Francaisdefrance's Blog

23/08/2011

Il viole une femme enceinte! Encore un « jeune » ???

Une femme enceinte violée dans un train !

 Encore un « jeune »? Ca, on ne sait pas, au sens du terme « jeune » que l’on connaît. Mais enfin. C’est un »jeune », il porte un couteau sur lui, il viole une femme enceinte… Je circule pas mal en train. Et je sais ce qu’on y voit le plus; surtout la nuit… Mais là, des contrôleurs, on n’en voit pas des masses… Pour l’instant, je sers les poings. Mais il est certain qu’un jour, si je suis témoin d’une telle situation, le « jeune » se souviendra de moi… Bon; il faudra que je fasse attention aux caméras de surveillance; et de bien ramasser les bouts de « jeune » qui vont traîner partout; restons propres…
J’en profite pour passer une petite annonce de demande d’emploi:

FDF, bien sous tous rapports, cherche poste de « nettoyeur » de wagons à la SNCF, de préférence de nuit. Salaire indifférent.Travail soigné garanti.

FDF
.

Un jeune homme de 18 ans a été interpellé en Seine-et-Marne au cours de la nuit de lundi à mardi. Il est soupçonné d’avoir violé une femme enceinte, sous la menace d’une arme blanche, dans un train près de Coulommier (Seine-et-Marne), a-t-on appris ce mardi de sources policières. 

Il a été placé en garde à vue à Chelles (Seine-et-Marne), et devrait être transféré dans la journée dans les locaux de la brigade des chemins de fer, chargée de l’enquête, à Paris. 



Les faits, révélés mardi par RTL, remontent à dimanche matin. La victime, enceinte de quatre mois, a été agressée alors qu’elle venait de monter dans un train à Coulommiers, à destination de Paris. L’agresseur a violé la victime, sous la menace d’une arme blanche, alors qu’ils étaient seuls dans le wagon, a-t-on précisé de sources policières, avant de s’enfuir au premier arrêt. La victime a déposé plainte vers 9 heures au poste de police de la gare de l’Est à Paris (10e). 

Une interpellation grâce à la vidéosurveillance

Selon la préfecture de Police de Paris, l’exploitation de la vidéo-protection de la gare permet d’obtenir des photographies de l’homme et de retracer son parcours après les faits, les dernières images le situent à Meaux (Seine-et-Marne). 

« Une note de recherche est aussitôt diffusée: le 23 août, à 1 heure, le service de surveillance générale de la SNCF le repère en gare de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), il est interpellé à 1h20 par la compagnie départementale d’intervention de Paris appelée en renfort (…) il est trouvé porteur d’un couteau semblable à celui décrit par la victime et vêtu des mêmes effets que lors de l’agression » indique la PP. 

Source: http://www.lexpress.fr/

14/08/2011

L’agresseur de pompiers. A lâcher dans une caserne: sans haine, ni violence…

Ma foi, ce serait une sanction comme une autre. Quoique là… Le « suspect » comprendrait la leçon, je pense…

FDF

.

Pompiers agressés – Un suspect identifié.

L’enquête menée par la sûreté départementale sur l’agression dont ont été victimes les pompiers et une infirmière de la caserne de La Paillade, mercredi soir, semble avoir déjà porté ses fruits.

Hier matin, une vingtaine de policiers ont effectué une descente dans le quartier et deux individus ont été interpellés.

Le premier, âgé de 21 ans, initialement reconnu par les victimes sur les fichiers (il y figure à la suite d’une précédente condamnation), a finalement été mis hors de cause par les pompiers quand ils l’ont vu.

Le second, en revanche, a été formellement identifié sur le fichier et derrière la glace sans tain par les soldats du feu. Et près de sa porte d’entrée, les policiers ont saisi une barre de fer rouge correspondant à celle décrite durant l’agression.

Ce « jeune » de 18 ans, déjà impliqué dans une affaire de stupéfiants, a nié toute participation aux faits. Il pourrait être présenté au parquet dans la journée.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

10/08/2011

Ramadan et sexualité: les délires de l’islam…

Mais qu’est-ce qu’ils se compliquent la vie… Des « oui », des « non », des « peut-être », des « c’est selon »; Tout ce que l’on peut retenir de ces propos c’est que la journée on ne mange pas, on ne boit pas, on ne b…. pas. Mais alors, une fois la rupture du jeûne entamée, c’est la grosse orgie. Mais sous l’oeil bienveillant d’Allah, bien sûr… Ca ne m’étonne pas que les intégristes arrivent, en suivant les préceptes du coran, à se sentir frustrés au plus haut point et de défoulent par le viol…

FDF

.

Le quatrième « pilier » de l’islam dès la « rupture du jeûne »…

.

Mois de Ramadan : La sexualité pendant le jeûne

« La sexualité, en dehors de la copulation, n’a pas d’interdit pendant la journée du mois de Ramadan et la femme indisposée peut préparer le repas du jeûneur ».

Ces propos de l’Imam Ismaël Tiendrébeogo du Centre d’étude, de recherche et de formation islamique (CERFI) et de l’Association des élèves et étudiants musulmans au Burkina (AEEMB), résument la conduite sexuelle que doivent observer les adeptes de Mahomet pendant la durée du quatrième pilier de l’Islam.

Egalement auteur de l’ouvrage ‘’La sexualité du couple : conseils pratiques pour une vie de couple plus épanouie’’ publié en 2008, notre interlocuteur énumère dans l’entretien qui suit des comportements recommandés pour cette période où certaines pratiques de la vie courante requièrent des mesures particulières.

« Beaucoup de gens, y compris des musulmans, se posent souvent la question de savoir si les rapports sexuels sont tolérés ou interdits pendant le mois de Ramadan ?

Pendant le mois de Ramadan, les rapports sexuels sont interdits pendant la durée de jeûne que l’on observe, lequel est fait de trois abstinences principales : l’abstinence de manger, celle de boire et celle de la copulation. Mais la copulation est concernée seulement durant la journée de ce mois. Dès qu’on rompt le jeûne, pour peu qu’on ne soit pas en retraite pieuse pendant les dix derniers jours du mois, il n’y a pas d’interdiction à avoir des relations sexuelles avec son conjoint.

Donc le couple peut continuer à avoir des relations sexuelles ; il doit seulement respecter la tranche consacrée à l’abstinence de manger et de boire ?

