Francaisdefrance's Blog

29/02/2012

Petit rappel de l’amour qu ils nous portent, les « issus de l’immigration »…

Du déjà vu, mais qu »il est bon de revisionner cette vidéo. Ca ne fait que me conforter dans mon devoir de me battre pour conserver mon identité nationale et ma patrie. Désolé, mais les lâches, je les méprise.

Mes descendants n’auront pas à subir ça. J’en fais mon affaire… Et je ne suis pas le seul.

FDF

.

.

Merci à Martine…

17/02/2012

La France a été sommée d’autoriser le retour d’un Algérien expulsé à l’âge de 71 ans.

Ce ne sont pas à ces anciens, à qui il faut s’intéresser. Ce sont aux « jeunes ». Ah oui, zut: ils sont devenus Français… Ben………. aux « jeunes » délinquants criminels issus de l’immigration? Français aussi? Zut.

Reste les clandestins ou candidats à la nationalité Française. Mais ceux-ci se tiennent à carreaux; jusqu’à l’obtention, du moins…

FDF

.

Arrivé en 1972 en France où sont nés plusieurs de ses enfants, Larbi B. avait été condamné en 1997 à cinq ans de prison et à dix ans d’interdiction du territoire, notamment pour association de malfaiteurs.

Expulsion : l’Etat désavoué par la justice

Le Conseil d’Etat a enjoint au ministère de l’Intérieur d’autoriser le retour en France d’un Algérien expulsé en mars 2009 à l’âge de 71 ans, après avoir vécu trente-sept ans dans l’Hexagone où réside sa famille.

Il n’existe pas de « trouble à l’ordre public »

Arrivé en 1972 en France où sont nés plusieurs de ses enfants, Larbi B. avait été condamné en 1997 à cinq ans de prison et à dix ans d’interdiction du territoire, notamment pour association de malfaiteurs. A sa sortie de prison, il avait été frappé par un arrêté d’expulsion qui ne sera exécuté qu’onze ans plus tard, en mars 2009.
Jugeant ce délai excessif, le juge administratif avait ordonné courant 2009 la « suspension » de l’arrêté et sommé l’administration de tout faire pour permettre son retour en France. Mais en décembre 2009, sa demande de visa avait été rejetée.
La plus haute juridiction administrative a notamment estimé que la « note blanche » des services secrets sur laquelle l’administration se fondait pour s’opposer au retour en France de Larbi B. n’était pas suffisante pour établir la menace d' »un trouble à l’ordre public ».

« Mon client a été injustement séparé de sa famille »
« La justice vient de reconnaître que mon client a été injustement séparé de sa famille depuis trois ans et renvoyé dans un pays où il n’avait aucune attache et vivait dans des conditions indignes », a commenté son avocate, Me Férielle Kati.
« On avait toujours imaginé que seule la mort pouvait nous séparer de notre père mais là, c’est l’administration qui l’a éloigné de nous pour alimenter les statistiques de reconduite à la frontière », a affirmé une de ses filles, avant d’ajouter : « en Algérie, il n’avait aucun revenu, aucun capital et aucun repère ».
La haute juridiction a notamment insisté sur « le caractère très ancien des faits » reprochés au requérant et sur « l’absence de tout autre justification par l’administration des troubles pour l’ordre public » que son retour en France risquerait d’entraîner.

Source: http://www.europe1.fr

Merci à JC JC…

14/02/2012

Et encore de la poèsie venue d’Orient

Désormais, je regroupe les insultes et menaces reçues. Pas trop le temps de m’étendre sur les vomissements de ces pouilleux. Mais je les publie afin que les « sous-chiens » que nous sommes constatent par eux-mêmes les propos qui reflètent le fond de la pensée de certains de ces pauvres cons gens « issus de l’immigration » ou encore au bled.

Amis de la poésie, à vous de lire… C’est du « brut de pomme », je vous préviens à l’avance. Et toujours « en dessous de la ceinture », bien entendu. Des refoulés, je vous dis; il ont un vache de problème, ceux qui écrivent ça…

FDF

.

jamel et nicolas commented on Marine Le Pen lance un signe amical à Fdesouche… C’est « fort ».

la putain de ta mere toi et a marine le pen la pute au gros cul 🙂

More information about jamel et nicolas

IP: 87.225.253.174, torproject.org.all.de
Email: nikelefn@free.fr
URL:
Whois: http://whois.arin.net/rest/ip/87.225.253.174

*******************************************************************************************************************************************************************************

New comment waiting approval on Francaisdefrance’s Blog  
  coucou commented on Avignon : « La voix de Sarkozy m’a dit de tuer mon amie »: 15 ans de réclusion…

facile de mettre des fais divers ou ya des rebeux mais kestion pedophilie les franchouillard sont champion , les nikeur denfant c vous les pretres pedophile c vous , l inceste c vous , les gaulois c les pire , baise ta soeur donc fils de putain

 
 
More information about coucou

IP: 109.163.233.205, gorz.torservers.net
Email: salam@hotmail.fr
URL:
Whois: http://whois.arin.net/rest/ip/109.163.233.205

.

Salut les refoulés !!!

22/12/2011

« Suicide-toi ! », a t’on lancé au procès du meurtrier-chauffard Zouhir Bouchtita…

Et encore une « chance pour la France ». Qui a ôté la vie à un septuagénaire.

Je n’ai pas les chiffres officiels, ni officieux. Mais il est certain que largement plus de la moitié des crimes et délits commis sur notre territoire sont le fait de personnes « issues de l’immigration » ou de clandestins.

On ne voit que ça dans les médias. Dans les journaux (où l’on évite soigneusement en général de citer les noms s’ils ne sont pas à consonance française…), sur le Net, sur nos écrans de télé.

Et heureusement qu’ils ne sont qu’une « minorité », comme disent leurs fervents défenseurs…

Mais où va t’on ?

FDF

.



« Suicide-toi ! », a lancé une voix dans la salle lorsque le prévenu, Zouhir Bouchtita, 21 ans, a pris place dans le box pour y répondre d’homicide involontaire aggravé par deux circonstances : la conduite en état d’ivresse et le délit de fuite. Après l’accident survenu sur la place d’Oraison, le jeune conducteur et son passager qui avaient passé la nuit en discothèque, s’étaient en effet enfuis, en abandonnant la voiture. »

FORCE EST DE CONSTATER  QU’ILS TUENT DES GENS  ET QUE LEUR PREMIERE REACTION EST GENERALEMENT DE PRENDRE LA FUITE,  QUAND CE N’EST PAS L’AVION POUR RENTRER AU BLED…

JC JC…

*****************************************************

Accident mortel : le chauffard d’Oraison a été incarcéré

Il sera jugé dans deux mois.
Ce que contesta avec une véhémence inattendue l’avocat du prévenu
Me Mohand Chibout.

