Francaisdefrance's Blog

29/02/2012

Un an de prison ferme requis à l’encontre de Jean-Pierre Pagès-Schweitzer !!!

JPPS, l’ignoble criminel…

Toi aussi, tu as voulu dénoncer certaines vérités? Mon brave Jean-Pierre; « ils » veulent te la faire boucler? C’est le début de la charia?

Cette campagne d’application stricte du non respect de la liberté d’expression me fait vomir. C’est de la répression pure et dure. Au pays des droits de l’homme… On croit rêver.

En ces temps chaotiques, même l’humour est un crime. Comme en islam…

Tu as tout mon soutien ainsi que celui de nos amis communs.

FDF

.

mercredi 29 février 2012

IL N’Y AURA PAS DE MESSAGES AUJOURD’HUI : LE GRAND CRIMINEL JPPS AYANT DU COMPARAITRE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE PARIS

…LE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE A REQUIS CONTRE LUI UN AN DE PRISON FERME !

Source: http://cafephilodedroite.blogspot.com/2012/02/il-ny-aura-pas-de-messages-aujourdhui.html

09/02/2012

Les sujets de sa majesté se rebiffent…

.

Il faudrait que l’on puisse trouver les mêmes en français…

Nos voisins britanniques ont eu une excellente idée de produire ces autocollants. La résistance, c’est ça, aussi…

FDF

.

Le site de vente: http://britishfreedom.org/sharia-free-zone-new-british-freedom-poster/

Merci de l’info à http://cafephilodedroite.blogspot.com/

18/01/2012

Un nouveau « Grand d’Espagne »…

La France vient de perdre son « triple A ». Un déshonneur, à mon avis pour celui qui est aux commandes. Mais si après le déshonneur chez soi, on obtient les honneurs ailleurs…

Un bon petit dessin pillé chez: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

FDF

.

Voir: http://www.wat.tv/video/sarkozy-decore-toison-or-par-4sbtv_2exyh_.html

.

Et hop! Un autre:

08/08/2011

Le nouveau Spider Man sera métis…

Pillé chez JPPS… Pas mal.

Au fait, Cortex, je t’ai fait peur, mon gros ?

FDF

.

Cortex: Spirou ou Marsupilami ?

(ndlr : « Houba » signifie en marsupilami : « suçe ma bite »)

************************************************

Vidéo du nouveau Spider-Métis-Man: http://youtu.be/iFXBhjLsStQ

Le nouveau Spider-Man sera métisSource: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

06/08/2011

L’esprit de famille selon le coran…

Drôle de conception de l’esprit de famille. A moins que ce soient nous autres, les infidèles, qui avons des idées trop avant-gardistes?

FDF

Papa muzz et ses petits…

********************************************************************************

Famille d’infidèles…

Source: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

27/07/2011

Le drame d’Oslo et la Loge Maçonnique Norvégienne…

Petite mise au point de JPPS; J’aime bien…

FDF

.

OSLO: QUE VIENT FAIRE LA FRANC-MACONNERIE DANS CETTE GALERE ?

Je ne suis pas Franc-Maçon, et -contrairement à Serge de Beketch, je ne l’ai jamais été.

Mon ancêtre Louis-Antoine Garnier-Pagès, par contre, ainsi que tous les membres du Gouvernement Provisoire de la Deuxième République (Lamartine, Arago, Ledru-Rollin etc.), l’était.

A l’Assemblée Nationale Garnier-Pagès et ses amis siégeaient à « l’extrême Gauche »…

C’est au Secrétaire d’Etat aux Colonies, Victor Schoelcher, que l’ont doit l’abolition de l’esclavage (les « révolutionnaires » de 89 ne l’ayant aboli que sur le papier…).

L’un des premiers gestes de G-P, Maire de Paris, fut de fermer la « Prison pour Dettes » et d’en faire un Atelier National (Napoléon III s’empressa d’ailleurs, de la rouvrir, en Décembre 1851…).

Mais à la gauche de cette « extrême » gauche, existait une « ultra » gauche, dont le personnage le plus représentatif était sans aucun doute, Auguste BLANQUI (1805-1881), surnommé « l’enfermé », au fait qu’il passa 33 ans de sa vie, en prison.

Blanqui appartenait, depuis l’âge de 19 ans (1824) à la charbonnerie (une société secrète, qui se dissimulait derrière le « compagnonnage artisanal des producteurs de charbon de bois), et qui, en 1818 devait se transformer en une soi-disant « Loge Maçonnique »: Les amis de la Vérité ».

Notons que parmi les « couvertures » de la charbonnerie, ont peut citer des réseaux de conspirateurs professionnels, connus sous le nom de « Philadélphes » (aimant la Vérité), considérés par certains, comme une résurgence des « Illuminati » (Illuminés de Bavière, un mouvement éphémère -il n’exista qu’une décennie, de 1776 à 1786- de « Libre penseurs », fondé par un ancien jésuite, Adam Weishaupt).

Une autre couverture, fut la « Société des Saisons » : Blanqui fut l’un des dirigeants de cette société secrète, et il fut mêlé à pratiquement toutes les conspirations républicaines de son époque.Il prêchait la violence.

En 1839 il participe à une insurrection (prise du Palais de Justice, de la Préfecture de Police et de l’Hôtel de Ville), qui fait 50 morts et 190 blessés (c’est probablement pour le récompenser que l’on a donné son nom à une station de métro); et donc en 1840, il sera condamné à mort -mais grâcié… et libéré par Louis-Philippe.

