Francaisdefrance's Blog

03/03/2012

Corans brûlés: 9 morts dans un attentat mais pas d’émeutes en Afghanistan…

Photo d’illustration.

.

Des musulmans brûleraient la Bible que l’on n’en ferait pas autant état… Oui, mais le Christianisme n’est pas une idéologie…

Les soldats Américains ont tapé là où ça fait mal… C’est la seule alternative avec ces sauvages. Et puis, les attentats de riposte, ils ont l’habitude…

FDF

.

SAUVAGERIE ET BARBARIE MUSULMANES  :  QUELQUES    CORANS  BRULéS     
entrainent  des manifestations dans tous les pays et   bien plus  que ces  9 MORTS là,
d’aujourd’hui.  POUR EUX   LA VIE HUMAINE   A MOINS DE VALEUR  QUE LE LIVRE DE LA HAINE.

QU’EN EST IL DES CHRÉTIENS PERSÉCUTÉS ET MASSACRéS PAR LES MUSULMANS  DANS LE MONDE ET  TOUS CES HUMAIS  QUI PÉRISSENT  SOUS LES MACHETTES ET LE FEU,  LES INCENDIES  DES MUSULMANS,  QU’EN EST IL DES ÉGLISES VANDALISEES  ET BRULEES ????

SOIT  BIEN PLUS DE 150 MILLIONS  de ces chrétiens qu’ils pourchassent, brulent, massacrent !!!!!

JC JC…

.

Les talibans ont tué neuf Afghans dans un attentat suicide visant une base de l’Otan en représailles à l’incinération de Corans par des militaires américains il y a une semaine, lundi ayant été la première journée sans émeute en Afghanistan depuis que le scandale a éclaté.

Peu après l’aube, un kamikaze a fait exploser une voiture piégée devant l’entrée principale de l’aéroport de Jalalabad (est), qui abrite l’une des base militaires aériennes les plus importantes de la force internationale de l’Otan (Isaf). « Six civils sont morts, ainsi que deux gardes et un soldat de l’armée afghane », a déclaré à l’AFP Abdullah Azem Stanikzaï, le chef de la police de la province de Nangarhar, dont Jalalabad est la capitale.

Les talibans ont immédiatement revendiqué cette attaque, perpétrée en « réponse à l’incinération du Coran » dans la base américaine de Bagram (nord) il y a une semaine.
L’attentat n’a pas fait de victimes parmi les soldats étrangers de la base de Jalalabad, dirigée par l’armée américaine, selon l’Isaf. « Les bâtiments de l’Isaf n’ont pas été touchés par l’explosion », a déclaré un porte-parole de la force.

L’aéroport de Jalalabad, protégé par un impressionnant dispositif de sécurité des forces américaines, est régulièrement attaqué par les insurgés. L’attaque menée lundi est la quatrième depuis juin 2010.

L’attentat a assombri une journée durant laquelle, pour la première fois depuis que les Corans ont été brûlés à Bagram, aucune émeute antiaméricaine n’a été observée dans le pays, au lendemain d’un appel au calme du président Hamid Karzaï, qui a par ailleurs une nouvelle fois « fermement condamné » l’incinération des exemplaires du livre sacré des Musulmans.

Les Etats-Unis ont assuré lundi qu’ils entendaient maintenir leur stratégie militaire fixée en Afghanistan.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta et le plus haut gradé de l’armée américaine, le général Martin Dempsey, « pensent tous deux que les fondements de notre stratégie demeurent solides » en Afghanistan, a expliqué George Little, porte-parole du Pentagone.
Au Caire, le grand imam d’Al-Azhar, la plus haute institution de l’islam sunnite, a vivement dénoncé l’incinération « barbare ». « Al-Azhar n’accepte pas qu’on badine avec les exemplaires du Coran », a lancé Ahmed al-Tayyeb dans un communiqué.
« Il s’agit d’une transgression qu’aucun musulman n’acceptera. C’est une agression contre les choses sacrées du patrimoine humain », a-t-il ajouté, en demandant à la « force militaire (auteure de) l’agression là-bas de partir maintenant de la terre afghane ».
Trente personnes, dont deux soldats de l’Otan, sont mortes et au moins 200 autres ont été blessées dans les manifestations de ces six derniers jours dans des émeutes, attaque ou attentats antiaméricains.
Dimanche, sept soldats américains des forces spéciales avaient ainsi été blessés quand des manifestants avaient jeté une grenade sur un base de l’Otan de la province de Kunduz (nord), où la veille 5 personnes avaient péri et 66 avaient été blessées, dont 11 policiers, dans l’attaque d’un camp de l’ONU.

