Francaisdefrance's Blog

18/12/2011

Christianophobie: il faut arrêter de se taire !

Elle existe, partout; mais il est de « bon ton » d’éviter d’en parler… L’islamophobie, en revanche, est un crime contre l’humanité !

FDF

.

Massimo Introvigne : « Si elle continue à se taire sur la persécution des chrétiens, l’Europe risque un naufrage moral »

Le service français de l’agence Zenit de Rome, vient de mettre en ligne la traduction par Anne Kurian d’un entretien accordé à l’association Aiuto alla Chiesa che Soffre (la branche italienne de l’organisation inernationale Aide à l’Église en Détresse, désormais Fondation pontificale) et publié le 14 décembre sur le site italien Vatican Insider, de Massimo Introvigne. Le professeur Massimo Introvigne, fondateur en 1998 du CESNUR (Centro Studi sulle Nuove Religioni, centre d’études sur les nouvelles religions), est le représentant de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour ce qui traite des crimes contre les chrétiens. Il était présent à la conférence qui vient de se tenir à Moscou sur la christianophobie, conférence cofinancée par Aide à l’Église en Détresse.

Professeur Introvigne, ces derniers jours nous avons entendu parler de liberté religieuse et de crimes contre les chrétiens dans deux importantes rencontres internationales à Moscou et Istanbul. D’autres évènements ont été organisés à l’occasion de la réunion annuelle des 56 ministres des affaires étrangères de l’OSCE en Lituanie. Quelle est l’importance de l’information en matière de crimes contre les chrétiens?
Les évènements cités – parmi lesquels des dialogues avec des représentants de la société civile des pays concernés par le “printemps arabe” – nous ont permis de déterminer dans l’information un des problèmes centraux dans la lutte contre la persécution et la persécution des chrétiens. Partout on écoute volontiers les histoires des victimes et on leur exprime de la sympathie, souvent avec une émotion sincère. Les victimes sont par définition sympathiques. Mais il y a beaucoup plus de réticence à identifier clairement les persécuteurs, en les appelant par leur nom et leur prénom. Il s’agit souvent de partenaires économiques ou de pays puissants du point de vue politique ou militaire, qu’on ne souhaite pas mécontenter. Et l’on recourt à des euphémismes et des métaphores qui souvent laissent l’impression que les chrétiens se persécutent tout seuls.
Durant votre intervention à la rencontre moscovite, vous avez dit que si elle continue à se taire l’Europe risque  un “naufrage moral et spirituel, plus nocif encore que la crise économique”. Comment peut-on l’éviter?
J’ai pris prétexte de l’exposition sur la peinture italienne du 19e en Corse à l’Hermitage de Saint-Petersbourg, faisant remarquer un des thèmes qui s’est transmis de la peinture italienne à la peinture russe au 19e siècle: le naufrage. Si elle continue à se taire sur la persécution des chrétiens, par peur d’offenser les persécuteurs – même s’ils nous fournissent le pétrole ou achètent nos bons du trésor -, l’Europe risque en effet un naufrage moral. De nombreuses initiatives peuvent être prises sur le plan diplomatique, mais la première doit être de ne pas se taire et de fournir des informations fiables.
Lors des deux journées russes, a émergé la nécessité d’un centre de contrôle et de centralisation des données sur les discriminations contre les chrétiens auquel collaboreront activement les institutions ecclésiastiques…
Pour la centralisation des données sur les crimes de haine, également contre les chrétiens, l’OSCE a déjà un mécanisme, qui fonctionne bien lorsque les Etats participants envoient régulièrement les données. Malheureusement, tous ne le font pas. Il y a également des initiatives non gouvernementales qui offrent des chiffres mis à jour en permanence et très fiables et qu’il faut valoriser. De ce point de vue, il faut souligner la contribution importante de l’AED, en particulier avec ses rapports périodiques sur la liberté religieuse dans le monde.

Le patriarche Kirill a souhaité aussi l’institution d’un dispositif complet et efficace pour la protection des communautés chrétiennes et des chrétiens, par la création d’un organisme consultatif auprès des Nations Unies. Quelles seront les fonctions de cet organisme?

J’ai pu discuter de l’éventuel organisme consultatif avec les représentants du patriarcat de Moscou. Je dois préciser que l’idée rencontre quelques résistances de la part de l’ONU, qui préfèrerait déléguer la compétence à l’UNESCO. Selon le primat de l’Eglise russe, ce devrait être un organe de coordination et de vigilance capable de porter non seulement la voix des chrétiens, mais aussi celle de toutes les victimes de discriminations et persécutions religieuses. Clairement – et le problème est bien présent au patriarcat – il est nécessaire d’éviter tout relativisme. Cela ne doit pas être un “ONU des religions”, mais un organisme focalisé sur les discriminations et les persécutions religieuses, pour les prévenir et les combattre, au plan juridique et diplomatique.
Cette année vous avez été nommé représentant de l’OSCE pour la lutte contre l’intolérance et la discrimination auxquelles sont confrontés des chrétiens. Votre présence et celle des deux représentants contre l’antisémitisme, le rabbin Andrew Baker, et l’islamophobie, le sénateur Adil Akhmetov, montrent l’attention du président Aubalis au thème de la liberté religieuse. Quel est le bilan de 2011?
Selon Mgr Dominique Mamberti, secrétaire du Vatican pour les relations avec les Etats, cette année l’OSCE a obtenu «d’excellents résultats» dans la lutte contre les persécutions des chrétiens. Bien que l’attention mondiale se soit limitée aux duels entre Hillary Clinton et le ministre des affaires étrangères russe Sergei Lavrov sur les irrégularités des élections en Russie, au cours des rencontres de l’OSCE à Vilnius, les références intéressantes à la liberté religieuse n’ont pas manqué. A cette occasion le secrétaire d’Etat américain a demandé aux gouvernements élus à la suite du “printemps arabe” de respecter les minorités religieuses. J’ai moi-même relevé de nombreuses fois qu’en Afrique du nord les chrétiens ne se contentent pas de la simple tolérance. Il est urgent, suite aux révoltes, de protéger aussi les lieux de culte, spécialement ceux des minorités. Cela peut sembler un objectif de seconde importance, mais ça ne l’est pas. Et de nombreux pays de l’OSCE soutiennent l’idée d’une convention internationale pour la protection des édifices de culte et des cimetières. Parce que qui détruit les églises veut tuer l’âme des communautés chrétiennes, et qui cherche à tuer l’âme n’aura pas non plus de respect pour le corps et la vie des chrétiens.
A Moscou le métropolite Hilarion, représentant de l’Eglise orthodoxe russe auprès des institutions européennes, a cité le refus de l’Europe de son identité chrétienne parmi les causes de la persécution des chrétiens. Il a aussi critiqué l’“esprit de correction” de certaines politiques européennes plus centrées sur l’inadmissibilité de l’antisémitisme et de l’islamophobie, que sur les  discriminations contre les chrétiens. Etes-vous d’accord?
Bien que personne ne veuille mettre sur le même plan les massacres en Egypte ou au Pakistan et les épisodes européens où les églises chrétiennes sont ridiculisées ou marginalisées, en Europe nous avons des cas toujours plus fréquents d’intolérance et de discrimination contre les chrétiens. Le patriarche Kirill comme le métropolite Hilarion ont particulièrement insisté sur ce point. Le métropolite a rappelé la tentative d’exclure le crucifix des salles de classe dans les écoles italiennes. Il ne me semble pas prudent d’opposer la lutte contre l’antisémitisme et contre l’intolérance et les discriminations contre les musulmans à celle pour les droits des chrétiens. Et l’OSCE, à travers les trois représentants que nous sommes, cherche à montrer de manière visible que ces trois luttes sont d’égale importance aussi d’un point de vue politique et diplomatique.
Quelles sont les formes de discrimination dans le monde occidental ?
Comme l’a rappelé durant la rencontre moscovite Mgr Erwin Josef Ender, le pape a fait sienne l’expression «christianophobie» inventée par le juriste juif des Etats-Unis Joseph Weiler, justement à propos de l’Occident. Benoît XVI a souvent relevé comment «déplaçant notre regard de l’Orient vers l’Occident» nous nous trouvons face à d’autres types de menaces contre le plein exercice de la liberté religieuse. Ce sont là des pays où l’on donne une grande importance au pluralisme et à la tolérance, mais dans lesquels la religion subit une marginalisation croissante et où elle est considérée comme facteur extérieur à la société moderne. Comme pour les limitations aux objections de conscience en matière d’avortement, on en arrive à exiger que les chrétiens agissent en contradiction avec leurs convictions religieuses et morales. La «christianophobie» est aussi manifestée par les menaces à la liberté d’éducation et par l’aversion administrative envers les écoles chrétiennes. Par exemple dans les pays européens où est imposée la participation à des cours d’éducation sexuelle ou civile qui transmettent des conceptions de la personne et de la vie soi-disant neutres, mais qui en réalité reflètent une anthropologie contraire à la foi et à la raison droite.
L’intolérance est un fait culturel et la discrimination une donnée juridique. Mais ce sont les deux premiers stades d’un chemin inscrit sur un plan incliné et qui, s’il n’est pas arrêté à temps, conduit fatalement à la troisième étape de la violence et de la persécution.
Source: http://www.christianophobie.fr/