Photo Eric Camoin

.

Tous les accidents sont dramatiques et constituent pour les familles une tragédie dont beaucoup ne se relèvent jamais. Dans l’énumération morbide des 26 accidents qui se sont produits depuis le début de l’année pour un total de 28 tués, il en est, hélas, de plus pénibles que d’autres parce que, dans leur déroulement, ils conjuguent tout ce qu’il peut y avoir de haïssable chez un chauffard : l’alcool, peut-être aussi les stupéfiants, (les analyses le diront), la vitesse et l’inconscience pour soi-même et autrui. Un cocktail fatal qui a fait une victime dimanche au petit matin à Oraison : André Dast, un homme de 79 ans, fauché par une puissante voiture au volant de laquelle se trouvait un jeune homme de 21 ans. L’éthylomètre révélera plus tard un taux d’alcoolémie de 0,86 mg par litre d’air expiré, soit 1,72 g par litre de sang.

Tristesse et colère

Dans la salle d’audience du tribunal de Digne, hier en fin de matinée, la détresse de la famille était immense. Les filles de la victime, Jacqueline et Nicole, sa petite fille, Aurélie, plusieurs de ses petits fils étaient recroquevillés les uns contre les autres pour mieux affronter, entre tristesse et colère, la terrible réalité.

« Suicide-toi ! », a lancé une voix dans la salle lorsque le prévenu, Zouhir Bouchtita, 21 ans, a pris place dans le box pour y répondre d’homicide involontaire aggravé par deux circonstances : la conduite en état d’ivresse et le délit de fuite. Après l’accident survenu sur la place d’Oraison, le jeune conducteur et son passager qui avaient passé la nuit en discothèque, s’étaient en effet enfuis, en abandonnant la voiture.

Pour le procureur de la République, Pierre-Jean Gaury, il y a dans les faits suffisamment d’éléments pour justifier une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. Ce que contesta avec une véhémence inattendue l’avocat du prévenu Me Mohand Chibout, au prétexte « que l’ouverture d’une information aurait permis de mieux cerner la réalité » et « que cet empressement était le signe d’une absence de sérénité de la part du parquet. »

Incident d’audience

Des propos « déplacés » que le représentant du ministère public, outré, s’empressa de faire acter par le greffier. Le président Fabrice Lecras mit fin à la joute verbale en sollicitant de toutes les parties la dignité qui sied à la justice au moment de leur donner la parole pour leur intervention sur le fond . Le prévenu ayant sollicité un délai pour être jugé se posait, en effet, la question de son maintien ou non en détention

Pour le procureur Gaury, l’incarcération apparaît évidente afin d’empêcher le prévenu de se soustraire à ses responsabilités. Avis partagé par la partie civile pour qui « l’ordre public a été gravement et durablement troublé. » Me Chibout enfin, tout en assurant la famille de la victime de son empathie, plaida pour la remise en liberté de son client. « Je suis désolé. Je suis sincère, je suis vraiment désolé », déclara le prévenu avant que le tribunal se retire. Dix minutes plus tard le mandat de dépôt était prononcé et le procès fixé au 23 février.

Zaoui Bouchtita a été incarcéré à la maison d’arrêt de Digne.

François de BOUCHONY

Source: http://www.laprovence.com/


25/11/2011

Médecin victime d’un braquage : « C’est fini, je ne pourrai plus faire ce métier »…

Pourquoi utiliser ce terme d’auteur « présumé » lorsqu’il s’agit de prévenus, accusés et condamnés « issus de l’immigration »? J’ai remarqué ça depuis un certain temps, déjà…

Pour ne pas les « heurter »? Pour ne pas trop les « stigmatiser »? Même les crapules ayant avoué leurs forfaits sont considérés comme « présumés coupables ».

Il faut nommer un rat un rat…

A classer dans le tiroir des « bienfaits de l’immigration ».

FDF

.

Assises de la Loire. 8 ans de prison ferme pour le braqueur présumé de la femme médecin.

Le verdict est tombé ce mercredi soir : le principal suspect a été condamné à huit années d’emprisonnement au terme de la deuxième journée du procès.

 La cour d’assises de la Loire a rendu son verdict ce mercredi soir dans l’affaire du braquage de la femme médecin. L’un des auteurs « présumés » a été condamné à huit ans de prison ferme.

Les faits s’étaient produits le 2 juillet 2009, à La Cotonne, un quartier de Saint-Etienne. Ce jour-là, quatre individus avaient fait irruption dans le cabinet de la médecin. Ils voulaient les clés de son 4×4. L’un des braqueurs avait pointé un pistolet sur elle.

L’enquête n’a permis d’identifier qu’un seul suspect, Karim Harchi, qui a donc été condamné à huit ans d’emprisonnement (FDF: cadeau pour une « chance pour la France »)… Le procureur avait requis dix années de prison.

Source: http://www.leprogres.fr/

13/02/2011

Avis aux racailles « issues de l’immigration » et à ceux qui les cautionnent…

Oui; j’écris « issues de l’immigration » pour rester correct car si j’écris ce que je pense (ce qui est un délit en France, exemple de démocratie républicaine…), j’ai la DGSI demain à 6h00 à ma porte….

Bon. En tout état de cause, un ami m’a fait parvenir une affiche qui reflète de façon très cool la réalité dont on ne doit pas murmurer un seul mot et qui pourtant est très très présente sur notre sol… Il suffit de lire les faits divers dans les journaux.

Je dédie cette affiche à SOS Racisme, au MRAP, à la Halde (ou du moins ce qui l’en reste) et autres sangsues de notre Patrie.

FDF

.

 

 

 

Et pour terminer en beauté:


 

 

05/01/2011

Pour faciliter l’approche des maths dans les banlieues…

Excellent, ce PPS. Aucune raison que vous n’en profitiez pas…

FDF

.

 

Les math modernes peuvent encore évoluer …

… La preuve : (et pas par neuf ! Enfin si: millimètres…)

Lire: Mathsdesbanlieues

07/12/2010

Bonne année, amis musulmans !!!

Chez nous, les Occidentaux, le nouvel an dure une soirée, voire une nuit… Chez les muzz, ça dure plusieurs jours… Et chez ceux qui squattent nos pays (je veux parler des « jeunes zissus de l’immigration »), ils célèbrent en outre notre nouvel an à leur façon: en brûlant nos voitures. Pas belle la vie ?Par leur faute, notre nouvel an est devenu une soirée à risques. Et tous les ans, des centaines de « feux de joie » sont allumés.

FDF

.

