Francaisdefrance's Blog

08/03/2012

On approche des présidentielles: Florence Cassez libre dans 15 jours ?

Vous vous souvenez de Florence Cassez ?

Et bien son histoire ressort des oubliettes; à deux mois des présidentielles… Vous avez dit bizarre??? Comme c’est bizarre…

Je parie en outre que l’on va aussi assister à une soudaine libération de quelques otages Français retenus ça et là…

FDF

.

Entente cordiale… A droite, Felipe Calderon, président du Mexique; à gauche, vous connaissez…
.

Un juge de la Cour suprême a rendu un rapport détonnant sur les conditions d’arrestation de la Française. Il demande sa libération.

Dans son rapport final répondant à l’appel en révision déposé par Florence Cassez, le juge de la Cour suprême Arturo Zaldivar a rendu son verdict qui est très favorable à la Française condamnée à 60 ans de prison pour trois enlèvements. Depuis six ans, elle crie son innocence, et elle pourrait bientôt voir la fin de son cauchemar.

Après avoir étudié pendant plusieurs mois le dossier de Florence Cassez d’un point de vue juridique et constitutionnel, le juge Arturo Zaldivar proposera à ses pairs de la Cour suprême d’ordonner sa libération immédiate. Il a repris un à un les éléments juridiques qui soutiennent ce procès.

« Violation du droit fondamental des étrangers »

Il estime que les droits consulaires de la Française n’ont pas été respectés, car la police n’a pas cherché à contacter immédiatement le consulat de France, ce qui constitue une violation du droit fondamental des étrangers qui font l’objet d’une arrestation.

Florence Cassez n’a pas été présentée immédiatement à un juge d’instruction, comme l’exige la Constitution ; elle a au contraire été emmenée dans un autre lieu pour la reconstitution d’une fausse arrestation devant les caméras de télévision. Les notions d’immédiateté et de flagrant délit ont de ce fait disparu, et les témoignages des victimes ainsi que les déclarations des policiers sont une déformation de la réalité, induite par la police fédérale.

« Présomption d’innocence violée »

Le juge Zaldivar considère que la présomption d’innocence a été violée et que le procès a été vicié dès le départ. Le juge précise qu’il ne s’en prend pas à la presse pour son travail, mais qu’il critique les autorités qui ont sciemment déformé la réalité pour que l’opinion publique estime coupable a priori la personne qu’on lui présentait, sachant les implications négatives que cela aurait sur son procès.

Ce rapport est donc une très bonne nouvelle pour Florence Cassez, même si le verdict du juge Zaldivar doit maintenant être approuvé à l’unanimité par les juges de la Cour suprême le 21 mars prochain. Rien n’est encore joué, car il est de notoriété publique que bon nombre d’entre eux sont proches du gouvernement de Felipe Calderón qui s’est toujours opposé à la libération de la jeune femme.

Source: http://www.lepoint.fr/

10/01/2012

Marine Le Pen poursuit son ascension dans les vrais sondages !!!

Les sondages truqués, commandés et payés par les adversaires, on en trouve plus qu’un curé peut en bénir…

Il semble que sur ITélé, on se soit approché de la vérité. Voir la vidéo.

FDF

.

http://youtu.be/rnZVNL85S94

SI L’UMPSVert  perd la bataille de la présidentielle, ils l’auront bien cherché  –
MESDAMES, MESSIEURS LES POLITIQUES,  SI GRASSEMENT PAYéS,
EN DEMOCRATIE,  VOUS DEVEZ ECOUTER LE PEUPLE

JC JC…

L’Ascension de Marine Le Pen 2012 à l’Elysée s’amplifie avant le premier tour de l’élection présidentielle. Comprenez il y a les vrais sondages ceux que l’on ne publie pas et les sondages retoqués sous consigne que l’on publie, commentés sans vergogne pourvu que le peuple y croit !
Sur iTELE ce dimanche 8 janvier 2012, on apprend que le sondage à paraitre le lendemain dans Libération sort du lot et révèle la véritable ascension populaire de Marine Le Pen auprès de tous les Français !!!

06/01/2012

Le saviez vous ? La lumière sur l’assassinat des deux otages français au Niger l’an passé…

Rengaine journalistique: « nous pensons une fois de plus aux sept otages Français encore retenus à l’Etranger et nous ne les oublions pas »

Cette fois, un membre d’Aqmi raconte… Les faits datent de 2011.

Mais franchement; on attend quoi pour aller éradiquer ces preneurs d’otages qui profitent de la politique de notre pays pour exercer un chantage monstrueux ? Ils demandent des rançons; tout le monde le sait. Et malgré ce que nous annonce Juppé, nous les payons, ces rançons. Ce sont les ravisseurs qui le disent eux-même…

Et si on ne paye pas, d’autres payent; de leur vie…

Une bonne solution pour stopper ces meurtres gratuits: que plus aucun Français ne mette les pieds dans ces pays islamistes; même les « humanitaires ». Même notre armée. Laissons les moisir dans leurs croyances d’un autre âge…

FDF

.