03/12/2011

De bonnes initiatives…

Reçu par mail. Et pourquoi pas? Rien ni personne ne nous empêche d’agir comme ce qui est abordé plus bas. C’est une forme de tolérance; de résistance, aussi.

A propos de tolérance, ce serait aussi un excellent moyen de tester la « religion » du même nom…

FDF

.

Je suis perplexe voire choqué quand je vois tant de mes amis s’exprimer contre le projet de construction demosquées dans nos bonnes vieilles villes Françaises.Je crois que chacun devrait s’efforcer de rester tolérant, et c’est dans cet esprit que les mosquées devraient être autorisées à s’édifier.

.
C’est pourquoi je proposerais qu’une boîte homosexuelle ouvre ses portes tout près de ces édifices, afin d’aider à la diffusion du concept de tolérance à l’intérieur de la mosquée.

Ce club pourrait adopter comme enseigne « La mecque des mecs » !!!!
Juste en face de la mosquée, aurait parfaitement le droit et la liberté de s’installer un charcutier-traiteur qui en terrasse, l’été, tiendrait barbecue permanent avec deux fois par semaine comme plat du jour de délicieuses côtes de porc (halal bien sûr !), en alternance avec des  lentilles à la saucisse de Morteau,andouillette à la moutarde,tripes à la provençale, cassoulet de Castelnaudary le tout accompagné d’une bière d’Alsace ou d’un verre de pinot gris.


A quelques mètres de la mosquée, sur la gauche, je verrais assez bien « Aubade » ouvrir une boutique de prestige « Les dessous chics de Cécilia », avec des mannequins en vitrine présentant en situation (et en 3D) les affriolants sous-vêtements de la marque.  
Pour faire le pendant -si j’ose dire- au magasin de lingerie, sur la droite de la mosquée on verrait jour et nuit scintiller l’enseigne au néon géant d’un sex-shop « chez Déesse K », ouvert jusqu’à deux heures du matin.

.
Si vous aussi êtes d’accord pour promouvoir la tolérance et en même temps combattre une certaine intolérance extrême, alors ne vous privez pas : faites suivre...


Moi, je fais suivre avec plaisir…

02/12/2011

Algérie: retour en force des islamistes. Les chrétiens ont peur…

Photo d’illustration…

.

Chassez le naturel…

Et en outre, vu que l’islamisme prend petit à petit la mainmise au Maghreb, l’Algérie ne veut pas rester orpheline…

Ca promet de beaux jours pour la chrétienté dans ces contrées là. Et en outre, la christianophobie est à la mode…

FDF

.

Le récent procès d’un converti accusé d’«injures envers le Prophète» illustre le retour en force des islamistes.

La cour d’appel d’Oran a abrité, jeudi dernier, un nouveau procès pour délit religieux. Siaghi Krimo, un maçon de 29 ans converti au christianisme en 2007, est cité à comparaître pour «injures envers le Prophète». En mai dernier, il a été condamné, en première instance, à cinq années de prison ferme. Dénoncé par un voisin à qui il avait remis un DVD sur la vie du Christ, il a été brutalement arrêté par une escouade de policiers comme un dangereux criminel.

Au commissariat, plusieurs officiers se sont relayés pour interroger le «renégat». «Tu es habité par le démon», hurle l’un d’eux. «Si tu étais mon frère, je te tuerais», menace un autre. Pour le juge du tribunal correctionnel qui a prononcé la sentence, la cause est entendue avant tout débat : quitter l’islam pour une autre religion est un crime. «Tu le regretteras !», dit-il à l’inculpé, qui a revendiqué sa foi chrétienne mais nié toute atteinte à l’islam. En l’absence du témoin délateur et malgré un dossier vide, le tribunal écrit dans son jugement : «Il a nié les faits, mais son apostasie est une présomption de culpabilité.»

Dans un climat d’intolérance exacerbé par des manipulations occultes, la liberté religieuse est devenue un terrain d’affrontements idéologiques. Pour donner des gages de bonne foi aux islamistes, les autorités ont multiplié les agressions contre les chrétiens. Depuis la loi de février 2006 réglementant «les cultes autres que musulman», plusieurs convertis au protestantisme ont été jugés pour « prosélytisme». Le procès de Habiba K., arrêtée en mai 2008 en possession d’une bible, avait ému l’opinion et suscité un large mouvement de solidarité, en Algérie et à l’étranger.

En septembre 2010, deux ouvriers chrétiens étaient jugés pour «atteinte aux préceptes de l’islam» pour avoir mangé durant le jeûne rituel du ramadan. Grâce à la mobilisation des militants des droits de l’homme, dont des musulmans pratiquants, ils ont été relaxés.

Libertés religieuses 

Face à «l’inquisition», les modernistes-laïques se mobilisent pour le respect de la liberté de conscience garantie par la Constitution. Au nom de la même Constitution qui proclame «l’islam, religion d’État», les islamo-conservateurs veulent limiter les «libertés occidentales» au profit d’une application plus large de la charia. Entre les deux camps, le pouvoir vogue au gré des rapports de forces et des pressions internationales.

