Francaisdefrance's Blog

05/03/2012

Cousolre: le maire victime de la racaille et de ses protecteurs…

J’en ai honte; de notre justice…

Aussi, nous nous devons de soutenir monsieur Maurice Boisard par un mot dans un courrier, un E-mail, ou un coup de fil ou pour ceux qui ne résident pas trop loin, passer le voir … Moi, c’est fait.

Ses coordonnées sont ici: http://www.annuaire-mairie.fr/ville-cousolre.html

La racaille doit mordre la poussière!

FDF

.

Maurice Boisard est ce maire de Cousolre, une petite commune du Nord qui a eu le malheur de gifler une racaille qui empoisonne la vie de son village depuis trop longtemps. Alertée, la police n’est jamais intervenue. Les parents de la racaille défendent leur aimable rejeton. Au procès du maire, le procureur prend rigoureusement le parti de la racaille. Le maire est condamné et renvoyé au harcèlement de la racaille et de sa bande.

C’est ce qui est arrivé à Maurice Boisard, maire de Cousolre, une petite commune du Nord. Sa vie a basculé lorsque cet honnête homme a été traîné devant un tribunal comme un vulgaire délinquant.

Le 24 août 2010, Maurice Boisard, élu de sa commune depuis trente ans, sans étiquette, surprend un jeune en train d’escalader le grillage entourant les bâtiments municipaux.

Ce grillage est tout neuf. Il a coûté 10 000 euros, une somme importante pour un village de 2500 habitants. L’attitude du jeune est d’autant plus suspecte que tous les jeunes de la commune savent qu’une clé est à leur disposition pour pénétrer dans les lieux.

Mais surtout, il se trouve que ce jeune est le chef d’une petite bande qui, depuis longtemps, empoisonne la vie des habitants.

Selon la presse locale, ils parlent fort, tard et traficotent sous les fenêtres. Les habitants se plaignent, à tel point que le Maire a été obligé de prendre un arrêté municipal interdisant les rassemblements à certains endroits du village, comme dans les pays en guerre ! (Nous sommes pourtant dans l’Avesnois, une région rurale réputée tranquille).

En rétorsion, les jeunes multiplient les provocations, insultes, bris de vitres, bouteilles d’alcool jetées sur la chaussée. Des tags agressifs maculent les murs de la commune un peu partout. Les vasques de fleurs sont piétinées. Les plaintes affluent au commissariat… qui est trop débordé pour réagir.

Le Maire organise alors un voyage pour les jeunes de la commune, espérant leur montrer sa bonne volonté.

Rien n’y fait. Le 18 juin 2010, le jeune chef de bande vient ouvertement provoquer le maire et rigoler pendant la commémoration avec les anciens combattants. Il se « met ostensiblement devant sa voiture lorsqu’il va chercher son petit-fils à la sortie de l’école communale » raconte le chroniqueur judiciaire du Monde.

La tension est d’autant plus forte dans la commune que le prédécesseur de Maurice à la mairie de Cousolre a démissionné en 2006 après avoir été battu à coups de manche de pioche pour avoir refusé un droit de stationnement à un forain.

Alors, ce jour-là, le maire décide de ne pas laisser passer. Il sort de la mairie et exige du jeune qu’il descende immédiatement du grillage, le menaçant de « l’emmener au poste ».

Devant une douzaine de copains, le jeune rétorque qu’il veut aller chercher un ballon « C’est pas toi qui va m’empêcher de faire ce que je veux ». « Il m’a insulté, m’a traité de ‘bâtard’ » raconte le Maire. Celui-ci décide de réagir et lui administre une gifle.

L’adolescent sort de ses gonds, les insultes pleuvent – Fils de pute, je vais niquer ta mère, attends si t’es un homme, je vais te tuer. Mettant ses menaces à exécution, il cherche d’abord à le frapper à coup de poing, puis rentre chez lui, prend deux couteaux qu’il glisse dans ses chaussettes et revient sur la place de la mairie !!!

Il s’en faut d’un cheveu que l’irréparable soit commis : seule l’intervention de ses « copains » permet d’éviter le drame.

Quand les parents du jeune apprennent ce qui s’est passé, leur réaction est d’aller… porter plainte contre le Maire pour « violence ».