En 1871, enfin, il est plébiscité par de nombreux quartiers de Paris, mais étant empêché (il se trouve à nouveau en prison), il ne pourra prendre la tête de la Commune (ce que regrette Karl Marx) : Il sera élu Président « d’honneur ».

On peut donc affirmer que la MACONNERIE (sous ses formes les plus diverses) est avant tout une affaire de gauche, et qu’il n’y a pas -et n’y a jamais eu- de Maçonnerie d’extrême droite.

Quid de l’ORDRE NOIR fondé par Himmler et son ami le « mage » Karl Maria Willigut ?

Là aussi, il est difficile de parler de Franc-Maçonnerie : cette société secrète qui s’inspire surtout de la mythologie scandinave (Société de Thulé et du Vril), de la saga du Roi Arthur et de ses douze Chevaliers incorruptibles, en queste du Saint Graal -plutôt qu’à la recherche du mot de passe secret d’Hiram, le mythique architecte du temple de Salomon.

Anders Behring Breivik avait-il entendu parler de l’ordre Noir ? En est-il question dans son « Manifeste » ?

Et ce costume de Chevalier du Temple (avec des décorations dont on ne nous a pas encore expliqué l’origine) l’a-t-il loué chez un costumier, comme celui de « Maître »maçon d’une Loge Maçonnique (alors qu’il n’était qu’apprenti).

En fait ABB est avant tout une personnalité particulièrement narcissique, voire borderline (états limites); il carbure aux amphétamines, qu’il a utilisées pour passer à l’acte (Comme le faisait Charles Manson), et ce qui l’attire vers la maçonnerie et les Néo-Templiers, c’est avant tout leur aspect ésotérique et mythomaniaque.

C’est par tromperie qu’il a réussi à s’introduire dans une Loge norvégienne.

Il n’a rien à voir, de près ou de loin, avec cette idéologie, que je ne partage pas, et qui ne ne m’a jamais intéressé…mais qui n’a jamais, non plus, fait l’objet de ma vindicte.

Xavier Raufer, de son vrai nom Christian de Bongain, un ancien « d’Occident », dénonce aujourd’hui dans LE FIGARO, « Ceux qui continuent à mettre Al-Qaida et C° à toutes sauces », qui font dans la « pétition de principe » et répètent, telle Toinette, « Le poumon, le poumon vous dis-je ».

En d’autres termes, ceux qui voient le Jihad partout !

Me sentant visé dans cette dénonciation, j’ai tenu à préciser que je ne vois pas la main de l’Islam partout…mais seulement « presque » partout.

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

01/05/2011

Attaque en règle du Parti de la France contre Marine Le Pen.

Rappelez-moi le pourcentage qu’a fait le Parti de la France et ses alliés aux dernières régionales?

FDF

.

LE PARTI DE LA FRANCE OFFRE UNE TRIBUNE AU BOUFFON-BOURBON…

…QUI EN PROFITE POUR SE LIVRER A UNE ATTAQUE EN REGLE -SOUVENT A LA LIMITE DE LA DIFFAMATION-
CONTRE MARINE LE PEN :

http://www.dailymotion.com/video/xigw9d_libre-journal-du-parti-de-la-france-emission-du-28-avril-2011_news
(cliquez sur lien, pour le Libre-journal).

Jérome Bourbon, Directeur de RIVAROL, qui manque sans doute de charisme (probablement du fait de ses problèmes d’élocution), mais ne manque certainement pas de compétence (ses interventions sont toujours très bien documentées, et l’ont peut, par conséquent, comprendre, dans une certaine mesure, le choix de Marie-Camille Galic), a été invité par le PARTI DE LA FRANCE à participer à leur Libre-journal.

Par contre, sa mauvaise foi est patente, comme on peut aisément le constater en visionnant ledit journal.

Il reprend ici, l’argumentation développée lors du Congrès Nationaliste organisé -à Villepreux- par Thibaut de Chassey, et qu’il servira probablement à nouveau, au GRAND BANQUET organisé (à Villepreux…), pour les 3.00O numéros de RIVAROL :

Il nous assure, à plusieurs reprises, qu’il n’a rien contre Marine (« un avocat manqué », et « une personne sans culture »), et que si il a, dès le début, fait campagne en faveur de Bruno Gollnisch -et donc contre elle-, c’est uniquement par amour de la Vérité et par fidélité à « certaines » convictions.

Ces convictions, nous les retrouverons, en filigrane, dans ses critiques de la politique économique, intérieure et étrangère de la Présidente du Front.

En ce qui concerne son projet « économique », il le qualifie « d’extrême gauche »et « d’égalitariste ». (n’ayant pas les qualifications requises en cette matière, je me garderai de prendre parti).

En matière de politique intérieure, il prédit que Marine ne pourra (ou ne voudra) inverser le flux migratoire, et qu’elle désire simplement enrayer l’immigration « clandestine » -ce qui ne la différencie en rien des intentions de l’actuel locataire de l’Elysées.

Nous arrivons maintenant aux reproches les plus fondamentaux, à cette idéologie, à ces convictions dont Monsieur Bourbon se veut le défenseur -« même si cela devait, à plus ou moins longue échéance, provoquer la disparition de son hebdomadaire » :

Marine Le Pen (et ses « mignons ») ont la haine de tout ce qui catholique » !