Plus jamais ça…

.

Mort de deux otages français au Niger en 2011: témoignage d’un membre d’Aqmi.

L’un des deux Français enlevés en janvier 2011 au Niger par des membres d’Aqmi a été exécuté par un ravisseur et l’autre est mort carbonisé dans l’incendie du 4×4 dans lequel il était prisonnier, affirme un membre d’Aqmi interrogé par un juge anti-terroriste français.

Dans son édition datée de vendredi, le quotidien français Libération cite le témoignage, recueilli le 30 novembre dans une prison à Nouakchott, d’un membre d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Celui-ci n’a pas participé à l’enlèvement d’Antoine de Léocour et Vincent Delory mais en a entendu le récit fait quelques heures plus tard par des membres du commando jihadiste qui ont survécu à l’attaque des forces spéciales françaises qui tentaient de libérer les deux jeunes Français.

Mohamed al-Amine ould Mohamedou ould M’Balle, alias Mouawiya, 22 ans, a été interrogé dans la capitale mauritanienne, où il est détenu depuis février 2011 suite à une tentative d’attaque contre l’ambassade de France, par le juge anti-terroriste français Yves Jannier.

Selon Mouawiya, des ravisseurs ont raconté, une fois rentré au sein de la katiba (unité de jihadistes), que l’un d’entre eux, surnommé Fayçal al-Jazaïri, avait abattu Antoine de Léocour de plusieurs balles de kalachnikov parce qu’il le retardait dans sa fuite à pieds dans le désert, juste après l’attaque par les commandos français.

Il assure aussi que Vincent Delory a péri brûlé dans le 4×4, qui transportait de l’essence, à la suite des tirs qui l’ont touché. Les membres du commando de ravisseurs ont assuré après l’opération n’avoir pas exécuté ce deuxième otage.

Libération s’est également procuré le PV de l’audition en tant que témoin, le 16 décembre, du commandant du Commandement des opérations spéciales (COS), le général Frédéric Beth.

Celui-ci livre peu de détails et surtout n’apporte pas d’élément nouveau sur le point le plus sensible: comment a pris feu le 4×4.

La famille de Vincent Delory accuse les forces françaises d’avoir ouvert le feu sur le véhicule dans lequel il se trouvait, provoquant sa mort.

Le film de l’opération, tourné depuis un avion, a été amputé d’une minute: celle au cours de laquelle le 4×4 prend feu. Selon le ministre français de la Défense, qui le précise dans une lettre au juge datée du 9 décembre, cette coupe a pour but de ne pas révéler (…) certains détails opérationnels.

Devant le juge, le général Beth a assuré être dans l’incapacité d’apporter des précisions sur l’embrasement du véhicule.

Source: http://www.romandie.com/

01/01/2012

Nabil: 33 ans, 17 condamnations et n’a toujours pas compris…

Pas d’excuses. Quand on est con, on est con… Je ne vois pas pourquoi on colle un avocat à ce genre d’individu. Je sais, je sais, c’est la loi.

Le problème est, que cet avocat, il est probablement et indirectement payé par nous, les CONtribuables. Il en est de même des amendes éventuelles et frais de justice…

Chances pour la France…

FDF

Faut pas abuser, Nabil…

.

Il « fête » sa libération et repart en prison

(sans passer par la case départ…)

.

« Face à son état d’ébriété avancé, le cafetier n’a plus voulu le servir. Le client s’est alors énervé. Le ton est vite monté. Le professionnel a prévenu la police, qui s’est rendue sur les lieux. La situation a alors dégénéré avec les forces de l’ordre. Nabil, ivre, a refusé d’être interpellé et a insulté les policiers. »

Nabil, 33 ans, est sorti de la maison d’arrêt de Tarbes le 14 décembre après plusieurs mois de détention. Le lendemain, il a comparu devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour rébellion et outrage envers des policiers. Il n’a pu profiter que d’un seul jour de liberté…

À sa sortie de prison, l’homme a décidé de prendre un train à Saint-Gaudens. En l’attendant, il s’est arrêté dans un café. « Alcoolique depuis ses 14 ans », selon son avocat, il a pris un verre mais ne s’est plus arrêté. « Vous avez bu à foison », constate le président du tribunal. Face à son état d’ébriété avancé, le cafetier n’a plus voulu le servir. Le client s’est alors énervé. Le ton est vite monté. Le professionnel a prévenu la police, qui s’est rendue sur les lieux. La situation a alors dégénéré avec les forces de l’ordre. Nabil, ivre, a refusé d’être interpellé et a insulté les policiers.

« J’ai tellement bu que je ne me rappelle rien », explique le prévenu. Pour le procureur, l’homme est « allé fêter sa sortie et a récidivé, comme à son habitude ». Face aux dix-sept condamnations inscrites à son casier, le procureur requiert six mois de prison ferme.

