Francaisdefrance's Blog

17/02/2012

Lycéen poignardé à Bourges: le meurtrier présumé mis en examen.

Encore une agression au couteau près d’un établissement scolaire. Je pense que l’on ne sait plus quoi faire, là… Si: des fouilles, au hasard.

FDF

.

Photo d’illustration.

.

Le coupable présumé, âgé de 18 ans, est soupçonné d’homicide volontaire. C’est un adolescent plus jeune, accusé de complicité, qui lui aurait fourni l’arme du crime.

Bari David Ozkili, le meurtrier présumé du lycéen de 17 ans poignardé à Bourges mardi, a été mis en examen jeudi. Un autre adolescent, mineur, est quant à lui soupçonné de lui avoir fourni l’arme du crime et devra répondre de l’accusation de complicité d’homicide volontaire. Le parquet a requis leur placement en détention. Un juge des libertés et de la détention devait se prononcer dans le courant de l’après-midi.

L’altercation a eu lieu mardi, durant la pause déjeuner, sur un parking situé à une cinquantaine de mètres du lycée des trois protagonistes. Blessé au couteau, Redha Belakhdar, élève de terminale STG, est mort au bloc opératoire alors qu’il subissait une intervention chirurgicale. Une autopsie devait avoir lieu «dans les prochains jours», expliquait mardi le vice-procureur. La cause de la mort ne semble toutefois pas faire mystère.

Placé en garde à vue, Bari, 18 ans, a reconnu les faits et déclaré avoir jeté l’arme dans le canal du Berry. Il avouera rapidement l’avoir en fait confiée à Jérémy, un camarade âgé de 17 ans. Placé en garde à vue, ce dernier a avoué avoir fourni l’arme le matin du drame et révélé aux enquêteurs l’endroit où il avait ensuite caché le couteau. Son degré de complicité devra être établi par la justice.

Le mobile reste flou

Si les événements semblent clairs, le mobile du crime reste flou. Le procureur de la République de Bourges, Vincent Bonnefoy, reste «extrêmement prudent sur les motivations avancées». Les enquêteurs évoquaient dans un premier temps une histoire de trafic de vêtement. Un différend lié à la vente d’un bonnet que la victime, Redha, élève en terminale STG, n’a pas voulu payer l’estimant contrefait. Le montant du litige semble dérisoire: 20 euros. L’histoire «a été évoquée en garde à vue mais il n’est pas sûr que ce soit l’unique cause», estime le procureur.

À Aubigny-sur-Nère, la ville où vit le jeune Bari, c’est la stupéfaction, écrit le Berry républicain . Ses amis, ses proches ou anciens camarades, ne comprennent pas et parlent d’un «comportement inexplicable». Pour eux, Bari est un jeune «sans histoires, calme, bon camarade, sportif, un peu intello et brillant élève». Il poursuivait une «scolarité tout à fait normale» en terminale scientifique au lycée Marguerite-de-Navarre, précise le procureur. Seul écart connu, un vol à l’étalage commis dans une grande surface mi-janvier, rapporte le quotidien local. Il devait se rendre à la protection judiciaire de la jeunesse et se voir infliger «une mesure de réparation», explique Vincent Bonnefoy.

Environ 250 lycéens de Bourges ont participé jeudi à une marche blanche en hommage à leur camarade décédé et ont observé une minute de silence devant le palais de Justice.

Source: http://www.lefigaro.fr/

24/01/2012

PS: les scandales que l’on aurait bien aimé ne pas voir sortir; surtout en ce moment..

Des billets d’avion qui pourraient avoir été remboursés deux fois….

Juste après la récente démonstration pour le moins surprenante digne d’un tribun romain de François Hollande, tout l’effet voulu par cet élan électoraliste un peu forcé du candidat PS à la présidentielle, se voit ternir par une affaire des plus délicates. Ca fait mal, à 90 jours des urnes…

Il a de drôles de soutiens, le père François…

« La France en avant »…

.

FDF

.

Dominique Navarro, actuelle attachée parlementaire de François Rebsamen  président du groupe socialiste au Sénat -et épouse de Robert Navarro, l’ancien dirigeant de la fédération socialiste de l’Hérault et soutien de François Hollande, a été déférée ce matin devant le juge d’instruction dans le cadre de l’enquête sur le fonctionnement de la fédération.

Elle pourrait être mise en examen dans la journée pour « abus de confiance« .
« Le PS se refuse à tout commentaire dans l’état actuel du dossier. »
BEN OUI  !!!!!!!   ça fait quand même beaucoup d’affaires…

JC JC…

.