Avant la fin du jeûne, la sexualité peut prendre une autre forme. Elle peut être traduite en des embrassades comme le faisait le Prophète, en des propos doux à l’endroit de son conjoint, l’homme peut aussi aider sa femme dans la cuisine et la femme peut s’intéresser à ce que l’homme fait. La sexualité, en dehors de la copulation, n’a pas d’interdit pendant la journée du mois de Ramadan. Il n’est pas non plus interdit d’autres formes de sexualité avec son épouse qui est dans son cycle menstruel à condition bien sûr d’éviter la copulation. On va donc se départir de toute pratique qui va jusqu’à une excitation sexuelle productive, c’est-à-dire qui fasse éjaculer l’homme ou lubrifier la femme ; dans ce cas, il y a rupture du jeûne.

Existe-t-il d’autres types de rapprochements, ou de marques d’affections recommandés aux couples pour le mois de Ramadan ?

En dehors des aspects que nous connaissons comme étant des formes de sexualité, l’islam a voulu que dans la vie de couple, l’homme et la femme vivent une certaine harmonie. Au temps du Prophète, il se lavait avec son épouse Aïcha et il faisait même des courses à cheval avec elle. Une fois, il a pris le pagne taché de menstrues, ce que nous les hommes nous considérons habituellement comme sale, et par amour pour sa femme, il l’a lavé. Le lendemain, Aïcha était étonnée de voir que malgré le statut de son mari devant Allah et devant les hommes, cela ne l’a pas rendu orgueilleux au point de ne pas rendre service. Elle disait que chaque fois que le prophète revenait à la maison, il était disponible pour aider les uns et les autres, il jouait avec tout le monde et c’est lorsqu’on annonçait la prière qu’il s’en allait. Et cela devrait être le comportement de chaque musulman car le Coran nous dit dans la sourate 33 que « vous avez en le Messager un excellent modèle pour quiconque croit en Dieu et espère au jour dernier ».

Mais pour ceux qui ne sont pas mariés, comment doivent-ils vivre leur sexualité pendant cette période ?

Le verset 32 de la Sourate 17 nous dit : « N’approchez pas de la fornication, c’est une voie pernicieuse et un chemin plein d’embûches ». Même en dehors du mois de Ramadan, il est interdit d’avoir des rapports sexuels avec une personne avec laquelle on n’est pas marié. Le Prophète a dit dans un Hadith que « l’homme commet un péché aussi pire que celui de déposer sa semence dans un réceptacle illicite ». Autrement dit, le fait de produire sexuellement dans l’appareil génital d’une personne avec laquelle on n’est pas marié religieusement.

Le cycle hormonal de la femme requiert des dispositions particulières pour certains rites de la religion. Déjà, dans quelles conditions dit-on qu’une femme est indisposée en Islam ?

La femme indisposée est celle-là qui est dans son cycle menstruel ou qui est dans ses lochies, c’est-à-dire le sang que la femme perd après l’accouchement jusqu’au retour des couches. Certains musulmans estiment cela à quarante (40) jours après l’accouchement et d’autres pensent qu’ils sont un phénomène physique, et il faut juste constater son interruption pour commencer son cycle de prière, son jeûne et les autres cultes. Pour la femme qui se trouve dans son cycle menstruel, il suffit d’attendre la fin de l’écoulement du sang, elle se purifie en se lavant et elle recommence ses prières. Mais il arrive des moments où certaines femmes sont perturbées par un type d’écoulement de sang conduisant à une confusion entre le sang menstruel et le saignement d’une hémorragie ordinaire. Là, les savants musulmans disent de vérifier. S’il s’agit d’une femme réglée au préalable, de prendre la moyenne de ses règles car il se pourrait qu’il s’agisse d’un saignement hémorragique. Mais au-delà d’une semaine, il est conseillé d’aller en consultation car cela pourrait cacher des déséquilibres hormonaux ou une hémorragie qu’elle fera mieux d’arrêter avant que ce ne soit plus grave.

Une femme indisposée peut-elle alors observer le jeûne ?

Elle ne peut pas faire le jeûne, ni la prière, ni certains rites du pèlerinage. Elle s’en abstient jusqu’à ce qu’elle se purifie du sang de ses menstrues ou des lochies. Et elle n’a pas à rattraper les prières qu’elle a ratées du fait de ses menstrues. Mais pour ce qui est du jeûne, elle doit rattraper une fois que le Ramadan est passé. Elle doit rattraper les jours qu’elle a ratés, et accessoirement jeûner pendant les six (06) jours subrogatoires suivant immédiatement le mois de Ramadan. Elle doit jeûner les trente jours et les six jours du mois de Chawwal (Ndlr : 10e mois du calendrier musulman) pour faire trente-six jours. Comme le Prophète lui-même nous a dit, chaque œuvre est récompensée au décuple pendant le mois de Ramadan. Pour les trente-six jours de jeûne que nous allons observer, Allah va nous donner la récompense de celui qui aura jeûné pendant une année soit 30 jours + 6 x 10 = 360, à peu près donc l’année entière. Elle ne rattrape pas les prières mais elle doit rattraper le jeûne de préférence avant le prochain Ramadan. L’épouse du Prophète, Aïcha, le faisait juste dans la période précédant le Ramadan, c’est-à-dire Chaabane (Ndlr : 9e mois du calendrier musulman).

Est-ce que dans cet état d’impureté, la femme peut faire la cuisine pour son mari ou pour tout autre jeûneur ?

Quand on parle d’impureté, ce n’est pas la personne elle-même qui est impure, mais l’écoulement sanguin. Comme le sperme, l’urine, les selles, ce sont des éléments qui sortent du corps de l’homme dont le séjour prolongé en lui est source de douleur ; pour l’homme, ce sont ces éléments qu’on appelle souillure en Islam. Ce n’est pas la personne elle-même mais ce qui sort d’elle. Quand on dit qu’elle ne peut pas prier, cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas préparer ou faire autre chose. En dehors de cela, elle peut préparer pour son mari, elle peut traverser la mosquée, elle peut lire le Coran si l’interruption va perturber son processus d’apprentissage, elle peut réciter des versets pour se protéger. Il n’y a pas une interdiction absolue mais des réaménagements particuliers de ses actes d’adoration notamment ses prières et son jeûne.

