Francaisdefrance's Blog

05/07/2011

Un débat sans fin…

Exploitée par n’importe qui, bafouée sans cesse, la loi de 1905 fait des remous. Ils sont capables (nos « décideurs ») de changer NOTRE Constitution pour l’abroger. Ainsi, l’invasion par la construction de mosquées battra son plein. Allons-nous nous laisser faire?

FDF

.

La séparation des Eglises et de l’Etat devant le Conseil d’Etat

Une collectivité publique peut-elle contribuer à l’achat d’un orgue installé dans une église, à l’implantation d’un abattoir halal ou à la construction d’un ascenseur pour accéder à une basilique ? Le Conseil d’Etat était saisi, vendredi 1er juillet 2011, d’épineuses questions sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

La plus haute juridiction administrative a examiné 5 pourvois ayant trait aux conséquences de la fameuse loi du 9 décembre 1905 sur l’action des collectivités publiques concernant des édifices cultuels ou des équipements en rapport avec la pratique d’une religion.

D’une manière générale, le rapporteur public, Edouard Geffray, a préconisé une approche conforme à « l’équilibre complexe, subtil et libéral » instauré par la loi de 1905 entre la pratique des cultes et l’intérêt public.

Le Conseil d’Etat a mis ses décisions en délibéré.

Un dossier concerne l’octroi d’un bail emphytéotique à la fédération cultuelle des associations musulmanes de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour l’édification d’une mosquée.
Un pourvoi attaquait cette décision de la municipalité. Le rapporteur a demandé qu’il soit rejeté.

Pas uniquement pour les fidèles – Un autre porte sur une subvention de la ville de Lyon ayant contribué au financement des travaux d’un ascenseur destiné à faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite à la basilique de Fourvière.
La « Fédération de la libre pensée et de l’action sociale du Rhône » attaque cette subvention. Là aussi, le rapporteur a conclu au rejet. Pour lui, cet ascenseur n’a pas vocation à servir uniquement aux fidèles, mais contribue également au « développement économique et touristique de la ville ».

Trois autres pourvois ont été formés par des municipalités dont les décisions avaient été annulées par des cours administratives d’appel. Tous ont été considérés comme valables par le rapporteur, qui a demandé que les arrêts des cours d’appel concernées soient annulés.

Convention pour encadrer – L’un concerne la commune de Trélazé (Maine-et-Loire), dont le conseil municipal avait décidé l’acquisition et la restauration d’un orgue devant être installé dans l’église communale.
Pour le rapporteur, l’usage de l’instrument devant être « culturel », la municipalité peut très bien le financer et l’installer dans l’église, dès lors qu’une convention encadre son éventuel usage à des fins cultuelles.

Un autre porte sur la participation de la communauté urbaine du Mans au financement des travaux d’aménagement d’un abattoir pour ovins à l’occasion des fêtes musulmanes de l’Aïd-el-Kébir.
Dans ce cas, le rapporteur a fait valoir l’équilibre entre pratique des cultes et intérêt public local, lié notamment à des impératifs de salubrité et de santé publiques.

Enfin, la ville de Montpellier défendait sa décision de faire construire une salle polyvalente, par la suite utilisée, entre autres affectations, comme mosquée.

« Vous avez là un aperçu des questions posées par la loi de 1905 » dans « un environnement normatif, jurisprudentiel et sociétal qui a beaucoup évolué » en un siècle, a relevé le rapporteur public.

26/02/2011

Le dhimmi du jour est…

…Edouard Balladur !!!


Qui rejoint ainsi le club de plus en plus ouvert de ceux qui, par traîtrise ou par couardise, veulent faire participer financièrement les « sous-chiens » à construire des mosquées à l’envahisseur islamiste.

FDF

.