L’enquête

Le PS héraultais a-t-il payé à tort des billets d’avion que remboursait également le Parlement européen ? Depuis plusieurs mois, une juge d’instruction montpelliéraine tente d’y voir clair dans le fonctionnement et la gestion de la fédération socialiste de l’Hérault, dont Robert Navarro, qui fut député européen de 2004 à 2008 et est aujourd’hui sénateur, a été le premier secrétaire pendant près de vingt ans.

Dominique Navarro dans l’oeil du cyclone

Hier matin, l’entourage du sénateur, exclu du PS en février 2010, a été la cible d’un coup de filet lancé à la demande de la magistrate par la PJ de Montpellier. Convoquée à l’hôtel de police, Dominique Navarro, son épouse, actuelle attachée parlementaire de François Rebsamen – président du groupe socialiste au Sénat – a été placée en garde à vue. Tout comme l’ont été Jean-Louis Prunier, son frère, Guy Caballe, maire PS d’Avène et ancien assistant parlementaire de Robert Navarro, ainsi que son épouse Jacqueline Caballe, et Sylvette Jeantet, ex-trésorière du PS héraultais.

Plusieurs autres de leurs proches, dont les filles de Dominique Navarro, ont été interrogés sur leur participation à ces voyages litigieux en avion : tous ont retrouvé au fil de la journée leur liberté, hormis Dominique Navarro qui devait passer la nuit au commissariat. Elle pourrait, si la juge estime les charges suffisantes, être déférée dans la journée pour une éventuelle mise en examen.

Enquête pour abus de confiance

Cette enquête pour « abus de confiance » a été ouverte par le procureur de la République de Montpellier en avril 2011, suite à la plainte contre X déposée par le Parti socialiste. Après le placement sous tutelle de la fédération héraultaise en septembre 2010, le PS avait découvert de nombreuses anomalies dans sa gestion et déploré l’absence d’une grande partie de la comptabilité.

Outre le volet des billets d’avion, d’autres faits avaient été portés à l’automne par le PS à la connaissance de la justice. Notamment toute une série de factures portant sur des repas fournis aux socialistes héraultais par une pizzeria montpelliéraine, pour des montants importants : près de 20 000€ en 2008, et 47 % des frais de réception en 2010.

Robert Navarro avait alors dénoncé « un flingage politique ». Hier, Alain Fontanel, secrétaire national du PS et responsable de la tutelle de la fédération se réfugiait dans la prudence : « Le PS se refuse à tout commentaire dans l’état actuel du dossier. »

Source: http://www.midilibre.fr/

16/12/2011

Et pan! Houria Bouteldja devant la justice pour racisme anti-français !

Enfin la justice a reconnu le racisme anti-Français !

Houria Bouteldja voulait « niquer la France » ? Et bien la France lui retourne le compliment. Le racisme existe dans les deux sens. On ne le pensait pas, jusqu’à présent.

Procès : Houria Bouteldja affirme qu‘elle « n’a pas les moyens d’être raciste »

.

Ce mercredi, 14 décembre 2011, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République et militante contre le racisme, comparaissait devant le tribunal de Toulouse. Elle est poursuivie pour « injure raciale » à l’encontre des français.

La porte-parole du PIR, accusée de racisme, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Toulouse. La procédure a été initiée par l’AGRIF, présentée comme une organisation d’extrême droite visant le respect de l‘identité française et chrétienne. Elle fait suite à une émission de télévision au cours de laquelle Houria Bouteldja a employé le terme « souchiens » pour désigner les « français de souche ». L’AGRIF a interprété le terme comme étant orthographié « sous-chiens » et lui prête une connotation raciste.

Lors d’une conférence de presse précédant sa comparution, Houria Bouteldja affirme qu‘elle « n’a pas les moyens d’être raciste ». Elle explique que « dans ce système de domination et de privilèges accordés aux blancs, même malgré eux, seuls ces derniers peuvent faire preuve de racisme, du fait de leur position ». Elle note également que « Jean-Louis Borloo avait eu recours à ce néologisme lors d’une interview télévisée, et qu’il n’avait nullement été inquiété. »  Du côté de son avocat, Maitre Braun, on parle d’une « incrimination ridicule » et on ironise sur cette « recherche du tiret perdu ». Le climat de crispation engendré par le débat sur l’identité nationale constituerait un terrain favorable à ce genre de déviances.

