, sans faire allégeance à ces groupes  internationaux qui, dans la coulisse, tirent les ficelles de marionnettes soudoyées.  

Parmi ces organisations agissant dans le plus étroit secret le groupe BILDERBRG est particulièrement influent et peu d’hommes politiques, ni mêmes de personnes influentes dans différents domaines d’importance et de pouvoir, échappent au poids redoutable de ce véritable gouvernement de l’ombre ou les hommes politiques et autres ‘’ décideurs ‘’ doivent aller chercher les approbations sans lesquelles ils s’exposent à de nombreux soucis.

 

Le Groupe BILDERBERG  a été fondé en 1954 à Oosterbeck aux Pays Bas à l’initiative du prince Bernahrd , co fondateur du groupe avec David Rockefeller.

 

Il siège chaque année dans la  plus grande discrétion, et dispose des autorités locales quel que soit le pays de ces rencontres afin d’assurer sa tranquillité. Les périphéries sont bloquées et les citoyens doivent admettre que durant ces réunions, une partie de leur territoire est occupé et qu’ils n’y ont plus accès. Les raisons pour lesquelles il est important de s’intéresser à ce groupe est d’une part l’influence qu’il exerce sur les décisions de toutes natures prises dans les pays occidentaux, mais de surcroît la nature de ses objectifs dont le caractère dépasse largement l’entendement le plus déraisonnable de toute personne normalement constituée.

 

Ainsi, comme le déclarait William Shannon *  ‘’ Les Bilderbergers, travaillent à l’avènement  d’une ère post nationale lorsque les pays auront disparu au profit de régions de la terre, entourée de valeurs universelles, C’est-à-dire une économie globale, un gouvernement mondial ( constitué de personnes sélectionnées plutôt qu’élues ) et une religion universelle. Pour êtres surs d’atteindre ces objectifs, les Bilderbergers se concentrent sur une approche plus technique et moins d’attention à l’opinion publique.  ‘’ * Daniel Estulin The True story of the  Bilderberger group ‘’  

Commentaires:

 

Autrement dit le suffrage universel disparait, et les peuples n’ont plus la parole ‘’ ON ‘’ décide pour eux !

 

Ces déclarations qui font froid dans le dos, n’ont jamais et pour cause, été démenties. Sans être un observateur expérimenté, il est tout de même saisissant de voir, sous nos yeux, se dérouler un certain nombre d’évènements tout à fait représentatifs de ces orientations, mises en place par les gouvernements pourtant élus, qui sont ainsi conduits à trahir allègrement leurs mandats. On nous parle d’économie mondiale, de nourriture mondiale de monnaie mondiale,  etc … afin d’accoutumer les populations à ces conceptions. Cela est bel et bien accompli par nos représentants politiques de tous bords en conformité avec les exigences Bilderbergienne.

Ainsi, la volonté des Bilderbergers de mettre à bas les états, d’éradiquer les frontières, de mêler les populations par l’immigration de masse, n’a pas d’autre objectif que celui de dissoudre les identités, et  pour cela de faire perdre les repères identitaires historiques ou religieux. Un des aspects de la stratégie ‘’Bilderbergienne ‘’ est l’appauvrissement des peuples et la disparition des classes moyennes. Au fond on retrouve là la fameuse table rase des communistes, ou après avoir tout détruit on propose la misère et la soumission.  Outre la soumission ainsi obtenue et l’abrutissement progressif du à la misère, ce type d’action présente l’intérêt d’aligner vers le bas les aspirations légitimes des travailleurs que l’on veut asservir et donc, d’améliorer les rendements financiers de la production.  

Voici les objectifs du groupe Bilderberg dont il est souhaitable que chacun soit conscient que quel que soit le président élu de Besancenot à  Sarkozy, il les appliquera inévitablement. Votre bulletin, de vote en 2012 sera par conséquent déterminant sur le sort à venir de notre peuple, et de notre pays.

 

Une identité internationale.

En développant la puissance des corps internationaux pour détruire complètement  toute identité nationale par la subversion interne, ils entendent établir un ensemble de valeurs universelles. Il ne sera permis à aucune autre de fleurir dans l’avenir.

Commentaires :

Une sorte de melting pot à l’échelle mondiale

Contrôle centralisé des peuples

Par la maitrise des esprits, ils prévoient d’amener l’ensemble de l’humanité à obéir à leurs souhaits. Leur plan est froidement décrit dans le livre de Zbignew Brzezinski ‘’ Betwen Two Ages. America’s role in the Technotronic Era.’’  Qu’on peut traduire par : Entre deux ères. ‘’ Le Rôle de l’Amérique dans l’ère Technotronique.’’ Diplomé de Harvard  et fondateur de la  Commission Tri Latérale Brzezinski  résume de façon impressionnante. Il n’était pas seulement le conseillé de J.Carter pour la sécurité nationale,  mais aussi un membre du conseil de Ronald Reagan pour le renseignement extérieur et vice président du comité  de conseil de H.W Bush pour les forces militaires et est aussi un associé de Henry Kissinger et très connu pour ses exposés à plusieurs conférences de Bilderberg. Il n’envisage pas dans le futur de classe moyenne mais seulement des dirigeants et des serviteurs.( En d’autres termes : des esclaves ) Ce qui frappe dans ces propos, c’est le cynisme qu’ils révèlent. Ces gens ont une bien curieuse notion de l’humanitaire qu’ils brandissent pourtant à tous propos.