Edouard Balladur veut que l’Etat aide les musulmans à construire des mosquées

Interrogé dans Le Figaro, l’ancien Premier ministre déclare :

« La France est un pays de tradition catholique qui, l’histoire en témoigne, a eu du mal à accepter la diversité religieuse. Il faut prendre acte de celle-ci et s’en tenir à trois principes: il n’est pas question de remettre en cause la liberté de chacun de pratiquer sa religion; il doit pouvoir le faire dans des conditions décentes, ce qui signifie qu’il faut éviter les prières sur la voie publique. Il est donc normal que l’on donne aux musulmans les moyens de construire des lieux de culte où se réunir.

Faut-il dans ce cas toucher à la loi de 1905?

Sa pratique a été assouplie, tout le monde le sait, par le recours à des baux emphytéotiques permettant l’utilisation de terrains où construire des lieux de culte, ou par le financement public de bibliothèques ou de musées attenant à ceux-ci. Le troisième principe, le plus important, c’est la compatibilité entre des pratiques de vie, qui souvent ne résultent pas de règles religieuses, et la loi française. »

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/02/edouard-balladur-veut-que-letat-aide-les-musulmans-%C3%A0-construire-des-mosqu%C3%A9es.html

22/02/2011

Le dhimmi du jour est…

PATRICK DEVEDJIAN !!!

Car, méprisant tous les chrétiens et contribuables de France, trouve normal le financement public du « culte musulman » ! Je pense que lui aussi a besoin des voix des islamistes résidant sur notre territoire pour se faire élire à on se sait quelle élection… Ah ben si: ce sont bientôt les cantonales et il est candidat en mars prochain… Capito?

FDF


L’ancien ministre chargé de la Relance et actuel conseiller général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, trouve « inutile et dangereux » le débat organisé par son parti, l’UMP, sur l’islam. Il trouve d’ailleurs normal que le culte musulman soit financé sur fonds publics, et ce en dépit de la loi de 1905 :

« La France assure la liberté de culte, ce que malheureusement de nombreux pays musulmans interdisent, elle le fait avec son histoire, et trouve petit à petit le bon équilibre  : prêts de salles, baux emphytéotiques pour la construction de mosquées, carrés musulmans, viande sans porc dans les cantines scolaires, constitution du Conseil Français du Culte Musulman… La religion musulmane trouve sa place dans la laïcité à la française et nous nous en félicitons tous à commencer par la grande majorité des musulmans français. »

15/12/2010

Financement des cultes: La forfaiture de Bertrand Delanoë et de Daniel Vaillant!

L’intervention de Marine Le Pen les rend tous malades…

FDF

.

Communiqué de Presse de Wallerand de SAINT JUST, Vice-président du Front National :

Ce matin sur RMC, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, Daniel Vaillant, maire du 18ème, ancien ministre socialiste de l’Intérieur, a indiqué qu’avec Bertrand Delanoë le maire de Paris, il lançait une association intitulée « L’institut des cultures d’islam » (sic) et la construction sur deux terrains municipaux dans le 18ème arrondissement de Paris, de deux bâtiments « qui deviendront pour partie des mosquées ».

Daniel Vaillant explique que cette association sera financée par la ville et qu’elle revendra ensuite des mètres carrés à une association de la loi de 1905 : « la prière dans la rue ne sera plus tolérée lorsque la ville aura permis la construction de ces mosquées ».

La loi française et notamment la loi de séparation de l’Eglise et de L’Etat, interdit à toute collectivité publique le financement de lieux de culte, même de façon aussi tordue.

Les contribuables parisiens n’ont pas à dépenser 20 millions d’euros pour la construction de mosquées.

Le Front National demande au maire de Paris de renoncer à ce projet ; à défaut, le Front National indique que les juridictions compétentes seront saisies pour faire annuler toutes décisions municipales allant dans le sens d’un financement public d’une mosquée.

Source: http://www.frontnational.com/

28/11/2010

Tags sur la mosquée de Marmande: les musulmans ne comprennent pas…

Raciste… Le mot est il vraiment adapté? Depuis quand les musulmans sont ils une race? Enfin bref…

La stigmatisation reprend du « poil de la bête »… Il est vrai que le mot « patriote » est synonyme de raciste. Les initiales « FN » également. En revanche, la croix gammée, « ils » n’auraient pas du…Cet amalgame est bizarre; pour le moins… Au fait, on parle de « lieu de culte »… On pourrait savoir comment il a été financé? Juste pour savoir; rapport avec la loi de 1905…

FDF

.

