Francaisdefrance's Blog

17/04/2011

Geert Wilders, le populiste indispensable au gouvernement des Pays-Bas…

Observez le rapprochement des points de vue, des représentation, des attitudes et des comportements de trois personnes que la « bien pensance » actuelle n’ose plus opposer. Il y a du progrès !

Le mien ! Écologue systémicien, plutôt à droite par allergie à la gauche !

A mon avis, Il n’y a pas photo, la ligne à suivre, le fil rouge c’est bien le chemin prit par Gert WILDERS. Le coeur de cible, c’est l’Islam, TOUT l’Islam, et à un moment donné il faudra bien se déplacer sur le terrain du coeur de cible : en territoire islamique. A moins que comme le suppose Suzanne l’Islam se renouvelle en interne

C’est la raison pour laquelle je pense que notre présence en Afghanistan est utile, mais bien évidemment il faut nous fixer des priorités et, ma foi, il y a le feu à la maison Europe. Conséquences ? Si retour du front Afghan il doit y avoir, ce ne serait pas par antiaméricanisme ; mais faute de moyens suffisants pour lutter sur plusieurs fronts, nous recentrer sur l’essentiel : éteindre le feu en Europe, faire cause commune avec Wilders.

Enfin, permettez moi de vous donnez encore un autre avis : il faut se rassembler au delà de nos divergences apparentes; l’union sacré en quelque sorte et AGIR ensemble à partir d’une finalité clairement précisée, des objectifs, des échéances, et enfin avec des moyens à trouver.

Résistance Républicaine est sur cette ligne de conduite, des comités locaux s’organisent sur l’ensemble du territoire. Certains et certaines d’entre nous ont déjà établis des relais en Europe et même au USA et nous recueillons un accueil enthousiaste.

Le moment de la reconquête des territoires perdus est venu. La Reconquista des esprits, culturelle, économique, sociale, idéologique, politique, démographique, territoriale est enfin venu.

Une nouvelle gouvernance doit se mettre en place. Ne manquons pas cette fenêtre, ce tournant de l’histoire. Sachons encore une fois relever un nouveau défi dont l’enjeu est considérable puisqu’il s’agit tout simplement de la gouvernance du monde dans lequel nos enfants, tous nos enfants, vivront.

Alors singularité islamique ou singularité occidentale ? Encore une fois nous sommes dans l’obligation de  choisir notre camp, car l’islam nous met au pied du mur.

Toujours, dans les moments les plus tragiques de notre histoire, des hommes et des femmes se sont levés, ont combattus et ont vaincus ! Alors sachons « lire » ses enseignements !

Ami (e)s, levons nous dans le calme et la détermination. Maîtrisons nos émotions afin de ne pas tomber dans le piège de la violence que nous tendent nos adversaires et dans lequel ils espèrent nous voir tomber.

Combattons avec les armes de la connaissance et de la raison.  C’est le moment !

La peur doit changer de camp, montrons notre force et notre détermination et si cela ne suffit pas, et bien faisons confiance aux gouvernants que NOUS aurons choisi. Ils auront alors les moyens que, démocratiquement nous leurs aurons donné d’utiliser l’article 16, la légion et autres moyens actuellement en « formation » en Afghanistan.

Celui de Gérard Charollois, écologiste radical.

Sachez que personnellement, je suis, à l’instar de ce que vous écrivez, radicalement hostile à l’islam. Non par  racisme, puisque je considère que tout être sensible mérite respect et protection, mais parce que toute religion est un piège à cons.

Les religions sont des billevesées irrationnelles, des mythes pour petits enfants, des paravents contre la légitime peur de la mort.

Or, si toute religion est un piège à cons, admettons que certaines se trouvent à des phases plus éruptives que d’autres. Ainsi, au Moyen-Âge européen, le catholicisme et son inquisition, ses bûchers, ses ordalies, fut criminogène. Il s’est apaisé et ressemble aujourd’hui à un volcan éteint qui ne fait plus grand mal à quiconque.

En revanche, il est vrai que l’islamisme militant, instrumentalisé par ces dirigeants fanatiques, représente un danger en ce qu’il prétend régir les sociétés, fonder des lois séculières, nier les droits des objecteurs accusés de blasphèmes.

Bref, j’aime les européens, les juifs, les arabes et tous les autres, mais exècre les religieux lorsque quittant la sphère privée ils entendent imposer leur vision obscurantiste du monde.

Ils ont bien évidemment l’entière liberté de pensée  ou de rêver un arrière monde, car la liberté est sacrée, pas leurs idoles farfelues.

Le problème est que par complexe, par « sanglots de l’homme blanc » mes amis en athéisme progressiste n’osent pas dire ce qu’ils pensent de l’islamisme. Pour trop d’entre eux, tout ce qui vient  d’outre-mer est bon bec.

Il est vrai que ces mêmes amis idéologiques refusaient, il y a une quarantaine d’années de voir les crimes de MAO et consorts pour ne pas désespérer la classe ouvrière.

Je m’opposais à eux, en ce temps et n’ai jamais succombé aux charmes du fascisme rouge à la mode dans l’université lorsque j’y étais jeune étudiant.

Présentement, l’esclavage, la colonisation empêchent tout débat critique et au nom de l’Histoire il faut s’auto flageller.

Ils en reviendront, comme ils sont revenus du maoïsme et autres impasses.

Attention, ce combat contre l’islam ne doit pas inversement déboucher sur un racisme quelconque.

Après tout, un arabe, entre autres, n’est pas condamné à croupir dans l’abrutissement religieux, pas davantage qu’un européen n’est voué au christianisme.

La raison peut s’offrir à tous.

Très cordialement.

Gérard  CHAROLLOIS

Celui de Suzanne ! Inclassable !

La fin de l’islam viendra de l’islam.

Djemila de Montréal est un exemple, comme Wafa Sultan, ou Lucien Oulahbib de Lyon, ou Hayan Hirsi Ali et tant d’autres qui risquent leur vie en tant qu’apostats

La vraie question est celle de Joachim Veliocas, dans « ces maires qui courtisent l’islamisme » sur Obs de l’islamisation « nos démocraties peuvent-elles endiguer les totalitarismes » ?

Car 3 totalitarismes en un siècle, ça fait beaucoup quand même

Le totalitarisme de l’islam a 1400 ans, mais que des démocraties discutent du sexe des anges alors qu’il infiltre déjà la société, c’est surprenant.

Il a un lien entre utopie, messianisme et perversité narcissique, mais il faudrait du temps pour en parler

http://www.postedeveille.ca

Et ma réponse à Suzanne ! Je n’ai pas encore répondu à Gérard !

Belle analyse Suzanne et qu’il faudrait développer car elle est au point de convergence des crises du « système  global ». L’intrication est telle que nous avons de la peine à avoir une vue d’ensemble. Pourtant,  l’Islam n’est qu’une singularité qui refuse LE modèle occidental, sinon sa modernité. C’est vrai que celui-ci est infiniment critiquable en l’état, et qu’il mène à une impasse, mais c’est à nous qu’il appartient de le faire évoluer.

Pour que cette singularité ait pu émerger des sables du désert il a fallut la complicité objective du modèle occidental. Après 1968, le grand patronat mondialisé avait besoin d’énergie à faible coût, de consommateurs peu exigeants et d’autre part de travailleurs dociles. De là est venu l’immigration, le regroupement familial et les délocalisations. Nous payons aujourd’hui les fautes commises en toute conscience par nos dirigeants et des peuples « marchandises », aveugles, leur énergie vitale dévoyée et soumise à la dictature des médias et de la « consommation ».

Cet état est parfaitement bien décrit par Oriana Fallaci (La rage et orgueil, La force de la raison)

La guerre qui nous est déclarée se renforce d’heure en heure, et des jours encore plus durs nous attendent.  Nous allons avoir besoin de nous rassembler sur l’essentiel. Nous allons avoir besoin de toute notre raison pour ne pas nous laisser entraîner par nos émotions, mais cela n’exclu en rien que nous devrions faire face avec courage et dignité et commencer par « réveiller » tous ceux qui végètent dans l’aveuglement, dans la surdité, dans l’indifférence, dans la complicité avec l’ennemi.

La fin d’une certaine forme d’islam peut effectivement venir de l’Islam, mais crois moi, il faudra lui donner un bon coup d’épaule et, ce n’est pas ce que nous faisons.

C’est de l’intérieur même de la « forteresse » que naissent toutes les complicités et les peurs dont se nourrissent nos adversaires. Constantinople est tombée car une petite porte de l’enceinte intérieure était ouverte. Cherchons ceux, qui de l’intérieur même de ce qu’il faut bien appeler « la forteresse occident », sont en train de laisser des portes ouvertes, alors écartons les de toutes possibilités de le faire, nous aurons fait la moitié du travail.

Je te remercie pour ta lucidité, ton intelligence intuitive et ton énergie, avec des femmes comme toi et Marie Françoise nous vaincrons, c’est sur !

Source: http://semanticien.blogspirit.com

03/01/2011

Un nouveau mot interdit: « occupation »…

Pas mal, Lucien, pas mal…

FDF

.