La mission de l’ONU en Afghanistan (Unama) a annoncé lundi l’évacuation temporaire du personnel de ce camp, le temps que des « mesures supplémentaires » soient mises en oeuvre pour la sécurité de ses bureaux.

La « relocalisation temporaire » du personnel « se fera en Afghanistan » a indiqué le service de presse de l’Unama dans un communiqué, précisant que le bureau continuerait à oeuvrer dans la zone « pour les gens qui en ont le plus besoin ».

Lundi, l’Isaf a annoncé avoir diligenté une enquête après que des « traces d’eau de Javel » eurent été découvertes dans le café et dans des fruits distribués dans une base de l’Isaf de la province de Nangarhar (est), a expliqué le sergent chef Nicholas Conner.
« Il n’y a pas eu de blessé, pas de victime. L’enquête se poursuit », a déclaré le militaire à l’AFP.

Les rebelles, qui mènent une guérilla depuis dix ans contre les troupes gouvernementales et de l’Otan, ces dernières les ayant chassés du pouvoir fin 2001, ont affirmé lundi qu’un « cuisinier afghan » avait empoisonné de la nourriture de l’Otan.

Source: http://actu.orange.fr/

13/02/2012

Voyage au pays des lâches…

Photo d’illustration…

.

Voici une info qui ne pourra que nous confirmer dans notre idée de ce qu’est l’islam intégriste…

Quel honte. La lâcheté dans toute sa splendeur… En effet, qui se méfierait d’un enfant; fanatisé à souhait? Les « barbus » sont courageux mais pas téméraires: les femmes et les enfants d’abord: mais au massacre…

Imaginez ce qui se passe dans les écoles coraniques, même en Europe…

FDF

.

Ils ne sont pas encore entrés dans l’adolescence mais sont déjà candidats à un attentat suicide : Azizullah et Nasibullah, 10 ans, ont été arrêtés à Kandahar, bastion taliban du sud de l’Afghanistan, alors qu’ils se préparaient pour la seconde fois à se faire exploser.

Ces deux frêles enfants ont été capturés la semaine dernière en compagnie de leurs trois instructeurs barbus « alors qu’ils préparaient une attaque contre des forces afghanes ou internationales dans la ville de Kandahar », a expliqué Zalmai Ayubi, porte-parole de la province éponyme.

Deux vestes pleines d’explosifs et des armes ont été retrouvées lors de leur interpellation.

Détail étonnant, ce n’est pas la première fois que cela leur arrivait. Originaire de la province du Balouchistan (ouest du Pakistan), Nasibullah, aux sourcils touffus et au visage ovale, a déjà été arrêté à Kandahar alors qu’il portait une veste pleine d’explosifs.

Son apprentissage de la violence a débuté par son propre kidnapping qui l’a mené chez les talibans. « Ils m’ont forcé à tirer à la kalachnikov. J’avais peur au début. Ils m’ont aussi appris à faire sauter ma veste. Ils m’ont montré comment appuyer sur le bouton que j’avais dans ma main », raconte-t-il.

« Ensuite, ils m’ont emmené (à Kandahar). Ils m’ont fait asseoir sur le bord de la route et m’ont dit d’attendre les troupes étrangères. C’est là que la police m’a arrêté », poursuit le jeune Pakistanais dont les propos ont été retransmis par Tolo news, une chaîne d’information afghane.

Arrêté, il est interrogé puis envoyé à Kaboul où le président Hamid Karzaï lui accorde son pardon en compagnie de 19 autres enfants/adolescents, lors de l’Aïd-el-Fitr, qui marque la rupture du ramadan. De retour chez lui, il est vraisemblablement repris par les talibans.

Orphelin, Azizullah apprend dans une madrasa – une école religieuse – que « quand on mène une attaque suicide sur des soldats, on ne meurt pas. Seul un doigt est coupé », explique-t-il. Envoyé en mars à Gardez, la capitale de la province de Paktya, dont il est originaire, pour s’y faire sauter, il est arrêté.

Son destin le mène, tout comme Nasibullah, à Kaboul, où il obtient également la grâce présidentielle. Puis Azizullah, aux grand yeux doux, est envoyé en maison de correction, d’où il s’échappe en creusant un trou dans un mur.

