Francaisdefrance's Blog

12/03/2012

Le piège fourbe de la future grande mosquée d’Epinal.

Je vous invite à lire ce qui suit; ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Après lecture, pensez à vos enfants et petits enfants… Ca devrait vous donner du courage pour les regarder en face, plus tard…

Franchement, ça fait peur. Et « on » laisse faire; « on » aide, même…

Honteux, irresponsable et anti-patriote. L’amorce d’une croisade des temps modernes? En tout cas, ce genre de cas peut la provoquer. Il ne suffit plus de grand chose…

FDF

.

La future Grande Mosquée d’Épinal accueillera-t-elle des conférenciers antisémites ?

Épinal est une grande ville de l’est de la France d’environ 35 700 habitants, dans le département des Vosges, elle dispose de très nombreux édifices classés comme monuments Historiques et faisant partie du Patrimoine français.
La ville accueille depuis une trentaine d’années une communauté musulmane en forte croissance.
Pour représenter la communauté, l’Association Culturelle des Musulmans des Vosges (ACMV) a été crée en 1982. Au fil des années, les locaux servant de Mosquée mis à disposition par la mairie deviennent trop exigus pour accueillir les Fidèles, toujours plus nombreux. En effet, pendant les grandes occasions, les fidèles accomplissent leurs prières dans les couloirs, voire à l’extérieur des locaux. Après plusieurs échanges et pressions, la commune d’Epinal dirigée par le député-maire UMP Michel Heinrich et le président de l’ACMV, Taoufik Ferchichi ont trouvé finalement un terrain d’entente qui a abouti au projet de la construction de la première véritable Grande Mosquée d’Épinal.

Ce projet, estimé à 1,5 millions d’euros, est réalisé sur les terres de Saint-Jean, un terrain de 7200 m². Cette mosquée est prévue pour recevoir plus de mille fidèles.
Les plans de la Mosquée Masjid d’Épinal nous détaillent la mise en place d’un véritable complexe islamique doté d’une immense coupole, de 4 minarets visibles de loin (pour lancer l’appel du muezzin à la prière, comme à Hambourg en Allemagne ?), de salles de prières, de salles de conférences, d’une salle d’ablution, d’une bibliothèque. Le site internet officiel de la Mosquée appelle les Fidèles à verser des Dons pour finaliser ce projet.

–                
–   Le projet de la Grande Mosquée Masjid d’Épinal                     La Mosquée en cours de construction en 2011

Le maire Michel Heinrich a signé officiellement l’acte du bail emphytéotique, la location d’un terrain de 7200 m² pour un euro symbolique, un privilège accordé au mépris de la loi de 1905 de séparation de l’État et du Culte, le samedi 5 novembre 2005 à l’hôtel de ville d’Epinal. La première pierre de la Mosquée a été posée symboliquement le samedi 28 juin 2008 en présence du maire ainsi que d’autres personnalités.

–                                        
Pose de la première pierre de la Grande Mosquée d’Épinal,         Musulmans en  prières devant le futur site de la Mosquée d’Épinal

avec respectivement de gauche à droite, Taoufik Ferchichi,
président de l’ACMV,
le cheikh Abou Khalid, imam de la
future Mosquée, et le maire d’Épinal Michel Heinrich.

Quel Islam sera préché dans la future Mosquée cathédrale de la ville ? Un Islam de Tolérance et d’ouverture ?
On peut s’en faire une idée en réalisant que l’imam de la Mosquée, le Cheikh Ahmed Ali El Habti (plus connu sous le nom de Cheikh Abou Khalid), un marocain installé à Épinal depuis 1986, a été formé dans les meilleures écoles coraniques d’Arabie Saoudite, à Médine, réputées pour enseigner un Islam particulièrement radical et fondamentaliste, le wahhabisme. A Épinal, ses prèches et conférences sont diffusés exclusivement en Arabe, l’imam ne parlant pas le français. (hard-copy)

–                                                                           
–                                                            l’imam de la Mosquée d’Épinal, le cheikh marocain Abou Khalid

Le wahhabisme est une doctrine Totalitaire islamique qui explique que l’impureté du Monde justifie le développement d’un Islam conquérant, la planète entière doit devenir un monde islamique à terme, soit par le Jihad offensif (guerre contre les non-musulmans), soit par l’introduction progressive de la propande, pratiques et règles islamiques dans les pays Occidentaux (financement de Mosquées cathédrales, prèches radicaux, finance islamique, viande halal, port du voile, règles de non mixité sociale homme/femme, lois islamiques, etc…). Plus de détails sur le wahhabisme peuvent être trouvés par exemple sur cet article sur la Mosquée de Puteaux.

Des prédicateurs fondamentalistes sont invités à la Mosquée. En 2007, Abou Khalid a reçu à la Mosquée d’Épinal (anciens locaux) un visiteur prestigieux, le cheikh marocain Farid Al-Ansari, un savant malékite réputé dans le monde musulman du Maghreb.
Farid Al-Ansari est un prédicateur agréé par la cour scientifique et professeur à la Grande Mosquée de la ville de Meknès au Maroc, spécialiste de la législation islamique. Il était membre de la Ligue Mondiale de la Littérature Islamique, membre fondateur de l’Institut des études terminologiques attaché à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Mohammed Ben Abdellah de Fès. Son prestige est tel, que lors de son décès en 2009, le Roi du Maroc Mohammed VI a adressé une lettre de condoléances aux membres de la famille du défunt.
C’est donc avec fierté que les responsables de la Mosquée d’Épinal affichent une pleine page sur leur site consacrée à la vie et au parcours de ce cheikh, véritable modèle et guide Spirituel venu donner une conférence à la Mosquée en 2007 intitulée : « Quelques conseils pour les musulmans d’europe » que l’on peut écouter (en arabe) intégralement en ligne au format mp3. (hard-copy)
Pour avoir une vue plus précise de la pensée diffusée par ce grand « Savant », un extrait d’un de ses prèches dans une Mosquée, où il se livre à une véritable diatribe contre les Juifs (hard-copy) :

–                                                                                               
« Les Juifs n’ont pas cru ni à ce qui leur a été révélé, ni au Prophète Mohammed, lorsqu’il ne leur restait plus aucun argument auquel ils puissent se tenir, ils ont voulu ruser et tromper le Prophète encore une fois, la méthode des Juifs a toujours été celle-là dans l’Histoire, lorsqu’ils sont au pied du mur, ils emploient la ruse. »
Conférence du cheikh Farid Al Ansari,
Invité de « prestige » à la Mosquée d’Épinal en 2007

Que les responsables de la Mosquée invitent Farid Al-Ansari aurait du alerter et inquiéter les administrés municipaux d’Épinal.

D’autres prédicateurs marocains sont régulièrement invités, on peut par exemple citer le cheikh Omar Al Qazabri, prédicateur et imam de la Mosquée Hassan II à Casablanca au Maroc, formé en Arabie Saoudite, reçu en 2010 dans les anciens locaux de la Mosquée d’Épinal (hard-copy).
On peut l’entendre réciter au Maroc il y a quelques années les sourates du Coran, et pas les plus tendres (ici al-imran), quelques extraits en gras italiques ci-dessous : (hard-copy)

–                                                                                     
« Or parcourez la terre, et voyez ce qu’il est advenu de ceux qui traitaient les Prophètes de menteurs, voilà un exposé pour les gens, un guide, et une exhortation pour les pieux. Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les Supérieurs, si vous êtes de vrais Croyants.
Si une blessure vous atteint, pareille blessure atteint aussi l’ennemi. Aussi faisons nous alterner les jours bons ou mauvais parmi les gens, afin qu’Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu’il choisisse parmi vous des martyrs, et Allah n’aime pas les injustes. Et afin qu’Allah purifie ceux qui ont cru et anéantisse les Mécréants. Compter vous entrer au Paradis, sans qu’Allah ne distingue parmi vous ceux qui luttent et qui sont endurants ?
Bien sûr, vous souhaitiez la mort avant de la rencontrer, or vous l’aviez vu certes, tandis que vous regardiez! »

Le cheikh marocain Omar Al Qazabri, invité de la Mosquée d’Épinal

La sourate récitée est une véritable apologie des combattants morts en martyr, et de la supériorité des Musulmans sur les Mécréants.

Est-il responsable de confier un tel édifice religieux à l’imam Abou Khalid, ne parlant pas un mot de français ? Un imam qui fait venir du Maroc des prédicateurs dont on a absolument aucun contrôle sur les doctrines dispensées ? Les prèches et conférences exclusivement en arabe de l’imam Abou Khalid vont-ils dans le sens de l’intégration de la communauté Musulmane spinalienne et la cohésion sociale ?
Quelle idéologie, quel endoctrinement seront diffusés aux jeunes Musulmans dans les salles de cours coraniques de la future Grande Mosquée Masjid d’Épinal ? Un Islam de « Paix et Tolérance » ?

–                                                                         
« Les Musulmans dans notre territoire, notre agglomération sont nombreux, près de 5000, et ils ne disposaient pas d’un lieu de Culte digne de ce nom. Je crois que c’est très important quand on est attaché comme nous le sommes à la cohésion sociale, au respect aussi de la laïcité dans notre pays, que chaque religion soit reconnue et que chaque religion puisse pratiquer et ceci en toute transparence. »
Michel Heinrich, maire UMP d’Épinal, lors de la pose de la première pierre de la Grande Mosquée d’Épinal le 28 juin 2008

.

Source: http://islamineurope.unblog.fr/

03/03/2012

Unis pour la paix, mais les bonnes femmes derrière, quand même, faut pas oublier les fondamentaux !

Manifester, se plaindre, se sentir stigmatisés, heurtés, chialer pour un oui pour un non, se dire horrifiés pour un tag sur une mosquée, vous les avez reconnus?

Appeler à la haine, au meurtre des chrétiens et des juifs, au combat, à la lutte armée dans NOS villes ou sur leurs sites islamo-dégénérés, vous les avez reconnus aussi? Ben oui; ce sont les mêmes.

Pourtant, on ne leur demande pas grand-chose pour leur permettre de rester sur notre territoire: pratiquer leur culture et leur idéologie discrètement. Ben même ça…

Et la loi de 1905 ne leur permet pas de demander de l’aide aux municipalités pour les aider à construire leurs satanées mosquées. Mais les lois françaises, ils les ignorent. Ils ne connaissent que la charia.


FDF

.

L’association culturelle des musulmans de la ville est en conflit avec la mairie au sujet de l’agrandissement du pavillon qui fait office de mosquée.

Quelque 1 500 musulmans ont manifesté vendredi entre leur mosquée et la mairie de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), pour réclamer «un lieu de culte digne» et protester contre le maire de la ville.

La marche silencieuse a débuté à la fin de la prière, devant un pavillon qui fait office de mosquée. Celui-ci étant trop petit, des extensions ont été construites derrière le bâtiment. Le maire UMP de Montfermeil Xavier Lemoine et l’association cultuelle des musulmans de Montfermeil sont en conflit autour de ces agrandissements.

«Halte à la provocation», «Halte à l’islamophobie», «Musulmans, juifs, chrétiens, soyons unis pour la paix» :

*****************************************************************************

SOURATE 47:

 

4. Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage, et serrez les entraves des captifs que vous aurez faits.

