Francaisdefrance's Blog

10/12/2011

La barbarie de l’islamofascisme en Arabie saoudite : un Australien condamné à 500 coups de fouet pour blasphème!

J’ai toujours dit qu’il était dangereux de se rendre au pèlerinage de la Mecque…

Quelles bande de demeurés!

FDF

.

Cet homme ne survivra pas à cette torture:

Flogging22

Un Australien a été condamné à 500 coups de fouet et un an de prison en Arabie saoudite en vertu des lois sur le blasphème. Il a été arrêté dans la ville de Médine le 14 novembre alors qu’il accomplissait le pélerinage annuel musulman, le hajj. La police l’a accusé d’insulter les compagnons du prophète Mohammed.

Le gouvernement australien se dit très inquiet pour le sort de son ressortissant. « La politique universelle du gouvernement australien est de condamner les châtiments corporels qui sont équivalents à la torture ou à un traitement cruel, inhumain et dégradant », a déclaré une porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Un représentant consulaire était présent lors du verdict. L’Australien avait écopé initialement de deux ans de prison, avant de voir sa peine ramenée à un an. Son fils aîné a indiqué cette semaine au journal « Melbourne Age » que son père était en train de lire et de prier avec un groupe de pélerins lorsqu’il a été accosté par la police religieuse, qui l’a arrêté. L’homme, père de cinq enfants, était trop pauvre pour se payer un avocat, selon le « Melbourne Age ». Il souffre de diabète et de maladie cardiaque.

Source: http://www.postedeveille.ca/

25/06/2011

Pédophilie « ministérielle »: ça se précise…

On vit une époque formidable !

FDF

.

Accusations de pédophilie : des témoins étayent les déclarations de Luc Ferry

Plusieurs personnes ont raconté aux policiers que leurs vacances au Maroc avaient été perturbées par des affaires d’agressions sur mineurs.

Alors que beaucoup la pensaient déjà terminée, l’« affaire » Luc Ferry connaît un prolongement inattendu. Selon nos informations, plusieurs personnes se sont présentées, ces dernières semaines, dans les locaux de la brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire de Paris, après les déclarations de l’ancien ministre de l’Education nationale (2002-2004) sur des actes de pédophilie dont se serait rendu coupable un ancien ministre de la République au Maroc.

Ces témoins ont livré des éléments « concrets » aux enquêteurs, notamment sur les dates et les lieux des faits relayés par Luc Ferry, le 30 mai sur les plateaux de Canal +.

A l’époque, le philosophe avait déclaré avoir eu connaissance de l’histoire d’un ministre qui se serait fait « poisser » avec de jeunes garçons, il y a quelques années, alors qu’il se trouvait dans un hôtel à Marrakech. Luc Ferry avait assuré tenir cela des « plus hautes autorités de l’Etat » et notamment d’un Premier ministre, sans en préciser le nom.
« A la suite de ces déclarations et de l’audition de l’ancien ministre de l’Education nationale par les policiers, le 3 juin, différentes personnes ont décidé de témoigner spontanément, confie une source proche de l’affaire. Plusieurs ont notamment relaté s’être retrouvés bloquées, pendant plusieurs heures, dans leur hôtel par la police marocaine au cours de leur séjour à Marrakech. Elles ont ensuite été informées qu’elles avaient été retenues après la découverte de faits criminels commis sur des mineurs dans leur hôtel. »

Toujours selon nos informations, plusieurs des personnes entendues ont fourni des précisions sur leur période de présence dans le royaume chérifien. Les policiers de la BPM ont ainsi pu « resserrer » leurs investigations sur les années 2001 et 2004.

« Ces témoignages ont été recueillis avec beaucoup d’attention par les enquêteurs, poursuit la même source. Des vérifications sont en cours, notamment sur la liste des clients des hôtels désignés aux dates précisées par ces témoins. D’autres auditions sont à venir pour étayer ces informations. » A commencer par celles de diplomates français en poste au Maroc à l’époque des faits présumés. Le ministère des Affaires étrangères a été saisi, à ce sujet, d’une demande par les policiers de la brigade des mineurs.

Egalement entendu par les policiers de la BPM, le 10 juin, Yves Bertrand, l’ancien patron des renseignements généraux (1994-2002) — dont le nom avait été évoqué par Luc Ferry lors de son audition — avait assuré avoir « fait état », en 2001, auprès des « autorités de tutelle » de rumeurs d’actes pédophiles par un ex-ministre au Maroc. Dans ses célèbres carnets saisis par la justice dans l’affaire Clearstream, Yves Bertrand évoque une affaire de pédophilie au Maroc, qu’il date de novembre 2001, impliquant un ancien ministre. De son côté, Luc Ferry avait indiqué que ces faits supposés étaient « bien antérieurs » à 2002.

Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/accusations-de-pedophilie-des-temoins-etayent-les-declarations-de-luc-ferry-24-06-2011-1506187.php

Merci à DG…

13/05/2011

Les djihadistes français de la flottille pour Gaza à fond de cale…

 

 
Le Ministère des Affaires Etrangères prend les choses au sérieux, et vient de publier un communiqué officiel sur son site, diplomatie.gouv.fr, à l’attention des djihadistes français qui veulent affronter l’armée israélienneavec leur flottille française pour Gaza, et briser le blocus sécuritaire.
 
Rappelons leur, car il semble ne pas connaître grand chose à la situation sur le terrain, que les palestiniens de Gaza vivent sous le blocus total de l’Egypte, et que, sans l’aide d’Israël, ils crèveraient de faim et de soif, et n’auraient ni électricité, ni téléphone (Israël assure toutes les infrastructures), ni même de billets de banque et de monnaie (les palestiniens refusent d’utiliser le Dinar Jordanien, et INSISTENT pour utiliser la monnaie israélienne).
 
