Francaisdefrance's Blog

12/03/2012

Ces matières qu’on ne peut plus enseigner à l’école, les paroles que ne peuvent plus prononcer les enseignants…

La bienpensance veut que l’on n’enseigne plus pas l’essentiel… Et il est interdit de « heurter » certains élèves…

FDF

.

Quand les crispations confessionnelles, se retrouvent à l’école  les enseignants  se retrouvent seuls  face  aux revendications religieuses  de certains élèves.  Et en sont réduits à trouver des parades ou à éviter les sujets qui fâchent.

Lisez  cet article de MARIANNE   :  c’est passionnant   et montre l’une des raisons de la décadence  de notre enseignement en France, et les difficultés des enseignants à exercer leur métier.

JC…

.

http://www.scribd.com/fullscreen/84202832

27/04/2011

Sos Racisme et Skyrock : une relation incestueuse…

Un billet des plus intéressants…

FDF

.

Skyrock et Sos Racisme : le recyclage des « anciens potes»

La station de radio Skyrock, spécialisée dans le « hip-hop« , était en ébullition depuis une dizaine de jours. L’objet de cette agitation : le départ du président de la radio, Pierre Bellanger (photo), (dont le salaire annuel s’élève à 620 000 euros annuels), voulu par le fonds de pension et actionnaire majoritaire, « Axa Private Equity » . Après 10 jours de mobilisation de la part des « jeunes auditeurs« , les animateurs et les rappeurs, les 2 parties ont trouvé un accord économique. Le président Pierre Bellanger ,qui bénéficie d’un fort soutien des élites politiques de ce pays, a réussi à faire intervenir le Crédit agricole pour lui venir en secours. Le Crédit agricole a ainsi acquis 30 % du groupe. Une part qui sera apportée, avec les 30 % encore détenus par Pierre Bellanger, à un holding commun. Ce dernier sera détenu à 51 % par Pierre Bellanger et à 49 % par Crédit agricole.

Un important réseau politique

Cette mobilisation autour du sulfureux Pierre Bellanger, condamné en appel en 2010 à 3 ans de prison avec sursis et 50.000 euros d’amende pour avoir « favorisé la corruption»  de Laetitia, jeune fille âgée de 17 ans au moment des faits, « en l’initiant à diverses formes de sexualité, notamment de groupe, homosexuelle ou sado-masochiste, y compris avec la participation de sa sœur aînée« , a permis de découvrir ses très nombreux relais politiques dans les plus hautes sphères du pouvoir.  Tour à tour,  Benoît Hamon, Jack Lang, Jean-Luc Melenchon, François Hollande, Rama Yade, Rachida Dati, Frederic Mitterrand, Christine Boutin, Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand sont venus lui apporter leur soutien  !

Un « média utile»  pour Nicolas Sarkozy

Selon le magazine Marianne, trois jours après l’annonce de son éviction, Pierre Bellanger a téléphoné à Xavier Musca, le secrétaire général de l’Elysée, et à Franck Louvrier, porte-parole de Nicolas Sarkozy, pour s’assurer de leur soutien. « Pierre connaît le président depuis très longtemps. Sa première radio, la Voix du Lézard (qui deviendra Skyrock en 1986), était installée à Neuilly, explique le conseiller en communication du président. On lui a dit qu’on allait l’aider à trouver une solution, parce que Skyrock est un média utile« .

Dès le début du conflit entre Pierre Bellanger et le fonds d’investissement, Sos Racisme à « exprimé sa plus vive inquiétude« . En effet, Pierre Bellanger, fondateur de la radio, « s’est constamment attaché à développer une radio en phase avec une part substantielle de la jeunesse de ce pays, en faisant de cette radio un espace unique d’expression d’une culture urbaine trop souvent caricaturée et marginalisée ainsi qu’un espace de dialogue d’une jeunesse aisément considérée comme un danger à la stabilité de la société« . Pour les « potes»  de Pierre Bellanger, ce « débarquement n’augure rien de bon quant à la capacité de cette radio à tout simplement continuer à exister»  et montre « également peut-être le signe d’une volonté, en une morale douteuse et réactionnaire, de vouloir priver une partie de la jeunesse d’un de ses canaux favoris d’expression» .

