Francaisdefrance's Blog

08/06/2011

Lilian Thuram, qui voit du racisme partout, pris à son propre piège !

Intéressons-nous au cas de l’ex-footballeur Lilian Thuram l’apôtre de l’anti-racisme dévoyé et à sens unique qui en 1998 après le victoire en finale de coupe du monde déclara vouloir faire une photo uniquement avec les blacks de l’équipe. C’est pas rââcisteee du tout. Voici un article sur Thuram où ses anciens coéquipiers de 1998 démolissent l’icône de l’anti-racisme à sens unique: http://24heuresactu.com/blog/2011/05/05/thuram-dugary-pierre-menes-du-racisme-anti-blancs/

Thuram, Dugary, Pierre Ménès : du racisme anti-blancs ?

laurent_blanc_christophe_dugary

Depuis la levée de bouclier ridicule suite à « l’affaire des quotas », certaines personnes ont pris la parole, fatiguées d’entendre des accusations injustifiées contre Laurent Blanc et, plus généralement, pour dénoncer la chasse aux sorcières antiraciste dans notre pays. Parmi elles, Christophe Dugary et Pierre Ménès ont lancé tour à tour de gros pavés dans la mare.

Pour ceux qui ont raté le début de l’affaire

Lors d’une réunion de dirigeants à la FFF (fédération française de football), Laurent Blanc et les pontes de la fédé se sont interrogés sur les problèmes de double nationalité au sein des équipes de France (de nombreux jeunes sont formés par la France et décident de jouer pour un autre pays…) et sur les choix du recrutement (favoriser des gabarits plus petits et techniques, comme c’est le cas en Espagne qui rafle tout ces dernières années). Dans le cadre de cette dernière discussion, le coach des bleus aurait lâché qu’il y avait « trop de grands blacks ». Un exemple qui correspond à une réalité (en ligue 1, les joueurs particulièrement physiques sont souvent les joueurs noirs) et qui servait uniquement à illustrer ses propos sur le gabarit des joueurs.

Merci Lilian mais tu deviens grotesque

Évidement, la bienpensance, le politiquement correct et la pensée unique ont entamé une nouvelle croisade et on a entendu tous les courageux résistants antiracistes crier au scandale et demander la tête du « Président ». Lilian Thuram, reconverti dans l’antiracisme depuis la fin de sa carrière n’a pas pu s’empêcher de rajouter sa pierre à l’édifice, quitte à enfoncer son petit camarade. On sait tous ce que l’on doit à Lilian Thuram et l’on n’oubliera jamais son doublé contre les croates en demi-finale de la coupe du monde 1998. Il n’empêche que depuis sa retraite, il devient plus que fatiguant. Ses sorties permanentes sur le racisme lassent et ne sont plus convaincantes tandis que son sombre rôle dans le fiasco de Knysna cet été interpelle. Thuram est devenu le roi des donneurs de leçons et Christophe Dugary comme de nombreuses personnes, ne supporte plus cette posture de martyr et de maître penseur.

Dugary les pieds dans le plat !

Et c’est là que ça devient intéressant. Hier soir, à la fin du match Manchester/Schalke 04, le footballeur Christophe Dugary, visiblement très agacé par la curée injuste que subit le sélectionneur de l’équipe de France, a raconté une anecdote troublante sur la victoire de l’équipe de France en 1998 après avoir exprimé son agacement face à la position de son ex partenaires :

« Ce qui me gêne chez Lilian Thuram, c’est sa volonté de passer pour le juge de la cour suprême ».

« Après la finale, on faisait la fête dans les vestiaires, on sort de la douche. Et là, j’entends Lilian Thuram dire : ‘allez les blacks, on fait une photo ensemble’. Je ne suis pas le seul à avoir entendu cela puisqu’il y a avait Franck Leboeuf qui a dit ‘Lilian, qu’est-ce tu dis ? T’imagines toi si nous les blancs, on avait dit cela ?’ Mais à aucun moment, on a mal interprété les propos de Lilian Thuram. A aucun moment, on a imaginé un Lilian raciste ».


Laurent-Blanc-et-Lilian-Thuram-930-370_scalewidth_460

Où est le vrai scandale ?

