Francaisdefrance's Blog

25/10/2010

43 heures de garde à vue pour les anticasseurs de Lyon !

Des « casseurs » remplis de haine… Ceux-ci, on peut les interpeller…

Le monde à l’envers… On marche sur la tête, en France. Si la Police a des ordres pour reculer devant les casseurs (et ça doit bien les faire ch…, d’ailleurs) elle n’en a pas pas pour procéder à des arrestations abusives. Le lycéen est une proie facile: il ne brûle pas de voitures, ne casse pas de matériel urbain, ne s’attaque pas aux forces de l’ordre, manifeste dans une ambiance « bon enfant », bref, c’est sur un plateau… Et puis comme il faut « faire du chiffre » quand-même…

Lamentable…

FDF

.




24/10/2010 – 14h32

 

LYON:

A la suite de la manifestation qui s’est déroulée vendredi dans le centre de Lyon pour dénoncer la quasi-impunité des bandes ethniques qui, les jours précédents, avaient mis à sac le centre ville, pilant et détruisant tous les magasins qui se trouvaient sur leur passage, la justice a fait arrêter… les anticasseurs ! Douze personnes, considérées comme les meneurs de cette manifestation qui réclamait que les casseurs soient mis hors d’état de nuire, viennent de passer 43 heures en garde à vue ! Leurs domiciles ont aussi été perquisitionnés. Raison officielle de cette mesure coercitive : « Organisation illégale d’un rassemblement sans autorisation préalable. »

La manifestation de vendredi, forte d’environ 400 personnes, s’était pourtant déroulée dans le plus grand calme (voir les vidéos ci-dessous) et strictement aucun incident n’avait été déploré. Ce qui n’avait pas empêché les forces de l’ordre de procéder à 328 interpellations ! Dont douze, donc, qui ont passé près de deux jours en cellule ! Pour avoir réclamé que les forces de l’ordre… fassent régner l’ordre.

.

http://www.youtube.com/v/LNS6ICOcOak?fs=1&hl=fr_FR&rel=0

http://www.youtube.com/v/Y1eyt-mHa8k?fs=1&hl=fr_FR&rel=0Source et Vidéos: http://fr.novopress.info/70218/exclusif-%E2%80%93-43-heures-de-garde-a-vue-pour-les-anticasseurs-de-lyon/

Novopress.info, 2010
[http://fr.novopress.info]

24/10/2010

Manifs sur les retraites: des photos pour comprendre…

On ne peut pas être plus explicite, non?

FDF

.

 

Il va falloir bosser plus longtemps sans avoir la certitude de ce que l’on touchera. Et tout cela parce qu’il n’y a pas assez d’actifs par rapport aux retraités. La bonne nouvelle : Ceux qui sont invités par le gouvernement pour combler la faible natalité française sont là et ils sont de plus en plus nombreux pour payer nos retraites. Ils sont donc là pour être « actifs ». Les voilà : 

Donc pas de soucis, ils sont bien actifs!!!! Et qu’on se rassure, d’après les zélites, le vrai danger est là :

Violences de militants d’extrême droite Mais dans le journal local, Le progrès, aucun parti pris : Extraits: « Une mauvaise tournure, aux relents nauséabonds Environ 140 jeunes gens, immédiatement encadrés pour un contrôle d’identité. Sans déclaration préalable, sans autorisation, ils encourent un « délit d’attroupement ». Les voilà prévenus. Là, un autre camp, d’environ deux cents personnes, a investi la place. Il mêle des jeunes des cités, enfants de l’immigration, et des militants de tendance anarchiste

NDR : on notera que seul le groupe de 140 personnes cherchant à ce que les casseurs arrêtent est contôlé et prévenu. Les autres qui ont sévi depuis plusieurs jours peuvent se rassembler sans être inquiétés Et avec des nouveaux invités, des jeunes de cités, sans appartenance politique. Un coktail inquiétant. Quatre poings américains, un couteau, un tournevis, ont été découverts dans un égoût, près de la place Ampère. Dans l’après-midi, huit jeunes gens ont été arrêtés vers Perrache, munis de barres de fer, considérés comme « anarcho-libertaires » par la police.

NDR : les armes circulent du côté des casseurs, rien apparemment du côté des résistants mais ça…. En début de soirée, les jeunes, extrémistes droitiers présumés, sont exfiltrés de la place Ampère, dans des bus. Direction l’hôtel de police central. Motif : attroupement illégal. » Au final, la police arrêtera ceux qui veulent vivre en sécurité… Et  les casseurs? Ben eux ont le droit de s’attrouper et casser….Source: http://patriotes-francais.fr/content/r%C3%A9forme-des-retraites-la-mauvaise-et-la-bonne-nouvelle-le-vrai-danger

 

23/10/2010

Manifs: morceaux choisis…

« ON » arrête quand de nous prendre pour des cons?

FDF

.

 

Lyon : 150 “militants d’extrême droite” face aux casseurs ?


