Francaisdefrance's Blog

30/11/2010

Coup d’État civil pro islamique à Ankara !

Les conséquences de la réunion de l’Otan à Lisbonne directes et indirectes, ne manquent pas de se faire sentir. Et cela commence par l’un des principaux alliés, la Turquie. Les années 1946-1950 avaient vu la mise en place, dans ce pays, de gouvernements démocratiques formellement civils. Plusieurs coups d’État les ont renversés successivement. Or pour la première fois depuis 60 ans, deux ministres (1) ont pris la décision d’y mettre à pied trois généraux. (2) Ceux-ci se trouvent impliqués dans le cadre du complot Bayloz remontant à 2003. Le chef du parti laïc de gauche CHP soutient de façon significative les trois putschistes, qui font appel aux tribunaux spéciaux. Cela s’est produit la semaine écoulée, qui suivait immédiatement la rencontre de l’alliance occidentale.

S’agissant de tout autre pays, on trouverait cette situation critique du point de vue journalistique et conjoncturel. L’événement serait couvert de façon dramatique par les gros moyens d’information. Et on jugerait aussi cette normalisation, sur le fond, parfaitement conforme aux principes de la gouvernance mondiale.

Il n’en va pas de même dans une société où l’élément militaire joue, ou plutôt jouait jusqu’à une date très récente, un rôle central dans tous les réseaux de pouvoir. Rappelons ainsi que le poids économique de la couche dirigeante de l’armée issue du kémalisme, en fait le principal partenaire apprécié en France par les milieux se disant de gauche et non moins laïcistes.

Les dirigeants civils, eux-mêmes disciples de l’islam moderniste (3), ont obtenu à Lisbonne de la part des Américains et des autres alliés une concession qu’ils jugent essentielle. On leur a accordé que l’Iran ne soit pas explicitement mentionné comme adversaire dans le cadre de la mise en place du bouclier anti-missiles de l’Alliance atlantique. Dans ce contexte, ils se sentent en mesure de rogner un peu plus les prérogatives des militaires laïcs.

On pourrait donc aboutir au renversement complet du rapport de forces établi par les jeunes-turcs en 1909, puis par le kémalisme en 1923, un concept paradoxal : un « coup d’État » civil.

En apparence, formellement, si cette évolution aboutit, elle ne rencontrera que des approbations, au moins dans un premier temps, sur la scène internationale.

Pour le moment d’ailleurs un seul pays, pratiquement, semble s’y opposer, émettre des réserves, agiter et alerter plus ou moins discrètement ses propres éléments d’influence. Il s’agit de l’État qui avait tissé depuis le début des années 1950 des liens très solides de coopération avec l’armée d’Ankara. Pour le moment, en effet, le gouvernement israélien actuel redoute à plus ou moins juste titre une coalition régionale des pays musulmans. Ceci ne s’était jamais produit depuis la fondation d’Israël. L’État hébreu, de guerre en guerre, et pendant ces périodes intercalaires que l’on appelle, un peu imprudemment peut-être, « la paix » avait toujours su séparer les deux puissances musulmanes régionales non arabes, l’Iran comme la Turquie, et s’employer efficacement à diviser les Arabes entre eux. Sur ce dernier terrain il n’a pas rencontré trop de difficultés.

Dans sa chronique de Zaman Today du 27 novembre M. Ergun Babahan prend à cet égard à partie l’ancien ambassadeur américain en Turquie M. Eric Edelman. Il en fait à la fois le porte-parole à Washington d’une certaine coulisse et il l’accuse de « vivre dans un monde virtuel », de se montrer « coupé du réel ». Le vrai reproche porte sur l’évaluation de la durée, que ses partisans jugent illimitée, du gouvernement turc actuel.

De ce dernier point de vue nous ne disposons à vrai dire d’aucune boule de cristal. Nous les laissons au Quai d’Orsay. Contentons-nous des faits.

Lors de la sortie très spectaculaire de Erdogan à Davos en janvier 2009, puis encore lors des incidents de la flottille Mavi Marmara en mai 2010, on a pu remarquer que le gouvernement d’Ankara ne craignait pas désormais de s’aliéner les réseaux pro-israéliens du monde entier. Aux Etats-Unis, où il réside, remarquons d’ailleurs que Fethullah Gülen tient des propos apaisants. Certains observateurs mal informés ou naïfs, comme M. Gurfinkel dans Valeurs actuelles, les prennent ou tentent de les faire prendre à leurs lecteurs pour argent comptant.

Or, désormais, le quotidien officieux Zaman est monté d’un cran dans la séparation : on y met en accusation l’influence sioniste en Amérique du nord. Personne ne peut croire inconscients de la gradation, les professionnels de la communication qui fabriquent ce journal, très proche du pouvoir et techniquement très bien fait. Y compris dans l’usage des mots, il ne nomme plus d’ailleurs désormais ses adversaires pour « sionistes », il revient à un registre sémantique qui servait beaucoup à la charnière des XIXe et XXe siècles.

Or, parallèlement, les dirigeants d’Ankara haussent également le ton dans leurs négociations avec l’Europe. Ils jugent en effet que la défense du continent a été confirmée ces dernières semaines comme dépendant intégralement du bon vouloir de Washington. Plusieurs longues analyses officieuses confirment ce fait, pour tout observateur lucide, malheureusement évident. (4) Il semble pour nous humiliant, mais pour les Turcs réconfortant, que l’Union « européenne », les guillemets me paraissent désormais s’imposer, persiste à ne penser son destin qu’en tant que grosse patate consommatique.

Représentée au plan international par les glorieux Barroso, Van Rompuy et Lady Ashton l’organisation bruxelloise des 27 petits cochons roses se préoccupe plus de sauver ses banquiers que de défendre ses ressortissants.

Le projet « Eurabia » a été décrit (5) comme préparant pour les prochaines décennies, au nord de la Méditerranée la situation de dhimmitude que subissent depuis des siècles les chrétiens d’orient. Ce processus de domestication des peuples par la trahison de leurs élites économiques semble donc en bonne voie.

Les ennemis de la liberté si actifs contre notre continent s’y emploient dans les coulisses de Bruxelles.

En professionnels de la conversion par conquête, je ne doute pas que les islamistes turcs observent leurs proies, qu’ils l’hypnotisent par leurs mots d’ordre et qu’ils se régalent de leurs faiblesses. On peut cependant encore s’y opposer. (6)

JG Malliarakis

Source: http://www.insolent.fr/