Aujourd’hui c’est le premier Moharrem, qui marque le début du nouvel an musulman. L’événement est célébré dans tous les pays musulmans.

// La communauté musulmane célèbre aujourd’hui le premier jour de l’an 1432 de l’hégire. Ce mardi 7 décembre coïncide donc avec le début de Moharrem, le premier des 12 mois du calendrier islamique. Cet événement est célébré dans l’ensemble des pays musulmans.

Mais ce jour rappelle davantage le voyage effectué par le Prophète Mohammed et ses compagnons, de la Mecque à Médine. Une émigration qui allait marquer l’affirmation de l’Islam après plus d’une décennie de confinement et de répressions à la Mecque.

L’aspect spirituel de Moharrem, qui fait partie des mois les plus sacrés du calendrier islamique connaitra son point d’orgue les 9e et 10e jours (15 et 16 décembre) avec la célébration de la fête d’Achoura.

26/10/2010

Hyperviolence: une jeune fille de 15 ans tabassée pour rien…

Quelle bande de saloperies, ces sous-merdes! Et puis, les journaleux, arrêtez de les nommer des jeunes. Tout le monde sait d’où ils sortent; ou plutôt d’où ils sont issus… Un jeune, c’est pas ça… Vous en avez la trouille? Vous craignez des représailles? Vous tenez à votre emploi, ce qui est normal? Mais bon; votre boulot est d’être objectifs. Et d’appeler un chat, un chat. Ou alors ne publiez pas les photos. Sur celles-ci, on voit bien que les jeunes en question ne sont pas suédois ou auvergnats, comme dirait Hortefeux. Ce sont des sous-merdes issus de l’immigration; point barre!

FDF

.


Samedi après-midi, parce qu’elle a répondu à l’une de leurs réflexions désobligeantes, deux jeunes ont agressé une jeune fille. L’hyperviolence gratuite se banalise dangereusement.

Profiter de son samedi après-midi pour faire du shopping avec son chéri et un ami… et terminer à l’hôpital. Cela n’a désormais plus rien de bien étonnant. L’hyperviolence gratuite s’est banalisée. Et elle est proprement insupportable.


Reconnu par des témoins, un jeune est interpellé.

Vers 16h15, alors que la jeune Marine, 15 ans, souffrait le martyr, à moitié consciente, et qu’elle était embarquée par les pompiers direction l’hôpital d’Avignon, un groupe de jeunes garçons peinait à ne pas sourire devant la situation et des jeunes filles passaient même des coups de fil pour s’exclamer, hilares, qu’une « gonzesse s’est faite éclatée, rue de la Ré ». Le seul « tort », pour ainsi dire, de Marine est d’avoir enfilé une jupe pour aller se promener en ville et de ne pas avoir attendu d’être revenue chez elle pour étancher sa soif. Parce que c’est à la fontaine, située à la moitié de l’artère principale de la ville, que deux jeunes hommes – »âgés de 18 ou 20 ans maximum »- l’ont apostrophée. « Quand elle s’est penchée pour boire à la fontaine, sa jupe s’est un peu relevée. Et ils lui ont dit qu’ils avaient vu sa culotte. Mais c’était dit de façon très provocante », nous expliquait Daniel, son ami, encore choqué quelques secondes à peine après l’agression. « Elle l’a très mal pris et leur a craché dessus l’eau qu’elle avait dans la bouche » continuait Théo, le petit ami de la victime qui gisait au sol. « Et là, l’un d’eux a commencé à la frapper. Je lui ai mis un coup de poing puis le second m’a bloqué et l’autre s’est remis à la taper », se rappelait Théo. « Après un coup de poing au visage, elle est tombée inconsciente au sol ».


Marine, inconsciente, gît au sol.

Là, les deux agresseurs se sont enfuis en remontant la rue de la République. Quelques instants plus tard, un jeune homme de 16 ans a été interpellé dans un bus de la TCRA. Si l’un des deux proches de la victime pense le reconnaître comme le second larron (pas l’auteur des coups, Ndlr), les amis de l’interpellé assurent eux qu’il n’y est pour rien. Il a en tout cas été placé en garde à vue pour « outrage et rébellion à agent de la police municipale ».

Hier soir, l’agresseur principal était toujours en fuite. La terrible scène -qui s’est déroulée sous l’œil d’une caméra de vidéosurveillance – pourrait bien avoir été enregistrée.

Source : laprovence.com

22/10/2010

« Les intifadas à la française »… Ils aiment la France et les français, chez Oumma…

Relevé chez Oumma.com, site anti-français et anti-blancs de la plus belle eau… Vous remarquerez que sur la photo ci-dessus, on voit bien que ce ne sont pas des « jeunes issus de l’immigration » qui font preuve de violence. Ils vont dire, chez Oumma, que c’est un montage, non?
L’auteur des lignes qui suivent n’a même pas le courage de signer son texte. Ca vous étonne? Il peut me contacter via ce blog. Je suis prêt à en discuter, de la « stigmatisation » de ces pauvres « jeunes »…
FDF
.

« Il est étonnant d’observer à quel point l’allégorie dominante, quasi obsessionnelle, qui imprègne l’inconscient collectif de nos faiseurs d’opinion, dépeint chaque soubresaut de la société française à travers des clefs d’interprétation aux influences venues d’ailleurs…

Qu’elle emprunte son symbolisme à la mafia ou au Proche-Orient, l’imagination n’est pas au pouvoir dès lors qu’il s’agit de décrypter la déconfiture des Tricolores au Mondial, ou de disserter sur le climat insurrectionnel qui règne en France suite au passage en force de la réforme des retraites, à moins que son indigence suspecte ne serve avec diligence les intérêts d’un pouvoir Sarkozyste en pleine dérive droitière.

La plume de l’éditorialiste Ivan Rioufol a couru sur la feuille blanche pour la noircir d’une encre intransigeante de procureur général, qui a puisé dans l’analogie incendiaire de « l’Intifada des jeunes palestiniens face aux forces israéliennes », la matière de son réquisitoire contre le coupable idéal, responsable des heurts de Lyon : la jeunesse de confession musulmane des banlieues, entre redoutables caïds « encapuchonnés » et rebelles indomptables de la République. Un sombre portrait qui ne laisse guère de place à la représentation plus radieuse d’une autre réalité…

« Ce qui s’observe chez ces voyous, c’est un refus de s’intégrer dans une société qu’ils rejettent culturellement” assène celui qui a perçu dans les récentes scènes de révolte, certes alarmantes et répréhensibles, un mimétisme calqué sur le conflit israélo-palestinien.

