Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

Grande Bretagne: des musulmans prônant l’exécution des homosexuels condamnés à la prison !

Islamophobie: arrêtez de nous faire rire… Et l’homophobie, c’est du pipeau?

Religion de tolérance…

FDF

.

« Avis à tous ceux qui militent pour l’instauration d’un état médiéval régi par la charia barbare en Occident ! »
« Les peines cruelles prévues à la charia sont prescrites par allah lui-même, dont la parole est immuable. Eh bien, la parole d’allah a été jugée haineuse et criminelle par un tribunal britannique. »

Ihjaz Ali, Kabir Ahmed et Razwan Javed

.

« Ihjaz Ali, Kabir Ahmed et Razwan Javed sont les premiers à être poursuivis en vertu des nouvelles dispositions contre l’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle. Ali a été condamné à deux ans de prison ; Ahmed et Javed, à 15 mois chacun. »

N.B:  ILS A AUSSI ÉTÉ MONTRé au cours du procès, QU’ILS SEMAIENT LA TERREUR  DANS LEURS QUARTIERS  AUPRÈS DE LEURS VOISINS,  à  qui ils voulaient imposer leur charia.

« Vous avez été reconnus coupables d’avoir eu l’intention d’attiser la haine »  leur a dit le juge.
CETTE NOUVELLE CONDAMNATION DOIT DÉSORMAIS,  FAIRE JURISPRUDENCE.

JC JC…

.

Bien des musulmans prétendent que les peines cruelles prévues à la charia sont prescrites par allah lui-même, dont la parole est immuable. Eh bien, la parole d’allah a été jugée haineuse et criminelle par un tribunal britannique. Avis à tous ceux qui militent pour l’instauration d’un état médiéval régi par la charia barbare en Occident !

Trois extrémistes musulmans ayant distribué des tracts appelant à ce que les homosexuels soient pendus, lapidés ou brûlés vifs ont été incarcérés.

Le groupe a distribué les tracts dans la rue et dans des boîtes à lettres dans le cadre d’une campagne haineuse appelant à l’exécution des homosexuels, accusés d’être la source des problèmes de la société.

Ihjaz Ali, Kabir Ahmed et Razwan Javed sont les premiers à être poursuivis en vertu des nouvelles dispositions contre l’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle. Ali a été condamné à deux ans de prison ; Ahmed et Javed, à 15 mois chacun.

En rendant sa décision sur la sentence aujourd’hui, le juge John Burgess de Derby a dit aux accusés: «Vous avez été reconnus coupables d’avoir eu l’intention d’attiser la haine. Il s’ensuit que votre intention était de causer un grand préjudice dans une communauté paisible». Il a ajouté : «Beaucoup a été dit au cours de ce procès sur la liberté d’expression et la liberté de promouvoir ses croyances, lesquelles peuvent avoir un certain fondement dans les écritures. La liberté d’expression est une pierre angulaire de la démocratie et un pilier de toute société libre. Le Parlement avait clairement ces éléments à l’esprit lorsqu’il a adopté cette loi ».

Le mois dernier, le trio a été déclaré coupable par un tribunal de Derby. Des résidents ont témoigné de l’intention des fondamentalistes de transformer leur petit quartier de Derby en «état médiéval» régi par la charia. Quiconque osait remettre leur programme en cause était étiqueté «agent du MI5» ou «vendu», ont-ils affirmé. Les faits suivants ont été dévoilés :

• le fanatique musulman et prêcheur de haine Anjem Choudary a été secrètement invité par le chef de file du groupe, Ihjaz Ali, à participer à une série de rencontres à Derby
• Le groupe avait des liens avec l’organisation extrémiste Al-Muhajiroun, interdite en vertu des lois anti-terroristes de Grande-Bretagne
• les leaders musulmans modérés qui ont dénoncé les activités du groupe ont été la cible d’une campagne de haine ; leurs photos ont été affichées sur des posters avec la mention « Recherché »
• la police a dû intervenir lors des élections locales, car les partisans du groupe montaient la garde devant les bureaux de vote et ordonnaient aux musulmans de ne pas voter.

Au cours du procès, la cour a entendu des témoignages expliquant que les résidents du quartier étaient intimidés par les activités du groupe et que les homosexuels avaient peur de marcher dans les rues.