Une société de croissance zéro

Dans une période post industrielle une croissance nulle sera nécessaire pour détruire les vestiges de la prospérité générale. Ou il y a prospérité il y a progrès. Prospérité et progrès rendent la mise en oeuvre de répression impossible et on a besoin de la répression  si l’on souhaite diviser la société entre propriétaires et esclaves. La fin de la prospérité mettra un terme à la production d’électricité d’origine nucléaire et de toute industrialisation ( excepté pour l’industrie des ordinateurs et les services ). Le restant des industries Canadiennes et Américaines seront exportés dans les pays pauvres tels la Bolivie ; l’Equateur, le Pérou, le Nicaragua  ou le travail asservi  est bon marché. L’un des principaux objectifs pour la N.F.T.A. sera alors réalisé.  

Commentaire : On est évidemment saisi d’effroi en lisant cela. Mais le lire n’est rien à côté de ce que nous voyons. Car la mise en œuvre de ces ‘’formules ‘’ sataniques le terme est faible, s’étale sous nos yeux tous les jours. Les délocalisations massives de nos usines, avec les conséquences sociologiques, et la misère qu’elles génèrent  en sont un exemple évident. Le paysage industriel français disparait peu à peu avec ses emplois. Si cette mise en oeuvre n’est pas de la responsabilité de nos hommes et femmes politiques depuis plusieurs décennies, on peu s’interroger pour savoir qui en est la cause. Il y a moins d’hésitation en ce qui concerne la réintégration de nos forces armées  dans le commandement intégré de l’OTAN – des mots que tout cela, qui  sont destinés à dissimuler la vérité sur un processus engagé – Quant à la croissance zéro nous nous n’en sommes plus très loin ! En passant : il est clair que l’assaut contre le nucléaire ( La production d’énergie électrique la moins couteuse et donc la plus libératrice ) des prétendus écologistes, donne une idée de leurs mandants et dépendances …  

Un état de perpétuel déséquilibre

En fabriquant artificiellement des crises qui vont mettre les peuples sous une contrainte permanente – physique mentale et émotionnelle – il est possible de les maintenir dans un état permanent de déséquilibre. Trop fatiguées et tendues pour décider de leur propre destinée les populations sombreront  dans la confusion, et seront démoralisées au point que confrontées à de trop nombreuses alternatives, une massive apathie s’emparera d’elles.

Commentaire :

Nous y sommes !

Contrôle centralisé de tous les systèmes éducatifs.

Une des raisons pour la communauté européenne et l’union américaine, et la future union asiatique, de rechercher la maîtrise de l’éducation en général, est de permettre à un monde globaliste de stériliser le véritable passé du monde. Leurs efforts portent des fruits fantastiques !

Aujourd’hui la jeunesse est presque complètement ignorante des leçons de l’histoire, des libertés individuelles et du sens même de la liberté. Du point de vue mondialiste, cette disposition simplifie le programme.

Commentaires :

L’appauvrissement des programmes par les Bourdieux,  Meyrieux et consorts n’est pas le fait du simple hasard, il s’agit bien d’une destruction programmée. Les propos de l’ambassadeur des USA à Paris révélés par Wikileaks sont à cet égard indubitablement en phase avec cette destruction.

Contrôle centralisé de toutes les politiques étrangères 

Ce que font les Etats-Unis influence le monde entier. Le Bilderberg parait exercer un certain contrôle sur les E.U. Sur le président Bush et ses politiques. Le Canada tandis qu’il donne l’impression de préserver sa souveraineté, accède aux demandes US. Il n’est pas encore complètement évident de se prononcer sur la persistance de ces influences, avec l’administration de Barack Obama. 

Commentaires :

Evidemment la France n’aura plus son mot à dire quant aux dispositions internationales engagées pour elle et la participation éventuelle de ses troupes.

Développer la puissance des nations unies.

En utilisant ce que les nations unies ont déjà mis en place, ils projettent de le façonner en une sorte d’entité juridique qui sera en quelque sorte un gouvernement mondial de facto qui percevra une taxe U.N sur les citoyens du monde.

Commentaires :

La voie choisie passe par une fausse légalité. D’autant plus que les peuples n’auront certainement pas voix au chapitre. Cela ressemble à la légalité, a, la couleur de la légalité, mais ne l’est pas. Même méthode que Sarkozy avec le traité de Lisbonne.  

Bloc commercial occidental

En étendant la NAFTA au travers de l’hémisphère occidental et en Amérique du Sud une union américaine se formera de façon similaire à l’union Européenne.  

Commentaires :

En attendant le parlement atlantique à Washington sans doute.    