Incroyable ! tandis que Marine le Pen ne faisait nullement référence à la période de l’Occupation nazie (1), mais à la notion d’occupation au sens de contrainte imposée aux habitants d’un territoire donné (par exemple les habitants de la rue Myrha à Paris alors que la Grande Mosquée peut parfaitement accueillir nos irrésistibles fervents), les dirigeants UMP et PS se déchaînent, en parfaits météorologistes de la… chose politique bien sûr, accompagnés évidemment de « l’intelligente » Duflot, et surtout de l’inénarrable MRAP osant comparer les prières de rues musulmanes aux « processions religieuses » (alors que celles-ci ne font que passer) sans oublier enfin le CFCM qui en appelle à la responsabilité, parlant de manque de « lieux de culte musulman » alors que « tout le monde sait », sauf eux (?) qu’il existe bien plus de lieux de cultes musulmans qu’auparavant, et qu’auparavant précisément il n’y avait pas de prières dans la rue bloquant chaque vendredi tout un pan de territoire : cherchez l’erreur !

En fait, ce sont tous ces « dirigeants » (profitant de l’aubaine pour aller à la pêche au vote « musulman ») qui sont méprisants voire racistes puisqu’ils sous-estiment le calcul politique opéré par ceux qui organisent sciemment des occupations de rue alors qu’au même moment nombre de mosquées sont à moitié vides.

Il est navrant de constater encore une fois que dès que l’on a la peau basanée ou noire, l’on est exclu tout de suite de la stratégie politique : l’on ne peut être que plaint ou montré du doigt comme exclu ; rien à faire, et ce alors même qu’un attentat au nom de l’islam a été déjoué in extremis en Suède parce que certains suédois ont voté « mal » dernièrement.

Nous en sommes là : une classe politique complètement « out », incapable de toute nouveauté, hormis dans l’outrance, jusqu’à se rendre compte qu’il manque du matériel de déneigement (alors qu’il avait été décidé que puisqu’il  ne neigerait plus, il n’y avait plus de raison d’investir, maintenant « on » nous dit le contraire : il neige à cause du « réchauffement » : et si ma tante en avait on l’appellerait mon oncle…), cette classe politique, donc, incapable de prévoir la France 2.0, la France des nouvelles technologies, des mutations nécessaires, etc etc, de la nouvelle donne nécessitant une vision réellement révolutionnaire (au sens de penser à apporter la prospérité pour le plus grand nombre) se recroqueville sur ses acquis électoraux, sur « son » islam qui n’existe qu’en Europe en réalité (et même en Egypte, la dictature vient de montrer ses limites « éclairées » alors que l’on s’acharne sur les dissensions en Côte d’Ivoire…), sur son espoir enfin d' »égalité réelle » c’est-à-dire agiter l’idée que l’on peut remettre les compteurs à zéro comme en 1792 ou en 1917 en supprimant l’élite afin de s’y mettre à la place, sauf qu’ils oublient qu’ils seront eux-mêmes emportés par la vague qu’ils appellent de leurs voeux, tel Danton et tant d’autres à commencer par Trotski.

Ainsi dorénavant dénoncer une « occupation » d’usine, de faculté, sera sans doute montré du doigt comme étant un propos « fasciste » ; par ailleurs, l’épisode de la « non pagaille » alors que la neige tombait drue, montre bien que la Nomenklatura voit désormais uniquement le réel sur ses écrans communicationnels, pis : ils créent le réel adéquat et somment le vrai réel de s’effacer ou, encore une fois, l’éternelle grandiloquence de la carte sur le territoire. Il est clair qu’une telle cécité n’amènera guère les lendemains qui chantent le soir du 1er tour d’avril 2012 : nous fonçons dessus à vive allure, la question n’étant plus maintenant de savoir si nous allons à la catastrophe, mais à quelle vitesse ? Il semble qu’un coup d’accélérateur vient d’être donné…

Bonjour chez vous chers amis numéros (je suis le 3452, le n°6 étant déjà pris… quant au n°2… c’est un vrai siège éjectable non ? Mais qui est le N°1 ? Il faudrait demander à Wikileaks je suis sûr qu’ils savent…)

http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-occupation-bis-62848471.html

Suite à mon billet précédent (« Occupation »: le nouveau mot interdit par la Nomenklatura française) j’ajouterai que si nous laissons faire les nouveaux totalitaires du multiculturalisme et autres alter-islamistes qui n’ont de cesse de penser comment dé(cons)truire la République française (pour des causes « justes » bien sûr, du genre nécessité démographique, économique, climatique, et j’en passe) bientôt il y aura des « compromis », ou « arrangements raisonnables » faits par nos dirigeants avec les responsables communautaires musulmans (entre autres…) pour que chaque personne ayant un nom à consonance musulmane soit considérée comme membre automatique de cette communauté (sauf refus de sa part puisque nous sommes, encore, dans une Etat de droit avec une législation indivisible) ; ce qui aura pour conséquence de pouvoir lui appliquer, pour le code civil, la sharia (déjà fait dans certains pays) ou de placer les enfants à la cantine sur des tables sans porc (ce qui se fait déjà…en France) voilà le meilleur des mondes qui nous attend : jugé selon les lois de « sa » communauté et non la loi générale, en attendant que sur les questions cette fois pénales les arrangements raisonnables, proportionnels à l’affaiblissement de la République, acceptent l’application intégrale, lorsque en effet « la » France aura éclatée façon Yougoslavie (pas encore) façon Belgique pour commencer, les Flamands se séparant précisément des Wallons parce qu’ils refusent le modèle « multiculti » que l’Allemagne, au bord du gouffre, tente d’écarter freinant des mille fers.

Tout cela nous ramène à des siècles en arrière, mais de quel « arrière » s’agit-il puisque les notions de progrès, émancipation, libération, ont été détruites par nos apprentis sorciers soucieux de chercher des préfets « musulmans » de respecter toutes les cultures comme des chefs d’oeuvre en péril, d’imposer l’apprentissage de la supposée langue d’origine comme l’arabe alors que celle-ci a été imposée, tout comme l’islam, aux populations autochtones d’Afrique du Nord (à la différence du christianisme et du judaïsme qui se sont, eux, diffusés, les Romains n’étant pas catholiques officiellement avant le 4 ème siècle avec Constantin) des populations d’ailleurs qui commençaient à parler un latin roman mêlant des mots puniques numides etc, bref, qui aurait pu donner un dérivé comme le françois vis-à-vis du latin…

Aujourd’hui, dans le monde totalitaire du social étatisme, la nomenklatura du politiquement correct obamaïsé (alors que l’on apprend qu’Obama avait téléphoné à Lula pour qu’il n’achète pas le Rafale) rêve de régner sur un monde diffracté sans frontières dans lequel les cultures sont devenus des folklores pour « qui veut gagner des millions » et autres saga ou romans de gare, vidéos portatives pour smartphone (« tiré » de toute façon par un CPF), et dans ce monde virtuel la nomenklatura à la Duflot construit son islam à elle un islam « bouddhistisé » virtuel lui aussi, tandis que les autres marionnettes vocifèrent pétitionnent et postillonnent avec les mots « racisme, haine » alors que ce sont elles qui fabriquent le ressentiment, l’incompréhension.

Ce sont elles qui sont la cause d’un changement de climat en effet où l’étranger est perçu avec crainte et une profonde déception : pourquoi ne voulez-vous pas accepter notre façon de vivre alors que nous acceptons la vôtre, du moins si elle ne remet pas en cause nos acquis culturels comme la liberté de conscience et la liberté du corps, sa beauté n’étant plus l’apanage des élites, mais aussi du peuple qui aime se montrer, jouer des regards au croisement des rencontres lorsque le soleil et le vent s’amusent en chevauchant les chevelures d’ondulations sereines, tout cela est à respecter, même si nous ne sommes pas une population amazonienne qui verrait évidemment sa culture protégée, intégralement, par des cohortes d’admirateurs.

Il faut accuser haut et fort les pseudo associations anti-racistes d’avoir, elles, alimenté une haine et un rejet (le FN ne faisant que tirer les marrons du feu) au lieu de se battre par exemple pour que dans les médias, dans la pub, dans les partis politiques il existe un réel multicoloralisme, seul Benetton a essayé…

Méfiez vous des visages d’ange qui savent très bien ce qu’ils disent, d’autant que à trop faire l’ange… on laisse venir la Bête qui est déjà là parmi tous ces gens qui hurlent au loup alors que ce sont eux qui l’ont… réintroduit …

Source: http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-occupation-le-nouveau-mot-interdit-par-la-nomenklatura-62841674.html

04/11/2010

Conférence:  » Tea Parties – la révolte de la société civile occidentale ».

Quelle est la signification profonde du mouvement des Tea Parties qui vient de faire une irruption aussi remarquée qu’inattendue dans la vie politique américaine ? Quel sens donner aux mouvements qui, en Europe, tentent de s’en inspirer ? S’agit-il de l’émergence d’une nouvelle » Révolution conservatrice » ? Quelles en sont les lignes de force philosophiques et politiques ?

Telles sont les questions que nous examinerons le lundi 15 novembre 2010 (19h30 – 21h30), lors d’un séminaire organisé autour de Lucien Samir Oulahbib, Docteur en sociologie, politologue et essayiste, attaché à l’Université Jean Moulin (Lyon III).


