Francaisdefrance's Blog

29/02/2012

1 Mars 1962… Mers El-Kébir. L’assassinat de la famille Ortéga.

Photo d’illustration…

.

Personnellement, je n’arrive pas à comprendre pourquoi certains ont prévu de faire défiler l’armée algérienne le 14 juillet 2012 sur les Champs Elysées. Devoir de repentance? Même pas. Se repentir de quoi? Soumission, plutôt…

En contrepartie, notre armée devrait aller défiler le jour de la fête nationale algérienne chez Bouteflika. Ben quoi? Echange de bons procédés, non?

Bon; il est certain que nos soldats pourraient bien se produire sous une avalanche de crachats… Mais, en France, on a déjà l’habitude…

Lisez ce qui suit.

FDF

« Aucune cause ne justifie la mort de l’innocent. Si je peux comprendre le combattant d’une libération, je n’ai que dégoût devant le tueur d’enfants » (Albert CAMUS)

Le printemps était revenu, avec ses éveils de sève, les gouttelettes vertes et les blanches éclosions des fleurs au bout des branches. C’était le retour des papillons, des oiseaux, de la vie. Tout reverdissait comme par enchantement ; les mimosas, fleuris à profusion, ressemblaient à d’énormes bouquets dans lesquels les colibris chantaient de leur toute petite voix douce, pareille à la voix des hirondelles qui jaseraient en sourdine. Et la nature s’était tant hâtée d’enfanter tout cela, qu’en huit jours elle avait tout donné…

Pourquoi tant de hâte ? Savait-elle alors que c’était là son dernier printemps ?… Voulait-elle offrir une ultime vision de Paradis à ceux pour qui le glas allait sonner ?

Le 1er mars 1962, tombait un jeudi. Il faisait le temps même de la vie, le temps qu’on imagine pour le Paradis. Un air doux et léger, un ciel aux profondeurs bleues à qui le soleil réservait sa plus fastueuse débauche de lumière, une senteur subtile de jardin laissait supposer une journée radieuse…

Il était environ 11h, un groupe de Musulmans fit irruption dans la conciergerie du stade de La Marsa, à Mers El-Kébir, tout près de la base militaire. Dans une véritable crise de folie meurtrière collective, ces hommes s’emparèrent de la gardienne, une européenne de trente ans, Mme Josette Ortéga et, sans la moindre raison, à coups de hache, la massacrèrent. Couverte de plaies affreuses, dans un ultime effort, elle tenta de s’interposer entre les bourreaux déchaînés et son petit garçon, mais en vain. Les tortionnaires déments frappèrent encore sous les yeux horrifiés du petit André, quatre ans, puis quand il ne resta plus qu’une loque sanguinolente, ils se saisirent de l’enfant et lui broyèrent le crâne contre le mur.

Alors que, leur forfait accompli, ils s’apprêtaient à partir, ils aperçurent la fillette, Sylvette, cinq ans, qui venait du jardin, les bras chargés de fleurs. Aussitôt l’un des hommes se jeta sur elle, la roua de coups puis, la saisissant par les pieds, lui fracassa la tête contre la muraille.

Quand M. Jean Ortéga, employé à la direction des constructions navales, franchit la grille du stade, le silence qui régnait le fit frissonner. D’ordinaire, ses enfants accouraient, les bras tendus dans un geste d’amour. Une angoisse indéfinissable le submergea. Il approcha lentement, regarda autour de lui… puis, là, dans la cour, un petit corps désarticulé tenant encore dans ses mains crispées des géraniums, la tête réduite en bouillie, une large flaque de sang noirâtre tout autour.

L’univers qui tourne comme une toupie : rouge, noir, blanc ; parler… crier… non… rien : l’effondrement enfin, salutaire, libérateur, mort et vie à la fois : le hurlement. Il se précipita, se figea devant le corps de son enfant, les yeux fixes, la bouche ouverte, semblant avoir été atteint par une soudaine paralysie. Puis son regard se porta à l’entrée de la maison… une mare de sang, un corps gisant, disloqué, mutilé par d’horribles blessures et près de lui, une petite forme qui n’avait plus de visage humain. Ce fut l’écroulement, la folie, la fin du monde…

… Ce sont là des mots qui pleurent et des larmes qui parlent…

Comme on pouvait s’y attendre, la funeste nouvelle se répandit comme un éclair. Le nom des victimes courut sur toutes les bouches ; les commentaires, les controverses violentes, les supplications lamentables, les récits décousus, les vociférations se fondèrent en une rumeur profonde d’ouragan prêt à se déchaîner.