Autrement dit, si ces gogos du Jihad voulaient faire oeuvre humanitaire, c’est en Egypte qu’ils devraient envoyer leurs flottilles de marins d’eau douce…
 
 

30/04/2011

« Aimez-vous l’Europe ? »

UE : Un sondage européiste tourne au vinaigre

 

Le 9 mai prochain, la-très-libérale-et-très-européiste Fondation pour l’innovation politique, en coopération avec le Ministère des Affaires étrangères et l’Ecole Normale Supérieure, organisera un colloque sur le thème « Aimez-vous l’Europe ? ».

« A cette occasion, un sondage sur le sentiment européen chez les Français sera présenté » se vante la Fondapol sur son site web. Un sondage qui semble pourtant bien parti pour tourner au désavantage des organisateurs.

En effet depuis plus d’une semaine maintenant que le sondage est en ligne, les résultats se montrent plutôt mauvais pour les partisans du drapeau aux étoiles. Sur les quatre questions posées aux sondés, aucune n’affiche de résultats en faveur de l’Union Européenne.

En ce jeudi 28 avril, le rejet (65%) est très largement le premier sentiment qui vient à l’esprit des votants lorsqu’on leur parle d’Europe. Ces derniers estiment également que la France n’a pas à payer pour ses voisins (60%), et que l’Union Européenne menace l’identité de la France (75%). Plus important encore, parmi les personnes ayant répondu, 75% souhaitent un retour au Franc et l’écrasante majorité pense que cela est possible.

Voici un aperçu des résultats, toujours stables malgré le fait qu’il reste encore quelques jours de vote :

Les anti-européistes les plus convaincus, comme François Asselineau, ont déjà appelé leurs sympathisants à aller voter en défaveur de l’Union Européenne. Chers amis, faites de même. Même si le vent tourne tout seul, à nous d’orienter la voile !

 

> http://www.fondapol.org/sondages/aimez-vous-leurope-sondage/

Source: http://lebreviairedespatriotes.over-blog.com/article-ue-un-sondage-europeiste-tourne-au-vinaigre-72748525.html

Déjà, en 2005…

FDF

19/09/2010

C’est pas vrai? « Ils » ont compris: Paris rapatrie ses ressortissants du Niger.

Eh ben, il en fallu du temps. Et il a fallu aussi malheureusement l’assassinat de Michel Germaneau (plus ceux qui nous on été cachés) pour qu’enfin nos « Hautes Autorités » se remuent enfin le popotin, mais de façon intelligente, afin que nous n’ayons plus de « martyrs » à déplorer. Reste à souhaiter que ce ne soit qu’un début de réaction positive et réfléchie…

FDF

.

Areva et Vinci ont appelé les expatriés français à quitter le site d’extraction d’uranium sur lequel ils travaillaient. Une demi-douzaine d’entre eux sont arrivés samedi matin à Roissy.

La consigne est claire pour tous les expatriés français encore présents à Arlit, où cinq ressortissants français ont été énlevés jeudi : ils sont tous appellés à quitter leur site d’extraction d’uranium avant lundi. «Nos ambassades dans la région ont engagé le processus de sortie de la zone rouge de ceux de nos compatriotes qui s’y trouvent», a dit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero. Une demi-douzaine d’employés français du groupe Areva sont arrivés samedi matin à Roissy.

«Nous n’avons pas senti de réelles tensions mis à part le matin où nous avons appris que nos collègues avaient été enlevés. Cela a été un choc soudain. Mais nous avons bien réagi. Nous nous sommes tous regroupés dans une maison d’hôtes», a raconté à la presse Olivier Godon, 40 ans, auditeur interne chez Areva. «En face, il y a des gens qui sont très déterminés, qui sont prêts à tout malgré le dispositif de sécurité, malgré les gardes», a-t-il ajouté, en ayant «une pensée pour nos collègues nigériens qui continuent à travailler là-bas dans les mêmes conditions que nous».

Les expatriés présents sur un autre site, celui de la future mine géante d’uranium d’Imouraren qui doit être mise en service fin 2013 à 80 km d’Arlit, seront aussi rapatriés sur Niamey, a ajouté un porte-parole de Vinci, après une réunion de crise, au siège du groupe à Paris. «Ceux qui souhaitent pourront rester à Niamey, le temps que la situation s’éclaircisse. Les autres rentreront en France pour prendre des vacances ou être affectés sur d’autres chantiers dans le monde», a précisé le porte-parole de Vinci.

Les humanitaires mis en garde

Vendredi, une porte-parole d’Areva avait annoncé que 14 salariés du groupe nucléaire étaient déjà rentrés en France, en provenance de Niamey. Ces employés «ont préféré regagner la France pour une question de sécurité», a-t-elle déclaré. «Plus d’une autre dizaine de salariés doit prendre l’avion vendredi soir à Niamey pour regagner samedi matin Paris», a précisé cette porte-parole.

La France et les autorités nigériennes soupçonnent un groupe de la mouvance d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) d’être lié à l’enlèvement de sept personnes jeudi, dont un employé d’Areva et son épouse, tous deux Français, et cinq collaborateurs – dont un Togolais et un Malgache – de Satom, filiale de Vinci. Le ministère français des Affaires étrangères a toutefois précisé vendredi qu’il n’y avait pour le moment aucune revendication ni demande de rançon…

Suite et source: http://tinyurl.com/37a3lb7