Elle serait favorable « au divorce, à la contraception, à l’avortement, au Pacs…et surtout à l’homosexualité ».

En un mot, elle n’est pas intégriste; elle ne milite pas au sein de la mouvance Pro-Vie.

Car pour les bigots, les faux dévots, les culs-bénits, les cagots, les escobars, les crapauds de bénitier, si l’on est pas intégriste… on n’est pas catholique.

Je pense qu’à l’occasion, Marine Le Pen se chargera de remettre à sa place, ce triste sire.

Mais venons-en maintenant à ce qui constitue le reproche principal, le crime impardonnable qui explique -et justifie- la cabale actuelle dont Marine fait l’objet, au sein de la mouvance nationaliste : ses supposées sympathies pour « l’axe américano-sioniste ».

Monsieur Bourbon en fait l’inventaire : « liens présumés avec la Ligue de Défense Juive » (…), « voyage en Israël et prises de contacts avec les faucons israéliens », « manque de compassion pour les traitements inhumains réservés aux Palestiniens », etc.

Nous y sommes ! Voici bien les véritables motivations des « anti-marinistes » :
elle n’a pas hérité de l’antisémitisme viscéral de son père. Elle va même jusqu’à exclure des militants faisant ce que Jérôme Bourbon appelle pudiquement, le « salut olympique » -ou qui simplement appartiennent à l’Oeuvre Francaise de Pierre Sidos.

Il s’agit là d’une véritable trahison.

PAR CES MOTIFS

Un grand banquet a été organisé…à Villepreux, le Samedi 21 mai 2011, auquel tous les nostalgiques de Vichy, tous les partisans de la thèse du complot (J.B. a mentionné George Soros dans son interview, comme l’un des responsables des problèmes actuels du moyen-orient),tous les révisionnistes et tous les négationnistes, ont été convoqués…afin de statuer sur le sort de cette usurpatrice.

SOUS TOUTES RESERVES
ET CE SERA JUSTICE

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

27/02/2011

Parfois, il vaut mieux se voiler la face…

J’ai piqué ça à JPPS… Pas mal.

FDF

.

Et future candidate à la présidence de la république de Francarabia? Non merci…

 

Et la source: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

11/02/2011

PHILIPPE BILGER SUR BRASILLACH : L’ANTI-KAPLAN***Blog-Notes N°71.

Je relaie, avec l’autorisation de l’auteur…

FDF

.


Monsieur le Procureur Général Philippe Bilger est un homme très courageux. Il l’a prouvé. Nous savons maintenant, après avoir lu son livre « 20 MINUTES POUR LA MORT », qu’il est également capable de faire preuve d’une exceptionnelle impartialité.

Je ne possède pas « tout » ce qui a été écrit sur Robert Brasillach …mais presque !

Jusqu’à ce jour, je n’avais pu consulter que des hagiographies (Maurice Bardèche, Jean Madiran, Peter Tame…ou Anne Brassié), ou des traités de démonologie, dont Alice Kaplan (« Intelligence avec l’ennemi »)représente, par sa malhonnêteté et la haine sous-jacente à son propos, le paradigme.

Le livre de Philippe Bilger réussit la prouesse de n’être -ni pour Robert, ni contre lui : et cela, c’est parfaitement admirable.

Mais au-delà du « Procès Brasillach », l’auteur nous offre une réflexion sur la magistrature…et ses « complices » : les Avocats.(il écrit notamment, p153, « dans notre monde, magistrats et avocats…).

C’est surtout cela qui a retenu mon attention; d’autant plus que je me considère moi-même, à tort ou à raison, comme l’une des victimes de cette « corporation » – dans laquelle, je le répète, il convient d’inclure les « bavards ».

Le cas Reboul/Isorni, illustre parfaitement cette relation « particulière ».

Je n’ai pas connu le Procureur Marcel Reboul (il avait déjà quitté la rue Geoffroy-St-Hilaire, lorsque, dans les années 70, je commençais à fréquenter Lili Bisinger, l’ex-épouse de Jacques Isorni, qui avait conservé l’appartement au moment du divorce).

Par contre Lili et moi déjeunions, une fois par trimestre « Aux Deux soleils » (en face du Palais de Justice), avec Jacques Isorni, qui était intarissable sur le procès du Maréchal -mais beaucoup plus discret sur celui de Robert Brasillach…

J’avais rencontré, pour la première fois, Jacques Isorni (et Lili), en 1957, à l’occasion de la première de « La reine de Césarée », au Théâtre des Arts (aujourd’hui démoli).
Invitée par Isorni, ma mère, Jane Pagès, qui avait bien connu Robert, était venue tout spécialement de Rio de Janeiro (où mon père habitait depuis la « Libération », et où ma mère et moi l’avions rejoint en 1951).

Ce soir-là, je fus présenté à Xavier Vallat (que ma mère connaissait déjà), et qui illustre parfaitement le propos du Procureur Général Bilger sur l’antisémitisme de raison (ou d’Etat)(p 85), par opposition à l’antisémitisme « de peau »(ou « d’instinct »- parfois qualifié d’antisémitisme « clinique »)(p 91), du deuxième Commissaire Général aux Affaires Juives, Louis Darquier (dit « de Pellepoix », dit « Baron »), qui, rappelons-le mourut tranquillement en Espagne (sans être passé par la case « prison »), en 1980.