Comme lors de tous les séminaires organisés par l’Institut Turgot, les participants auront accès à un buffet froid. Une contribution de 10 euros leur sera demandée pour couvrir les frais.
Compte tenu du nombre limité de places, nous vous serions reconnaissant de bien vouloir nous donner votre réponse dans les délais les plus rapides. Voir le site: http://blog.turgot.org/
Bien cordialement
Henri LEPAGE
Président, Institut Turgot

31/10/2010

Oui au gel de la construction de mosquées en France !

On les laisse construire à tout va. On subventionne ces « salles de prières » qui s’avèrent souvent des lieux d’endoctrinement à l’invasion de l’Occident. On ne sait pas trop, voire même pas du tout, ce qui se passe à l’intérieur de ces mosquées (certains parlent d’incitation au jihad (guerre « sainte »)… Sur ce dernier point, il n’y aurait rien d’étonnant. On observe pourtant depuis peu un ralentissement de la construction de ces « lieux d’amour, de paix et de tolérance ». On inaugure en « grandes babouches » la pose de la première pierre et puis silence radio… Qui s’en plaindra? Une trêve dans l’invasion? Je ne pense pas. Les moyens commencent à manquer, les subventions cachées par les municipalités dhimmies étant beaucoup moins distribuées…

Des recours devant les tribunaux administratifs sont de plus en plus fréquents, et ceci grâce à la « résistance »  dont les rangs gonflent à vue d’oeil. La loi de 1905 est épluchée et malgré les décisions sournoises des mairies de France qui ne parlent plus de subventions aux mosquées (c’est interdit) mais de subventions à des « centres culturels et culturels » (c’est autorisé), le peuple est de moins en moins dupe.  Il n’y a que le nom qui change; ce sont toujours des mosquées… Mais ça commence à bien faire d’utiliser l’argent du contribuable pour le financement de lieux de propagande où est inculquée la haine de l’Occident et son extermination. J’y vais peut-être un peu fort, mais je n’écris pas ça à mots couverts. C’est ce qui se passe en réalité et que l’on veut nous cacher. Mais, comme cité plus haut: « le peuple n’est pas dupe »…

Je vous laisse maintenant lire cet excellent billet de Lucien Oulahbib.

FDF

« Car plus les musulmans affirmeront la liberté, plus leur caractère français s’affirmera en même temps que leur vision singulière de l’islam, ce qui ne peut réduire le malaise de leurs concitoyens devant leurs exigences qui veulent se hisser au même niveau de réalisation que les autres religions alors que celles-ci sont là depuis des siècles et qu’elles ont construites toutes seules leurs édifice, Notre Dame a mis cent ans pour s’édifier faute d’argent, et la synagogue gigantesque de Turin n’a pu être fini faute d’argent et donc a dû être vendue, elle est devenue aujourd’hui l’actuel musée du cinéma turinois.

Les responsables français du culte musulman sont-ils prêts au moins à aller en Algérie pour expliquer que la procureure n’a pas la bonne (true) version de l’islam ? On peut largement en douter lorsque l’on apprend que le responsable du CFCM, tout en condamnant les auteurs des récents enlèvements et autres attentats, aurait demandé au Président de la République

que les auteurs de ces menaces ou de ces attentats ne soient plus présentés comme islamistes, car « les musulmans de France se sentent souvent très froissés » par l’utilisation du terme. »Il faut supprimer du langage courant le terme islamiste pour désigner des terroristes. Nous préférons ‘terroristes’ et ‘criminels’, nous n’acceptons pas que le terme islam, la religion islam, soient associés à des actes de terrorisme ». (In Le Point.fr, 23/09/10).

Or, contrairement à ce que prétend ce monsieur il faut bel et bien insister sur le fait que ces « auteurs » sont musulmans puisqu’ils s’en réclament, et même à corps et à cris, il n’y a donc aucune raison d’en douter, pas une seule seconde ; d’ailleurs, l’AKMI parle de Maghreb « islamique » et non pas « islamiste », ce qui exprime bien qu’ils ne font pas la différence, parce qu’ils restent fidèles en réalité à l’enseignement de Mahomet (salaf), et donc non seulement au Coran mais aussi à la Sîra (vie de Mahomet) donc à la Sunna (histoire de l’application des préceptes ou Sharia) ; à moins qu’il soit expliqué que les instances officielles de l’islam de France détiennent une autre version, inédite, de l’islam, ce qui serait un scoop, ce qu’il faudrait plus sérieusement démontrer en se battant précisément pour la liberté de culte dans les pays d’origine, pourquoi pas, ce que ces instances ne font cependant pas.

Dans ces conditions, il est facile, confortablement installé dans un pays libre de parler d’un islam imaginaire alors que dans les régions où il domine la liberté est plutôt synonyme de soumission conformément cependant à la définition même du terme islam, la paix indiquée étant celle qui s’inscrit dans ce cadre là: ainsi lorsque les occidentaux en recherche d’une énième excitation ou exotisme après un bon couscous et autre thé à la menthe prononce en arabe la phrase « que la paix soit avec toi » il s’agit de la paix islamique qui se différencierait seulement en degré de la paix islamiste en ce que cette dernière exigerait de ne saluer que des musulmans alors que la paix islamique se contenterait d’une présence non musulmane à partir du moment où celle-ci serait infériorisée. Car l’islam est supérieur à toute autre forme de discours ou de forme politique d’organisation sociale, cette supériorité n’est d’ailleurs jamais étudié, comme si celle-ci n’était qu’un apanage occidental. Ajoutons que lorsque les musulmans parlent de « religions du Livre », ce dernier désigne le Coran et non pas la Bible comme le croient certains (jusqu’à Raymond Aron, dans ses Mémoires lorsqu’il parle de ses origines et de sa polémique avec de Gaulle à propos d’Israël en 1967…) c’est dire le degré d’ignorance, (in)volontaire concédons-le, propagé jusque dans les instances les plus savantes…

En tout cas, c’est ce débat là qu’il faut avoir ; pendant ce temps, gelons les constructions de mosquées et de centres polyvalents, surtout lorsqu’ils sont faits avec de l’argent public, ne serait-ce qu’indirectement, par exemple en concédant des terrains municipaux ou en subventionnant sous un prétexte « culturel »…

Une raison majeure incite à cette décision : il faut agir ainsi par solidarité avec les chrétiens d’Algérie (avec des humains tout court en vérité) qui sont traînés, aujourd’hui, devant les tribunaux, pour n’avoir pas suivi le jeûne musulman, et ce non pas par une partie civile mais par le Parquet lui-même: la procureure disant aux contrevenants:  » de «quitter ce pays, qui est une terre d’Islam» »… Au-delà du caractère intolérant de ce propos qui aurait été traité de raciste s’il avait été tenu par une procureure française, relevons qu’il s’agit d’une décision d’Etat, qui non seulement viole paraît-il la « constitution » en vigueur, mais plus fondamentalement foule aux pieds la liberté de conscience, donc les droits humains au fondement même de l’adhésion du pays concerné à la Charte des Nations Unies ; ce qui ne peut que semer le trouble y compris en France (l’ambassadeur du Vatican s’est-il informé sur le sujet ? Ce n’est pas sûr…) ; d’où la nécessité que les musulmans de France, en particulier leurs instances, telle que le CFCM (Conseil français du culte musulman), prennent position. Et ce pour leur propre bien. »

Source: http://tinyurl.com/2g9vbtv

15/10/2010

Dîner-débat le 11 novembre à Lyon avec L’Observatoire International des Libertés.

Religion, Liberté, Laïcité en France et dans le monde : une cohabitation de plus en plus impossible ?

.

A ne pas manquer: dîner-débat sur ce sujet le jeudi 11 novembre à Lyon (voir le PDF ci-dessous).

FDF

Oil-conf-11-novembre-10-bis

03/10/2010

Il faut tout faire pour geler de la construction de mosquées en France !

Il est temps. Il est plus que grand temps. Les musulmans d’Algérie, notamment, persécutent les chrétiens de toutes les façons imaginables dans leur pays. En France, ON leur offre des mosquées… Y’a pas un problème, là??? J’approuve tout à fait l’idée du billet qui suit. Gelons la construction des mosquées en France. Nous en avons le pouvoir! La loi est avec nous. La « réciprocité » aussi…

FDF

.

Une raison majeure incite à cette décision : il faut agir ainsi par solidarité avec les chrétiens d’Algérie (avec des humains tout court en vérité) qui sont traînés, aujourd’hui, devant les tribunaux, pour n’avoir pas suivi le jeûne musulman, et ce non pas par une partie civile mais par le Parquet lui-même: la procureure disant aux contrevenants:

 » de «quitter ce pays, qui est une terre d’Islam» »…

Au-delà du caractère intolérant de ce propos qui aurait été traité de raciste s’il avait été tenu par une procureure française [mmeuh non! l' »intolérance »,  c’est justement la gauche,  et les islamistes,  qui la définissent : en conséquence,  ils ne sont jamais « itnolérants »], relevons qu’il s’agit d’une décision d’Etat, qui non seulement viole paraît-il la « constitution » en vigueur, mais plus fondamentalement foule aux pieds la liberté de conscience, donc les droits humains au fondement même de l’adhésion du pays concerné à la Charte des Nations Unies ; ce qui ne peut que semer le trouble y compris en France (l’ambassadeur du Vatican s’est-il informé sur le sujet ? Ce n’est pas sûr…) ; d’où la nécessité que les musulmans de France, en particulier leurs instances, telle que le CFCM (Conseil français du culte musulman), prennent position. Et ce, pour leur propre bien.

