Francaisdefrance's Blog

12/06/2011

‘Niktamère »! « Nous, Arabes, ne savons pas écouter autrui et avons inventé le « dialogue unilatéral »

Une « nouvelle forme de dialogue »… Pour un dialogue, il faut être au moins deux, dont un qui comprenne ce que dit l’autre…

FDF

.



Ci-dessous des extraits d´une interview du présentateur égyptien Tarner Amin, diffusée sur la télévision d´Abu Dhabi le 15 mai 2011. Voir les extraits sous-titrés en anglais : http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/2954.htm
Tamer Amin : « Je regrette de dire que nous, dans le monde arabe, avons inventé une nouvelle forme de dialogue. Dans tous les autres pays et cultures du monde, le dialogue intervient entre deux parties. Nous, dans le monde arabe, avons inventé le « dialogue unilatéral ». Je parle, donc je détiens la vérité, je sais ce qui est juste, et vous devez  apprendre de moi. 

Comme vous l´avez dit au début de l´émission, cela a à voir avec l´éducation familiale. Le père détient l´autorité patriarcale, il connaît et comprend tout, il prodigue des conseils ; il donne des ordres et doit être obéi. A quel moment nous autres, enfants, avons-nous entamé pour la première fois un dialogue, pas une dispute, mais un dialogue avec nos pères ? Si vous vous rappelez, c´était à un âge plus avancé. Là est le problème. Ce qui est acquis à un jeune âge est inscrit dans la pierre. Malheureusement, ce n´est pas ainsi que nous avons été éduqués [au dialogue]. 

En outre, comme vous l´avez dit plus tôt, les régimes arabes nous ont délibérément privés de cela. En plus, connaissez-vous un seul Arabe – détenant un passeport [de pays] arabe – qui sait écouter ? 

Interviewer : Vous dites que nous n´excellons pas dans l´art d´écouter autrui

Tamer Amin : que nous n´excellons pas ?!  Nous en sommes complètement incapables ! […]

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french. Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.

Pillé chez  Gérard Brazon

15/01/2011

« LA CHARIA OU LE MARTYR »…

Des malades, je vous dis. Des malades…
FDF

.

UN POEME A APPRENDRE PAR COEUR

« LA CHARIA OU LE MARTYR »

C’est tout nouveau. Ca vient de sortir … en Afghanistan. Et c’est publié sur le web.

Vous apprécierez la recherche, la fluidité, la douceur des mots qui chantent l’espoir, la vie (des autres) … La recherche dans l’originalité… La justesse des rimes, la diversité des strophes, la simplicité des vers…
Un poème publié récemment par le Hizb-e-Islami Afghanistan, la deuxième plus grande organisation militante en Afghanistan, célèbre le djihad. Intitulé « Ya Shariat Shahadat » (la loi islamique ou le martyre), le poème a été mis en ligne sur oqab1.com, site officiel du Hizb-e-Islami Afghanistan.

Le Hizb-e-Islami Afghanistan, dirigé par Gulbuddin Hekmatyar, oeuvre aux côtés des talibans et des militants d’Al-Qaïda pour chasser d’Afghanistan les troupes américaines et celles de l’OTAN. Le groupe militant a appelé les Etats-Unis à fournir le calendrier du retrait de ses troupes d’Afghanistan comme condition préalable à toute négociation de paix. Ci-dessous une traduction du poème:[1]

LA CHARIA OU LE MARTYR

« Nous pouvons nous permettre tous les dangers pour la sainte religion de l’islam. »

La Charia ou le martyr est notre devise.
Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
Nous sommes les soldats de l’islam.
Nous pouvons dédier [au djihad] notre corps et nos richesses.
Nous pouvons nous permettre tous les dangers pour la sainte religion de l’islam.
C’est notre décision de chasser les infidèles de notre terre.

« Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie. »

Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
La Charia ou le martyr est notre devise.
Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
Chacun de nous a de la morale, à l’instar d’Ali et de Hamza,
de Massad et Mothana,
d’Omar et de Hudaifa.
Nous irons de l’avant avec le soutien d’Allah.
Nous mènerons le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
La Charia ou le martyr est notre devise.
Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
Nous vivons dans les hautes montagnes,
Loin de chez nous, dans les déserts.
Nous marchons sur des trônes
Pour libérer notre pays.

« Qu’importe si nous trouvons le martyr : notre drapeau flottera au vent. »

Qu’importe si nous trouvons le martyr :
Notre drapeau flottera au vent.
Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
La Charia ou le martyr est notre devise.
Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
Nous croyons en Allah seul.
C’est pourquoi nous n’avons peur de personne.

« Nous oublions le monde et accueillons la mort avec le sourire. »

Nous oublions le monde
et accueillons la mort avec le sourire.
Les poèmes de Zibi
[2] sont pour nous des cadeaux.

Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.
La Charia ou le martyr est notre devise;
Nous allons mener le djihad dans la morale jusqu’à la fin de notre vie.
Allah est grand.

 


 

[1]www.oqab1.com (Afghanistan), le 28 décembre 2010.

[2]Zibi est le nom de l’auteur du poème.

(3)  NDLR  martyr : Chrétien mis à mort ou torturé en témoignage de sa foi. (On l’appelait aussi martyr de la foi ou confesseur [de la foi].)
« ramassé avec des pincettes sur :
http://echodupays.kazeo.com/
source Memri