Les Kébiriens étaient anéantis. La famille Ortéga était connue et aimée de tous. Les supporters du club de football « La Marsa » la côtoyait chaque dimanche.  Après le choc, ce fut la révolte… Comment demeurer impassible après une telle monstruosité ? Comment prêcher la modération à un père qui découvre pareille horreur ? Quelles paroles de consolation pourrait-on lui apporter ? La lutte pour l’indépendance de son pays justifie-t-elle de semblables abominations ?

Et la rumeur s’amplifia… et le tonnerre gronda…

–          Ils sont morts ? Comment sont-ils morts ? Qui a fait cela…

Il y avait dans ces questions un frémissement de colères, un foisonnement de fureurs, une tempête encore contenue de vengeances. L’amour patiemment cultivé depuis des générations s’était subitement transformé en une haine qui bouillonnait dans toutes les âmes.

Les opinions s’échauffaient, s’exaspéraient, s’entrechoquaient et l’esprit de vengeance se réveilla en cette population assommée et exacerbée par tant d’années de terrorisme sordide. Sous les rougeurs tragiques du crépuscule, la cohue houleuse prit l’apparence d’une horde de sauvages mutinés. L’unique pensée qui talonnait tous ces gens, la pensée soudaine qui avait traversé tous les esprits comme un éclair, c’était d’empoigner le premier arabe venu pour frapper.

Sur la grande clarté fauve du soleil déclinant, une sorte de fatalité pesait sur toutes les consciences… et le tragique enchaînement de la violence se perpétua aux confins de la folie.

Si l’on ne pouvait excuser tout à fait ce talion, on pouvait, tout au moins, essayer de le comprendre. Voilà sept années que l’on massacrait en Algérie, que l’on mutilait, que l’on violait et que l’on pillait. Aujourd’hui, les Européens répliquaient et versaient dans le désespoir. Voilà les causes des « ratonnades » et de la vengeance ! Voilà la raison de la création de l’OAS !

Si la France avait été vraiment à la hauteur de sa justice, elle n’aurait pas permis qu’un condamné à mort comme M. Chadli, avec cent-treize attentats sur la conscience, soit jugé le mardi et « évadé » le vendredi… Comment dans ce cas ne pas faire justice soit-même ?

Comme de coutume, la presse métropolitaine –hormis le journal « L’Aurore »- se garda bien d’évoquer dans le détail l’assassinat de la famille Ortéga. A l’inverse, elle se déchaîna contre cette « nouvelle  ratonnade » en indiquant que « les tueurs nazis de l’OAS se livraient au racket et au massacre sur les Musulmans et les « patriotes » gaullistes ! »

Ainsi ces vertueux journalistes au « coeur sur la main » oubliaient la terreur qu’imposait quotidiennement le FLN ; ils ne se souvenaient plus des charniers de Melouza et d’El-Halia, des soldats français torturés et dépecés encore vivants dans les gorges de Palestro, des bombes du stade d’El-Biar et du casino de la Corniche ; ils ne prêtaient aucune attention aux grenades qui explosaient chaque jour dans les écoles, les cafés, les arrêts d’autobus et qui déchiquetaient les jeunes enfants ; ils feignaient d’ignorer les enlèvements, les égorgements et les viols qui se multipliaient, mais ils stigmatisaient le « drame des ratonnades » qu’un journaliste, Yves Lavoquer, avait, sans gêne aucune, comparé aux « pogroms de la Russie tsariste et aux massacres nazis ». « Ce n’est pas de tuer l’innocent comme innocent qui perd la société, c’est de le tuer comme coupable » écrivait Chateaubriand.

Ces atrocités ne révoltaient donc pas les consciences contre les criminels… mais contre les victimes. Ces milliers d’innocents versés dans la mort servaient à apitoyer le monde sur le sort des bourreaux. Le réflexe n’était pas l’indignation devant la sauvagerie du crime… mais la compassion envers les assassins à qui l’on trouvait toujours une excuse  à « leur acte désespéré ». Et si les survivants excédés ou terrorisés prenaient les armes pour sauver leur vie, dans un geste de défense aussi vieux que les âges, ils soulevaient contre eux l’unanimité des censeurs.

Un poète persan a écrit : « Si la douleur, comme le feu, produisait de la fumée, le monde entier en serait obscurci ».

