Francaisdefrance's Blog

15/12/2011

Deux niqabées arborent fièrement leurs condamnations… Ca se passe en France, bien sûr…

DE QUI PARLE -T -ON???
MEME A L’ETRANGER ON PARLE DE NOS BÂCHEES :  LE SUJET INQUIETE,  COMME INQUIETE LA MONTEE DE L’INTEGRISME MUSULMAN  EN EUROPE.
NE SONT-ELLES PAS MIGNONNES AVEC LEURS BÂCHES DIFFORMES,  COMME DES BELPHEGORS ARBORANT FIEREMENT LEURS CONDAMNATIONS?

ELLES VEULENT RIDICULISER  NOTRE REPUBLIQUE,
MAIS ELLES SE RIDICULISENT AUSSI,  les pauvres  – HORREUR!!!!!!!!  il y en a une qui ne porte pas de gants  : c’est un appel au viol ça!!!!!!!!
ET COMME LE DIT L’ARTICLE  ELLES VONT BIEN FINIR EN PRISON –

(NB :  pour la traduction:    GOOGLE TRADUCTION)

JC JC

.

Désolé; je n’ai pas eu le temps de traduire… Mais en est-il besoin?

Vous aurez compris qu’il s’agit de l’affaire de Meaux : http://tinyurl.com/3lq36vy

FDF

.

L’une des deux provocatrices.

.

.

French mother, 32, set to become first woman to be jailed for wearing banned Islamic veil

A 32-year-old mother from France is set to become the first woman ever to be sent to prison for wearing an Islamic veil.

Hind Ahmas refuses to accept the legitimacy of a Paris court which has ordered her to spend 15 days learning her civic duties.

She was sentenced by magistrates in Meaux, a Paris suburb, yesterday – after being arrested wearing an outlawed veil outside the Elysee Palace in the French capital on April 11.


Facing jail: Hind Ahmas, left, could be sentenced to two years in prison for wearing a banned Islamic head covering in France

That was shortly after Nicolas Sarkozy’s government introduced a ban on all forms of Islamic head coverings, including the niqab and the burka.

Ahmas was not allowed into the hearing at Meaux Criminal Court because she refused to remove her face covering.

But prosecutors made it clear to her lawyer, Gilles Devers, that Ahmas now faces two years in prison and a £27,000 fine.

‘There is no possibility of me removing the veil,’ Ahmas said.

‘I’m not taking it off. The judge needs citizenship lessons, not me.’

Ahmas, who has already refused to pay a fine of around £100 for wearing a veil on another occasion, intends to take her case to the European Court of Human Rights.

She has launched a pressure group, Do Not Touch My Constitution, along with Kenza Drider, another veil wearer who wants to run for president in the Spring.


New law: Ahmas, 32, pictured with would-be presidential candidate Kenza Drider, is taking her case to the European Court of Human Rights

If Ahmas does become the first woman in the world to go to prison for wearing a veil, then it will be seen as a huge propaganda coup for Islamic-rights campaigners.

Mr Sarkozy said the ban on head coverings was not aimed at persecuting Muslims, but merely to make France a more tolerant, inclusive society.

When it was introduced, he said the ban was aimed at stopping criminals – from terrorists to shoplifters – disguising their faces from security staff and CCTV.

But the sight of a young mother being led away to the cells merely because she refuses to take off her veil will cause outrage around the world.

Mr Devers said the veil ban was ‘unconstitutional’, while senior police officers have told judges that it is unenforceable without persecuting women.

France became the first country in Europe to outlaw the veil, while similar legislation has since been passed in Belgium and Holland.

One has been mooted in Britain by a number of politicians, including Conservative backbenchers, but there are no immediate plans to introduce one.

Source: http://www.dailymail.co.uk/

22/09/2011

2012: la candidate du niqab et de la provocation…

(Un petit « coucou » en passant…).

Incroyable! C’est « Alice au pays des merguez »?

On l’attend pour les 500 signatures d’élus nécessaires pour pouvoir se présenter, cette Belphégor des bacs à sable… La candidate masquée (comme le comcombre, pour ceux qui l’ont connu…).

 

FDF

.

Une femme intégralement voilée annonce sa candidature à la présidentielle, à Meaux, fief de Copé. Histoire d’un coup médiatique.

 

Elle s’appelle Kenza Drider, elle est d’origine marocaine, habite Avignon et elle est candidate à l’élection présidentielle. Signe particulier : son visage est caché par un voile noir. Elle porte le niqab « depuis treize ans », précise-t-elle. Mercredi, à Aulnay-sous-Bois, elle donnait une première conférence de presse en exclusivité à des médias choisis : Le Point.fr, CNN et l’agence américaine Associated Press.

Pour ceux qui ont suivi le long feuilleton du vote de la loi interdisant de dissimuler son visage dans les lieux publics, Kenza Drider n’est pas une inconnue. C’est même une « star » ! Elle a été la seule femme intégralement voilée à être entendue par la mission parlementaire chargée du sujet, en décembre 2009. Avant cela, elle avait déjà accordé des entretiens au Figaro Magazine, sur RMC, avant d’enchaîner avec RTL, France 5, Paris Première, France 2, et même la BBC. La jeune femme – elle dit qu’elle a 32 ans – a déjà eu plus que son quart d’heure de gloire.

Pas de hasard

Aujourd’hui, jeudi, elle remet ça en annonçant à Meaux sa candidature. Pourquoi Meaux ? Mais parce que c’est la ville dont le député-maire est Jean-François Copé, pardi ! Le secrétaire général de l’UMP fut l’un des artisans du texte honni. Le 5 mai, c’est donc dans cette petite ville de Seine-et-Marne que deux femmes voilées jusqu’aux yeux sont venues lui offrir un gâteau pour son anniversaire. À la clé, deux P-V dressés et une convocation au tribunal de police. La sentence (en l’espèce, l’amende de 150 euros prévue par la loi) devait tomber le 16 juin. Mais l’affaire a été reportée à… aujourd’hui. Le choix de la date, comme celle du lieu, ne doit donc rien au hasard !