Le premier tract distribué par le groupe «La peine de mort ?» proclamait que «Allah autorise l’élimination des gays» et que «la seule question concerne la méthode d’exécution». Le second tract, intitulé «Change ou brûle», montre un individu brûlant dans un lac de feu et prévient que la dépénalisation de l’homosexualité est «la racine de tous les problèmes». Le troisième, intitulé «Gays – Dieu vous hait», prévient les homosexuels qu’ils subiront un «châtiment sévère». Un quatrième tract lié au groupe, qui n’a pas été distribué, décrit l’homosexualité comme «une maladie infecte, laide et cancéreuse». Se référant aux «pécheurs queers» et aux «tapettes», il pose la question : « Gay aujourd’hui, pédophile demain ? »

Pendant le procès, des résidents gays ont décrit l’impact de la campagne de tracts sur leur vie. Ils ont témoigné derrière des écrans, disant qu’ils étaient terrifiés à l’idée que ce groupe apprenne qu’ils sont gays.

Après le verdict, Ben Summerskill, leader de Stonewall, un groupe de défense des droits des gays, a déclaré que la propagande extrémiste anti-gays est devenue une tactique de choix des prêcheurs de haine, car ils savent que les autres messages extrémistes – sur le terrorisme et la haine religieuse – les conduira en prison. «Il est clair qu’une forme d’extrémisme en alimente une autre, a-t-il dit. Il ne faut pas se surprendre du lien qui existe entre l’homophobie violente et extrême et l’extrémisme religieux. »

Lors de son procès, le leader du groupe, Ihjaz Ali, a affirmé qu’il était «un honnête père de famille qui travaille dur» et qui partage les vues musulmanes traditionnelles.

Or une vidéo qui a fait surface le montre dans une réunion avec Anjem Choudary, un prêcheur de haine notoire [voir la vidéo à la fin du billet].  Ali a réservé une salle dans un centre communautaire local à «plusieurs reprises» pour des réunions secrètes avec le fanatique notoire. Choudary a souvent fait l’éloge des terroristes ayant perpétré les attaques du 11 Septembre, et appelé à la lapidation à mort de tous les homosexuels.

Ali, un chauffeur de taxi, avait dit au personnel du centre communautaire que la salle servirait pour « un groupe de discussion islamique ». Ils ont cependant appelé la police quand ils ont réalisé que Choudary assistait aux réunions.

Sur la vidéo, filmée en 2009, on voit le barbu Ali protester contre les policiers qui ordonnent à Choudary de quitter la salle et disent qu’il «n’est pas le bienvenu» à Derby.  On entend Ali, qui tient à la main une lettre de la police, disant : «Vous écrivez, dans cette lettre, que je soutiens l’extrémisme violent». Le policier répond : «Bien sûr, vous le soutenez».

Source: http://www.postedeveille.ca

01/12/2011

Allemagne: on ne prie pas dans les écoles; on apprend !

Image d’illustration

.

Ca ne s’est pas encore vu en France, ça. A moins qu’on nous l’ait caché, comme d’hab… Et puis, les écoles coraniques, c’est pas fait pour les chiens !
FDF

.

Les prières d’un lycéen musulman «troublent l’ordre» scolaire.

Le tribunal administratif fédéral de Leipzig a refusé mercredi, en dernière instance, à un lycéen musulman le droit de faire sa prière à l’école. Alors âgé de 14 ans, Yunus M. avait commencé à prier entre les cours en 2007 dans une école berlinoise, soucieux de se conformer aux préceptes de l’islam, qui prévoit cinq prières quotidiennes. Son geste avait lancé un débat en Allemagne sur l’opportunité d’autoriser les élèves à prier dans l’enceinte d’une école. Le jugement du tribunal de Leipzig, qui fera jurisprudence, était donc très attendu outre Rhin.

«Un lycéen n’est pas autorisé à faire ses prières à l’école en dehors des heures de cours si cela doit troubler l’ordre au sein de l’établissement», a estimé le tribunal. La prière reste autorisée dans plusieurs États régionaux allemands au sein des cours de religion.

Séparation de l’Église et de l’État 

Yunus faisait appel d’un jugement d’un tribunal de Berlin, qui lui avait retiré en 2010 l’autorisation de faire ses prières dans une salle spéciale durant les pauses. Les juges avaient alors estimé que l’école était le lieu de rencontre de «nombreuses religions et croyances différentes» et qu’il y avait également des élèves athées. Ce «pluralisme» portant en lui «un potentiel conflictuel important», l’école doit être la garante de la neutralité religieuse, a confirmé la cour de Leipzig.

En 2009, le lycée berlinois accueillant Yunus M. avait été contraint en première instance de mettre à sa disposition une pièce pour qu’il puisse y faire ses prières. Le tribunal avait alors justifié son jugement par la liberté religieuse, garantie dans la loi fondamentale allemande. En deux ans le lycéen n’avait utilisé la pièce qu’une douzaine de fois, selon Brigitte Burchardt, la directrice du Diesterweg Gymnasium de Wedding à Berlin. Elle affirme que la mise à disposition d’une salle avait perturbé l’organisation au sein de l’établissement et que l’affaire avait provoqué des troubles, près de 90 % des élèves de son établissement étant d’origine étrangère. Cinq religions y cohabitent. «Si tous les élèves se mettent à prier, l’école n’a plus qu’à fermer ses portes», estime Frau Burchardt.