*****************************************************************************

1 300 personnes selon la police, 2 500 selon les organisateurs, ont marché silencieusement en brandissant pancartes et banderoles. Les hommes, en très grande majorité, étaient séparés des femmes qui se trouvaient à l’arrière du cortège.

«Xavier Lemoine nous a assignés en justice pour l’extension du lieu de culte», a rappelé Amar Brahmi, responsable de l’association. En janvier, le tribunal de Bobigny a condamné l’association à fermer ou démolir l’extension dans les six mois. Si le jugement n’est pas exécuté, l’association, qui a fait appel, devra payer 40 euros par jour, explique-t-il.

«Anomalies sur la sécurité»

En outre, «il y a une quinzaine de jours, le maire nous a mis en demeure de fermer cette extension», a ajouté Amar Brahmi.

Xavier Lemoine met en avant des «anomalies sur des questions de sécurité». «Ils sont en infraction avec le code de l’urbanisme et ne veulent pas se conformer aux lois de la République», dénonce l’élu.

L’association des musulmans n’a pas prévu de démolir l’extension. «Nous paierons l’astreinte de 40 euros par jour. Comment remettre 500 personnes dehors? Ou sinon, que le maire nous prépare un nouveau lieu de culte», dit Amar Brahmi.

Il réclame «des conditions dignes pour pratiquer le culte» et affirme que 1 500 musulmans, des Français en majorité, viennent dans cette mosquée le vendredi.

Amar Brahmi dénonce également «les attaques du maire», «ses appels à la haine». «J’ai des prises de position, des questionnements vis-à-vis de l’islam, mais ça n’a rien à voir avec ce contentieux», a dit Xavier Lemoine.

Source: http://www.liberation.fr/

Merci à Arnaud…

24/02/2012

Islamisation de la France: on perd Evreux…

La mairie « accorde » un terrain aux musulmans pour la mosquée… « Accorde »… Mais la loi de 1905 est bien explicite en ce sens, non? Evreux n’est pas dans la zone du Concordat, à ce que je sache. La municipalité d’Evreux est donc hors la loi. Et personne ne bouge…

Cerise sur le loukoum: les DEUX associations musulmanes du coin braillent encore: un seul terrain. Elles auraient voulu chacun le leur.

Pauvre France.

FDF

.

Encore un petit bout de France offert à l’envahisseur…

.

Mosquée à Evreux : la mairie accorde » un terrain aux musulmans

A une très large majorité, les membres du conseil municipal d’Evreux a désigné, lundi 20 février, un terrain de 5 000 m² appartenant à la ville mis à la disposition de la communauté musulmane pour y implanter un lieu de culte, rapporte le journal régional Paris-Normandie.

La mosquée pourra voir le jour le long du boulevard du 14-Juillet, près du quartier de La Madeleine.

« Nous remercions ceux qui ont voté pour et la détermination du maire. Mais ce n’est qu’une première étape qui aboutit après plus de trois ans de discussions. A nous de prouver que notre projet est légitime en rassemblant le plus possible. Mais cela prend du temps de se comprendre, de se connaître. On a bien vu au conseil qu’il peut y avoir une majorité et des avis différents. Le vrai travail commence », a déclaré l’Union culturelle musulmane d’Evreux (UCME) à l’issue de la décision municipale.

A ce jour, deux projets concurrents, celle de l’UCME et de l’Association des musulmans d’Evreux (AME) sont en lice et les deux ne sont pas encore prêtes à s’unir. Sauf qu’il n’y a qu’un terrain. Les musulmans seront alors amenés à faire un choix afin de rassembler un maximum de fonds pour un projet.

Source: http://www.saphirnews.com/

13/01/2012

Mosquée de Saint-Germain: on en cause sous cape au marché…

Il est bien connu que c’est sur les marchés locaux que l’on apprend bien des choses; Saint Germain en Laye n’échappe pas à la règle… Mais là, on y parle de mosquées; au pluriel…

FDF

.

Êtes-vous déjà allés au marché de Saint-Germain en Laye ?… C’est un endroit formidable. Sur ce marché on se nourrit, on s’habille, on chine, on cancane abondamment et avec délice sur son prochain et on… s’informe. C’est ainsi que j’ai appris que plusieurs réunions privées se sont tenues ici, sur le sujet du terrain cédé à un prix dérisoire pour une mosquée concernant une soixantaine de musulmans, réunions organisées par des gens différents dans des lieux variés, parfois au même moment.

On me dit que dans la rue de l’une de ces réunions, plusieurs personnes, et les témoignages concorderaient, auraient repéré un individu qui notait tranquillement et sans état d’âme les numéros d’immatriculation des voitures des participants.

Est-ce vrai, ou non ? Dans les deux cas, c’est alarmant.

Si cela est vrai, où est-on ? On se croirait sous Staline et on attend comme dans le Moscou des années de terreur, les voitures qui vont, nuitamment, venir arrêter les Saint-Germanois qui se sont paisiblement réunis pour discuter de la loi française en général et de la loi de 1905 en particulier, et les envoyer manu militari au goulag. Faut-il préparer une petite valise ?…

Si c’est faux, cela montre à quel degré de paranoïa sont arrivés hélas les Français en raison de la stigmatisation d’idées que je ne nommerai même pas tellement j’ai peur : pauvres Français réduits à raser les murs à cause de leurs pensées qualifiées de « pathétiques » et « nauséabondes » et « rappelant les heures les plus sombres de notre histoire » par une partie de la classe politique française qui essaie ainsi de terroriser mentalement l’autre  : dans ce cas de figure on est également sous Staline. C’est aussi la terreur stalinienne.

Il n’y a peut-être pas eu de relève des numéros d’immatriculation, mais alors cette peur traduit la psychose des habitants devant le manque de démocratie actuel au niveau municipal et la puissance du politiquement correct en forme de chape de plomb mortelle, qui interdit de débattre et qui pousse même à traîner dans la boue ceux qui, par hasard, se le permettraient, ce que font sans vergogne les rares tenants du projet, élus ou non, vis-à-vis de leurs contradicteurs.

On se demande alors si quelqu’un est venu également relever le numéro d’immatriculation de l’imam Bajrafil, lors de sa conférence du premier avril dans une salle prêtée gracieusement par la mairie ? Cet imam qui est pour la charia, celui qui dit que les nations ne comptent pas car seul l’islam compte, celui qui dit que les musulmans devront s’imposer aux Français ! …A-t-on relevé son numéro d’immatriculation, et par la même occasion ceux des élus qui paraît-il étaient au premier rang pour lui donner leur caution ?…

Or il ne faut pas oublier que Bajrafil se réfère à Tariq Ramadan, avec lequel il complote pour renverser les gouvernements occidentaux et les remplacer par un gouvernement islamique : « L’objectif du jihad islamique consiste à éliminer les systèmes non-islamiques et à les remplacer par un système islamique de gouvernement. L’islam n’entend pas limiter cette révolution à un seul état ou à quelques pays; le but de l’islam c’est de provoquer une révolution universelle. », voir http://pointdebasculecanada.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=1341-le-jihad-de-tariq-ramadan-explique-par-ses-savants&catid=9&Itemid=103

A propos de Bajrafil une nouvelle question : la bande audio du site web de Bajrafil dans laquelle il disait que la charia est pour lui une évidence, a disparu de son site. Comme c’est curieux tous ces sites qui effacent leur documentation : les musulmans de Saint-Germain, l’association Mosaïque, et maintenant Bajrafil, ont effacé une partie de leurs pages. N’avaient-ils pas parlé de transparence ?…Mais sur le site de Bajrafil subsiste le lien vers Qaradawi, l’imam qui admire Hitler et voudrait bien tuer tous les Juifs de ses mains : http://www.youtube.com/watch?v=HStliOnVl6Q

Ce genre de réunion autour de Bajrafil n’est-il pas cent mille fois plus dangereux  que celle évoquée plus haut ? N’est-ce pas plutôt cela qui rappelle « les heures les plus sombres de notre histoire » ?…

A côté de ces appels au jihad, quel danger peut-on trouver dans la réunion d’une poignée de citoyens, certains paisibles retraités qui veulent juste que nos lois soient respectées (les non-retraités ont moins de temps, même s’ils se sentent également, je vous rassure, très concernés, et planifient de s’organiser rapidement) et qui se réunissent pour discuter des dangers qui les guettent.

Relever les numéros d’immatriculation est une pratique digne du KGB, qui révolte non seulement les personnes qui ont subi ces pratiques, ou cru par erreur les subir tant elles sentent leur liberté confisquée, mais choque aussi tous ceux, même les non-participants, qui ont été témoins de cette action ou des craintes de cette action. En effet la déclaration des droits de l’homme et du citoyen dans son article 10 établit que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions…pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » Or en quoi une réunion privée peut-elle troubler l’ordre public ?… Les voisins se sont-ils plaints ? Y-a-t-il eu du bruit et des cris ? Ont-ils essayé d’investir de force la mairie ? Ont-ils brûlé des drapeaux ou des voitures  ?… Rien de tout cela, bien sûr.

Par contre la venue d’un imam déterminé à remplacer nos institutions par d’autres, qui nous sont étrangères, ne cesse de faire du bruit ici, à Saint-Germain en Laye, et si jamais il y a eu un trouble à l’ordre public, ça a bien été celui-là, murmure-t-on.

« Le peuple français ne dérape jamais lorsqu’il s’exprime et lorsqu’il s’inquiète » dit Éric Zemmour à juste titre.

On a encore, en France, le droit de se réunir pour discuter. Surtout lorsque le droit d’expression des citoyens a été confisqué, comme dans ce cas précis où personne, à part quelques courtisans qui ont perdu de vue le bien public, qui n’ont en tête que leur intérêt particulier à très court terme, et qui semblent ne rouler que pour être élus ou réélus, personne n’a été consulté sur ce projet de mosquée au mépris de nos lois.

On ferait bien, avant de vendre la France au Qatar ou à tout autre, avant de faire venir des barbus en djellabas qui tiendront des prêches anti-démocratiques, des prêches de haine et d’exclusion, (car ce sont bien eux qui haïssent et excluent, et non nous) de méditer le troisième couplet de la Marseillaise :

         « Quoi ! des cohortes étrangères
         Feraient la loi dans nos foyers ! »

Mais qui, surtout parmi nos Zélites, connaît et chante encore la Marseillaise, aujourd’hui, en France ?…

Samedi prochain, le maire de la ville présentera ses voeux à ses concitoyens : chantera-t-il ce couplet ? Les paris sont ouverts. Peut-être s’arrêtera-t-il sur la fin du second :

         « C’est nous qu’on ose méditer
         De rendre à l’antique esclavage ! »

Les rares habitants de Saint-Germain qui ne sont pas encore convaincus des dangers qui nous guettent, et il y en a encore même si on ne les compte plus que sur les doigts d’une seule main, feraient bien de méditer séance tenante les versets de cet hymne qui est,  encore, notre hymne national.

Sophie Durand

PS. Sur le marché de Saint-Germain on chuchote beaucoup que la construction de plus de 300 mosquées est prévue dans un avenir très proche, uniquement en région parisienne. Sans parler de la province. Chacun en tirera les conclusions qu’il souhaite…ou qu’il ne souhaite pas.