Car, derrière la candidature de Kenza Drider, se trouve un comité de soutien dont le président n’est autre que le fondateur de Touche pas à ma Constitution, Rachid Nekkaz. Depuis le vote de la loi, cet entrepreneur qui a fait fortune grâce à Internet avant de se reconvertir dans l’immobilier, ne cesse de s’y opposer par tous les moyens. En juillet 2010, il annonce qu’il va régler les amendes des femmes verbalisées. La stratégie est mise en échec, faute d’amende. Selon lui, une seule contravention a jusqu’à présent été prononcée, à Roubaix. D’où une autre méthode : faire condamner la France par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Mais pour porter le cas à Strasbourg, il faut, selon Rachid Nekkaz, saisir la CEDH dans un délai de trois mois après qu’une amende a été prononcée. Celle de Roubaix ? La personne nous a avertis trop tard, regrette Rachid Nekkaz.

« Les associations féministes sont sectaires » (Kenza Drider)

Lui et son acolyte Kenza Drider attendent donc, non sans gourmandise, que la condamnation tombe jeudi au tribunal de police de Meaux pour faire condamner cette loi qu’ils estiment contraire à la Constitution, et attentatoire à la liberté élémentaire d’aller et venir des citoyennes, « assignées à résidence ». « Si l’amende est prononcée, nous entamons la procédure, dit-il avec délectation. Et cela devrait nous amener en 2017 », année qui pourrait voir Copé se présenter à la présidentielle.

En attendant cette échéance lointaine (et juridiquement pas si certaine !), l’homme a choisi de multiplier les coups d’éclat. Militant au PS, il s’est présenté à la primaire socialiste en juin. L’initiative a fait pschitt. Le voilà donc en président du comité de soutien à « la candidate de la liberté », qui a accepté d’être le porte-drapeau de « la cause de toutes les femmes ». Une initiative que Rachid Nekkaz n’hésite pas à qualifier de féministe, tandis que Kenza, elle, trouve le mot réducteur. « Les associations féministes sont sectaires », affirme-t-elle. Impossible de savoir si, derrière son voile, la jeune femme a souri.

Source et vidéo: http://www.lepoint.fr/societe/2012-la-candidate-du-niqab-22-09-2011-1376118_23.php

27/02/2011

Vive la « diversité ». Un imam coupable de mariages illégaux !

Et ça continue! Et que certains continuent aussi à aduler cette idéologie d’amour, de paix et de tolérance… Ce con va faire grimper les chiffres de l’islam carcéral… Ohhhhhh, je sens qu’il va se sentir « heurté », là…

FDF

.

Un imam d’une mosquée de Chelles (Seine-et-Marne) a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Meaux pour avoir célébré des mariages illégaux et avoir perçu indûment des allocations chômage, a-t-on appris samedi de source judiciaire. L’imam a été « condamné pour avoir célébré plusieurs mariages religieux avant le mariage civil et pour escroquerie à l’assurance-chômage« , a déclaré à l’AFP le procureur adjoint du parquet de Meaux, André Ribes, confirmant une information du Parisien. 

Pour ces délits, il a écopé de « six mois de prison avec sursis et d’une amende de 1.500 euros » et devra verser « 11.000 euros d’indemnités à l’assurance chômage », a-t-il précisé, soulignant qu’il aurait célébré « plusieurs mariages » courant 2006 et 2007. A l’audience en décembre, « il a plaidé le fait que le mariage religieux musulman n’existe pas et qu’il ne faisait que bénir les fidèles ». En ce qui concerne l’escroquerie, il a prétendu ignorer qu’il était interdit de cumuler un salaire ou des dons de la part des croyants musulmans avec les allocations de chômage, a poursuivi le magistrat. Plusieurs couples auraient été mariés par l’imam sous cette forme en présence de témoins, rapporte Le Parisien.

Source: http://www.lefigaro.fr/

24/10/2010

Ca commence… Un homme condamné pour avoir obligé sa femme à porter le voile intégral.

C’est vraiment une bande de sales cons, ces intégristes… Celui-ci a pris cinq mois avec sursis… Elle a intérêt à se barrer vite fait, la dame.

FDF

.

MEAUX

La femme avait déposé plainte contre son mari pour « violences volontaires aggravée

Un « jeune homme » de 28 ans vient d’être condamné à cinq mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir contraint son épouse au port du voile intégral. Cette dernière, âgée de 25 ans et domiciliée dans le quartier de Beauval à Meaux (Seine-et-Marne), avait déposé plainte contre son mari pour « violences volontaires aggravées » le 16 septembre. Convoqué par les policiers le 14 octobre et placé en garde à vue, le mari, Yassine N., avait reconnu les faits.

Jusque-là inconnu des services de police, le jeune homme, qui se présente comme un islamiste intégriste, imposait toute une série d’interdits à son épouse. Outre le port du voile intégral, la jeune femme issue d’une famille musulmane, mais non pratiquante, avait été contrainte de quitter son poste à Pôle emploi. Elle n’avait pas le droit d’entrer en contact avec des personnes non croyantes ou encore de téléphoner. L’épouse ne pouvait pas non plus regarder les programmes de télévision sur des chaînes occidentales, seulement sur la chaîne islamiste Iqra. Soumise à tous ces interdits, la jeune femme s’est finalement rebellée. Conséquence : son mari l’a rouée de coups… Ce qui l’a motivée pour se rendre à la police.

Source: http://www.lepoint.fr