C’est Suzanne Bardèche (née Brasillach), la soeur de Robert, qui avait eu la malencontreuse idée de proposer à son frère de prendre Maître Isorni comme avocat. Elle s’en est voulu toute sa vie, puisqu’elle avait encore évoqué ce choix devant moi, rue Rataud, quelques mois avant sa mort.(elle est enterrée au cimetière de Charonne, aux côtés de son époux, presque en face de la sépulture de Robert).

En effet, Jacques Isorni était un vaniteux qui ne voulait jamais perdre une occasion de faire des effets de manche.
Or, ce qu’il fallait faire à cette époque, c’était de la « procédure » afin de retarder le plus possible, la date de Procès (et attendre que les esprits se calment un peu)-et les avocats « éclairés » qui ont utilisé cette tactique, ont généralement sauvé la tête de leur client.

Par ailleurs, dès la désignation de son « ami » et locataire (rue Geoffroy-St-Hilaire), du Procureur Général Marcel Reboul, il aurait dû proposer à Robert, de passer la main à un confrère.

Il n’en fut rien et « la joute oratoire », ou le « concours d’éloquence » (pour utiliser l’expression de Bernadette Reboul cf. « Entretien ») eu lieu, avec le résultat que l’on sait.

Jacques Isorni, rappela, du bout des lèvres, à Marcel Reboul « qu’à son Parquet, ils avaient fait quatre ans de collaboration », mais s’empressa d’ajouter : »Pour sauver, ce qui pouvait l’être »…(Petite phrase qui fut longtemps -jusqu’à Paxton- la « tarte à la crème » des anciens collaborateurs de Vichy).
Il évitera de rappeler que Marcel Reboul, avait, pendant l’occupation,
siégé au Tribunal Spécial de la Seine -et avait requis contre des résistants…

En réalité, tous les magistrats (du Parquet comme du siège) avaient, en application de l’Acte Constitutionnel N°9, en date du 14 août 1941, prêté serment de fidélité au Chef de l’Etat (le 2 septembre).

Tous, sauf un : Paul Didier, a qui il convient de rendre hommage.

Juge au Tribunal de la Seine, il fut suspendu, puis, plus tard révoqué; arrêté le 6 septembre 1941 et interné au camp de Chateaubriant.
Libéré en février 1942, et assigné à résidence, il rejoint la résistance.
A la Libération, il refusa toutes les promotions qu’on lui proposait.

Le Président Maurice Vidal avait donc, lui aussi, prêté serment. Cependant il ne semble pas s’être particulièrement « illustré » pendant cette période (et surtout, il n’a pas fait parti des « Sections spéciales »). La chambre qu’il présidait s’occupait, semble-t-il, des délits relatifs au marché « noir ».
Isorni n’avait donc pas la possibilité d’utiliser cet argument contre lui.

Mais c’est (selon Lili), pour ne pas embarrasser, ni Reboul, ni Vidal, que Jacques Isorni ne fit pas état de l’affaire « Bruhat »:

Quelques jours avant d’aller se réfugier dans la chambre de bonne de la rue de Tournon, Robert apprend l’arrestation du Professeur Georges Bruhat, Directeur-adjoint de la rue d’Ulm.

Il demande alors à ma mère d’intervenir en sa faveur, auprès d’Ernst Jünger (qu’elle avait rencontré lors d’une réception chez le Baron Empain, président du Métropolitain).

Nous nous rendons au Majestic, ma mère et moi (je reste en bas dans la voiture).
Jünger promet d’intervenir; mais il est malheureusement trop tard.

George Bruhat a été arrêté par la Gestapo de la rue la Pompe, dont le chef est un allemand, du nom de Friedrich Berger (qui mourra paisiblement chez lui, à Munich, en 1960).

Or, Berger, qui avait dirigé un « Bureau d’achat », au 14,rue du Colonel-Moll, avait été mêlé au fameux procès « du sucre », présidée par Maurice Vidal et où le ministère public était assuré par Marcel Reboul… (l’avocat de la défense étant Jacques Isorni).

A l’époque, le bar « américain » favori de maman était le Chantaco, situé à l’angle de la rue de Pompe et de la rue de Sontay (la petite amie du barman, Simone B. était une ancienne condisciple du Collège de Saint-Gaultier, dans le Berry),et Robert, maman et moi nous y rencontrions souvent, pendant que mon père vaquait à ses affaires.

Le Chantaco était à quelques mètre du 180, rue de la Pompe, et entre deux « séances de baignoire », ces messieurs venaient s’y rafraîchir.

Robert ne leur adressait jamais la parole, mais maman et moi les connaissions bien : à l’heure du déjeuner, ma mère jouait l’apéritif au « 421 » avec certains d’entre eux , et plus particulièrement avec jean-Baptiste Zimmer, dit « le professeur » qui, je l’appris plus tard, jouait du piano pendant les intérrogatoires.

Lorsqu’il était en retard, ma mère m’envoyait le chercher au 180, et j’ai donc bien connu le fameux salon violet, où se trouvait le piano.
Je dois dire que je n’y ai jamais rien vu de particulier (peut-être faisaient-ils une pause à ce moment-là); par contre, c’est là que j’entendis pour la première fois la Marche turque de W.A. Mozart.

Nous apprîmes plus tard, que c’est en fait le « Professeur » lui-même, qui avait dirigé l’interrogatoire de Georges Bruhat.