« Intifada, échec de l’intégration, fractures identitaires, guerillas urbaines« , l’impact des mots sont autant de violents jets de pierre qui meurtrissent et creusent des abîmes d’incompréhension et de haine entre les français. Mais cette offensive rhétorique là, qui joue insidieusement sur la métaphore palestinienne pour faire triompher une vision partiale du conflit dans notre pays, n’est-elle pas la plus pernicieuse des frondes ?

Si la République doit être garante de la paix sociale, elle doit aussi plus que jamais rassembler tous les français autour de valeurs humanistes bien mises à mal aujourd’hui, et inviter urgemment chacun, notamment ses intellectuels tentés par « l’Intifada » sémantique, à savoir raison garder. »

Source: http://tinyurl.com/37ce4yg

20/10/2010

Nîmes: vous avez vu la gueule des « étudiants » en grève ???

Un petite vidéo pris à Nimes lors d’une manifestation des « étudiants »… Ca se passera de commentaires… Mais que l’on vire toutes ces sous-merdes !!!

FDF

.

http://www.dailymotion.com/video/xf9oab_nimes-blocus-feux-voiture-manifesta_news

19/10/2010

Ces drôles d’élèves qui manifestent à Cannes…

Barrez-vous, cassez-vous !!!

Bon, cette fois, les sous-merdes, vous planquez vos drapeaux, vos tee-shirts et autre signes distinctifs provocateurs pour nous autres, français de souche. Si vous n’êtes pas bien en France, vous dégagez et retournez dans vos bleds respectifs. Il est certain que là-bas, vous n’y pourriez pas faire le dixième de ce que vous faites sur NOTRE territoire de France… Vous y êtes indésirables, c’est certain. Sachez que vous y est aussi chez nous, idésirables.. En France, on n’aime pas les profiteurs et les semeurs de merde. Alors, laissez NOS étudiants manifester en paix et arrêtez votre travail de sape. On ne vous a rien demandé, vous n’êtes pas concernés par ces manifs car vous vivez essentiellement de NOS aides sociales et autres trafics d’armes ou de drogue. Vous voulez profiter de la situation pour « casser du flic », brûler des voitures et autres distractions qui vous font croire que vous êtes des « durs » et en faire subir les conséquences à nos étudiants? Allez-y. Mais sachez, bandes de cons, qu’il existe un raticide qui est de plus en plus puissant, chez nous, en terre de France: il se nomme RESISTANCE. Vous venez en outre d’outrager notre Patrie avec vos étendards de haine accroché à un monument dédié à nos morts tombés pour leur pays à Cannes. Ca, les gars, c’était l’erreur à ne pas faire. Commencez à raser les murs… C’est un conseil. On a les photos; vos tronches et vos allures de chimpanzés sont reconnaissables à des kilomètres; vous n’avez pas peur de la Police, soi-disant? Vous allez avoir peur d’autre chose, croyez moi… Et la peur, elle va changer de camp; soyez-en sûrs…

FDF

.

A Cannes, les “élèves” manifestent !

Ce vendredi 15 octobre 2010, les élèves des lycées cannois se sont rassemblés et ont fait le tour des entrées de ces mêmes lycées. Manifestation à la base contre la réforme des retraites, mais à la vue de ceux qui ont défilé l’on peut se demander quel était le but de ce rassemblement. Les drapeaux du Maghreb (Tunisie, Maroc, Algérie) étaient présents, au milieu des bandes ethniques. Les “organisateurs” (pas très organisés soit dit en passant) et vite débordés n’ont pu contrôler ces bandes, venues pour une unique et même raison : afficher leurs couleurs. Aucune banderole, tout comme aucun slogan sur les retraites, seuls des “La jeunesse est dans la rue, Sarko t’es foutu” , “Sarko on t’encule” puis le fameux “One Two Three Viva Algérie”, et les insultes fusaient, “Nique la police”, face à l’important dispositif policier mis en place. A noter : un policier a été blessé par un jet de pierre.

Afin de voir des photos plus éloquentes de la foule entourant le drapeau tunisien, ou encore la première ligne avec le drapeau marocain : vous pouvez vous rendre sur le site de Nice-Matin à cette adresse : http://www.nicematin.com/diaporama/la-manifestation-lyceenne-a-cannes?idx=4#top-diapo

D’après: http://recounquista.com/

Bonus:

Vous êtes toujours là
A rôder comme des rats
Toujours à trafiquer
A rien faire, à traîner
Vous polluez la France
Et c’est qui, qui finance ?
Chômedu et RMI
Ça sort d’la poche à qui ?

De la poche à Ducon
Et Ducon il en a marre
D’entretenir les p’tits cons
De payer leurs pétards

Barrez-vous, cassez-vous
Retournez donc chez vous
Vous foutez la pagaille
Il n’y a plus de travail
Barrez-vous, cassez-vous
On a déjà donné
Du balai, du balai
La France est aux Français
Aux Français !

Où est passé Paris ?
C’est Casa, Djibouti
Y a plus que des métèques
D’la Roquette à Barbès
Maintenant ça suffit
Maintenant y en a marre
Vous engrossez nos filles
Et faites des bâtards

Il n’y a plus de Français
Et on n’est plus chez nous
Ca commence à bien faire
Là vous nous pompez l’air

Barrez-vous, cassez-vous
Retournez donc chez vous
Vous foutez la pagaille
Il n’y a plus de travail
Barrez-vous, cassez-vous
On a déjà donné
Du balai, du balai
La France est aux Français

Barrez-vous, cassez-vous
Retournez donc chez vous
On a déjà donné
Du balai, du balai

Ah ! Si on avait su
On est toujours trop bon
C’est fini moi j’donne plus
Barrez-vous, petits cons !

Chanson de  Claude Barzotti

06/10/2010

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin »…

Immigrés, descendants d’immigrés, arabes, africains, musulmans.

Nous n’avons aucune haine contre vous. Sauf cas particuliers, nous n’avons rien contre vous individuellement. Nous savons que vous êtes les instruments, les victimes et les alibis de nos propres ennemis. Ce sont eux, vos faux amis, qui, par leurs outrances continues, vous ont transformés en fléaux et ont fait de vous collectivement des ennemis. Sous prétexte de respecter vos identités d’origine, ils ont renoncé à la politique française ancestrale d’assimilation, ils vous ont laissés vous différencier, vous marginaliser, vous communautariser.

Sous prétexte de ne pas vous stigmatiser, ils s’apitoient sur vous, ils vous ménagent, ils vous favorisent, ils vous discriminent positivement, ils vous autorisent à déroger aux lois, ils font pour vous des exceptions scandaleuses qui vous signalent comme des étrangers arrogants, et prétendent que c’est nous — nous qui dénonçons ces procédés et en constatons les résultats — qui vous stigmatisons.