Après une trêve de plusieurs mois, le procès d’Oran inquiète les partisans d’une société plurielle. S’agit-il du zèle de magistrats isolés ? Ou d’un nouveau virage liberticide ? Dopés par le printemps arabe, qui a propulsé les islamistes aux devants de la scène, les chantres de la charia intégrale ont le vent en poupe. Le pouvoir, hanté par sa propre survie, cède à leurs caprices lorsqu’il ne les devance pas. À Alger, des dizaines de bars ont été fermés par l’administration ; de grands restaurants réputés pour la finesse de leurs vins se sont résignés aux breuvages halal.

Jeudi à Oran, en présence de la presse privée qui a dénoncé «l’inquisition», les magistrats de la cour d’appel ont adopté un profil bas. En moins de dix minutes, le procès est ficelé et le verdict mis en délibéré pour le 1er décembre. Sur les bancs du public, une altercation éclate entre des policiers et de jeunes contestataires : dans cette ville réputée pour une ouverture d’esprit peu commune, les agents de l’ordre ont tenté de séparer les filles des garçons au nom «des traditions qui interdisent la mixité»…

Source: http://www.lefigaro.fr/

05/05/2011

Le kiss-in contre l’homophobie prévu ce samedi 7 mai n’aura pas lieu. A cause des musulmans intégristes…

Une manifestation musulmane à la mémoire de Ben Laden n’aurait causé aucun problème… C’est grave. Tout ce qui peut « heurter » les fanatiques de l’islam, en France, est systématiquement proscrit. On se demande bien pourquoi…

FDF

.

Grande Mosquée de Lyon : le kiss-in homo est annulé

 C’est sur Facebook que les organisateurs ont fait part de l’annulation de l’événement. Les causes évoquées dans le communiqué : les pressions reçues de la part de musulmans intégristes et le manque de soutien de la part de l’inter-associative lesbienne gay bi et transsexuel (LGBT).  

Les organisateurs ont été surpris par l’ampleur qu’a pris l’événement en quelques semaines: « en lançant cette idée de kiss-in, nous ne nous attendions pas à tant de polémiques et de pressions. Nous voulions simplement témoigner notre soutien aux homosexuels victimes d’homophobie de la part de certains musulmans extrémistes et intolérants, en France ou dans les pays islamiques», expliquent-ils dans le communiqué.

Source: http://www.lyoncapitale.fr/

28/02/2011

Martine Aubry ouverte à un ” islam tolérant “…

 

Il faudrait faire comprendre à cette dame que les mots « islam » et « tolérant » sont antinomiques. Elle n’a pas du lire le coran, Martine Aubry. Je croyais pourtant que c’était son livre de chevet…

FDF

.

Je suis dans une ville où il y a beaucoup de musulmans. Il y a la place en France pour un islam ouvert, tolérant et, j’allais dire laïque, au sens où il respecte les valeurs de la République, notre socle commun “…

Martine Aubry, maire de Lille ( Nord ) et patronne du PS…

03/02/2011

Honteux! Pierre Perret censuré pour cause de lèse islam!

« Religion » de tolérance… Ils en font preuve tous les jours. Cette fois-ci, c’est notre Pierre Perret national qui trinque… Sur nos terres chrétiennes, ils font leur loi merdique. Il faut que tout ça cesse; et vite !!! Mais que devient NOTRE France ? Un jour, prochain, ne ressemblera pas aux autres…

FDF

.

Je n’aurais jamais imaginé que l’on puisse censurer Pierre Perret ! Cet immense poète avant même d’être un chanteur. La plume toujours alerte comme le dit Michel Drucker un instant dans cette vidéo.  C’est fait, vous ne l’entendrez plus sur les ondes des radios de France et de Navarre. Pierre Perret c’est cuit, c’est grillé ! Il a dit la vérité, il est donc exécuté!

Pierre Perret est un poète qui ne doit pas comprendre ce que la France est devenu lui qui avait écrit avec un coeur immense pour Lily.

C’est une autre Lily ou quelqu’un qui lui ressemble avec un voile en plus qui désormais dans la LdH, au MRAP ou à SOS Racisme a trouvé le moyen finalement de s’exprimer… en tuant le poète!  A moins que ce ne soit l’un de ces fourbes masochistes qui se complaisent dans l’ignoble.

Un poète censuré, c’est la vie qui s’échappe, c’est une prison qu’on érige, un poteau d’exécution que l’on plante. Et moi, j’ai de plus en plus honte de ce plat pays qui est le mien.

Gérard Brazon

Voici ce qu’en dit Pierre Sifferlen de Riposte Laïque:

On ne peut pas taxer Pierre PERRET de xénophobie (rappelez-vous sa superbe chanson sur une jeune immigrée africaine prénommée Lily …). Et pourtant « ils » ont osé le censurer : par peur des réactions des islamistes (le terrorisme, ce n’est pas qu’à coup de bombes, c’est aussi et surtout à coup d’interdits et d’autodafés, comme les nazis l’avaient bien compris), les pleutres des grands médias ont censuré sa chanson « la femme grillagée » et l’ont interdite d’antennes. Sauvez la Liberté! Osez bafouer la Charia ! Écoutez et faites circuler cette poésie à la gloire de la Femme.
Gérard Brazon



La Femme grillagée de Pierre Perret 2010:

05/01/2011

Aldo Mungo aux Assises sur l’islamisation : «La tolérance n’est plus de mise».

Il est certain que la fameuse tolérance dont nous abreuve l’islam et que les musulmans n’appliquent pas n’a plus lieu d’être en terres chrétiennes. Il est temps de rendre la monnaie…

FDF

.

29/12/2010

La planification de l’islamisation de l’Europe.

Avant qu’il ne soit trop tard…

FDF

.

Tout est analysé, expliqué et des moyens de lutter contre ce fléau sont donnés dans la suite.

eurabia_fond_rouge

L’extrait du texte ( qui en est la conclusion ) mis en ligne ce soir a été écrit en 2009 par le journaliste allemand Michael Mannheimer. Vous pouvez en lire l’intégralité sur Bivouac-ID . C’est un peu long mais mérite vraiment d’être lu. Ce document est  une référence sur le sujet.

» Conclusion : après avoir échoué l’apaisement d’Hitler, les « pacifistes » occidentaux récidivent.

(…) La théorie de l’apaisement est absurde car l’expérience historique montre que les régimes voyous, sans exception, ont dû être vaincus par la force. Ce fut le cas avec Hitler, avec les Khmers Rouges au Cambodge, et avec le régime cannibale d’Idi Amin Dada en Ouganda, qui s’était d’ailleurs converti à l’islam. (…)

Non, la seule conclusion correcte suite à la seconde guerre mondiale doit être :

« Plus jamais la tolérance pour l’intolérance »

(…) Cependant, il faut que les « pacifistes » et les ennemis de la liberté occidentale comprennent bien une chose : le crocodile islamique vous mangera les premiers !

La faillite collective de l’élite occidentale

(…) Là, où la prise de conscience et la défense sont concernées, non seulement les juristes et les politiciens ont misérablement failli à leur tâche, mais pire : par leur passivité envers la menace mortelle que constitue l’islam contre nos pays, ils ont brisé le serment de loyauté envers leurs peuples et que leur fonction et la Constitution leur imposent, et qui est avant toute autre considération, de protéger leurs populations contre ce danger mortel.