Un enjeu de politique nationale

Le Parti des Indigènes de la République parle d’enjeux dépassant le cadre du procès et de propagande d’idéologies inquiétantes. Il dénonce l’utilisation et la multiplication des recours aux procès contre les actions estimées « blasphématoires » envers l‘identité nationale. Il accuse ces manœuvres de ne pas avoir pour but d‘obtenir des verdicts favorables mais d’accumuler les assignations en vue de finir par faire taire. Il y voit également une manipulation mensongère prônant l’existence d’un racisme anti-blanc et alimentant la haine xénophobe.

Au terme d’une longue comparution, le ministère public a « pris fait et cause pour l’AGRIF ». Le procureur n’a pas requis de peine mais Houria Bouteldja risque 6 mois de prison et jusqu’à 3 600 euros d’amende. Il faudra attendre le 25 Janvier 2012 pour connaître le verdict.

Et c’est la France qui l’a N…..

.

Voilà qui va faire jurisprudence (je pense à mon pote Chap…). Et ça, soyez sûr que nous allons l’exploiter. En ces périodes de chasse, les « sorcières » ont changé de visage.

FDF

.

« Il faut éduquer les sous-chiens : les blancs », qu’elle disait…

Injure raciale à l’égard des Français !

.

Historique:

En mai 2010, sur plainte de l’AGRIF devant le tribunal de Toulouse, Houria Bouteldja, présidente de l’association dénommée « Indigènes de la République », a été mise en examen pour avoir proféré une injure raciale à l’égard des Français. Il s’agissait de l’emploi très méprisant et péjoratif du terme « souchiens » (ou sous-chiens). Traduction: Français de souche.

Le juge d’instruction de Toulouse a fait signifier sa mise en examen à Madame Bouteldja  par son collègue compétent territorialement, c’est-à-dire celui de son lieu de domicile.
Elle a été  jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse.

Par ailleurs, la procédure contre le livre « Nique la France » édité par l’association de Madame Bouteldja dans la même veine de haine anti-française est en cours.

A noter que le NPA d’Olivier Besancenot avait apporté son soutien à Madame Houria Bouteldja. On n’en attendait pas moins…  😉
NDLR: Le racisme anti-français est devenu hélas, une réalité. Il est le plus souvent le fait d’une petite minorité de « français de papier », c’est à dire des étrangers trop vite dotés de la citoyenneté française dont ils sont parfaitement indignes, car ne reconnaissant aucune des valeurs de notre république. Leur comportement en témoigne et un signal d’arrêt fort doit être donné à leurs agissements délictueux.

C’est la première fois à notre connaissance qu’ une plainte pour racisme anti-français est portée devant la Justice et déclarée recevable par un magistrat, dont nous saluons ici la décision, car elle a valeur de message. Soyons attentifs aux jugements et arrêts qui seront prononcés par les tribunaux dans cette affaire: ils feront jurisprudence.

Les responsables de l’Institut du Monde arabe, à Paris, qui emploient Madame Bouteldja, apprécieront sans doute médiocrement ce procès impliquant l’une de leurs employées, qui les place dans une situation assez inconfortable.


En complément : l’AGRIF (L’Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne) s’est portée partie civile contre Houria Bouteldja. Cette association aux modestes moyens financiers, se bat courageusement depuis des années contre tous ceux qui injurient la France, les français, les chrétiens. Son combat mérite d’être reconnu.

Source: http://infos.fncv.com/post/2010/05/12/Madame-Houria-Bouteldja-mise-en-examen-pour-racisme-anti-francais-souche

.

Faites circuler un maximum !!! Pour nous, les « sous-chiens », pour NOTRE France !

09/09/2011

Encore une mise en examen d’un élu ! Il est du…………………………………….

Parti Socialiste !!!

.

Il nous gâte, le PS, en ce moment. Rien d’étonnant que Titine soit surexcitée… En pleine campagne électorale, ça devrait refroidir les esprits, pourtant…

FDF

.

Marchés publics : un maire PS et candidat aux sénatoriales mis en examen

Le maire (PS) de l’Haÿ-les-Roses et candidat aux sénatoriales dans le Val-de-Marne, Patrick Sève, a été mis en examen jeudi 8 septembre 2011 pour octroi d’avantages injustifiés et soustraction de fonds publics dans une enquête sur les marchés publics de sa ville, a-t-on appris de source judiciaire.

Placé en garde à vue mardi dans les locaux de la police judiciaire du Val-de-Marne, cet ancien député de 59 ans, maire de l’Haÿ-les-Roses depuis 1992, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire sur décision du juge d’instruction de Créteil chargé de l’affaire.