Sous prétexte d’ouverture aux autres cultures, ils veulent mélanger les populations, faisant ainsi d’une chose naturelle dont nul ne nie les bienfaits quelque chose dont eux seuls ne voient pas l’aberration et les dangers.

Sous prétexte de diversité, ils n’acceptent plus que la différence des autres, ils oublient et refusent de préserver leur originalité, ils veulent tout uniformiser, ils font de vous le moyen de détruire notre identité ethnique et culturelle.

Sous prétexte de ne pas être racistes et de ne pas faire d’amalgames, ils vous défendent en bloc, ils ferment les yeux sur les forfaits que commettent vos frères, ils encouragent la délinquance à se développer parmi vous, ils vous obligent à être solidaires des délinquants, à vous enfermer dans la culture couscous tam-tam, ils ont tout fait pour vous discréditer aux yeux des Français.

Sous prétexte de « droits de l’homme » de leur cru, ils nient les droits du Peuple français qu’ils reconnaissent par ailleurs à tous les peuples, ils ne reconnaissent aux étrangers que des droits, et aux Français, aux Blancs, que des devoirs.

Sous prétexte qu’ils aiment l’Humanité en général, ils détestent leur Peuple en particulier et abhorrent le patriotisme. Comment ces traîtres à leur patrie pourraient-ils être de vrais amis pour vous ?

Sous prétexte qu’ils respectent les hommes, ils font comme si les immigrés n’en étaient pas, comme s’ils n’avaient aucune histoire, aucune coutume, aucune sensibilité, aucune patrie, bref comme s’ils étaient des meubles, des objets que l’on peut déplacer à volonté, sans conséquence pour eux ni pour les autochtones, pour nous en l’occurrence qui ne semblons pas davantage être des hommes selon eux, puisque, au nom des immigrés cette fois, ils nient notre identité, font comme si nous étions des « terrains vierges », comme si nous devions et pouvions tout accepter, comme si nous n’étions même pas des légumes.

Sous prétexte qu’ils ne sont pas xénophobes, ils ne refusent rien aux étrangers et vous ont laissés nous envahir comme aucun Peuple ne l’a jamais été ; aujourd’hui, ils appellent ouvertement à la substitution des Peuples français et européens par des immigrés (cf. rapport de l’ONU sur les migrations de remplacement), et la légitime exaspération qu’ils ont suscitée à votre endroit comme à leur égard justifie encore à leurs yeux qu’ils vous idolâtrent autant qu’ils nous haïssent. Ils aiment tellement les étrangers qu’ils semblent vouloir en devenir eux-mêmes dans leur propre pays. Mais pourquoi devrions-nous partager leur délire alors que la meilleure solution pour tout le monde, la solution la plus logique, la plus simple et la plus saine serait qu’ils émigrent ?


Toujours au nom de leur xénophilie, ils ne distinguent pas l’immigration des immigrés, le phénomène de masse des individus, l’immigration massive d’une immigration raisonnable, ils croient qu’être contre l’immigration est être hostile aux immigrés et, partant, ils croient que respecter les immigrés implique de favoriser l’immigration à outrance. Ils ne réalisent pas qu’une immigration soutenue finit par être une nuisance non seulement pour le pays d’accueil et ses autochtones mais aussi et en premier lieu pour les immigrés déjà présents auxquels les nouveaux arrivants font de l’ombre en toute chose.

Sous prétexte qu’ils sont citoyens du monde, qu’ils sont potes avec l’univers, ils détruisent toutes les nations, la nôtre aussi bien que celles de vos ancêtres ; ils font tout contre nous et rien pour vous ; ils se croient chez eux partout mais invitent tout le monde chez nous, sans nous consulter, en nous déniant le droit de protester ; ils crachent sur la France mais accordent à tout le monde la nationalité française qui ne signifie rien pour eux et qui, dans ces conditions, ne signifie effectivement plus rien. Hier, ils fustigeaient sous le nom de souverainistes, de populistes, les défenseurs de la nation, les opposants à l’Europe ; aujourd’hui, ils menacent : « Touche pas à ma nation ». Après le capitalo-socialisme déjà cocasse, ils viennent d’inventer le national-mondialisme à pleurer ! Ils changent le sens des mots à leur convenance pour abuser le gogo. Ils rendent obligatoire l’usage de ceux qu’ils proscrivaient la veille dès lors qu’ils les ont dénaturés (cela s’appelle le novlangue, dans 1984, de George Orwell), afin qu’il n’y ait plus de mots pour penser, pour se rebeller et faire obstacle à leurs projets inavouables.

Sous prétexte qu’ils sont anticolonialistes, ils deviennent des néo-colonialistes soutenant l’idée que les malheureux de la Terre, les ressortissants des pays sous-développés ne peuvent trouver le salut que chez nous. Ils ne conçoivent pas que le bonheur, pour un homme, soit de vivre dans sa patrie, sur sa terre, au milieu des siens, et non de s’expatrier. Ils ne réalisent pas que l’émigration qu’ils encouragent est un double désastre pour ces pays, d’une part parce qu’ils sont vidés de leurs forces vives, d’autre part parce que l’immigration, ne leur en déplaise, crée chez nous une infinité de problèmes qui retiennent toute notre attention et nous ôte les moyens, si ce n’est l’envie, d’aider intelligemment lesdits pays. C’est toujours le même mépris des Peuples, le même orgueil impérialiste mais sous un autre vernis.

Enfin, sous prétexte qu’ils sont antifascistes, qu’ils sont généreux, tolérants, ouverts, pacifistes, ils taxent tous leurs détracteurs de fascistes, ils nazifient tout ce qui les contrarie sans s’apercevoir qu’ils sont, eux, des collabos de la pire espèce, les derniers des crétins ou les plus grands hypocrites, les fléaux de toute civilisation ; ils s’autorisent tous les mensonges, toutes les calomnies, toutes les contradictions, toutes les intrigues, toutes les exactions, toutes les violences ; ils exercent la pire tyrannie sur les consciences.

En somme, nos ennemis, vos faux amis, n’ont d’autres mérites qu’un étalage de bons sentiments. Ils dirigent tout, leurs idées sont au pouvoir à tous les niveaux : politique (français, européen et international), médias (télévision et presse), éducation, syndicats, associations subventionnées. La situation actuelle de la France est sans conteste leur œuvre, et cette situation est catastrophique dans tous les domaines. : politique, démocratique, financier, emploi, éducatif, culturel, social, esprit civique, sécurité, niveau de vie, qualité de vie, santé, natalité, urbanisme. Tout s’est dégradé sous leur empire. Faute de pouvoir rejeter la responsabilité sur d’autres (bien qu’il essayent), ils nient le constat, font semblant d’ignorer les rapports de cause à effet, et n’ont d’issue que dans la fuite en avant, dans la crispation et la surenchère idéologique, dans l’abstraction surréaliste convertie en vérité par le matraquage médiatique.