Aux questions de maman, il répondit que Bruhat n’était plus chez eux, et qu’il était parti pour l’Allemagne.

Par ailleurs, il était trop tard pour qu’il intervienne : quelques jours plus tard (le 17 août), Berger et toute son équipe quittait la rue de la Pompe pour Strasbourg.

Georges Bruhat mourut cinq mois plus tard au camp de Sachsenhausen.

Cet « esprit de corps » qui réglemente les rapports entre Magistrat et Avocats, perdure encore de nos jours : il imprègne tous le système judiciaire français.

La Police obéit aux ordres des Vice-Procureurs d’un Parquet qui, hier comme aujourd’hui, est « à la botte ».

Quant aux Magistrats, ils sont le plus généralement guidés par l’idéologie dominante (aussi « ignoble et nauséabonde soit-elle » p 153) et les Didier et les Bilger sont l’exception qui confirme cette règle.

Enfin, Philippe Bilger pose, dans son dernier chapitre, des questions tout à fait fondamentales, et en particulier une question que je me pose moi-même très souvent :

Si j’avais eu dix ans de plus, pendant l’occupation, aurai-je été résistant…ou milicien ?

Pour ce qui est du futur (à mon avis très proche), je pense quand même qu’il y a peu de chances que l’on me surprenne à collaborer avec l’occupant.

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer
Directeur de l’Observatoire de l’islamisation de la France
et de l’Europe

Source: http://cafephilodedroite.blogspot.com/

01/02/2011

Jean Pierre Pagès Schweitzer: trois mois de prison !

Reçu par mail de JPPS lui même…
FDF

.

FLASH :

 

LE PARQUET DE PARIS A REQUIS CE MATIN (31 01 2011) TROIS MOIS

FERMES D’EMPRISONNEMENT A L’ENCONTRE DE Jean Pierre Pagès Schweitzer

ACCUSE (INJUSTEMENT) D’AVOIR CASSE LA MAIN DROITE DE

SON VOISIN DU DESSUS …UN CERTAIN… MOHAMED BOULEDROUA

 

Ca se passera de commentaires…

13/12/2010

« Le XXIème siècle est en mal de Saints ». JPPS

Pillé à JPPS…
FDF

.

TIBHIRINE N’EST PAS TAMANRASSET, ET C.de C. N’EST PAS C. de F. *** (Blog-notes N°70)

Faute de Vincent Depaul et de Jeanne Jugan, on devra probablement se contenter de l’Abbé Pierre et de la Soeur Sourire. 

Le dernier film à la mode, DES HOMMES ET DE DIEUX, souhaite participer à cette queste , en nous présentant les Moines martyrs de Tibhirine, comme des fils spirituels du Père de Foucault (sans toutefois le mentionner).

Ne voulant être une émule de Jacques de Voragine (l’auteur de la « Légende dorée »), j’essayerai -contrairement au film- de faire la part de l’Histoire…et celle de l’hagiographie.

Voici donc, en toute humilité (…), ma version des faits.

Les moines de Tibhirine, des trappistes (Ordre Cisterciens de la Stricte Obédience) gênaient, pour diverses raisons, le gouvernement algérien.
Entre autres raisons, ils soignaient les rebelles blessés, et les membres de leurs familles.

Il fut donc demandé, en mai1996, à la Sécurité militaire algérienne, de trouver un moyen de les forcer à quitter le pays.

Ladite Sécurité, voulant jouer les Machiavel, demanda au CIA de les enlever,
avec l’intention, dans un deuxième temps, d’effectuer leur libération et de les mettre dans le premier charter en partance pour la France.

Les choses ne se sont malheureusement pas passées comme prévu.

Un hélicoptère de l’armée aurait mitraillé, par erreur, le bivouac des jihadistes qui les avaient enlevés, tuant à la fois les maquisards…et sept moines du monastère de Notre-dame-de-l’Atlas.

On peut donc dès à présent, souligner la différence fondamentale qui existe entre ces dramatiques évènements, et ceux qui, 80 ans plus tôt (le 1er décembre 1916), conduisirent à l’enlèvement et à l’assassinat, à Tamanrasset, d’un autre moine cistercien, le Frère Charles de Jésus (dans le siècle, Charles de Foucault).

Pour faire court, on peut dire que le Frère Charles de Jésus a été assassiné (par l’Emir d’une secte musulmane, la « Senoussia », nommé BA HAMON), en raison de sa mission sacerdotale (d’aucuns diront de son prosélytisme), auprès des Touaregs du Hoggar.

L’ermite de Tamanrasset s’intéressait à l’Islam. Il avait lu le coran.

Mais son intérêt pour la religion musulmane n’est en aucune façon comparable à celui du Prieur de Tibhirine.

Christian de Chergé passa une partie de son enfance à Alger, où était stationné le régiment de son père (commandant), le 67ème RAA, et éprouva très rapidement une véritable fascination pour la religion fondée par le Prophète Mahomet.

Mais c’est probablement plus tard, en1959, lorsqu’il y retourna, pour participer, en tant qu’officier, à la guerre d’Algérie, que se révéla sa véritable vocation : Il fut en effet sauvé, par un garde champêtre algérien, Mohamed, qui pris sa défense lors d’une altercation, dans la rue, et qui fut assassiné le lendemain -en représailles.

Il s’est senti désormais, lié -par le sang- au peuple algérien…et aux musulmans.