Le directeur des services techniques de la mairie et deux gérants d’entreprise sont déjà mis en examen dans cette enquête qui a débuté en 2010 à la suite d’un signalement de Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère de l’Economie, et qui porte sur les conditions d’attribution de certains marchés publics.

« Ce n’est pas une surprise, sa gestion a toujours été opaque. C’est la fin d’un mauvais film pour l’Haÿ-les-Roses », a accusé Jacques Yvars, chef de file (UMP) de l’opposition municipale.

M. Sève doit par ailleurs conduire une liste d’union de la gauche rassemblant notamment le PS, Europe Ecologie-Les Verts et le PCF aux prochaines élections sénatoriales du 25 septembre.

Cette mise en examen « peut poser problème. Il va falloir consulter nos partenaires. Ce n’est en tout cas pas une bonne nouvelle pour le PS », a indiqué à l’AFP Patrick Carvounas, patron de la fédération socialiste dans le Val-de-Marne.

Contactée par l’AFP, l’avocate de M. Sève n’a pas souhaité faire de commentaires « dans l’immédiat ».

Source: http://www.lagazettedescommunes.com/

04/08/2011

C’est décidément un poste à risque, patron du FMI…

Après DSK, viré pour ses ennuis judiciaires, « on » a cru bon de mettre Mme Lagarde au poste de directeur du FMI. Tout en sachant que cette dernière était déjà dans le collimateur de la justice. La Ripoublique des copains, ce n’est pas du pipo…
Quelle claque à la « France d’en bas »! Je pense qu’elle s’en souviendra en 2012…

FDF

.

Christine Lagarde bientôt fixée sur son sort judiciaire !

Une commission de la Cour de justice de la République a commencé jeudi une réunion à Paris où doit être tranchée la demande d’enquête pénale visant Christine Lagarde, ex-ministre de l’Economie et actuelle directrice générale du Fonds monétaire international.

La décision de la commission des requêtes, composée de sept hauts magistrats, est attendue en milieu de journée.

La commission doit statuer sur la requête du procureur général de la Cour de cassation Jean-Louis Nadal, qui a proposé le 10 mai une enquête pour « abus d’autorité » à propos de l’arbitrage rendu en faveur de l’homme d’affaires Bernard Tapie.

Une enquête durerait des années avec à la clé une possible mise en examen, des interrogatoires et des investigations potentiellement peu compatibles avec une fonction internationale. Christine Lagarde, portée à la tête du FMI en juillet, exclut toutefois de démissionner et nie toute malversation.

Le dossier porte sur la revente en 1993 de l’équipementier sportif Adidas <ADSGn.DE, contrôlé alors par Bernard Tapie, qui dit avoir été floué par le Crédit lyonnais, alors banque publique.

Le procureur reproche à Christine Lagarde le choix en 2007, contre l’avis des services du ministère, d’un arbitrage privé, préféré à la voie judiciaire alors même que l’Etat avait gagné en 2006 à la Cour de cassation, la plus haute juridiction du pays….

Suite et source: http://tinyurl.com/3evgkje

12/02/2011

La bande à Momo de Villeneuve sur Lot…

Encore des « chances pour la France »… Foutez nous ça dehors !!!

FDF

.

Rixe de Villeneuve. Le second suspect arrêté.

Le premier suspect avait été arrêté et écroué mardi après-midi./ Photo  archives JM Mazet.
Le premier suspect avait été arrêté et écroué mardi après-midi./ Photo archives JM Mazet.

Les deux suspects les plus importants ont été rattrapés par l’enquête. Les policiers de la PJ ne lâchent pas l’affaire et s’attachent à la manifestation de la vérité.

L’affaire de la rixe mortelle de Villeneuve-sur-Lot survenue le 29 janvier dernier, n’en finit pas de rebondir après les coups de filets successifs menés ces deux dernières semaines à un rythme effréné par les policiers de la PJ d’Agen. Le point d’orgue fut la reddition, les aveux et la mise en examen mardi de l’auteur présumé des coups mortels, Mohamed Sakhar Bendahar. Mais un deuxième nom continuait de circuler en ville avec autant de force que le patronyme du premier suspect. Celui d’un jeune qui apparaissait comme susceptible d’avoir tenu également un rôle de premier plan dans l’agression sauvage de Kamel El Garmaoui, la victime. Cet « Agenais » de 21 ans ayant déjà eu maille à partir avec la justice et trempé dans des affaires de stupéfiants, restait activement recherché par les enquêteurs en charge de ce dossier criminel. Il a fini par se livrer mercredi. Yassine Essafi a répondu à la convocation pressante et sans appel des policiers qui souhaitaient l’entendre au plus vite…

Suite et source: http://tinyurl.com/6zx9986

21/09/2010

Liès Hebbadj: le revoilà, celui là ?