Car plus les musulmans affirmeront la liberté, plus leur caractère français s’affirmera en même temps que leur vision singulière de l’islam, ce qui ne pourrait que réduire le malaise de leurs concitoyens devant leurs exigences qui veulent se hisser au même niveau de réalisation que les autres religions alors que celles-ci sont là depuis des siècles et qu’elles ont construites toutes seules leurs édifice, Notre Dame a mis cent ans pour s’édifier faute d’argent, et la synagogue gigantesque de Turin n’a pu être fini faute d’argent et donc a dû être vendue, elle est devenue aujourd’hui l’actuel musée du cinéma turinois.

Les responsables français du culte musulman sont-ils prêts au moins à aller en Algérie pour expliquer que la procureure n’a pas la bonne (true) version de l’islam ? On peut largement en douter lorsque l’on apprend que le responsable du CFCM, tout en condamnant les auteurs des récents enlèvements et autres attentats, aurait demandé au Président de la République

que les auteurs de ces menaces ou de ces attentats ne soient plus présentés comme islamistes, car « les musulmans de France se sentent souvent très froissés » par l’utilisation du terme. »Il faut supprimer du langage courant le terme islamiste pour désigner des terroristes. Nous préférons ‘terroristes’ et ‘criminels’, nous n’acceptons pas que le terme islam, la religion islam, soient associés à des actes de terrorisme ». (In Le Point.fr, 23/09/10).

Or, contrairement à ce que prétend ce monsieur il faut bel et bien insister sur le fait que ces « auteurs » sont musulmans puisqu’ils s’en réclament, et même à corps et à cris, il n’y a donc aucune raison d’en douter, pas une seule seconde ; d’ailleurs, l’AKMI parle de Maghreb « islamique » et non pas « islamiste », ce qui exprime bien qu’ils ne font pas la différence, parce qu’ils restent fidèles en réalité à l’enseignement de Mahomet (salaf), et donc non seulement au Coran mais aussi à la Sîra (vie de Mahomet) donc à la Sunna (histoire de l’application des préceptes ou Sharia) ; à moins qu’il soit expliqué que les instances officielles de l’islam de France détiennent une autre version, inédite, de l’islam, ce qui serait un scoop, ce qu’il faudrait plus sérieusement démontrer en se battant précisément pour la liberté de culte dans les pays d’origine, pourquoi pas, ce que ces instances ne font cependant pas.

Dans ces conditions, il est facile, confortablement installé dans un pays libre de parler d’un islam imaginaire alors que dans les régions où il domine la liberté est plutôt synonyme de soumission conformément cependant à la définition même du terme islam, la paix indiquée étant celle qui s’inscrit dans ce cadre là: ainsi lorsque les occidentaux en recherche d’une énième excitation ou exotisme après un bon couscous et autre thé à la menthe prononce en arabe la phrase « que la paix soit avec toi » il s’agit de la paix islamique qui se différencierait seulement en degré de la paix islamiste en ce que cette dernière exigerait de ne saluer que des musulmans alors que la paix islamique se contenterait d’une présence non musulmane à partir du moment où celle-ci serait infériorisée. Car l’islam est supérieur à toute autre forme de discours ou de forme politique d’organisation sociale, cette supériorité n’est d’ailleurs jamais étudié, comme si celle-ci n’était qu’un apanage occidental. Ajoutons que lorsque les musulmans parlent de « religions du Livre », ce dernier désigne le Coran et non pas la Bible comme le croient certains (jusqu’à Raymond Aron, dans ses Mémoires lorsqu’il parle de ses origines et de sa polémique avec de Gaulle à propos d’Israël en 1967…) c’est dire le degré d’ignorance, (in)volontaire concédons-le, propagé jusque dans les instances les plus savantes…

En tout cas, c’est ce débat là qu’il faut avoir ; pendant ce temps, gelons les constructions de mosquées et de centres polyvalents, surtout lorsqu’ils sont faits avec de l’argent public, ne serait-ce qu’indirectement, par exemple en concédant des terrains municipaux ou en subventionnant sous un prétexte « culturel »…

lucien-sa-oulahbib

26/09/2010

Abbas refuse de reconnaître le caractère juif d’Israël alors qu’Israël reconnaît le caractère arabe du futur Etat palestinien…

Et encore un billet de Lucien Oulahbib, un! En ce dimanche grisâtre,  matière à réflexion…

FDF

.

La perception du réel est toujours pervertie par de mauvais outils, de mauvaises lunettes qui rendent flou opaque biaisé ce qui pourrait être clair ; prenez par exemple trois sujets qui reviennent tous à une seule caractéristique: tout ce qui va mal serait la faute du néolibéralisme et de l’extrême droite (même le climat bien sûr). Qu’il s’agisse en effet du conflit israélo-arabe, de la montée du mouvement tea party, de la montée de partis dits anti-immigration, tout se résumerait au racisme et aux méfaits de la finance néolibérale.

Ainsi concernant le conflit israélo-palestinien, seule la continuation ou non de la construction israélienne dans les territoires gagnés durant la guerre de 1967 (terres ancestrales juives pourtant, bien avant les invasions romaine et arabe) semble être la clé de tout le processus actuel, sans qu’il soit souligné par nos éminents experts qu’il s’agit en réalité d’un prétexte de la partie palestinienne pour ne pas négocier. Car si les gros blocs d’implantation actuels doivent être échangés avec les blocs habités par les arabes israéliens, on ne voit alors pas pourquoi la construction ne continuerait pas en leur sein.

Mais admettons que cela ne soit pas la « the » solution, la paix des braves, admettons par exemple que cette dite paix passe plutôt par l’intégration de ces gros blocs au sein du futur Etat palestinien, faudrait-il les démanteler ? Certains implantés avaient déjà dit que non seulement ils aimeraient rester, mais qu’ils iraient jusqu’à prendre la nationalité palestinienne, or, qu’entend-on de l’autre côté ? Un scénario à l’algérienne doublé d’un scénario à la gazaoui : on chasse le juif et on détruit ensuite pour purifier sans doute, voilà la réalité pure et dure. Et aucun soit disant expert, aucun journaliste (hormis Bourdin sur RMC il faut le reconnaître) ne pose cette question : faut-il démanteler ?

Personne ne répond, et c’est cette non réponse qui signifie bien que toute cette négociation est une farce puisque même si ces implantations seraient démantelées, le juif chassé, eh bien, malgré cela, les dirigeants palestiniens actuels demanderont Jérusalem, et, surtout, le droit au retour, au sein même d’Israël, de millions de réfugiés supposés, voilà aussi la réalité pure et dure; d’où le fait qu’Abbas refuse de reconnaître le caractère juif d’Israël alors qu’Israël reconnaît le caractère arabe du futur Etat palestinien, voilà aussi la réalité non pervertie par de mauvaises lunettes, car tout avait été déjà dit et fait par Bill Clinton à Camp David lorsque 98% des territoires reconquis en 1967 avaient été concédés par Barack avec le succès que l’on sait.

Mais tenir un tel discours sera considéré d’extrême droite.

Autant dans ce cas qualifier Galilée d’être d’extrême droite puisqu’il avait affirmé que la Terre tourne autour du soleil, ce qui allait évidemment à l’encontre de la perception dominante.

Nous en sommes, exactement, au même point concernant le conflit judéo-arabe, et il est possible de défier quiconque de prouver le contraire, puisque en 1947 les Juifs avaient, eux, accepté la partition, la paix, et ce malgré des frontières indéfendables. Voilà la réalité, n’en déplaise à un Obama, un Villepin, Védrine, etc, etc, etc…

Quant au second exemple, la gentry postmoderne néo-nihiliste et apatride accuse le mouvement tea party d’être d’ultra ou d’extrême droite parce que certains seraient « pro-vie », refusant dans ce cas que l’avortement soit remboursé par la sécurité sociale publique ; or, en quoi cette position serait « ultra » à partir du moment où seraient exclues de ce non remboursement les mineures et les femmes violentées, mais seraient en effet inclues celles qui utilisent l’avortement comme une technique de contraception ?

Pourquoi en effet l’argent mis en commun devrait servir à couvrir des pratiques ultra-individualistes comme le fait de se faire avorter plusieurs fois parce que l’on n’a pas fait attention ? Par ultra-matérialisme ? C’était le cas en URSS. On en voit d’ailleurs le résultat concernant le taux de natalité en Russie, même aujourd’hui. Et observons qu’il ne s’agit pas d’aller occuper des cliniques qui pratiquent l’avortement ou de menacer les médecins qui y travaillent car là, en effet, ces réactions peuvent être considérées comme violentes, anti-démocratiques, anti-libérales, anti-constitutionnelles, or, il n’est pas question de cela dans ce questionnement sur le financement de l’avortement puisque celui-ci n’est pas en soi menacé en tant que liberté. De même sur les cellules souches à partir du moment où celles-ci ne viendraient pas de foetus ou d’embryons mais de dons d’organes post mortem. Les tea parties ne sont pas monolithiques (ils ne le seront pas en France non plus).

