Francaisdefrance's Blog

11/10/2011

Mayotte: le mauvais calcul électoral…

Il fallait s’y attendre. Mayotte se révolte. « On » a voulu, sans consulter le peuple Français, encore une fois, faire de Mayotte un nouveau département… C’était purement une manoeuvre électoraliste. Pour récupérer des voix, uniquement, en vue des élections.

Gros plouf; gros plantage.

Aujourd’hui Mayotte se révolte. Et quand une population comme celle de cette île (à majorité musulmane) se révolte, ça fait mal. Il est vrai que ce ne sont pas les moutons de l’Héxagone à qui on fait subir les pires des pires humiliations et que l’on ne considère même pas. On les méprise, on les oublie, ils ne sont bons qu’à payer et s’appauvrissent sans broncher. Il y a bien une ou deux manifs par ci par là, mais c’est du menu fretin. Français de souche: « bouclez la et crachez au bassinet! ». La pauvreté, vous allez vous y habituer.

Mais à Mayotte, les « nouveaux Français » en ont marre de se serrer la ceinture; et ils le font savoir… Et ce n’est que le début. Et si ce tsunami touchait le continent?

On peut toujours rêver…

En tout état de cause, nos Hautes Autorités sauront comment calmer la révolte venue d’Outre Mer: « on » va satisfaire leurs demandes; toutes leurs demandes. Après tout, ce sont ceux du continent qui vont en faire encore les frais. Et comme ces derniers sont masos, ça va passer tout seul; comme d’hab…

FDF

A Mayotte, quand on a faim, on a faim…

.


Depuis plusieurs jours, l’île de Mayotte que des politiciens irresponsables ont, par misérable calcul électoral, et

sans avoir préalablement consulté le peuple français, transformé en département, vit un véritable climat

insurrectionnel.

Pour mémoire, ce Lampedusa d’outre-mer ne produit rien et l’immense majorité de sa population est au chômage

ou vit des prestations généreusement versées par la France ; à 60% ses habitants ne parlent que le swahili ou le

malgache, les musulmans polygames y sont majoritaires et sur 200 000 habitants, l’on compte au moins 60 000

immigrés clandestins. Quant à la maternité de Mamoudzou elle met au monde chaque année 7000 jeunes

compatriotes, dont 80% nés de mères immigrées originaires de toute l’Afrique orientale et jusqu’à la cuvette du

Congo[1].

Pour donner une apparence de légalité à cette départementalisation, les politiciens irresponsables qui nous

gouvernent ont organisé un simulacre de référendum concernant les seuls habitants de Mayotte, à l’exclusion des

Français métropolitains qui, pourtant, vont de leurs deniers, assurer le suivi de l’opération… Cette seule population

appelée à voter n’allant pas refuser les avantages sociaux promis par le nouveau statut de l’île, ce fut donc à 95%

qu’elle plébiscita la départementalisation, synonyme pour elle de RSA et d’alignement sur les prestations de

l’assistanat servies en Métropole.

Cette manne tardant à être concrétisées, nos « chers » nouveaux compatriotes ont entrepris de détruire avec

méthode les équipements ultra modernes payés par les Français hexagonaux. A la date de rédaction de ce texte,

l’île est ainsi en situation quasi insurrectionnelle. Une fois de plus impuissant et dépassé par les évènements, le

gouvernement français va, à quelques mois d’un scrutin dans lequel il joue sa survie, acheter la paix sociale en

acceptant les exigences des Mahorais qui seront soldées par les impôts des autres Français.

Face à ce véritable diktat qu’est la départementalisation de Mayotte, le plus incroyable est que, juridiquement, il

n’existe plus aucun moyen de revenir en arrière, c’est-à-dire au statut antérieur qui permettait de maintenir cette île

de l’océan indien dans l’ensemble français mais sans avoir à subir les conséquences dramatiques de cette

surréaliste départementalisation.

Bernard Lugan

09/10/2011

[1] Voir à ce sujet les nombreux articles et dossiers consacrés par l’Afrique Réelle à cette question

29/03/2011

EXCLUSIF – Voici l’homme recherché pour la mort du douanier sur l’A10 !



Encore un! Simple coïncidence, bien sûr, tirons un voile pudique pour ne pas susciter de réaction « xénophobe ».
Imaginez le scénario inverse: Un douanier en service abat un « jeune » qui tentait de forcer un barrage. Aussitôt, les « zones sensibles » entreraient en ébullition, les voitures flamberaient, les merdia se saisiraient de l’affaire, parleraient de « bavure » et le gouvernement présenterait des excuses.
Dans le cas présent, il ne s’agit que d’un Gaulois, de surcroît un membre des forces de l’ordre, en service.  On aura organisé,  au maximum, une « manifestation silencieuse » ou une « marche blanche », avec remise d’une décoration posthume…

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhh, le « vivre ensemble », la diversité… Que du bonheur. « On ne naît pas raciste; on le devient… ». C’est un simple avertissement à tous ceux qui sont à genoux devant ce genre de cons, meurtriers de surcroît… Il nous faut nous débarrasser de toute cette merde. Les renvoyer au bled. Depuis le temps que nous prévenons le peuple… Ah oui, c’est vrai; on ne peut pas. Il est de nationalité française; grâce à certains irresponsables.

Vous voulez continuer à les soutenir? OK. A vous aussi, on viendra vous demander des comptes… Tenez vous prêts.

Toutes mes condoléances aux proches de Damien Rouillier, victime du laxisme pratiqué envers la racaille qui pourrit notre Patrie. Et si ce billet peut contribuer à retrouver cette ordure de Zohire Zaafari, j’en serai plus que satisfait.

FDF

.


Encore une « chance pour la France »…

.

La police a mis un nom et un visage sur le suspect numéro un dans la mort de Damien Rouillier, ce motard des douanes décédé la semaine dernière pour avoir tenté d’intercepter des trafiquants de drogue sur l’A10. Il s’agit de Zohire Zaafari, né le 27 janvier 1981 à Beauvais dans l’Oise. Déjà connu des services de police pour des affaires de stupéfiants, il est suspecté d’être le conducteur de la BMW contre laquelle le motard des douanes a trouvé la mort. Le véhicule a été retrouvé abandonné avec quelque 400 kilos de résine de cannabis à son bord.

Le drame a eu lieu jeudi dernier 24 mars sur l’A10 vers 10h15 dans le sens province-Paris à l’entrée du département d’Indre-et-Loire, à hauteur de Nouâtre, alors que le motard du service des douanes de Poitiers poursuivait un « Go Fast », un de ces convois de véhicules puissants et ultra-rapides qui convoient de la drogue du Maghreb vers la partie Nord de la France.

Quatre complices présumés ont été interpellés peu après – dont deux demeurent eux aussi dans l’Oise, les deux autres étant domiciliés en Gironde – et le plan Epervier a été déclenché pour retrouver le suspect numéro un.

Agé de 38 ans, marié et père de deux enfants en bas âge, Damien Rouiller était aussi très impliqué dans la vie locale de Vivonne (Vienne), où il était conseiller municipal.


Source: [http://fr.novopress.info]