Il y avait tellement de fumée en Algérie, en ce terrible mois de mars 1962, qu’on ne voyait plus clair et qu’on étouffait…

José CASTANO

« Prends garde de ne point oublier ce que tes yeux ont vu et tu les enseigneras à tes enfants et petits enfants » (ancien testament, deutéronome 4,9)

Le poids des mots… le choc des photos (cliquez)

http://pagesperso-orange.fr/guerredalgerie/photos.htm

Pour obtenir des photos relatifs à chaque lien présenté, cliquez sur le lien puis sur l’onglet en haut à gauche : « page de garde », puis sur « photos » et retournez sur le lien choisi : Les photos apparaîtront

Les photos de la famille Ortéga se trouvent sur la ligne « barbarie ordinaire en 1962 »

– Ils ont osé subventionner une manifestation à la gloire du FLN, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie !
http://www.marinelepen2012.fr/2012/02/14/ils-ont-ose-subventionner-une-manifestation-a-la-gloire-du-fln-a-loccasion-du-cinquantenaire-de-lindependance-de-lalgerie/

ORDRE DE MOBILISATION

DE TOUS LES FRANÇAIS

Suite au colloque de la désinformation organisé par la fédération de France du FLN et ses souteneurs, pour apologie de crime, d’assassinats, de terrorisme en Algérie durant la période de 1954 à 1962, il est maintenant nécessaire d’arrêter, en ce cinquantenaire de notre exode, toutes ces manifestations qui portent atteinte à notre mémoire.

La mobilisation générale est décrétée pour le samedi 10 mars 2012, à neuf heures, devant le Conseil Général, rue Guillemette à Nîmes.

En mémoire des :

30 000 soldats français sacrifiés pour rien,

150 000 harkis massacrés dans d’atroces souffrances,

Milliers d’Européens enlevés et assassinés

Nous appelons tous nos concitoyens en une manifestation fraternelle, digne et pacifique à venir témoigner aux uns, leur solidarité, et aux autres leur désapprobation et leur indignation.

NON au colloque de la désinformation – Renseignements : USDIFRA : 04.94.33.68.38 – RNFAA : 06 10 27 87 64

Compte tenu des travaux et de la difficulté de circulation, il est conseillé de se garer au parking de l’Esplanade, avenue Feuchères (face à l’entrée de la gare, direction des Arènes)

-o-o-o-o-o-o-o-

– Contre-colloque organisé par le Collectif pour la réflexion sur les Mémoires Modernes présidé par Maître Gilbert COLLARD, Samedi 10 mars 2012 à 15 heures, Chez Bill, 35 rue du Cirque Romain – 30900 NIMES

Ce collectif a pour but, dans un effort d’objectivité, d’organiser une confrontation méthodique entre les mémoires modernes, nourrie des contradictions de l’histoire et se propose de lutter contre les préjugés historiques et le langage de bois. Venez nombreux !

Renseignements au 06.82.74.74.29

-o-o-o-o-o-o-o-

– Samedi 24 Mars, « grand oral » des présidentiables à Nîmes, face à la communauté des Français d’AFN
Programme de la réunion à l’intention des candidats à l’élection Présidentielle
Voir en ligne : http://www.pied-noir.eu/
-o-o-o-o-o-o-o-

Sur la terre imprégnée du sang des légionnaires, le soleil ne se couche jamais

Dans le cadre du « cinquantenaire » de la fin de la guerre d’Algérie, hommage aux « Seigneurs de la guerre » des unités dissoutes : 1er Régiment Etranger de Parachutistes, 14ème et 18ème Régiment de Chasseurs Parachutistes, Commandos de l’Air et Groupement des Commandos Parachutistes. Conférences données par Joseph CASTANO :

« LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

– De l’Indochine à l’Algérie, la Légion étrangère au combat

– L’Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

1) Samedi 14 Avril, 10h, Hôtel restaurant « Le Campanile », 30 rue Ratacas – ZI de Plaisance – 11100 NARBONNE (Tel. 04.68.33.24.40). Un déjeuner suivra. Inscriptions au 04.68.32.70.07 (le matin) (Cercle algérianiste)

2) Mercredi 18 Avril, 18h, Maison pour tous Mélina Mercoury – 842, rue de la Vieille Poste, (Zone du Millénaire, face à IBM) – 34000 MONTPELLIER (Asso « Mémoire de l’Armée d’Afrique »)