Source: http://ripostelaique.com/

02/01/2012

La propagande de Oumma.com dans les banlieues…

Et que l’on nous dise encore que l’islam n’a rien à voir avec la racaille… Faut il des preuves de plus?

Et pour étayer ces faits, voir: http://tinyurl.com/6oblh63

FDF

.

L’opportunité de l’Islam dans les quartiers populaires…

« Difficile de traiter d’un tel sujet sans éveiller l’attention des ténors auto-proclamés de la laïcité ou des laïcards. Néanmoins, c’est bien dans l’esprit de la loi de 1905, qui garantit la liberté de conscience et de culte, que s’inscrit notre réflexion. L’enquête dirigée par Gilles Kepel à Clichy-sous-bois et à Montfermeil (Seine-saint-Denis), banlieue de la République, a établi une étroite corrélation entre le malaise social sévissant dans ces zones sensibles et les pratiques religieuses de leurs habitants majoritairement musulmans.

En d’autres termes, le retour à la religion ou le repli communautaire serait la conséquence ou le symptôme d’une relégation sociale et géographique dans certains quartiers de France. Or, sans nier la pertinence du rapport publié par l’institut Montaigne, cette conclusion nous semble déficiente, car ayant fait abstraction d’un facteur majeur et déterminant, celui de l’impact du capitalisme dans l’inconscient collectif. La réflexion devrait donc se faire en amont du constat soulevé.

Ce retour à la foi, qui relève selon nous davantage d’une quête de sens que d’un malaise social, traduit inéluctablement une espèce d’évasion spirituelle d’une prison idéologique funeste et aliénante ayant fait miroiter aux citoyens de l’Hexagone une liberté illusoire. Le capitalisme, en effet, est la cause des principales anomalies sociétales ayant généré une réelle cacophonie politique ainsi que de profondes injustices sociales. Ainsi, les « banlieues » sont devenues une espèce de « déchèterie sociale » où l’on vient jeter tous les « encombrants politiques ». Notre pays, par ailleurs, délectera la paix et la justice que lorsque la monnaie cessera d’être le seul régulateur des relations humaines.

C’est donc à ce stade idéologique que doit s’opérer une véritable réforme visant à reposer la question du sens et des finalités qui, au demeurant, fait énormément défaut à la politique régissant la société et, par incidence, provoque de véritables troubles particulièrement dans les « banlieues ». D’ailleurs, l’économie parallèle qui sévit dans ces milieux n’est que le reflet, voire la conséquence, de cette philosophie de l’avoir, de la possession, et surtout, de l’obsession. Les jeunes des quartiers ne sont finalement pas plus assoiffés d’argent que les principaux dirigeants politiques de notre pays. Le problème doit être traité à la source.

Force est de constater, cela étant dit, que l’Islam apparaît dans les quartiers populaires comme un espoir existentiel face à une société en perte de valeurs morales et spirituelles. Cette quête de sens est d’ailleurs patente chez bons nombres de citoyens qui depuis plusieurs années prennent conscience du caractère illusoire et aliénant de la consommation à outrance en cherchant appui dans une spiritualité donnant sens à leur vie.

Des êtres à l’affût d’un vent printanier pour cueillir sous le souffle de leur aspiration naturelle, la Liberté intérieure. Le succès du roman initiatique l’alchimiste de Paulo Coelho dans les années 90 est, à ce propos, parfaitement révélateur. Et ce n’est pas un hasard si le Dalaï-lama, aujourd’hui, notamment à travers la littérature bouddhiste devenue très à la mode, occupe autant de place dans le cœur de beaucoup de citoyens.

Contrairement aux jeunes des années soixante, qui manifestaient de l’intérêt pour des personnalités politiques comme Che Guevara ou de Gaulle dont les visages ornaient les chambres des étudiants, la génération 90-2000 affectionne plutôt des personnalités spirituelles et morales à l’instar de l’Abbé Pierre et Mère Theresa. A ce titre, l’expérience de Michel Serres illustre pertinemment nos propos : « il y a trente ans, lorsque je voulais intéresser mes étudiants, je leur parlais politique ; lorsque je voulais les faire rire, je leur parlais religion. Aujourd’hui, c’est l’inverse : lorsque je veux les faire rire, je leur parle politique… »

Ce retour à la spiritualité dans les quartiers populaires est une forme de réplique à l’idéologie capitaliste qui alimente la majorité des politiques occidentales. C’est pourquoi, aujourd’hui plus que jamais, la laïcité dans ses principes fondateurs garantissant la libre traduction des diverses conceptions du bien et du mal, doit briller de tout son éclat afin de permettre l’épanouissement spirituel et moral particulièrement dans les « banlieues ».

L’Islam, de ce fait, qui selon l’enquête menée par Keppel est très présent dans ces zones sensibles, doit, dans le cadre de la loi de 1905, jouer un rôle majeur en donnant une orientation intellectuelle juste et objective, tenant compte du principe de modération et de globalité du message islamique, aux aspirations spirituelles et morales des jeunes issus du milieu populaire. La laïcité est à notre sens une opportunité entre les mains de l’Islam pour préserver les citoyens des quartiers populaires de l’auto-exclusion et du renfermement et favoriser l’épanouissement de leur citoyenneté.

Le message profond de l’Islam que l’on réduit malencontreusement à des principes techniques dépourvus de sens et de profondeur ou à une technicité du « halâl » et du « harâm » dépouillée de l’esprit et des finalités des textes, est, au même titre que l’ensemble des religions monothéistes, porteur d’un souffle spirituel libérateur à même de doter les « banlieues » d’un cadre éthique et d’impératifs catégoriques, au sens Kantien, bénéfique au rayonnement de la société. Un bon musulman fidèle à ses principes et nanti d’une compréhension juste de sa religion est par nature un bon citoyen.

C’est pourquoi, à l’issue du rapport de l’institut Montaigne, il est fondamental qu’un véritable travail d’enseignement et d’éducation islamique soit mené dans les quartiers populaires pour éviter non seulement que les jeunes, sous l’emprise de cette quête de sens, deviennent des proies faciles entre les mains de certains rigoristes, mais aussi pour mettre leur foi au service de leur citoyenneté. Autrement dit, selon la distinction de Rawls, de mettre leur conception du Bien au profit du Juste. »

 Source: Oumma.com

16/12/2011

Sus aux collabos ! Au tour du maire de Saint Germain en Laye…

Et encore un de prix au piège de la soumission! A vouloir acheter les voix des musulmans, on en oublie parfois la moindre des précautions…

La loi de 1905 n’est pas faite pour les chiens!

Si vous voulez envoyer vos « félicitations » au maire, c’est par ici: http://www.saintgermainenlaye.fr/la-mairie/la-mairie0/

FDF

.

Projet de mosquée sur un terrain vendu à un prix dérisoire à St Germain en Laye !

Le maire UMP de Saint-Germain-en-Laye propose de céder un terrain de 1160 m2 environ,  pour construire une mosquée. Au très bas prix de 19 000 euros, alors que les estimations réelles tourent autour de 1 500 000 €.

Sur 43 000 habitants, Saint-Germain-en-Laye compte moins de 2000 musulmans. C’est donc un bon cadeau. Mais, devant la réaction d’une minorité de ses élus, le maire opterait pour une évaluation des Domaines.

Source: http://www.chretiente.info/

10/12/2011

« ILS » ont peur…

Et « ILS » ont raison d’avoir peur… A force de trop tirer sur la ficelle.

Témoin cet article paru chez Oumma.com qui reflète bien cette peur déguisée en élucubrations sur-phrasées dignes d’animaux traqués. Jusqu’à mélanger République et islam; exemple d’une incompatibilité plus que logique.

Et pourtant, la résistance ne traque personne; elle tente de faire savoir la réalité. Et ça, « ILS » n’aiment pas…

FDF

.

De l’islamophobie à l’islamoparanoïa

LA DÉRÉLICTION DU LANGAGE ISLAMO-RÉPUBLICAIN

Face à la difficulté du repérage clinique de la paranoïa, du fait de sa cohérence logique, le célèbre psychiatre-psychanalyste Jacques Lacan a défini un nouveau critère diagnostique de la psychose : « la présence de troubles du langage » (7). Le néologisme en est le prototype : le délirant a besoin de créer de nouveaux mots pour penser et communiquer la néo-réalité imaginaire qu’il est le seul à vivre. Mais dans un délire collectif, les sujets possèdent déjà une langue commune, qu’ils réutilisent en la subvertissant de sa signification originelle. Et l’islamoparanoïa est précisément cela : un révisionnisme sémantique systématique des signifiants fondateurs de la République et de l’islam.

La « laïcité » a subi une terrible inversion sémantique qui en fait désormais le plus perverti des concepts républicains. L’article premier de la loi de 1905, dite de séparation des Eglises et de l’Etat, l’avait défini comme une obligation de l’Etat, requis d’ « assurer la liberté de conscience » et « le libre exercice des cultes », lesquelles supposent la liberté d’expression religieuse des citoyens, y compris par le port de tenues et signes religieux dans l’espace public. Cette obligation s’est inversée en quelques années, la laïcité devenant un devoir incombant aux seuls citoyens, sommés d’être « neutres », désubjectivés, d’exercer leur liberté religieuse dans le seul domaine où elle n’a plus de sens, parce qu’elle va de soi : la « sphère privée ». Dérive totalitaire transformant les citoyens en marionnettes désubjectivées, malléables à merci.

Le « voile » islamique (hijab) a subi une inversion sémantique similaire. Le drame de la loi anti-voile de 2004 n’est pas tant d’avoir interdit le port d’une tenue traditionnelle que d’avoir nié que cette tenue en soit une en en faisant un « signe religieux ostensible ». La signification du voile s’en est, depuis, trouvée inversée : il ne sert plus à « voiler, cacher » (hajaba) une partie du corps – avec ce que tout vêtement signifie d’un rapport au corps et à la sexualité dont chacun est libre en démocratie, y compris les adolescentes – mais, avec l’adjectif quasi néologique « ostensible », à « montrer, exhiber » son appartenance religieuse !

Ce révisionnisme a ouvert la porte à nombre de dérives. Au début de l’année 2010, au lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen, des lycéennes se sont retrouvées exclues de cours, sans grand émoi dans l’opinion publique, au seul motif qu’elles étaient habillées, ont expliqué les responsables pédagogiques, de « longues robes noires » : décider que devient « signe religieux ostensible » tout vêtement en usage dans tel groupe religieux, c’est ce que, dans le jargon psychiatrique, on nomme précisément un « trouble du langage ».

On peut multiplier à l’envie le répertoire de cette déréliction du langage dans le discours sur l’islam. La « chari’a », nom de la Loi en islam, correspond, dans l’imaginaire collectif, à une Anti-Loi, une Loi antinomique, autorisant la décharge sans limites de toutes les pulsions sexuelles et agressives de l’homme (polygamie, répudiation et lapidation des femmes, main coupée du voleur, meurtre de l’infidèle). On s’obstine à traduire « jihâd » par « guerre sainte », quand bien même les islamologues s’épuisent à rappeler qu’il signifie littéralement « effort » vers Dieu, que l’archétype en est, conformément à un célèbre hadîth, le « Grand Jihâd », la lutte spirituelle contre l’égo passionnel.