Or vous êtes au cœur de leur idéologie immigrationniste, antiraciste, multiethnique, multiculturaliste, métissocrate, en un mot anti-française. Ils se servent de vous pour détruire la France par le bas, et de l’Europe pour la détruire par le haut. Car c’est bien se servir de vous que de vous permettre de venir pour ensuite vous abandonner à votre sort ou vous aider de manière à vous aliéner systématiquement les Français. Ils est temps que vous compreniez que ces gens-là sont des individualistes, qu’ils ne vous aiment pas, qu’ils n’ont pas plus de respect pour vous que pour nous, qu’ils vous flattent parce qu’ils vous méprisent, que vous n’êtes pour eux qu’un besoin idéologique, l’occasion d’une B. A..

Tout chez eux n’est que posture. Mais ils n’en imposent qu’aux ignorants et aux esprits faibles. Qui gratte un peu découvre vite la mauvaise foi et les contradictions volontaires des uns, la bêtise et les incohérences inconscientes des autres, et la responsabilité de tous, coupables et complices, dans le marasme actuel. Les résultats de leur politique sont toujours à l’opposé des prétentions philanthropiques qu’ils affichaient. Cela n’a rien d’un accident : c’est le calcul des valets de L’argent qui poursuivent un projet mondialiste au nom de la fraternité (plus de nations, plus de frontières, plus de démocratie, juste un marché planétaire et l’exploitation universelle des individus désormais sans défense), et la conséquence fatale de l’angélisme des bobo-gauchos qui servent ce projet au nom des droits de l’Homme désincarné (quels droits exactement ? et les devoirs ? et les citoyens ? et les Peuples ?). Ils ont si bien travaillé depuis des décennies que Français et immigrés sont aujourd’hui au pied du mur.

Les Français ne peuvent plus se dissimuler que l’immigration dans de telles proportions est une invasion, la plus sournoise, la plus importante, la plus mortelle invasion que la France ait connue, une invasion organisée par leur propre gouvernement, à laquelle vous participez malgré vous et que certains d’entre vous osent même encourager. Expropriés et piétinés un peu plus chaque jour, ils sont en plus sommés de se taire sous peine d’ignominie. Leur Peuple et, partant, leur pays, sont en passe de disparaître sous leurs yeux. Soyez sûrs qu’ils ne l’acceptent pas et qu’ils finiront par réagir violemment. Soyez sûrs qu’un incident mettra tôt au tard le feu aux poudres. Alors ce sera une guerre à mort entre eux et vous, une guerre que les Français qui sont chez eux n’auront d’autre choix que de remporter.

En supposant qu’il soit encore possible de prévenir la tragédie, il n’y a qu’une politique à adopter et à mettre en œuvre d’urgence : sortir de l’Europe ou la laisser brailler, stopper net l’immigration arabo-africaine et réduire par tous les moyens le nombre d’arabo-africains, donc ne plus délivrer aucun visa, permis de séjour ou de travail, être sans pitié envers les immigrés clandestins et sans-papiers (et leurs employeurs), ne plus accorder aucune aide financière si ce n’est une aide au retour, supprimer le droit du sol et assujettir la nationalité à des conditions et des devoirs, interdire la double nationalité et obliger les individus dans ce cas à choisir, expulser tous les délinquants étrangers et leur famille, exiger l’assimilation (langue, prénom, vêtement, discrétion religieuse, respect des lois) de ceux qui prétendent être Français, déchoir de la nationalité et expulser tous les contrevenants, réprimer tous les détracteurs de ces mesures.

Bien sûr, cette politique doit s’accompagner de mesures dites sécuritaires tant dans les rues que dans les écoles, d’un renforcement des effectifs policiers, d’un retour de la discipline, du civisme et du patriotisme, mesures nécessaires pour calmer les choses, apaiser les esprits, rassurer les Français sur leur présent et leur avenir, mettre un terme aux prétentions et aux débordements de certains immigrés et créer des conditions favorables à l’assimilation des autres. Mais ces mesures annexes sans ladite politique seraient inutiles puisque le problème est aujourd’hui le nombre excessif d’immigrés qui fait d’eux une masse indigeste pour la France.

Malheureusement, ce discours dur mais sensé est si « politiquement incorrect » que les gauchistes qui ne savent pas faire la différence entre expulser et déporter, entre réduire et exterminer, ou plutôt qui font la confusion à dessein, se pâmeront d’indignation, crieront au scandale et voueront son auteur aux gémonies, préférant continuer à se bercer d’illusions plutôt que de voir la réalité en face et d’opter pour le moindre mal. Vous-mêmes, feignant de ne pas comprendre, vous vous poserez sans doute une fois de plus en victimes et hurlerez au racisme, insultant ainsi les Français, au lieu de reconnaître l’illégitimité de vos positions, de voir le danger de votre situation, et d’entendre les ultimes exhortations de la raison et de l’humanité. Il n’y a donc aucun espoir d’éviter la confrontation. Il ne vous reste plus qu’à choisir clairement votre camp.

Dans une guerre civile, il n’y a que deux camps. Les subtilités n’ont pas cours. Les difficultés sont tranchées net. Ceux qui, aujourd’hui, arguent de la complexité de certaines situations personnelles pour affirmer l’impossibilité d’un conflit et continuer à narguer les Français à bout de patience sont des imbéciles ou des menteurs, dans tous les cas des criminels. Non seulement ces endormeurs-pyromanes contribuent à ce que la situation nationale se détériore encore davantage, mais ils fournissent des arguments sans valeur à leurs dupes qui tomberont de haut, et laissent les gens candides s’enfoncer dans des situations qui seront dramatiques à l’heure du réveil. Ils croient en imposer aux Français en évoquant les immigrés qui sont nés ici, ceux qui sont installés depuis longtemps, ceux qui travaillent, ceux qui sont mariés à une Française ou un Français, ceux qui ont des enfants, ceux qui sont métissés, et en prétendant que tous sont français ou, du moins, qu’ils ont leur place en France. Ils oublient qu’ils sont les promoteurs de cette immigration incontrôlée que les Français ont tolérée un temps mais n’ont jamais sollicitée. Ils oublient que l’idéologie lénifiante qu’ils ont fabriquée pour favoriser cette immigration désastreuse n’engage qu’eux et ceux qui, pour leur malheur, se sont laissés enfumer.