3) Samedi 28 avril, 16h, Centre culturel, Place du 1er Octobre 1974 (près de la Mairie) – 34280 LA GRANDE MOTTE (Mémoire de l’Armée d’Afrique et Amicale des PN de la GM)

4) Samedi 19 Mai, 16h, Espace Vauban, salle Vauban – 207, av gen de Gaulle (1ère impasse après la gendarmerie) – 34400 LUNEL (Mémoire de l’Armée d’Afrique et ANFANOMA)

5) Samedi 26 Mai, 16h, Salle polyvalente – Bd de la démocratie (près de la Police Municipale) – 34130 MAUGUIO (Mémoire de l’Armée d’Afrique)

Toutes ces entrées sont gratuites – Renseignements au 04.67.17.15.58 et 06.84.66.80.07

« De l’Indochine à l’Algérie, le conférencier évoque le vécu, l’héroïsme et les sacrifices de ces légionnaires, Fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé. Ces soldats-loups à la démarche souple de félins, accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, acceptaient le défi de la guerre dans  les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants. Ces hommes, « soldats pour mourir », constituaient le plus beau régiment du mode ; jalousés, admirés et vénérés parce qu’ils étaient capables de mourir avec panache en criant : « Vive la Légion ! »

… Puis il y eut le 22 avril 1961 et le soulèvement des meilleures unités combattantes dont le 1er REP était le « fer de lance »… sa dissolution et celle des plus belles unités parachutistes… l’émouvant adieu de la population de Zéralda à « ses » légionnaires… le « cessez-le-feu » et la fin tragique de l’Algérie française… Le génocide des harkis commençait.

– Cliquer sur : LE BOUDIN puis sur le logo de la fenêtre qui s’affiche en bas à gauche.

… Et aussi :

6) Jeudi 12 Avril, 18h30 – Restaurant « LE FLAMAN AND CO » – 4, Centre commercial Les Boutiques du Couchant II – 34280 LA GRANDE MOTTE – Grand débat sur « le droit de vote des étrangers » avec l’association « Nous les Francs » et intervention sur le thème « L’Islam et la conquête de l’Occident » – Dîner obligatoire – Renseignements et inscriptions au 06.77.51.66.08 et 06.68.60.20.37

7) Lundi 14 Mai, 19h30, Hôtel Mercure – 34280 LA GRANDE MOTTE (Cercle Européen) – Thème : « Islam… Religion conquérante » – Dîner obligatoire – Inscriptions au 04.67.69.06.38 et 06.26.06.86.62

8) Samedi 7 Juin, 16h, Centre de vacances AZUREVA, 4, av de la Butte – 34300 CAP D’AGDE – Thème : « Il y a 50 ans… L’Exode »  (Amicale des Anciens Koubéens) Tel. 05.67.00.32.78

9) Samedi 23 Juin, 15h, Auditorium hôtel Novotel ATRIA (à proximité des arènes) – 5, bd de Prague – 30000 NIMES – Thème : « Il y a 50 ans… L’Exode » – Conférence donnée dans le cadre du cinquantenaire organisé par la ville de Nîmes – Entrée gratuite – Renseignements : 04.66.27.76.80

Source: José Castano.

05/06/2011

Est-ce là, la France dans laquelle nous sommes nés ?

C’EST CA,  LA FRANCE ?

C’est en tout cas ce qu’il en reste, aujourd’hui.

A travers les analyses avisées de Maître Gilbert Collard et Philippe Carrèse, deux personnages publics, l’un avocat réputé au barreau de Marseille, l’autre producteur-réalisateur très connu, notamment à Marseille, la France d’aujourd’hui est décortiquée sans complaisance.

Notre France de tous les jours. Celle qui évolue de façon bizarre : en reculant au lieu d’avancer, comme le voudrait la logique dans toute évolution.

Un constat effrayant, porteur des plus sombres augures pour l’avenir incertain des Français résignés.

Résignés ? Pas tout à fait encore !

Et pourtant.

Devons-nous y voir, à la fois, un avertissement sérieux et l’espoir de réveiller, dans un sursaut d’honneur, cette « classe de français devenue défavorisée » ?

Chacun d’eux expose, à sa manière, le constat alarmant du changement de- et dans- notre société. Un changement pour le pire, incompatible avec  les valeurs de notre République. Le danger d’une France en régression.

Si le premier dénonce les dérives du droit à l’expression libre de tout citoyen, comme le stipulent les textes de notre loi, le second déplore les dérives des premiers magistrats, chargés de maintenir l’ordre et la propreté dans leurs cités.