L’INDIGESTE de la République est de retour. Il refait parler de lui, et pas en bien, évidemment… Mais foutez-nous ça hors de France! Je sais, je sais: ça fait vendre; de la presse, en particulier. Mais moi, ça me fait ch… qu’un indigène qui se fout de tout le monde ait encore les honneurs des médias. Ca me colle même de l’urticaire. Qu’on l’expulse une bonne fois pour toutes! C’est impressionnant qu’avec tout les délits qu’il a commis il soit encore « en circulation ». Ce type doit en outre bien rire dans sa barbe que l’on parle de lui, c’est indéniable. Retour au bled et vite! Ah bon? Ils n’en veulent plus? On les comprend…

Nous avons d’autres problèmes autrement plus importants à solutionner, chez nous, en France…

FDF

.

21/09/2010

Président d’une association, le commerçant nantais est soupçonné cette fois d’avoir utilisé les fonds de celle-ci pour financer ses avocats.

Lies Hebbadj, le compagnon de la femme verbalisée en avril dernier pour conduite avec un niqab à Nantes, a été de nouveau placé en garde à vue par la police judiciaire nantaise vendredi soir.

Liès Hebbadj placé en garde à vue pour motif financier

AFP/Archives/Frank Perry

Lies Hebbadj, dont une compagne avait contesté en avril une contravention pour port du niqab au volant, a de nouveau été placé en garde à vue ce lundi matin.

« Liès Hebbadj est entendu sous le régime de la garde à vue par la brigade financière de la police judiciaire de Nantes, sur l’utilisation des fonds et des chéquiers en provenance de l’association culturelle musulmane de Rezé qu’il présidait », a déclaré le procureur de la République à Nantes, Xavier Ronsin.

D’après le site de Presse Océan, Liès Hebbadj aurait détourné cet argent pour financer les honoraires de ses avocats.

Nombreux antécédents

« Une enquête a été ouverte pour abus de confiance à la suite de la plainte du trésorier de cette association », a-t-il ajouté.

Le commerçant, qui vit à Rezé, près de Nantes, a été placé sous le feu des projecteurs fin avril en plein débat sur l’interdiction du voile intégral, quand l’une de ses concubines a décidé de contester une contravention pour avoir conduit en niqab.

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, avait demandé que le commerçant soit déchu de sa nationalité française en évoquant des soupçons de polygamie et de fraude aux aides sociales.

Liès Hebbadj a déjà été mis en examen le 8 août pour viol et violences aggravées et le 9 juin pour escroquerie, fraude aux aides sociale et travail dissimulé.

Source: http://tinyurl.com/3x4oup8

20/09/2010

Racailles: un mineur de 16 ans écroué après des tirs sur la police au Mirail (Toulouse).

Un mineur de 16 ans a été mis en examen et écroué dans l’enquête sur une série de tirs qui avaient visé entre autres des policiers dans un quartier sensible de Toulouse le 24 août, a-t-on appris dimanche auprès du parquet. C’est la troisième mise en examen dans cette affaire. Le mineur a été mis en examen vendredi soir pour « tentatives d’homicides volontaires » et placé en détention, a déclaré le procureur de la République de Toulouse Michel Valet. Le 24 août très tôt, dans le quartier sensible du Mirail, des coups de feu avaient été tirés contre un mineur devant un café, puis quelques heures plus tard contre la façade d’une habitation occupée. Dans la soirée, des policiers de la brigade anti-criminalité (BAC), appelés à intervenir pour des coups de feu, se faisaient tirer dessus à partir d’une voiture dans laquelle se trouvaient plusieurs individus. A l’issue d’une course poursuite, les policiers se retrouvaient face à une trentaine de jeunes et étaient la cible, ainsi que les renforts dépêchés dans l’intervalle, d’un caillassage en règle dans lequel un policier était blessé. Le suspect mis en examen vendredi est soupçonné d’avoir joué un rôle dans les coups de feu tirés contre la façade de l’habitation et contre les policiers, a précisé le procureur. Le 8 septembre, un mineur avait été mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire » et placé en détention. Le 27 août, un jeune homme de 20 ans présent à bord de la voiture d’où les coups étaient partis, avait été mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire » également.  Le parquet s’était refusé à préciser le rôle qu’auraient eu ces deux suspects dans la série de tirs.


Source: http://tinyurl.com/343y3qm