Francaisdefrance's Blog

26/12/2010

Financement public des mosquées: les tours de « passe-passe » des municipalités…

La loi de 1905 (Article 2: La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes.) est sans cesse bafouée concernant le financement des mosquées: changement de la dénomination du lieu, subventions déguisées, etc… Que ne ferait-on pas pour faire de la récupération de voix électorales… Explications selon le Figaro: à prendre avec précautions. Mieux vaut lire l’excellent ouvrage de Joachim Véliocas à ce sujet, intitulé: « ces maires qui courtisent l’islamisme ». En attendant, première approche; version « Le Figaro »…

FDF

.


Marine Le Pen a dénoncé dimanche dernier, au micro de RTL, le « financement public des mosquées », qui porte atteinte selon elle à la laïcité. L’Etat subventionne-t-il vraiment les lieux de culte musulmans ? Explications.


Qui finance, aujourd’hui, la construction des mosquées en France ? A en croire Marine Le Pen, qui a relancé la polémique, c’est le contribuable, par le biais de « financements publics, directs comme indirects » et des pays étrangers.

Brandissant la loi sur la laïcité de 1905, qui préconise la stricte séparation entre l’Etat et les religions, la vice-présidente du FN considère que le financement des mosquées devrait incomber aux fidèles, et à eux seuls. La réalité du terrain montre que les choses sont beaucoup plus complexes.

Selon Bernard Godard, chargé de mission au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur et l’un des architectes du Conseil français du culte musulman (CFCM), créé en 2003, « les fidèles financent déjà au moins à 60 % la construction et la location de leurs mosquées ». Simplement, dans la majorité des cas, cela ne se fait pas sans un coup de pouce initial des pouvoirs publics.

Un « coup de pouce » soit des municipalités (qui délivrent les permis de construire) soit des conseils régionaux. Recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur considère qu’aujourd’hui « tout se joue essentiellement à l’échelon local, où les maires sont parmi les premiers à aider à la construction de mosquées ».

« Ce sont des subventions déguisées »

Pour cela, les municipalités disposent de plusieurs outils, parfois considérés par leurs détracteurs comme des « subventions déguisées ». A commencer par les baux emphytéotiques, d’une durée maximale de 99 ans, qui permettent aux mairies de louer aux fidèles un terrain acquis par la municipalité en échange d’un loyer parfois très symbolique de quelques euros.

Dans plusieurs cas, comme à Marseille ou à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l’extrême droite a porté l’affaire devant la justice pour atteinte à la laïcité et « subventions déguisées ».

Ce qui oblige désormais les mairies à revoir leurs loyers à la hausse…

Suite et source: http://tinyurl.com/2bzc86e