Francaisdefrance's Blog

28/05/2011

Montauban: la mairie refuse de marier un couple franco-tunisien…

Deux mois qu’il est en France, le futur marié Tunisien; ça ne vous dit rien?…

Il est certain qu’il y a du « mariage blanc » dans l’air, dans cette affaire, la future épousée étant Française… Excellente réaction républicaine de la députée-maire. La naturalisation à la sauvage, c’en est trop ! La loi impose des règles strictes dans ce domaine. A Montauban, la stigmatisation bat son plein. A la charge de la mairie: ils auraient du prévenir les intéressés plus tôt, par politesse. Mais bon; tout le monde a droit à l’erreur…

FDF

.

C’est juste dans la cour de l’hôtel de ville que les futurs mariés et un cortège de 200 invités ont appris samedi que la mairie s’opposait à cette union d’un Tunisien avec une Française .

Décidément l’hôtel de ville de Montauban a vécu samedi dernier de drôles de moments. Imaginez que comme précisé par les bans du service de l’Etat-Civil on devait y célèbrer l’union d’un jeune tunisien Youness et de sa future épouse : Sylvie.Le couple était suivi par un important cortège d’environ deux-cents personnes. Invitées à cette célébration et ensuite au repas de fête préparé chez la sœur de Youness .Ceux qui allaient se dire oui s’apprétaient à monter les marches vers la salle des mariages lorsque l’officier de l’Etat-civil ceint de l’écharpe tricolore vint à leur rencontre pour annoncer tout de go que la députée-maire avait décidé de ne pas faire célébrer ce mariage,par l’adjointe en charge des cérémonies ce jour-là.C’est alors la colère et l’incompréhension parmi les invités qui ne comprennent pas du tout cette volte-face de dernière minute .

Les futurs mariés déposent plainte lundi

Car le parquet et le procureur de la République avaient donné leur accord.Le futur couple éclate en larmes et la femme en proie à une crise de nerfs est dirigée sur les urgences de l’hôpital où ils ont reçu de plus le réconfort d’un médecin psychologue.Tout cela parce que Brigitte Barèges et ses services ont soupçonné un «mariage blanc» entre un jeune tunisien arrivé en France depuis mars et une femme(1). Youness est catégorique là dessus : « Je suis en règle.J’ai un dossier à la préfecture à Toulouse qui va être transmis à celle de Montauban.J’ai un titre de séjour .On avait été reçu à la mairie, une personne nous avait dit de laisser nos coordonnées et qu’on aurait rendez-vous…Depuis plus rien.Ce refus est illégal. On a consulté un avocat et on va déposer plainte en début de semaine prochaine,au tribunal administratif car ce refus constitue une voie de fait »

Au parquet de Montauban on ajoute : « La substitut du procureur a été interrogée par la mairie.Le parquet en l’état des pièces ne voit pas d’obstacles à la célébration du mariage» .Même si dans ce genre d’affaire il faut faire preuve d’un extrême prudence.Contactée par nos soins via son chef de cabinet et aussi par courrier électronique Brigitte Barèges n’a pas voulu s’exprimer hier soir sur ce sujet.

(1) Sur le site Médiapart qui fait état de cette affaire hier matin dans un dossier dévolu aux récentes déclarations de Brigitte Barèges sur les mariages «gays», l’auteur de l’article écrit après le feu vert au mariage donné par le parquet le 19 mai : « Le compte-rendu de la mairie était mensonger .C’est une affaire hallucinante.» rapporte à Médiapart une source du syndicat de la magistrature.


Pour la cimade c’est «illégal et anticonstitutionnel»

Pierre Grenier est le délégué pour Midi-Pyrénées de la CIMADE .L’antenne Tarn-et-Garonnaise est d’ailleurs aux côtés du couple depuis que le refus de célébration a été rendu public .Cette affaire dit-il : « est liée à un discours ambiant.Mais il faut savoir que refuser un mariage civil sur lequel les autorités judiciaires ne trouvent rien à redire c’est illégal et anticonstitutionnel .Cela se produit dans plusieurs autres villes . Mais pas dans la région et encore moins récemment .»