Les Français, eux, n’ont à tenir compte ni de leurs arguments ni du fait accompli. S’ils hésitent à agir pour ménager des individus égarés ou indécis, comme l’espèrent leurs ennemis, c’est leur Peuple qu’ils condamnent à mort. Ils doivent donc, comme tout le monde, faire en fonction de leurs intérêts. Quand ils se lèveront, toute personne résidant en France, à moins de fuir, devra choisir son camp et y être admise, sous peine d’être prise entre deux feux.

Dans cette guerre-là, le partage des hommes se fera, dans le meilleur des cas, par rapport à leur état d’esprit, au pire, selon leur apparence. Contrairement aux dires des gauchistes, les Français qui aujourd’hui s’insurgent contre l’immigration massive ne sont ni xénophobes ni racistes. Ils conçoivent que des individus puissent être Français sans être Blancs, à condition qu’ils soient parfaitement assimilés, mais ils n’ont pas la naïveté de croire que la France peut rester elle-même, dans l’intérêt de tous, si les Blancs ne demeurent la grande majorité de la population (Cf. De Gaulle) ; ils ne poussent pas la tolérance envers les autres jusqu’à la trahison des leurs.

Ainsi, dans le meilleur des cas, le camp des Français sera constitué des patriotes français et des immigrés assimilés ou désireux d’être Français, auxquels se joindront éventuellement des immigrés ne prétendant pas être Français, reconnaissant néanmoins la légitimité de leur combat et ne se sentant rien de commun avec leurs ennemis ; l’autre camp regroupera donc les immigrés non-assimilés, non-assimilables, la racaille, les islamistes, et les bobo-gauchistes (du moins dans un premier temps). Dans le pire des cas, il y aura le camp des Blancs, français et immigrés européens, avec probablement les Jaunes, et le camp des autres : Arabes et Noirs (Musulmans). Les bobo-gauchistes réaliseront alors que, malgré leurs arguties sur les races, ils sont blancs.


Dans une guerre civile, les lois antérieures sont nulles. Personne ne porte d’uniforme. Il faut cependant identifier en un instant ses ennemis autant que ses amis, quoiqu’il vaille mieux prendre un ami pour un ennemi et le tuer, qu’un ennemi pour un ami et se faire tuer. Les critères pour distinguer les uns des autres doivent être aussi simples et sûrs que possible, donc concrets et probants. Dans le feu de l’action, l’ennemi est celui qui me tire dessus, l’ami est celui qui tire dans la même direction. Le reste du temps, l’ami et l’ennemi se reconnaissent à leur le type ethnique, à leur vêtement, à leur façon de parler, à leurs prénoms, à des coutumes, à des propos. De tous ces critères (on remarque que les papiers d’identité n’en sont pas un), le seul qui ne puisse être falsifié pour tromper l’ennemi est le type ethnique. D’où le risque qu’un conflit provoqué par l’immigration tourne par la force des choses en conflit purement racial, et ce risque est d’autant plus grand que les immigrés intelligents, au lieu de garder raison, tombent eux-mêmes dans le piège de la solidarité ethnique, faisant ainsi le jeu de tous les extrémistes.

Maintenant, en supposant qu’avec ou sans conflit la France tombe en votre pouvoir, que restera-t-il de la France qui vous a attirés, de celle qui a attiré vos pères ? Ce n’est pas la géographie qui fait un pays, mais sa population. La France sans Français, sans Européens, peuplée d’Arabes et d’Africains, ne sera plus qu’un pays arabo-africain. Elle sera déchirée par le tribalisme et étouffée par l’islam, comme le sont tous ces pays, comme le sont déjà certains quartiers. Les sources de la prospérité seront taries. Vous aurez détruit une civilisation sans profit ; vous aurez instauré ici ce qui, là-bas, vous avait fait fuir. Considérez donc ce que vous avez à gagner et ce que vous avez à perdre.

Immigrés, descendants d’immigrés, mettez-vous un instant à la place des Français, des Européens. Examinez de bonne foi leur situation et la vôtre. Que penseriez-vous, que feriez-vous dans une situation inverse ? Qu’ont fait vos pères ? Admettez que vous êtes de plus en plus nombreux et trop nombreux déjà. La France n’aurait jamais du vous ouvrir autant ses portes et ne peut plus accueillir d’autres de vos compatriotes ou de vos congénères. Votre présence massive la déstabilise à tous les niveaux. De nouvelles arrivées ne peuvent que vous nuire.

Votre intérêt est au fond le même que celui des Français : la paix, la liberté, la sécurité, la prospérité, des enfants heureux, éduqués, instruits. Tous ces bienfaits sont aujourd’hui compromis. Les assurer passe par l’arrêt de l’immigration, par la réduction du nombre de ressortissants d’Afrique du Nord et subsaharienne, en France et par l’assimilation des restants. Vous le savez en votre fort intérieur.

Vous savez que ce discours sans complaisance, sans condescendance est celui de la Vérité. Vous savez que ceux qui, depuis des décennies, se disent vos amis et tiennent le discours inverse, aussi séduisant soit-il de prime abord, n’ont fait que se tromper et vous tromper. Regardez autour de vous ! Les laisserez-vous encore longtemps parler à votre place, contre vos intérêts, contre nous ? Nous laisserez-vous seuls défendre en vain vos intérêts contre vos véritables ennemis ?

Vous seuls pouvez parler d’immigration et condamner les excès de vos frères de sang sans être exposés aux insultes et au discrédit. Vous seuls pouvez faire rentrer sous terre les capitalo-gauchistes. Mais le temps presse. Il est urgent que vous vous fassiez entendre et que vous parliez fort et vrai. Il est non moins urgent que vous prêchiez d’exemple, que vous fassiez enfin, massivement, ce que les Français attendent de vous pour vous accepter comme leurs égaux ou vous considérer comme de respectables étrangers. Ne protestez pas : prouvez vos intentions et vos allégeances. Plus de provocations, plus de manœuvres dilatoires, plus d’ambiguïtés : aujourd’hui est à la franchise, demain sera à la poudre. De même que le Peuple français ne peut plus compter que sur lui-même pour se sauver si rien ne change, vous êtes le dernier espoir de sauver la paix et votre place en France.

C’est à vous, Français d’origine étrangère, Arabes ou Noirs parfaitement assimilés, qu’il appartient d’être en première ligne pour livrer cette bataille de la dernière chance. C’est vous qui avez le plus à perdre dans un conflit racial. Vous pouvez espérer que les Français vous considèreront comme des leurs, mais en êtes vous si, sur la question de l’immigration, vous pensez en immigrés, si vous cautionnez l’invasion de la France, si vous laissez les Français se dépêtrer ? Et que ferez-vous si, rejetés par les Blancs parce que pas assez français dans votre tête, vous êtes aussi rejetés par les autres — avec lesquels vous ne vous sentez rien de commun — parce que trop francisés dans vos mœurs ? Envisagez donc le pire conflit pour puiser le courage de le prévenir ou, du moins, pour montrer aux Français que vous aimez la même France qu’eux et que votre place est sans conteste dans leurs rangs.

