Francaisdefrance's Blog

23/02/2012

En Afghanistan, un coran a plus de valeur que la vie d’un soldat Américain…

« On n’a pas fait exprès, m’sieur ! »… C’est ce qu’auraient du dire les auteurs de cet autodafé… Ben quoi? C’est de bonne guerre, non?  C’est ce qu’on entend de la bouche de certains « jeunes » pris la main dans le sac alors qu’ils viennent de brûler votre voiture…

FDF

.

Deux nouvelles manifestations ont éclaté jeudi en Afghanistan, pour la troisième journée consécutive d'émeutes antiaméricaines qui ont fait neuf morts, après l'incinération d'exemplaires du Coran dans la plus grande base militaire américaine du pays.

Deux nouvelles manifestations ont éclaté jeudi en Afghanistan, pour la troisième journée consécutive d’émeutes antiaméricaines qui ont fait neuf morts, après l’incinération d’exemplaires du Coran dans la plus grande base militaire américaine du pays.

Deux nouvelles manifestations ont éclaté jeudi en Afghanistan, pour la troisième journée consécutive d’émeutes antiaméricaines qui ont fait neuf morts, après l’incinération d’exemplaires du Coran dans la plus grande base militaire américaine du pays.

Plus de 600 personnes ont hurlé « Mort à l’Amérique » en défilant dans les rues de Mihtarlam, capitale de la province de Laghman, à l’est de Kaboul, et quelque 300 étudiants sont à nouveau descendus dans la rue à Jalalabad, une ville de l’est qui abrite une autre importante base militaire américaine de la force internationale de l’Otan (Isaf), ont constaté des journalistes de l’AFP sur place.

Dans la nuit de lundi à mardi, des exemplaires du Coran, confisqués à des détenus de la prison de la base américaine de Bagram, à 60 km au nord-est de Kaboul, avaient été incinérés parce que, selon des responsables à Washington, ils servaient à faire passer des messages entre prisonniers.

Les plus hauts responsables militaires et civils des Etats-Unis s’étaient immédiatement confondus en excuses auprès du « peuple afghan » qui considère toute atteinte au livre saint de l’islam comme une profanation, et avaient plaidé l' »erreur » et l' »ignorance » de ceux qui avaient jeté les livres dans l’incinérateur de la base.

Mais dès mardi, des milliers de manifestants avaient assiégé Bagram et, mercredi, au moins neuf manifestants ont été tués dans des émeutes antiaméricaines à Kaboul, à Jalalabad et dans la province de Parwan, au sud de la capitale.

Ils ont péri essentiellement sous les balles des policiers, militaires ou gardes privés afghans mais le ministère de l’Intérieur a accusé mercredi les « gardes étrangers de Camp Phoenix », une base américaine de l’Otan dans Kaboul, arrosée de pierres par les émeutiers, d’en avoir tué un.

Source: http://www.lepoint.fr/

06/02/2012

C’est beau, la charia…

Si il y en a encore qui me menacent pour avoir publié ce billet qui ne montre que la vérité… Je ne vise personne en particulier. Ah, si, c’est vrai: un certain Thierry A. Si tu cautionnes ça, mon gars, il faut vite aller consulter…

FDF

.

ÂMES SENSIBLES NE PAS REGARDER LES PHOTOS

MAIS IL FAUT,  TOUTEFOIS,  QUE TOUT LE MONDE   PRENNE BIEN CONSCIENCE DE CE QU’EST LEUR SHARIA
D’AUTANT PLUS QUE  C’EST CE QU’ILS VEULENT INSTAURER EN FRANCE

JC JC…

.

La Charia En France Un Jour ? Roubaix France 2010
http://www.youtube.com/watch?v=0SX88RUMsRw
(filles défigurées à l’acide pour être allé à l’école)
http://www.youtube.com/watch?v=lo6uRwwnFH0&feature=g-vrec&context=G2d5a5baRVAAAAAAAAAg

Scenes of amputation by criminal Taliban in Kabul

Source et horribles photos :  http://www.rawa.org/handcut3.htm   

A Taliban fighter with the amputated limbs of the victims paraded through the streets of Kabul.

07/06/2011

Ras le bol ! On subit ou on combat !

Un bon gros coup de gueule comme je les aime…

FDF

.

J’ai plus envie !

Par Philippe CARRESE

J’ai plus envie de me prendre le quart-monde dans la gueule chaque fois que je mets un pied sur la Canebière. à Marseille.

