Francaisdefrance's Blog

29/12/2010

Future mosquée d’Avallon: un viol de la loi de 1905 ?

C’est du moins la constatation de l’élu du Front National au Conseil Régional, Édouard Ferrand, qui attaque à juste titre la municipalité, laquelle se perd en explications plus ou moins claires…

FDF

.

La future mosquée dans le viseur du FN.

« Viol de la loi de 1905 »

Le propos est tiré d’un communiqué de presse daté du 22 décembre dans lequel l’intéressé estime que « les élus avallonnais bradent la laïcité » et leur reproche de « céder aux revendications religieuses et communautaires ». Raisons pour lesquelles « le Front national entend déposer un recours contre la municipalité ».

À nouveau interrogé sur la question, vendredi, Édouard Ferrand persiste et signe. « La délibération du 17 décembre (la cession du terrain, NDLR ) est un viol manifeste de la loi de décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État », relève le conseiller régional. « Et que dire de la prise en charge par la ville du coût du transport des animaux emmenés pour être abattus dans le cadre de la fête rituelle musulmane de l’Aïd el Kebir, si ce n’est que cela ressemble au financement déguisé d’une religion. Les élus avallonnais et, avant eux, ceux de Saint-Florentin, ne font qu’acheter la paix civile. »

Ces déclarations n’ont pas vraiment surpris le maire socialiste d’Avallon. « Elles montrent une fois de plus le vrai visage de l’extrême droite française », constate Jean-Yves Caullet. « Ces gesticulations font partie de la stratégie politique de Marine Le Pen. » Et d’ajouter : « C’est même plutôt honorifique d’être attaqué par le Front National. » Le premier édile relève toutefois que le parti frontiste est « assez mal inspiré de vouloir donner des leçons de laïcité à tout le monde ».

Sur le fond des accusations, Jean-Yves Caullet s’étonne que le dirigeant FN se penche aujourd’hui sur une mesure prise en 2001. « Depuis dix ans, la commune apporte son concours au transport des animaux vers les abattoirs pour des raisons sanitaires. Cela représente la modique somme de 400 euros par an et jusqu’à preuve du contraire, cette décision n’a jamais souffert d’aucune contestation. »

S’agissant de la cession du terrain, le maire relève, comme il l’a fait lors de la séance du conseil municipal du 17 décembre, que « 25 euros le mètre carré, c’est 7 euros au-dessus de l’évaluation des Domaines ». Il rappelle en outre que la délibération a été prise après enquête publique. « Autant dire que les élus avallonnais attendent avec sérénité le résultat de ces recours », conclut Jean-Yves Caullet. »

Source: http://www.lyonne.fr/