Quant à la religion musulmane, le psychanalyste Fethi Benslama constate même qu’il n’existe plus, depuis la fin des années 90, de signifiant pour la désigner : le terme « islamisme », qui depuis le XVIIe siècle avait cette fonction, a été confisqué au profit de la nomination des mouvements politiques activistes et extrémistesii. Ne subsiste, partant, qu’un terme fourre-tout, « islam », lieu de tous les malentendus, désignant, selon le contexte, le dogme, les peuples, la civilisation, voire les dérives extrémistes (8)de cette foi, et qui, in fine, est devenu le nom d’un frisson. L’ensemble de ces dérives sémantiques explique qu’il n’est plus possible de parler sereinement de l’islam dans l’espace social, le langage perverti nous plongeant d’emblée dans le malentendu.

L’« ISLAMOPARANOÏA » : LA CRISE SYMBOLIQUE DE L’OCCIDENT

Ce négationnisme linguistique nous indique que nous sommes bien dans le processus d’exclusion propre aux psychoses, celui que Lacan, par opposition au « refoulement » névrotique, a théorisé, dans une thèse devenue célèbre, comme « forclusion du Nom-du-Père » (9). Le psychanalyste indique par cette expression que le sujet délirant se met à décompenser au moment où il rencontre dans sa vie des signifiants liés au registre sémantique de la paternité en tant qu’il est le registre de la Loi symbolique.

Ces signifiants, inassimilables pour son psychisme, en sont alors « forclos », exclus. Or l’islamoparanoïa se réactive précisément chaque fois qu’un fait d’actualité amène la conscience « occidentale » à rencontrer en l’islam cette dimension patriarcale de la Loi : en témoignent la récurrente butée sur la question de la chari’a, mais aussi sur les interdits sexuels (le voile), les obligations rituelles (prière du vendredi, construction de mosquées), les interdits alimentaires (le halal, l’alcool).

Les élites européennes sont ainsi devenues psychiquement incapables de concevoir que des femmes puissent décider librement de fixer des limites à leur propre sexualité en se voilant, par quoi elles signifient aux hommes que s’ils veulent avoir quelque commerce sexuel avec elles, ils devront en passer par la Loi symbolique, à savoir le mariage. Dès lors, intellectuels, politiciens et médias n’ont d’autre possibilité que de délirer en voyant dans le voile un symbole de soumission, subi ou inconscient, ou un signe prosélyte.

Les mêmes ne peuvent non plus admettre que des hommes soient à ce point animés de spiritualité qu’ils préfèrent se prosterner, faute de place dans les mosquées, dans des rues sordides, plutôt que de renoncer à l’obligation rituelle de la prière du vendredi. C’est, énoncent-ils doctement, un geste d’affirmation identitaire, alors qu’au contraire, pour la majorité des fidèles, prier dans ces conditions constitue une humiliation narcissique.

Nous vivons dans des sociétés post-modernes, marquées par ce que le psychiatre-psychanalyste Charles Melman nomme le « libéralisme psychique »(10), où plus aucune limite ne doit venir contrarier le désir, autrement dit l’assouvissement des pulsions sexuelles, scopiques (désir de voir et d’être vu) et alimentaires. Partant, une religion, qui tel l’islam, continue d’articuler ces pulsions aux interdits d’une loi morale est devenue pour beaucoup incompréhensible, inassimilable, forclose. Et c’est pourquoi son nom même – tout comme le nom de son rejet – est désormais forclos, aboli, ce qui conduit Fethi Benslama à l’écrire désormais en le barrant : islamisme (11). Il y a donc bien un « choc des civilisations » : non pas, cependant, entre l’Islam et l’Occident, mais au sein de la civilisation occidentale, qui a mis en œuvre, assez récemment, une « nouvelle économie psychique » (12), liée à la fin des idéologies, au désenchantement du monde et à la déchristianisation.

Dans cette « société du spectacle », pour reprendre le titre du célèbre ouvrage de Guy Debord, où l’idolâtrie de l’image et de l’émotion s’est substituée au Verbe des religions monothéistes – en tant que Logos grec, simultanément « parole » et « raison » -, une religion qui demeure symboliquement structurée par l’interdit de la représentation et le primat de la raison est devenue anachronique.

L’islamoparanoïa n’est peut-être alors qu’un nom de la « psychose sociale », cette « actualité paranoïaque » (13), qui en tant que nouveau « malaise dans la civilisation » a pris la place de la névrose sociale de jadis. Au pessimisme de Freud voyant l’Homme réduit à l’insatisfaction du fait de la loi morale et religieuse succède désormais, à l’inverse, la promesse d’un bonheur absolu faite par l’économie et les techno-sciences, où la jouissance sans limites a remplacé le désir en tant qu’articulé à la Loi.

L’ISLAMOPARANOÏA : LA CRISE NARCISSIQUE DE L’EUROPE

Pourtant, ce libéralisme psychique, qui est le fondement du libéralisme économique, concerne l’ensemble du « monde occidental » et ne suffit pas à expliquer la rupture que constitue l’islamoparanoïa européenne avec l’islamophobie américaine. Certes, la permanence d’une forme sentimentale de la religiosité au pays de l’Oncle Sam y maintient un certain ordonnancement pseudo-symbolique, pseudo-patriarcal, du lien social, et rend la présence de l’islam moins anachronique. Mais si cette crise du symbolisme est plus marquée dans la vieille Europe, c’est qu’elle se traduit, s’historicise, par une crise narcissique identitaire.

Pour le comprendre, il importe de repérer la nature de l’angoisse inconsciente sous-jacente à cette islamoparanoïa. Un sondage IFOP pour Le Monde, paru en décembre 2010, nous la dévoile sans ambiguïté : l’islam est, pour plus de 40% des Français et des Allemands, « plutôt une menace pour l’identité de notre pays ». Une telle angoisse identitaire est propre au psychotique. Le névrosé ne se sent menacé dans son identité, même face au serpent ou à la foule qui l’angoisse. Le psychotique en revanche est taraudé par une angoisse mortifère, dite « de destruction » ou « de morcellement ». Là où chacun voit dans le miroir une image unifiée de soi-même, lui n’y voit qu’une image brisée, un corps morcelé, il a sans cesse peur de perdre son identité. Il a échoué à l’épreuve de ce que Lacan nommait le « stade du miroir », par laquelle chacun, normalement, se dote de la dose nécessaire et suffisante de narcissisme dont il a besoin pour vivre.

Or c’est bien une telle crise narcissique, identitaire, qui s’exprime à travers l’islamoparanoïa européenne depuis le début des années 2000 et qui se cristallise autour du « débat sur l’identité nationale ». L’idée s’est répandue partout que l’islam menace l’identité nationale, risque d’éradiquer la démocratie, les valeurs républicaines, la laïcité, l’égalité des sexes. L’anéantissement de soi par invasion de l’Autre est devenu un thème récurrent : Marine le Pen assimile les prières de rue à « l’occupation du territoire », Claude Guéant juge que « l’accroissement du nombre de fidèles (musulmans) et un certain nombre de comportements posent problème », l’ « islamisation de l’Europe » est devenue une certitude. Cette angoisse identitaire est nouvelle. Elle n’existait pas dans le racisme des années 70 ou 80 où l’immigré musulman, avec la fin du plein emploi, était perçu comme un simple rival économique, venant « manger le pain des français ». Nous sommes ainsi passés de l’islamophobie économique à l’islamoparanoïa identitaire.

Le célèbre psychanalyste anglais Winnicott rassurait ses patients psychotiques en leur disant qu’ils n’avaient à craindre de personne une destruction d’eux-mêmes, puisque leur identité, ils l’avaient déjà perdue, ils étaient déjà morts psychiquement : l’angoisse de morcellement est la « la crainte d’un effondrement qui a déjà été éprouvé » (14). Cette thèse s’accorde parfaitement au constat fait par Raphaël Liogier, Professeur à Sciences Po Aix, Directeur de l’Observatoire du religieux, pour lequel « l’islamophobie » est devenue le « symptôme » d’une « décadence européenne » déjà consommée (15).

Pour le sociologue, les années 2000 marquent un « tournant » où la « crise économique et sociale » de l’Europe des années 80 s’est mutée en une « crise symbolique », narcissique, liée à la globalisation. D’une part, à l’international, l’Europe a vu s’effondrer son autorité morale et politique – en témoigne le conflit irakien – au même titre que son économie, dépassée par l’Inde et la Chine. D’autre part, en interne, l’échec des différents processus d’unification (Euromed, Union Méditerranéenne, Constitution européenne) a créé des angoisses identitaires au sein des nations esseulées : chacune a pris conscience de son insignifiance en tant que nation sur la scène internationale. Et la France plus que tout autre, qui a en outre perdu son prestige intellectuel et culturel d’antan.

La haine du musulman a alors pour fonction de restaurer le narcissisme brisé des nations européennes. Freud avait vu juste, qui définissait le délire comme une « tentative de guérison une reconstruction » (16) . Incapable de s’identifier positivement à une Loi symbolique commune au travers d’un Idéal collectif – religieux, moral, rationnel, juridique ou politique -, les peuples européens n’ont d’autre choix que de se doter d’une identité en négatif qui consiste à nier la Loi patriarcale de l’islam. Prenant la tête de la « croisée », la France cherche alors à retrouver sa position patriarcale de « Patrie des Droits de l’Homme » et des « Lumières », en votant, au nom de ces mêmes fondements symboliques, des lois d’exception contre les musulmans.

LA « MUSLIM PRIDE » : UNE THÉRAPIE SOCIALE CONTRE L’ISLAMOPANOÏA

La renomination que nous proposons du racisme antimusulman par le terme « islamoparanoïa » en lieu et place de l’ « islamophobie » a pour enjeu fondamental de définir une politique militante spécifique. Un diagnostic différentiel n’a de sens qu’à déboucher sur une thérapeutique différenciée. La « Muslim Pride », telle que l’a théorisée Raphaël Liogier dans son appel programmatique lancé en avril 2011 (17), nous semble en mesure d’incarner cette thérapie sociale qu’il est urgent et nécessaire de mettre en œuvre pour lutter contre l’islamoparanoïa.

La voie de la guérison suppose que la France et l’Europe retrouvent confiance en leurs valeurs citoyennes, leurs lois et leurs institutions. Mais dans ce climat passionnel, irrationnel, où prime le déni de la réalité, les solutions qui passent par la voie de la raison sont d’emblée vouées à l’échec. C’est qu’on ne soigne pas le délirant en tentant de lui démontrer le caractère déraisonnable de son propos et de ses conduites. Dès lors, qu’il s’agisse de la négociation diplomatique avec l’Etat français, ou du combat juridique pour permettre aux jeunes filles et femmes voilées discriminées à l’école ou au travail de recouvrer leur droit, ou encore de la participation à des débats télévisés, où quoi qu’il dise, le musulman n’est là qu’à titre de bouc émissaire d’un

spectacle de mise à mort, toutes ces stratégies défensives, si elles sont nécessaires, ne peuvent suffire à changer la donne.Il est par ailleurs indifférent au paranoïaque que son persécuteur se taise ou réagisse. S’il se tait, c’est la « preuve » qu’il « complote » en secret contre la République ! S’il se montre citoyen, il est accusé de tenir un « double discours » ! S’il manifeste son mécontentement, il est taxé de « communautariste » !