> Je m’apprêtais à écrire une chronique rafraîchissante pour un magazine d’été riant, bien décidé à taire mes énervements habituels. J’avais pris de bonnes résolutions, rangé ma parano dans ma poche et mes colères avec mes tenues d’hiver, au fond d’un placard. Je m’apprêtais même à faire de l’humour. Quelques fois, j’y arrive. Mais voilà. Une randonnée pédestre éprouvante entre les Cinq Avenues et le cours d’Estienne d’Orves a sapé mon moral et éradiqué mes résolutions optimistes.

> J’ai plus envie de relativiser. J’ai plus envie de faire de l’humour. Et j’ai plus envie de subir ce cauchemar quotidien.

> J’ai plus envie de supporter toute la misère du monde à chaque coin de rue.

> J’ai plus envie de slalomer sans cesse entre des culs-de-jatte mendiants, des épaves avinées et des cartons d’emballages de fast-foods abandonnés sur le bitume chaotique du premier arrondissement.

> J’ai plus envie de cette odeur de pourriture qui me saute à la gorge, de cette odeur d’urine à tous les angles de travioles, de cette odeur de merdes de chiens écrasées sur tous les trottoirs, de ces relents de transpiration et de crasse sur les banquettes arrière du 41.

> J’ai plus envie de perdre des heures en bagnole dans un centre-ville laid, dévasté par manque total de prise de conscience individuelle et d’organisation collective.

> J’ai plus envie de voir ma difficile survie professionnelle lézardée par des bureaucrates en R.T.T, assenant au petit peuple que la voiture est un luxe inutile, eux qui n’ont sans doute plus pris un métro depuis des lustres.

> J’ai plus envie de me retrouver sur le parvis de la gare Saint Charles à onze heures du soir avec mes jambes et ma mauvaise humeur comme alternative à l’absence totale de transports en commun et à la présence suspecte de rares transports individuels qui frisent l’escroquerie.

> J’ai plus envie.

> J’ai plus envie de baisser les yeux devant l’indolence arrogante de jeunes connards.

> J’ai plus envie de jouer les voitures-balais pour de malheureux touristes étrangers bouleversés, fraîchement dévalisés par des crétins sans loi ni repère.

> J’ai plus envie de me retrouver à chercher des mots d’apaisement et à soliloquer des propos hypocrites sur la fraternité et la tolérance lorsque mes enfants se font racketter en bas de ma ruelle.

> J’ai plus envie de me laisser railler par ces troupeaux d’abrutis incultes, vociférant et bruyants au milieu des trottoirs qui n’ont qu’une douzaine de mots à leur vocabulaire, dont le mot « respect » qu’ils utilisent comme une rengaine sans en connaître le sens.
J’ai plus envie de contempler mon environnement urbain saccagé par des tags bâclés et des graffitis bourrés de fautes d’orthographe. L’illettrisme est un vrai fléau, il plombe même l’ardeur des vandales.

> Et aussi…

> J’ai plus envie de voir les dernières bastides mises à bas, les derniers jardins effacés d’un trait négligent sur des plans d’architectes en mal de terrains à lotir.

> J’ai plus envie de cette ville qui saccage son passé historique sous les assauts des promoteurs (le comblement de l’îlot Malaval est une honte).

> J’ai plus envie de cette ville qui perd sa mémoire au profit du béton.

> Et encore…

> J’ai plus envie d’écouter poliment les commentaires avisés des journalistes parisiens en mal de clichés, plus envie d’entendre leurs discours lénifiants sur la formidable mixité marseillaise. Elle est où, la mixité ? De la rue Thiers au boulevard des Dames, la décrépitude est monochrome.

> J’ai plus envie de traverser le quartier Saint Lazare et de me croire à Kaboul.

> J’ai plus envie non plus de me fader encore et toujours les exposés béats de mes concitoyens fortunés, tous persuadés que le milieu de la cité phocéenne se situe entre la rue Jean Mermoz et le boulevard Lord Duveen. Désolé les gars, le centre ville, à Marseille, c’est au milieu du cloaque, pas à Saint Giniez. Tous les naufrages économiques de l’histoire récente de ma ville tournent autour de cette erreur fondamentale l’appréciation de la haute bourgeoisie locale.

> J’ai plus envie de ce manque d’imagination institutionnalisé, plus envie de palabrer sans fin avec des parents dont la seule idée d’avenir pour leur progéniture se résume à : «un boulot à la mairie ou au département».