Alors que faire ?

Quiconque veut empêcher Eurabia d’advenir, ne peut compter ni sur la justice ni sur la politique, mais doit devenir très actif, selon les suggestions suivantes :

  1. Ne jamais voter pour un politicien pro-islam. Annuler tout abonnement à des journaux ou magasines favorables.
  2. Les lecteurs doivent envoyer, en masse, des lettres de protestations contre les articles et commentaires qui qualifient les critiques de l’islam de gens dangereux « d’extrême droite », et contre les articles qui nient le fait que l’islamisation de l’Europe est bel et bien en train de se produire.
  3. Submerger d’e-mails et de lettres les radios et télés qui produisent des émissions islamophiles.
  4. Établir des avertissements de masse contre les juges qui détournent nos lois et qui favorisent cette immigration massive.
  5. Ne plus jamais voter pour des maires et des partis qui se sont engagés dans la construction de mosquées, et largement diffuser les noms des élus complices.
  6. Envoyer des lettres de protestations aux mairies, préfectures et partis politiques.
  7. Organiser des sit-ins et autres petites ou grandes manifestations partout où cela est possible.
  8. Informer les relations et les amis sur l’islam, par des textes d’informations sur la vraie nature de l’islam, et par e-mails.
  9. Partager vos connaissances sur l’islam avec vos amis, clients, relations…
  10. Quand vous votez (aux niveaux, local, national ou européen) ne votez que pour ceux qui ont officiellement mentionné le caractère dangereux de l’islam et s’opposent aux menaces.
  11. Soutenez et encouragez les politiciens, journalistes, intellectuels, artistes et autres citoyens, assez courageux pour oser critiquer l’islam en acceptant la stigmatisation insultante « d’extrême droite » que les musulmans ou la gauche vont, comme d’habitude, coller sur leur nom.

Tout a été dit, mais une seule vérité est inébranlable :

« Celui qui ne combat pas, a déjà perdu la bataille ». 

 

02/12/2010

Malgré les succès enregistrés jusqu’à présent, la position de l’islam radical demeure fragile…

L’islam radical et la normalité

L’islam radical en Occident est en quête de la normalité, mais il ne s’agit pas pour lui de s’inscrire comme élément additionnel à l’identité culturelle de l’Occident. Si c’était là son but il n’aurait pas cultivé à ce point les barrières et les particularismes. Aussi paradoxale qu’elle puisse paraître, c’est une normalité de rejet que l’islam radical recherche. En d’autres termes, il poursuit l’objectif de légitimer en Occident sa position de rejet des valeurs de la civilisation occidentale.Les questions que se posent les occidentaux quant à la compatibilité de l’islam avec leur civilisation n’effleurent même pas l’esprit des musulmans radicaux souvent décrits comme « modérés ». Ces derniers revendiquent l’originalité absolue de leur croyance et affirment l’incompatibilité de l’islam avec les valeurs de leur société d’accueil au nom de la supériorité morale de l’islam. Selon eux, l’Occident corrompu n’a aucun mérite de les accueillir ; d’ailleurs s’il n’était pas convaincu de la supériorité de l’islam les auraient-ils accueillis ? La gratitude est donc exclue de leur discours.

La psycho-pathologie de l’islam radical comprend donc des éléments structurants lui permettant de s’établir, de fonctionner et de se perpétuer dans l’environnement où elle évolue. Un de ces éléments est l’absence totale de sentiment de culpabilité à l’égard de l’Occident même dans le cas d’actes violents. Quand les imams des quartiers sensibles en France interviennent à la demande des autorités auprès des « jeunes » des banlieues pour que cessent les violences et le désordre, ils s’abstiennent soigneusement de leur faire la morale et se contentent de jouer le rôle « d’intermédiaires ». Ils ne se privent même pas de dénoncer au passage la police responsable, selon eux, de « provocations ». Les actes terroristes ne sont jamais dénoncés, c’est à peine si les fondamentalistes s’en dissocient, non sur le plan moral mais uniquement à cause de leur effet délétère sur l’image de l’islam en Occident.

L’absence de sentiments de culpabilité à l’égard des incroyants s’accompagne de mépris à leur égard. Le tout repose sur des assises religieuses, comme en témoignent les versets du coran ayant trait aux relations avec les infidèles (Tuez les idolâtres où vous les trouverez) et les « gens du livre » (juifs et chrétiens) jugés inférieurs aux musulmans et contraints de payer la rançon (la jizia) en s’humiliant. De plus, l’envie découlant de l’infériorité des pays musulmans sur les plans économique et social nourrit leur ressentiment et leur agressivité.

Autre élément structurant de la psycho-pathologie est la contestation. Elle consiste entre autres à récupérer à son profit l’activisme de la gauche. L’opposition à l’Occident se déguise avec les thèmes anticapitalistes, anticolonialistes, antimondialistes, antisionistes et antiaméricains. Ce faisant, les islamistes se positionnent comme « alliés naturels » de la gauche tout en obtenant en contrepartie sa neutralité sur les chapitres de la laïcité, de la liberté d’expression et des droits des femmes. Ce marché de dupe (pour la gauche) permet à l’islam de se donner à très bon compte une « assise morale » sans la moindre concession à la société d’accueil.

La manipulation est une autre composante de la psychopathologie. Elle consiste à exiger dans un premier temps des privilèges au nom du respect de la différence et de l’exception religieuse. En les octroyant, la société d’accueil croit donner des preuves de son ouverture et de sa volonté d’intégration. Mais ces privilèges servent plutôt à consacrer le clivage entre les musulmans radicaux et la société d’accueil. Les tensions qui en découlent sont alors dénoncées comme autant de signes d’islamophobie et d’intolérance permettant aux islamistes de se positionner comme victimes et  justifiant ainsi la revendication de privilèges supplémentaires. La manipulation peut dans certains cas prendre la forme du chantage ou de la menace comme dans l’affaire des caricatures danoises ; le gouvernement qui ne se plie pas à la volonté des chefs religieux radicaux risque alors d’en payer le prix.

Cette normalité de rejet est indispensable à l’islam radical dont la survie en milieu occidental dépend de sa capacité à dénaturer graduellement la société d’accueil. Les psycho-pathologies collectives ont besoin d’un espace qui leur est propre, espace physique si possible mais surtout espace psychologique. Toute idée d’échange ou de compénétration avec l’hôte doit être repoussée, les activités extérieurs à cet espace (activités politiques et sociales) n’ont pour but que de le protéger contre toute intrusion (idées, échanges, mode de vie). Tout en se donnant l’image de participer à la vie de la cité, l’islam radical s’exclut de celle-ci.

Plus une pathologie est sérieuse plus elle fait preuve d’habileté dans sa stratégie de survie. Dans la poursuite de cette normalité de rejet, l’islamisme ne se prive pas d’établir des alliances. La diversité des courants sociaux et idéologiques lui permet de soutirer de la plupart l’appui dont il a besoin en faisant valoir les « points communs » qu’il « partage » avec eux. C’est ainsi qu’il a réussi à trouver des appuis non négligeables au sein de l’Église catholique tout en poursuivant contre le christianisme ses diatribes virulentes.