(tract distribué aujourd’hui à Lyon)

« 17h30 – Les craintes de la police

100 à 150 militants d’extrême droite d’un côté, 200 à 300 lycéens de l’autre et la police entre les deux, vouée à servir de tampon. C’est la situation actuelle dans le centre de Lyon. La police est un peu dépitée de voir les événements relancés, après le calme des dernières heures. Leur crainte : qu’un élément isolé d’un camp soit encerclé par le camp adverse et roué de coups. Pour l’heure, les militants d’extrême droite sont encerclés par les forces de l’ordre à Ampère. Les lycéens crient “la honte, la honte !” face à l’extrême droite.

Vous vous êtes fait laminer la gueule toute la semaine, laissez-nous faire votre boulot !”

17h – l’extrême droite remonte la rue Victor-Hugo

La rumeur courait ces derniers jours. On attendait confirmation pour vous en parler. C’est désormais chose faite. Une centaine de militants d’extrême droite part de la place Carnot pour rejoindre la place Bellecour. Ils cherchent l’affrontement avec les manifestants lycéens et plus encore les casseurs. Ils brandissent des banderoles “Lyon Lyon Lyon, la racaille t’es foutue, les Lyonnais sont dans la rue”, ou encore le drapeau tricolore. Les sites identitaires se sont mobilisés ces derniers jours. Ce midi, un collaborateur de Gérard Collomb disait la préoccupation de la municipalité face à ce type de risques. Ce jeudi, un de nos collaborateurs avait mis la main sur un tract d’extrême droite (voir plus haut).

Ils ont essayé de s’en prendre au piquet de grève de Perrache. Dispersés par les CRS, ils ont remonté la rue Victor-Hugo et sont bloqués depuis 17h à la station Ampère, rue Victor-Hugo. Les forces de l’ordre les contrôlent et se font prendre à partie : “vous vous êtes fait laminer la gueule toute la semaine, laissez-nous faire votre boulot” ou encore “les CRS avec nous” ont été entendus sur place par notre journaliste.

Lyon Capitale

Les jeunesses identitaires, proches de l’extrême-droite, ont défilé en fin d’après-midi entre la place Carnot et Ampère. Furieux du manque de réponses des forces de l’ordre face aux exactions des casseurs ces derniers jours**, ils veulent dorénavant monter au créneau pour défendre « leur ville », selon les termes utilisés par leurs représentants. […]

Lyon Mag

Entre 12h15 et 13h, un groupe d’une trentaine de personnes a manifesté pacifiquement entre la Place Carnot et la place Bellecour à Lyon 2e. Munis d’une banderole “stop à la casse”, le cortège était formé majoritairement d’étudiants en Droit, scolarisés à l’IDRAC, l’université catholique et Lyon III. Suite au blocage et aux dégradations commises dans le secteur depuis le début de la semaine, les jeunes ont dit vouloir montrer “une autre image de Lyon et de la jeunesse lyonnaise “, soucieux de l’image de la ville à l’étranger. Sur leur passage, ils ont été applaudis par certains commerçants de la rue Victor Hugo, insultés aussi par des passants qui les ont traités de “fachos”.

Lyon Capitale

** “Des responsables des forces de l’ordre m’ont dit : “On a des consignes pour ne rien faire.” » Denis Broliquier, maire du 2e arr. de Lyon, 19/10/10

Source:  http://www.fdesouche.com/146013-lyon-150-militants-dextreme-droite-face-aux-casseurs

 

Manifs: photos et comptes-rendus des actes de délinquance commis par des « lycéens »…

Il ne vous reste sans doute que quelques minutes pour consulter les pages du site Internet des lycées publics Delambre et Montaigne d’Amiens, où le courageux proviseur Catherine Guichet a publié les photos et comptes-rendus des actes de délinquance commis par des « lycéens » : 

Perturbations du lundi 11 octobre 2010
Journee du 14 octobre 2010
Autruche autruche
Lundi 18 octobre 2010 Bilan de la situation

Il s’agit du seul exemple en France où un proviseur ait osé briser la loi du silence imposée par l’Éducation nationale.

Mais Catherine Guichet a subi de telles pressions qu’elle a été obligée, hier, de tout retirer du site officiel du lycée.

A l’heure où je vous écris, elles sont encore trouvables mais elles vont être supprimées d’un instant à l’autre. Si vous arrivez trop tard, vous pourrez néanmoins encore les voir sur le blog de SOS Éducation, où nous en avons publié des sauvegardes.

Cette affaire est emblématique de la folle politique menée par l’Éducation nationale, qui consiste à cacher au grand public ce qui se passe vraiment dans les établissements.

Dès le 18 octobre, Catherine Guichet faisait état des pressions qu’elle avait commencé à subir. Un « enseignant » l’accusait de faire « de la publicité pour le privé » en publiant les photos des incendies et des dégradations commises dans son établissement.