Extension de l’OTAN  

Dans la mesure ou les nations unis interviennent dans de plus en plus de theâtres, globalement, comme c’est le cas en Afghanistan actuellement, l’OTAN devient l’armée mondiale des nations unies.  

Commentaires :

On voit là la démarche consistant à banaliser une évolution parfaitement décalée par rapport aux réalités du monde, mais inspirée par cette volonté de domination exacerbée. Lorsqu’un pays renâclera à accepter les exigences mondialistes, on lui enverra les troupes de l’OTAN comme ce fut le cas sur la Serbie avec bombardement massifs préalables..

Une seule cours de justice

La cours internationale de justice deviendra le seul système légal pour le monde.

Commentaires :

Lorsqu’on sait combien les choses sont déjà compliquées sur les plans nationaux et de combien d’injustices ces complications administratives sont responsables, on peut imaginer ce que cela serait susceptible de représenter à l’échelon mondial. Mais la justice au sens ‘’stricto sensu’’ du terme est elle vraiment la préoccupation majeure de nos apprentis sorciers ?

Un état de bien être socialiste

Les Bilderbergers envisagent un état socialiste ou les esclaves obéissants seront récompensés et les non conformistes ciblés pour l’extermination.

Commentaires :

On a l’impression de revenir 70 ans en arrière ! A quand les asiles psychiatriques et les goulags ?

Voilà le monde que nous préparent, de Besancenot à. L’UMP , les gens que nous avons élus.

Est ce vraiment cela que certains d’entre nous sont près à accepter pour leurs enfants, voir pour eux-mêmes ?

 

Voilà mes chers compatriotes ce que les gens que vous élisez depuis quarante et plus, envisagent pour votre avenir et celui de vos enfants. Est-ce vraiment ce que vous attendiez d’eux ?

En 2012 une des dernières chances vous sera offerte d’échapper à cette monstruosité et de préserver l’avenir de vos enfants. Sauvez vous, sauvez les et sauvez la France en vous informant d’abord, afin de vérifier ce qui précède, puis décidez en hommes et femmes qui veulent rester des êtres humains, libres et responsables en tournant le dos à ces valets de l’asservissement des peuples quelle que soit l’étiquette que porte leur masque ! Allez sur internet vous retrouverez leur nom.  

 

Le Général de Gaulle fut sans doute une des exceptions du XXème siècle à cet égard du moins pour la période post 1945. Les campagnes de dénigrement à son encontre, auxquelles participèrent un certain nombre de thuriféraires stipendiés, prétendus Français n’ont pas manqué. De gaulle n’est plus. Son héritage dilapidé, par ces voyous, ne peut plus nous sauver du désastre en chemin .Il nous reste sa pensée et le souvenir de  son exemplaire détermination. Le peuple doit désormais ne plus compter que sur lui-même et quelque rares personnalités que leur attachement à nos valeurs et leur courage politique, mettent en danger. Ne pas les soutenir c’est se tirer une balle dans la tête collectivement. Un jour proche vient ou il sera trop tard. La survie de la France tient à un cheveu électoral en 2012. Une seule candidate en l’état des choses est digne de notre confiance. Montrons lui que nous sommes digne des risques qu’elle prend pour sauver notre pays et offrons lui une majorité massive dès le premier tour afin d’écarter les magouilles du front prétendu populaire composé des thuriféraires de ces projets monstrueux.

Que ces gens là ne nous parlent plus jamais d’humanitaire. Dans leur bouche cela devient un blasphème ! ( Dito Monsieur Kouchner et son droit d’ingérence ! Vous comprenez maintenant ! )

.J.Destere

Le Club des euroréalistes

De Seine & Marne 

03/06/2011

Le vote pour le FN de Marine Le Pen devient un vote « pour ».

Un excellent article du Nouvel Obs.

FDF

.

Ces électeurs tentés par le Front national

En 2007, ils ont voté pour Ségolène Royal ou Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, ces électeurs de milieux populaires envisagent de voter FN.

Analyse du sociologue Alain Mergier, qui les a interrogés.

 

Marine Le Pen, c’est incontestable, fait preuve d’une grande habilité dans le repositionnement du discours du FN. Beaucoup a été dit sur le sujet. Mais l’analyse de l’offre politique risque d’escamoter ce qui relève de la demande.

L’événement est là, dans l’ampleur du phénomène « milieux populaires », dans ce qui est en train de surgir dans 30% de la population française. Certes, tous les électeurs des milieux populaires ne se tournent pas vers Marine Le Pen. Mais son potentiel électoral existe. Et il est probable que, d’ici à la présidentielle, cette logique se développe aussi dans les milieux intermédiaires au fur et à mesure que la dégradation sociale gagnera du terrain.

Ce que nous constatons contredit les explications habituelles du vote FN : ce n’est plus un vote ni de sanction, ni d’avertissement, ni de protestation, ni un vote par défaut. Le vote pour le FN de Marine Le Pen devient un vote « pour ». Je ne dis pas qu’il est de conviction ou d’adhésion. C’est un vote – pour l’heure, en tout cas, une intention de vote – « d’empathie de points de vue ».