Malgré les succès enregistrés jusqu’à présent, la position de l’islam radical demeure fragile. Les seules avenues qui s’offrent à lui dans le long terme sont le maintien du statut quo ou la montée constante en puissance,  cependant elles dépendent largement de l’absence de réaction majeure des sociétés occidentales. Une stratégie qui repose principalement sur l’acceptation de l’adversaire de se laisser envahir pave invariablement le chemin au conflit, attendu qu’elle ne tient pas compte des changements d’attitude et de politique qu’elle pourrait susciter.

Pour un observateur neutre et attentif, les risques de conflits augmentent avec le temps, il est important de tout mettre en œuvre pour les prévenir. Une prise de conscience de ces risques est le premier pas vers l’établissement de plans d’action à moyen et long terme visant à assurer l’avenir de la société occidentale et la survie de ses valeurs.

Lu sur: http://www.postedeveille.ca

01/11/2010

7 otages tués et au moins 13 blessés dans une église à Bagdad !

Et dire que les muzz n’arrêtent pas de pleurnicher que personne ne les aime… Faut arrêter de nous pomper avec les tags sur les mosquées. Profil bas, svp, avec ces gamineries qui n’intéressent personne. En revanche, prendre des chrétiens en otages dans une église, ça, c’est grave. Ca, c’est un crime. Le CFCM ne « condamne » pas, là?

FDF

Irak: sept otages tués et au moins 13 blessés dans une église à Bagdad

Sept otages ont été tués et 20 autres ont été blessés dimanche dans une église à Bagdad, a affirmé à l’AFP une source du ministère de l’Intérieur.

« Nous avons libéré les otages mais malheureusement nous déplorons la mort de sept d’entre eux, alors que vingt autres ont été blessés », a dit un responsable du ministère de l’Intérieur.

De son côté, une source du ministère de la Défense a indiqué que sept otages avaient été tués et 13 blessés. Selon cette source, 40 fidèles étaient présents dans l’église.

Source: http://tinyurl.com/38gxxhp

Des précisions: http://tinyurl.com/26d2ub5

11/10/2010

Être chrétien en Orient: grave danger imminent !!!

« Les chrétiens d’Orient sont en danger »

A l’appel de Benoit XVI, les évêques catholiques du Moyen-Orient se réunissent en synode, à Rome, du 10 au 24 octobre. Sept Eglises chrétiennes y seront représentées. Berceau de la chrétienté, cette région du monde est devenue l’une des plus intolérantes: être chrétien en Orient, c’est vivre au coeur d’une mosaïque d’Eglises et se confronter à la radicalisation de l’islam.

Les Eglises chrétiennes d’Orient se portent mal pour deux raisons. Elles sont divisées et elles sont attaquées. Il y a au Proche-Orient une quinzaine d’Eglises chrétiennes différentes, certaines sont unies à Rome et d’autres séparées de Rome en raison de querelles dogmatiques. Cette division les affaiblit et les met en danger face à une majorité musulmane. Ce fut le cas au Liban lors de la guerre. Les maronites avaient des milices armées et les Grecs orthodoxes n’en avaient pas.

On le voit aussi en Irak et dans tous les pays du Proche-Orient, spécialement en Israël. A Jérusalem, la ville la plus sainte du christianisme, coexistent quatorze confessions qui face à l’Etat d’Israël ne présentent pas un front uni. Ces Eglises sont attaquées non pas par l’islam, mais par l’islamisme militant et violent.

Le pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient diminue considérablement. En Irak, près de la moitié d’entre eux ont fui le pays depuis la première guerre du Golfe. Au Liban, l’équilibre démographique a été rompu à la fois par un taux de natalité plus faible que chez les musulmans et surtout par l’émigration. Il y a aujourd’hui plus de Libanais chrétiens à l’extérieur du pays qu’à l’intérieur. Je pense également aux chrétiens d’Egypte qui font souvent l’objet d’attentats et qui sont mis sous tutelle par un pouvoir politique qui est obligé de donner des gages à un islamisme militant. Le seul pays où les chrétiens vivent à peu près normalement est la Jordanie. Les rois jordaniens ont toujours voulu ménager cette minorité qui ne menace pas le trône; à la différence du sort réservé aux réfugiés palestiniens, contre lesquels les foudres royales se sont déchaînées durant le fameux Septembre noir de 1970.

Si l’évolution actuelle se poursuit, on va vers une disparition quasi totale des chrétiens du Proche-Orient, dans des pays qui ont vu naître le christianisme. Ce qui est une perte pour ces pays car les Eglises chrétiennes œuvrent dans les domaines du social et de l’éducation. Les collèges et les lycées chrétiens ont toujours dispensé un enseignement de qualité à des élèves musulmans ou chrétiens, filles ou garçons. Aujourd’hui, leur action est mise en péril, notamment à l’égard des filles qui autrefois n’étaient pas voilées.

Par ailleurs, l’antagonisme Israël-Palestine rend cette activité encore plus difficile, parce que les chrétiens palestiniens sont pris entre deux feux, le feu israélien et le feu islamiste militant. Les chrétiens du Proche-Orient sont tiraillés entre deux tendances contradictoires: d’une part appeler les chrétiens d’Occident à la rescousse, d’autre part opter pour une tendance arabisante car la plupart de ces chrétiens sont de langue arabe, même s’ils ont des langues liturgiques anciennes comme l’araméen. A la messe en arabe on prie Allah, le Dieu des chrétiens comme des musulmans.

*Odon Vallet, historien et spécialiste des religions

Source: http://tinyurl.com/2fg5sx7

28/09/2010

Ces pays où la tolérance n’existe pas… L’Algérie, par exemple.

Ce qui nous attend…

Depuis plusieurs années, procès, persécutions et discriminations en tout genre se multiplient contre les chrétiens en Algérie, où l’islam est religion d’Etat.

Le 21 septembre dernier, le procureur du tribunal d’Aïn-el-Hammam, bourgade de Kabylie, située à 150 à l’est d’Alger a requis trois ans de prison ferme à l’encontre d’Hocine Hocini, 44 ans, et de Salem Fellak, 34 ans, deux ouvriers coupables d’avoir rompu d’un casse-croûte le jeûne du ramadan. Le 12 août, sur un chantier, ils s’étaient accordé une pause déjeuner. Arrêtés par la police « en flagrant délit de consommation de denrées alimentaires », ils étaient immédiatement inculpés pour « atteinte et offense aux préceptes de l’islam ». Durant le procès, à Hocine Hocini qui rappelait qu’il n’était pas musulman, mais chrétien, le procureur aurait conseillé de « quitter ce pays, qui est une terre d’islam ». Le verdict sera rendu le 5 octobre.

Toujours, en Kabylie, à Larbâa-Nath-Irathen, quatre autres chrétiens, animateurs d’une église pentecôtiste, devaient comparaître dimanche pour « pratique d’un culte non musulman sans autorisation ». Le procès est reporté au 10 octobre. Le 8 novembre, ce sont huit hommes qui seront jugés par le tribunal d’Akbou pour « atteinte et offense aux préceptes de l’islam ». Durant le mois du ramadan, ils avaient été interpellés dans un fast-food fermé d’Oueellaguen, à une soixantaine de kilomètres de Béjaïa. A Tizi Ozou, ce sont des travaux derrière le mur d’enceinte de l’église protestante qui ont indisposé le préfet. S’appuyant sur « un défaut de permis de construire », il a demandé l’arrêt du chantier.