Quant à l’immigration, ce qui permet d’introduire le troisième exemple, on ne voit également pas pourquoi le fait de s’inquiéter d’une arrivée donnée d’immigrants refusant de s’intégrer serait une inquiétude suscitée par le racisme et la crise économique fomentée par la finance internationale.

Cela n’a très strictement rien à voir.

Pourtant, il suffit d’entendre dimanche 26 septembre sur France Info le correspondant en France de la radio-télévision suédoise avancer ce genre d’explications pour expliquer l’émergence des « Démocrates de Suède« . C’est là l’exemple type, chimiquement pur, de déformation de la réalité qui nous tient aujourd’hui de perception, or, je soutiendrais ici que c’est cette déformation là qui suscite en retour la réelle xénophobie, car il n’est pas possible de nier la réalité ainsi, le corps humain, sa psyche se venge, et donc va projeter ce déni de réalité sur la présence de tout ce qui n’est pas soi.

Aussi, si nous voulons réellement que les inquiétudes quant à la venue d’étrangers ne se transforment pas en réactions passionnelles qui pourraient aller bien plus loin que souhaitées, il est indispensable de changer de lunettes et d’en prendre de plus objectives au sens littéral du terme : plus précises.

Il semble cependant que cela soit loin d’être possible tant la gentry ultra-mondialiste et cynico-nihiliste qui aujourd’hui malmène la perception continue à préserver sa position et son statut en semant ainsi la discorde et le mensonge. Sans avoir peur de la contradiction : car en quoi une population autochtone qui cherche à (se) protéger son mode de vie acquis depuis des millénaires d’évolution serait raciste et d’extrême droite alors que cette même gentry se pâme devant les amazoniens, les amérindiens, les tibétains, qui font la même chose ?

Ou le mystère du politiquement correct qui autrefois se nommait la haine de soi.



15/09/2010

« Pourquoi je n’irai pas voir le film sur les moines de Tibhirine »…

Lucien Oulahbib surfe sur le film relatant l’affaire des moines de Tibhirine… Du grand art…

FDF

Histoire noire sur écran blanc…

.

Même Valeurs Actuelles -imaginez les autres 🙂 est difficilement lisible lorsqu’il écrit :

 » le film est aussi fidèle à un certain irénisme des moines vis-à-vis de l’islam. Et ce n’est pas sans une certaine gêne, sachant leur destin final, qu’on les voit s’associer à la prière d’un imam qui psalmodie :

« Tu es notre maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles. »

Mais cela est de peu de poids par rapport au formidable témoignage du pardon accordé par avance par le père de Chergé à son futur bourreau, de la force de la prière qui doit prévaloir sur le fracas des armes (…) « 

Parce que je n’admets pas que l’Eglise du Christ, qui est en Afrique du Nord chez elle depuis au moins la fin du 1er siècle, rase les murs en parlant elle aussi de « terre d’Islam » alors que c’est une terre qui a été envahie par l’islam et ses conquérants arabes. Ses habitants, les citadins berbères et romains, fuirent en Italie, à Byzance, à Rome. A la campagne les tribus semi-nomades qui restèrent crurent avoir affaire à une hérésie chrétienne tel l’arianisme. En tout cas le christianisme, comme le judaïsme, sont bel et bien chez eux, et dans ces conditions les musulmans n’ont rien à exiger, bien au contraire ! C’est ce que ne comprennent pas celles et ceux qui acceptent de faire le dos rond et au fond verront dans le meurtre des moines un sacrifice salvateur rachetant les crimes coloniaux alors qu’il s’agit d’assassinats crapuleux fomentés par des inhumains, des barbares, (peu importe d’où ils viennent, de l’armée ou du maquis) qui ne méritent aucune autre compassion que celle permise par le code de la guerre juste. Une guerre qui n’est donc pas sans merci,compassion et pardon, mais cela ne veut pas dire abandon masochiste, servitude volontaire à un bourreau qui ne mérite pas que l’on accepte de mourir pour son dieu qui n’est, décidément, pas le nôtre.

Aussi est-ce de plus en plus insupportable de lire sans cesse des abandons de souveraineté spirituelle et temporelle en matière de sacrifices rituels par exemple, comme s’il était possible d’ailleurs de comparer pratiques sacrificielles et pratiques culinaires singulières (à ce stade nos naïfs sont en train de faire pression sur tous les restaurants de couscous qui ne faisaient pas de halal).

Mais est-ce que cela voudrait dire que dans cette période de crise faramineuse des dépenses publiques nos dirigeants nous auraient vendu pour un plat de lentilles libyennes et saoudiennes ? Leurs pétrodollars venant acheter à tour de bras des obligations d’Etat, des Euros, afin de soutenir un Etat français qui sans cela serait rétrogradé de sa note AAA ? En Italie Berlusconi crache sur la tombe d’Ornella Fallaci en s’agenouillant devant ce général d’opérette, ce clown habillé en singe savant nommé Khadhafi. On peut désormais se poser la question et chercher à vérifier si nous ne sommes pas désormais dépendants des revenus de l’or noir, ce qui serait de la haute trahison. Bat Ye’or avait donc décidément raison. C’est aujourd’hui aveuglant.

On peut aussi se désespérer de voir un pouvoir s’enferrer dans les affaires jour après jour pendant que la gauche cherche à faire passer son égalitarisme congénital en utilisant cyniquement l’épineuse question des retraites. Et que dire des « roms » et autres gens du voyage alors que nous sommes devenus nous-mêmes des roms et des gens du voyage lorsque dans certains quartiers dans certains transports nous sommes obligés de surfer entre les détraqués armés de tournevis et les nervis des nouvelles sections d’assaut à la chasse au « céfran »le tout protégé par certains syndicats de magistrats et autres officines dites anti-racistes qui en réalité traquent celles et ceux qui ne veulent pas admettre que 2+2=5.2+2 n’égale pas 5, c’est sans doute politiquement incorrect de le dire parce que cela étale une culture arithmétique qui nécessairement stigmatise celles et ceux qui pensent que 2+2=5, mais c’est ainsi, tant pis ; parfois il faut appeler un chat un chat, même si cela fait rager St Germain des Prés. Que faire alors que tout s’effondre ? Songer à faire pendre non pas une seconde écrevisse au Château de Versailles mais des mangas...


08/09/2010

« l’islam nie les avancées effectués par notre Droit »…

8 septembre 2010


C’est un fait : tandis que les khomeinystes ne cachent même plus leur volonté d’enfoncer leur suppositoire atomique dans Israël en venant de refuser l’entrée sur leur « territoire » de deux inspecteurs de l’AIEA, leurs affidés anglais et français, complètement zombifiés comme on l’a vu à Toulouse, s’efforcent de leur mâcher le travail en attaquant Blair, en hurlant leur haine de la liberté d’expression, en hurlant leur désir d’islam (ce qui est leur droit car nous ne sommes pas comme eux), en crachant sur une opposante iranienne.

Ces nouveaux miliciens, verts-rouges-noirs aujourd’hui, bafouent, nient, effacent, comme s’il s’agissait d’une installation éphémère, les centaines de milliers d’irakiens assassinés par les nervis « laïcs » de l’ancien régime saddamiste. Ils effacent le gazage des Kurdes et la torture à la chaux vive des chi’ites, mais pour des jacobins léninistes fiers des centaines de milliers de Vendéens massacrés et des dizaines de millions mis à mort dans les goulags, deux millions d’assassinés par Saddam ce n’est rien, et ils aimeraient même continuer en traitant de « fachos » tous ceux qui ne sont pas d’accord avec leur tyrannie en marche.

D’autant qu’ils se donnent évidemment bonne conscience en condamnant la future lapidation programmée de cette Perse car le régime islamique doit faire aussi « bien » que les Talibans afghans qui ont massacré récemment un jeune couple, nos Tristan et Iseult.

Et la milice se donne également bonne conscience parce qu’elle prend soin d’indiquer que la lapidation n’est pas dans le Coran, alors que c’est dans la Sunna, or l’islam c’est le Coran plus la Sunna…

Mais nous avons à faire à des ignorants qui ne savent également pas que l’on peut en islam forcer une femme à avoir des rapports sexuels surtout si c’est la sienne, ou alors s’il s’agit d’une non musulmane ; et l’homosexualité ? et la contraception ? Et l’avortement ? Et l’égalité entre homme et femme ? entre croyant non croyant ?…

Ne savez-vous pas que l’islam nie les avancées effectués par notre Droit ? Voilà pourquoi les intégristes des autres religions sont bien contents que l’islam préserve, ressuscite, des principes qui ont été critiqués voire supprimés, tout en n’ayant pas à subir les foudres progressistes ! Voilà le tour de force ! La milice alter défend une des religions la plus rétrogrades, et traite de racistes et de fascistes celles et ceux qui disent que l’islam doit aussi être critiqué comme il a été fait pour les autres religions et tous les discours qui bafouent la liberté naturelle de l’humain, liberté acceptée par les mythes judéo-chrétien et grecs puisque Prométhée n’a pas été tué lorsqu’il a volé le feu aux dieux, de même pour Adam et Eve alors qu’ils avaient mangé le fruit défendu.