En novembre 2007, le jeune garçon s’était agenouillé en direction de La Mecque dans un couloir du Diesterweg Gymnasium avec sept camarades, pour y faire sa prière. Une enseignante avait alerté la directrice, alors que d’autres élèves assistaient à l’événement et se disaient choqués. Brigitte Burchardt avait attendu la fin de la prière avant d’expliquer aux élèves que leur geste était contraire à la séparation entre l’Église et l’État et qu’il avait perturbé leurs camarades de classe.

Les parents des sept autres élèves concernés avaient accepté son argument. Seuls ceux de Yunus s’étaient décidés à porter l’affaire devant les tribunaux… Le lycéen devra désormais se concentrer sur les épreuves de son Abitur, le baccalauréat allemand, qu’il présente cette année.

Source: http://www.lefigaro.fr/

05/07/2011

Un débat sans fin…

Exploitée par n’importe qui, bafouée sans cesse, la loi de 1905 fait des remous. Ils sont capables (nos « décideurs ») de changer NOTRE Constitution pour l’abroger. Ainsi, l’invasion par la construction de mosquées battra son plein. Allons-nous nous laisser faire?

FDF

.

La séparation des Eglises et de l’Etat devant le Conseil d’Etat

Une collectivité publique peut-elle contribuer à l’achat d’un orgue installé dans une église, à l’implantation d’un abattoir halal ou à la construction d’un ascenseur pour accéder à une basilique ? Le Conseil d’Etat était saisi, vendredi 1er juillet 2011, d’épineuses questions sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

La plus haute juridiction administrative a examiné 5 pourvois ayant trait aux conséquences de la fameuse loi du 9 décembre 1905 sur l’action des collectivités publiques concernant des édifices cultuels ou des équipements en rapport avec la pratique d’une religion.

D’une manière générale, le rapporteur public, Edouard Geffray, a préconisé une approche conforme à « l’équilibre complexe, subtil et libéral » instauré par la loi de 1905 entre la pratique des cultes et l’intérêt public.

Le Conseil d’Etat a mis ses décisions en délibéré.

Un dossier concerne l’octroi d’un bail emphytéotique à la fédération cultuelle des associations musulmanes de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour l’édification d’une mosquée.
Un pourvoi attaquait cette décision de la municipalité. Le rapporteur a demandé qu’il soit rejeté.

Pas uniquement pour les fidèles – Un autre porte sur une subvention de la ville de Lyon ayant contribué au financement des travaux d’un ascenseur destiné à faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite à la basilique de Fourvière.
La « Fédération de la libre pensée et de l’action sociale du Rhône » attaque cette subvention. Là aussi, le rapporteur a conclu au rejet. Pour lui, cet ascenseur n’a pas vocation à servir uniquement aux fidèles, mais contribue également au « développement économique et touristique de la ville ».

Trois autres pourvois ont été formés par des municipalités dont les décisions avaient été annulées par des cours administratives d’appel. Tous ont été considérés comme valables par le rapporteur, qui a demandé que les arrêts des cours d’appel concernées soient annulés.

Convention pour encadrer – L’un concerne la commune de Trélazé (Maine-et-Loire), dont le conseil municipal avait décidé l’acquisition et la restauration d’un orgue devant être installé dans l’église communale.
Pour le rapporteur, l’usage de l’instrument devant être « culturel », la municipalité peut très bien le financer et l’installer dans l’église, dès lors qu’une convention encadre son éventuel usage à des fins cultuelles.

Un autre porte sur la participation de la communauté urbaine du Mans au financement des travaux d’aménagement d’un abattoir pour ovins à l’occasion des fêtes musulmanes de l’Aïd-el-Kébir.
Dans ce cas, le rapporteur a fait valoir l’équilibre entre pratique des cultes et intérêt public local, lié notamment à des impératifs de salubrité et de santé publiques.

Enfin, la ville de Montpellier défendait sa décision de faire construire une salle polyvalente, par la suite utilisée, entre autres affectations, comme mosquée.

« Vous avez là un aperçu des questions posées par la loi de 1905 » dans « un environnement normatif, jurisprudentiel et sociétal qui a beaucoup évolué » en un siècle, a relevé le rapporteur public.