« Une escalade de l’intolérance »

Dénonçant une « nouvelle escalade de l’intolérance religieuse » qui survient dans « un climat politique délétère », le collectif SOS Libertés, qui, créé au printemps 2008 lors d’une précédente campagne antichrétienne, regroupe des artistes et des intellectuels algériens, assure de « sa solidarité » les « victimes de l’arbitraire ». Et d’exiger « le seul verdict juridiquement et moralement acceptable : la relaxe de tous les inculpés poursuivis pour délit de conscience ».

Si l’article un de la Constitution algérienne de 1963 précise que « l’Algérie est une démocratique et populaire », son article quatre stipule : « l’islam est la religion de l’Etat », tout en précisant : « La République garantit à chacun le respect de ses opinions et de ses croyances, et le libre exercice des cultes. » En 1976, une nouvelle Constitution garantit « la liberté de conscience et d’opinion ». Mais rien de vraiment précis sur la liberté de culte, ni dans la troisième Constitution du 23 février 1989.

En revanche, l’ordonnance du 15 février 2006, signée du président Abdelaziz Bouteflika, fixe « les conditions d’exercice des cultes autres que musulman ». Elle prévoit : « Une peine de deux à cinq ans de prison ferme et une amende de 50 à 100 millions de centimes (en dinars) sont réservées à quiconque incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion… ou fabrique, entrepose ou distribue des documents imprimés ou métrages audiovisuels ou tout autre support ou moyen qui visent à ébranler la foi d’un musulman. »

Alors les procès vont se multiplier. Dès 2006, une vingtaine d’étudiants africains, qui participent à une rencontre biblique à Tizi Ouzou sont expulsés, de même qu’en novembre 2007, de jeunes Brésiliens, pourtant invités par l’archevêque d’Alger, Mgr Henri Tessier. Le mois suivant, un directeur d’école et un instituteur, Algériens, sont radiés de l’éducation nationale pour « prosélytisme ». Le 27 janvier 2008, trois protestants sont accusés d’avoir « proféré des injures contre la religion et la personne du prophète ». Trois jours plus tard, un prêtre catholique d’Oran est condamné à un an de prison avec sursis pour avoir prié, le lendemain de Noël, avec un groupe d’immigrés camerounais catholiques. Le 26 mars, l’ancien président de l’Eglise protestante, Hugh Johnson, 74 ans, en Algérie depuis 1963, est expulsé…

Président de l’Eglise protestante d’Algérie, qui assure compter 30.000 fidèles, essentiellement en Kabylie, le pasteur Mustapha Krim, a lancé la semaine dernière un appel solennel aux plus « hautes autorités de l’Etat » afin que soit mis « un terme à ces dérives ».


En 2009, 34 prêtres, séminaristes, religieux ou religieuses ont été assassinés dans le monde, parce que chrétiens. Sans aller jusqu’à la mort, dans bien des pays musulmans le sort des chrétiens n’est guère enviable : statut de dhimmi, autrement dit inférieur bien que la traduction du mot signifie « hôte protégé », interdiction d’entrer dans l’administration, de posséder une Bible, de se convertir, de construire une église, d’assister à un office religieux, conversions par la force… L’année 2010 aura été marquée par une recrudescence des persécutions…

Le 6 janvier, en Egypte, six coptes sont assassinés. Entre le 12 et le 20, en Irak, trois commerçants de Mossoul tombent devant chez eux, sous des balles « inconnues ». En mars, le Maroc expulse plusieurs dizaines d’étrangers accusés de prosélytisme chrétiens. Seize d’entre eux travaillaient dans un orphelinat. En Malaisie, les chrétiens n’ont plus le droit d’utiliser le nom « Allah » pour désigner Dieu dans leurs publications, une coutume pourtant vieille de plusieurs siècles. Au Pakistan, trois hommes sont condamnés à la prison pour blasphème, un autre est brûlé vif devant un commissariat, sans que les policiers n’interviennent…

En 2006, dans une interview au quotidien italien La Stampa, Mgr Velasio De Paolis, à l’époque secrétaire du tribunal suprême de la Signature apostololique au Vatican, affirmait : « Le problème principal est que l’islam est fermé au point de ne pas admettre la réciprocité… En terre d’islam, dès que l’Eglise se présente dans son authenticité, elle est accusée de prosélytisme. » Il ajoutait : « Cela fait plus d’un demi-siècle que l’Occident a des relations avec les pays arabes, et n’a jamais été capable d’obtenir la moindre concession sur les droits humains. »

17/09/2010

« L’islam tolérant »… Encore une comme ça et je me convertis…

Si l’islam était tolérant, ça se saurait. En revanche, des intolérances de l’islam, des preuves nous en arrivent tous les jours…

FDF

.

17 09 2010

L’Islam Tolérant ? Personne ne croit plus à ces fadaises !

Par Pat Candell

http://www.juif.org/go-blogs-27363.php

Traduction sur la vidéo par Aschkel.

Il semble bien que le projet de mosquée à Ground Zero a réussi a diviser l’Amérique en deux. Même le président a une opinion. Enfin… En quelque sorte… L’histoire de cette mosquée a désormais fait le tour du monde. Et tout le monde attend la suite. Nous savons tous que si l’Islam arrive à se sortir d’un coup comme celui-là aux États-Unis, il pourra tout se permettre.

Les gens continuent de présenter l’affaire comme un problème de liberté religieuse. Mais il y a une différence entre pratiquer sa religion — ce que tout le monde a le droit de faire — et jeter sa religion au visage de l’autre, en geste de triomphe politique. Ce qui est bien le cas ici.

J’aimerais bien savoir la gravité qu’une insulte doit avoir pour ne plus être protégée par le 1er amendement de la Constitution Américaine. Après tout, le 2ème amendement de la Constitution donne le droit aux Américains de porter des armes. Mais il faut tout de même un permis pour se balader avec un flingue, et tout le monde ne peut pas en obtenir un, malgré le 2ème amendement.

Je me demande aussi si le soutien inaltérable au projet de Bloomberg, le maire de New-York, n’est pas moins lié à son souci des libertés religieuses qu’à ses intérêts financiers à Doubai, où sa société tente de s’implanter comme l’un des plus gros pourvoyeurs de services financiers « charia’h-compatibles » au Moyen-Orient. Peut-être faudrait-il lui demander…

Les commentateurs libéraux (i.e. la gauche américaine) n’arrêtent pas de nous répéter qu’il ne s’agit pas réellement d’une mosquée, mais d’une sorte de centre communautaire, des salles de prières, et que ce n’est même pas à Ground Zero.

Une mosquée est à la fois un centre communautaire et une salle de prière. Et la mosquée de ce bâtiment occuperait les deux derniers étages (sur 13), ce qui signifie qu’elle surplomberait directement la scène de Ground Zero, et c’est pour cela que  le site a été choisi.