Toutes ces dispositions ne peuvent-elles pas ébranler la foi des femmes ?

Pour ce qui est des menstrues, souvent les femmes ne sont pas souvent contentes de perdre un peu l’élan, de perdre des jours dans le mois de Ramadan. Mais, il faut rappeler que ce n’est pas un sort qu’Allah leur jette, mais, il a voulu que leur cycle hormonal fonctionne de la sorte. Elles pourront rattraper leur jeûne après le mois de Ramadan et, finalement, elles n’auront rien perdu. Pour celles qui ne voient pas leurs règles, il se peut que cela relève du fait qu’elles soient enceintes ou qu’elles allaitent. Si l’allaitement ou la grossesse peut être perturbé par le jeûne, on va inclure la femme dans la catégorie de personnes exemptées de jeûne. Elle va compléter le nombre de jours qu’elle aura manqués. La pratique en Islam ne nuit pas à la santé ou au bien-être de l’individu ; bien au contraire, on prend cela en compte au préalable avant de proposer quelque chose, comme Allah le dit : « nous n’avons pas mis de gêne dans votre religion » »

Ouf, on arrive au bout. Vous vous souvenez du début?

FDF


02/06/2011

Test…

Un peu d’humour. Le pire est que ce n’est pas de la fiction…

FDF

.

Test d’un policier russe, chinois, américain et français :
Vous marchez dans une rue déserte avec votre femme et vos deux enfants. Soudain, un « jeune » (c’est comme ça que les journalistes les appellent) vous charge avec un grand couteau. Vous avez votre arme de service sur vous. Vous n’avez que quelques dixièmes de secondes pour réagir .
Que faites-vous ?
LE POLICIER CHINOIS:
une balle en plein coeur
LE POLICIER RUSSE:
une balle entre les deux yeux 
LE POLICIER AMÉRICAIN:
je vide mon chargeur dessus

LE POLICIER FRANCAIS:
je garde mon sang-froid et j’analyse la situation…
Si je tire :
– Suis-je en état de légitime défense ?
– A-t-il un permis pour le port de ce couteau ?
– Les médias risquent d’en faire une victime ?
– Est-il un « jeune » de quartier incompris par la société ?
– Est-ce que cela va être vu comme du racisme s’il fait partie de la « diversité »
– Est-ce que la ville va être ensuite mise à feu et à sang par les « jeunes » des quartiers ?
– Est-ce que je vais être poursuivi par la Halde, le MRAP, SOS Racisme, etc. ?
– Est-ce qu’on va parler de « bavure » dans les média et me condamner ?
– Combien de dizaines de voitures vont brûler si je tire ?

– l’Etat devra négocier la paix sociale dans les «quartiers» ?

STOP!  le policier français est mort d’un coup de couteau…

05/01/2011

Vol d’auto-radio à Montpellier: un mort, un blessé grave; chez les victimes…

Le meurtier-voleur portait un bas de jogging noir, un sweat et une capuche noire… Il a attaqué avec un couteau. C’est un « jeune »; une « chance pour la France », probablement… Rien que cette tenue vestimentaire ne laisse aucune interrogation quant à l’identité de ce barbare. On n’a même pas besoin de son nom.

FDF

.


Montpellier. Le simple vol d’un autoradio tourne au carnage.

Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier cherchent des traces scientifiques du passage de l'assassin de Pierre./Photo TopSud

Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier cherchent des traces scientifiques du passage de l'assassin de Pierre./Photo TopSud
Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier cherchent des traces scientifiques du passage de l’assassin de Pierre./Photo TopSud

« Toute ma vie, je reverrais l’image de la mère agenouillée auprès du corps allongé, tenant la main de son fils qui agonisait » raconte Stéphane qui a porté les premiers secours à Pierre. Le jeune étudiant en Master d’histoire ne survivra pas. Nous sommes en pleine nuit ce lundi matin vers 1 h 15 dans la résidence Chantebrise de Montpellier (Hérault). Quelques minutes plus tôt, son père avait aperçu depuis la fenêtre de leur appartement un homme casser les voitures pour voler. Alors ils étaient descendus pour l’interpeller. Le face-à -face a tourné au bain de sang. Le jeune garçon, de noir vêtu s’est défendu au couteau. Il a porté un premier coup à la gorge du père, un agent commercial de 54 ans, sérieusement touché. Puis poursuivi par Pierre, il va le poignarder deux coups en plein cœur avant de s’échapper abandonnant derrière lui le maigre butin de cette nuit de tragédie. « Leur véhicule avait été fracturé la semaine précédente. Mais cette fois-ci, ils défendaient les voitures des voisins » raconte un des voisins qui parle d’une famille tranquille. « Vingt minutes plus tôt, j’ai vu un jeune traîner tout près de la résidence. Je l’ai bien vu et même dévisagé. Il portait un bas de jogging noir, un sweat et une capuche noire » raconte un des rares témoins. Le signalement correspond à celui du meurtrier qui s’est enfui en direction du quartier du Petit Bard, un ghetto social à la mauvaise réputation qui se trouve de l’autre côté de l’avenue.

« Forcément quelqu’un sait. Quelqu’un a vu » explique le commissaire Soulié qui a lancé un appel à témoin. Hier soir, le père de Pierre était toujours à l’hôpital, dans un état sérieux.

Source: http://www.ladepeche.fr/

02/01/2011

2011 débute avec des chiffres de la délinquance en baisse, il me semble…

Et encore des « chances pour la France ». On parie?

FDF

.

Mazamet. Violences urbaines : deux « jeunes » écroués.

Les faits avaient débuté square Gaston-Tournier le samedi 9 octobre à 20 h 45.
Les faits avaient débuté square Gaston-Tournier le samedi 9 octobre à 20 h 45.