La défense demande la clémence des juges. « Il est démuni, seul et alcoolique. Il n’a pas voulu fêter sa sortie. ça faisait huit mois qu’il n’avait pas bu ».

Il a finalement écopé de six mois de prison ferme. Il est reparti en prison.

Source: http://www.ladepeche.fr/

08/11/2011

Un des hackers du site de « Charlie Hebdo » menace « Libération » !

Il « défend son pays », ce con… Et son pays, c’est la Turquie. Vous savez, celle qui fait des efforts pour entrer dans l’Union Européenne…

FDF

.

L’un des membres du groupe de hackers turcs ayant revendiqué le piratage mercredi du site internet de l’hebdomadaire satirique français « Charlie Hebdo » a affirmé dans un entretien au Journal du Dimanche « défendre son pays ». Et il a menacé le quotidien « Libération ».

Les locaux de « Charlie Hebdo » ont été détruits par un incendie criminel mercredi, le jour où paraissait un numéro dont la Une représentait le prophète Mahomet, « rédacteur en chef » d’un journal rebaptisé « Charia Hebdo ». Le site internet du journal a en outre été victime d’un piratage informatique.

« Si « Libération » (qui a hébergé l’équipe de Charlie Hebdo après l’incendie) continue à publier ces dessins, nous nous occuperons d’eux aussi« , déclare Ekber, un jeune homme de 20 ans, rencontré par « Le Journal du Dimanche » (« JDD ») à Istanbul.

Insulte

« Nous défendons notre pays et nos institutions », justifie Ekber auprès du « JDD ». Ekber, membre du groupe de pirates turcs Akincilar et surnommé « Black Apple », explique: « Nous ne pensons pas avoir fait quelque chose de mal, ce n’est pas comme si nous avions siphonné des comptes bancaires. C’est une protestation contre une insulte à nos valeurs et nos croyances.« 

Cependant, selon le « JDD », Ekber a tenu à se désolidariser de l’attaque au cocktail Molotov qui a ravagé le journal. « Nous ne soutenons pas la violence. L’islam est une religion de paix. Ces actes sont le fait de gens qui se servent de la religion », affirme le jeune homme, étudiant à l’université Isik et futur ingénieur informatique.

Menaces de mort

Ekber explique qu’il n’avait jamais entendu parler de « Charlie Hebdo » auparavant. Mais, après avoir lu sur internet des articles de journaux parlant de la sortie du numéro spécial baptisé « Charia Hebdo », raconte-t-il, le groupe Akincilar a décidé de réagir.

A la suite du piratage du site du journal satirique, la société Bluevision, qui assure son hébergement, l’avait mis hors service après avoir « reçu des menaces de mort ». Les Akincilar se présentent comme des « cybers-guerriers », défendant les valeurs de l’islam.

Source: http://www.romandie.com/

04/11/2011

Incendie criminel à Charlie Hebdo: pas le premier cas du genre…

Mais le premier acte criminel des « phalanges » islamistes contre un journal français !

Et ça ne va pas arranger les affaires de la religion d’amour, de paix et de tolérance qui cherche plus que jamais le « dialogue ».

Mauvais plan, les momos…

FDF

.

L’incendie criminel dont a été la cible l’immeuble Charlie Hebdo dans la nuit de mardi à mercredi à Paris n’est pas le premier cas de rédaction qui ont subi des attentats ou des dégradations.

• L’Humanité, le 7 novembre 1956. Dans un contexte de guerre froide particulièrement tendu, le journal d’extrême gauche subit l’assaut de manifestants anticommunistes qui tentent d’incendier ses locaux. La veille déjà, L’Huma racontait que «des fascistes ont tenté de pénétrer dans l’immeuble du journal». Les personnes présentes dans le bâtiment se défendent avec des lances à incendie contre ce qui sera évalué à un millier d’assaillants. L’assaut se déroulant quelques jours après qu’il ait titré «Budapest retrouve le sourire» au sujet des révoltes en Hongrie, le journal fait le lien entre cette attaque et les crimes de contre-révolutionnaires hongrois.

• L’Aurore, Minute, L’Arche et la Maison de la Radio, le 3 août 1974. Le terroriste Carlos, membre du Front de Libération de la Palestine revendiquera en 1979 dans une interview accordée au journal Al Watan Al Arabi les explosions simultanées de voitures piégées devant les immeubles parisiens de ces rédactions. Ces attentats ne feront aucune victime, au contraire de celui perpétré le 22 avril 1982 devant les locaux d’Al Watan Al Arabi à Paris. Le mode opératoire sera le même (voiture piégée). L’attaque fera un mort et 63 blessés.

Libération, le 23 octobre 1977. Alors qu’il tente de se désolidariser des mouvements terroristes européens, le journal Libération est pris pour cible par 150 autonomes qui décident d’occuper ses locaux. En cause, l’un des titres du quotidien : «RAF-RFA : la guerre des monstres». Les assaillants, armés de cutters, recouvrent les murs de leurs slogans («Tout journaliste est un flic»). Après une journée de négociations, Serge July, co-fondateur du journal, donne au groupe un droit de réponse.

