Francaisdefrance's Blog

18/12/2010

Marine Le Pen se nourrit des trahisons de Nicolas Sarkozy…

Et elle aurait tort de se gêner… Sarkö Ier n’a jamais fait de cadeaux au Front National (mais a bien su lui subtiliser sa propagande lors des présidentielles de 2007…) et ne lui en fera jamais… En attendant, lisez bien ce qui suit.

FDF

.

La popularité toujours en hausse de Marine Le Pen commence à semer le doute dans les couloirs de l’Elysée et inquiète de plus en plus les rangs de l’UMP, au point que certains députés envisagent le maintien du FN au second tour de 2012. Il n’y a pourtant rien d’étonnant à ce retour en force de la droite nationale. Car au delà du charisme et du talent de Marine Le Pen, que nul ne conteste, ce sont surtout les mensonges et les trahisons de Nicolas Sarkozy que l’électorat de droite entend sanctionner. A peine élu, notre président s’est empressé d’oublier que deux millions d’électeurs du FN l’avaient porté au pouvoir, bercés par son discours volontaire sur l’immigration et l’insécurité, les deux priorités de l’électorat FN. Or sur ces deux sujets majeurs, Nicolas Sarkozy a plus qu’échoué, il a tout aggravé, accumulant de jour en jour les fautes les plus lourdes. Et les exemples sont légion :

- Pourquoi avoir clamé que la Turquie n’avait pas sa place dans l’Union, alors que sa première décision fut de supprimer de la Constitution le référendum populaire préalable à toute nouvelle adhésion ?

- Pourquoi avoir ouvert trois ou quatre nouveaux chapitres de pré adhésion avec Ankara, pendant qu’il assurait la présidence de l’Europe ?

- Pourquoi avoir supprimé la double peine pour les délinquants étrangers, alors que rien ne l’y obligeait ?

- Pourquoi avoir laissé l’UMP s’allier à l’extrême gauche, dans un ignoble « front républicain », pour barrer Marine Le Pen à Hénin Beaumont ? Les électeurs du FN sont-ils des anti républicains ? Si oui, il ne fallait pas accepter leurs voix en 2007 !

- Pourquoi avoir instauré une discrimination positive pour les minorités, ce qui est contraire à l’égalité républicaine ?

- Pourquoi avoir augmenté de 11% le budget de l’Aide médicale d’Etat pour soigner gratuitement 200000 sans papiers chaque année, alors que 5 millions de Français n’ont pas les moyens de se payer une mutuelle ?

- Pourquoi déclarer la guerre aux voyous, alors qu’une loi de 2009 exonère de leur peine tous les condamnés à moins de deux ans de prison ferme ?

- Pourquoi déclarer que l’impunité n’existe pas, en prônant la tolérance zéro, alors que 82000 condamnés à des peines d’emprisonnement sont en liberté faute de place dans les prisons ?

- Pourquoi élaborer une loi pour sanctionner les mineurs multirécidivistes alors que les décrets d’application sont si restrictifs que la loi devient inapplicable ? Des mineurs arrêtés plus de cent fois sont toujours en liberté.

- Pourquoi tolérer que 45000 voitures brûlent chaque année sans aucune condamnation, alors que le Code Pénal prévoit 150000 euros d’amende et 10 ans d’emprisonnement pour ce délit ? Et même 20 ans de réclusion si cette infraction est commise en groupe !

- Pourquoi faire un battage sur les reconduites aux frontières, alors que 75% d’entre elles ne sont jamais exécutées ?

- Pourquoi laisser siffler la Marseillaise et brûler le drapeau français pendant que flottent librement dans nos rues les drapeaux du Hamas ou du Hezbollah lors de certaines manifestations ?

- Pourquoi prétendre défendre la laïcité, alors que partout l’Etat capitule face aux exigences communautaristes ? Rues bloquées à l’heure de la prière, retrait du porc dans les cantines, aménagement de salles de prières dans les entreprises, dons de terrains par les communes pour y construire des mosquées. etc. etc.

- Pourquoi prétendre défendre les droits de la femme, alors que des accords bilatéraux avec certains pays musulmans reconnaissent implicitement les répudiations et la polygamie ?

- Pourquoi tolérer que des polygames, avec quatre femmes et parfois plus de quarante gamins, vivent aux crochets du contribuable sans jamais travailler ?

- Pourquoi de jeunes couples français doivent attendre huit ans un logement social pour avoir leur premier enfant, alors qu’une même famille polygame peut bénéficier de plusieurs logements sociaux pour éviter les conflits ?

- Pourquoi avoir annoncé en 2007 qu’il fallait contrôler l’immigration en favorisant uniquement celle du travail, alors que le nombre de visas à titre familial a augmenté de 8%, que l’immigration du travail est passée sous les 5%, que les demandes d’asile ont explosé de 8% et que les naturalisations ont battu tous les records et dépasseront les 120000 en 2010 ?

Ce ne sont là que quelques exemples parmi d’autres, innombrables, qui montrent combien l’abîme est immense entre le discours officiel et les actes. La triste réalité est que par manque de courage et de volonté, l’Etat a totalement perdu le contrôle de la situation. Ce n’est même plus une capitulation, c’est une débandade généralisée. Partout les voyous font la loi, protégés par une justice laxiste qui s’obstine à défaire ce que fait la police. Les zones de non droit se multiplient et l’Etat n’a plus aucune autorité. La où deux gendarmes suffisaient pour arrêter un petit dealer de 15 ans en 1950, il faut aujourd’hui un dispositif de 200 policiers minimum. Les policiers, toujours plus sanctionnés, sont paralysés par crainte d’une bavure et d’une émeute. Ils ont toujours tort.

Par conséquent il n’y a rien d’étonnant à ce que Nicolas Sarkozy ait perdu toute crédibilité face à la sincérité d’une Marine Le Pen qui entend bien défendre les millions de français modestes que la droite et la gauche ont abandonnés à la loi des caïds. Et ce ne sont pas les gesticulations de dernière minute qui changeront la donne. Ni les coups de menton du patron de l’UMP, ni les déclarations aussi musclées qu’éphémères du ministre de l’Intérieur, ni l’émergence d’une « droite populaire » qui se réveille après la bataille, ne pourront tromper une deuxième fois les électeurs du FN. Ils voteront pour leur camp, c’est à dire pour celle qui n’a jamais menti et qui met toute son énergie à défendre l’identité du peuple français.

Jacques Guillemain