Francaisdefrance's Blog

28/12/2011

Nadine Morano parle d’immigration…

Photo d’illustration…

.

L’UMP ne sait plus quoi faire pour essayer à nouveau de voler les voix des frontistes. Aujourd’hui, c’est Nadine Morano qui s’y colle. Un beau numéro de singes savants cirque.

Admirez l’envolée lyrique de cette ministre, nommée auprès du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle.

Marine Le Pen, dans une telle situation, aurait su se tenir… Les « deux pieds dedans », la Nadine !

FDF

.

http://youtu.be/-FIVPJhIaOk

10/12/2011

Euro : l’énorme bourde du ministre Léonetti face à Marine Le Pen !

Bien, le ministre, bien !!! Ministre de quoi, il est, déjà plus ???

FDF

.

Voir: http://youtu.be/ZFMZJNK4M90

30/10/2011

Petite blague de fin de journée…

Ben oui on fatigue, on fatigue…

FDF

.

Gardien de la Paix : 1 600 euros pour risquer sa vie


Pompier professionnel : 1 800 euros pour sauver une vie

Instituteur : 1 600 euros pour préparer à la vie

Médecin : 5 000 euros pour nous maintenir en vie

 Sénateur : 19 000 euros pour profiter de la vie

Ministre : 30 000 euros pour nous pourrir la vie…

04/12/2010

Eric Besson a décidé, vendredi 3 décembre, d’engager la bataille contre WikiLeaks!

L’action de Besson contre l’hébergeur de WikiLeaks constitue une « situation inédite »

La « voix de son maître »… Sarkö se mêle des présidentielles en Côte d’Ivoire. A peine nommé, Besson emboîte le pas et celui des Etats Unis… Il est vrai que le peuple risque d’apprendre de vrais informations. Et là, le risque est majeur. Les sièges éjectables sont amorcés et ce n’est pas le moment, vraiment pas: 2012, c’est demain. Donc, « on » préfère prendre les devants… On « serre les fesses », semble t’il.

FDF
.

Après les Etats-Unis, le ministre de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique, Eric Besson, a décidé, vendredi 3 décembre, d’engager la bataille contre WikiLeaks, en étudiant les recours possibles contre l’hébergement en France du site qui a « violé » le secret diplomatique en publiant, depuis le 28 novembre, des centaines de documents confidentiels américains en collaboration avec Le Monde et d’autres grands titres de la presse mondiale. Le ministre de l’économie numérique a ainsi chargé, dans une lettre, le Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) de lui indiquer « dans les meilleurs délais possibles quelles actions peuvent être entreprises afin que ce site Internet ne soit plus hébergé en France« . Dans la foulée, l’hébergeur OVH a annoncé, dans un message sur le forum de sa société, sa décision de « saisir le juge en référé afin qu’il se prononce sur la légalité ou pas de ce site sur le territoire français ».

« Une situation inédite« , ont estimé les avocats Anthony Bem et Etienne Papin, spécialisés en droit des nouvelles technologies, qui reviennent sur les moyens légaux dont pourraient disposer le ministre et les services de l’Etat pour faire interdire l’hébergement de WikiLeaks par la société roubaisienne OVH et d’autres hébergeurs sur le territoire français.

  • La démarche entreprise par le ministre Eric Besson est-elle courante ?

Non, selon Me Etienne Papin, qui estime que « ce n’est pas tous les jours que le ministre s’interroge sur la légalité d’un site et saisit le CGIET ». Selon l’avocat, la question se pose de savoir pourquoi le ministère demande « un conseil juridique » au CGIET, qui « a des fonctions uniquement consultatives et est chargé dans certains domaines technologiques de formuler des avis pour les pouvoirs publics ». « Ce n’est pas totalement illogique », commente-t-il, bien que « curieux », dans la mesure où le CGIET réalise davantage des enquêtes de fond, sur la durée.

Circonspect sur l’issue de la démarche du ministre, Me Anthony Bem y voit toutefois des aspects politique et juridique positifs. « C’est positif de faire avancer le débat politique sur la question de la responsabilité sur Internet et de la responsabilité des sites, car il y a un grand contentieux et un défaut de règles légales, un vide juridique. Il faut organiser et fixer les procédures », estime-t-il.

  • De quels moyens légaux dispose le ministre ?