Un Mazamétain âgé de 24 ans et un Castrais âgé de 19 ans ont été présentés au tribunal de Castres hier. Ils ont été écroués à la maison d’arrêt d’Albi et comparaîtront ce jeudi 30 décembre devant le tribunal de Castres. Les faits remontent au samedi 9 octobre dernier en centre-ville. L’un des mis en cause était présent au square Tournier, ivre, et il s’en prenait aux jardinières de la terrasse de la brasserie du Grand Balcon en compagnie d’un groupe. Un désordre qui a été rapidement signalé à la police qui s’est déplacée vers 20h45. Une fois sur les lieux, les fauteurs de troubles se sont regroupés autour de la mairie. Suite aux signalements, les forces de l’ordre ont tenté d’interpeller deux individus sous les insultes. Le face-à-face s’était alors prolongé avec des jets de cailloux et d’une canette. Les voitures à proximité étant également touchées lors de ces violences. Il a été difficile de menotter le Mazamétain « très excité », au point de se cogner la tête contre la chaussée. Bien qu’agissant sous la protection d’un collègue, deux agents de police ont été légèrement blessés à la main et avec des coups de pied à la poitrine et à la cuisse. Le véhicule de service a subi aussi des dégâts matériels au niveau du pare-brise et du capot moteur. Les pompiers appelés par les fonctionnaires de police ont transporté l’homme au centre hospitalier. Une fois sur place, il s’était enfui et avait fait l’objet d’une fiche de recherche. Une enquête a alors débuté pour confondre les deux principaux auteurs de ces violences et dégradations. Les interpellations du 23 novembre pour le jeune Mazamétain et du 23 décembre pour le jeune Castrais ont été suivies d’une nouvelle convocation simultanée ce mardi afin de leur signifier une convocation judiciaire. Le parquet de Castres a souhaité une présentation devant le juge des libertés qui avait lieu hier matin. On leur reproche notamment des dégradations volontaires, rébellion, menaces

Source: http://www.ladepeche.fr/

29/12/2010

Le « jeune » des banlieues…

Ci-dessous un PPS intéressant et tellement vrai. Dommage qu’il soit pourri par des fautes d’orthographe mais ce n’est pas moi qui l’ai réalisé. Son contenu n’est que la triste réalité…

FDF

.

Lire: Le_jeune_des_banlieues

18/11/2010

Le « jeune » des banlieues en quelques images…

J’ai trouvé ce PPS pas mal. Et il « fait mal ». Normal, c’est la vérité; celle qui blesse… Allez. On « ZYVA » !

FDF

.

Lire: Le-jeune-des-banlieues5

08/10/2010

Va t’on droit à l’émeute? Un « jeune » renversé par une voiture de police devant la mairie d’Argenteuil.

Un « jeune », encore un « jeune »… Pas plus de 11 ans, renversé par une voiture de police… Pas bon, tout ça… Evidemment, un « témoin » a vu que la voiture avait brûlé un feu rouge, un « attroupement » s’est formé; ça rappelle de mauvais souvenirs, ça… « La situation est revenue au calme« , dit-on; pourquoi? Il y a t’il eu risque d’échauffourées??? Mais non, pas chez nous, c’est dans les films, ça… Quoique; ça démarre vite, parfois…

FDF

.

Il a été transporté à l’hôpital dans un état grave…

Un jeune a été renversé ce jeudi soir, vers 17h30, par une voiture de police devant la mairie d’Argenteuil (Val-d’Oise). Sans en rajouter, la préfecture du Val d’Oise, contactée par 20minutes.fr, a confirmé qu’il y avait bien eu un incident à cette heure et à ce lieu-là.

Joint par 20minutes.fr, Saha Zacharia, qui se trouvait dans la permanence de Faouzi Lamdaoui  – conseiller municipal PS d’Argenteuil – proche du lieu de l’accident, a été témoin de la scène: «Un jeune haut comme trois pommes, qui n’avait pas plus de douze ans, traversait au feu rouge à l’angle du boulevard Léon Feix et de la rue Michelet quand une camionnette de la police est arrivée à toute allure et a tamponné le petit. Dans les deux minutes qui ont suivi, sept voitures de police et une voiture banalisée sont arrivées pour aider le petit mais les pompiers n’ont pas été appelés. Ce sont les témoins qui les ont appelés. Ils sont restés plus d’une heure avec le jeune pour le stabiliser. Un attroupement s’est formé et l’ambiance était tendue avec la police. Un médecin est venu, a parlé avec Faouzi Lamdaoui». «L’enfant souffre d’un traumatisme crânien et serait dans le coma», complète Faouzi Lamdaoui, après l’entretien avec le médecin.

Transporté à l’hôpital Necker dans un état grave

«Les collègues ramenaient trois individus au commissariat d’Argenteuil. Ils ont emprunté la voie de bus. La camionnette a percuté un jeune garçon de 11 ans qui attendait au niveau de l’arrêt de bus, des écouteurs sur les oreilles, et qui est descendu sur la voie de bus. On ne sait pas encore si le véhicule avait son deuton allumé. Il souffre d’une hémorragie cérébrale. Son état semble assez sérieux et a été transporté à l’hôpital Necker de Paris», a confirmé à 20minutes.fr Ludovic Colignon, du syndicat Alliance pour le Val-D’oise.

«Son pronostic vital n’est pas engagé», a affirmé à 20minutes.fr le maire PS d’Argenteuil, Philippe Doucet. Ce dernier a confirmé que le jeune garçon avait traversé «hors des clous» et que le deuton de la camionnette avait bien été «mis en marche». «C’est un accident de la route regrettable», a encore commenté le maire, précisant qu’il y a eu «un attroupement» après l’accident, «comme partout», mais que la situation était «revenue au calme».

«Le feu était au rouge»

Interrogée par 20minutes.fr, une habitante du quartier, témoin de la scène, a confirmé que le jeune garçon «avait des écouteurs» et qu’il se trouvait «dans le couloir du bus». Elle a ajouté que «le feu était au rouge pour les voitures».

Contacté par 20minutes.fr, le commissariat d’Argenteuil a refusé sèchement de commenter l’événement.

Source: http://tinyurl.com/2veknwn

09/09/2010

Ramadan organisé pour bobos parisiens en manque d’exotisme…

Le « bobo-islamo-connard-type » de service refait des siennes…

FDF

.

Il s’avère que par cette opération ridicule soutenue par Delanoé, et donc co-financée par les parisiens, c’étaient nous, les islamo-lucides, qu’ils visaient et espéraient convaincre que le coran prône la paix … avec tenez-vous bien …de la boulette de semoule !?

Encore une riche idée que je prends personnellement pour une insulte à notre intelligence.


Renforcer les échanges entre musulmans et non-musulmans “afin de lever les a priori”. Telle est l’ambition de la mairie de Paris, qui soutient la cinquième édition des “Veillées du Ramadan” à l’Institut des cultures d’islam. Encore faut-il que ce type d’événement touche les personnes sujettes à ces fameux à priori… et les musulmans eux-mêmes.