Cependant, l’Islam qu’il connait et avec lequel il va s’efforcer de créer des liens très étroits (de « communier »), est un Islam tout à fait minoritaire -voire « hérétique »-, qui est lui-même persécuté par l’Islam officiel : le Soufisme (cf le maître Soufi Mansour al-Hallaj, qui fut crucifié à Bagdad, en 922).

En 1980, la Tarqa (confrérie) soufie, Alawiya, commence à se réunir dans la chapelle du monastère.Les moines étudient et prient avec eux, tournés vers La Mecque. Ils pratiquent ensemble le DHIKR (qui est plus ou moins l’équivalent de l’Hésychia des moines orthodoxes).Ils font le ramadan.

le Père de Chergé se pique même de théologie, et publie des textes entrant dans le cadre d’un « dialogue interreligieux » (…à sens unique, comme c’est toujours le cas avec les musulmans).

Et en particulier un article intitulé « chrétiens et musulmans » (dans la « Lettre de Ligugé » de décembre 1984), où il s’efforce -à mon avis, de manière peu convaincante- de réinterpréter la doctrine de la Trinité : pierre d’achoppement pour les musulmans, pour qui l’unicité de Dieu n’est absolument pas négociable…

Mais la « théologie » du Prieur est avant tout sociale.

Il déclare vouloir « s’exprimer par tous les moyens de la solidarité et de la coresponsabilité politique et sociale, au service de la paix ».

Son engagement est donc, comme pour ses collègues d’Amérique du Sud,
fortement « politisé »; et comme pour eux, sa théologie (de la « libération ») n’est qu’une tentative (maladroite) de justification à posteriori,
d’une démarche parfaitement irrationnelle.

Il voulait avant tout se mettre au service du « peuple »algérien : victime, selon lui, d’un régime inique; et il considérait probablement les membres du GIA, non comme des terroristes, mais comme des « combattants de la liberté »…

Le film de Xavier Beauvois nous montre, à juste titre, des hommes très courageux et parfaitement sincères. Certainement des martyrs.

Mais la vérité historique, qu’il convient de lire entre les lignes hagiographiques du scénario, nous révèle qu’ils étaient également de piètres théologiens, considérant, comme Don Hélder Câmara, ou Léonard Boff, que Notre Seigneur était un marxiste avant la lettre, et que les pauperes spiritu de la première béatitude, étaient des « pauvres » -tout court, que tout chrétien qui se respecte doit aider à acquérir -éventuellement par la force- sa part du gâteau terrestre, en anticipation de celle qui leur est promise dans le royaume des cieux.

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

26/11/2010

Bientôt, votre chat devra aussi manger halal…

Et bien comme ça, nos amis muzz pourront bouffer du chat, puisque ceux-ci ayant mangé halal, le seront devenus eux-même par la force des choses. Et si cela ne suffit pas; on les tourne vers La Mecque et….. couic ! Sans étourdissement préalable, bien sûr…

FDF

.

Piqué à JPPS… http://cafephilodedroite.blogspot.com

08/11/2010

Front National. Campagne interne: Message de Bruno Gollnisch aux adhérents (et futurs adhérents) du FN.

C’est bien connu, on ne prête qu’aux riches, et l’exégèse du discours et surtout des hypothétiques arrière-pensées de Bruno Gollnisch va bon train depuis le début de la campagne.

Là où il suffirait tout simplement d’écouter ce que dit le vice-président du FN, dont le langage a pourtant le mérite de la clarté -une clarté peut être un peu trop aveuglante pour certains-, beaucoup s’échinent à lui prêter des vues inavouables. La théorie du complot a de beaux jours devant elle…

Une limpidité des propos de Bruno Gollnisch qui a été particulièrement appréciée par les adhérents du FN qui sont allés à sa rencontre cette fin de semaine. Bravant le mauvais temps ils étaient 150 samedi midi à La Voulte (Ardèche), 170 le soir dans le magnifique château du Baroux (Vaucluse) et près de 200 à Marseille dimanche midi à venir écouter le vice-président du FN.

Le langage « carré », les arguments utilisés par le candidat à la succession de Jean-Marie Le Pen font leur effet sur les adhérents qui, pour beaucoup, (re)découvrent sous un jour nouveau le vice-président du FN à l’occasion de cette tournée.

Sa détermination et son assurance impressionne… Certes, ses compétences d’homme de dossier, d’élu, d’intellectuel n’ont jamais été mises en doute. Mais c’est incontestablement sur sa capacité évidente à assurer la cohésion du FN, à rassembler la famille nationale, les électeurs orphelins du souverainisme et au encore au-delà, ceux de la gauche patriotique et de la droite sociale, qu’il a engrangé un regain de popularité et de soutiens ces dernières semaines.

Cela n’empêche pas un certain nombre de commentateurs de lui dénier toute sincérité, de refuser d’admettre que son souci d’ « enraciner la modernité dans la tradition » n’est pas le cache-sexe d’une nostalgie coupable pour les heures les plus sombres de notre histoire.

Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre… Passe encore que ce type de commentaires fleurissent dans la presse de gauche, mais quand ils émanent de personnes censées nous connaître et partager nos valeurs nationales, cela devient assez pathétique.

