Francaisdefrance's Blog

22/01/2012

Kamal: une vraie « CHANCE POUR LA FRANCE » !

Ce genre d’attitude m’exècre et me donne envie de vomir.

Toujours à rouler les mécaniques (à plusieurs) dans des grosses bagnoles avec de la musique arabe à fond pour essayer d’appâter des filles, blanches, surtout. Mais une fois « au pied du mur », parfois (et même souvent, je pense) ce n’est plus la même. Mais de là à tuer…

Ma foi, mon pote, si t’assures pas au lit, c’est ton problème. Ce n’est pas celui de cette pauvre fille… En attendant, te voilà meurtrier; et qu’est-ce que tu foutais avec une arme? Ca te donnait l’impression d’être plus « viril ». Apparemment, ça ne fonctionne pas… C’est sûr que c’est plus facile dans les tournantes…

T’as essayé le viagra? Enfin, en prison tu vas te faire plein de « copines »… N’oublie pas de nous donner des nouvelles.

FDF

.

Image d’illustration…

.

Kamal Ahamada  LUI TIRE UNE BALLE DANS LA FESSE   « POUR RIGOLER »   parce qu‘elle lui aurait dit « qu’il n’était pas assez performant au lit » ………..   Monsieur  Kamal  était véxé !!!!
« J’ai sorti l’arme pour rigoler avec elle. Le coup est parti malgré moi, c’est un accident ».

Parce que,  quand KAMAL,  va  a l’hôtel avec une fille, il y va avec son arme.   
COMME TOUT LE MONDE !!!!!!     NORMAL NON???  
MOI QUAND JE VAIS ACHETER LES CROISSANTS,  LE MATIN,  JE PREND MON FLINGUE

JC JC…

.

Assises du Var : 12 ans de réclusion pour une balle mortelle

La cour d’assises d’appel du Var a condamné à douze ans de réclusion Kamal Ahamada, rejugé pour la mort de Violette, dans le couloir d’un hôtel du centre de Marseille.

Me Philippe Vouland plaidait la thèse de l’accident.

Crime d’orgueil ou accident ? La cour d’assises d’appel du Var a condamné à douze ans de réclusion Kamal Ahamada, rejugé pour la mort de Violette, dans le couloir d’un hôtel du centre de Marseille. Dans la nuit du 3 au 4 décembre 2008, la jeune femme âgée de 22 ans et l’accusé avaient loué une chambre. À la sortie de l’ascenseur, sur les images vidéo de l’hôtel, Violette s’effondre, une balle dans la fesse. Le projectile a sectionné l’artère fémorale occasionnant le décès de la victime à l’hôpital.

« J’ai sorti l’arme pour rigoler »

En décembre 2010, les jurés d’Aix-en-Provence condamnaient Kamal Ahamada à quinze ans de réclusion, non pas pour meurtre mais pour des violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L’accusé a toujours contesté qu’une dispute ait éclaté dans l’ascenseur, notamment au sujet de ses capacités sexuelles. Il expliquait avoir tiré, croyant son arme vide, dans une sorte de jeu érotique.  » Le canon était posé sur la fesse de la jeune femme, la blessure mortelle ayant été commise à bout touchant.

Les gardiens soutiennent avoir entendu une dispute.

En appel, devant la cour d’assises du Var, c’est pour meurtre que Kamal Ahamada était à nouveau jugé. Et c’est en démontrant une intention homicide que l’avocat général avait requis dix-huit à vingt ans de réclusion criminelle. Comme Mes Dominique Estève et Fabien Perez, parties civiles, l’accusation considérait que le tir était bien volontaire. Piqué au vif par des accusations d’impuissance, « il a été atteint dans sa virilité« , selon l’avocat général Pierre Arpaïa.

Les gardiens de l’hôtel soutenaient avoir entendu une dispute. Évoquant l’enregistrement vidéo des faits, Me Philippe Vouland a voulu convaincre « qu’on peut tout faire dire à un film muet. Il a voulu plaisanter avec son arme, un substitut phallique« . Les jurés ne l’ont cependant pas suivi dans sa demande de requalification en homicide involontaire

                                                                                                                                   Source: http://www.laprovence.com/