Seul un grand mouvement social fondé sur l’émotion sera à même de fixer des limites symboliques au déchainement des passions. La « Muslim Pride » propose ainsi de se jouer avec humour des préjugés sur l’islam et de substituer au « musulman métaphysique » les musulmans réels dans leur diversité sociale, ethnique, culturelle et cultuelle. Cette Muslim Pride sera d’abord culturelle, artistique, avant que d’être politique. Puisque la raison est impuissante à renouer le contact avec la réalité déniée de l’islam, peut-être l’émotion artistique y parviendra-t-elle, par l’entremise de la musique, d’expositions, de films, de pièces de théâtre, etc.

L’enjeu est de taille : il s’agit pour les citoyens, quelles que soient leurs confessions ou absence de confessions et leurs orientation politiques, d’oser, à travers la défense de la pratique de l’islam, réhabiliter une certaine idée de la République et de l’identité européenne, celle où le lien social repose non sur l’exclusion – communautariste – du dissemblable, mais sur la reconnaissance de l’altérité, qu’elle soit sexuelle, religieuse, philosophique ou politique. La si souvent décriée fraternité islamique pourra t’elle s’unir à la si souvent oubliée fraternité républicaine ? Une « Muslim Pride » pour faire de « Liberté, égalité, fraternité » l’isthme qui conjoint l’Islam et la République ? Tout dépendra de l’aptitude des musulmans et de leurs grandes organisations à sortir de leur dépression collective, traumatique et réactionnelle à l’islamoparanoïa, où la honte d’être soi, l’aboulie de la volonté, l’apathie et l’inertie, les laissent depuis une dizaine d’années totalement impassibles face à la persécution institutionnalisée.

Source: Oumma.com

Nous sommes tous invités au « dîner de cons » offert par le Sénat !

A cette heure, on sait que le sénat a voté POUR le droit de vote aux étrangers. Mais cela doit encore passer devant NOS députés à l’Assemblée Nationale… Et là, on pourra savoir qui a voté quoi…

A suivre de près.

FDF

.

Les défenseurs de la Laïcité savent que le 9 décembre marque le 106e anniversaire de la loi de 1905 si fragilisée aujourd’hui car agressée de tous côtés par ceux qui s’assemblent en meute pour la violer.

Le Sénat chevauché désormais par la gauche triomphante s’échine à tenter de porter l’estocade à ce qui garantit encore l’indivisibilité du peuple français déjà mis à mal dans sa chair quand il subit l’insécurité, les insultes, le racisme et les agressions comme celle dont viennent d’être victimes deux policiers dans un centre commercial d’Evry. Alors qu’ils accomplissaient leur métier et s’efforçaient d’appliquer la loi en verbalisant une femme en niqab, ils ont été sauvagement agressés par l’homme qui l’accompagnait et par des malfrats racistes et vengeurs appelés en renfort par ce dernier.

Les deux représentants de la loi ont été victimes de multiples insultes racistes et ont subi des blessures suffisamment graves pour justifier d’un arrêt de travail d’une semaine.

Par un concours de circonstances désormais récurrent, le Sénat a examiné une proposition de loi sur le port de signes religieux étendue ou non à la sphère privée et aux structures accueillant les jeunes enfants, afin que ceux-ci ne soient pas soumis à un prosélytisme incontrôlé et potentiellement dangereux dans la mesure où ils sont particulièrement perméables à tout ce qui les entoure et n’ont pas la capacité de refuser ce qui peut leur être néfaste. Il est du devoir des parents à veiller à ce que leur enfant soit préservé de tout discours ou représentation sectaire et il est du devoir des instances républicaines de les y aider afin de leur éviter le risque d’une plainte en cas de refus de confier leur enfant à une personne qui ne leur garantirait pas cette neutralité. A l’heure où les plaintes se multiplient pour islamophobie ou racisme dès que l’on refuse de se plier aux diktats religieux de plus en plus agressifs et menaçants, il est nécessaire et urgent de mettre les points sur les i, d’autant plus si nos chères têtes blondes sont en danger.

Compte tenu de la houle et du malaise suscités par cette proposition elle est passée à l’as au prétexte officiel d’un timing serré.

C’est devant ce même Sénat qu’il fallait être aujourd’hui pour s’opposer avec vigueur au droit de vote des étrangers si convoités par ceux qui se prétendent encore de gauche alors qu’ils foulent aux pieds les petites gens, les ouvriers, les classes moyennes, ceux qui croyaient en eux et qui se sentent à juste titre trahis. Le petit peuple français n’avait que la gauche à se mettre sur le cœur, cette gauche aujourd’hui se rit d’eux et les bafoue sans vergogne. Le parti socialiste a vécu et désormais ne l’intéressent que les étrangers et les islamistes, ce nouveau peuple qui s’avance et nous mutile pour prendre la place que la morte-gauche lui offre, pantalon baissé sur les chaussettes dans une posture ridicule et indécente.

Donner le droit de vote aux étrangers c’est leur donner notre patrimoine et notre âme sans contrepartie et on voudrait nous faire croire que c’est pour les aider à s’intégrer. Mais des individus n’ayant pas à cœur de devenir pleinement français manifestent par là même leur refus de s’intégrer ! Il est aussi absurde de prétendre intégrer des personnes qui votent en masse pour des partis islamistes dans les pays arabes que de prétendre intégrer leurs enfants en leur enseignant l’arabe à l’école (ELCO : Enseignement de Langue et de Culture d’Origine). Est-il imaginable de prendre le risque de donner du pouvoir à des gens qui réclament toujours plus de minarets ? Qui imposent le halal dans les cantines scolaires ? Qui menacent de mort ceux qui s’opposent à leurs idées ? Qui contribuent à instaurer une charia qui considère qu’un homme vaut deux femmes ? Qui interdisent aux femmes la vision d’une banane ou d’un concombre en raison des idées lubriques qu’elles pourraient avoir ?

Est-ce que tout cela est vraiment sérieux ? Mais de quelle farce grotesque sommes-nous les acteurs ? Quel est ce dîner de cons où ces sénateurs ont prévu de nous inviter ? Et surtout, qui sera le con-dindon de cette farce hallucinante ?

Caroline Alamachère

Source: http://ripostelaique.com/

24/11/2011

A Montpellier: les musulmans exigent: l’UMPS s’exécute…

Un seul mot: lamentable…

2012, vite !

FDF

.

A Montpellier (34), l’UMPS veut sa mosquée-cathédrale !


Communiqué de Guillaume Vouzellaud, membre du Bureau politique du Front National, secrétaire départemental FN de l’Hérault

Vingt ans après la publication dans Le Monde d’un article de Henri Tinq intitulé : « Plutôt que de multiplier les petits lieux de culte musulmans la France s’oriente vers la construction de mosquées-cathédrales » (Le Monde 1er déc. 1989), plus d’une vingtaine de mosquées avec minaret sont déjà construites sur les 2.000 lieux de culte reconnus par le Conseil français du culte musulman (CFCM) (Source : Oumma.com).

Dans son édition du 22 novembre 2011, le quotidien gratuit 20 Minutes fait état d’un nouveau projet de construction d’une grande mosquée-cathédrale à Montpellier, plus précisément, dans le quartier des Près d’Arènes.

Exigé par les associations musulmanes, ce projet auquel s’activent des élus socialistes, communistes, radicaux de gauche et du Modem, sous l’œil bienveillant des représentants de l’UMP, pour trouver un terrain constructible et accessible en tramway, devrait obtenir, bien entendu, un financement public. Pire, un conseiller municipal souhaite qu’elle « se voie de loin ».

Le Front National refuse catégoriquement l’implantation sur le sol de Montpellier d’une énième mosquée-cathédrale, fruit de revendications communautaristes auxquelles le Gouvernement et les élus locaux sont en train de soumettre les Français au mépris le plus élémentaire de notre identité locale et nationale. Il rappelle qu’en vertu de la loi de 1905, il veillera également à ce que pas un centime d’argent public ne soit détourné au profit du financement des cultes. Comme l’affirmait Elisabeth Badinter le 29 septembre dernier dans Le Monde, « en dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité ».

Source: http://www.nationspresse.info/

08/11/2011

Le 3 novembre 2011, dans la Mairie du 18ème arrondissement de Paris…

Delanoë interpellé sur le financement public de deux mosquées!

Pris sur le fait, Delanoë. Quelle honte pour le maire de Paris. Constatez par vous-même…

FDF

.

http://youtu.be/6hmLictW-SA

Une parfaite soumission à l’islam peut provoquer de graves troubles psychologiques…

05/11/2011

Mohammed Moussaoui, Président du CFCM, mis devant ses responsabilités…

Excellent courrier de Caroline Almachère au patron des muzz de France…

Il ne devrait pas rire longtemps, le grand muzz en chef…

FDF

Lettre ouverte à M. Mohammed Moussaoui, Président du CFCM


.

Cher Monsieur Moussaoui,

La publication du dernier numéro de Charlie Hebdo représentant Mahomet et intitulé « Charia Hebdo » en hommage à la victoire des islamistes aux récentes élections tunisiennes vient de donner lieu une fois encore à des représailles lamentables de la part d’individus décidément bien peu éclairés que, au titre de Président du CFCM, vous avez le devoir de canaliser.

Dans le Monde paru ce mercredi vous affirmez ne pas voir de lien entre les élections en Tunisie et en Libye et l’outrage caricatural nous rappelant tant bien que mal ce qu’est la charia, ou tout au moins sa partie la plus spectaculaire pour le citoyen français de base peu au fait de ce qui se passe sur son sol.

Je vous tiens pour quelqu’un d’intelligent et de cultivé, vous devez donc savoir qu’en France la caricature est une tradition très ancienne et un art très prisé, qu’aucun sujet n’y échappe et surtout pas un sujet d’actualité, et l’instauration de la charia sur un sol resté longtemps laïque est un sujet suffisamment grave et inquiétant pour ne pas faillir à la règle. La charia, l’islam, n’ont pas à faire exception à cette règle.

La charia est un système archaïque fondé il y a 14 siècles, profondément odieux, sexiste, rétrograde, discriminant et antidémocratique. Dénoncer ce système par la caricature est un procédé visant à en montrer toute l’abjection. Condamner la charia, Monsieur, est un acte de salubrité publique nécessaire à la démocratie dont vous profitez puisque c’est en France que vous vivez en toute liberté. Jouiriez-vous de la même liberté au Maroc ? J’en doute fort sinon comment expliquer la présence aussi énorme de Marocains abandonnant le Maroc pour la France ? C’est bien que l’air est plus doux et plus libre ici…

Cette charia prônée par le coran et faisant partie intégrante de l’islam (le coran est la base de l’islam, l’islamisme n’en étant que son expression la plus spectaculairement virulente) il est hautement souhaitable de s’en inquiéter, d’autant qu’une bonne partie de ceux qui ont permis ce désastre antidémocratique vivent sur notre sol et que des élus « dhimmis » – comme les appelle votre dogme – appellent de leurs vœux le droit de ces promoteurs charia-mistes de se présenter à des élections avec les conséquences terribles qu’on imagine.