Le principe des Veillées: des soirées ouvertes à tous, qui débutent par l’”iftar”, le repas traditionnel de la rupture du jeûne, suivi par des concerts et des débats autour du thème 2010, “Islams d’Europe”. Ce vendredi 3 septembre, c’est menu arabo-andalou du XIIe siècle et électro mêlée de sonorités du monde arabe.

Autour du plat principal dégusté avec les doigts, les langues se délient peu à peu. Les non-initiés sont ravis de s’essayer aux boulettes de semoule, et les pros font partager leur savoir faire. Mais l’expérience est-elle vraiment synonyme d’ouverture d’esprit?

“Ça plaît surtout aux petits bobos parisiens”, commente Jean-Luc, venu pour le son électro de Fedayi Pacha. “Les personnes fermées ne sont pas là”, renchérit une jeune pratiquante.

Inutile selon elle d’espérer faire changer les mentalités sur l’islam en organisant ce type d’événement.

Autre point d’interrogation: où sont passés les premiers concernés par le Ramadan? “Je m’attendais à ce qu’il y ait beaucoup plus de musulmans”, s’étonne Sylvie, 46 ans. Même constat pour Morad, venu rompre le jeûne avec un ami.


Nulle trace non plus des habitants de la Goutte d’Or, le quartier populaire où est implanté l’Institut des cultures de l’islam. “C’est pas notre délire”, explique Karim, installé avec ses amis sur quelques chaises face au bâtiment.

Et son ami Samir d’ajouter que “le vrai décor pour rompre le jeûne, il est à la maison”.
Mais pour la directrice de l’Institut, Veronique Rieffel, le bilan est très positif: “Il y a une très grande soif de connaissance sur l’islam, explique-t-elle.

Les veillées apportent aussi une respiration dans tous ces débats très crispés sur la religion musulmane”.

Merci à JLB pour l’info…

Délinquance: à 17 ans, il tire sur des policiers.


Mineur, délinquant, il tire sur des flics. Rien de neuf sous le soleil. Mais bon, ça commence à bien faire.

FDF

.

Coups de feu au Mirail : un mineur présenté au parquet.

À la suite des coups de feu à répétition, la préfecture a annoncé des renforts de police dans les cités sensibles de la Ville rose./Photos DDM, archives.

À la suite des coups de feu à répétition, la préfecture a annoncé des renforts de police dans les cités sensibles de la Ville rose./Photos DDM, archives.

Un jeune de 17 ans a été présenté au parquet, hier soir, dans le cadre de l’enquête sur les coups de feu tirés dans le quartier du Mirail et sur des policiers le 24 août. L’autre adolescent de 15 ans interpellé dans cette même affaire par les enquêteurs de la PJ, mardi à La Reynerie, a été remis en liberté. Il n’en a pas fini avec la justice pour autant. Il devait être présenté devant un juge des mineurs pour s’expliquer sur la détention d’une quantité d’un peu plus de 1 kg de résine de cannabis retrouvé à son domicile par les policiers…


Source: http://tinyurl.com/28xlqwl


07/09/2010

Ramadan. « La liberté et le droit de ne pas jeûner ».

Intégrisme exacerbé du ramadan: ça remue même au Maghreb…

FDF

.

C’est un phénomène intéressant qui mérite que l’on s’y attarde même s’il dérange ou que l’on juge son impact médiatique démesuré au regard d’autres problèmes que connaît le monde musulman. Au Maroc, un groupe de jeunes blogueurs appartenant au Mouvement alternatif pour les libertés individuelles, plus connu sous le nom Mali, réclame ouvertement le droit à ne pas jeûner pendant le Ramadan. Il y a un an, ces activistes s’étaient déjà fait connaître pendant la même période en annonçant la tenue d’un pique-nique en plein jour. A l’époque, l’affaire avait fait grand bruit dans le Royaume chérifien et les témoignages rapportent que les policiers en uniforme ou en civil, qui avaient encerclé et investi le lieu du rassemblement, étaient bien plus nombreux que les participants au pique-nique ou les badauds qui s’étaient déplacés par simple curiosité.

Cette fois-ci, c’est via internet et le réseau social facebook que les membres du Mali ont lancé leur mouvement. Pour Najib Chaouki, l’un des blogueurs les plus actifs du mouvement, il ne s’agit pas d’appeler au non-jeûne mais « de défendre les droits de ceux qui ne veulent pas observer le jeûne pendant le Ramadan ». Et de préciser que ces droits relèvent de la liberté de conscience et de religion. En clair, chaque Marocain devrait avoir la possibilité de ne pas jeûner sans avoir à se cacher pour manger. Bien entendu, les autorités marocaines ne l’entendent pas de cette oreille. Comme en Algérie ou dans la plupart des pays musulmans, ne pas respecter le jeûne en public, peut valoir une amende et un emprisonnement de plusieurs mois. Parfois, la punition se limite, surtout s’il s’agit de mineurs, à une bonne correction dans un commissariat voire même en pleine rue.

Cette initiative marocaine fait écho à celle du collectif algérien SOS LIBERTES, qui a récemment appelé au respect des libertés de conscience en déplorant le fait que les non-pratiquant « risquent, une nouvelle fois, d’être la cible des forces de sécurité, transformées pour la circonstance en bras armés de l’inquisition. » Comme au Maroc, mais aussi en Tunisie, l’Algérie a connu ces dernières années de nombreuses arrestations de non-jeûneurs, parfois lourdement condamnés pour avoir mangé en public ou tout simplement avoir été surpris à le faire dans des endroits qu’ils croyaient suffisamment discrets. On se souvient de ces jeunes de Biskra accusés de « porter atteinte à l’ordre public » pour avoir été surpris par des policiers en possession de bouteilles d’eau minérale. On se souvient aussi de ces deux cousins, arrêtés et incarcérés quelques heures pour avoir « cassé » le jeûne à Ben Aknoun.