Dans la nuit, sur son blog, le journaliste sportif Pierre Ménès a immédiatement réagi aux propos de Christophe Dugary en laissant entendre que le racisme serait inversé. Selon Ménès, il s’agirait d’un racisme anti-blanc au sein de la FFF et l’affaire aurait été manipulée de toute part. Trop content de se faire de la pub, se souciant peu de sa crédibilité et de l’honneur de notre pays, le site poubelle Mediapart se serait laissé manipuler avec plaisir. Voici un extrait du blog de Pierre Ménès :

« La même anecdote serait-elle restée secrète si Guivarc’h ou Leboeuf avait lancé un « Allez les blancs, on fait une photo entre nous » ?

Je crois que dans ce dossier extrêmement complexe, il ne va pas falloir attendre longtemps avant d’assister à de nouvelles révélations. Les masques ne vont pas tarder à tomber et on risque de s’apercevoir que les racistes ne sont pas forcément ceux qu’on croit. »

Black-blanc-beur ou l’effondrement d’un mythe

Au final, on retiendra surtout l’effondrement du mythe démagogique black-blanc-beur de 1998. Surfant sur une vague populaire sans précédent, les médias nous avaient vendu une France multiculturel où les luttes communautaires, raciales, culturelles ou sociales n’existaient pas, où les hommes était tous parfaits et s’enrichissaient dans leurs différences.

Cette affaire aura montré les limites de cette interprétation idyllique puisque, hasard ou pas, les blancs de l’époque (Duga, Liza, Deschamps) ont immédiatement pris la défense de Lolo Blanc tandis que les noirs (Thuram, Viera, Lama) se sont offusqués.

Une vision du monde niaise et déconnectée de la réalité, que le peuple français a accepté quelques années (pas plus loin que 2002 en tout cas) mais que les médias et la gauche française prennent encore au sérieux.

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voterDémocratie Directe

On applique la bonne vieille méthode SITA inspirée par Amnesty International: envoi d’un courrier, dans une enveloppe timbrée, par la poste ( http://tinyurl.com/6r4fsu )

IMPORTANT: on peut participer à une action « Sus aux collabos » plusieurs semaines ou plusieurs mois après que le collabo ait vu ses « exploits » publiés sur le net car un collabo reste un collabo et plus il recevra des courriers espacés plus il sentira le poids de l’opinion publique sur lui et c’est bien le but de la manoeuvre.

Quoi mettre dans l’enveloppe?

L’article situé au-dessus du mot ACTION en l’imprimant à partir du navigateur (Cliquer d’abord sur le titre de l’article puis sur Fichier , Aperçu avant impression, Imprimer). Imprimer les 2 premières pages.

On peut aussi convertir l’article au format PDF en allant à cette page http://joliprint.com/. A partir de l’URL de l’article trouvé sur le net Joliprint vous fournira un document avec l’article au format PDF sur 2 colonnes qu’il vous suffira d’imprimer.

A qui envoyer les courriers?

On trouve l’adresse de Thuram à cette page: http://www.118000.fr/search?sb_Professionnel1=sb_Particulier1&sb_Nom=thuram&sb_Prenom=lilian&sb_CpVille=Fontainebleau

ATTENTION: pas d’insultes ni de menaces dans un courrier SITA. Ceux qui se laisseraient aller à de telles pratiques le feraient sous leur entière responsabilité.

Votre courrier SITA est prêt, il vous reste à le timbrer et à le poster . Si vous le souhaitez vous pourrez aussi suivre les consignes facultatives suivantes.

–Pour prolonger et compléter cette action SITA par courrier postal on peut aussi mener une action par courriels dont la technique est exposée à cette page http://sitasecure.wordpress.com/2009/06/01/action-par-courriels/

Invitation au sitathon

Eventuellement, vous pouvez recenser vos actions au Sitathon, http://sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir ainsi et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

–Information sur SITA

Pour des informations plus détaillées sur les actions SITA, vous pouvez consulter le kit SITA à la page: http://planete-sita.bravehost.com/kitsita.html

Vous avez une enveloppe, un timbre alors vous avez le……………… P O U V O I R ………de dire son fait à toute personne publique. C’est la nouvelle façon de voter;c’est efficace:tinyurl.com/C44RVR

07/05/2011

Quotas footeux. Il eût fallu dire: « vous avez décidé de limiter le nombre de blancs, mono-nationaux, pour donner plus de chances aux jeunes footballeurs issus de la diversité »

A notre époque précise, ça serait passé comme une lettre à la Poste…
FDF

.