Vous déclarez que « Pour les musulmans, le simple fait de caricaturer le prophète est, en soi, inacceptable et blessant ». Blessant je le conçois mais inacceptable ?!

Ce qui est inacceptable c’est d’interdire le divorce y compris en France, ce qui est inacceptable c’est d’autoriser la polygamie y compris en France, ce qui est inacceptable c’est de considérer que la femme est inférieure à l’homme y compris en France, ce qui est inacceptable c’est d’enfermer les femmes sous des linceuls noirs y compris en France, ce qui est inacceptable c’est de refuser à la femme d’épouser l’homme de son choix pour lui faire épouser celui que sa famille a choisi pour elle y compris en France, ce qui est inacceptable c’est qu’il existe un « Conseil Européen de la Recherche et de la Fatwa décrétant les fatwas ayant pour vocation d’être appliquées en France » (1).

En France aucune loi ne punit le blasphème, comme l’a d’ailleurs démontré la récente affaire du coran brûlé et qui a vu la relaxe de l’incendiaire. En conséquence en France, Monsieur Moussaoui, il est permis de brûler un coran si on le souhaite et de caricaturer et de se moquer d’un prophète, fût-il le vôtre.

Les différentes manifestations hostiles à cette publication de Charlie Hebdo n’ont pas manqué de fleurir sur les forums, certains insultant copieusement les Français, d’autres réclamant à grands cris des caricatures de « juifs de 40 », ce qui semble assez loin de votre souhait d’un « désaccord exprimé dans le respect des lois et de l’intégrité des personnes ». Vous devriez d’ailleurs rappeler à vos coreligionnaires si bienveillants et aimants envers les citoyens qui les accueillent que la fête de l’Aïd el-Adha (2) qu’ils vont fêter dans quelques jours est un vibrant hommage à… Abraham, un juif ! A mon avis certains doivent ignorer ce détail au vu du niveau intellectuel remarquablement bas de leurs commentaires.

Dans votre interview une phrase m’interpelle tout particulièrement « Dans le même temps, ils doivent accepter et comprendre que dans nos sociétés, le rapport au sacré n’est pas le même pour tous ». J’aimerais savoir de quelle société vous parlez, est-ce la société musulmane, la société française, la société marocaine ?

Si c’est la société marocaine c’est que vous ne vous sentez pas français, si c’est la société musulmane c’est que vous ne vous sentez pas démocrate et si c’est la société française je vous rappelle qu’elle n’a aucun rapport au sacré puisque séparée du religieux depuis qu’une célèbre loi de 1905 en a décidé ainsi, ce que manifestement malgré votre récente naturalisation vous ne semblez pas avoir encore bien intégré.

D’ailleurs dans votre document répertoriant les différents abattoirs pour l’Aïd vous illustrez parfaitement la difficulté que vous et vos coreligionnaires avez à vous considérez comme des citoyens français à part entière puisque vous adressez vos vœux aux « musulmans de France » et non aux musulmans français.

Je vous invite donc vous et vos coreligionnaires « de France » à vous interroger sur votre rôle dans notre société française, sur votre capacité à adhérer à nos valeurs laïques et démocratiques et sur votre capacité à pratiquer l’autodérision car décidément, je vous trouve très coincés du turban.

J’attends avec impatience votre rapport sur les actes islamophobes que vous avez recensés et ne manquerai pas de compiler de mon côté les actes francophobes que je me ferai un plaisir de vous transmettre à mon tour.

Par ailleurs, en cherchant (vainement) vos coordonnées je tombe à l’instant sur un article du site cfcm.tv (3) particulièrement insultant pour les citoyens français. Je suis très choquée par les relents de xénophobie de cet article dans lequel il est question de la France qualifiée de « République malade et satanisée », de « protection bienveillante d’un pouvoir occulte qui trouve toute sa jouissance dans le spectacle du malheur d’une frange indésirée de sa population », de  « la France victime de son arrogance et de son orgueil ». En tant que représentant des musulmans en France vous seriez bien inspiré de veiller à ce que le pays qui vous accueille et qui vous a accepté comme citoyen ne soit pas insulté et trainé dans la boue par votre communauté car si la loi sur le blasphème n’existe pas, la loi sur la diffamation existe bel et bien. Je vous prierais donc de faire en sorte que cet article injurieux soit rectifié afin de ne pas créer davantage de tensions.

Veuillez agréer, Monsieur Moussaoui, mes salutations définitivement laïques.

Caroline Alamachère

Source: Caroline Alamachère- Riposte Laïque

(1)http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_fran%C3%A7ais_du_culte_musulman

(2) http://www.lecfcm.fr/wp-content/uploads/2011/10/liste-des-abattaoirs-temporaires-agrees-pour-laid-el-adha-novembre-2011.pdf

(3) http://www.cfcm.tv/2011/10/29/hajj-2011-la-presse-francaise-boycotte-le-pelerinage-a-la-mecque/

29/10/2011

Les délires de l’imam de Brest… Un malade, ce type.

Pour un énergumène émerveillé par la pédophilie de son « prophète » cet abruti a un drôle de discours… Et dire que dans bon nombre de mosquées, c’est pareil…
FDF
.

On a beau rappeler que la loi de 1905 n’établit la liberté des cultes qu’à la CONDITION qu’à l’intérieur des édifices des cultes on ne prononce pas de discours contraires à la loi française, le gouvernement continue de tolérer sur notre sol des discours inacceptables, prononcés dans les mosquées et même relayés sur Internet comme celui de l’inénarrable imam de Brest !  Il faut écouter, au hasard des entrées de son site, par hasard celui sur la mixité et la fornication (à partir de 2 minutes, le début étant inaudible entre les imprécations en arabe et les traductions françaises)  : quelle haine de la femme, du plaisir, de la séduction, des rencontres, de l’épanouissement, du bonheur, tout simplement. La femme est essentiellement considérée comme la séductrice qui pervertit l’homme…

Cet imam, comme l’islam, n’ont rien à faire en France, c’est certain.

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

Bonus: http://archives-fr.novopress.info/77990/l%E2%80%99ancien-imam-de-brest-interpelle/

22/08/2011

L’arsenal législatif puissant qu’est la loi de 1905…

Et dire qu’il semble prévu de modifier cet article de la Constitution. Et au profit de qui ? Devinez…

Il faudrait virer la lie et garder l’ivresse (ce qui suit) de cette loi de 1905…

FDF

.

Suite à la parution de ce billet:

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/a-londres-un-imam-veut-voir-david-99338?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

Un excellent commentaire de François Vial

.

Ceci illustre l’intérêt de l’arsenal législatif puissant qu’est la loi de 1905.

Rappelons certains de ses articles en rapport avec la  » police des cultes  » , je cite :

Titre V, police des cultes

ART. 26.- Il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l’exercice d’un culte.

ART. 34.- Tout ministre d’un culte qui, dans les lieux où s’exerce ce culte, aura publiquement par des discours prononcés, des lectures faites, des écrits distribués ou des affiches apposées, outragé ou diffamé un citoyen chargé d’un service public, sera puni d’une amende de 500 francs à trois mille francs et d’un emprisonnement de un mois à un an, ou de l’une de ces deux peines seulement.

ART. 35.- Si un discours prononcé ou un écrit affiché ou distribué publiquement dans les lieux où s’exerce le culte, contient une provocation directe à résister à l’exécution des lois ou aux actes légaux de l’autorité publique, ou s’il tend à soulever ou à armer une partie des citoyens contre les autres, le ministre du culte qui s’en sera rendu coupable sera puni d’un emprisonnement de trois mois à deux ans, sans préjudice des peines de la complicité, dans le cas où la provocation aurait été suivie d’une sédition, révolte ou guerre civile.

Il est clair, à la lecture de ce texte, qu’en France, un tel imam serait en principe lourdement pénalisé :

– Si une telle réunion se tenait dans une mosquée dans une mosquée, elle serait clairement considérée comme réunion politique et donc passible de l’article 26

– Si une personnalité publique ( telle que l’est en Angleterre Kate Middleton ) était traitée publiquement par un imam de  » prostituée  » (  » whore  » ) , cela tomberait sous le coup de l’article 34

– enfin, l’appel à renverser le système démocratique pour le remplacer par la charia serait clairement sanctionné par l’article 35

Reste à savoir si ces excellents articles législatifs concernant la police des cultes sont effectivement appliqués en France ( on ne me fera pas croire qu’’il n’y a aucun prêche de ce genre tenu dans aucune mosquée française …. ).

18/08/2011

Tous exécrables: au PS, en cette période de ramadan, on vire du rose au vert…

La dhimmitude bat son plein au PS, comme ailleurs, en fait. Mais particulièrement au PS à l’instar de Martine Aubry, ou « le lèche-babouches » est devenu un sport national. Heuhhhhh; j’enlève le mot « national »… C’est contre-productif.

FDF

.

Ségolène Royal rompt le jeûne du ramadan à Marseille…

.

Ah ! Elles sont belles nos élites socialistes. Ah ! Ils sont beaux les candidats socialistes aux présidentielles !

Ils nous auront tout fait. Ils auront, tous, trahi la France, ses lois, ses valeurs et les Français.

Ils sont tous exécrables. Depuis Strauss-Kahn et les accusations de harcèlement et même de viol qui pèsent sur lui, en sus de ses exploits ultra-libéraux à la tête du FMI, en passant par Delanoe qui, non content d’avoir créé une place Jean-Paul II en plein Paris, ose proposer, à la Mairie de Paris  un repas halal de fin du ramadan le 24 août prochain, en pleine contravention avec la loi de 1905, sans oublier Hollande affirmant que les socialistes ont une mission internationale et qu’ils ne sont pas là pour être simplement les protecteurs de leurs propres citoyens ou encore soutenant la candidature au FMI de l’ultra-libérale Lagarde, celle qui a amené la finance islamique en France sans parler de sa vision mortifère de l’école jusqu’à la reine du communautarisme, Aubry, celle qui a accepté des horaires réservés aux femmes dans les piscines, celle qui a  empêché malgré sa demande la crémation d’un ancien musulman devenu athée, et qui a accueilli à bras ouverts à Lille, dans le Palais des Congrès, Tarik et Hani Ramadan, sans parler de sa collaboration avec  Amar Lasnar le recteur de la mosquée de Lille

Bien évidemment, Ségolène Royal est en bonne place dans cet inventaire à la Prévert. On avait constaté, au cours de sa calamiteuse campagne de 2007, qu’elle se voyait comme une moderne Jeanne d’Arc capable de sauver la France malgré ses ignorances crasses de la réalité économique, industrielle, et internationale, sans parler de sa « bravitude ». Comme Sarkozy et avec aussi peu de conviction –mais moins de talent-  elle avait essayé de nous convaincre de sa fibre patriotique et de sa volonté d’écouter le peuple (on se souvient de l’escroquerie de la démocratie participative) avant de révéler le pot aux roses en soutenant sans ciller début 2008 la ratification du Traite de Lisbonne qui foulait aux pieds la volonté des Français exprimée le 29 mai 2005…

Suite et source: http://tinyurl.com/3udrmxu

15/08/2011

Les fruits (pourris) de l’immigration…

Et si les émeutes de 2005 n’étaient qu’un avant-goût? Et si tous les actes de délinquance et de racisme anti-blancs et anti-chrétiens commis depuis n’étaient que des piqûres de rappel?