> J’ai plus envie d’entendre les mots «tranquille» «on s’arrange» «hé c’est bon, allez, ha» prononcés paresseusement par des piliers de bistrots.

> J’ai plus envie de ce manque de rigueur élevé en principe de vie.

> J’ai plus envie de l’incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d’ambition comme profession de foi.

> J’ai plus envie des discours placebo autour de l’équipe locale de foot en lieu et place d’une vraie réflexion sur la culture populaire. J’ai plus envie non plus de me tordre à payer des impôts démesurés et de subir l’insalubrité à longueur de vie.

> J’ai plus envie de m’excuser d’être Marseillais devant chaque nouveau venu croisé, décontenancé par sa découverte de ma ville. Ma ville !

> Et pourtant, Marseille.

> Pourquoi j’ai plus droit à ma ville ?

Source: http://voxpop.over-blog.com/

*************************************************************************************************************************************************************************

Nous non plus, (même si on n’habite pas Marseille, car c’est tout pareil ailleurs et parfois pire!), on n’a plus envie!

Mais, quand bien même nous n’avons jamais ratifié les accords de Schengen, et qu’après que nous ayons massivement repoussé la constitution du Giscard, le chef de l’Etat nous l’ayant illégitimement imposée par la voie parlementaire en l’appelant « Traité de Lisbonne », nous sommes bien obligés de subir aussi longtemps que nous accepterons de respecter ces dispositions scélérates qui nous imposent de supporter toute la misère du monde alors que nous ne l’avons pas voulu! 

Ca ne sert à rien de larmoyer quand on viole nos filles, que l’on dévaste nos villes, que l’on pille nos maisons, que l’on défonce le crâne de nos policiers etc…

Quand on en est là, que l’on a le dos au mur et que l’on comprend que nos vies sont menacées, que la sécurité des biens et des personnes n’existe quasiment plus nulle part sur le territoire national, soit on accepte d’être détruits, soit on combat!

Tout le reste n’est que littérature!

Qu’en pensent les « souchiens » originaires de Lyon, Lille, Strasbourg, Arras, Roubaix, Saint-Denis et tant d’autres lieux?
Merci à BC…


02/04/2011

Attentat de rebelles afghans dissimulés sous des burqas. Trois morts: eux…

KABOUL.

Des rebelles afghans dissimulés sous des burqas ont attaqué samedi une base des forces internationales dans l’est de Kaboul mais ont été tués dans l’opération, apprend-on auprès de l’Otan et de la police afghane.

Les insurgés, équipés de lance-grenades et d’armes à feu, ont péri soit dans l’explosion des charges qu’ils transportaient avec eux, soit dans la fusillade qui a éclaté à l’entrée du camp Phoenix.

Trois « soldats amis », appartenant soit à la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf), soit à l’armée nationale afghane, ont été légèrement blessés dans l’assaut, qui a été revendiqué par les taliban.

Selon Zabihullah Mujahid, porte-parole des taliban, sept insurgés participaient à l’attaque, mais le groupe a tendance à exagérer l’ampleur de ses opérations.

Le chef de la police de Kaboul, Ayoubi Salangi, a déclaré lui que le camp Phoenix avait été pris pour cible par trois assaillants dissimulés sous des burqas. Deux d’entre eux ont actionné la charge explosive qu’ils portaient sur eux; le troisième a été tué par les agents de sécurité.

Un porte-parole de l’Isaf a évoqué lui deux assaillants, dont un kamikaze.

Camp Phoenix, qui se trouve à proximité de l’aéroport de Kaboul, sur la route menant vers Jalalabad (est), a déjà été pris pour cible par le passé. Fin 2009, neuf soldats de l’Otan avaient été blessés dans l’explosion d’une voiture piégée.

Source: http://bourse.challenges.fr/

13/03/2011

Afghanistan: Partons et vite très vite si possible en un mois, et prenons le temps de s’occuper de notre beau pays qui en a besoin et celui là c’est le notre…

Ne pas oublier que nous y avons déjà laissé plus d’une cinquantaine de morts… Respect à eux.

FDF

.

Afghanistan : si Karzaï veut qu’on parte et bien partons !

Les bases arrières de talibans auront résisté 10 ans à l’OTAN, l’organisation militaire la plus puissante de la planète. Karzaï jette l’éponge et nous devons partir, comme si de rien était, hop, c’est fini ?!

Les barbus aux semelles de vent nous ont tenu la dragée haute durant ces 10 années de sacrifices humains – nos soldats autant que les victimes civiles innocentes – et milliards de dollars dépensés à reconstruire un pays qui n’a jamais eu d’autres fondations que la corruption et les disputes tribales sanglantes.