• FR3, le 11 février 1979. Les employés de la Société française de production, qui fabrique des programmes pour la télévision, se mettent en grève suite à une annonce de licenciements massifs de la part de leur président, Antoine de Clermont-Tonnerre. Un groupe de grévistes détruit le matériel et dégrade les locaux de FR3 à Grenoble. «Il s’agit d’un attentat absurde et coûteux. Cette action est l’œuvre de casseurs et non de spécialistes», déclarera le préfet.

• Charlie Hebdo, le 2 novembre 2011. Déjà menacé après la publication des caricatures de Mahomet en 2006, le journal qui n’avait pas été condamné par la justice décide de publier un numéro spécial Charia Hebdo pour relater de la victoire d’Ennahda en Tunisie et du futur rétablissement de la charia en Libye. La Une, une caricature de Mahomet, est diffusée sur le net avant la publication du numéro spécial, le 2 novembre. Dans la nuit du 1er au 2, les locaux du journal à Paris sont incendiés, provoquant l’indignation des responsables politiques qui voient là une atteinte à la liberté d’expression de la presse.

Source: http://www.lefigaro.fr/

25/10/2011

Chez Libé, on préfère « Nique la France » que la réussite de l’UDC en Suisse…


Le jour où « Libération » fera du journalisme selon les règles de la déontologie, le coran poussera sur les arbres…


FDF

.


Voici ce qui colle de l’urticaire à Libé. Mais il existe des pommades contre ça…

.

Dans Libération du 21 octobre, je trouve un article intitulé « La Suisse reprend ses fachos habitudes » signé par un certain Serge Enderlin, article qui a la prétention d’analyser les circonstances liées aux élections législatives suisses du weekend prochain.

J’ai fait un court commentaire sur cet article dans leur journal en ligne, commentaire que les grands défenseurs de la liberté d’expression de Libération se sont pressés de  censurer. Tant mieux, ceci me permet de me pencher sur quelques-uns (pas tous, ce serait trop long) des nombreuses incohérences, mensonges, niaiseries et amalgames douteux qui parsèment l’article.

D’abord, chose bien connue, c’est une constante pour l’extrême gauche de voir des fachos partout, mais jamais dans ses propres rangs ; d’une manière persistante et répétitive, dès que les staliniens, les maoïstes, les polpotistes et autres castristes sont arrivés aux pouvoir et l’ont exercé de la manière que nous connaissons, tous les thuriféraires de l’extrême gauche, Libération en tête, leur ont chanté les louanges les plus soutenues. Errare humanum est, perseverare diabolicum est : voilà un dicton latin dont la deuxième partie est inconnue par les zélotes de l’ultra gauche.
Revenons au sujet ; les Suisses, dont la démocratie est une des plus représentatives, s’apprêtent à voter à 30 % pour l’UDC, d’après les affirmations de M. Enderlin lui même. UDC est déjà le premier parti suisse, ce qui prouve que la majorité de l’électorat persiste dans son choix.

Eh bien, c’est ce vote qui irrite au plus haut point le journaleux de Libé. D’abord, il traite ce parti « d’extrême droite » tout en ignorant les différences de fond entre un parti populiste qui n’est ni racialiste, ni antisémite ni xénophobe par opposition à l’extrême droite (je fais référence à la démonstration d’un des plus connus experts des extrémismes, M. Jean-Yves Camus)

C’est une preuve d’ignorance crasse, mais somme toute il n’est pas obligatoire que M. Enderlin soit cultivé ! Mais la suite est plus intéressante : M. Ederlin fustige et insulte la population d’un pays qui, malgré la bonne marche de son économie, vote « mal ». Je cite : «En toute logique, l’UDC aurait dû perdre du terrain pendant la campagne électorale ». Manque de pot pour l’Enderlin et consorts, les Suisses ne vont pas dans le sens voulu par eux ! Alors, quoi faire, M. Enderlin ? Envoyer dans le goulag l’ensemble de Suisses non conformes à vos idées ?

Ensuite, M. Enderlin fustige le slogan de l’UDC qui refuse de « niquer la Suisse » (« Tu niques la Suisse, tu gicles ! », affiche UDC dans le Valais). Mais je vous comprends M. Enderlin, vous préferez le fameux livre publié et diffusé partout en France « Nique la France ». C’est beau comme slogan, c’est ce que vous aimez et c’est bien dans l’idéologie de Libé.

Pour les amalgames et contre vérités, Enderlin n’est pas avare. Il fait une approche avec une caricature antisémite parue en 1933 dans un journal autrichien ! Vous voyez bien « l’intelligence » de l’auteur ! Un parti Suisse au 21-ème siècle, adversaire déclaré de l’antisémitisme, comparé avec un journal autrichien pro nazi des années 1930. Pourquoi ne pas comparer l’UDC avec Babylone, tant que nous y sommes ? Et M. Freysinger, un des leaders bien connu de ce parti et bête noire d’Enderlin, avec Nabuchodonosor ?