FDF

.

Immigration, islamisation : pourquoi la France échapperait-elle à la situation anglaise ?

Le ministre de l’intérieur est de retour… Nous lui souhaitons la meilleure santé possible, car, s’il veut prendre en mains les questions de l’immigration et de l’islamisation rampante de notre pays, il lui en faudra, du courage, de l’abnégation, des efforts continus pour « ramer à contre courant » de la politique qu’il a toujours menée et qui s’inscrit parfaitement dans le « Globalisation » que son gouvernement européiste et atlantiste (dont la copie-conforme est la pseudo-opposition socialo-centriste, mâtinée d’écologisme politicard et de « gauche  dénaturée ») soutient fermement…

Les élections approchant (et les émeutes anglaises pouvant amener le peuple de France à réfléchir face à ce qu’il subit, et de manière non conforme à la « bien pensance » ambiante), il lui faut donner le change et s’intéresser à des solutions marginales et minimales (1) afin de donner à voir aux futurs électeurs quelques broutilles positives dont le candidat officiel pourra se servir dans sa propagande électorale .

Si le pouvoir en place diminue le nombre d’immigrés réguliers, s’il veut reconduire aux frontières davantage de clandestins, s’il souhaite limiter à moins de métiers l’accès des étrangers-travailleurs, nous ne bouderons pas dans notre coin…

Tiens, si même il règle la question des prières de rue islamiques à Paris et à Marseille (ailleurs, aussi, espérons le), nous pousserons la complaisance jusqu’à sourire de compassion… tant le projet de mettre une caserne désaffectée à la disposition des groupes musulmans est ambigu : mise à disposition gratuite ? Coût de l’entretien ? gestion du lieu et cahier des charges vis à vis du quartier ? Pour combien de temps ? Les finances publiques vont-elles être encore sollicitées indument en ces temps de dette massive ? Tout ceci semble mettre à mal, encore une fois, la loi de 1905 et la laïcité…. A propos, qu’en disent les « mélenchonistes », leur maître à « penser laïque » et les différentes associations prétendant défendre le socle laïque de la République ? L’islam serait-il devenu un service public ?…

…Suite et source: http://tinyurl.com/3ow7szt

27/07/2011

De la lecture pour les vacances…

Profitez des vacances pour en savoir plus sur l’islamisation favorisée par nos élus… J’ai lu ce livre et je vous le recommande.

FDF

.

« Ces Maires qui courtisent l’islamisme »

(émission du Libre journal de la résistance française, dirigé par Emmanuel Ratier- Radio courtoisie (20 octobre 2010)

Présentation de l’éditeur:

Alain Juppé dit avoir  « d’excellentes relations » avec les « principaux leaders » de la communauté musulmane de Bordeaux. Tareq Oubrou, futur imâm de la Grande Mosquée de Bordeaux est pourtant un laudateur des Frères musulmans, un mouvement politique qui milite pour la restauration du Califat et la réunion des musulmans d’Istanbul à Bordeaux, la frontière étant « une méprisable hérésie » selon Oubrou (naturalisé français…)

Jean-Claude Gaudin ménage lui toutes les composantes de l’islamisme marseillais, sa mairie allant jusqu’à réaliser les dossiers de presse du mouvement Tabligh.

A Paris, Bertrand Delanoë offre 20 millions d’euros pour un Institut musulman, dont le site officiel Paris.fr nous informe comporter des salles de culte, c’est-à-dire une mosquée.

A Strasbourg, la nouvelle mosquée – financée par les collectivités locales – entretient des liens étroits avec l’islam radical.

Certains députés UMP demandent une loi punissant l’« injure au fondement d’une religion », soit le délit de blasphème prévu par la charia, suite à l’affaire des caricatures de Mahomet. Etc. etc. etc.

Après avoir dressé la longue liste des courtisans de l’islamisme, l’auteur s’interroge sur la capacité de nos démocraties modernes à endiguer les totalitarismes. Auteur de l’étude remarquée  L’islamisation de la France (2006), Joachim Véliocas dirige l’Observatoire de l’islamisation devenu une référence sur le sujet.

sommaire.jpg

Source et audio sur: http://tinyurl.com/3hvgdrq

.

C’est bon, Joachim, laisse tomber; tu ne me dois rien… C’est « cadeau ».

FDF

24/07/2011

Détournement de la loi de 1905: si le Conseil d’Etat s’y met aussi…

La mosquée a ouvert en 2004.
La mosquée a ouvert en 2004. (Photo archives J.-M. MART)

La Ville avait-elle le droit de décider, en conseil municipal, la création d’une salle polyvalente destinée à accueillir un lieu de culte, une mosquée en l’occurrence ? La décision du Conseil d’État de casser un arrêt défavorable à la municipalité relance ce débat né en 2002.

Des élus de l’opposition avaient alors saisi le tribunal administratif pour demander l’annulation de la délibération. Les juges leur avaient donné raison ainsi que la cour administrative d’appel de Marseille, quelques années plus tard, estimant que le financement de la salle allait à l’encontre de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. Une décision frappée « d’une erreur de droit », a estimé le Conseil d’État, selon lequel la municipalité n’avait pas indiqué qu’elle laissait la gestion des lieux « de façon exclusive et pérenne » à l’exercice d’un culte.

Dans l’arrêt, les conseillers demandent à la même juridiction de réexaminer le dossier montpelliérain. Une nouvelle décision devrait donc intervenir dans l’année qui vient. Elle devra tenir compte des précisions que la haute juridiction administrative a apportées, cette semaine, à la faveur de cinq décisions portant sur les conditions d’application de la loi de 1905. Parmi celles-ci, le Conseil d’État évoque la nécessité de répondre à « un intérêt public local », assorti à un principe de neutralité et à l’exclusion de toute aide.

Hier, toutefois, la fédération de l’Hérault du Front national a assimilé la décision à une validation de la construction « contournant sans vergogne la loi de 1905 ». « Pas un centime de l’argent versé par les contribuables ne doit aller au financement des cultes », écrit le FN. Les représentants de la Ville n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Source: http://www.midilibre.fr/

12/07/2011

Les islamistes infiltrent les syndicats « cosaques »…

« Cosaque », dans le langage syndicaliste, veut dire « de Gauche », d’extrême Gauche »,  d’Ultra Gauche », communiste, etc… « On emploie le terme « tout rouge », aussi. Enfin, vous m’avez compris.

Ci-dessous un billet de Gérard Brazon qui projette le film de l’invasion islamiste chez les « travailleurs » syndiqués. Pourvu qu’ils ne se laissent pas faire…

FDF

.

Nouvelle victoire des islamistes au sein des syndicats dits « des travailleurs« . Il est bien connu que ces syndicats ne représentent plus qu’eux mêmes et que leurs facultés de nuisance sont inversement proportionnelles au nombre d’adhérents. Ceci pouvant expliquer cela.  Il faut bien justifier les subventions régionales, départementales, municipales, les dons et les appels à la grève même si celles-ci sont coûteuses pour l’adhérent en premier lieu, mais surtout pour la Nation France.

Nous venons vous informer de la décision de la CGT Air France (AF) d’introduire dans les restaurants d’entreprise d’Orly et de Roissy, la viande halal ; les militants de ce syndicat ayant, lors du CE du 24 juin, informé les personnels que la restauration serait 100% Halal au terminal 2F et que le terminal 2E serait réservé aux autres… Après le scandaleux calendrier 2011, diffusé par FO au sein de l’usine Peugeot Citroën de Poissy, reprenant l’horaire des prières musulmanes de Paris, c’est au tour de la CGT de vouloir forcer les portes de notre laïcité en introduisant des pratiques communautaristes, totalement contraires aux principes édictés par notre précieuse loi de 1905, nous informe un délégué de la CFDTappartenant dans le même temps à Résistance Républicaine.

Alors donc, quand le nombre d’adhérents musulmans est majoritaire dans certaines entreprises ou lieux de travail, la CGT fait du commercial. Elle brade ses statuts laïques pour faire plaisir aux intégristes.

En ce faisant, elle rompt le contrat d’origine, le pacte qui lie tous les syndicats avec son origine première. La défense des travailleursdes salariés, des assujettis du travail ou comme le disait la CGT autrefois, les damnés de la terre vis à vis de l’infâme patronat, du profiteur ou du moins de l’employeur comme on dit aujourd’hui.

La CGT s’islamise comme Force Ouvrière qui, en son temps, avait édité un calendrier double : Français et musulman avec les dates et les heures des prières.

Désormais, les intégristes ont quasiment fait main basse sur les appareils syndicaux dans beaucoup de secteurs industriels. Ce n’est pas d’hier bien sûr. Je me souviens d’avoir alerté, du temps où j’étais permanent syndical, le syndicat UNSA de l’entrisme des intégristes dans les Brigades de contrôle de mon entreprise. Des collègues horrifiés me disaient que ceux-ci se passaient des vidéos sur les décapitations, se moquaient des chrétiens minoritaires et de la vierge Marie en particulier. Mon alerte fut jugée raciste et islamophobe par mes collègues syndicaux des Autonomes. Cela remonte à six ou sept ans. Tous ces acteurs étaient des jeunes entrant dans l’entreprise, ils ont dû faire leur chemin depuis soit, dans l’encadrement soit, dans les organisations syndicales.

Aujourd’hui c’est la direction du Comité d’Entreprise d’Air France. Ce n’est pas l’entreprise Air France bien sûr. Les Comités d’Entreprises sont des personnes morales et libres. Pour autant, c’est Air France qui pâtit de cette image négative envoyé en pleine face des non musulmans travaillant dans cette entreprise ou non. Un message clair. « Touche pas aux délégués CGT musulmans. Ce n’est pas halal« .

Honte à vous dirigeants de la CGT. Je n’avais pas beaucoup de sympathie pour vous autrefois, du fait de votre affiliation à la barbarie communiste. Il semble donc, qu’après quelques errements en terrain libre, vous ayez retrouvé une autre doctrine barbare. Cela vous manquait-il donc à ce point ?

Faudra-t-il imaginer plus tard, dans les séances de travail au Comité d’Entreprise d’Air France, de faire des pauses pour les prières. Des pauses entre deux séances de négociations salariales, des pauses religieuses avant la signature d’un protocole.

Je connais des syndicalistes CGT qui ne doivent pas être à l’aise dans leurs chaussures babouches aujourd’hui. Et comme je les comprends. Ils peuvent toutefois démissionner. Comme un acte de résistance. Le rouge de l’étendard de la CGT va pas tarder à passer au vert! La couleur de l’islam.

Les partis politiques

Mais au delà des syndicats qui se réclament tous de la gauche, comme si celle-ci avait le monopole de la défense des salariés, alors que de nombreux cadres dirigeants, cadres supérieurs, dirigeants de PME-PMI se réclament ou se disent de gauche, sans que la droite s’en offusque de ce qui pourrait être jugé par elle pour le moins étonnant: un patron de gauche, impossible! Que nenni ! En France rien n’est impossible, on a bien connu le premier Président Socialiste, qui fut un collaborateur et décoré en tant que tel, de la francisque par Philippe Pétain sans que la gauche d’aujourd’hui ne s’en émeuve plus que ça d’ailleurs.