« A minima, le ministre dispose des mêmes moyens que tout un chacun, particulier ou entreprise, qui, par la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) de 2004, permet de notifier à l’hébergeur le caractère illicite du contenu et demander le retrait« , en faisant une requête auprès du président du tribunal de grande instance, explique Me Papin. « En tant que prestataire technique, OVH n’est pas responsable juridiquement du contenu des sites », précise Me Bem.

Selon l’article 6 de la LCEN, le seul à traiter de la question de la responsabilité des sites, « il y a un distinguo entre hébergeur et éditeur pour dire si un site est responsable ou pas », explique Me Bem. « Dans la jurisprudence, l’éditeur est identifié comme l’auteur du contenu, alors que l’hébergeur est le prestataire technique. Ce sont deux notions très importantes : l’éditeur est responsable automatiquement de plein droit et l’hebergeur a, lui, une responsabilité atténuée : il ne devient responsable qu’après avoir reçu notification de retrait qu’en bonne et due forme », précise-t-il. La notification doit comporter des indications très précises, telles que l’URL des pages litigieuses, la nature des propos litigieux, le nom de la victime et le fondement légal.

« Ce n’est qu’après avoir reçu notification de retirer un contenu et n’avoir rien fait dans les quarante-huit heures que l’hébergeur est tenu responsable », conclut Me Bem. « Quasi quotidiennement, des hébergeurs reçoivent des notifications. Généralement, ils ne se posent pas de questions et assurent le retrait pour ne courir aucun risque », note Me Papin.

  • Pensez-vous qu’une action puisse être engagée contre le site WikiLeaks sur la base des qualifications avancées par Eric Besson dans sa lettre au CGIET ?

« A ma connaissance, la violation du secret en France concernant un étranger ou un autre Etat ne constitue pas une infraction pénale », estime Me Bem. Par ailleurs, « la qualification de ‘site Internet criminel’ n’existe pas en tant que telle, seul un contenu pourrait revêtir une telle qualification pénale susceptible d’entraîner des infractions pénales », ajoute-t-il, en précisant qu’une action en justice par une personne privée ou morale est nécessaire au préalable.

Le droit reconnaît tout de même « toute une gamme de contenus illicites : atteinte du droit d’auteur, à la vie privée, diffamation, violation du secret… », note Me Papin. Toutefois, pour juger du caractère illicite des contenus trouvés sur WikiLeaks ou de l’existence d’une infraction pénale au sens du droit pénal français, il faudrait analyser l’intégralité du contenu. En règle générale, note-t-il, « il n’est pas difficile de trouver une infraction pénale comme la mise en danger de la vie d’autrui »

Suite et source: http://tinyurl.com/32bm625

.

Merci à JJ pour l’info…

17/11/2010

Une manipulation pitoyable : quand Azouz Begag dénigre les harkis à Alger…

Et dire que ce type était au Gouvernement. On voit ce que ça a donné. Chassez le naturel…

FDF

.

Azouz Begag, ancien ministre de l’Egalité des chances dans le gouvernement Villepin, a déclaré dans une interview, réalisée à Alger, au quotidien arabophone « Ech-Chourouk » (30 octobre 2010) : « Sarkozy  a adopté le discours d’extrême droite, s’est allié aux harkis et autres mouvements sionistes (…) ».

L’association Harkis et Droits de l’Homme s’élève contre ces propos  teintés d’une affirmation sous-entendue qui fleure bon l’amalgame et les propos de bistrot (« les harkis sont tous de droite, voire d’extrême droite ») ; ils sont prononcés dans un environnement qui permet à son auteur de  brosser ses interlocuteurs dans le sens du poil : il s’agit là soit d’ignorance, soit de complaisance,  soit de flagornerie, soit tout cela à la fois. On avait connu Azouz Begag mieux inspiré dans ses œuvres littéraires.

Cet homme, qui selon l’article paru dans mediarabe.info (lire en ligne), invite à voter Villepin, a, semble –t-il, oublié les propos de l’ancien premier ministre prononcés  le 19 juin 2010 (lire en ligne).

Accessoirement, si on peut dire,  le lendemain, dans le quotidien algérien « El-Khabar », Azouz Begag estime nécessaire de « former et soutenir une nouvelle génération d’hommes politiques issus de l’immigration algérienne en France, afin de les propulser à l’Assemblée nationale où ils pourront voter des lois favorables à l’Algérie ! ». Dans le registre du discours communautaire et dans la définition du rôle d’un député, il est difficile de faire pire.