N’oublions pas aussi que Adam prouve sa liberté en inventant les nom des animaux (Genèse 2/19), alors que dans le Coran il ne fait que les réciter (Sourate II, verset 31); il n’y a donc pas de liberté en islam mais de la soumission au sens d’un abandon absolu : ‘l’homme ne pense pas’, disait Averroës, à la grande joie des scolastiques de la Sorbonne (auxquels se heurta Thomas d’Aquin, et après lui Descartes).

Voilà aussi pourquoi le terreau de la liberté a pu prendre son envol en Palestine et en Europe et non en Islam ; d’ailleurs, et les partisans du nouvel islam le disent, lorsque certains penseurs musulmans ont vu intégrer également la pensée de la liberté ils en ont été empêchés, d’où la limitation de l’islam à n’être qu’une doctrine de combat (djihad) c’est-à-dire de prise de pouvoir, ce qui entraîna le déclin lorsque la puissance se fit aussi économique et artistique. Cette recherche de la puissance pour elle-même ne peut que fasciner les nostalgiques nietzschéens de la force instinctive et les post-léninistes à la recherche d’une doctrine qui les envoûterait de telle sorte qu’ils n’auraient plus à discuter, tels des nazillons rouges et verts (qui existent aussi de l’autre côté évidemment…) des morts-vivants de la nouvelle servitude volontaire ; et nous voilà en face d’une jeunesse totalement fanatisée, tandis que les élites en faillite ajoutent de leur fiel mielleux à coup de clientélisme, tout en avançant des solutions politiques et économiques (voir Obama récemment) d’un autre âge.

D’ailleurs le mécontentement qui monte aux USA contre les élites, y compris républicaines, provient précisément d’un refus global de toute cette litanie qui donne le là au fond depuis les années 60, à partir de bons sentiments (étendre les droits de l’homme à la terre entière pacifiée par l’amour) mais qui aujourd’hui se transforme en cauchemar, comme dans ces films d’horreur où tout commence par une gentille balade le long des falaises ou dans une forêt merveilleuse. Aujourd’hui il est exigé de perdre toute identité, au profit d’une seule, voilà le paradoxe, le piège, aux sables mouvants et de moins en moins émouvants.

La crise, totale, s’accentue, de façon vertigineuse, et l’on attend que l’ étincelle de l’Histoire allume la plaine des impairs et manques, pour paraphraser le tyran chinois qui s’y connaissait dans l’industrie du meurtre. Rira bien qui pourra rire.

04/09/2010

Apéritif républicain de ce samedi: la dérive totalitaire du MRAP…

Ce qu’il faut savoir au sujet des « nuisibles » de la République… (Merci à Lucien pour l’info).

FDF

.

Le MRAP (et consorts, LICRA etc) menace violemment les organisateurs du l’Apéritif républicain du 4 septembre, il exige du ministre de l’intérieur dans une lettre infâme et mensongère une interdiction en bonne et due forme.

Cela suffit !!!

Le MRAP doit être poursuivi, traîné en justice, et ce très rapidement parce que cela a assez duré, il doit être poursuivi pour atteinte flagrante aux libertés fondamentales, en particulier la liberté d’expression garantie par la Constitution dans son Préambule et les premiers articles.  Et il doit être aussi poursuivi pour volonté de nuire à autrui, de salir sa notoriété, c’est de la diffamation pure et simple qui repose sur un vaste mensonge digne du passé léniniste, c’est-à-dire totalitaire, liberticide, de ses dirigeants :

en effet, toute critique à l’encontre de certaines pratiques anti-républicaines et anti-laïques se réclamant de l’islam est caractérisé par lui de « racisme » alors qu’il s’agit de la critique d’une idéologie religieuse et non pas de l’appartenance à une ethnie.

L’intimidation, semblable à celle qui empêche ARTE de programmer un documentaire sur les dérives communautaristes, a assez duré !!!  Stop ! Car, le MRAP, dans sa lettre, fait ,sciemment, l’amalgame entre racisme et liberté de critique, et, sciemment, il entretient la confusion en maniant le mensonge, la stigmatisation (par exemple les consommateurs de porc et de vin), ce qui doit cesser ! le MRAP est une organisation ultra violente en réalité qui incite à la haine, puisqu’elle veut susciter des contre-manifestations, elle veut exciter les jeunes nervis genre Black blocs et « caillera » à attaquer sans discuter les apéros comme le faisait les staliniens allemands dans les années 30 lorsqu’ils allaient casser du « social-fasciste » (socio-démocrates) parallèlement aux groupes de S.A, avant de se faire massacrer par les SS lorsque leur rôle d’idiots utiles aura été jugé comme plus du tout nécessaire. Aujourd’hui le MRAP et consorts loin de lutter contre le racisme l’avive, le suscite, l’excite, l’entretient, ils sont le bras idéologique officiel de groupes politico-religieux racistes, eux, (nique la France et compagnie) qui restent encore dans l’ombre ou dans le verberapiste heureux de voir la milice mrapiste faire le sale boulot.

En termes ourlés nous dirons que le MRAP manipule les grandes causes alors que son action ne fait qu’aggraver les tensions et les clivages. Et le MRAP ne sait pas, ou feint de ne pas savoir, que nous sommes régis par la loi fondamentale de la démocratie républicaine et non pas par celle du régime islamique, par exemple iranien, qui lapide viole et assassine ses opposants comme on l’a vu on le voit et on le verra encore. Dans ces très strictes conditions le MRAP se met de plus en plus hors la loi puisqu’il viole l’article 3 de la Constitution qui stipule que

« Art. 3. – La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ».

Or, le MRAP n’a aucun droit de s’approprier ainsi la Constitution en exigeant, comme s’il était une Institution de la République, comme s’il était un Corps Constitué, que le Ministre de l’Intérieur interdise des manifestations en violation flagrante de la Constitution en ses premiers articles. Le MRAP exige du Ministre un acte anticonstitutionnel. Alors que le MRAP est, en réalité, un danger pour la République. C’est le danger puisqu’il porte atteinte aux principes fondamentaux qui fonde la loi fondamentale de la République française. Il faut dans ce cas en tirer toutes les conséquences:

Le MRAP doit être dissout!

.

Source: http://tinyurl.com/38rvyc4

01/09/2010

L’irréfragable suffisance gouverne toujours en France…

(Pillé à Lucien S.A Oulahbib)

.

La faillite à vitesse grand v des élites était prévisible

Sur maints sujets, l’irréfragable suffisance gouverne toujours en France et comme à l’accoutumée, bronzage en sus sans doute, du départ américain en Irak en passant par la délégitimation d’israël, les Quick halal, le non débat sur la sécurité jusqu’à la crise économique, sociale, et morale. Même Eric Zemmour, prenant l’exact contre-pied des propos étonnamment optimistes de notre actuel ambassadeur à Bagdad[1], a entamé le couplet de l’échec programmé en Irak (bien que cela ne ressemble cependant pas au Vietnam s’est-il empressé d’ajouter lors de sa chronique sur RTL) passant pour pertes et profits le succès Kurde, l’accalmie shiite, sans parler de l’amorce d’un processus politique qui a mis 35 ans en Corée du Sud pour arriver à un terme non négligeable comme l’a remarqué Noah Feldman dans le Wall Street Journal[2]. Évidemment aucune des parties en présence ne se trouve invitée sur les plateaux alors que la BBC, très critique pourtant, n’a eu de cesse de le faire. Il est regrettable qu’un Alain Duhamel, plus réaliste néanmoins que ses confrères (le pathétique Alain-Gérard Slama par exemple) quant à l’évaluation de tels résultats se trouve cependant obligé d’établir une comparaison entre les milliards américains investis dans la guerre alors qu’ils auraient pu l’être dans ce Loch Ness de l’aide au Tiers-monde ; sauf que cette manne supposée n’a fait qu’entretenir des potentats qui viennent donner des leçons d’éthique en assemblée plénière de l’ONU et dans ses commissions Théodule alors que l’on sait que la liberté économique prédétermine la prospérité, même si elle reste insuffisante comme projet, on le voit en Chine…

Suite et source: http://tinyurl.com/39dh3gp

31/08/2010

Appliquez l’article 16, monsieur le Président ! (par Lucien Oulahbib).

L’article 16 (http://tinyurl.com/cl4own)… Mais oui! Notre constitution l’a intégré! Et avant qu’il disparaisse…

FDF

.

30 août 2010

« Monsieur le Président,

Vous êtes en charge, au-delà de vos légitimes préférences idéologiques, d’une tâche permanente : la sauvegarde de la France. Et vous avez, précisément, entre les mains l’article 16 de la Constitution (1) qui vous permet de prendre toutes les dispositions légales pour rétablir la confiance dans les centaines de quartiers hors la loi (750 ?) ainsi que dans certains transports, lieux ludiques, places publiques, jardins… Aujourd’hui la paix civile est en danger. Et ce par des individus qui sont Français depuis au moins deux générations, et non depuis moins de dix ans….