Source: http://www.ladepeche.fr/

22/11/2010

Nouvelle forme d’immigration clandestine… !

Le scandale des « faux étudiants étrangers », nouvelle forme d’immigration clandestine… !

Source : http://www.francesoir.fr/

Sur les 266.000 étudiants étrangers qu’accueille la France, plusieurs milliers s’inscrivent chaque année dans nos universités pour le seul but d’obtenir une carte de séjour.

Personne n’ose le dire, mais le phénomène n’est pas marginal, et il est connu en haut lieu. Alors que le nombre d’étudiants étrangers accueillis en France a augmenté de 75 % en dix ans, parmi eux le nombre de « faux étudiants » a explosé. Dans certains pays d’Afrique et d’Asie, l’inscription dans une université européenne est présentée comme la meilleure façon d’émigrer, sans aucun risque et en toute « légalité ». Ainsi, sur le site de la radio mauricienne Radio Moris, un article explique sans aucune ambiguïté : « Visa étudiant, tremplin pour émigrer. » Et de citer le responsable d’une société mauricienne, SAJ, spécialisée dans l’aide à l’émigration. Selon lui, la moitié des demandes d’inscription dans les universités européennes émanant de l’île Maurice sont en réalité des moyens d’émigrer, sans aucun rapport avec les études.

Cette filière de l’émigration cachée ne se limite pas à la seule petite île Maurice. D’après notre enquête, chaque année, plusieurs milliers de « faux étudiants », essentiellement des jeunes venant du Maghreb et d’Afrique noire, utilisent cette filière « universitaire » pour s’installer dans notre pays. Certes il n’existe pas de statistiques officielles. Mais en extrapolant à partir des chiffres individuels que nous ont fournis certains enseignants, ont peut évaluer le nombre de « faux étudiants » étrangers à plusieurs milliers. Ces abus ne remettent évidemment pas en question l’accueil des étudiants étrangers en France, mais seulement les dérives d’un système mal contrôlé. Comme le souligne un professeur : « Soyons clair, le scandale concerne uniquement les jeunes étrangers qui s’inscrivent à l’université dans le seul but d’entrer dans notre pays, sans aucune intention d’étudier. » Dans ses propres cours, il évalue à 7 % le nombre de « faux étudiants » qu’il ne verra qu’une seule fois dans l’année… le jour de l’inscription.

Le nombre de ces étudiants fantômes – qui sont de vrais immigrants cachés – est très variable selon les disciplines et selon les universités. Certains doyens disent ne pas connaître le phénomène. Mais d’après des sources enseignantes concordantes, il est réel et concerne l’ensemble du territoire.

On ne vérifie rien

Il faut dire qu’il est très facile de tricher et qu’il n’y a pas réellement de sanctions contre ces « faux étudiants ». En effet, tout étranger justifiant d’un examen équivalent à notre bac ou à une licence peut s’inscrire dans une université française. Il doit simplement passer un entretien auprès de l’ambassade de France, dans son pays d’origine, afin de vérifier qu’il parle… un tant soit peu français. De notoriété publique, ces contrôles sont approximatifs. « Nous voyons arriver en fac des étudiants qui parlent à peine notre langue ou qui ne savent pas écrire. Ils ont pourtant obtenu un feu vert des ambassades », dénoncent à l’unisson les enseignants interrogés par France-Soir. Cette semaine, la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, l’a confirmé : nos universités reçoivent des étudiants « parfois incapables de suivre un cours en français » !

Alors, pourquoi vient-on étudier en France si on ne parle pas un mot de français ? Un professeur de l’université de Villetaneuse répond sans hésitation : « Pour obtenir une carte de séjour et émigrer en France. » Dans son amphithéâtre, il ne compte que 6 Français sur 40 étudiants. La majorité d’entre eux viennent d’Algérie.

Résultat : « des inscriptions massives et non contrôlées dans nos universités », comme l’expliquait, dès 2009, un rapport commandé par le ministère de l’Enseignement supérieur et le Quai d’Orsay sur les étudiants chinois en France. En Chine, il existe même des officines spécialisées qui promettent aux jeunes Chinois des visas d’entrée en France, avec inscription à l’université, carte de séjour et logement.