Source: http://www.harki.net/article.php?id=517

26/10/2010

Voilà les Cohn-Bendit et les Julien Dray de demain!

Elle n’est pas belle, la France dirigeante de demain? Alors? On fait quoi? On se soumet, on se barre en leur laissant notre Patrie en pâture ou bien on résiste? Personnellement, ma décision est prise…

FDF

.

Les plus à plaindre, ce sont les veaux qui suivent, c’est à dire nos enfants, que nous laissons manipuler.

 

 

Lycéens et étudiants français… Bientôt ils seront maires, ministres, premier ministre, président !

On nous abreuve du mécontentement et de la « colère » des « jeunes » qui, soi-disant par contrecoup manifestent dans la rue. Mais qui sont ces jeunes ??? Je me suis posé la question, et je vous livre les réponses :

A la tête de la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), les « Lycéens » :
Liste du Bureau National :

Massira Baradji [75] Président massira@fidl.org

Massira Bradji (Oh, la gueule, c’est vrai qu’il fait peur ! Pas tibulaire mais presque, comme dirait Coluche), à remplacé Toufike Mohamed à la tête de la FIDL. Il a 19 ans passés (né le 28/9/1991) et toujours lycéen ! Une vraie chance pour la France !

Leila Boubekeur [91]
> Secrétaire générale                leila@fidl.org

.

Djamila Amzil [59]
Secrétaire générale adjointe     djamila@fidl.org

.
Et, pour ce qui concerne l’UNEF (« Etudiants »), voici le Vice-Président en charge du développement et des partenariats :


Azwaw DJEBARA — adjebara@unef.fr

.


Le « développement » consiste, en fait, à foutre la merde !

Finalement, ceux qui mettent la France, notre France, à feu et à sang, ne sont rien d’autre que de « bons Français », un peu comme vous et moi !

Merci à JL. L pour l’info…

15/10/2010

Rama Yade, la France, l’Afrique et l’océan Atlantique…

Excusez, Mme la secrétaire d’Etat aux Sports; mais là, on ne pouvait pas vous « louper ». C’était « offert sur un plateau d’argent »… Faut dire aussi, qu’à votre décharge, les problèmes de l’immigration ne sont pas professionnellement de votre ressort… La géographie non plus, vous n’êtes pas à « l’Outre Mer »… Quoi que, bientôt, peut-être ?

FDF

.


Rama Yade (Ramatoulaye Yade) était hier soir sur France 2 dans « A vous de juger ». Elle en a profité pour nous donner une petite leçon de géographie:

« Il y a de l’héroïsme dans le parcours des migrants. Parce que quand on traverse l’océan Atlantique depuis l’Afrique pour venir en France sur une pirogue en bois (…). « 


22/12/2009

UMP: les minarets de la discorde…

Filed under: immigration — francaisdefrance @ 18:57
Tags: , ,

Minarets: clash à l’UMP

22/12/2009

La secrétaire d’Etat aux Aînés Nora Berra a claqué aujourd’hui la porte de la réunion du groupe UMP à l’Assemblée nationale, pour protester contre des propos « insupportables » du député UMP et ancien garde des Sceaux Pascal Clément sur les minarets, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon plusieurs participants à cette réunion à huis clos sur le port du voile intégral, Pascal Clément aurait évoqué de la sorte la question des minarets: « Le jour où il y aura autant de minarets que de cathédrales en France, ça ne sera plus la France ».

En entendant ces propos, Mme Berra se serait levée et aurait quitté la salle Colbert en lançant, selon son entourage: « Qu’un ancien garde des Sceaux tienne ces propos anti-laïcs dans une enceinte symbole de la République comme l’Assemblée nationale, c’est insupportable ! C’est ça la démocratie ? ».

Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, serait intervenu pour estimer que les propos de M. Clément n’avaient « rien à voir avec le débat sur la burqa » et pour inviter ses collègues à « ne pas faire d’amalgames ». Une mise au point approuvée par le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand. Selon les témoins, Pascal Clément a alors atténué ses propos, en se disant favorable à ce qu’il y ait des lieux de culte pour tous mais que se posait « le problème de la visibilité ».

Selon des députés UMP, c’est la première fois depuis 2007 qu’un ministre claque la porte de la réunion du groupe.

Et bien entendu, c’est une ministre « issue de l’immigration »… (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nora_Berra)

FDF