Et voilà que la Justice, parfois si peu pressée de défendre les citoyens, se saisit immédiatement du dossier. Maurice Boisard se retrouve au Tribunal, à la barre des accusés.

La scène est surréaliste : le Procureur Bernard Beffy l’accuse de s’être organisé pour pouvoir fanfaronner devant la Cour, faire parler de lui et se faire passer pour une « victime » !

Le journaliste du Monde raconte :

 

“Vous vouliez le tribunal, parce que vous vouliez une tribune !”, lui lance le procureur. Il s’en prend avec la même agressivité aux élus – pour la plupart des maires sans étiquette de petites communes et d’autres, sympathisants ou militants du PS – venus soutenir leur collègue et à leur “corporatisme un peu primaire“. Il ironise avec lourdeur : “On voudrait savoir, Cousolre, c’est Chicago des années 30 ? Heureusement que vous n’êtes pas maire de Montfermeil, Monsieur Boisard !

 

Et la charge continue, sur le même ton.

 

— Avez-vous mis en place un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance ?

 

— Mais on est une commune de 2 500 habitants…, souffle le maire.

 

— Voulez-vous autoriser tous les maires de France à donner des gifles à leurs administrés, à rendre eux-mêmes la justice, à se voir confier des pouvoirs de shérif ?, poursuit le procureur.

 

A son banc, Maurice Boisard semble sonné. La voix du procureur résonne encore dans la salle : “Vous êtes quelqu’un de bien, et à 62 ans, vous êtes d’autant moins pardonnable de vous être laissé aller à un emportement contre un jeune de 16 ans, ces jeunes auxquels notre génération laisse si peu d’espoir… La jeunesse est insolente, turbulente, mais ce n’est pas une maladie !“, tonne-t-il encore avant de requérir une peine de 500 euros contre le maire.

Deux semaines plus tard, la sanction tombe : le Tribunal a décidé d’aller plus loin encore que ne le réclamait le Procureur : non seulement il décide de condamner pénalement Maurice Boisart, qui se retrouve avec un casier judiciaire, mais il exige en plus qu’il verse 250 euros de dommages et intérêts au jeune voyou, et surtout de prendre à sa charge tous les frais de Justice !

L’assistance n’en croit pas ses oreilles. Maurice Boisart avait cru qu’il était de son devoir de « marquer une limite aux insultes à l’homme et à la fonction qu’il représente ».

Surtout, chacun réalise avec effroi que la Justice vient de retirer au Maire le peu d’autorité qu’il avait encore : « C’est une gifle qui coûte cher mais est-ce vraiment le plus important ? Si je suis condamné, les jeunes vont faire ce qu’ils veulent, les maires ne vont plus se retourner. On va faire jouer les assurances et puis c’est tout », déclare Maurice Boisart, ravagé. (La voix du Nord – 3 février)

Le constat est partagé par le maire PS de la commune voisine de Jeumont, dans le Nord, Benjamin Saint-Huile : « La sanction financière, on s’en moque (..). Le symbole, c’est vous, mesdames et messieurs les élus de la République, qui faites le choix de vous engager pour les autres. Quand vous aurez un problème, sachez qu’il faudra vous débrouiller, que l’institution judiciaire ne considérera pas que vous avez un statut particulier ».

Mais surtout, ce que vous devez savoir, c’est qu’en dehors de quelques réactions isolées, personne ne s’est exprimé publiquement pour défendre Maurice Boisart.

Aucune réaction massive n’a eu lieu dans la population, jusqu’à présent.

Le « jeune » va toucher son chèque, ses amis ricanent, Maurice Boisart est détruit. La fonction de Maire, en France, a perdu encore un peu de son prestige. D’autorité, il ne lui reste quasiment plus rien, et il est certain que, la prochaine fois qu’ils sont confrontés à des actes de vandalisme, l’ensemble des Maires de France se souviendront de ce qui est arrivé à leur collègue.

L’affaire n’est pas tout à fait terminée. Maurice Boisart a fait appel.

23/02/2012

Soutien de Brigitte BARDOT à Marine Le Pen, appel de Jean-Jacques BOURDIN pour la pluralité et la démocratie !

Le refus du Conseil Constitutionnel concernant la fin de la « transparence » des signatures des maires pour les présidentielles était prévisible. Ses conséquences aussi…

Ca remue. Et je pense que ce n’est pas terminé.