La crise, c’est maintenant

L’accumulation des augmentations de prix durant les premiers mois de 2011 produit un effet désastreux. Prix alimentaires, contraventions, logement, gaz, carburants : l’impression qui domine est que l’Etat, les distributeurs, les grandes entreprises « grattent partout où ils peuvent gratter ».

Ces augmentations se traduisent de façon catégoriquement différente pour le haut des classes moyennes et pour les milieux populaires. Les premiers réduisent leur consommation. Les seconds, eux, ne peuvent plus boucler leur budget et se restreignent sur les fondamentaux de la vie quotidienne : chauffage, alimentation, santé, déplacements… Pour les premiers, le quotidien devient plus dur ; pour les seconds, il est entré en crise.

Les milieux populaires ne vivent plus sous la menace d’une crise, mais dans l’urgence de ces premiers dégâts. Cette détérioration de leur présent fait système avec le chômage. Peu leur importe qu’il augmente ou baisse de 0,5 ou de 1%.

Ces chiffres n’ont aucun impact sur eux car le chômage, à leurs yeux, n’est pas une donnée statistique ; il est à la fois une menace personnelle et le levier d’une transformation de l’emploi qui participe à la destruction du présent : temps partiel contraint, CDD, baisse des salaires, déclassement, exclusion des jeunes. Le présent se défait et il devient impossible de se projeter dans l’avenir.

La crise de la vie quotidienne s’articule avec une autre fragilisation qui, elle, a trait aux difficultés d’intégration des populations émigrées. La France, dont la dette est systématiquement évoquée par les personnes que nous avons rencontrées, n’a plus les moyens, affirment-ils, d’intégrer des flux d’émigrés qui s’intensifient, notamment suite aux révolutions des pays arabes. Les flux migratoires augmentent, tandis que diminuent les capacités économiques qui permettaient leur intégration.

Nos interlocuteurs, répétons-le, ont voté en 2007 pour le PS ou l’UMP, ce ne sont pas des électeurs historiques du FN : ils peuvent avoir un discours virulent contre les flux migratoires, sans tenir pour autant des propos xénophobes ou racistes.

Leur position est imperméable à la contre-argumentation fondée sur les valeurs de tolérance. Ils ont le sentiment que ce sont eux et eux seuls qui font les frais des échecs de l’intégration auxquels ils sont physiquement confrontés. La question du lieu de résidence est ici déterminante : « Ceux qui vivent là où je vis savent bien ce que c’est ; ceux qui vivent en centre-ville, eux, nous prennent pour des racistes. »

Cette crise du quotidien se traduit par un terme : l’insécurité. Mais pour les personnes interrogées, l’insécurité n’est pas que physique, elle englobe les différentes dimensions du délitement de la vie quotidienne : insécurité économique avec la crise des budgets familiaux ; insécurité de l’emploi ; insécurité physique et culturelle face aux échecs de l’intégration et à la montée en puissance de normes religieuses dans les pratiques relationnelles, vestimentaires, alimentaires. L’insécurité n’est pas une inquiétude parmi d’autres : elle désigne la nature même de la relation que les milieux populaires entretiennent avec la réalité.

La mondialisation sur le dos du peuple

Ce qui apparaît injuste aujourd’hui, ce sont moins les inégalités que les détournements du fonctionnement social. Les milieux populaires détestent les tricheurs. Il y a les profiteurs d’en bas, ceux qui travaillent au noir, détournent les prestations sociales et savent se débrouiller pour obtenir des aides, des logements.

Cette injustice « par le bas » s’articule à une injustice « par le haut ». L’inacceptable, pour les milieux populaires, ce n’est pas tant l’écart considérable qui les sépare de l’ »oligarchie financière » – grands patrons, actionnaires du CAC 40, traders… C’est que cet écart se creuse !

Appauvrissement des milieux populaires d’un côté, amélioration « historique » des résultats des entreprises du CAC 40, de l’autre. Entre ces deux mouvements, nos interlocuteurs établissent une relation de cause à effet : plus nous nous fragilisons, plus ils se renforcent. Certains y voient même un mécanisme délibéré.

Pour prendre la mesure de cette corrélation, ajoutons que c’est à travers cette oligarchie que la mondialisation impose sa loi aux nations et à la France en particulier. Autrement dit, cette oligarchie est le levier de la mondialisation dont la France est l’objet.

Par ailleurs, la répétition des scandales politico-affairistes a renforcé l’idée d’une intrication des politiques et des acteurs de la mondialisation financière, si bien que le pouvoir est partie prenante de cette injustice.

Conséquence, les milieux populaires perçoivent de plus en plus nettement que la mondialisation se fait sur leur dos. Pour contrecarrer ce processus, les électeurs rencontrés estiment ne pouvoir compter ni sur les politiques de gauche, trop tièdes face à la mondialisation, ni sur ceux de droite, dont on ne peut attendre qu’ils jouent contre leur camp.

Trancher le nœud gordien

Comment trouver une sortie, en urgence, à une situation devenue insupportable et si complexe qu’elle paraît impossible à démêler ? Pour répondre à cette question, l’attente politique des milieux populaires ne se formule pas dans le registre de l’action (ou du programme) mais dans celui de l’acte. Clarifions cette distinction.