Là, franchement, il y en a marre ! Qu’un « journal à sensation » du net déforme des propos tenus lors d’une séance de travail à la Fédération Française de Football pour les transformer en une réunion du Klu Klux Klan, ça ne me choque pas vraiment. Surtout quand on sait ce qu’est Mediapart et qui est son patron Edwy Plenel, bien connu dans la profession pour son trotskysme militant, et pour ne pas hésiter à « tordre » les faits dans le sens qui lui convient chaque fois qu’il y a un « scoop » à la clé et une occasion de cracher sur la France, à l’abri de la liberté de la presse et du droit à l’information, cela va de soit (un des premiers exploits journalistiques de l’irréprochable Plenel a été, en 1987, de dénoncer le financement du PS par Noriega, le président de la Colombie, ce qui s’est révélé faux ; il y a eu aussi l’affaire Dominique Baudis qu’il n’a pas hésité à monter en épingle du temps où il dirigeait le Monde, en sachant parfaitement qu’il n’y avait rien derrière les accusations des deux péripatéticiennes ).

Mais que la plupart des médias, et la ministre des Sports Chantal Jouanno elle-même, qui disposent de tous les éléments du dossier, se soient laissé aller à renchérir sur Mediapart, de peur sans doute de se faire taxer d’arabo-noiro (pardon, beuro-blacko)-phobie, alors là, on est au fond du trou.

Et, pour aller au bout de la dégueulasserie ambiante, que sur RTL, un Lilian Thuram, tout en se défendant la main sur le cœur de vouloir le départ de son « ami » et mentor Laurent Blanc, ait passé le temps de l’émission à lui savonner la planche, avec la complicité d’un autre « ami » de Blanc, Bixente Lizarazu – quand on a des amis comme eux, on n’a pas besoin d’ennemis-, ça donnerait presque envie de le devenir, raciste, et « bascophobe » (je demande pardon de cette boutade approximative aux basques, qui ne m’ont rien fait, du moins jusqu’à aujourd’hui).

– !- !- !- !- !- !-

Parce que qu’est-ce qu’il a fait, Blanc, à part de n’être ni noir ni arabe, mais cévenole, et malgré cette tare originelle pour un joueur de foot Français, d’avoir quand même été le meilleur défenseur de sa génération, et par conséquent de faire beaucoup d’envieux, y compris à la FFF et parmi ses « amis ». Il a commis le crime de dire que le fait que des gamins formés dans les écoles de football Françaises, financées par nos impôts, puissent ensuite jouer pour une autre sélection nationale que la France, en se servant de la nationalité de leurs parents ou grands parents (le beurre, l’argent du beurre et la crémière), le dérangeait. Oui, il a osé dire que la binationalité était dérangeante !

Devant de tels propos, ce n’est pas sa démission qu’il faudrait que l’honnête Thuram exige, c’est le rétablissement de la peine de mort. D’autant plus que Blanc a ajouté, dans cette fameuse séance de travail de toutes les hontes, dont le thème était de réfléchir à ce qu’il fallait faire pour que le fiasco de la dernière coupe du monde ne se renouvelle pas, qu’on avait trop compté sur le physique, et pas assez sur la technique, qu’aujourd’hui, les joueurs les plus physiques étaient « blacks », et qu’il fallait peut-être revoir les critères de sélection – faut-il être pervers pour oser insinuer que l’équipe de France de football est composée essentiellement de « blacks », alors qu’en réalité elle est composée de Français, certes noirs pour la plupart, mais reconnaissez qu’il n’y a presque pas d’Arabes !

– !- !- !- !- !- !-

Bon, passons, s’énerver, c’est mauvais pour le cœur, et il y aurait trop à dire. Alors je vais me contenter de faire profiter la FFF d’un conseil gratuit qu’habituellement je fais payer très cher : à l’avenir, si vous voulez réserver quelques places à des joueurs blancs et (ou) techniques plutôt que physiques dans les futures équipes Françaises, au lieu de parler de quotas de binationaux (limités à 30% des élèves) dans les centres de formation, ce qui est raciste, honteux, discriminatoire et passible des tribunaux, dites que vous avez décidé de limiter le nombre de blancs, mono-nationaux, pour donner plus de chances aux jeunes footballeurs issus de la diversité. Cette mesure contrarienne devient de l’anti-racisme (anti-racisme = contraire de racisme), si on applique la règle mathématique élémentaire suivante : (- x – = +).

