Francaisdefrance's Blog

27/10/2010

Il ne s’est pas défendu… Fractures au niveau du crâne, du nez, de la mandibule et du maxillaire. Il en est mort…

Lot et Garonne.

Cet homme de 55 ans avait du entendre parler de l’affaire Galinier… Il ne s’est pas défendu contre des cambrioleurs. Il est mort sous les coups… Si on retrouve les meurtriers, va t’on aussi leur trouver des circonstances atténuantes? Ces derniers porteront ils également plainte? Pauvre homme; victime d’une délinquance en baisse, selon les chiffres…

FDF

.

Un cambriolage qui a mal tourné ? Le franchissement du mur d'enceinte est possible…/Photo DDM.
Un cambriolage qui a mal tourné ? Le franchissement du mur d’enceinte est possible…/Photo DDM.

L’autopsie du corps de Jacques Gondrand a confirmé hier la piste criminelle. Sa voiture a été retrouvée à une dizaine de kilomètres de là. L’hypothèse d’un cambriolage qui tourne mal se précise.

Le mystère est résolu. Mais l’enquête continue et le plus dur commence. Avec désormais la certitude que Jacques Gondrand a bien été victime d’un acte criminel, vraisemblablement dans la nuit de samedi à dimanche. Alertés par son épouse et son gendre restés à Paris et inquiets de ne pas obtenir de réponse téléphonique, le matin, comme tous les jours depuis une semaine, les services de secours avait découvert le corps de cet homme de 55 ans baignant dans une mare de sang à son domicile pennois, à la Porte de Ferracap. Les premiers indices relevés par les gendarmes TIC (Techniciens en investigations criminelles), ne parvenaient pas à établir clairement le caractère homicide de l’acte irréparable. L’autopsie réalisée hier matin à l’hôpital d’Agen ne laisse planer aucun doute : il s’agit bien d’un crime. Sordide. La victime a été sauvagement battue et laissée pour morte à l’intérieur de sa résidence secondaire.

Les gendarmes de la Section recherche du groupement de gendarmerie revenus sur place dans la journée de lundi étaient toujours présents hier. À la fois pour assurer la surveillance de la résidence vide et pour poursuivre une enquête de proximité à la recherche du plus petit détail. Dans ce secteur particulièrement désert de la commune de Penne, une fois les vacances scolaires terminées, les témoins directs manquent pour progresser rapidement dans l’enquête. Depuis la découverte du corps de Jacques Gondrand, l’absence de la 106 Peugeot s’inscrivait comme un élément déterminant : un moyen pour le ou les auteurs du crime de s’enfuir rapidement de la Porte de Ferracap ? Cette voiture a d’ailleurs été retrouvée dans la journée d’hier à une dizaine de kilomètres de là et fait l’objet d’une attention particulière de la part des enquêteurs. Alors que la famille de la victime est arrivée sur place hier, les pistes qui s’ouvrent aux enquêteurs sont forcément nombreuses.

Un lien avec les vols de voitures?

Toute la question est de savoir, surtout, s’il y a un lien direct entre tous les vols dans les voitures commis depuis quelques jours à Penne-d’Agenais et les six subis, encore, par les propriétaires de voitures particulières dans la nuit de samedi à dimanche. Et que dire de ces deux véhicules 4×4 aperçus par un témoin près du domicile de Jacques Gondrand ? La victime aurait pu être le témoin involontaire d’actes délictueux. De là à franchir le pas et, pour de simples voleurs, devenir meurtriers, il y a tout un cheminement que les enquêteurs n’excluent pas, à l’évidence.

Tout comme n’est pas à exclure la possibilité d’un cambriolage qui a mal tourné. Le ou les cambrioleurs ayant pu s’introduire dans la maison par le mur d’enceinte de la rue Bombecul, haut de près de 2 mètres mais tout à fait franchissable selon les enquêteurs, le face à face mortel se produisant dans la cuisine de la résidence secondaire.

À part la présence des gendarmes du côté de la Porte de Ferracap, le vieux Penne a retrouvé un calme apparent.

L’inquiétude est toujours palpable dans les conversations avec les Pennois qui ne traînent pas dans les ruelles prétextant le vent froid du nord pour rejoindre un abri sûr. Depuis dimanche les vols dans les voitures se sont arrêtés.


Plusieurs coups à la tête

L’autopsie pratiquée hier au centre hospitalier d’Agen a révélé que Jacques Gondrand avait été victime de plusieurs coups à la tête avec des fractures au niveau du crâne, du nez, de la mandibule et du maxillaire. L’arme du crime n’a pas été retrouvée, mais il s’agirait d’un objet contondant. Les constatations montrent qu’il n’y aurait pas eu de lutte. Petit-fils du fondateur des transports internationaux Gondrand, vivant de ses rentes, la victime était passionnée par les objets de valeur qu’il collectionnait. Mais selon l’inventaire fait lundi soir par sa compagne, rien n’a été dérobé. Aucune effraction n’a été constatée.

Source: http://tinyurl.com/32u256l

22/08/2010

Encore? Un septuagénaire battu à mort chez lui à Paris !

.

Vous ne pensez pas que là, il faut faire quelque-chose en urgence. Il est grand temps. Qu’est-ce que c’est que tous ces maboules en liberté? On n’a pas le droit, mais il va falloir bientôt « s’équiper » sérieusement pour faire face à de telles situations…Et si on se prend un mois de prison, comme le père Galinier, pour avoir osé se défendre, tant pis. Justice aura été faite, au moins…

FDF


22/08/2010

L’agresseur a profité d’une visite familiale pour s’introduire dans l’immeuble de sa victime, qu’il a sauvagement agressée.

Il s’agirait d’un crime gratuit. Un septuagénaire est mort samedi après avoir été roué de coups par un homme, probablement déséquilibré, qui s’était introduit dans son immeuble du XVIIe arrondissement de Paris.

En fin de journée, «un homme visiblement agité», âgé d’une trentaine d’années, a pénétré dans le bâtiment au moment où une mère et sa fille y entraient. Il les a ensuite suivies jusqu’à l’appartement du père de la femme, venue lui rendre visite, a-t-on indiqué de même source.

«Pas de lien entre la victime et son bourreau»

L’homme a frappé la victime à coups de pied et de poing «avec une très grande violence» quand elle a ouvert la porte. La fille du septuagénaire a tenté sans succès de s’interposer, tandis que sa petite-fille, âgée d’une douzaine d’années, alertait les voisins qui ont appelé la police.

L’agresseur a été interpellé dans le hall de l’immeuble puis conduit à l’hôpital Sainte-Anne (XIVe arrondissement) car «il semblerait que ce soit un déséquilibré», a-t-on ajouté de même source. «Il n’y avait a priori pas de lien entre la victime et son bourreau». Le septuagénaire a succombé sous la violence des coups.

Source: lefigaro.fr



Note de DG: l’article ne dit pas si la fille de cet homme sera incarcérée pour avoir tenté de défendre son père…..