Francaisdefrance's Blog

27/08/2011

Suisse: l’islam détourne l’etoile jaune de l’holocauste !!!

Et à eux, on ne leur dit rien. En Occident, ne serait-ce que prononcer le nom de Hitler ou de Führer vous attire les foudres de la justice… Tolérance, tolérance…

FDF

.

Le « grand Mufti » et Adolf Hitler: pas un hasard…


Image

Assimiler le rejet de l’islam au nazisme et le sort des musulmans à celui des Juifs sous le IIIe Reich, c’est non seulement faire insulte aux victimes du nazisme, mais c’est également faire preuve d’une profonde malhonnêteté intellectuelle. S’il fallait du reste dresser un parallèle entre les années 30 et l’époque actuelle, ce dernier comparerait nécessairement l’islam et le nazisme. L’islam est en effet un système politico-religieux qui entre autres horreurs :

  • ne permet pas aux chrétiens, juifs, polythéistes et athées de vivre librement selon leur croyance (ou leur absence de croyance) et leur impose de devoir choisir entre la conversion, la mort ou une citoyenneté de seconde zone (la dhimma) ;

  • appelle au djihad contre les infidèles jusqu’à ce « que la religion soit entièrement à Allah » ;

  • exhorte ses fidèles à exterminer les Juifs au jour du jugement dernier ;

  • condamne à mort homosexuels et apostats ;

  • voit en la femme une créature ne valant que la moitié d’un homme et soumise à l’autorité de ce dernier ;

  • permet à l’époux de frapper son épouse lorsqu’il craint sa désobéissance ;

  • légitime la lapidation, l’amputation, la flagellation, et l’énucléation.

Une étoile jaune à huit branches portant l’inscription «Muslim», accompagnée d’un lieu et d’une date: Berne, 29 octobre 2011. Voici le symbole choisi par le Conseil central islamique (CCIS) et son président, Nicolas Blancho, pour annoncer la tenue de leur rassemblement «contre l’islamophobie et le racisme» sur la place Fédérale, cet automne. L’image, reproduite sur des milliers d’autocollants, a fait son apparition lundi dans les rues de Lausanne, où elle s’est retrouvée placardée à la sauvage jusque sur l’arrière des bus. Depuis, les réactions oscillent souvent entre incompréhension et colère face à ces étoiles qui comparent implicitement le sort des musulmans de Suisse avec les souffrances endurées par les Juifs sous le IIIe Reich.

Pour Philippe Kenel, président de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) à Genève, le message délivré par le Conseil central islamique n’est pas seulement offensant mais mensonger: «C’est une manière d’établir un parallèle qui n’a pas lieu d’être. On peut parfaitement critiquer une religion comme l’islam sans être pour autant raciste, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les intégristes.»

Source: http://prophetie-biblique.com

19/11/2010

Liberté d’expression: bouté hors de Lausanne, l’UDC tiendra congrès… en plein air !

Et mis à part ça, les partis ou formations patriotes de tous pays ont totale liberté d’expression…

FDF

.

Le congrès national du parti agrarien, indésirable au Palais de Beaulieu et à l’UNIL, se tiendra finalement dans une clairière de Coinsins, au-dessus de Gland. Qu’il pleuve ou qu’il neige.

 

KEYSTONE | Début décembre, Toni Brunner et Guy Parmelin troqueront leur confortable tribune pour un champ.

Le choix est contraint, certes. Mais il provoque un singulier retournement de situation. Et offre un génial coup de pub à l’UDC: indésirables en ville, notamment au Palais de Beaulieu ou à l’Université de Lausanne (UNIL), les délégués du plus grand parti du pays se réuniront finalement en congrès à la campagne, dans un champ et en plein air.

«On va faire une sorte de Landsgemeinde. On sera tous debout exposés aux quatre vents, ça ne s’est jamais fait», se réjouit Claude-Alain Voiblet, secrétaire vaudois du parti.

Plus de 700 congressistes bravant le froid pour exercer leur droit démocratique, l’image sera forte et chargée de sens.

Le conseiller national zurichois Hans Fehr jubile déjà: «C’est une idée formidable! Se retrouver ainsi sur le terrain face à la réalité de la météo, pour penser en profondeur à la démocratie, c’est très intéressant. On est dans la vraie vie!»

Le parti ne pouvait rêver plus fort retour aux racines, au propre comme au figuré.

Petit rappel des faits

Souhaitant tenir son congrès du 4 décembre 2010 en ville de Lausanne, l’assemblée des délégués de l’UDC Suisse s’est tout d’abord adressée à Beaulieu. Le centre de congrès, en juin dernier, a confirmé l’accueil du groupe en son sein.

C’était sans compter sur le syndicat UNIA, qui, assemblée à la même période dans le même lieu, s’est opposé à la venue de l’UDC, craignant une montée de violence.

La Municipalité répond donc négativement à la demande d’autorisation de manifestation déposée par l’UDC.

Sollicitée par Beaulieu SA, l’Université de Lausanne (UNIL) accepte à son tour d’accueillir l’assemblée du groupe. Là encore, des craintes face aux risques de débordements changent la donne.

Lausanne exclue, le groupe se tourne vers de nombreuses autres municipalités. « A noter que, malgré la forte médiatisation de la situation, aucune commune n’a spontanément offert ses infrastructures », relève Claude-Alain Voiblet.

La commune d’Yvonand se propose, mais ses infrastructures s’avèrent trop petites pour accueillir le groupe de 700 délégués.

« Souhaitant maintenir son assemblée dans le canton de Vaud », selon les dires de Claude-Alain Voiblet, ce sera finalement dans une clairière de Coinsins, au-dessus de Gland, que l’assemblée tiendra son congrès, debout et quel que soit le temps.

« Il faut s’attendre à une participation de 300 invités en plus des 700 délégués, annonce Claude-Alain Voiblet. Qui pose la question de « savoir pourqoi les rencontres internes de l’UDC, nous ne parlons même pas de manifestations publiques, déclenchent dans le canton de Vaud autant d’hostilités. »

Source: http://tinyurl.com/36oykdq