Une déclaration de guerre est un acte qui ouvre la voie aux actions militaires. L’acte est fondateur d’une nouvelle réalité dont l’action, elle, est une mise en œuvre. L’acte tranche, il trace un seuil. La situation actuelle, rendue illisible pour les profanes par les discours d’expertises politiques et économiques, est comme le nœud gordien. S’il est trop complexe, trop enchevêtré pour être dénoué fil à fil, alors il faut le trancher.

Les électeurs voient en Marine Le Pen la seule responsable politique capable de trancher et ne sont nullement ébranlés lorsqu’on les questionne sur la teneur de son programme : peu importent les détails, rétorquent-ils, ce qui compte, c’est que nous sentions Marine Le Pen à même de passer à autre chose que tout ce qui a été essayé jusqu’ici. Persuadés que les électeurs ne veulent que du concret, les partis républicains et démocratiques perdent la main face au Front national sur ce qui est essentiel : le diagnostic de l’expérience vécue par les milieux populaires.

Cette étude s’appuie sur une série d’entretiens conduits avec Evelyne Brun, en février et mars 2011, auprès de personnes de milieux populaires ayant voté en 2007 pour Nicolas Sarkozy ou pour Ségolène Royal. Les résultats de ces entretiens sont mis en perspective avec 120 entretiens qualitatifs réalisés en 2008, 2009 et 2010 sur les attitudes des Français face à la crise.

Alain Mergier, directeur de l’institut Wei

Article publié dans Le Nouvel Observateur du 1er juin 2011.

vu sur http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110531.OBS4282/ces-electeurs-tentes-par-le-front-national.html

12/05/2011

La «mondialisation heureuse» s’est transformée en «hypercompétition généralisée».

 Certains y ont cru. Mais la réalité d’aujourd’hui montre que la mondialisation a été le premier pas vers l’abîme…

FDF

.

 

Mondialisation : il y a des décideurs qui deviennent lucides !

Les banques, les grandes fortunes (Arnault, Bouygues, Lagardère, Bergé, etc.), le MEDEF (Parisot), Sciences-Po (Descoings) militent pour le « laisser-fairisme » et la mondialisation. Pour autant ces relais de la superclasse mondiale sont désormais loin de faire l’unanimité parmi les chefs d’entreprise français, les responsables publics et les universitaires. La lucidité et le sentiment national n’ont pas disparu. Le think tank CAPEC en est la preuve.
Explications.

Cela fait longtemps qu’on attendait une voix lucide sur la mondialisation du côté des principales forces économiques. Celles-ci ont jusqu’ici fait entendre la seule voix de «l’économiquement correct» : la suppression de toute frontière à la libre circulation des capitaux, des marchandises et des hommes étant leur paradigme.

La parution de «Face à la crise», la lettre du CAPEC (Crises-Analyses-Propositions-Expérimentations-Communication), rompt ce consensus.

Prenons acte de la guerre économique

Certains parlent encore de «mondialisation heureuse» mais la réalité est radicalement différente. Christian Harbulot et Éric Delbecque donnent, dans un «Que sais-je» sur «La guerre économique», une lecture plus juste que le CAPEC reprend à son compte : depuis la fin de la guerre froide, écrivent ces auteurs, «les rapports de forces entre les puissances s’articulent essentiellement autour d’enjeux économiques. Les gouvernements de la planète, dans leur grande majorité, ne cherchent plus aujourd’hui à conquérir des terres ou à établir leur domination sur de nouvelles populations, mais à construire un potentiel industriel et une force de frappe commerciale capable d’apporter devises et emplois sur leur territoire». Cette analyse est inséparable du basculement dans la mondialisation économique et financière qui a transformé la libre concurrence «aimable», limitée et encadrée en une «hypercompétition généralisée».

Mondialisation et désillusion

Les cadres ont longtemps cru à la mondialisation. Ceux d’entre eux – les financiers notamment – qui participent de la superclasse mondiale en ont profité. Mais pas les autres. Comme le note le Délégué général du CAPEC, Jean-Luc Schaffhauser (*) : «La seconde illusion est (de croire) qu’un haut niveau de formation permettrait aux individus de tirer leur épingle du jeu.» Sociologiquement, le phénomène majeur aujourd’hui est la paupérisation réelle, et ressentie comme telle, des classes moyennes – ingénieurs, cadres et techniciens – sous l’effet de la mondialisation. Selon l’agence pour l’emploi des cadres (APEC) (citée par l’étude du CAPEC) : en 2010, 51% des cadres estimaient que «leur situation a évolué de manière défavorable, ces dernières années». Ils n’étaient que 11% à penser cela en 1990 ! A part les très hauts managers et les médias, plus aucune catégorie socioprofessionnelle ne défend la mondialisation.