Un enseignant accuse : « Le véritable scandale, c’est le laxisme des autorités consulaires et universitaires françaises, qui ne font pas de contrôles adéquats. Ni dans les pays d’origine de ces étudiants, ni à l’université. » Et il est vrai que le phénomène est connu. En 2008 déjà, Brice Hortefeux, alors ministre de l’Immigration, admettait publiquement : « La filière étudiante de l’immigration clandestine, chacun sait qu’elle existe. »

Tout le monde est au courant

L’inscription en fac coûte entre 170 et 550 €, un des tarifs les plus bas du monde. Elle donne automatiquement droit à une carte de séjour de un an, renouvelable trois ans. Au terme de sa troisième année en France, l’étudiant verra renouveler sa carte de séjour s’il  a pu valider… ne serait-ce qu’une année effective à l’université. Les mesures prises en 2008 pour déceler les « faux étudiants » restent facilement contournables.

Une professeure parisienne en économie nous révèle, sans illusion : « La plupart des étudiants que j’auditionne pour entrer en master 2e année n’ont qu’une seule idée, obtenir une carte de séjour et trouver des petits boulots pour rester chez nous. Très peu ont l’intention de retourner dans leur pays. » A l’université de Marne-la-Vallée, un de ses collègues confirme : « J’ai retrouvé ici, en master 2, un étudiant algérien que j’avais eu dans une autre fac… quatre ans plus tôt ! Il en était à son 6e master 2. » Il ajoute : « Nous écartons chaque année des centaines de dossiers douteux… mais nous laissons aussi passer des dizaines de tricheurs. »

Pour renouveler leur carte de séjour, ces étudiants doivent présenter en préfecture, en début d’année universitaire, des certificats d’assiduité. Mais dans les faits, malgré la centralisation des fichiers, il reste possible de contourner cet obstacle, notamment en redoublant, en s’inscrivant dans une autre fac ou en produisant… un faux.

Autre raison de ce laxisme : certaines filières universitaires n’offrent plus aucun débouché professionnel. Dans ces sections, il y a donc une chute des inscriptions d’étudiants français. Afin d’éviter la fermeture pure et simple, et donc la suppression de postes d’enseignants, certaines universités recruteraient en nombre des étudiants étrangers afin de maintenir un certain effectif. Une professeure de Paris-XIII confirme : « Dans ce contexte, nous faisons parfois preuve de laxisme vis-à-vis des éventuels faux étudiants. »

Ces abus longtemps cachés finissent par coûter cher à la société. Ils nuisent à la qualité et à la réputation de notre enseignement supérieur, à tel point que l’université de Villetaneuse a fini par porter plainte pour des tricheries aux inscriptions. « C’est une façon de se couvrir, car ça sent le roussi, ironise un professeur, désabusé. En réalité, les abus et les dysfonctionnements sont beaucoup plus importants qu’on ne le dit. »

La France n’est pas le seul pays concerné par cette forme d’immigration cachée. L’Angleterre connaît le même phénomène, à très grande échelle. Seule différence : là-bas, le scandale est dénoncé haut et fort.

Commentaire : Immigration en France, mode d’emploi…

–         Rentrer clandestinement avec un passeur (mer, route, rail) puis demander la protection des associations pro-immigrés…

–         Arriver avec un visa de tourisme court séjour et rester à l’issue…

–         Arriver avec un visa pour une compétition sportive, ou une tournée artistique et rester en France à l’issue..

–         Rentrer avec un visa étudiant bidon sans jamais repartir…

–         Demander l’asile pour risques prétendus dans le pays d’origine…

–         Demander l’asile pour « homosexualité dans un pays islamique », menaces d’excision de sa fille en Afrique…

–         Demander l’asile pour motif religieux (Chrétiens persécutés par les musulmans)

–         Demander un visa pour motif médical, au prétexte d’incompétence du pays d’origine..

–         Séduire artificiellement une Française ou un Français en vacances en Afrique ou ailleurs et venir en France avec (escroquerie sentimentale et mariage gris)

–         Payer pour obtenir un mariage blanc avec un citoyen Français …

–         Etc, etc….