Ses formateurs, en le voyant revenir lui disent : « Viens, on va t’entraîner encore pour que quand les Américains te tirent dessus, ils ne te touchent pas », narre-t-il. « Ils ont tiré à ma droite et à ma gauche. Je n’ai pas été touché ! »

« J’espère qu’on ne trompe pas les enfants de mon âge qui étudient dans des madrasas », remarque-t-il piteusement. « J’ai demandé aux professeurs de ma madrasa de ne pas apprendre aux autres enfants à devenir des kamikazes », lui répond en écho Nasibullah.

« Même s’ils recrutent la plupart du temps de jeunes hommes, les talibans prennent aussi des enfants pour leurs attaques. Il est facile de les entraîner. Ils n’ont pas besoin de laver leurs cerveaux pour qu’ils acceptent de porter une attaque », commente Waheed Mujda, ancien cadre taliban devenu analyste.

« En plus, les enfants ont accès à plus d’endroits. Personne ne les fouille ou les arrête« , poursuit-il dans un entretien avec l’AFP.

La présentation des deux enfants à la presse a eu lieu dimanche, journée internationale contre l’utilisation d’enfants soldats. « On continue à voir en Afghanistan des enfants recrutés comme combattants, tués, violés ou abusés sexuellement », dénonce l’Union européenne dans un communiqué.

Selon l’ONU, quelque 15% des plus de 3.000 civils tués en 2011 en Afghanistan l’ont été lors d’attentats suicide, imputables aux insurgés, dont le nombre n’a pas augmenté mais qui ont fait 80% de victimes supplémentaires par rapport à 2010.

Source: http://www.lepoint.fr/

27/08/2011

Belle fin de ramadan en Algérie…

Sympas, les terroristes. Ils ont au moins attendu la fin de la rupture du jeûne… Bizarre tout de même. Ces cons de djihadistes ne respectent pas les piliers de l’islam?

FDF

.

Algérie: 18 morts dans un attentat !

Le double attentat suicide contre l’Académie militaire de Cherchell, à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Alger, a fait 18 morts, 16 officiers et deux civils, a annoncé aujourd’hui le ministère de la Défense dans son propre bilan revu à la hausse. Il avait auparavant annoncé 11 morts, dont deux civils, alors qu’une source hospitalière avait déclaré la veille à l’AFP avoir dénombré 18 morts. Dans son nouveau bilan cité par l’agence APS, le ministère fait également de 20 personnes blessées qui ont quitté l’hopital après avoir été soignées.  Six autres personnes sont maintenues « sous contrôle médical, dont l’une dans un état très grave », selon la même source.

Cette attaque, un double attentat-suicide, s’est produite moins de dix minutes après la rupture du jeûne du ramadan, vers 19h30, quand deux kamikazes, dont l’un à moto, se sont fait exploser à quelques secondes d’intervalle devant l’entrée du mess des officiers de l’école militaire, a précisé le quotidien francophone sur son site internet. Parmi les victimes figurent 16 militaires et deux civils, a précisé une source hospitalière.

Les blessés ont été évacués vers les hôpitaux des villes voisines de Sidi Ghiles et de Tipaza et vers l’hôpital central de l’armée à Aïn-Naadja à Alger, a indiqué une source hospitalière. Selon El-Watan, les deux kamikazes voulaient faire un grand nombre de victimes en s’introduisant à l’intérieur du mess des officiers de l’école au moment ou tous les militaires étaient rassemblés pour rompre le jeûne. Ces informations n’ont pas été confirmées de source officielle. Les autorités restent généralement très prudentes et distillent peu d’informations sur ces incidents.

Le ramadan propice aux attentats

Les attentats n’ont jamais complètement cessé malgré la politique de réconciliation nationale du président Abdelaziz Bouteflika au début des années 2000, offrant le pardon à de nombreux combattants islamistes qui ont déposé les armes.

La période du ramadan est généralement considérée comme propice par les groupes islamistes pour le jihad. Ainsi, depuis le début du jeûne début août, les islamistes ont multiplié les attentats à l’est d’Alger, particulièrement en Kabylie, ciblant à chaque fois les représentants des forces de l’ordre. Mardi soir, deux policiers et un militaire ont été tués dans deux attentats distincts dans la région de Bordj Bou Arreridj, à quelque 220 km sud-est de la capitale, et Boumerdes (50 km à l’est d’Alger).