FDF

.

Marine Le Pen suivie dans sa dénonciation de l’abattage halal.

.

Extraits choisis…

SIGNATURES DE MAIRES

Le 22 février 2012

Cher(e)s Ami(e)s,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un extrait de l’article de l’Express daté du 22 février 2012 qui évoque l’appel de Brigitte BARDOT aux maires de France pour qu’ils parrainent la candidature de Marine Le Pen.

Voici également le lien hypertexte de l’intégralité de l’article : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bardot-appelle-les-maires-a-donner-leur-signature-au-fn_1085123.html

Sur ce même sujet, vous trouverez ci-joint le communiqué de presse manuscrit, rédigé par Brigitte BARDOT:

Article BARDOT

Article BARDOTEnfin, le journaliste de RMC Jean-Jacques BOURDIN mène une  » campagne  » auprès des Maires de France sur son antenne afin que ces derniers parrainent les candidats ayant des difficultés à réunir les 500 signatures. Evidemment, cet appel n’est pas spécifique à Marine Le Pen, mais un tel appel venant d’un journaliste indépendant dont les audiences sont importantes peut convaincre un certain nombre d’élus.

Voici le lien qui mène sur le site de RMC, faisant référence à cet appel; en cliquant sur le lien, vous soutiendrez numériquement cette initiative : http://www.rmc.fr/front_office/static/dossier-special/petition-parrainages-bourdin/merci.html .

Source: Front National

14/02/2012

Debout les maires de France !

Du « bon » Gilbert Collard… De toutes façons, ce Monsieur ne nous pond que du « bon ».
Ce n’est pas de la « pommade », que je passe à Gilbert; lisez donc…
FDF
.
Bienvenue sur ce Blog dédié aux questions Nationales et Internationales. Grand merci de votre participation et de vos réactions aux thèmes abordés. N’hésitez pas à faire connaître ce blog à votre entourage et à m’écrire contacter@gilbertcollard-leblog.com

LE SARKOCRATE

 L’envie de se faire réélire contre vents et marées démocratiques rend sourd Nicolas Sarkozy. Il n’entend pas la colère que ses pressions, celles du premier ministre, relayé par son parti, soulèverait si Marine le Pen n’avait pas ses signatures. L’appareil fait pression sur les élus pour qu’ils n’apposent pas leur paraphe au bas du parchemin, seul moyen maffieux d’éliminer une candidate légitime portant l’espérance d’au moins 20%, sinon plus, de Français. Il espère cocufier une deuxième fois un électorat qu’il a abusé une première fois.

 Venez, votez pour moi, gens de la droite pragmatique, vous aurez Kouchner, Fadéla Amara et son frère, Besson et compagnie ; vous aurez deux cent mille immigrés par an ; vingt milliards de fraude sociale ; l’aide médicale d’Etat, 623 millions d’euros par an ; les délocalisations ; les désindustrialisations ; l’immigration clandestine, 1,7 milliards d’euros ; 1000  chômeurs de plus par jour ; une dette pesant sur chaque français de 65200 euros ! J’en passe est des meilleures. Votez pour moi, dit-il, avec sa diction où fleure bon la distinction du maquignon des affaires, j’ai un projet démocratique, le recours au référendum sur le chômage et l’immigration !

Le même qui d’un côté découvre l’idée défendue par Marine le Pen d’interroger le peuple, seul souverain,  de l’autre, en cinq ans, n’a jamais consulté ce peuple pestiféré pour connaître son avis. Pire, il a cocufié, et c’est le seul à ma connaissance, le suffrage universel : en 2005, la France a dit non au traité sur l’Europe, en 2008, il a fait approuver par ses godillots, sous le nom de traité de Lisbonne, le même texte ! Du casse – toi pauvre con constitutionnel !

Aujourd’hui, 60% des citoyens souhaitent l’anonymat des parrainages ; il s’en fout, seul compte le vide des urnes marinistes.

 La solitude sonore de la candidate est magnifique ! Son combat est exemplaire, en ce sens qu’elle lutte dans la méthode, l’organisation, la confiance, pour un idéal que le système veut étouffer par l’intimidation, la diffamation, la désinformation. Jamais, on n’aura autant été motivé qu’en cette heure où les propriétaires politiques de la France veulent nous mettre à mort.