Pour se justifier – lorsqu’elles acceptent de le faire – les autorités rappellent que force doit rester à la loi et que des textes existent pour punir ceux qui dénigrent le dogme ou les préceptes de l’Islam. Parfois, l’explication emprunte des voies moins martiales puisqu’il est alors question de respect pour les jeûneurs et de la nécessité qu’ils ne soient pas indisposés par celles et ceux qui mangeraient en public. Enfin, les diverses initiatives qui s’appuient sur la liberté de conscience et de religion pour défendre les non-jeûneurs sont qualifiées de démarches isolées et totalement décalées par rapport au reste de la société quand elles ne sont pas tout simplement assimilées à la fameuse « main de l’étranger ».

Le fait est qu’aucun de ces trois arguments ne tient la route. La religion est une affaire individuelle et chacun est libre de respecter ou pas les commandements divins. On ne peut obliger les gens à être de « bons musulmans » et, d’ailleurs, quel prix pourrait-on accorder à des jeûnes imposés par la coercition ? Ne pas jeûner, ce n’est pas insulter l’islam ou les musulmans. C’est faire un choix qui ne regarde personne d’autre que l’individu lui-même. D’ailleurs, la logique policière qui veut que l’on fasse la chasse aux non-jeûneurs est quelque peu spécieuse. Pourquoi alors ne pas embastiller celles et ceux qui ne prient pas, la prière étant aussi l’un des cinq piliers de l’islam ?

Les sociétés maghrébines ont parfaitement accepté et intégré le fait que nombre d’hommes et de femmes ne prient ni chez eux ni à la mosquée. A l’inverse, la pratique ostensible du jeûne semble avoir un poids bien plus déterminant qui n’en est que plus suspect. Trop souvent, il ne s’agit en fait que de religiosité formelle qui masque des déficiences en matière de valeurs profondes, que ces dernières soient spirituelles ou non. Dès lors, cela incite à l’outrance et cela offre aux autorités la possibilité de s’ériger comme protectrices à bon compte du dogme et d’un ordre juste. Il est plus facile de traquer et de débusquer le non-jeûneur que de poursuivre et d’arrêter les spéculateurs qui organisent la pénurie et la hausse des prix à chaque veille de Ramadan…

Dans une société musulmane apaisée et évoluée, le Ramadan, tout en continuant à être une période particulière, ne serait-ce que sous l’angle des manifestations religieuses et culturelles, ne devrait pas signifier la mise entre parenthèse de la vie ordinaire. Cafés, salons de thé et restaurants devraient rester ouverts et, surtout, les non-jeûneurs devraient être libre de manger et boire au grand jour, sans avoir à se terrer (à charge pour eux, est-il utile de le préciser, de ne pas agiter de sandwichs tentateurs sous le nez des « Observants »…). Celles et ceux qui jeûnent en terre non-musulmane peuvent en témoigner : être entouré de non-jeûneurs ne pose guère de problème.

Pour finir, la question du droit à ne pas jeûner et les polémiques qui l’entourent, prouve une urgence. Il est en effet plus que temps que la société algérienne se débarrasse des oripeaux d’une religiosité obsessionnelle et qu’elle réalise que la liberté de conscience n’est en rien une menace pour l’islam. Bien au contraire, cela montrerait que cette religion est sûre d’elle-même, qu’elle n’est pas sur la défensive et, plus que tout, qu’elle peut parfaitement s’accommoder de l’existence de non-pratiquants, ou de non-croyants, au grand jour.

source : extremecentre.org

http://www.youtube.com/watch?v=aO12CseqnXo&feature=player_embedded

06/09/2010

Chroniques de la connerie islamique ordinaire…

Religion de tolérance…

FDF

Le procès de dix personnes arrêtées pour non respect du jeûne pendant le ramadan reporté au 8 novembre.

Alger:

Le procès de dix personnes arrêtées pour non observance du jeûne pendant le mois sacré du Ramadan a été reporté lundi par le tribunal d’Akbou, dans le département de Bejaia (180km à l’est d’Alger), a-t-on appris auprès de Me Rachid Khiar, un des avocats qui s’est constitué bénévolement pour défendre le groupe.

« C’est une première victoire contre l’intolérance et l’inquisition, mais il faut que la mobilisation continue jusqu’à la relaxe des dix accusés », a-t-il insisté en appelant « les autorités politiques à faire respecter la constitution qui garantit la liberté de conscience ».

Les dix prévenus ont été arrêtés mardi dernier par la police dans un restaurant de la localité d’Ouzelaguen en train de déjeuner, alors que tout musulman est tenu d’observer le jeûne du lever au coucher du soleil. Ils sont accusés de « dénigrement et non respect des préceptes de l’Islam ».

Après avoir été entendus par la police, ils ont été relâchés, à l’exception du propriétaire du restaurant qui avait été placé en détention préventive.

« Le restaurant se trouve au premier étage d’un immeuble, il n’était pas ouvert au public pendant le Ramadan. Son propriétaire, c’est notre ami, il l’a ouvert pour nous, sachant que nous n’observons pas le jeûne du Ramadan », a témoigné Kamal, correspondant local d’un journal francophone qui considère l’intervention de la police comme « une violation de domicile ».

Il y a une quinzaine de jours, le même scénario s’était produit à Ain El Hammam, une autre localité de la Kabylie, où deux jeunes ouvriers, récemment convertis au christianisme, étaient en train de déjeuner discrètement quand ils ont été arrêtés par la police en plein chantier pour « atteinte à l’ordre public et incitation à l’apostasie ».

Leur procès, qui devait se tenir mardi dernier au tribunal d’Ain El Hammam, a été renvoyé à une date ultérieure par les autorités judiciaires locales, redoutant une action populaire en solidarité avec les deux ouvriers…

Suite et source: http://tinyurl.com/2aq8r9s

A la veille du mois de Ramadan, le collectif SOS Libertés avait lancé aux autorités politiques algériennes un appel au respect de la liberté de conscience.

30/08/2010

En Algérie, pendant le ramadan, si vous avez soif et bien mourez…

La Charia en algérie est impitoyable. Pauvre et triste pays.

C’est un peu le message de liberté que nous donne les autorité judiciaires de ce pays. Un pays qui a lutté pour sa liberté a 60 ans plus tard réinventé la dictature. Ce sont les algériens qui deoivent se poser des questions.

Quant aux « français de papiers« , ils n’ont toujours pas compris qui ils étaient. « Heureux les simples d’esprits, le royaume des cieux leur appartient« .

Si c’est l’avenir que nous proposent les tenants de l’islamisation de la France, merci bien, le leur laisse ce cauchemar! Pauvre Algérie. Heureusement, des algériens ont encore les pieds sur terre et le courage de dire.