Au lieu de se faire étriller par les médias, la FFF serait encensée, louangée, applaudie. Je vois d’ici le titre de Mediapart : « La lutte courageuse de la FFF contre le racisme et les inégalités : dorénavant le nombre d’enfants blancs et mononationaux sera limité à 70% des effectifs dans les centres de formation »… Quel scoop, Edwy !

Allez, amis bien pensants, encore un petit effort, et Marine Le Pen n’a aucune chance de se qualifier pour le deuxième tour de la PrésidentielleElle va passer dès le premier.

Source: http://notrejournal.info/

06/05/2011

Affaire Mediapart: l’inquisition reprend du service.

Je relaie…

FDF

****************************************************************************************************************************************************************************************************************

Les Français apatrides sur leur propre terre, celle de leurs ancêtres…

L’inquisition a frappé, par la voix de Mediapart. La ministre Chantal Jouanno a donc fait rouler la tête du directeur technique, qui n’aura même pas eu droit à un procès, fût-il stalinien. Laurent Blanc, lui, verra peut-être sa tête sauvée car, dixit Chantal Jouanno : « Pour le connaître, il prône plutôt le métissage ». Il faudra que le soviet suprême nous dise un jour ce que « métissage » signifie exactement.

Il est aujourd’hui important de se remémorer le comportement inqualifiable de certains joueurs de l’équipe de France de football lors de la dernière coupe du monde. Les langues s’étaient alors déliées pour porter à la connaissance du grand public l’absence totale de cohésion, le regroupement selon l’ethnie d’origine, la dictature exercée par certains joueurs pour lesquels on était allé jusqu’à imposer un certain nombre de contraintes à l’ensemble de l’équipe, y compris d’ordre alimentaire et sanitaire (douches séparées). Se souvient-on encore du préjudice énorme que cette « équipe » avait alors fait subir à la France en salissant son image devant les téléspectateurs du monde entier ?

Au micro de RTL, Christophe Dugarry révèle que le soir de 1998 où la France vient d’être sacrée championne du monde, alors que les joueurs prennent des photos dans les vestiaires, Lilian Thuram lance un : « allez les blacks, venez on va faire une photo tous ensemble ! » Imaginez que c’eût été un joueur blanc qui ait lancé « allez les blancs, venez on va faire une photo tous ensemble ! »… Alors, c’était donc ça, la France black-blanc-beur de Jacques Chirac ?

Un problème notable existe aussi du fait du comportement de joueurs dotés d’une double nationalité. Le Monde : « Lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, neuf footballeurs français ont joué la compétition avec une autre équipe que les Bleus, alors qu’ils avaient porté le maillot de l’équipe de France en sélection de jeunes. Ces “binationaux” sont nés et ont grandi dans l’Hexagone, mais ont choisi de jouer pour le pays d’origine de leurs parents. »

La gauche comme la droite pratiquent depuis fort longtemps la discrimination positive au profit des personnes d’origine étrangère. J’en avais longuement parlé dans Le puzzle de l’intégration. Le critère ethnique est même mentionné en toutes lettres dans la Charte de la diversité instituée en octobre 2004 par Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre.[1] Engagement n°3 de la Charte de la diversité : “Nous [les entreprises signataires] nous engageons à chercher à refléter la diversité de la société française et notamment sa diversité culturelle et ETHNIQUE dans notre effectif, aux différents niveaux de qualification.”

La Charte de la diversité incite, dans les faits, les entreprises à favoriser le recrutement de ceux qui ne sont pas d’origine européenne. Cela se transforme en discrimination négative vis-à-vis des Français de souche européenne.

Voici un extrait d’Immigration-intégration : le langage de vérité.