Quant aux raisons, multiformes, vous n’êtes cependant pas sans savoir que dans des quartiers durement touchés par la crise économique et sociale, mais qui sont habités par une population respectant les institutions républicaines, il n’y a pas ou peu d’exactions (2). Donc celles-ci proviennent bien de gens qui ne sont visiblement pas instruits des lois et us et coutumes qui font la France (3). Ou alors qui en n’ont que faire. Ce qui est d’ailleurs plus souvent le cas. Vous êtes aussi sans doute informé que dans ces quartiers hors la loi, que dans certains endroits festifs, sur des plages, dans certains trains, jardins publics, certaines populations vivent dans la peur, la soumission, l’humiliation, elles doivent baisser les yeux monsieur le Président céder la place accepter de se faire doubler dans la queue pour éviter de se faire agresser devant leur propre famille ; et certains doivent changer de quartier et de ville, y compris des policiers, comme vous l’avez vu dans la région de Grenoble.

Nous revenons peu à peu à l’époque où le supposé gueux, et aussi le déclaré dhimmi (4), devaient changer de trottoir à cause d’une canaille qui peut être également parfaitement de « souche ». Ainsi, aujourd’hui, il nous faut baisser les yeux, marcher sur la chaussée, s’habiller sans trop attirer l’attention, de peur que les nouveaux dominants souvent bien français et agitant aussi parfois des drapeaux politiques noirs, rouges, ou religieux, vert… ricanent et nous crachent dessus. Voilà la réalité que vos conseillers bien sûr minimisent, tout en vous proposant des cibles secondaires.

Ce sentiment d’insécurité n’est pourtant pas un fantasme, la canaille frappe d’ailleurs souvent des personnes d’origine immigrée, tel Mohammed battu à mort sur une bretelle d’autoroute près des Mureaux (5), tel ce Sénégalais qui, à Lyon, avait décidé de boire un café durant le ramadan.

Dans de telles conditions qui minent de plus en plus le Pacte Républicain, il vous serait possible dans un premier temps de synthétiser ce qu’il en est réellement sur le terrain via d’une part diverses enquêtes recensant les atteintes à la personne et les incivilités (ouvrez des cahiers de doléance sur Internet et prenez le temps de les vérifier) ; vous pourriez alors requalifier organiquement certaines infractions en crimes. Vous pourriez aussi demander au ministère concerné, le ministère de la Justice, un audit sur ses procédures d’application des peines, quitte à les réformer si besoin est puisque dans beaucoup d’affaires des citoyens voient leurs agresseurs venir les narguer le lendemain. Vous avez la possibilité également de demander des audits sur les politiques publiques et municipales en matière de prévention : éducation sociale, assistanat social, éducation publique, formation.

Certes, des sondages affirment que 80% des Français se sentent en sécurité, sauf qu’une telle statistique ne perçoit pas la latence des humiliations quotidiennes, et, surtout, ne répond pas à la question politique et morale de la nécessité de la sanction ; n’oublions pas que de façon générale les crimes et délits restent heureusement des actes très minoritaires, du moins en période de paix, ce qui n’empêche pas l’existence d’une justice et donc l’exigence de sanctions, y compris lorsqu’il s’agit de cols blancs. Ensuite, les crimes et délits dans certains endroits touchent précisément les 20% restants, tandis que la tension, la perte de confiance, la lassitude, qui, certes, ne vont pas jusqu’à se percevoir en danger comme en temps de guerre par exemple, sont, cependant souvent relativisées, tout dépend de la façon dont les questions des sondages sont tournées (6). Enfin, la République se doit d’intervenir partout pour établir égalité et justice car la République, au sens démocratique du terme, est partout chez elle du moins conformément aux lois. Aussi monsieur le Président, agissez ! soyez à la hauteur de l’enjeu historique ! appliquez toute la Constitution, rien que la Constitution,

appliquez l’article 16, monsieur le Président ! Avant qu’il ne soit trop tard !… »

(1)http://www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/constitution2.htm

(2) Ainsi Lucienne Bui Trong dans Les racines de la violence, (éditions Audiber, 2003) qui fut responsable de la section « Violences urbaines » au sein des Renseignements généraux de 1991 à 2001, a montré que dans des quartiers connaissant le même taux de chômage, le rapport à la violence n’était pas la même selon que se trouve encore accepté le rôle de médiation des institutions ; leur présence et action n’étant pas appréhendées comme seule coercition, mais aussi incarnation de valeurs et de compétences. Ce qui n’est pas le cas des quartiers où les populations se vivent en dissidence et donc déploient leurs propres lois. Cet aspect politique doit être pris en compte le plus vite possible. Voir mon article sur cette question sur la revue en ligne Esprit critique :

http://www.espritcritique.fr/Dossiers/article.asp?t03code=133&varticle=esp1202article04&vrep=1202

(3) Ce qui ne veut évidemment pas dire que de nouvelles lois et de nouvelles traditions ne peuvent pas émerger, car sauvegarder ne signifie pas qu’il faille fermer la société dans une Loi intangible et donc, par définition, inhumaine au sens où le genre humain n’en serait pas, aussi, la Source.

(4) http://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/95-moyen-age/1686-les-dhimmis-dans-lislam-medieval-12.html

(5) http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/A13-Six-jeunes-ecroues-204512/

(6) Raymond Boudon, dans son ouvrage Analyse mathématique des faits sociaux, (Paris, éditions Plon, 1967) disait à ce propos : « (…) l’analyse sociologique se contente, aujourd’hui encore, de considérer les corrélations simples entre variables, et d’en inférer à des interprétations que l’instrument statistique utilisé ne peut, en toute rigueur, ni confirmer ni infirmer. (…) » (1967, p. 31).

lucien.oulahbib@free.fr 0664944909 http://lucien.samir.free.fr/biographie/index.html

29/08/2010

Apéritif Républicain: Pince-fesses pacifique ou provoc ?

Comme souvent, c’est pour défendre une certaine idée de la France. Un rassemblement intitulé Apéritif républicain est prévu à Bellecour le 4 septembre, pour commémorer les 140 ans de la proclamation de la IIIe République. Pourquoi le 4 septembre et pas le 13 octobre qui marqua la naissance de la IVe République ou le 13 mai, date à laquelle la Ve a vu le jour ? Coïncidence ou pas, ce même jour a été choisi par nombre d’organisations anti-racistes à travers la France pour leur journée d’action contre la politique sécuritaire du gouvernement, Bellecour étant le point de départ du cortège lyonnais. Pince-fesses pacifique ou provoc ? Enquête.

L’affaire en rappelle une autre. En juin dernier un Apéro saucisse et pinard était annoncé à Paris dans le très maghrebin quartier de la Goutte d’or et à Lyon à la Guillotière. Fortement soutenu et relayé par des sites proches de l’extrême-droite, l’évènement n’a jamais eu lieu, ni à Paris ni à Lyon. Ses organisateurs avaient préféré jeter l’éponge face au tollé provoqué par le côté ouvertement provocateur du rassemblement.

Et voilà qu’un Apéritif républicain s’annonce dans 6 villes françaises (Paris, Bordeaux, Strasbourg, Toulouse et Aix-en-Provence, en plus de Lyon). Même rengaine ou véritable rassemblement laïque ? Rien à voir avec l’autre, clame Lucien Samir Oulahbib. Cet écrivain et sociologue de 54 ans qui enseigne à Sciences Po Lyon est la tête de pont de l’organisation à Lyon. Et ce Kabyle chrétien de dénoncer la « stigmatisation par ceux qui vous mettent tout de suite dans une case ».

En effet, il n’est plus question de se rassembler à la Guillotière, mais au pied de la statue de Louis XIV. Le roi soleil comme parrain d’une manifestation républicaine, l’amalgame prête à sourire, mais bon. Exit également les références aux cochonnailles. Les participants sont appelés à apporter leur « pique-nique, constitué de produits du terroir français ». Donc du Reblochon, des marrons d’Ardèche et des truffes du Tricastin. Le rassemblement devant rester « digne », la bière y est même prohibée. En revanche, le port du bonnet phrygien est fortement encouragé. Si les organisateurs interdisent tout signe d’appartenance à un parti politique, des drapeaux français sont les bienvenus.

Autre différence, les sites identitaires lyonnais observent cette fois-ci d’une discrétion de violette sur l’évènement. Aucun représentant d’extrême droite n’aurait participé non plus à la réunion préparatoire qui s’est tenue à Paris le 16 août, affirme Lucien Samir Oulahbib. « J’ai été uniquement contacté par des gens de gauches, des communistes ainsi que des gaullistes », assure-t-il.

Un sympathique évènement familial donc ? Rien n’est moins sûr. Ainsi les tracts, dont un millier doit être distribué sur les marchés lyonnais, affichent la couleur. Une Marianne y est opposée dans un bras de fer à une femme en burqa (voir photo). En toile de fond d’un côté des familles agitant le drapeau français, de l’autre, un barbu, un jeune à capuche, des femmes voilées, Olivier Besancenot et Noël Mamère, ainsi que l’inscription « Nique la France ». Le ton est donné.