Aucune puissance n’a réussi en Afghanistan, à faire de cette terre un pays de paix. Nous allons replier nos chars, avions et bases avec un ouf de soulagement mais aussi avec de sérieuses interrogations : « que sommes nous diable allés foutre là bas ! ». je pense à nos camarades qui sont morts pour la France, pour notre libertés et autres honneurs posthumes. Trop tard pour leur dire la vérité à tous. Trop tard pour comprendre que mourir pour la France c’est parfois mourir pour rien mais toujours avec honneur ; les médailles le prouvent.

Si nous partons de cette façon, sur les désirs de Karzaï, en laissant tout en plan, c’est un échec sur toute la ligne. Si nous partons avec un semblant de fin de mission accomplie c’est idem. Dans les deux cas c’est une chance de mettre fin sans enlisement à cette aventure afghane qui devrait nous servir de leçon à l’avenir. Avenir qui ne présage rien de bon lorsque l’on voit ce qui se passe en Libye.

Il y aura de nouveaux Afghanistans, on pourrait dors et déjà les nommer, le pourtour du bassin méditerranéen en est plein. A tous nos soldats je dis : faites gaffe à vous les gars et revenez-nous vite entiers ; d’autres causes vous attendent, espérons qu’elles seront utiles… Les talibans reprendront Kaboul de toute façon et rien ne changera. Karzaï peut changer d’avis, mais que vaut vraiment son avis ? En tout cas il nous donne une excellente raison de hâter notre départ.

La réalité, malheureusement, ne sera pas si simple que cela.

Louis Pinou

02/12/2010

Ceux qui ont créé le mythe Al-Qaida…

inv
inv
inv
inv

Des branquignols : voilà ce qu’est Al-Qaida. Ou plutôt, voilà ce que sont ceux qui ont créé le mythe Al-Qaida. Cette semaine même, on apprenait que le colis piégé, là, n’en n’était pas un, mais que c’était un vieux leurre fabriqué par une obscure société US de Californie pour tester les détecteurs d’aéroport. A partir de là, la suspicion sur le coup des imprimantes piégées qui avaient précédé ne pouvait que se renforcer. Mais ça n’avait pas empêché Al-Qaida de s’approprier l’action, même ratée, et surtout de s’emballer un brin en déclarant avoir abattu avec cette méthode un 747 crashé par pur accident. Aujourd’hui, le grand cirque continue, avec une révélation qui prêterait à sourire si ce n’était à pleurer de débilité.

Figurez-vous qu’un homme s’est baladé pendant des semaines en Afghanistan au titre de « grand représentant taliban pour des conversations de paix », a été véhiculé gracieusement par des avions US (des C-130), a même rencontré Karzaï, qui depuis nie farouchement l’avoir vu… et surtout est reparti avec de l’argent, beaucoup d’argent, pour graisser un peu le moteur du rapprochement en cours, gracieusement offert par les USA, et ses alliés. A savoir aussi la France ! Or on vient d’apprendre qu’il s’agissait d’un complet imposteur, qui a mystifié tout le monde. D’aucuns pensent même à un vilain tour joué par l’ISI aux services secrets US. Bref, cette semaine, c’était la semaine des branquignols qui font des guerres, ravagent des pays et tuent en majorité des civils, au nom de leur « raison » et qui ne sont pas fichus de garder quelque part un trombinoscope à jour. Bienvenue au royaume de l’incompétence la plus crasse : celle de l’administration américaine et de ses services de renseignements plus que dépassés.

Raconté comme ça, on tombe de haut en effet. L’info citée au départ par le New York Times sidère, littéralement. Canoe et France 24, qui la reprennent, la résume parfaitement : « des mois durant, ces rencontres de haut niveau soutenues par l’OTAN ont donné l’impression de permettre des progrès, mais seulement grâce à la participation d’un homme prétendant être le mollah Akhtar Mohammed Mansour, l’un des plus âgés des responsables talibans. Mais il semble désormais que ces discussions n’aient pas donné de grands résultats et que les responsables américains aient abandonné tout espoir que l’homme soit Mansour ou même qu’il puisse être un responsable taliban, selon le New York Times. « Ce n’est pas lui », a déclaré à Kaboul au journal américain un diplomate occidental très engagé dans les négociations, ajoutant : « Et nous lui avons donné beaucoup d’argent »…

Suite et source: http://www.toutsaufsarkozy.com/