Au delà de ce syndicalisme dévoyé disais-je, il y a aussi et très clairement, de l’entrisme islamique dans tous les partis politiques. Il n’ y a pas que les trotskistes qui savent se couler dans le moule comme l’ont  fait des Lionel Jospin, Julien Dray ou Cambadelis et bien d’autres au parti socialiste. A l’UMP également, parmi les militants, nous trouvons ce genre de personnages affables, ouverts, et tellement « tolérants ». Ils font assaut d’amabilités envers le Maire, le Député, caressent le dos de l’édile du coin, du père et du fils mais sans toucher le chien (impur). Ils encouragent la convivialité, invitent aux fêtes religieuses chaque année. J’ai été témoin de ces assauts à l’UMP, auprès d’édiles de ma ville et du département. De ces demandes répétées au nom de la « bonne entente » et du « vivre ensemble« . Nous avons pu voir comment Monsieur Jean Sarkozy, tout jeune conseiller départementaux en 2009, recevait cet islam bon enfant en apparence. Allant jusqu’aux confidences en soulignant que lui-même, avait  observé le jeûne par solidarité avec ses amis musulmans (1). Inconscience de la jeunesse?

Car là est bien le drame, ces femmes et ces hommes politiques ne réalisent pas que les demandes tournent toujours autour du religieux, des « accommodements raisonnables », des mosquées à construire, des associations culturelles islamiques à subventionner, des familles musulmanes à loger, à recevoir, à nourrir dans les cantines scolaires suivant les exigences religieuses, etc. Toutes ces demandes sont faites au nom du vivre ensemble, au nom de l’intégration pour les uns, mais surtout en réalité au nom de la charia pour les autres. La différence notable est  que les musulmans ne le disent pas clairement. Ils sont musulmans-maghrébins avant même d’être français. Mais cette ouverture qui leur est faite par l’intermédiaire du « vivre ensemble » voulue par les politiques de droite comme de gauche a, comme résultante, un entrisme de l’islamisme le plus intransigeant.

Nous ne comptons plus les villes où cet entrisme est manifeste. A commencer par celles qui construisent des Mosquée cathédrales sans que les édiles responsables de ces villes n’aient compris qu’ils construisent en fait, des centres administratifs. Des doublons d’administrations municipales françaises.

Désormais, l’islam est reçu dans les Mairies, dans les Conseils départementaux et régionaux. Le pouvoir national cède du terrain peu à peu, à commencer par la dérogation concernant le meurtre rituel des animaux dans les abattoirs qui se généralise maintenant. De même, vis des vis des services publics, qui s’islamisent également. Les hôpitaux, les cantines scolaires, l’éducation nationale qui cherchent des accommodements au nom d’une laïcité dévoyée par tous nos dirigeants politiques de droite comme de gauche.

Oui les islamistes sont partout. Dans les syndicats, les partis politiques également. Comment oublier les déclarations d’un Abderahmane Dahmane, qui a appelé les musulmans à porter une « étoile verte» pour demander l’annulation du débat sur l’islam et la fin de l’islamophobie? Au mépris du symbole d’une autre étoile, « l’étoile jaune » des juifs déportéeCet homme a été le conseiller de Nicolas Sarkozy. Comment et pourquoi ?

Comment oublier les propos d’Azouz Begag: «Dans 10 ans, on sera entouré de Chinois, alors il faudra que l’on se serre les coudes, les Français, les Arabes et les Africains, afin de protéger notre identité.» De quelle identité parle-t-il ? Il n’ y a qu’une seule identité: la Française! Voilà donc un homme politique, né en France, neuf ans après que sa famille s’y soit installée. Un homme politique poussé par un UMP, Dominique de Villepin, qui parle de l’identité arabe. Mais qu’est-ce donc que l’identité arabe si ce n’est l’identité arabo-musulmane?

Que penser de ces réunions, dans la ville du Bourget, devenue « terre d’islam », de l’UOIF qui chaque année reçoit des responsables politiques et médiatiques?

Que dire de ces mêmes réunions à Lille, sous le patronage de Martine Aubry-Brochen parlant de sa fierté de recevoir des  femmes française quasiment toutes voilées. (Vidéo sur mon blog)?

Ces exemples doivent nous alerter. L’islam n’entre pas dans les partis politiques et les syndicats nationaux. Il y est depuis longtemps et mène un travail de sape de nos institutions, de l’intérieur, armé d’une arme redoutable: la taqya!

Il a investi les différentes directions fédérales des syndicats et les Comités d’Entreprises des très grandes, aux grandes et petites entreprises. Il a investi les partis politiques, de gauche comme de droite y compris sans doute le Front National, car ce ne sont pas les idées qui comptent, mais l’information et l’influence en interne. Il n’y a pour le moment que les extrémistes de gauche qui ont clairement viré à l’islam: Voir le NPA de Besancenot, sa candidate voilée, son engagement auprès du hamas palestinien.

Nous devons avoir les yeux ouverts, ne pas nous maginer que l’intrusion commence. Ils sont présents partout avec comme seul but: prendre le pouvoir dans le maximum d’assemblées en 2012 et 2014.

Gérard Brazon

Source: http://puteaux-libre.over-blog.com/

26/06/2011

Les dhimmis du jour sont:

Stéphane Saint-André, maire « laïque » de Béthune et le député André Flagolet qui contribuent à l’islamisation de notre Patrie… Bonus: l’abbé Gallois, de la paroisse catholique de Béthune.

FDF

.

Pose de la première pierre de la mosquée : un nouveau « lieu de vie »…

 Image symbolique : Stéphane Saint-André, «maire laïque heureux» dévoile la première pierre.
 Stéphane Saint-André, «maire laïque heureux» dévoile la première pierre.

Au 1, rue Jean-Baptise – Lebas, il y avait foule hier matin pour l’inauguration. Attendu par les musulmans du Béthunois, le projet de mosquée – dont le coût est estimé à 1 million d’euros – commence à voir le jour. Tout un symbole.

Depuis plusieurs années, les musulmans de l’arrondissement de Béthune ne peuvent se retrouver que dans un local trop exigu du Mont-Liébaut, d’où le souhait de créer une mosquée. D’après Yassine Brahim, le président de l’Association musulmane de l’agglomération béthunoise (AMAB), porteur du projet, cette communauté représente pas moins de « 200 familles. »

Un lieu d’ouverture.- Pendant cette cérémonie, on n’a eu de cesse d’entendre parler de lieu de vie ouvert (vers les non-musulmans), une idée qui se concrétise jusqu’à l’architecture du bâtiment qui ne ressemble pas à l’image traditionnelle d’une mosquée.

L’architecte, Oussama Bezzazi, de l’atelier APA à Roubaix, a cherché à « allier tradition et modernité, en utilisant du béton matricé et de la brique traditionnelle. » L’architecte souligne également l’importance qu’il a accordée au vitrage « pour montrer l’ouverture même par son architecture. La transparence, ce n’est pas très courant dans les lieux de culte. » Quant à l’ancienne maison située sur le terrain, intégrée au projet, elle abritera les locaux de l’association.

Le projet au 1, rue Jean-Baptiste – Lebas prévoit en plus des salles de prière qui pourront accueillir 490 hommes et 202 femmes, deux salles ablutions, trois salles de cours, une salle de conférence et quatre locaux commerciaux.

Soutiens.- Le président de l’association a remercié de « leurs soutiens depuis le début » le député André Flagolet et Stéphane Saint-André, qui s’est dit être « un maire laïque heureux. » Le principe de laïcité a été rappelé à différentes reprises. Ainsi, pour Amar Lasfar, recteur de la mosquée de Lille, qui a enseigné en 1990 dans l’établissement André-Malraux à Béthune, « dans l’espace public, on est tous des citoyens et des laïques. Après, chacun a sa chapelle, le maire, sa mairie l’imam a sa mosquée. » Yassine Brahim a également remercié « nos frères catholiques, protestants ici présents. » Invité à l’inauguration, l’abbé Gallois, de la paroisse catholique de Béthune, s’est dit « très à l’aise au milieu de vous. » À propos du projet, il ajoute : « C’est un bel accomplissement de ce que vous avez semé dans ces quartiers, dans cette ville. »

Financement.- Le prix de la construction est estimé à un million d’euros. Le chantier devrait durer dix-huit mois sauf que les fonds financiers ne sont pas tous là. La construction va donc se faire « pas à pas, d’abord les fondations, la façade, quelques structures », assure Yassine Brahim, qui en appelle aux dons. Le président de l’AMAB ajoute également que : « Ça rejoint le problème de financement des mosquées. C’est le chemin de route de toutes les mosquées de France. » Depuis la séparation de l’Église et de l’État en 1905, la loi interdit en effet le financement de lieu de culte.

Source: http://www.lavoixdunord.fr/

14/06/2011

La mosquée de Tarare (France), victime d’un incendie. Commentaires d’Outre-France…

Reçu par mail d’un pays frontalier…

FDF

.

« La mosquée de Tarare (France), victime d’un incendie. Cette mosquée située 9 Rue Boucher de Perthes est gérée par l‘Association Cultuelle pour la connaissance de l’islam.

Il s’agirait d’un incendie d’origine criminel dans la mesure où, après des tags, des traces d’essence ont été retrouvées devant la porte d’entrée de la mosquée.

Mais, contrairement au prescrit de la Loi de 1905, la Mairie Socialiste veut reconstruire la Mosquée à neuf ! Elle devra cependant attendre 2012. Car le PS a annoncé son intention de financer massivement la construction de mosquées avec l’argent public en remettant en cause la loi de 1905 qui garanti la laïcité et la séparation de l’Etat avec les religions !

Arguments électoraux directement à l’intention des musulmans…

Mais un PS qui veut construire des mosquées « à tour de bras », c’est quoi ça… 

On est en droit de se demander si le PS ne confond pas « Parti Salafiste » avec « Parti Socialiste »…  Mais en ce cas, muer dans les faits en parti musulman radical, c’est illégal !

Comment le gouvernement français, comment les partis traditionnels, comment les Français pourraient-ils accepter un pareil outrage au Code Civil français et à la démocratie ?

Comment se fait-il que les socialistes français – bouffeurs de curés et rempart oublié de la laïcité –, ne montent-ils pas aux créneaux pour attaquer ces provocations ?

Pourquoi nos bons socialistes « progressistes », après avoir bouffé du curé jusqu’à la nausée, ne goûtent-ils pas à un peu d’imam ?

Il faut progresser, messieurs les « progressistes »…

Les curés d’aujourd’hui sont devenus une espèce en voie de disparition, donc par définition, une espèce à protéger ! Alors que les imams, il en sort de partout ! Ça pullule, comme les rats et les cafards, comme des porcinets dans une porcherie ! Alors, messieurs du PS, à vos fourneaux, à vos couverts, car il y a de l’imam à cuisiner, de l’imam à bouffer …

Allons enfants de la patrie… »

Page suivante »