Réformer les règles du commerce international

Gérard Lignac, le président du CAPEC, revient sur son livre : «La mondialisation : pour une juste concurrence». Il balaie d’abord un «songe creux» : celui selon lequel la France et l’Europe pourraient garder leur industrie grâce à leur avance technologique. Car face à l’Inde et à la Chine, leur avance disparaît en raison notamment des transferts technologiques. Nous pensions vendre des TGV à la Chine mais c’est la Chine qui nous concurrence sur le marché des trains californiens. Et ceci se produira également, à moyenne échéance, pour les avions et les centrales nucléaires. Sans réaction, «l’avenir de l’Europe est celui d’un désert industriel». Gérard Lignac a encore des pudeurs : il ne va pas jusqu’à préconiser, comme le prix Nobel Maurice Allais, «un protectionnisme raisonnable et raisonné» mais prône ce qu’il appelle une «juste concurrence». En clair «s’inspirer du sport de compétition» et «ne pas faire combattre des poids plumes contre des poids légers». Ce qui implique une réforme d’urgence des règles du commerce international ! Qui ne pourra venir que d’un rebond – en cours – de la crise.

Le « Faux modèle allemand »

Les partisans de la mondialisation se raccrochent au «modèle allemand» et citent en exemple les 152 milliards d’excédents commerciaux allemands en 2010. Mais c’est un leurre :

  • –d’abord parce que l’Allemagne remplace le made in Germany par le made by Germany et qu’elle est aussi en voie de désindustrialisation ; l’emploi manufacturier n’y représente plus que 19% des emplois (contre 24% en 1996) ;
  • –ensuite parce que l’Allemagne ne réalise son excédent commercial que sur le reste de l’Europe ; le modèle n’est donc pas transposable à l’ensemble des pays européens ;
  • –enfin parce que l’Allemagne est, comme les autres pays européens, déficitaires (de 24 milliards d’euros) dans ses échanges avec la Chine.

Ajoutons –les auteurs n’en parlent pas mais c’est un fait– que l’Allemagne réalise des économies dans deux secteurs clés :

  • –la défense : 1% du PIB seulement ;
  • –les prestations familiales particulièrement basses et l’accueil des jeunes enfants très défaillant.

Des économies que l’Allemagne paye par un taux de fécondité très bas : 1,4 enfants par femme (malgré la fécondité d’origine étrangère).

Bref, les travaux du CAPEC méritent d’être salués : il existe encore des décideurs lucides et nationaux, ça change et c’est rafraichissant !

Polémia
12/05/2011

(*) Jean-Luc Schaffhauser, Délégué Général du CAPEC : il a été Chef du Service Régional de l’Energie en Alsace de 1980 à 1986, responsable de la coopération internationale de cette Région de 1986 à 1992.

Qui sommes-nous ? Présentation des quatre fondateurs
http://www.fondscapec.eu/?page_id=2

Voir Lettre de liaison et de réflexion du CAPEC – Avril 2011 – N°1  http://www.fondscapec.eu/DL/Face_crise_1_avril%202011.pdf

Voir aussi :l’étude de CAPEC sur Le modèle allemand

Image : 1re de couverture de :
Gérard Lignac, La Mondialisation pour une juste conccurrence, ed. Unicomm, 2009, 125 pages

Source: http://www.polemia.com/

27/04/2011

La chasse au Front National est lancée dans les sections départementales syndicales !

Marine Le Pen doit vraiment en faire trembler plus d’un. Et pas des moindres. Et tout cela rien que pour ne dire que la vérité et soulever des lièvres que l’on nous cachait jusqu’à présent… Même les syndicats se lancent dans la chasse aux sorcières. C’est dire si l’enjeu est important; car bon nombre de sièges éjectables sont d’ores et déjà amorçés… Car le programme de Marine Le Pen pour les présidentielles 2012 est ce qu’attendaient depuis longtemps les Français sans trop oser le dire par peur de « représailles »… Ces dernières cantonales ont été le déclencheur.


Marine: vite! Un grand nettoyage s’impose !!!

FDF

.


Cet article, très signifiant concernant l’alignement des bonzes syndicaux sur la défenses des intérêts de l’UMPS est paru dans le n° du 26 avril du Progrès.

Pour les manifestations du 1er mai, la CGT a choisi son thème. Ce sera « contre le racisme et la xénophobie ». Cette décision s’inscrit en réponse à la montée des idées du Front National au sein même des strates de l’organisation syndicales. À la CGT mais pas seulement.

Lors des élections cantonales, cinq responsables des principaux syndicats se sont présentés sous étiquette FN. L’affaire a fait grand bruit et a interpellé.

À la CGT, elle a été prise au sérieux. Surtout que depuis l’exclusion et radiation des brebis galeuses intervenues au sein des différentes centrales, le parti de Marine Le Pen a décidé de créer le Cercle national de défense des travailleurs syndiqués (CNDTS). En attendant de faire plus (lire ci-dessous).

La tentative d’entrisme du FN n’est pas nouvelle. Au milieu des années 1990, il a fait une première tentative d’implantation dans le monde syndical.

En 1997, 66 listes prud’homales (sous étiquette CFNT) avaient même été déposées un peu partout en France, avant d’être interdites.