« Sur le terrain, la pratique de la discrimination positive se transforme, de manière très concrète, en discrimination négative envers les Français de souche européenne : “L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume […], déclare le directeur général du groupe Jean-Paul Agon. Aujourd’hui, lorsque nous rencontrons un candidat qui a un prénom d’origine étrangère, il a plus de chances d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche.[2]” Ces propos discriminatoires à l’égard des Français de souche ont été tenus par le dirigeant d’un groupe qui emploie 12 000 personnes en France. Autre illustration : “À compétences égales, eh bien désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc pour être clair.[3]” Ces propos discriminatoires à l’égard des hommes blancs ont été tenus par Anne Lauvergeon, patronne d’un groupe français qui emploie 50 000 personnes. Imaginons que de tels propos aient été tenus à l’encontre d’autres couleurs que la couleur blanche ; toutes les associations de France et de Navarre auraient rué dans les brancards. Là, il ne s’est rien passé. Comment expliquer, par ailleurs, que de tels propos et attitudes n’aient pas été sanctionnés par la loi ? Parce que le racisme est devenu, comme je l’ai précédemment évoqué, un concept à géométrie variable, qui ignore superbement les comportements qui frappent les Français de souche européenne. Le 14 mai 2009, le ministre de l’Immigration félicitait le groupe L’Oréal pour sa politique de recrutement et le gratifiait du “label diversité” [4]
[…]
Par exemple, le racisme dirigé contre les Français de souche européenne ne semble guère les émouvoir. Leur indignation est sélective. Eux qui font feu de tout bois, se gardent bien de s’interroger sur cette tendance aujourd’hui à l’œuvre sur le sol français : “Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2010, 485 cimetières et lieux de culte ont été dégradés : 410 l’ont été au préjudice de sites chrétiens, dont 179 cimetières et 231 lieux de culte.[5]” Autrement dit, 85 % des dégradations de lieux de culte ont visé en 2010 des sites chrétiens ! Les Français ont-ils le sentiment que cette information a été relayée par les médias, ou que leurs représentants politiques ont témoigné la moindre compassion, à défaut d’indignation ? Le comportement de ces censeurs porte de surcroît atteinte au vrai combat contre le racisme, car, mettait en garde Claude Lévi-Strauss, “en banalisant la notion de racisme, en l’appliquant à tort et à travers, on la vide de son contenu, et on risque d’aboutir au résultat inverse de celui qu’on recherche.[6]
 »

Si vous y réfléchissez bien, nous ne sommes plus du tout en France dans une politique de méritocratie républicaine, mais dans une politique clairement fondée sur un critère de préférence extra-nationale. Et comme l’avait très bien relevé notre ami Jugurta, les Français d’origine extra-européenne qui ont réussi leur intégration et se sont assimilés subissent le même sort que les Français de souche européenne.

Voici ce que déclarait Nicolas Sarkozy le 26 octobre 2005, en tant que Ministre de l’Intérieur, dans une conférence-débat sur le thème Un défi républicain : la discrimination positive à la française, le ministère de l’Intérieur s’engage : « La première fois, Ministre de l’Intérieur, où j’ai réuni les préfets, j’ai demandé à mes collaborateurs : “Y-a-t-il quelque chose qui vous choque ?” Ils m’ont répondu : “Rien du tout. Tout est normal.” Ben moi y’a quelque chose qui me choquait. Parmi les préfets, il n’y avait que des Christophe. Enfin, des Pierre, des Louis, des Jean et c’est amusant, et parmi les préfets ils étaient tous de la même couleur. Je vous laisse la deviner. »

Encore un extrait d’Immigration-intégration : le langage de vérité : « Les Français se sentent aujourd’hui apatrides sur leur propre terre, celle de leurs ancêtres. Pour qu’ils reprennent confiance en eux et en l’avenir de la France, il est urgent qu’ils se réapproprient le droit élémentaire qui leur a été confisqué – celui d’exprimer et d’assumer ce que “Français” signifie dans leur tête, leur cœur, leur âme et surtout leur inconscient collectif ».

____________________________

[1] La Charte de la diversité en entreprise a été instituée en octobre 2004 (Jean-Pierre Raffarin). Elle comprend actuellement 3076 entreprises signataires, dont la liste peut être consultée ici.

[2] Jean-Paul Agon, « L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume », propos recueillis par Nathalie Brafman et Stéphane Lauer, Le Monde, 13 juillet 2007.

[3] Propos tenus par Anne Lauvergeon lors du Women’s Forum à Deauville, Journal de France 2, 16 octobre 2009.

[4] La création de ce label « diversité » a été annoncée par le Président de la République dans son discours à l’École polytechnique sur l’égalité des chances. Ce label a été créé par décret le 17 décembre 2008.

[5] Lettre adressée par Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales à Thomas Hammarberg, commissaire aux Droits de l’homme au Conseil de l’Europe, rendue publique le 2 novembre 2010.

[6] Claude Lévi-Strauss, Didier Éribon, De près et de loin, Odile Jacob, 1988.

Source: http://www.malikasorel.fr/