Il ressort, de ces deux analyses, un point commun que nous ne devons pas nier. L’immigration non choisie, dont la France est malade, est responsable de ces dérives.

Que cette immigration envahissante et peu respectueuse de nos us et coutumes soit la cause du changement opéré dans notre société ne fait pas de doute.

La cause résidant dans l’interprétation qu’en font les irresponsablesbienpensants qui, en lieu et place de les accueillir avec l’impératif devoir de s’intégrer à notre société, consentent accuser systématiquement les citoyens Français qui osent élever la voix, les renvoyant à des situations extrêmes, comme l’inapplication de LA loi par la  magistrature ou celles, plus graves encore, de l’application de nouvelles jurisprudences qui les privent de cette loi.

Renforçant, ainsi, un sentiment, de plus en plus fort, de frustration des Français, d’une part et, de l’autre, confortant les immigrés dans leur bon droit à vivre comme ils l’entendent et non comme il se doit, forts du soutien que les autorités du pays, à l’échelon national ou local, leur accordent.


Pour lire ces textes, cliquer sur:

par Gilbert COLLARD
C'EST CA LA FRANCE ?
J’AI PLUS ENVIE
par Philippe CARRESE
Source: http://echodupays.kazeo.com/

14/05/2011

Gilbert Collard : “Je suis mariniste”.

Exclusif. L’avocat se rapproche du FN.

Issu de la gauche, le célèbre ténor du barreau révèle son “rapprochement” avec Marine Le Pen. “Je n’ai pas changé, dit Gilbert Collard, c’est le FN qui a changé.” Entretien.

Vous avez accepté d’être l’avocat de Fabien Engelmann, militant FN exclu de la CGT, et venez d’animer une conférence devant des cadres du Front national. Après avoir soutenu Mitterrand en 1981, puis adhéré un temps au Parti radical, allez-vous rejoindre le FN ? Je n’ai pas pris ma carte au FN, mais je suis très ami, et de longue date, avec Marine Le Pen. Je suis mariniste. Mon lien est avec elle. Nous discutons souvent ensemble et nous ne sommes, d’ailleurs, pas toujours d’accord. Je ne l’ai pas attendue pour combattre l’euro, le traité de Maastricht ou la perméabilité de nos frontières, mais je suis, par exemple, fondamentalement hostile à la peine de mort. Elle s’en remet, du reste, sur cette question, à un référendum.

Êtes-vous favorable à la “préférence nationale” ? Lorsqu’on me pose la question, je réponds : “Et vous, êtes vous favorable à l’infériorité nationale ? ” La préférence nationale, c’est le contraire du racisme puisque c’est la citoyenneté qui prime sur l’origine, notamment ethnique, des individus. La préférence nationale revient à favoriser un Français d’origine tunisienne par rapport à un Tunisien d’origine tunisienne. Je rappelle aussi que la préférence nationale est une idée socialiste mise en place par Roger Salengro sous le Front populaire.

Qu’est-ce qui vous a incité à vous rapprocher du FN ? En France, dès que l’on ne s’éloigne pas du FN, on s’en rapproche… Trois raisons principales m’ont décidé. La première, c’est le déclin de notre pays, menacé de dilution par le mondialisme, et qui réclame de vraies mesures à la fois de bon sens et “révolutionnaires”. La deuxième, c’est la confiscation du pouvoir, l’abandon du peuple et le déni des réalités du PS et de l’UMP. La troisième, c’est que le Front mariniste est 100 % républicain. Le procès en racisme intenté à Marine Le Pen est totalement obsolète. Marine, je la connais : elle n’est ni raciste, ni anti sémite, ni xénophobe ! Moi-même, passionnément attaché aux droits de l’homme, je ne me serais jamais rapproché de Marine Le Pen si elle n’avait pas levé l’hypothèque de l’antisémitisme. Je n’ai pas changé, c’est le FN qui a changé. On peut aimer la France et la défendre sans pour autant être mécaniquement raciste. Je renvoie les sceptiques au formidable livre de Malika Sorel Immigration-Intégration : le Langage de vérité (lire l’entretien de Malika Sorel avec Valeurs actuelles).

Allez-vous appeler à voter pour Marine Le Pen en 2012 ? J’observe l’évolution du Front mariniste et me déciderai avant la présidentielle en fonction de la confirmation, à laquelle je crois, de cette évolution.

