Francaisdefrance's Blog

02/09/2011

Un « repérage téléphonique » n’est absolument pas une écoute…

C’est ce que veut nous faire gober Claude Guéant. Tout en nuances, le « Glaude »… Mais même le Français le plus demeuré sait très bien que le résultat est le même… On nous prend vraiment pour des couillons. Bon, là, il y va de la peau du patron; alors, balançons leur (au peuple) une grosse vanne; il a l’habitude. Et dire qu’il y an a qui vont le croire…

J’ai une question: il faut une commission rogatoire d’un juge d’instruction, pour placer une écoute, à ce que je me souvienne; Y en a t’il une pour un « repérage téléphonique » ???

FDF

.

« Pourvu que ça passe… »

.

L’argumentaire de Guéant:

Claude Guéant confirme des « repérages de communications téléphoniques »

La DCRI a examiné les appels d’un journaliste du Monde qui enquêtait sur l’affaire Bettencourt.

Click here to find out more!

La direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, contre-espionnage) a bien examiné les appels téléphoniques passés par un journaliste du Monde pour tenter d’identifier ses sources dans l’affaire Bettencourt, assure le quotidien dans son édition à paraître en fin de matinée.

Selon Le Monde, qui dénonce une « violation de la loi sur le secret des sources pour tenter de colmater les fuites du dossier Bettencourt », la DCRI a effectué une recherche des facturations détaillées (fadettes) des appels téléphoniques passés par leur collaborateur Gérard Davet, entre le 12 et le 16 juillet 2010.

« Tout à fait différent d’écoutes »

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a confirmé jeudi sur France Info que la DCRI avait bien réalisé des « repérages de communications téléphoniques ce qui est tout à fait différent d’écoutes« . Claude Guéant a ajouté qu’il « s’agissait de rechercher l’auteur de la divulgation à l’intérieur de l’administration de procédures judiciaires, ce qui est tout à fait scandaleux ».

« Pour le reste, a conclu le ministre, une plainte a été déposée par Le Monde et la justice dira ce qu’il en est ». Une information judiciaire a été ouverte le 13 mai après la plainte avec constitution de partie civile du quotidien Le Monde pour « violation du secret des sources » et confiée au juge Sylvie Zimmermann.

Source: http://www.lepoint.fr/