La menace est donc bien réelle. « Il ne faut pas se voiler la face. La CGT est un échantillon de la société et elle est donc traversée également par le discours xénophobe, explique Pascale Darnet, secrétaire départementale CGT. Le phénomène est mis en avant par un gouvernement qui se place sur le terrain du FN (identité nationale) ».

La secrétaire s’interroge sur les valeurs que la CGT véhicule par rapport à celles du parti frontiste : « Elles sont antinomiques. Pour nous, un salarié compte pour un. Nous ne faisons pas de différence et la préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme ».

Comment lutter alors contre la diffusion de ces idées ? « Il a été clairement exprimé à nos adhérents que les propos racistes et xénophobes sont interdits publiquement et en interne. On n’accepte pas la banalisation des propos racistes, ne serait-ce qu’à travers une blague, poursuit Pascale Darnet. Face à tout manquement à cette règle, les adhérents s’exposeront à des sanctions. Car, au-delà, c’est face à une menace d’instrumentalisation que le syndicat s’organise.

« Nous sommes très attentifs aux tentatives d’infiltration du FN, commente Pascale Darnet. Nous avons fait passer le message à nos adhérents qui sont des cibles potentielles ». La secrétaire CGT ajoute qu’elle n’a pas noté, pour l’heure, de dérive dans la Loire. Tout du moins ouvertement.

Le constat est identique à la CFDT mais là aussi la prudence est de mise. « Nous essayons d’amener le débat dans les entreprises afin d’éviter que les gens regardent par le petit bout de la lorgnette. Ce n’est pas facile parce qu’il y a beaucoup de tabous, constate Luc Thoral, secrétaire départemental. « Nous essayons de donner la parole aux salariés pour que chacun puisse se responsabiliser plutôt que de faire confiance à des discours extérieurs.

Luc Thoral considère qu’il faut bien distinguer le syndicalisme du politique. « Nous enregistrons de nouvelles adhésions depuis le mouvement contre les retraites. Ce qui prouve que la confiance dans les syndicats est bien là ». Ce qui, à ses yeux, n’est pas le cas vis-à-vis des politiques. « Les Français attendent beaucoup des élus et ils sont très déçus. Les discours extrémistes, que nous combattons, constituent alors un refuge pour certains ».

« Les salariés le savent, il n’y a que le FN pour sauver leur boulot » estime Charles Perrot, secrétaire départemental Loire du FN

Avez-vous constaté, dans notre département, une croissance d’adhésions de syndicalistes ?

« Depuis six mois, dans la Loire, nous avons enregistré six ou sept nouvelles adhésions issues de gens qui ont des orientations syndicales marquées et qui sont à jour de leur cotisation. Ils ont fait la démarche pour la valeur travail que nous défendons ».

Qu’entendez-vous par « valeur travail » ?

« Dans les entreprises, les salariés n’accordent plus de crédit aux syndicats qui défendent des prés carrés avec dogmatisme. La valeur travail n’existe pas pour eux, car ils ne tiennent pas compte de l’évolution de la société. Ils vivent dans une bulle et ne représentent plus rien dans les PME-PMI. Nous, on ne défend pas les avantages acquis des fonctionnaires mais le travail et l’entreprise, sans discours politisés. Nous sommes les seuls à défendre la valeur travail, la production française pour les Français, face à une mondialisation abominable, remise en cause aujourd’hui. Les salariés le savent, il n’y a que le FN pour sauver leur boulot ».

Les syndicats traditionnels seraient-ils condamnés à périr ?

Oui, le syndicalisme est en train de crever. Il ne représente que 7 % des travailleurs français. Le taux le plus faible en Europe. Ils sont présents là où il n’y a pas de souci de perte d’emplois. Le secteur public est leur dernier bastion. Lorsqu’on regarde des représentants CGT s’exprimer à la télé, deux fois sur trois c’est pour défendre quelqu’un issu de l’immigration. Ils vont chercher des travailleurs étrangers pour exister. Les syndicats sont le refuge des médiocres (sic). Les délégués sont là pour s’autoprotéger et se foutent bien du travail.

Est-ce pour cela que le parti que vous représentez veut créer ses propres syndicats ?

Il faut changer de discours dans ce pays. Quand nous arriverons au pouvoir, l’idée est de créer des forces corporatistes, des unions de personnes par branches professionnelles qui défendront leur métier, comme cela se fait en Allemagne. Il s’agit de s’organiser au sein de chaque filière, privée ou publique, sans position politiqueIl y a quinze ans, on avait déjà réfléchi sur le sujet, mais à l’époque le choix avait été fait de ne pas livrer son contenu pour ne pas s’exposer un peu plus. Ceux de 1995 ont été fusillés dans leur carrière professionnelle, par leurs copains de la veille et par leur hiérarchie ».

Source: http://www.nationspresse.info/?p=131294#more-131294

12/02/2011

La guerre a souvent tiré d’embarras bien des gouvernements…

Sacré V12…

FDF

.

Ils ont trouvé la solution à la crise : la guerre !