Gérard Brazon

Prévu aujourd’hui, le procès des deux personnes arrêtées, vendredi 13 août, par la police à Ain El Hammam, à 40 kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, pour non-observation du jeûne a été reporté au 21 septembres 2010, a appris TSA de source locale. Le procès devait avoir lieu mercredi à 10heures mais le juge a décidé de le reporter. Selon notre source, ce report pourrait être lié à la mobilisation de la population locale. Cette dernière a décidé d’observer un sit-in devant le tribunal à l’heure du procès.
Les deux mis en cause, Hocine Hocini, 47 ans, et Salem Fellak, 34 ans, exercent comme ouvriers dans un chantier de bâtiment dans la ville d’Ain El Hammam. Ils ont été surpris en train de boire de l’eau par des policiers qui ont immédiatement procédé à leur arrestation.
Après leur audition, ils ont été déférés au parquet. Cette affaire a indigné une partie de la population de Ain El Hammam qui a appelé à un sit-in devant le tribunal en guise de soutien à ces deux ouvriers de bâtiment.

Source: http://tinyurl.com/3ymc32b

16/08/2010

Lundi 16 août 2010: sixième jour du ramadan…

Une petite idée pour aider nos zamis musulmans à passer le cap du sixième jour de ce pilier de l’islam… Un jeu, tout simple, pour tuer le temps avant le feu vert de la grande bouffe du soir…

FDF

Voir: http://kochonland.playmoa.fr/


.

30/07/2010

Le d’jeun’s, si tu veux te sentir mieux dans ta peau, deviens une racaille !



C’est après plusieurs années d’observation minutieuse au sein même de leur environnement naturel que nous avons décidés de réaliser une étude complète et minutieuse au sujet de ces curieuses petites créatures que vous avez tous déjà pu voir et peut être même fréquenter : les racailles.

Cette espèce, dont l’origine n’a jamais pu être vérifiée, est apparue au sein de l’hexagone au début des années quatre-vingt. Elle n’était alors composée que de quelques individus difficilement repérables, et ce jusqu’au début du XXIème siècle où s’est alors déroulé une soudaine et effrayante multiplication du nombre de racailles recensées, que beaucoup d’entre nous mettent sur le compte de l’évolution des moyens de télécommunications modernes, tel que les téléphones portables et autres appareils High-Tech facilement utilisables, même par des individus au QI inférieur à la moyenne. On pense donc que grâce à ces moyens de communications, les racailles ont aussi trouvé une façon de faciliter leurs rites de reproduction et ainsi augmentées d’une manière exponentielle leur population, mais passons.

Nous ne doutons pas que le gouvernement mettra tout en place pour s’en débarrasser, surement par l’utilisation massive de karcher et autres machineries d’entretien. Mais si aujourd’hui les racailles sont considérées comme une forme de vermine à éliminer coûte que coûte, nous avons pris conscience, grâce à notre infinie sagesse, qu’avec eux s’éteindrait toute une culture primitive fascinante et étoffée, ce qui serait une perte effroyable pour notre compréhension de l’univers et de l’Homo Erectus moderne.

Ainsi, c’est avec une joie sans pareille que nous vous présentons ici le premier guide pratique de la racaille, qui contient sans aucun doutes toutes les informations nécessaires pour que vous puissiez observer ces petits animaux innocents dans leur environnement naturel avant que ceux-ci ne disparaissent (ou ne deviennent la forme de vie dominante sur terre, mais dans ce cas vous ne serez probablement plus là pour avoir besoin d’un quelconque guide).

Sommaire

[masquer]

Accoutrement

Au niveau strictement physique, les racailles sont très similaires à nous. Ils possèdent tout comme nous deux membres inférieurs, deux membres supérieurs et sont bipèdes. Ils sont omnivores, sont doués de parole (avec cependant un vocabulaire plus restreint à cause de leurs capacités intellectuelles limitées) et, fait important, portent des vêtements.

En clair, si ce n’est par leur accoutrement très caractéristique et certains détails que nous verrons par la suite, il est quasiment impossible de les distinguer des êtres humains normaux.

Il existe cependant divers genre de vêtements portés par les racailles, et afin que vous ne vous perdiez pas en conjecture, nous allons tenter de vous expliquer ce qui les rend facilement reconnaissables.

Couvre-chefs

S’il existe bien une chose qui permette de reconnaitre une racaille du premier coup d’œil c’est bien son couvre-chef, car il n’en existe à ce jour que deux types bien distincts et tout à fait tape-à-l’œil.

Bonnet péruvien

Le couvre-chef le plus porté et surtout le plus connu est sans aucun doute le bonnet péruvien (voir illustration ci-dessus), objet d’une véritable fascination chez les racailles qui sont une majorité à le porter. Ce bonnet, que n’importe qui de censé serait tenté de qualifier de passablement monstrueux, semble en réalité être un symbole mystique d’une importance capitale pour nos amis primates. Bien qu’il nous soit encore impossible de déterminer très exactement d’où leur vient cette véritable obsession pour un objet aussi immonde, et le plus souvent sans rapport aucun avec leur nationalité ou leur religion. Nous supposons que le haut pointu du bonnet aurait peut-être une connotation phallique similaire à celle des caches portés par certaines tribus africaines mais que les racailles étant stupides, auraient confondus le haut de leur crâne avec leur entre-jambe. Cependant, si vous aviez une meilleure explication à nous proposer, n’hésitez pas à nous aider.

Casquette équilibriste

Le deuxième couvre-chef que l’on retrouve sur la tête d’un très grand nombre de racailles, après le bonnet péruvien, est surement la casquette équilibriste, qui n’est rien d’autre qu’une casquette serrée au maximum et à peine posé sur le haut du crâne de l’individu concerné. D’une élégance sans pareil, elle a deux intérêts principaux :

  • Comme pour le bonnet péruvien, la casquette n’est pas seulement décorative. Elle permet à la racaille de donner l’illusion que sa boite crânienne (et donc son cerveau) est plus volumineuse qu’elle ne l’est réellement, surement pour tenter de séduire les femelles qu’il viendrait à croiser.
  • De plus, ainsi obligé de se tenir droit pour éviter que son couvre-chef ne tombe sur le sol ( il serait bien incapable de la ramasser à cause de son QI insuffisant), la racaille met à rude épreuve ses capacités psycho-motrices, surtout que cela va à l’encontre des mouvements naturels de son corps (voir la suite). De nouveau, nous pensons qu’il s’agit là d’un défi que la racaille se donne dans le but de séduire d’éventuelles femelles.