Au nombre des mauvais fantasmes véhiculés sur le compte de la candidature Gollnisch, le dénommé Jean-Pierre Pagès-Schweitzer a fait ainsi très fort dans les colonnes des Quatre vérités Hebdo (édition du vendredi 22 octobre), publication au demeurant sympathique en ce qu’elle accueille, sans ostracisme, articles et points de vue couvrant l’ensemble des sensibilités de la droite nationale, et dont nous partageons très souvent les analyses.

Dans l’article en question, M. Pagès-Schweitzer explique pourquoi il votera Marine au congrès, ce qui est bien évidemment tout à fait son droit.

Ce qui est nettement plus tendancieux ce sont les raisons qu’il avance pour justifier son choix.

Selon lui, si les « gollnischiens » -appellation au moins aussi sympathique que celle de « souchiens » utilisée pour désigner les « Gaulois »…- « se présentent comme les gardiens des fondamentaux (…), le plus fondamental des fondamentaux (des partisans de la candidature du vice-président du FN), c’est l’antisémitisme. L’homophobie venant immédiatement après ».

Non, vous ne lisez pas Têtu ou le Nouvel Obs

Et de poursuivre : « ce que les anciens (sic) reprochent à Marine, c’est de ne pas montrer patte blanche ; d’éviter les outrances de son père, de vouloir même sans démarquer (…). Elle réalise pleinement que (…) le péril aujourd’hui n’est pas juif, il est arabe et que, si complot il y a, il n’est pas fomenté par les Sages de Sion, mais par les sectateurs du nouveau califat ».

Se félicitant de l’apparition sur le marché politique d’une « nouvelle extrême droite pro-sioniste » –le phénomène en fait n’est pas nouveau

– l’auteur de cet article démontre cependant qu’à trop vouloir faire coller une démonstration fumeuse à la réalité, on arrive assez rapidement à se prendre les pieds dans le tapis (de prière).

Pour preuve, il désigne comme chef de file de cette extrême droite islamophile, « colallahborationniste comme disait Serge de Beketch », un cadre du FN, Christian Bouchet.

L’intéressé à notre connaissance n’a pas démenti, mais il faut maintenant que M. Pagès-Schweitzer remette un peu d’ordre dans ses fiches pour expliquer à ses lecteurs pourquoi alors M. Bouchet appelle à voter non pas pour Bruno mais pour Marine… comme lui.

La suite au prochain numéro ?

Tantôt traître projetant de faire imploser le FN en y accueillant des « dissidents », également suppôt de Satan ayant vendu son âme aux « barbus », Bruno serait aussi une infâme grenouille de bénitier, qui œuvrerait dans l’ombre des sacristies –un complot des jésuites, marchant main dans la main avec le « califat » ?- à transformer le FN en « parti confessionnel ». Avant de trucider tous les laïcs et les homos au cours d’une vaste Saint-Barthélemy ?

Bis repetita placent, rappelons une nouvelle fois ici, les propos sans ambiguïtés du vice-président du FN sur ce sujet, et dernièrement encore dans les colonnes de Monde et Vie, certes « journal catholique », horresco referens…

« Je pense pour ma part explique Bruno Gollnisch, que la France est un peuple, un territoire, une langue et une civilisation exceptionnelle, aussi tributaire du christianisme que la civilisation japonaise l’est du confucianisme, du Shinto ou du bouddhisme. Les valeurs chrétiennes ne se limitent pas à la France, elles sont universelles, mais elles ont fait la grandeur de notre civilisation ».

« Je souhaite restaurer, non pas l’ordre surnaturel, qui est de la responsabilité du clergé, mais le socle des valeurs de droit naturel – la famille, le respect de la vie, l’acquisition légitime d’un patrimoine fondée sur le travail, les corps intermédiaires, le respect d’un véritable principe de subsidiarité aujourd’hui dévoyé par l’Union européenne, des organisations professionnelles affranchies de la subversion marxiste, etc. –, hors desquelles nous nous enfonçons dans une nouvelle décadence ».

« Contrairement à ce qui a été prétendu, je ne souhaite pas pour autant que le Front National devienne un parti confessionnel. Je travaille en parfaite intelligence avec des patriotes d’autres religions, voire agnostiques ».

Voilà qui a (encore) le mérite de la clarté.

(ndlr: Je suis tout à fait incapable, pour le moment, de dire pourquoi le néo-nazi, sataniste (biographe d’Aleister Crowley) -et surtout éminence grise d’Alain Soral, Christian BOUCHET, appelle à voter pour Marine. JPPS).

(gollnisch.com)

Source: in cafephilodedroite

25/10/2010

Ce soir, je serai à la « soupe au cochon » !

A 20 h 00, parvis Montparnasse.

Rendez-vous ce lundi 25 octobre 2010 pour un nouvel acte de patriotisme…

FDF

.

Source: http://tinyurl.com/3xhcnt5

11/10/2010

« le 16 janvier 2011, je voterai pour Marine La Pen. » JPPS

CET ARTICLE A ETE REFUSE PAR LES 4 VERITES -ET PAR VALEURS ACTUELLES

FN : LA QUERELLE DES ANCIENS ET DES MODERNES

***Blog-Notes N°69
« Muse redis-moi donc quelle ardeur de vengeance
De ces militants fidèles rompit l’intelligence… »
(d’après Boileau)

La succession s’avère difficile : les prophètes, les futurologues et les « boomakers » de tout poil, ne manquent jamais de vous glisser leur pronostic, à la sortie de St-Nic (où j’étais ce matin), ou dans les arrières-boutiques des librairies nationalistes.

