Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Amiens sous tension…

Comme à Marseille. Les « quartiers nord » font la une… Mais comment calmer tous ces semeurs de m…. ?

Envoyons l’armée, ceux qui rentrent d’Afghanistan, par exemple.

FDF

.

IL FAUT BIEN QUE LES « DJEUNS »   S’EXPRIMENT   NON?

AUCUN MEDIA  NATIONAL  NE NOUS PARLE DE CELA   –   ELECTIONS OBLIGENT !!!!!!
Les violences urbaines sont fréquentes à AMIENS,   
QUI PAYE LA CASSE DE CES DJEUNS QUI DETRUISENT TOUT  COMME DES SAUVAGES  ???

« De nouvelles violences urbaines ont eu lieu hier, en fin d’après-midi SAMEDI DERNIER et durant une partie de la soirée, dans le quartier nord d’Amiens. Dès 17 heures, un véhicule de police, visé par des tirs de projectiles, était pris pour cible près de la place du Colvert.Mercredi, c’est un bus qui avait fait l’objet de jets de projectiles sur l’avenue de la Paix. Après avoir mis en place un système de sécurisation, les policiers s’étaient retrouvés face à une vingtaine d’individus et avaient essuyé des tirs de projectiles. »

JC JC…

.

AMIENS: Tensions urbaines dans le quartier nord

Comme le laissaient présager certains commentaires circulant sur Internet, de nouvelles violences urbaines ont eu lieu dimanche, en fin d’après-midi et durant une partie de la soirée, dans le quartier nord d’Amiens.

Dès 17 heures, un véhicule de police, visé par des tirs de projectiles, était pris pour cible près de la place du Colvert où doit se tenir le traditionnel marché aujourd’hui. Afin de disperser un groupe de jeunes particulièrement énervé mais qui n’avait rien à voir avec le caillassage, les fonctionnaires de police ont dû faire usage de gaz lacrymogène.

Les affrontements se sont poursuivis en début de soirée toujours à hauteur de la place du Colvert où des poubelles incendiées étaient renversées sur la chaussée.

Les CRS ont dispersé les jeunes et quadrillé la zone. Le calme est revenu aux alentours de 20 h 30 mais la tension restait palpable. Plusieurs camions de CRS ont d’ailleurs tourné dans le quartier pour sécuriser les lieux.

Mercredi, déjà, un bus était la cible de projectiles
Mercredi, c’est un bus qui avait fait l’objet de jets de projectiles sur l’avenue de la Paix. Après avoir mis en place un système de sécurisation, les policiers s’étaient retrouvés face à une vingtaine d’individus et avaient essuyé des tirs de projectiles.

Comme hier, les policiers avaient dû répliquer avec des moyens lacrymogènes pour disperser le groupe.

SOURCEhttp://www.courrier-picard.fr

18/11/2010

Chacun fête l’Aïd comme il l’entend…

Encore des « jeunes » désoeuvrés…

FDF

.

Lyon: des groupes de « jeunes » sèment le désordre au centre commercial

« En période hivernale, c’est chronique et avec la période des soldes, ça va être l’enfer », indiquaient hier soir des salariés travaillant au centre commercial de la Part-Dieu. Il n’empêche que les troubles qui ont eu lieu en fin d’après-midi ont obligé les policiers et CRS à intervenir. Il semblerait que des adolescents aient profité de la fête de l’Aïd, pour se « lâcher » et semer la pagaille dans les allées du centre commercial. Vers 17 h 30, des groupes d’une dizaine de jeunes ont chahuté et crié, effrayant les clients. « Tout a été calme de notre côté », déclare le vigile des restaurants Quick et Pizza Paï au premier étage. En revanche, deux étages plus haut, l’agent de sécurité du Mac-Do a eu quelques frayeurs : « Il y avait un groupe d’une quinzaine de garçons et filles de 15-18 ans qui ont commencé à s’invectiver dans le restaurant. J’ai essayé de les calmer et de les pousser vers la sortie. Ils gênaient nos clients ». Mais les insultes ne s’arrêtent pas et des coups sont échangés devant l’enseigne. La sécurité du centre commercial intervient puis, devant la bagarre générale, appelle du renfort. « C’était chaud, heureusement que les CRS sont arrivés », reconnaît le vigile du Mac Do. Des bouteilles et des cannettes volent en direction des forces de l’ordre. On se croirait revenu quelques semaines en arrière, au moment des émeutes au cœur de Lyon. Sur la cinquantaine de jeunes à l’esprit échauffé, deux seront interpellés pour jet de projectiles et outrages à agent. Ils ont été placés en garde à vue. Les incidents ont pris fin assez vite mais par mesure de sécurité, des CRS et des policiers de la Compagnie départementale d’intervention sont restés au centre commercial postés à chaque entrée, jusqu’à 20 heures. Les groupes se sont ensuite dispersés.

Source: http://tinyurl.com/33wq4j6

11/10/2010

Des « jeunes » et les forces de l’ordre s’affrontent à Amiens…

Encore des « jeunes »… Toujours des « jeunes ». On ne peut pas les nommer des « sous-merdes » ? Ce terme leur va si bien… L’article parle de « rétablir l’ordre public »; C’est facile: la Légion… Il n’y aura pas de prisonniers.