Une porte de la mosquée de Marmande (47) souillée de tags racistes.

Hier matin, des inscriptions racistes ont été découvertes sur le lieu de culte.

 L'association responsable de la mosquée, fréquentée par 350 familles, a porté plainte hier après-midi suite à la découverte de ces tags racistes.  photo EL.   

L’association responsable de la mosquée, fréquentée par 350 familles, a porté plainte hier après-midi suite à la découverte de ces tags racistes. photo EL.

«On ne comprend pas. On ne comprend pas… » Ahmed Chahdi, le président de l’association des musulmans de Marmande qui gère la Mosquée El Kods, était abasourdi, hier matin.

À l’aube, l’un des membres du lieu de culte, venu prier, a découvert des inscriptions sur la porte qui mène à la salle réservée aux femmes. Des insultes, une croix gammée, des sigles nazis et autres graffitis à caractère raciste souillaient les deux battants de la porte. Aucune autre partie de l’enceinte n’a en revanche été abîmée. « Il ne faut pas pour autant minimiser ces actes, ce phénomène islamophobe qui malheureusement se voit trop souvent. C’est révoltant de faire ça. Surtout dans une ville où il fait bon vivre », commentait le secrétaire de l’association, Daniel Blin.

Une communauté discrète…

Le président Ahmed Chahdi ne comprend pas ces agissements. « Nous sommes une communauté discrète. Nous avons même un grand parking pour ne pas gêner les trottoirs au moment des prières. Nous ouvrons les portes régulièrement, nous accueillons les écoles, nous avons des relations de partenaire avec le lycée, la mairie…

Suite et source: http://tinyurl.com/2feom5h

02/10/2010

Mosquée en préfabriqué… Et alors? Il y a des français qui dorment dehors, la nuit…

Et les revoilà qui re-chialent. Il n’y a AUCUNE OBLIGATION pour les musulmans d’avoir des mosquées pour prier! Ils égorgent bien les moutons dans les baignoires de leurs salles de bain, pour l’Aïd… Ils peuvent prier à la maison. Beaucoup de chrétiens prient chez eux. Alors, les mosquées… Pleurons ensemble, mes frères…

FDF

.

CHOISY-LE-ROI

Une mosquée en préfabriqué pour les musulmans.

Des tapis de prière et des planches derrière un grillage, sur la voie des Roses. C’est ici que depuis juillet et la démolition de leur local dans la galerie Jean-Jaurès, les membres de l’association culturelle des musulmans choisyens se réunissent. Mercredi, lors du conseil municipal, les élus ont adopté (29 voix pour, 10 abstentions) la création de ces locaux provisoires pour les musulmans de la ville.


Un vote qui a donné lieu à un long débat entre la majorité et les membres du groupe d’opposition l’Union choisyenne pour l’alternance sur le rôle que doit jouer la ville par rapport aux communautés religieuses et en particulier en ce qui concerne les musulmans. « Il ne faut pas ouvrir la boîte de Pandore! On ne veut pas commencer à financer des lieux de culte », s’est insurgé Tonino Panetta (UMP), chef de l’opposition, évoquant la loi de 1905 sur la séparation entre l’Eglise et l’Etat. De son côté, l’adjoint (PC) Hassan Aoummis, chargé du dossier, a plaidé pour que les musulmans obtiennent un lieu de culte viable et correct. « Il en va de l’ambiance de cette ville et de l’émergence d’un islam de France. C’est un rempart contre l’extrémisme et l’ignorance! » a-t-il soutenu.

400 à 500 personnes

s’y rendent le week-end

En semaine, les deux préfabriqués accueillent chaque jour environ 60 personnes, mais le week-end, ce sont entre 400 et 500 personnes qui peuvent se rendre dans les locaux de l’association, qui sert, sur 250 m2 environ, de lieu de culte et propose des cours d’alphabétisation et de soutien scolaire.