Tizi Ouzou avait été le théâtre le 14 août d’un attentat-suicide, revendiqué par la branche maghrébine d’Al-Qaïda (Aqmi), contre un commissariat de cette ville et qui avait fait 33 blessés, dont deux Chinois. La plupart des attaques contre les forces de sécurité sont attribuées à Aqmi, dont des éléments sont actifs en Kabylie.

Source: http://www.lefigaro.fr/

30/05/2011

Les nouveaux kamikazes…

Encore un automobiliste désespéré par les nouvelles mesures « sécuritaires » sur les routes: il se jette sur un radar ! Un martyr…
FDF
.
Un radar fixe

Un radar fixe | MAXPPP

Dimanche matin,un automobiliste s’est encastré dans un radar fixe installé sur le bord de la nationale 13 au Pecq-sur-Seine dans les Yvelines.

Que s’est-il passé ?

Selon les constatations de la police, le conducteur se serait assoupi au volant. Il était 6h du matin !
Pas de bléssés graves, heureusement.
Il a été transporté,cependant, avec sa femme et son enfant présent dans le véhicule, pour des examens à l’hôpital.

Quant à lui, le radar qui flashait les automobilistes franchissant les 50 km/h sur cette portion de route très fréquentée, a été détruit sous la violence de l’impact rapporte TV5Monde

On ne sait pas à quelle vitesse il circulait …
Et encore moins si le radar, dans un ultime réflexe de survie, à transmis l’information, flash à l’appui !

Maintenant, est-ce que ce conducteur sera inculpé pour destruction de radar ?
On ne sait jamais !

Il va être convoqué prochainement au commissariat de Saint-Germain-en-Laye, chargé de l’enquête pour s’expliquer…

Source: Le Post via TV5.

29/01/2011

Des voeux explosifs pour une « veuve noire » en Russie.

Quand on vous répète que les mobiles, c’est dangereux pour la santé…

FDF

.

Une kamikaze tuée par un SMS de Nouvel An !

La jeune femme aurait reçu un message lui souhaitant une bonne année 2011. Un texto qui aurait immédiatement déclenché la ceinture d’explosifs reliée à son portable. Ce sont les conclusions des services de sécurité russes après avoir constaté de la mort d’une «veuve noire» —surnom donné aux femmes kamikazes utilisées par la rébellion islamiste du Caucase du Nord notamment lors des attentats du métro de Moscou en mars 2010.

La terroriste devait faire partie d’un commando de djihadistes. Son groupe avait planifié une attaque dans le centre de Moscou le soir du Nouvel an. Elle aurait dû faire exploser ses charges sur la place Rouge. Toujours selon des sources de la sécurité russe, ce commando aurait des affinités avec celui responsable de l’attaque de l’aéroport de Domodedovo lundi 24 janvier 2011.

Les services de renseignements sont persuadés qu’un texto impromptu envoyé par l’opérateur de téléphonie mobile a mis fin à l’opération au moment où la terroriste se trouvait dans une maison moscovite appartenant au commando, la tuant sur le coup.

Plusieurs sortes de détonateurs sont utilisés par les terroristes. La dernière tendance tend à démontrer que les portables sont le plus souvent utilisés. Ils permettent ainsi aux complices du candidat au suicide de choisir à distance le moment de la détonation en envoyant un simple SMS.

La jeune femme n’a pas été identifiée mais son mari serait en prison pour des liens avérés avec des groupes de terroristes islamistes radicaux. Plus d’informations circulent au sujet de l’équipe responsable de l’attentat de Domodedovo. Le FSB penche pour un groupe de commando-suicide entraîné au Pakistan. La police cherche toujours à identifier le terroriste masculin dont la tête a été retrouvée à l’aéroport.

Comme le soulignait sur Slate Anne Applebaum juste après l’attentat de l’aéroport de Domodedovo:

«depuis 1999, la Russie a subi, en moyenne, au moins une attaque terroriste importante par an. Elles sont généralement imputées à des Tchétchènes ou autres nord-Caucasiens —citoyens de la Fédération russe—mais de nombreux cas restent non résolus. Quand les Tchétchènes ont perdu leur guerre pour la souveraineté au début des années 2000, certains de leurs dirigeants ont promis de livrer leur combat jusqu’au cœur de la Russie.»

Source: http://www.slate.fr/

Merci à FM…