Quand le gouverneur de New York a proposé de trouver un autre site pour la construction de la mosquée, les promoteurs n’ont même pas voulu en discuter. Déplacer la mosquée aurait fait perdre la raison même du choix de ce site, qui est de narguer les Américains et de leur jeter le 11 septembre au visage. S’ils ne peuvent pas construire la mosquée à cet endroit, il n’y a aucune raison de la construire ailleurs…

Personne ne sait d’où vient l’argent, et personne ne veut en parler. Le promoteur était serveur dans un restaurant, il y a quelques années. Et voilà qu’aujourd’hui il investit des millions de dollars — cash — dans un immeuble de Manhattan… Les clients du restaurant ont dû lui laisser de très gros pourboires…

Quant au soi-disant imam « modéré » qui est derrière tout cela, il défend la sharia’h, il soutient le régime théocratique iranien, il refuse de condamner le terrorisme, et il refuse même de condamner l’utilisation d’enfants pour réaliser des attentats-suicide à l’explosif, et il reporte la faute du 11 septembre sur les États-Unis…

Et l’on apprend récemment que cet imam est à l’origine du discours d’Obama au Caire. Souvenez-vous … ce discours dans lequel il léchait les bottes des Musulmans et appelait cela « être un homme d’état« . Et si c’est vrai, ce n’est pas une mince influence !

Il ne faut pas s’étonner que tant d’Américains pensent qu’Obama est musulman. Car c’est le genre de chose que seul un Musulman pourrait dire. Ou un homme politique européen, bien sûr….  Je me demande s’il a aussi quelque chose à voir avec le récent discours du président à l’occasion du Ramadan, dans lequel Obama a loué l’Islam pour sa promotion de la justice, du progrès, de la tolérance, et de la dignité de tous les êtres humains. Oui, le président Obama a vraiment déclaré tout cela. Et en gardant son sérieux… Il ne faut pas s’étonner que tant d’Américains pensent qu’Obama est musulman. Car c’est le genre de chose que seul un Musulman pourrait dire. Ou un homme politique européen, bien sûr…

On sait combien le président des USA veut être populaire dans le monde musulman. J’imagine qu’il a dû se dire qu’il fallait prononcer de belles paroles, car son auditoire était rempli d’activistes musulmans, qui l’auraient sinon accusé d’islamophobie, de racisme, ce qui l’aurait obligé à suivre des cours intensifs de dialogue des civilisations et de tolérance multiculturelle… Et cela aurait été bien embarrassant pour le premier président noir.

Mais quelle que soit la personne qui a conseillé à Obama de prononcer « ces âneries politiquement correctes », elle devrait être renvoyée sur le champ. Car cela donne l’impression qu’Obama n’a aucune considération pour l’intelligence du peuple américain. Ce qui revient aussi à dire qu’il veut n’effectuer qu’un seul mandat …

Car tout le monde, absolument tout le monde, sait que l’Islam ne fait absolument RIEN en faveur de la justice, du progrès, de la tolérance, ou de la dignité de l’homme. Pour qui nous prend-il, Obama ?  Mais tout le monde, absolument tout le monde, sait que l’islam ne fait absolument RIEN en faveur de la justice, du progrès, de la tolérance, ou de la dignité de l’homme. Pour qui nous prend-il, Obama ? La pire des choses que l’on puisse faire, c’est d’exposer toutes ces notions à l’influence de l’islam. Et prétendre le contraire est simplement un mensonge éhonté.

Obama ne réalise-t-il pas que personne ne croit plus à ces foutaises… Obama a dû voir les sondages d’opinion. Il SAIT que des millions de gens, partout dans le monde occidental, ne font plus aucune confiance à cette religion, parce que de façon répétée, encore et encore, ils ont vu ses partisans exploiter nos libertés en toute mauvaise foi, comme c’est le cas à Ground Zero.

Les gens ont vu que, quand on en vient à la question de l’Islam, la tolérance et le respect sont toujours, et dans tous les cas, à sens unique.

Une religion de paix ? Certainement pas. Ce que les gens voient, et ce qu’ils ont vu depuis 20 ans, depuis l’affaire Salman Rushdie, c’est une religion d’intolérance, d’agression, de plaintes bidon montées de toutes pièces, de brutalités hystériques, qui manipule pour obtenir des droits spéciaux et des privilèges exorbitants, une religion faite de misogynie caractérisée, d’homophobie, d’antisémitisme, et de violence.

Tout dans cette religion est matière à confrontation. C’est pour cela qu’elle n’est pas la bienvenue en Occident, parce qu’elle s’est rendue elle même détestable. Quiconque s’élève contre cette religion peut s’attendre à être menacé de représailles violentes. Et c’est cela qu’Obama aurait dû déclarer aux activistes islamistes, s’il veut se donner un titre du genre « leader du monde libre« . Et il aurait aussi dû leur dire que cette mosquée de Ground Zero rend leur religion encore plus malvenue que jamais.

Construire cette mosquée est certainement l’acte le plus stupide qu’un Musulman ne pourra jamais vouloir. A moins qu’il n’agisse en toute mauvaise foi, ce qui est bien le cas ici.

Ce n’est pas une raison pour que des imbéciles agressent des Musulmans, comme cela s’est passé récemment. Car cette affaire provoque la consternation au sein des Musulmans également. Certains Musulmans — donnons leur ce crédit — se sont élevés contre le projet de mosquée, et l’ont condamné comme une provocation inutile.

Et de façon prévisible, une femme qui a agi de la sorte lors d’un meeting à New York, a reçu des menaces par téléphone. Quelle classe…!

Si rien d’autre de bon ne sort de toute cette pagaille, l’affaire aura au moins donné aux politiciens « politiquement corrects » une occasion de se dresser pour quelque chose, pour une fois. Cela à dû être une sacrée expérience pour certains… Et je suis sûr qu’ils doivent être ravis d’apprendre que ce projet va continuer, car rien — d’un point de vue légal — ne peut être fait pour l’arrêter.

Les gens derrière tout cela n’ont manifestement ni l’intelligence, ni le savoir vivre nécessaire pour retirer ce projet. Même s’ils savent également, comme nous tous, que si la situation était inversée,  si une insulte calculée comme celle-là était dirigée contre l’Islam, il n’y aurait strictement aucune chance que ce projet puisse se poursuivre, constitution ou pas.

Paix. Et vous savez que c’est vrai…

Source: http://www.nuitdorient.com/

30/08/2010

La dernière vidéo de Pat Condell, du 28 août 2010, consacrée à la mosquée de Ground Zero…

Pillé chez Bivouac-ID. Une excellente analyse de Pat Condell, qui résume bien l’idéologie qu’est l’islam.

FDF

Pat Condell : « L’islam tolérant ? Personne ne croit plus à ces foutaises. »

30 août 2010

« Une religion de paix ? Ce que les gens voient, c’est une religion d’intolérance, d’agression, de plaintes bidon montées de toutes pièces, de brutalités hystériques, qui manipule pour obtenir des droits spéciaux et des privilèges exorbitants, une religion faite de misogynie caractérisée, d’homophobie, d’antisémitisme, et de violence.»

Le propos s’élargit à l’islam en général. Le temps de sous-titrage nécessaire étant trop long, nous vous proposons une traduction textuelle intégrale (voir sous la vidéo).