« Certains membres de l’association ne sont pas du tout satisfaits de cet emplacement, dans une zone excentrée par rapport à l’ancienne situation du local », souligne Abdallah Haddou, l’ancien président de l’association. Depuis 2001, celle-ci récolte des fonds pour la construction d’une mosquée. A ce jour, elle a récolté 350000 €. « Il nous faut au moins 2 millions, donc nous sommes loin du compte », note Abdallah Haddou.

*********************************************************************************************************

Et des cours d’invasion, ils n’en ont pas besoin, des fois? Ah non, c’est vrai, c’est dans leurs gènes…

FDF

20/09/2010

Le maire, la laïcité et les Auvergnats…

20 septembre 2010

Rediff:   Le maire et la laïcité…

Les maires se heurtent à de nombreuses difficultés pour respecter et faire respecter le principe de laïcité. Alors que les questions traditionnelles n’ont pas disparu (port des signes par les fonctionnaires, financement des écoles religieuses, etc.), de nouveaux problèmes apparaissent, liés notamment aux activités sectaires, à la gestion des cimetières ou à l’édification de lieux de culte.

LES DOCUMENTS À CONSULTER

Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République

Rapport au président de la République, publié en 2003. Ce rapport rend compte des travaux de la commission présidée par Bernard Stasi et installée par le président de la République le 3 juillet 2003. Abordant la laïcité comme principe universel et valeur républicaine puis comme principe juridique, la Commission propose ensuite un « diagnostic » et une série de propositions visant à « affirmer une laïcité ferme qui rassemble ».

www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000725/index.shtml

« Un siècle de laïcité »

Rapport public 2004 du Conseil d’Etat : le rapport fait l’état des lieux et le bilan de cent ans d’application de la loi de 1905 et, plus largement, du principe de laïcité, « et ce, en mettant en valeur : le poids de l’histoire ; la complexité du sujet, qui va bien au-delà du strict exercice des cultes ; le pragmatisme avec lequel le principe de laïcité s’est appliqué ainsi que les antagonismes et soubresauts qui ont marqué sa mise en oeuvre ; le rôle du juge administratif dans cette mise en application, par une interprétation libérale et pratique des textes ».

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/044000121/0000.pdf

« Les relations des cultes avec les pouvoirs publics »

Rapport de Jean-Pierre Machelon au ministre de l’Intérieur. La Documentation française, 2006. Ce rapport propose de donner aux communes la possibilité de subventionner directement la construction de lieux de culte sur leur sol. Elle préconise que les maires soient incités à prévoir des espaces réservés aux lieux de culte dans leurs documents d’urbanisme.

http://1001nights.free.fr/textes/rapport-commission-machelon.pdf

24/12/2009

Islamisation: « Il y aura effectivement un lieu de prière », précise le maire de Pessac.

PESSAC, MUSULMANS. Le maire va proposer au Conseil municipal de transformer l’ancien local d’une entreprise en centre culturel avec lieu de prière, dans l’esprit d’ouverture d’Averroès

Jean-Jacques Benoît ne prononce pas le mot mosquée et la délibération, qui sera proposée ce soir en Conseil municipal, parle d’un « centre culturel musulman » (Ben oui, pour payer la mosquée, les habitants de Pessac ne pourront ainsi invoquer la loi de 1905…).

Son contenu sera aussi cultuel : « Il y aura effectivement un lieu de prière », précise le maire de Pessac.

Les musulmans le réclament depuis plusieurs années, notamment à travers deux associations. Jusqu’à présent, elles n’ont pu bénéficier que de prêts de salles pour la prière du vendredi et le Ramadan, dans les quartiers de Saige et de la Châtaigneraie, où se concentre une bonne partie de la population concernée. Or, le projet se situe aux Échoppes, avenue Jean-Jaurès (route d’Arcachon), côté Bordeaux-Talence.