Vêtements

Nous distinguons plusieurs styles pour les racailles, ces styles étant toutefois représentés par un ensemble de marques restreintes. Nous comptons parmi ces marques les indémodables lacoste, nike, adidas, burberry, tacchini. Les styles varient selon les saisons comme pour les êtres humains normaux, aussi, il est très probable de voir en été, des racailles en short de bain « polo ralf lauren » et cinglet blanc. Portant aux pieds de superbes sandales de piscine. Les racailles de type femelle ne sont pas classées sous différents styles, le plus souvent elles sont munies de talons haut, d’un jeans assez moulant bleu foncé, d’une ceinture brillante avec la marque fièrement exhibée, et d’une veste de type doudoune avec de la fourrure autour de la capuche.

La racaille de base

Son accoutrement se constitue le plus souvent de chaussures en faux cuir de type « babouches » qui ne sont rien d’autres que d’affreuses pièces de cuir trop travaillés. Cependant les chaussures de sport restent omniprésentes. Il y a quelques années, nous avons pu voir une timide apparition de la célèbre chaussure bateau pour habiller ces pieds qui ne sont guère bon qu’à shooter dans des canettes. Pour le pantalon, ceux-ci resterons classiques. Ils passeront du jean clair assez cintré au pantalon en toile noir. Plus haut, la mode est aux polos divers et aux t-shirt de sport. Pour couvrir cela, il est de rigueur de porter une veste en « vrai » cuir. Pour se couvrir le cou et parfois le visage (pour ne pas être identifié lors d’actes visant une contribution plus que généreuse à la société) la racaille portera une écharpe type « essuie de vaisselle » ou une « authentique » écharpe de marque type burberry.

La racaille en training

Son accoutrement se constitue le plus souvent de chaussures de la marque TN requin ou d’air max pour nike (le nom en dit long) ou d’adidas « goodyear » d’un pantalon de training rentré dans les chaussettes le plus souvent de couleur blanche (nike, adidas, tacchini), d’un polo 100% authentique pas vrai pouvant être de la marque lacoste ou d’un club de football (le plus souvent les clubs représentés sont Manchester United et le Fc Barcelone). Au-dessus de tout cela nous retrouvons le plus souvent un pull à capuche doté de rayure. Par grands froids, la racaille en training optera la plupart du temps pour une veste doudoune sans manches que personne de sensé ne daignerait porter !

Expressions faciales

Bien entendu, si l’on reste sur l’aspect physique des racailles, un autre détail important et permettant leur reconnaissance reste leurs expressions faciales très caractéristiques.

Le premier exemple concret, l’expression que l’on retrouve sur une très grande majorité d’individus, est une expression de dégout perpétuelle, similaire à celle que l’on peut avoir lorsqu’on a une très forte envie de vomir ou de cracher un mollard assez volumineux. D’ailleurs, les racailles crachent souvent des mollards, mais nous n’avons cependant aucune preuve tendant à nous conforter dans l’idée qu’ils ont en permanence envie de vomir. D’ailleurs, plusieurs de nos éminents collègues chargés de l’étude des chimpanzés dans la jungle équatoriale nous ont signalés que ces deux choses n’étaient pas obligatoirement liées et nous les en remercions.

Il existe tout de même un point universel concernant les expressions faciales des racailles. Il s’agit des sourcils froncés. Après de multiples études et la dissection d’un sujet de test (mort écrasé par une voiture alors qu’il tentait de traverser une avenue sans prendre garde aux feux, en aucun cas tué par l’un d’entre nous) nous avons pu constater que si les racailles avaient en permanence les sourcils froncés, c’était tout simplement parce que durant la croissance, ceux-ci se soudaient tout simplement dans cette position.

Langage

S’il existe bien une chose troublante, c’est le langage employé par les racailles. Particulièrement imagé, il nous a permis de comprendre bien des choses à leur sujet. Il faut d’abord bien se dire que les racailles n’ont pas de langage à elles, à proprement parler. Elles ne font que modifier le langage de leur pays de résidence afin de l’adapter à leurs besoins. Comme nous n’avons pu effectuer nos études qu’en France, nous prendrons ce pays comme base.

Tout d’abord, la modification s’opère par le biais d’un accent que nous avons longtemps considéré comme culturel, relativement agressif et « mâché », avant de réaliser qu’il ne s’agissait que de modifications involontaires des sonorités du français, dût à une insuffisance intellectuelle, tout comme chez les personnes souffrant de trisomie ou d’autres problèmes de développement cérébral. Cependant, en ce qui concerne les expressions et les mots employés par les racailles, nous entrons dans un univers fascinant et d’une richesse inégalée.

Les racailles utilisent principalement des mots appuyés, terminant souvent par les sons « air » comme « Clair » ou « Fougère » ainsi que « Shhh » comme « Wesh« , ou « Sheuh ! » ainsi que de multiples références religieuses sans réelles significations, car mélangés dans une série de mots qui, ensemble, n’ont aucun sens (Voir l’exemple qui va suivre).

Une autre chose particulièrement importante dans le langage des racailles c’est une véritable obsession proprement démentielle pour leur mère et leur grand-mère, citée dans quasiment toutes leurs phrases : « Sur la vie de ma mère ! » ou bien « Sur la vie de ma grand-mère. »

Le tout, mixé d’une façon totalement aléatoire, donne ceci : « Starfala j’te jure ! Sur la vie de ma grand-mère que c’est vrai ! Wesh ! » Ou alors « Wesh ! Sur la tête du Coran que j’te jure que c’est vrai ! Starfala ! »

Plusieurs de nos scientifiques travaillent actuellement à la réalisation d’un générateur de texte racaille aléatoire qui nous permettrait enfin d’établir un contact à double sens avec des spécimens vivants.

En conclusion : Les racailles sont des êtres particulièrement troublants qu’il peut être très amusant d’observer.

Liens:

Blog d’une racaille : [1] dont son slogan très accueillant « tchek ma life ou nik ta mére! ».

Source: http://tinyurl.com/34o98cm