Et le fait qu’on retrouve de nombreux cadres de Sos Racisme à Skyrock n’est sûrement pas étranger à cette prise de position. Depuis 2001, le directeur des relations institutionnelles de la radio n’est autre que Malek Boutih, ancien secrétaire général de Sos Racisme. Quant au poste de responsable de la communication de Skyrock, il est régulièrement trusté par les anciens potes de Sos Racisme, notamment Mamadou Gaye et David Roizen.

Pour ces anciens de Sos Racisme, le fait que cette station se fasse le relais de nombreux propos et chansons s’attaquant à la France n’a évidemment jamais posé le moindre problème….

Planète Rap spécial « Sniper», auteur de la fameuse chanson « La France» :
les vidéos sont sur http://fr.novopress.info/83548/skyrock-et-sos-racisme-le-recyclage-des-%c2%ab-anciens-potes%c2%bb/

Source: Novopres le 25 avril 2011

12/08/2010

A trop jouer de la médiatisation…

«Marianne» traite Sarkozy de «voyou»: «C’est l’effet boomerang»…

11.08.10

Pour Arnaud Mercier, le chef de l’Etat, pour avoir trop «charmé» les journalistes, prend aujourd’hui un retour de bâton classique…

Il y a trois semaines, la droite tombait violemment contre Mediapart, un site aux «méthodes fascistes», coupable d’avoir mis au jour l’affaire Woerth-Bettencourt. Depuis le début de la semaine, c’est Marianne qui est ciblé, notamment par Nadine Morano, pour avoir barré sa dernière une d’un «Le Président voyou».  «Lorsqu’on est journaliste et qu’on écrit dans un magazine qui s’appelle Marianne, qui est un de nos symboles de la République (…) et qu’on utilise des propos tels qu’il a été utilisé à la Une de Marianne, c’est simple: soit on change de nom, soit on présente des excuses publiques, parce que ce n’est pas acceptable», a notamment déclaré la secrétaire d’Etat à la famille. 20minutes.fr a demandé à Arnaud Mercier, spécialiste de la communication politique au CNRS, d’expliquer les relations complexes de la presse et du pouvoir.

Pourquoi les attaques de membres de la majorité contre la presse, que ce soit contre Marianne ou contre Mediapart, se multiplient?
C’est un grand classique d’accuser les journalistes d’excès de toute sortes quand les hommes politiques sont dans une mauvaise posture. Ce genre d’arguments, ce sont des contre-feux habituels. Et ce n’est pas un hasard si c’est un gouvernement de droite qui se livre à se type d’attaque. La droite parlementaire, en France comme aux Etats-Unis, a toujours considéré que la presse était de gauche, donc leur était opposée. Et l’électorat de droite partage cet avis. Du coup, il approuve l’offensive. De manière générale, crier au scandale, crier au loup, cela permet de ressouder l’électorat derrière soi.

La presse est-elle toutefois exempte de tout reproche dans le traitement accordé à Nicolas Sarkozy?
Je me demande si la presse n’est pas dans une phase de l’après-Sarkozy, comme il y a eut une phase «après Guerre du Golfe» ou après «Timosoara», deux événements où les médias se sont fait piéger. Ils s’en sont rendus compte et désormais ils sont dans une phase où ils n’ont plus envie de se faire avoir, se faire charmer, donc ils vont plus décortiquer, être plus exigeant. C’est une forme de compensation par rapport au moment où ils se sont fait piéger.

C’est donc aussi la faute de Nicolas Sarkozy?
Il a énormément joué de la médiatisation. Il a instauré lui-même une relation particulière avec les journalistes, il a transgressé les barrières habituelles avec les médias, il oblige le tutoiement par exemple, pendant sa campagne. Une fois la phase de séduction passée, il en est au stade où ses promesses ne sont pas tenues. Du coup, le type de lien qu’il a créé peut se retourner contre lui. C’est l’effet boomerang. Comme il a créé un climat d’intimité, les journalistes se sentent peut-être plus libre de critiquer.

Marianne , avec sa une du «président voyou» ne va-t-il pas trop loin?
Sa ligne éditoriale est très claire depuis le début: elle est anti-Sarkozy. Sur le plan politique mais aussi sur le plan de sa personnalité. Souvenez-vous en 2007 de sa couverture «Sarkozy est-il fou?». Ils ont le droit d’avoir cette ligne à partir du moment où c’est étayé.

Propos recueillis par Maud Pierron
Source: http://www.20minutes.fr