Rien ne réveillera donc les français ?    

Vous allez continuer à rire avec Ruquier ?

A gober la propagande médiatique des journalistes mariés, pacsés, encartés avec nos adversaires ?

A voir des intervieweurs haineux, des questionneuses fielleuses, débiter péremptoirement leurs leçons apprises dans les antichambres idéologiques ?

A lire, à la une du Figaro, l’interview d’un président qui a peur de se déclarer candidat ?

Vous ne pouvez plus être dupe !

Faut-il qu’on dérange pour qu’on veuille, à droite comme à gauche, l’une et l’autre jouant avec les mêmes cartes truquées,  nous empêcher de révéler la vérité sur le système. 

Nous aimons la France, terre multiple, terre d’histoire, terre de laïcité, terre de nos pères et de nos mères d’où qu’ils viennent, terre de démocratie et de fidélité.

 Notre crime : nous aimons la France et nous ne supportons plus le mal qu’on lui fait.

 Pour nous, pour vous, l’entreprise de pompes funèbres Sarko and Co a fabriqué l’urne funéraire démocratique.

 Debout les morts ! Debout les maires !  

Source: http://www.gilbertcollard-leblog.com/

03/12/2011

Petite piqûre de rappel…

Déjà publié, mais j’ai trouvé ce texte pas mal. La liste s’est depuis nettement rallongée. Les bradeurs de NOTRE France en seront bientôt remerciés…
En attendant, si vous habitez une de ces villes, faites un petit courrier au maire: il aura au moins été prévenu. Un petit coup de main?
Voici: http://www.annuaire-mairie.fr/
FDF
.

La liste des maires qui ont signé un appel pour faire voter TOUS les immigrés.

La France est en vente… Quand ils auront le droit de vote, ils feront des listes pro-charia comme il en existe déjà et ils auront entre les mains l’avenir de vos enfants.L’appel est signé par les maires de :Angers, Aubervilliers, Bègles, Besançon, Caen, Chelles, Clichy-la-Garenne, Creil, Erstein, Grenoble, Illkirch-Graffenstaden, Les Ulis, Lille, Metz, Montbéliard, Nantes, Paris, Pau, Périgueux, Quimper, Reims, Rennes, Rouen, Saint-Denis, Strasbourg et Toulouse.

Confirmation de cette information :
(A noter que toutes ces villes sont dirigées par des Socialistes et pour l’ une d’entre elles par Martine AUBRY , Maire de Lille ,candidate aux Présidentielles).http://www.lagazettedescommunes.com/56207/26-villes-signent-un-appel-pour-le-droit-de-vote-des-etrangers/http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110215.AFP2968/26-villes-signent-un-appel-pour-le-droit-de-vote-des-etrangers.html

Compte tenu des 6 millions d’immigrés déjà en France et à raison de 200 000 immigrés entrant légalement  chaque année (chiffre du Ministère de l’Intérieur ), de TOUS ceux qui rentrent illégalement et du taux de natalité (entre 3 et 6 minimum par famille), il est évident que dans 20 ans , la majorité de nos élus seront d’origine africaine et maghrébine.  Alors transmettons ce message pour alerter ceux qui, éventuellement, parmi nos connaissances, pourraient faire l’erreur fatale de voter pour un candidat socialiste. Comme il y a aucune chance que cela soit diffusé dans un journal, sur une radio ou à la télévision, je vous fais part de l’information.
Ensuite, vous faites comme vous le sentez…

LA LISTE DES MAIRES PS BRADEURS DE LA CITOYENNETE.

26 villes signent un appel pour le  droit de vote des étrangers.