En réalité, il ne fait aucun doute que Marine succédera à son père -ne serait-ce que pour se faire remettre le numéro du compte « irakien »
(voir mon article, dans Les 4 vérités : « SOS Enfants du Soudan »).

Le FN n’a jamais été un parti démocratique -pourquoi le deviendrait-il à l’occasion du XIVème Congrès ?

Même si les jeux sont faits, la campagne pour l’élection du remplaçant de papy, peut être, et même -doit être- l’occasion d’un débat de fond, qui ne manquera pas d’avoir une incidence, sur les futurs options politiques du principal parti de la droite nationale.

Les deux candidats étant obligés de se démarquer, il est légitime d’essayer de faire pression sur eux, afin qu’ils prennent certains engagements (qu’ils tiendront…ou ne tiendront pas).

Ce serait quand même quelque chose de nouveau, puisqu’aussi bien,
en 53 ans (le Front National des Combattants fut fondé en 1957 -j’y étais), personne n’a jamais réussi -voire même essayé- d’infléchir les prises de position du vieux chef.

La presque totalité (moi excepté) des hommes politiques de la Droite Nationale, avançant masquée (version française de la « taqqyia »), il est indispensable de décrypter les discours :

Pour prendre un exemple typique, lorsque Bruno Gollnisch déclare « Je laisse le soin aux historiens de se prononcer sur l’existence des chambres à gaz »,
il faut lire : « Moi, personnellement, je n’y crois pas ».

Officiellement, les adversaires de Marine lui reprochent de vouloir trop « moderniser » le Front, de chercher à le mettre « au goût du jour », voire même de lorgner en direction d’un éventuel maroquin sarkozien.

Toujours officiellement, les Gollnisshiens se présentent comme les gardiens des « fondamentaux » de la droite nationale, des principes « anciens » qui remontraient à l’émergence de cette mouvance politique, dans les dernières décennies du XIXème siècle (Boulangisme, Ligues, 1934 etc.).

En vérité, mais ils ne l’avoueront que sous la torture -ou aux cocktails de « Primatice »-c’est à « l’Affaire Dreyfus » qu’il faut remonter.

Le plus fondamental des fondamentaux, c’est en effet l’antisémitisme.
L’homophobie venant immédiatement après…

Les « détails » et les « Durafour… » ne sont pas des dérapages : ce sont des messages envoyés aux « anciens », aux nostalgiques de Vichy, qui, jusqu’à relativement récemment, composaient l’immense majorité des adhérents, des sympathisants et des électeurs du Front.

Ce que les anciens reprochent à Marine, c’est de ne pas montrer patte blanche; d’éviter les outrances de son père, de vouloir même s’en démarquer.

Ce qui d’ailleurs ne signifie en aucune façon, qu’en son for intérieur, elle ne ressente pas la même aversion, pour les juifs de la diaspora, que ressent (moi y compris) tout nationaliste qui se respecte.

Cela signifie simplement qu’elle est consciente du fait, que la situation de la France (et de l’Europe) d’aujourd’hui, est sans commune mesure avec celle des années trente.

Elle réalise pleinement que, n’en déplaise aux tenants des fondamentaux, le péril aujourd’hui, n’est pas Juif -il est arabe; et que si complot il y a, il n’est pas fomenté par les Sages de Sion, mais par les sectateurs du nouveau Califat.

Peu de français, malheureusement, sont aujourd’hui conscients de l’importance du danger islamique : On pourrait presque parler d’un état hypnotique. « Tout va très bien Madame la marquise » !
Ou encore : « ils ne prendront le pouvoir que dans une ou deux décennies » (sous-entendu, « après moi le déluge »).

Il faut dire qu’ils sont encouragés dans cette attitude par ceux que, pour plus de clarté, je qualifierai d’Ultra-Droite.

Une ULTRA-DROITE colallahborationniste, comme disait Serge de Beketch, et dont le chef de file pourrait être Christian Bouchet; suivi de très près par Alain Soral.

Très exceptionnellement, j’ai fait mien un proverbe arabe : « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ».

Je pense, bien évidement, aux Israéliens -qu’il ne faut pas confondre avec les Juifs de France, qui soutiennent globalement les arabo-musulmans, en vertu d’un raisonnement débile, qui consiste à penser que si l’on interdit la burqa, on finira par interdire la kippa, et que rien ne différencie la viande Halal…de la viande Kacher.

Par ailleurs, ils sont très majoritairement d’origine nord-africaine, et se sentent probablement maghrébins, avant d’être juifs.

Une Nouvelle Extrème-Droite Pro-Sioniste, a donc fait son apparition, avec la publication, par Guillaume Faye, de LA NOUVELLE QUESTION JUIVE ( qui fut immédiatement voué aux gémonies par les « fondamentalistes »).

Depuis, d’autres ont suivi -dont votre serviteur.

Dans les circonstances actuelles, une attitude pragmatique (et non dogmatique) s’impose.

C’est pourquoi, le 16 janvier 2011, je voterai pour Marine La Pen.

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

Candidat du Front National
aux législatives de 2007

01/10/2010

Les « chasseurs de casquettes » par Jean Pierre Pagès Schweitzer…

Excellente intervention de JJPS… A conserver dans vos archives après diffusion.

FDF

.

http://cafephilodedroite.blogspot.com/2010/09/les-chasseurs-de-casquettes_30.html