Un des lecteurs du blog cité en fin de texte, V12, a fait une lecture très intéressante, qui éclaire les dérives du capitalisme, et a souhaité nous en faire découvrir un passage intéressant, merci à lui. 

L’extrait est tiré de Le devoir de vérité, du Général Gallois, éditions du CERF, 2002 –

 

Le Général Gallois ne trouvant pas d’éditeur, ce livre a été publié sous la pression de feu l’ambassadeur Albert Chambon (qui a aussi rédigé la préface) qui a menacé l’éditeur (CERF) de lui enlever toutes ses publications s’il ne publiait pas cet ouvrage. Ce livre est désormais impossible à trouver et pour cause…

Voici donc cet extrait, pages 190 et 191 :
Adam Smith avait pressenti les déviations du libéralisme qu’il préconisait : « aucune économie de marché ne peut survivre au manque de souci des autres et à la limitation des appétits. » L’avertissement a été repris récemment par Alaln Greenspan : « l’économie dépend de manière critique de la confiance. La falsification  et la fraude détruisent le capitalisme et la liberté des marchés […] et, plus généralement, les fondements de notre société » (le monde 18 juillet 2002 page 13).
Aussi, la question se pose-t-elle : « Les capitalistes peuvent-ils détruire le capitalisme ? Ou encore le capitalisme survivra-t-il aux capitalistes ? A la
on estime qu’ « aux Etats-Unis le culte des actions disparaît. Les 80 millions d’actionnaires états-uniens ont perdu leurs illusions, ils ont le sentiment d’avoir été trompés ».
« C’est un échec de la démocratie américaine », a écrit B. Barber dans le Hérald Tribune (30 juillet 2002, page 9). « Le marché, élément fondamental selon R. Reagan et M. Thatcher, a créé le mythe du marché omnipotent. Le marché déréglementé est incapable de prévenir les crimes des entreprises… les consommateurs ne sont pas des citoyens et le marché ne peut exercer une souveraineté démocratique… le 11 septembre personne ne s’est tourné vers Bill Gates pour qu’il exerce un leadership national !
Certes, ce n’est pas la première crise financière qui secoue Wall Street et dont le monde entier subit les répercussions. Mais la primauté de l’économie sur la politique a affaibl l’Etat, si bien qu’il n’est plus en mesure de remédier aux excès du libéralisme économique ainsi qu’il pouvait le faire lors des crises précédentes.
La globalisation de l’économie et la déréglementation, aggravées par les privatisations, sont responsables de l’actuel chaos financier, économique, moral. La globalisation a décidé de la quête du gigantisme des entreprises, qu’elles soient industrielles, commerciales ou bancaires et l’effondrement d’une seule d’entre elles est déjà une catastrophe financière et humaine. La déréglementation et l’effacement de l’Etat conduisent au « laisser-aller – laisser-faire » qui permet la vénalité et la fraude. Quant aux privatisations elles dégagent la responsabilité du pouvoir politique au profit de l’intrêt privé. Et celui -ci s’exerce de plus en plus sans contrôle. Ajoutons que les techniques de communication à distance contribuent au désordre par la rapidité, la multiplicité et la mondialisation de la spéculation financière qu’elles autorisent.
Les Etats-Unis entendaient étendre au reste du monde leur modèle économique. Le voici discrédité. Et ce, au moment où l’invulnérabilité que leur accordaient leur position géographique et leur puissance est mise en question.
Le « trop d’Etat » généralement récusé depuis quelques décénnies, particulièrement en France, ne serait plus de circonstance. La gestion de l’entreprise privée s’est révélée bien plus discutable que celle des Etats (1). Sont profondément choquants les profits que s’attribuent les dirigeants indépendamment de la réussite ou de l’échec de leur gestion. La fonction publique au service de la collectivité s’exerce au moins aussi efficacement et à bien meilleur compte.
Inattendue est la situation créée par l’effondrement des marchés financiers. La dislocation de l’Union Soviétique et la répudiation quasi générale de l’économie planifiée telle qu’elle était pratiquée à Moscou n’avait laissé au monde qu’une option socio-économique : l’économie de marché, la libre entreprise, le libéralisme. Or, une décennie après son triomphe voici qu’à son tour le systême libéral vacille. Par ses excès, il s’est autodétruit. Et simultanément aussi la tentative de gouvernance économique mondiale des Etats-Unis, ceux-ci agissant par l’intermédiaire des organismes internationaux qu’ils contrôlent et qui sont généralement mis en accusation.
Dans le même temps, en Europe, la social-démocratie, en réalité variante atténuée du libéralisme, n’a plus les faveurs de l’électorat alors qu’elle aurait dû bénéficier de l’échec du libéralisme. Grand est donc le désarroi. Restent, apparemment impavides, les dictatures et les régimes politico-confessionnels musulmans. Triste perspectives, du moins à court terme.
Un recours est envisagé : la guerre. Elle a souvent tiré d’embarras bien des gouvernements.
1. En 1999, l’action d’AXA valait 119,4 euros. Le 24 juillet 2002, elle était cotée à 9,9 euros, de quoi réjouir l’actionnaire trop confiant
.