FDF

.

Le quartier nord d’Amiens a été le théâtre dans la nuit de samedi à dimanche de plusieurs heurts entre une dizaine de jeunes et les forces de l’ordre, donnant lieu à cinq interpellations. Une douzaine de feux de poubelles ont été allumés et huit voitures ont été incendiées. Plusieurs jets de projectiles ont également eu lieu contre un bus et des véhicules de police, indique la préfecture dans un communiqué. 

Près de 120 fonctionnaires de police ont été dépêchés sur place et ont réussi à ramener le calme vers 3 heures du matin. Cinq personnes ont été interpellées suite à ces échauffourées, indique la préfecture, sans donner plus de précisions.

Causes inconnues

Les causes de cette poussée de fièvre ne sont pas connues, affirme la préfecture. Un dispositif de sécurité renforcé sera mis en place pour la nuit de dimanche à lundi afin que « ces faits de violences, qui ne sont pas admissibles » ne se reproduisent pas et pour garantir l’ordre public, ajoute le communiqué.

En mai 2009, le quartier nord s’était déjà enflammé suite à la mort d’un jeune motard au cours d’une course-poursuite. Onze voitures et trente poubelles avaient notamment été brûlées, tandis qu’un poste de police avait été partiellement incendié. Des caillassages avaient également eu lieu et un policier avait été blessé, après avoir été renversé par des personnes encagoulées qui participaient à un rodéo.

Source: http://tinyurl.com/2c3jjag

27/09/2010

Chroniques de la barbarie urbaine ordinaire…

Cette fois, il faut tout faire pour que la terreur change de camp. D’ailleurs, c’est déjà en route… On ne s’attaque pas aux pompiers! Ni aux policiers! Ils n’iront pas se plaindre, après, les racailles. Vous nous avez déclaré la guerre? On est prêts… Commencez à raser les murs…

FDF

.

Ci-dessus, une « sous-merde »…

La nuit de samedi à dimanche a été très agitée dans le quartier du Sierroz à Aix-les-Bains (quartier HLM à forte population immigrée). Quatre véhicules ont été incendiés et les pompiers ont été la cible, lors de leurs interventions, de jets de projectiles.

Aux premières loges des événements, des convives qui participaient à une fête de mariage dans le centre de loisirs du quartier. Les rideaux de la salle baissés, les invités, atterrés et effrayés, assistent à un spectacle d’une rare violence : « Je n’avais jamais vu ça. J’ai eu très peur car c’était vraiment dangereux », témoigne, encore sous le choc, un invité qui a vu sa camionnette partir en fumée. Vers 2 h 30, un premier véhicule est incendié. Le jeune témoin assure qu’une trentaine de jeunes étaient, alors, présents sur les lieux. Injures, jets de pierres, de bouteilles, de vaisselle : c’est un comité musclé qui a accueilli les pompiers. D’autres témoignages affirment que les soldats du feu ont, même, été obligés de se défendre à l’aide leurs lances incendies pour faire fuir les assaillants (deux pompiers ont été atteints par des projectiles sans être blessés).

Ce même scénario se répétera à trois reprises, entre 4 heures et 5 heures du matin, lors de trois nouveaux feux de véhicules. Les pompiers ayant été secondés par les forces de police lors de leurs interventions.
Pourquoi tant de violences ?

Comment le quartier du Sierroz a pu devenir le décor de scènes aussi violentes ?

Selon nos renseignements, plusieurs amis Aixois aurait souhaité faire la fête dans le centre ville. Problème : les portes de différents établissements de nuit d’Aix seraient restées fermées. Ce qui aurait soulevé un vent de colère au sein des fêtards qui auraient décidé de passer leurs nerfs du côté du quartier du Sierroz.

Une piste à prendre avec des pincettes. En effet les services de police aixois restent prudents car ils ne disposent d’aucun élément tangible corroborant cette hypothèse. Les policiers sont bien intervenus dans le centre-ville pour une rixe, vers 2 heures du matin (deux personnes ont été placées en cellule de dégrisement avant d’être relâchées), soit très peu de temps avant le premier incendie. Une situation les empêchant ainsi d’intervenir auprès des pompiers pris pour cible. De plus, aucune identification d’individus n’a pu être faite. « Quand la police arrivait, tout le monde se planquait très vite », se souvient le jeune témoin. Aucune interpellation n’a d’ailleurs été effectuée.

Une enquête a été ouverte et plusieurs analyses de prélèvements seront réalisées. Des témoins ont été entendus mais peu d’informations sont ressorties. Ce serait selon les premiers éléments entre cinq et dix jeunes qui auraient attaqué les pompiers.

Joint par téléphone Dominique Dord, le maire d’Aix pense que ces faits resteront isolés. Pour lui comme pour les autorités rien ne laisse présager de nouvelles actions de ce type ces prochains jours.

Source : Le Dauphiné Libéré