Vingt-six villes ont relancé mardi le débat sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, en signant un appel destiné à sensibiliser les pouvoirs publics et l’ opinion sur ce sujet. »Nous lançons un appel solennel et prenons l’ engagement de tout mettre en œuvre pour que le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales soit reconnu », écrivent ces maires réunis au Sénat à l’initiative du premier magistrat de Strasbourg, Roland Ries (PS). »Aujourd’hui, les résidents étrangers doivent être considérés comme des citoyens à part entière », ajoutent-ils.L’opinion publique est favorable à l’évolution d’une citoyenneté attachée à la résidence et non pas seulement à la nationalité », estiment-ils.Rappelant que « le concept de citoyenneté contient le droit pour toute personne de participer aux prises de décision qui la concernent », ils soulignent que « son extension a déjà eu lieu pour une partie des étrangers résidents, ressortissants de l’UE, qui peuvent voter aux élections municipales et européennes ». »Il s’agit maintenant de donner les mêmes droits à tous les étrangers résidents », soulignent-ils.L’appel est signé par les maires de : Angers, Aubervilliers, Bègles, Besançon, Caen, Chelles, Clichy-la-Garenne, Creil, Erstein, Grenoble, Illkirch-Graffenstaden, Les Ulis, Lille, Metz, Montbéliard, Nantes, Paris, Pau, Périgueux, Quimper, Reims, Rennes, Rouen, Saint-Denis, Strasbourg et Toulouse.Plusieurs municipalités s’étaient associées pour initier cet appel à l’occasion du premier Congrès des Conseils de résidents étrangers le 16 octobre dernier à Strasbourg.

Et après cela, la gauche  joue les vierges effarouchées devant le score du FN aux dernières élections !Et ils se demandent pourquoi ?   Faire suivre sans modération.

28/11/2011

Et si on parlait signatures ???

Pour avoir pratiqué cette « chasse aux signatures », je peux affirmer que tout ce que dit Gilbert Collard est vrai… Les maires sont sous pression: un maire UMP m’a signalé en catimini que lui et tous ses collègues de même sensibilité avaient reçu des « consignes » de ne donner leur signature qu’à l’UMP exclusivement! Et pourtant, combien d’entre eux seraient prêts à favoriser Marine Le Pen !

Le respect de l’anonymat dans ces situations feraient sans doute basculer Sarkö Ier de son piédestal. De toutes façons, je pense qu’en 2012, il n’y aura pas besoin de ça…

Lamentable façon de gouverner…

FDF

.

LES CINQ CENTS

 

         

                         Et si derrière le parrainage des maires de France pour la candidature à l’élection présidentielle, il y avait des parrains qui pratiquent l’intimidation, la menace, le chantage, pour que les signatures soient données aux uns et pas aux autres ? En un mot, pour que les vieux partis, qui se partagent le pouvoir depuis des lustres, avec leurs combines faciles, comme  l’hélitreuillage électoral  de Duflot,  ne soient pas importunés par l’irruption de la démocratie spontanée dans l’élection ?

 C’est un système de terreur qui est braqué sur les maires de France. Il faut cinq cents signatures pour qu’une candidate qui est crédité de 20 % des suffrages puisse se présenter. Les signataires, dont les noms seront connus, peuvent subir des représailles politiques de toutes natures et de ce fait hésiter, craindre, ne pas signer !

 Il y a, bien sûr, des femmes et des hommes courageux, qui ne se laisseront pas impressionner, qui, même sans partager les idées, donneront leur signature, par respect pour le libre accès au concours démocratique. Mais d’autres, moins courageux, où tout simplement tenus politiquement, refuseront. C’est une entrave à l’expression du suffrage universel.

 Ce système a été mis en place pour « empêcher les candidatures fantaisistes ». Qui oserait dire que la candidature de Marine le Pen, de Christine Boutin, de Dupont- Aignan, de Philippe Poutou, ou du  représentant du CPNT, serait fantaisiste ?

 On pourrait, peut-être, le dire des « écolos dingos », mais eux, qui représentaient aux dernières présidentielles 1,57%, n’ont aucune difficulté pour obtenir les signatures !

  Cette exigence  est un verrou. Le seul moyen, pour dégager les signataires de toutes pressions, est l’anonymat. Parce que, de toutes parts, des maires honnêtes, qui souhaitent seulement que le débat démocratique ait lieu, racontent les tyrannies qu’ils subissent au jour le jour. La liberté d’engagement passe par le respect de l’anonymat. Dès l’instant où la voix d’un citoyen compte dans le fonctionnement de la démocratie, on doit le protéger des pressions, des intimidations, sinon on truque l’élection. Par la mainmise sur les signatures,  on kidnappe un candidat qui menace, on l’efface du combat ! On voit dans quel état est notre irréprochable démocratie, derrière le parrainage, les parrains !

Source: http://www.gilbertcollard-leblog.com/