Derrière cet apéro se trouve en effet Christine Tasin. Cette ancienne militante PS, passée depuis par le MRC de Jean-Pierre Chévènement et Debout La République, préside par ailleurs le journal en ligne Riposte laïque. Elle a quitte le parti de Nicolas Dupont-Aignan en mai dernier pour créer son propre groupuscule Résistance républicaine. Cette professeur de lettres de Charente-Maritime, écrit sur son blog : « quand partout et de plus en plus souvent, des fous d’Allah prétendent imposer la loi de leur Dieu à tous au nom de la suprématie de celle-ci, c’est tout notre édifice qui vacille, rongé par des barbares qui croient qu’on peut renoncer à des siècles de progrès, de luttes pour l’émancipation et l’égalité des femmes, pour libérer l’homme du carcan de la religion et des superstitions, pour revenir au Moyen Age et accepter la loi du plus fort. […] C’est la défense de la République qui nous unit, et notre inquiétude grandissante devant la montée de l’offensive islamiste.[…] En face, le 4 septembre, défileront les imposteurs de la République, toute la clique des droidelhommistes, ceux qui préfèrent l’étranger à leur voisin né en France. Ceux qui véhiculent une telle haine de leurs racines, de leur culture, de leurs parents. A vous de choisir votre camp, celui de la Résistance ou celui de la collaboration. » Cela a au moins le mérite d’être clair.

A Paris, le maire vert du deuxième arrondissement Jacques Boutault a écrit au préfet pour demander l’interdiction de l’apéro qui doit avoir lieu place de la Bourse. En réponse aux protestations des organisateurs, il écrit : « L’affichette d’invitation à l’« apéritif républicain » annoncé apparaissant clairement comme une volonté d’opposer une partie de la population à une autre pour des motifs culturels et/ou religieux, va donc visiblement à l’encontre de ma conception d’une France laïque républicaine, respectueuse des Droits de l’Homme et de la diversité des origines, des opinions et des religions. »

A la Grande mosquée de Lyon, le sujet agace. « Je n’en ai rien à cirer », s’écrie Kamel Kabtane, son recteur. « Ils peuvent venir en bikini défiler devant la mosquée. » Et d’insister : « il faut arrêter de donner de l’importance » à ces initiatives. La préfecture qui a reçu mercredi la demande officielle des organisateurs, dit vouloir les « convoquer » pour s’assurer que l’ordre public ne risque pas d’être troublé. En tout cas, les pique-niqueurs ne devraient pas rencontrer les manifestants anti-racistes. Si le lieu de rassemblement est le même, le cortège devra partir de Bellecour à 14h, tandis que l’apéro ne commencera que 4 heures plus tard à 18h.

Affiche : Riposte laïque « 

Commentaires : au-delà du ton politiquement correct, relativiste, prétentieux et méprisant de l’article, je dirai juste un mot sur les propos du maire vert du second arrondissement parisien (qui fut longtemps mon quartier avant de venir à Lyon il y a cinq ans maintenant) : l’affiche montre un bras de fer en Marianne et une femme portant la burka c’est-à-dire exprimant un islam radical, or, selon ce maire l’affichette oppose « une partie de la population à une autre », de deux choses l’une dans ce cas, où ce maire ne fait pas la différence entre islam et islamisme, car l’affichette ne montre pas un bras de fer entre une Marianne et une femme portant le fichu musulman, et dans ce cas il avouerait ce que l’on soupçonne depuis longtemps, ou, mais cela revient au même à vrai dire, il y a bien plus de 2000 burkas en France, et là cela est bel et bien inquiétant. Dans tous les cas, ce maire n’a aucunement le droit d’exiger que la manifestation de son interprétation de la laïcité soit la seule disponible sur le marché des idées.

Ps : je rappelle aux lecteurs lyonnais et des environs qu’ils sont appelés à me contacter pour distribuer les tracts dont parle le journaliste de l’article et de venir bien-sûr le 4 septembre…

04/08/2010

Ne parasitez pas le 4 septembre !

La Constitution Française

Alors que les vrais républicains (ceux qui sont réellement libres et laïques et évidemment il faut sélectionner who is who…) avaient préalablement choisi la date du 4 septembre pour affirmer le droit de vivre dans une République réellement… libre et laïque (ce qui implique de plus en plus de préciser ces deux termes) il paraît que les réels responsables de la violence urbaine et de l’effondrement de l’Ecole républicaine en France (35 organisations en tout !) vont eux aussi manifester le 4 septembre officiellement contre le discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble, en réalité pour exiger de continuer à détruire le tissu républicain qu’ils se sont acharnés à démanteler! On croît rêver (inception?).

Les mêmes organisations qui ont jeté aux orties les principes devenus universaux comme l’égalité entre les humains, l’égalité entre l’homme et la femme, la liberté d’expression, osent s’en réclamer, osent les défendre, alors qu’ils nient la responsabilité humaine à choisir entre le bien (commun) et le mal (viol/violence contre autrui), -ce serait « la » faute de « la » société- tandis qu’ils défendent une idéologie religieuse qui divise les humains entre membres à part entière et « protégés », entre hommes et femmes, entre croyants et « infidèles », qui refuse enfin le principe de la remise en cause, de la critique, qui est pourtant au fondement, au coeur, (l’esprit) de notre culture judéo-gréco-chrétienne et humaniste.

Ces 35 organisations veulent continuer à propager, à distiller, en aristocrates dégénérés, la haine nihiliste qu’elles avaient autrefois distillée (lorsqu’elles dominaient) en URSS en Chine au Vietnam à Cuba en Afrique avec le succès que l’on sait.

Certes, les tactiques actuelles du Président de la République semblent être à l’origine de ce parasitage. Alors que le Président n’a qu’une chose à faire (du moins s’il veut gagner en 2012) : appliquer l’article 16 comme la Constitution lui permet, sans chercher à en modifier l’article 1, ce n’est pas nécessaire, puisque la plupart des individus responsables d’un certain nombre de méfaits (par exemple à Grenoble) sont Français de naissance et par filiation. Lorsque le Président dit qu’il existe des « enfants de troisième et de quatrième génération (qui) ne veulent pas s’intégrer » parions que la plupart de ces « enfants » ainsi que leurs parents sont eux-mêmes nés en France et donc pas du tout naturalisés.

Et puis le problème n’est pas là, ce n’est qu’un symptôme, un aspirine donné à un grand corps malade au bord de la gangrène semée également voire principalement par legang des 35 qui ont tout fait pour saper les moyens d’une bonne intégration (ils refusent le terme puisqu’ils veulent qu’au contraire toute la société s’intègre dans leur idéologie).

Evidemment, les circuits politiques et médiatiques (bien plus que l’économique) ont leur part de responsabilité : peu de journalistes de couleur ou bronzé, ne parlons pas de la pub, du cinéma… Les mêmes qui hurlent au racisme ont toujours refusé de donner des rôles dignes de ce nom à ces « enfants » (ne parlons pas de la seconde génération : sacrifiée) sauf à rejouer le rôle misérabiliste qu’on leur confine dans « la » société.

Et c’est cela qui m’écoeure profondément.

Les mêmes qui en réalité reproduisent en pis les thèses de la Nouvelle droite ou de l’extrême droite en se battant pour la séparation des communautés (puisque en défendant des revendications communautaristes on combat la mixité que l’on prétend promouvoir) ces hypocrites bobo vont venir vous toiser de haut avec leurs bons sentiments lorsque vous êtes d’origine étrangère mais que vous voulez leur parler de principes universels.

Car, et c’est le comble ! combien de fois ai-je eu ce malaise d’être regardé comme un être bizarre lorsque je le leur rappelais ! leurs yeux me disaient : « mais vous ne comprenez pas, nous ne voulons plus de cet universel, nous aspirons au retour à des cultures austères comme celle dont vous venez, aussi ne venez pas nous donner des leçons au nom de notre culture que nous rejetons« , ils me regardaient comme si j’étais devenu un singe savant, et je suis sûr que si j’avais la barbe RATP et les vêtements qui vont avec ils me regarderaient avec respect et admiration, certains d’ailleurs ne se convertissent-ils pas par soif d’interdits et de luttes sacralisés allant même s’entraîner là-bas contre l’Occident honni ?…

Aussi pas vous et pas ça ! arrêtez de parasiter l’esprit républicain, vous en êtes les fossoyeurs !!! et plus vous vous agitez, plus vous renforcez le FN (dont l’électorat s’est fait avoir une fois, pas deux) puisque vous ne comprenez rien (ou trop bien) la Perse et Rome étaient « multiculturel » cela ne les a pas empêché de sombrer dans les poubelles de l’Histoire qu’il vous faudrait rejoindre puisque ce sont des gens comme vous qui ont amené Hitler au pouvoir, vous ne servez à rien sinon à envenimer les choses, aidés en cela par les conservateurs évidemment qui ne font que reculer au lieu de passer à l’offensive.

Rien que la Constitution, toute la Constitution, tel est le mot d’ordre de tout vrai républicain; désormais…