« Parce que nous avions l’opportunité de récupérer un local appartenant à la mairie, dans ce centre d’activités, après le départ d’une entreprise », justifie M. Benoît. « C’est provisoire. Nous avons toujours l’intention de créer un lieu pour les musulmans, sur le site Jean-Cordier. Mais cela ne pourra se faire avant plusieurs années. »

Nom symbolique

La mairie ne possède qu’une partie des Échoppes : « Nous avons informé les copropriétaires. » Les premiers voisins seront des entreprises, au bord de cet axe, « bien desservi par les transports en commun », souligne l’élu.

Le nom envisagé est tout un symbole : Averroès. L’histoire a retenu l’esprit de tolérance de ce philosophe, théologien, scientifique musulman arabo-andalou du XIIe siècle. Ce n’est donc pas un hasard si on trouve la notion de « passerelle » dans la convention que la mairie signera avec les associations utilisatrices. Elle s’inspire de celle que la ville de Rennes a adoptée en 2006.

Échanges, cultures, contacts, débats, initiatives citoyennes, connaissances et reconnaissance mutuelle… « Il faut que ce lieu soit ouvert aux non-Musulmans », poursuit Jean-Jacques Benoît qui voit dans la démarche municipale, un engagement laïc. La délibération reprendra d’ailleurs les principes de la loi de 1905, dont la « liberté collective d’exercice du culte ».

« Pratique de la République »

Pour le maire, la convention doit synthétiser les « droits et des devoirs » de chacun. Mais la ressemblance avec le débat sur l’identité nationale s’arrête aux mots : « Nous n’avons pas choisi le contexte. La volonté de Pessac est que chacun trouve sa place et il serait dramatique qu’on s’arrête sous prétexte d’un discours du président Sarkozy ou d’un referendum suisse. » Jean-Jacques Benoît souhaite seulement faciliter la pratique des cultes quels qu’ils soient… « Sans la subventionner. C’est la pratique laïque de la République. »

source http://www.sudouest.com/gironde/actualite/rive-gauche/article/809130/mil/5495776.html

20/05/2009

NOUS allons payer 2,2 millions d’euros en plus pour la mosquée de Strasbourg!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:55
Tags: , ,

19.05.2009

Grande mosquée de Strasbourg: reprise du chantier public

Lu sur 20 Minutes.fr, édition du 19 mai :

« Estimée préalablement à 6,3 millions d’euros, la construction de l’édifice cultuel devrait finalement revenir à 8,5 millions d’euros. « Pour couvrir le surcoût, la ville, le conseil régional et le département ont accepté de réévaluer leur participation », se réjouit Saïd Aalla, président de la grande mosquée. Malgré l’augmentation des charges, les collectivités vont maintenir leur part de financement prévu, soit 10 % des travaux pour la ville, et 8 % pour la région et le département. Problème, d’après Saïd Aalla, il manquerait encore 1,3 million d’euros pour boucler le budget. Pour Fouad Douai, gérant de la SCI, la somme avoisinerait même les 2 millions d’euros, et reste à la charge des fidèles. « Nous sommes confiants, notamment grâce aux promesses de pays étrangers, explique-t-il. Ce matin, j’ai notamment eu un contact avec le Koweit. J’en cherche aussi au Maroc et dans les pays du Golfe. Au départ, nous avions dit qu’il n’y aurait pas de financements étrangers, mais c’était un arrangement politique, pas juridique. Rien dans les textes ne l’interdit. » Pas d’objection, en tout cas, du côté du maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries«  suite

Lu sur L’Alsace.fr édition du 19 mai :

 » Pour l’heure, les fondations et les murs du rez-de-chaussée sont achevés. Reste à terminer les poteaux et les huit piliers destinés à supporter la coupole de 135 tonnes et de 24 mètres de hauteur qui sera installée en septembre. « Un geste architectural audacieux », salué par Pierre Ory, directeur de cabinet du préfet. Lire la suite
Et personne ne s’offusque… La loi de 1905 à nouveau bafouée mais tant pis… Pauvre France.