Et vous, Arabes et Noirs partiellement assimilés mais qui croyez l’être totalement parce que vous vous sentez réellement français, parce que vous aimez réellement la France, parce que la France a baissé pour vous ses exigences sous le nom d’intégration, comprenez où le bât blesse. Nul ne peut être Français à part entière s’il n’est perçu comme tel par les Français, si sa francité soulève des doutes. De ce point de vue, votre apparence physique peut être un handicap à votre intégration. Les Français sont cependant capables d’en faire abstraction à condition que, de votre côté, vous ne l’aggraviez pas. Or vous multipliez les signaux qui interpellent les Français. Certains détails sont peut-être anodins pour vous, mais pas pour eux, car ils sont symboliques et révélateurs d’un état d’esprit. Ainsi ne pas parler français avec des Français supposés, en public comme en privé, porter un prénom étranger, se vêtir selon des modes étrangères, brandir le drapeau d’un autre pays que la France, avoir une double nationalité, penser en immigré ne sont pas exactement des indices de francité, et ce serait demander l’impossible aux Français de voir en vous leurs pareils. Des signaux sont faits pour être perçus, et vous savez par expérience que les Français, même s’ils ne se l’avouent pas, perçoivent ceux-là de manière négative.

A vous, donc, de faire ce qu’il faut pour ne pas les envoyer. Car vous ne convaincrez pas les Français de changer d’avis à votre sujet — ce qui reviendrait à exiger d’eux qu’ils prennent des vessies pour des lanternes — en objectant, en les injuriant, bien au contraire ; ils ne changeront d’avis, vous ne gagnerez leur respect et leur affection qu’en répondant à leurs attentes. Vous obstiner à conserver et à émettre des signaux négatifs (par maladresse ou mauvaise foi ?) vous porte autant préjudice que les corriger volontairement témoignerait en votre faveur. En outre, n’oubliez pas que, si la situation dégénère en guerre civile, c’est à de tels signaux, aux prénoms en particulier, que les Français reconnaîtront leurs ennemis et qu’il sera alors trop tard pour changer d’uniforme et illustrer votre sincérité. Et votre intérêt est encore plus grand à prévenir un conflit ethnique dans lequel votre peau serait votre passeport pour une destination imposée. Alors ne jouez plus les susceptibles, ne faites pas semblant de ne pas comprendre, cessez d’ergoter ; vous jouez vos vies.

Et vous, Arabes et Noirs déracinés, désorientés, nés ici ou ailleurs, naturalisés ou non, qui ne savez plus qui vous êtes, qui n’êtes pas assimilés et plus assimilables après tant d’errance et de confusion mentale, qui demeurez en France sans trouver place au sein de la communauté nationale, qui ne voyez de famille que dans vos congénères ou vos coreligionnaires, qui, pour les uns, cultivez des souvenirs exotiques, pour les autres, nourrissez des rêves de vengeance et de conquête, qui, tous, êtes par le fait des étrangers aux yeux des Français, vous êtes à la fois les victimes de la politique que nous dénonçons et les instruments des maux que nous subissons en silence pour le moment.

Nous compatissons à vos souffrances, mais nous ne pouvons vous laisser faire notre malheur, même malgré vous et par le seul effet de votre nombre. Nos ennemis vous ont placés dans cette situation déchirante. Dénoncez-les ! Clarifiez les choses. Devenez Français, agissez, pensez comme tel, si cela est possible, ou assumez d’être étrangers, renoncez à la nationalité française et rentrez chez vous, retournez auprès des vôtres, cherchez dans votre patrie le bonheur que vous ne pouvez trouver en France. C’est le bon moment pour partir dans les meilleures conditions. Ceux qui resteront ici sans suivre aucun de ces conseils amicaux seront ceux par qui la guerre arrivera. Et vous, Musulmans, vous allez aussi devoir faire un choix. La France ne tourne pas autour de l’islam. Un Français n’est pas un non-musulman.


En revanche, un vrai Musulman, un islamiste, n’est pas Français ; ses valeurs, ses coutumes ne sont pas celles de la France. Vous allez donc devoir choisir entre vous définir comme des Français, c’est-à-dire des Musulmans modérés, discrets, francisés, donc que vous dépouilliez votre religion de ses dehors orientaux et de ses pratiques illégales en France, ou vous définir comme des Musulmans voulant imposer en France la charia et autres joyeusetés, donc comme des non-Français, comme des étrangers et même des ennemis.

Et vous, Arabes et Noirs de passage, travailleurs immigrés, descendants d’immigrés fiers de vos origines, conscients que votre place n’est pas ici et qui ne feignez pas d’être français ; patriotes d’ailleurs, vous qui aimez vos pays d’origine comme nous aimons le nôtre, vous qui n’avez pas l’impudeur d’appeler vos congénères à nous envahir et de nous taxer de racistes et de fascistes parce que nous ne consentons pas à être envahis ; vous qui plus que tout autre pouvez comprendre l’embarras des vrais humanistes que nous sommes face à une immigration démesurée et destructrice ; vous qui savez à quel degré de fureur et d’héroïsme peut porter le patriotisme aux abois parce que vous êtes de cette trempe, comprenez que, malgré tout le respect qu’inspire votre dignité, il est difficile de vous distinguer de la foule de nos ennemis — cela l’est d’autant plus que vous ne vous manifestez pas — et que, par conséquent, votre présence ajoute à nos inquiétudes.

Votre refus de vous assimiler est légitime, la France ne l’exige ni des étrangers ni des touristes, mais ce refus prête à malentendus. N’étant pas des touristes, êtes-vous des étrangers ou des conquérants ? A vous de dissiper les doutes. A vous de démentir les capitalo-gauchistes qui vous décrètent Français sans vous consulter, qui vous prennent, qui nous prennent tous pour des débiles ; à vous d’affirmer que vous vous êtes étrangers et que vous partagez nos sentiments et nos principes. Mais soyez aussi conséquents :

Annoncez que vous comptez retourner dans votre patrie et partez avant d’être entraînés contre nous dans un conflit qui ne vous concerne pas ou, si vous différez votre départ, soutenez-nous ouvertement au lieu d’avoir l’air de nous défier et battez-vous à nos côtés. Vous ne pouvez pas rester sans être avec nous ou contre nous.

Source: http://tinyurl.com/2c3fe3w