Source: http://ripostelaique.com

24/10/2011

Les Libyens de de Charybde en Scylla !

Franchement, ils s’attendaient à quoi, les Libyens? Ils ont voulu atomiser « le Guide ». Ils l’ont fait (avec l’aide précieuse de l’Occident…). Maintenant que Kadhafi est mort, je pense que beaucoup vont le regretter car sournoisement, le coup était préparé depuis longtemps par les islamistes intégristes. Il fallait être aveugle pour ne pas s’en rendre compte… L’ère des ténèbres arrive en Libye. Pas qu’en Libye, d’ailleurs. Les Tunisiens viennent de voter… On leur a fait croire à la démocratie; ils se sont fait enfiler la charia.

FDF

.

Libye : la législation du pays sera fondée sur la charia!

Le président du Conseil national de transition (CNT) Moustapha Abdeljalil a répété dimanche à Benghazi, où la « libération » de la Libye a été proclamée, que la législation du pays serait fondée sur la charia (loi islamique).

« En tant que pays islamique nous avons adopté la charia comme loi essentielle et toute loi qui violerait la charia est légalement nulle et non avenue« , a indiqué M. Abdeljalil devant des dizaines de milliers de personnes réunies pour une cérémonie de proclamation de la « libération » du pays. « Par exemple, la loi sur le divorce et le mariage (…) cette loi est contraire à la charia et elle n’est plus en vigueur », a indiqué M. Abdeljalil.

A la mi-septembre le chef des autorités de transition avait déjà affirmé que l’islam serait la principale source de législation dans la nouvelle Libye et rejeté toute « idéologie extrémiste ».

Il a également annoncé l’ouverture de banques islamiques en Libye qui, conformément à la loi islamique, interdisent de toucher des intérêts.

Il a par ailleurs demandé que les Libyens cessent de marquer leur joie par des tirs en l’air soulignant que « remercier Dieu ne veut pas dire tirer. C’est interdit par la charia car cela peut blesser des civils ». « Cette révolution a commencé de manière pacifique pour demander un minimum de droits, mais on lui a répondu par la violence », a-t-il lancé, appelant « chacun à extraire la haine de son cœur (…) pour reconstruire la Libye ».

« Il y a des biens qui ont été pris par la force, j’appelle tous les Libyens à observer la loi et à ne rien prendre par la force », a-t-il poursuivi. « Vous devez rejeter la sédition », a-t-il encore dit.

« Vous devez vous montrer confiants, patients, et prêts à accorder le pardon. L’avenir, avec l’aide de Dieu, sera prospère« , a-t-il ajouté.

Il a également adressé un message aux contestataires dans d’autres pays arabes. « J’espère que les peuples syriens et yéménites pourront obtenir ce à quoi ils aspirent et gagner », a-t-il indiqué.

Source: http://www.lorientlejour.com/

27/07/2011

Joffrin joue les inquisiteurs… Un rôle où il devrait exceller. Mais voilà: un peu de crédibilté ne lui serait pas superflu…

Vous vous souvenez de la minable intervention de Joffrin dans une récente émission où l’invité principale était Marine Le Pen? Eh bien, la leçon qu’il a reçue ce jour là ne l’a pas calmé. Il réitère sa haine sur les sites patriotes et résistants qui ne pensent pas comme lui. Et pratique par la même occasion la diffamation dont il est un fervent utilisateur. Et ce « monsieur » se réfugie même dans les bras de Sarkö pour jouer les inquisiteurs. Lamentable…

FDF

.

Mais c’est qu’il mordrait, l’affreux Jojo !


Joffrin somme Sarkozy de faire taire Riposte Laïque et le diffame sans vergogne !


Lors de l’édito intitulé « Lozes a osé : L’apéro saucisson-pinard coupable du drame d’Oslo », Cyrano s’interrogeait devant l’offensive politicienne qui suivait le drame norvégien : « Va-t-on voir fleurir des pétitions demandant la fermeture de nos sites, l’interdiction de certains partis politiques, ou le licenciement de journalistes mal-pensants ? »

Jamais en retard d’une croisade, Laurent Joffrin, né Mouchard, n’a pas tardé à donner raison à notre éditorialiste, dans « Le Nouvel Observateur » en ligne. (1)
« En France, trois sites se sont fait une spécialité de l’idéologie antimusulmane contemporaine : fdesouche.com, bloc-identitaire.com et ripostelaïque.com. Point de terroristes, évidemment, chez ces gens-là. Mais une agressivité verbale telle qu’elle finit par distiller une sémantique de guerre civile. Non dans les pages d’accueil ou dans les textes programmatiques, qui restent tenus par une obligation de réserve publique. Mais dans les forums de débats hypocritement laissés sous la responsabilité des contributeurs et dont on ne comprend pas que les pouvoirs publics les laissent libres de répandre diffamation et injures raciales. » Dans cette sous-culture de la haine et de l’anonymat, les musulmans sont un ennemi atavique. On les appelle « les muzz », mais aussi « les rats » ou « les blattes », et l’on attend avec impatience « l’épouillement de l’Europe »…


Suite et source: http://tinyurl.com/3t9yg83

20/07/2011

Un journal de guerre ? En France ? En 2011 ?