Nous avons alors réalisé que l’initiative de Catherine Guichet déplaisait fortement au Rectorat et à certains syndicats enseignants, et qu’elle allait être tuée dans l’œuf.

Nous avons donc immédiatement fait des sauvegardes des pages du site. Et en effet, quelques heures plus tard, les partisans de la chape de plomb avait déjà triomphé !

Nous organisons une « Lettre au Recteur d’Amiens », dans laquelle nous lui faisons part de notre soutien à la démarche de Catherine Guichet, qui seule sauve l’honneur de l’institution. Si vous le souhaitez, vous pouvez co-signer cette lettre en cliquant ici.

Il est important qu’un très grand nombre de personnes signent avec nous, pour montrer au Recteur que notre point de vue est bien celui de la majorité des parents et des professeurs. En tant qu’adultes responsables, nous ne nous voilons pas la face devant la réalité de ce qui se passe dans les écoles.

Nous ne pensons pas qu’étouffer les faits fera progresser les choses. Nous pensons que seule la transparence permettra de s’attaquer à la violence qui mine nos écoles.

Enfin, par principe, nous sommes opposés à toutes les tentatives du pouvoir de balayer sous le tapis les faits qui ne l’arrangent pas. La France n’est pas (encore), une dictature militaire ! Si vous partagez notre désir que le public soit correctement informé sur ce qui se passe dans les écoles de la République, merci de signer notre lettre au Recteur d’Amiens.

Vous pouvez également adresser un message de soutien au proviseur Catherine Guichet en cliquant ici. (Merci de mettre l’association en copie de votre message : vous pouvez utiliser l’adresse électronique suivante : soutien@soseducation.com).

Enfin, continuez à nous envoyer vos témoignages des violences dont vous ou vos enfants avez été victimes ces derniers jours.

Bien cordialement,

Vincent Laarman
Délégué général

Pour signer la lettre au recteur :

SOS Éducation est une association qui oeuvre à la défense de l’école. L’association mène tout type d’actions pour promouvoir une éducation de qualité, fondée sur des programmes cohérents, des méthodes d’enseignement, éprouvées, l’autorité des professeurs, la reconnaissance du travail et du mérite des enseignants, le respect de la neutralité de l’école. SOS Education – 120 boulevard Raspail – 75006 Paris – 01 45 81 22 67 – http://www.soseducation.comcontact@soseducation.com

21/10/2010

La vieille jeunesse de France…

Les vieux de 17 ans..

Daoudal Hebdo, qui fête son 100e numéro, évoque la vieille jeunesse de France qui défile actuellement dans les rues :

J

« Pour eux, c’est primordial de penser à la retraite, il n’y a même rien de plus urgent. Car aujourd’hui on est très sérieux quand on a 17 ans. Alors ils défilent dans les rues. Des gamins et des gamines scandent «Ni 62, ni 67, on veut la retraite à 60 ans»…Le plus fabuleux slogan est sans doute celui-ci : «Touche pas à ma pension». Sic. […] Ces lycéens qui manifestent n’imaginent même pas qu’un métier puisse être passionnant, et puisse l’être toujours autant après 60 ans. Ils croient qu’un métier c’est une corvée qui permet de gagner de l’argent pour vivre et qui doit s’arrêter le plus tôt possible. Ils n’ont aucun rêve d’avenir. Ils ne connaissent pas le mot « vocation », ou ne veulent pas savoir ce qu’il signifie. Ça ne les concerne pas. A les entendre on croirait qu’ils sont condamnés à être mineurs de fond, ou à un travail analogue, où la «pénibilité» exige une retraite précoce. Ils ne savent pas qu’il n’y a plus de mineurs de fond. Leur avenir, ils le lisent dans Zola. Leurs slogans, ce sont les fossiles de la CGT et du parti communiste qui les leur fournissent. Ils sont la vieillesse du monde. […] Ils sont tellement vieux qu’ils se voient déjà à l’article de la mort. Et ils défilent avec des cheminots, ces damnés de la terre, qui manifestent contre une réforme inhumaine qui les obligera à partir à la retraite à 57 ans (au lieu de 55 ans), en… 2022…

Dans un quotidien, je lis ce propos d’un étudiant en classe préparatoire à Normale Sup, dans une manifestation : «Tout le monde sait que la loi sur les retraites est à la base de nos droits sociaux, ça été le socle de notre République. Rien que pour ça il fallait être là aujourd’hui.» Ce crétin flamboyant qui aspire à faire partie de l’élite de la nation ne sait même pas que la loi sur la retraite telle qu’on la connaît date de 1941: du «régime de Vichy»… Mais le pire est de faire de la législation sur les retraites le socle de la République. La République fondée sur la retraite… Ce n’est plus liberté égalité fraternité, ce n’est plus la laïcité, ce n’est plus l’égalité des chances, c’est Papy et Mamy dans leurs fauteuils, devant la pendule d’argent qui dit oui, qui dit non, et puis qui les attend… »

Source: http://tinyurl.com/2d4bxut