Pourriez-vous ensuite être candidat aux élections municipales à Nice ou à Marseille ? Là encore, je me prononcerai le moment venu. Mais je n’ai pas pour habitude, lorsque je m’engage, de faire les choses à moitié. Je ne m’interdis rien.

Qu’est-ce qui vous a décidé, aujourd’hui, à vous exprimer ? La censure, l’intimidation et la menace. J’ajoute que, si je peux aider, à ce moment charnière, à accélérer la légitime “dédiabolisation” du Front mariniste – dont je constate d’ailleurs que personne ne demande l’interdiction ! – , j’aurai le sentiment d’avoir fait oeuvre utile : l’ostracisme dont il est victime attente à la liberté d’expression – qui est notre bien le plus précieux. Je ne supporte pas la “suinte inquisition”. Cet ostracisme me rappelle celui ayant frappé Socrate, condamné à mort car il était l’homme du discernement : celui qui traque les mensonges derrière les mots, ce qui se cache derrière les apparences ; celui qui dénonce le déphasage des élites avec les choses de la vie ; celui qui combat le conformisme logique (tout le monde se répète), le mythe “vertuiste” et l’omphaloscopie – l’amour de son nombril, qui est le contraire de l’amour des autres…

Avez-vous subi des pressions ? Lors que j’ai pris la défense de Fabien Engelmann, j’ai reçu nombre de coups de fil, sur le thème : “Gilbert, tu es fou ! Tu détruis ton image, on ne t’invitera plus nulle part…” Il est vrai qu’il est si confortable de faire partie de la bulle bien-pensante ! Moi aussi j’ai été intoxiqué, mais je n’ai cessé de m’interroger : est-ce vraiment ce que je pense ou est-ce ce que je “dois” penser ? Et j’ai cherché à comprendre… Je suis viscéralement un esprit libre. Je ne supporte pas qu’une société, ou en l’occurrence un système, me dicte mes comportements. Et cela, de même que l’intérêt de mon pays – « La France, d’abord », comme disait Clemenceau, mon exemple – , passe avant mon petit confort personnel… 

Propos recueillis par Arnaud Folch

vu sur http://www.valeursactuelles.com/actualités/politique/gilbert-collard-“je-suis-mariniste”20110512.html

10/05/2011

Islamisation: le vent tourne…

Ouverture de l’instruction contre le Quick halal pour discrimination

Décidément, le vent tourne. Hier nous nous réjouissions de la relaxe de Calimero (voir plus bas*, le parquet fait appel !), qui venait après celle de Houellebecq relaxé pour avoir dit que la religion la plus con était l’islam et  la très symbolique condamnation de Zemmour. 

A présent, c’est Quick halal qui va être poursuivi, merci et bravo à Charles Aslangul pour son  obstination. Je vous engage à lire le communiqué de presse ci-dessous :   

COMMUNIQUE DE PRESSE

Quick Halal : Ouverture de l’instruction
Après plus d’un an de procédure, c’est avec détermination que Charles Aslangul, Président de L’Ordre Républicain, et Maître Gilbert Collard, avocat de l’association, accueillent la nouvelle : Le Doyen des Juges d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Créteil vient de désigner un juge d’instruction. Cette désignation donne lieu à l’ouverture de l’instruction quant au tout halal chez Quick.
La justice française a ainsi reconnu comme recevable le chef de discrimination des faits reprochés.
L’ouverture de cette information fait suite à notre constitution de partie civile pour discrimination contre l’entreprise.
La multinationale Quick devra assumer son offre antirépublicaine et discriminatoire face à la justice française.
L’Ordre Républicain, assisté par Maître Gilbert Collard, mènera ce combat à son terme car il entend poursuivre le but qu’il s’est fixé : défendre et promouvoir les valeurs républicaines, citoyennes et civiques.
La détermination de L’Ordre Républicain est à la hauteur de son amour pour la République : INDEFECTIBLE !

Charles Aslangul, Président de l’ORDRE REPUBLICAIN

Site internet : http://www.lordrerepublicain.fr
E-mail : info@lordrerepublicain.fr
Page Facebook : L’ORDRE REPUBLICAIN

*Dernière nouvelle : le parquet fait appel  dans l’affaire de Caliméro !!! C’est de l’acharnement ! Nos hommes politiques tiennent vraiment à ce que le délit de blasphème soit à nouveau en vigueur dans notre pays.

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/