Pat Quartier se déchaîne… Et ça « frite » grave…

FDF

.

Les connards déchaînés…

« Libération » est un journal de guerre propagandiste contre Israël.

Rien de surprenant que ce quotidien soutienne les « courageux » militants qui se pressent aux frontières  maritimes de Gaza et ceux qui cherchent à pénétrer à l’intérieur du territoire d’Israël via son aéroport, sachant que les sanctions risquées sont minimes, puisque « démocratie, humanisme et retenue » obligent Israël.

Ainsi « Libération » s’offusque, s’indigne, trépigne,  mon dieu quelle honte, que la Compagnie « Air France » soit « aux ordres d’Israël» qui a eu l’audace de refuser d’accueillir quelques centaines de ceux qui confondent Tel-Aviv et banlieues francaises transformées en « ZKP ». (Zone de Karchérisation Prioritaire).

L’intelligence et le bon droit se trouvant nécessairement du côté des collaborateurs d’Alain Juppé, -traduire le Quai d’Orsay-, des fonctionnaires auraient signalé «  la fragilité légale d’Air France qui ne peut évoquer aucun support  pour justifier un tel comportement. »

Qu’en termes choisis ces mots sont bien dits.

« Libération » restant sous le couvert de  l’anonymat et de l’information partielle, ne dira pas qui sont ces fameux fonctionnaires ni surtout combien ils sont à exprimer une opinion loin d’être majoritaire.

Belle hypocrisie d’utilisation de jargon juridique destiné à l’épate pour faire valoir une prétendue violation du Droit, aucun Etat digne de ce nom ne pouvant admettre de se faire envahir par des bandes organiséees de « jeunes » ayant la ferme volonté  de contester par tous moyens ses lois et  sa politique sur son propre territoire.

Bref, la lecture de cet article  est présentée sous l’angle trompeur visant à indisposer contre Israël le lecteur de base :

D’un côté des braves gens respectueux de la légalité, de l’autre un Etat-voyou agissant dans un cadre arbitraire dédaignant les avis éclairés d’un Haut-fonctionnaire français.

Ce journal de propagande destiné aux idiots utiles qui n’ont pu se prévaloir d’aucun succès, enrage au point de chercher en Israël ses sources de contestation légitimes..

C’est de bonne guerre : « Libération » ira s’enquérir de fabriquer son information auprès du plus gauchiste, du plus extrêmiste de tous les  journalistes du pays, Gideon Levi du journal « Haaretz »  lequel fait état, en bon maestro de la trahison qui se respecte, « d’une réponse hystérique d’Israël à tout mouvement de protestation ».

Pas un mot  pour énoncer une vérité première simple : l’écrasante majorité du peuple israélien et de ses journalistes vomissent les islamo-gauchistes de cette flottile, fut-elle encensée par une minable ultra-minorité de traîtres à la Nation.

La « Pravda », organe de Presse du PC Soviétique n’agissait pas autrement, l’important n’étant pas de tromper le lecteur, mais d’imposer son point de vue propagandiste

Suite et source: http://tinyurl.com/3vyuyda

08/07/2011

Otages: les mensonges d’Etat…

Concernant la libération des deux otages retenus en Afghanistan depuis des centaines de jours, on a pu assister à une incompréhension totale entre Alain Juppé affirmant qu’il n’y a pas eu de rançon versée (ça ne se fait pas, en France, on est les plus forts…) et le témoignage de l’un des journalistes qui a affirmé le contraire (lequel était bien placé pour assister au déroulement des « opérations »…). A quoi sert donc ce genre de mensonge d’Etat qui n’est pas le premier? Le peuple a le droit de savoir: c’est lui qui paye…

FDF

.

A lire: RançonsEtMensonges.AM

10/04/2011

Vincent Reynouard a été « enfin » libéré !!!

Enfin une bonne nouvelle!

FDF

.

L’enseignant  Vincent Reynouard aura passé plus de neuf mois en prison, pour avoir distribué une brochure de quelques pages qui traitait de certains aspects de la seconde guerre mondiale « converts » par les lois d’inquisition…

19/03/2011

Elles brûlent des drapeaux français : 3 « ados » en garde à vue…

Plus aucun respect. « Ils » sont chez eux, ou du moins y croient.
Il me semblait qu’une loi était passée concernant cet affront à notre République? Elles sont simplement en garde à vue, ces connes… Elles connaissent bien la haine de la France, semble t’il? Elles doivent connaître aussi ce qu’il en coûte de l’offense au drapeau!Pas de complaisance! Elles sont mineures? Aux parents chargés de leur éducation d’assumer. Nous n’avons pas l’identité de ces trois conasses. Pas la peine; on s’en doute…
Je crois qu’il est grand temps que la France se donne les moyens de se faire respecter. Alors, dès ce dimanche:
 

Elles ont été interpellées jeudi soir, vers 22h15, devant le monument aux morts de Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne. 