11/06/2011

Non non non, Monsieur Guéant! Vous n’entrerez pas au FN…

C’est bien, ça part d’un bon sentiment, mais ça sent un peu le moisi, toutes ces nouvelles affaires traitées par l’UMP; on se croirait en 2007, quand Sarkö Ier s’est fait élire avec les idées du Front National. Souhaitons que le peuple verra les choses autrement en 2012 et ne se laissera plus prendre au piège. Sinon, c’est reparti pour cinq ans de « sarkonneries »…

FDF

.

Claude Guéant refuse la nationalité française à un Algérien pour «défaut d’assimilation»!

Cette décision pourrait faire jurisprudence…

Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, a refusé la nationalité française à un Algérien marié à une Française car il ne respectait pas l’égalité homme-femme. L’affaire a été révélée par Europe 1 jeudi et Le Figaro de ce vendredi avance que le ministre cherche à dessiner un nouveau code de la nationalité.

C’est la première fois que la nationalité française est refusée pour ce motif. Le code civil précise que quatre années de mariage avec un ressortissant français sont nécessaires pour acquérir la nationalité française. Le gouvernement peut empêcher cette acquisition en opposant notamment le motif de défaut d’assimilation ou pour polygamie. Mais, note Le Figaro, l’homme «n’a pas commis de faits graves et ne bat pas sa femme. Il n’est pas non plus bigame ou polygame. Son épouse ne porte pas le voile intégral et il ne la contraint pas à le faire».

Jurisprudence

Mais l’enquête de proximité menée par la préfecture a montré que cet homme vivant en Alsace a une «conception dégradante» de la place de la femme dans la société. Il l’empêcherait notamment de sortir seule, de prendre la parole sans son autorisation ou encore de travailler.

«C’est bien le principe d’égalité entre les hommes et les femmes qui est en jeu dans cette affaire», explique un conseiller de Claude Guéant au Figaro. Se fondant sur ces faits, Claude Guéant a donc signé un décret pour refuser la nationalité à cet homme pour «défaut d’assimilation». Un décret pourrait faire jurisprudence désormais. Tout candidat à la naturalisation doit le savoir: l’égalité homme-femme est un critère pour l’obtention de la nationalité.

Source: http://www.20minutes.fr/

30/04/2011

Nouvelle loi sur la garde à vue : un trafiquant de drogue remis en liberté !

Il est certain que cette nouvelle loi sur la réforme de la garde à vue va surtout profiter aux pires racailles… On n’a pas fini de voir traîner des déchets dans les rues; et en toute impunité…
FDF
.

La réforme de la garde à vue, tant décriée par les forces de police, n’aura pas tardé à démontrer son efficacité… au service des criminels.
Ainsi, avant-hier lors d’une comparution immédiate au tribunal correctionnel d’Evry, un délinquant a été relaxé dans le cas d’une procédure qui a été annulée pour vice de forme.

L’homme était jugé pour une affaire de drogue concernant le transport de 800 grammes de résine de cannabis.
C’est Yussuf, le chauffeur, qui a bénéficié hier de la relaxe grâce à l’habilité de son avocat, Me Laurent Caruso qui a reproché aux douaniers d’avoir tardé à appeler l’avocat commis d’office.

La retenue douanière, l’équivalent de la garde à vue chez les douanes, avait commencé à 16h45 et l’avocat a été appelé 18h30, soit une heure et quarante-cinq minutes plus tard alors que la loi exige désormais que l’appel se fasse « sans délai ».

Grâce cet appel légèrement tardif le trafiquant Yussuf a été relaxé. Une affaire qui pourrait en appeler bien d’autres du même genre et faire jurisprudence.

Source: Novopress.info

13/10/2010

Victoire! La justice remet en liberté René Galinier !

Tous nos efforts et toutes les mobilisations en faveur de René Galinier on enfin payé! C’eût été lamentable que la Justice ne fasse pas son boulot. On ne peut que se féliciter des actions en tous genres menées! Bravo à toutes et à tous et bonne continuation à René. L’idéal sera que cette décision de Justice fasse jurisprudence… Mais il y a un hic; il y a toujours un hic… Voir plus bas…

FDF

.

15 h 30 – Le juge de la liberté et de la détention de Béziers vient de décider cet après-midi de remettre en liberté René Galinier. Ce retraité de Nissan-lez-Ensérune est écroué pour une double tentative d’homicide volontaire, après avoir grièvement blessé, le 5 août dernier, deux jeunes cambrioleuses qui s’étaient introduites à son domicile.  

Le retraité, âgé de 74 ans, avait déposé en début de semaine, via son avocat Me Josy-Jean Bousquet, une nouvelle demande de libération, les précédentes ayant échoué. René Galinier, qui devrait quitter dans le courant de l’après-midi le centre pénitentiaire de Béziers, sera soumis à un contrôle judiciaire strict, qui lui interdit notamment de résider dans son village.


(Plus de précisions demain dans votre édition locale de Midi Libre).