Agées de 16 et 17 ans, ces trois « jeunes » filles venaient de brûler deux drapeaux français, selon L’Est Républicain.

Selon une source policière, elles « ont brûlé les drapeaux du monument aux morts, puis elles les ont jetés à la poubelle. »

En fugue d’un foyer où elles étaient placées, elles ont été placées en garde à vue.

Selon un décret du ministère de la Justice paru cet été au Journal officiel, l’outrage au drapeau français est passible d’une amende de 1.500 euros sur l’ensemble du territoire.

En décembre dernier, un homme a été condamné à 750 euros d’amende avec sursis pour outrage au drapeau tricolore. Agé de 26 ans, cet Algérien, exaspéré des lenteurs de l’administration, avait brisé la hampe d’un drapeau de la préfecture des Alpes-Maritimes. C’était la première fois qu’un tribunal prononçait une condamnation pour cet outrage depuis la loi de juillet dernier.

« Des drapeaux ont été remis » nous dit nous dit seulement, pour l’instant, la mairie de Chevilly-Larue.

20/11/2010

KARACHI. Ce que vous devez savoir…

J’ai trouvé ça très intéressant… Bon; ça tombe mal pour certains…

FDF

.

 

KARACHIGATE – Mode d’emploi

Nicolas Sarkozy, Edouard Balladur, Jacques Chirac… Tous semblent être de près ou de loin impliqués dans ce que l’on appelle à présent le « Karachigate ». Décrytage d’une affaire de corruption présumée au plus haut niveau de l’État français

L’attentat du 8 mai 2002 au Pakistan entrainant la mort de 15 personnes dont 11 Français est passé du statut de « simple » acte terroriste à celui d’affaire d’Etat. Explication :

Le Deal de départ

Fin 1992, le ministère de la Défense veut convaincre le Pakistan d’acheter des sous-marins français plutôt qu’allemands. La Direction des constructions navales (DCN), sous la tutelle du ministère de la Défense, passe alors un accord avec la Sofma, société chargée d’exporter les marchandises militaires françaises à l’étranger, pour négocier avec le Pakistan. En échange de quoi , la Sofma percevra 6,25% du montant de la commande. Pratique tout à fait légale à l’époque.

Rebondissement N° 1

Mais une seconde filière de commissions va voir le jour le 12 juillet 1994 sous le gouvernement Balladur. Deux mois à peine avant la signature attendue du contrat, Renaud Donnedieu de Vabres, alors directeur de cabinet du ministre de la Défense, François Léotard, impose à la DCN un nouvel interlocuteur, Mercor, une société off-shore, représentée par Ziad Takkiedine et Abdul Rahman el-Assir. Les deux hommes vont « arroser » des responsables pakistanais, tout comme la Sofma. Eux recevront 4% lors du paiement de la commande.

La vente

Le 21 septembre 1994, le Pakistan et la France signent finalement un contrat de 5,41 milliards de francs pour la vente de sous-marins Agosta. Comme convenu, les deux réseaux de commissions vont alors devoir se répartir leurs pourcentages : 338 millions de francs pour la Sofma et 216 millions (4%) pour Mercor.

Le hic

Alors que dans ce type d’accord, les commissions sont généralement versées sur plusieurs années en fonction de l’avancement du chantier, le 24 janvier 1995, Ziad Takieddine et Abdulrahman el-Assir, les deux hommes de la société off-shore Mercor exigent le paiement de la totalité de leurs commissions avant le 31 décembre de la même année.

Quand les politiques s’en mêlent

Dès son élection à l’Elysée en 1995, Jacques Chirac charge son ministre de la Défense, Charles Millon de lister les contrats qui posent problème. Début 1996, Jacques Chirac suspend le versement des commissions à Mercor « Pour moraliser la vie publique et politique », a reconnu récemment Charles Millon.

La lutte des clans

Or, l’affaire s’avère bien plus politique qu’elle n’y parait. En France, des soupçons de corruption se portent sur Édouard Balladur alors premier ministre. Comme candidat à la présidentielle de 1995, il aurait pu bénéficier de l’argent des rétrocommisisons pour financer une partie de sa campagne. Voilà pourquoi Jacques Chirac aurait ordonné l’arrêt du versement des commissions, ne voulant pas que celles-ci financent la campagne de son ex-rival…

Parallèlement, Libération réussit à établir le lien entre le déblocage de commissions destinées au Pakistan et un versement en espèces de 1,5 million d’euros effectué, à la même époque sur le compte de l’Association pour le financement de la campagne d’Édouard Balladur (Aficeb). Et tout cela sous les yeux d’un certain Nicolas Sarkozy alors ministre du Budget d’Édouard Balladur, ainsi que le directeur de campagne du candidat à la présidentielle

Et l’attentat de Karachi dans tout cela ?

L’attentat (AFP) à Karachi le 8 mai 2002 (14 morts dont 11 Français) serait tout simplement la conséquence de la décision de Chirac d’arrêter les paiements des commissions aux Pakistanais qui avaient aidé la France à décrocher le contrat. Un premier flux de paiement se serait immédiatement arrêté en 1996 selon Libération et un second, asséchant littéralement la filière pakistannaise, en 2001. D’où l’attentat de 2002 en signe de protestation…

Que justice soit faite

Depuis, deux juges du pôle antiterroriste du tribunal de Paris enquêtent sur l’attentat de 2002 : Yves Jannier et Marc Trévidic. L’été dernier, les familles des victimes ont de nouveau porté plainte. Une seconde enquête pour « entrave à la justice » et « faux témoignage » a alors été ouverte sous la houlette du juge du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, Renaud van Ruymbeke. Mais le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, réputé proche du pouvoir, a jugé ces faits prescrits. Qu’à cela ne tienne, Renaud van Ruymbeke a fait appel le 7 octobre dernier et poursuit son enquête en attendant la décision de la cour d’appel. Les familles des victimes, elles, ne veulent rien lacher à tel point qu’elles viennent de demander au président de la république son audition comme témoin. Affaire à suivre…

Source:  http://www.armees.com/KARACHIGATE-Mode-d-emploi,34125.html

 

04/09/2010

Racaille: une recette très simple: tu dis « c’est pas moi, m’sieur » et t’es dehors…

Lamentable. Il se réfugie chez des amis, mais il nie les faits… Y’a pas comme un problème, là? Enfin, bref, il est dehors… Facile, non?  Le mec, il a un nom à consonance maghrébine; on va éviter des émeutes, donc… Il serait retraité, avec un nom bien franchouillard et aurait essayé de se défendre contre des cambrioleurs, il serait en cage pour un bon moment. On « touche le fond », là.

FDF

.

Le second braqueur présumé du casino d’Uriage est … libre: « On sabote le travail des policiers »

Le quartier de la Villeneuve à Grenoble

Le quartier de la Villeneuve à Grenoble
MAXPPP

Le parquet a fait immédiatement appel de cette décision selon le Figaro.

De quoi s’agit-il ?

Dans la nuit du 15 au 16 août, deux hommes ont braqué le casino d’Uriage (Isère). L’un des braqueurs, Karim Boudouda, a trouvé la mort après le hold-up lors d’un échange de tirs avec la police. Ce qui avait occasionné plusieurs jours d’émeutes et le fameux discours de Nicolas Sarkozy, rappelez-vous, avec la déchéance de nationalité pour les « Français d’origine étrangère » qui tirent sur les policiers.

Son complice avait réussi à s’enfuir.

Mercredi, après un mois de recherches, les policiers ont interpellé Monsif Ghabbour, 25 ans, connu de la justice. Il est soupçonné d’être le second braqueur du casino d’Uriage. Il s’était réfugié chez des amis à 15 kilomètres de Grenoble.

Il a nié les faits pendant sa garde à vue et n’a fourni aucune explication devant le juge d’instruction.

Il a été mis en examen pour « vol à main armée » et « tentative d’homicides volontaires sur agent de la force publique ».

Le parquet a requis son placement en détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention en a décidé autrement. Il l’a remis en liberté après l’avoir placé sous contrôle judiciaire.

Le parquet a immédiatement fait appel. Le procureur général de Grenoble a jugé la décision de remise en liberté « absolument inacceptable compte tenu des charges très graves qui pèsent » contre le mis en examen.

Sur RMC, Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie-Officiers, ne mâche pas ses mots contre cette décision: « Les policiers sont écoeurés. Les policiers en ont marre de voir leur travail saboté par une minorité de juges totalement déconnectés des réalités. »

« Le discours sécuritaire est vain s’il n’y a pas de réponse pénale. On touche le fond en remettant en liberté quelqu’un qui a tiré sur les policiers. »

« Le parquet de Grenoble a fait appel de cette décision et s’est permis un avis dessus, ce qui est rare, en le qualifiant d’inacceptable. Ce qui est un euphémisme… »

D’après Libération, l’appel du parquet sera examiné d’ici de semaines par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Grenoble.

De son côté, l’avocat de Monsif Ghabbour, Me Denis Dreyfus, se rejouit de cette décision « exemplaire ». L’avocat considère que le « dossier est vide au niveau des éléments à charge et que son client n’est que « celui de la rumeur », rapporte Le Parisien.


Source: http://tinyurl.com/2uutfby