(Le texte étant traduit, nous faisons appel à des volontaires pour le sous-titrage.)

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=oJQ4bwGPRuk

Traduction intégrale :

« « Il semble bien que le projet de mosquée à Ground Zero a réussi a diviser l’Amérique en deux. Même le président a une opinion. Enfin… En quelque sorte… L’histoire de cette mosquée a désormais fait le tour du monde. Et tout le monde attend la suite. Nous savons tous que si l’islam arrive à se sortir d’un coup comme celui-là aux États-Unis, il pourra tout se permettre.

Les gens continuent de présenter l’affaire comme un problème de liberté religieuse. Mais il y a une différence entre pratiquer sa religion — ce que tout le monde a le droit de faire — et jeter sa religion au visage de l’autre, en geste de triomphe politique. Ce qui est bien le cas ici.

J’aimerais bien savoir la gravité qu’une insulte doit avoir pour ne plus être protégée par le 1er amendement de la constitution américaine. Après tout, le 2e amendement de la constitution donne le droit aux Américains de porter des armes. Mais il faut tout de même un permis pour se balader avec un flingue, et tout le monde ne peut pas en obtenir un, malgré le 2e amendement.

Je me demande aussi si le soutien inaltérable au projet de Bloomberg, le maire de New-York, n’est pas moins lié à son souci des libertés religieuses qu’à ses intérêts financiers à Dubai, où sa société tente de s’implanter comme  l’un des plus gros pourvoyeurs de services financiers “charia-compatibles” au Moyen-Orient. Peut-être faudrait-il lui demander…

Les commentateurs libéraux [i.e. la gauche américaine] n’arrêtent pas de nous répéter qu’il ne s’agit pas réellement d’une mosquée, mais d’une sorte de centre communautaire, et de salles de prières, et que ce n’est même pas à Ground Zero.

Une mosquée est à la fois un centre communautaire et une salle de prière. Et la mosquée de ce bâtiment occuperait les deux derniers étages [sur 13], ce qui signifie qu’elle surplomberait directement la scène de Ground Zero, et c’est pour cela que  le site a été choisi.

Quand le gouverneur de New York a proposé de trouver un autre site pour la construction de la mosquée, les promoteurs n’ont même pas voulu en discuter. Déplacer la mosquée aurait fait perdre la raison même du choix de ce site, qui est de narguer les américains et de leur jeter le 11 septembre au visage. S’ils ne peuvent pas construire la mosquée à cet endroit, il n’y a aucune raison de la construire ailleurs…

Personne ne sait d’où vient l’argent, et personne ne veut en parler. Le promoteur était serveur dans un restaurant il y a quelques années. Et voilà aujourd’hui qu’il investit des millions de dollars, cash, dans un immeuble de Manhattan… Les clients du restaurant ont dû lui laisser de gros pourboires…

Quant au soi-disant imam “modéré” qui est derrière tout cela, il défend la sharia, il soutient le régime théocratique iranien, il refuse de condamner le terrorisme, et refuse même de condamner l’utilisation d’enfants pour réaliser des attentats-suicide à l’explosif, et reporte la faute du 11 septembre sur les États-Unis.

Et l’on apprend récemment que cet imam est à l’origine du discours d’Obama au Caire, souvenez-vous, ce discours dans lequel il léchait les bottes des musulmans et appelait cela “être un homme d’état“. Et si c’est vrai, ce n’est pas une mince influence !

« Il ne faut pas s’étonner que tant d’Américains pensent qu’Obama est musulman. Car c’est le genre de chose que seul un musulman pourrait dire. Ou un homme politique européen, bien sûr.. » Je me demande s’il a aussi quelque chose à voir avec le récent discours du président à l’occasion du ramadan, dans lequel Obama a loué l’islam pour sa promotion de la justice, du progrès, de la tolérance,  et la dignité de tous les êtres humains. Oui, le président Obama a vraiment déclaré tout cela. Et en gardant son sérieux… Il ne faut pas s’étonner que tant d’Américains pensent qu’Obama est musulman. Car c’est le genre de chose que seul un musulman pourrait dire. Ou un homme politique européen, bien sûr…

On sait combien le président des USA veut être populaire dans le monde musulman. J’imagine qu’il a dû se dire qu’il fallait prononcer de belles paroles, car son auditoire était remplie d’activistes musulmans, qui l’auraient sinon accusé d’islamophobie, de racisme, ce qui l’aurait obligé à suivre des cours intensifs de dialogue des civilisations et de tolérance multiculturelle… Et cela aurait été bien embarrassant pour le premier président noir.

Mais quelle que soit la personne qui a conseillé à Obama de prononcer ces âneries politiquement correct, elle devrait être renvoyée sur le champ. Car cela donne l’impression qu’Obama n’a aucune considération pour l’intelligence du peuple américain. Ce qui revient aussi à dire qu’il veut n’effectuer qu’un seul mandat…

« Tout le monde, absolument tout le monde, sait que l’islam ne fait absolument RIEN en faveur de la justice, du progrès, de la tolérance, ou la dignité de l’homme. Pour qui nous prend Obama ?  »Tout le monde, absolument tout le monde, sait que l’islam ne fait absolument RIEN en faveur de la justice, du progrès, de la tolérance, ou de la dignité de l’homme. Pour qui nous prend Obama ? La pire chose que l’on puisse faire, c’est d’exposer toutes ces notions à l’influence de l’islam. Et prétendre le contraire est simplement un mensonge éhonté.

Obama ne réalise-t-il pas que personne ne croit plus à ces foutaises [crap]. Obama a dû voir les sondages d’opinion. Il SAIT que des millions de gens, partout dans le monde occidental, ne font plus aucune confiance à cette religion, parce que de façon répétée, encore et encore, ils ont vu ses partisans exploiter nos libertés en toute mauvaise foi, comme c’est le cas à Ground Zero.

Les gens ont vu que, quand on en vient à la question de l’islam, la tolérance et le respect sont toujours, et dans tous les cas, à sens unique.

Une religion de paix ? Certainement pas. Ce que les gens voient, et ce qu’ils ont vu depuis 20 ans, depuis l’affaire Salamn Rushdie, c’est une religion d’intolérance, d’agression, de plaintes bidon montées de toutes pièces, de brutalités hystériques, qui manipule pour obtenir des droits spéciaux et des privilèges exorbitants, une religion faite de misogynie caractérisée, d’homophobie, d’antisémitisme, et de violence.

« Tout dans cette religion est matière à confrontation. C’est pour cela qu’elle n’est pas la bienvenue en Occident, parce qu’elle s’est rendue elle même détestable. »Quiconque s’élève contre cette religion  peut s’attendre à être menacé de représailles violentes. Tout dans cette religion est matière à confrontation. C’est pour cela qu’elle n’est pas la bienvenue en Occident, parce qu’elle s’est rendue elle même détestable.

Et c’est cela qu’Obama aurait dû déclarer aux activistes islamistes, s”il veut se donner un titre du genre “leader du monde libre“. Et il aurait aussi dû leur dire que cette mosquée de Ground Zero rend leur religion encore plus malvenue que jamais.

Construire cette mosquée est certainement l’acte le plus stupide qu’un musulman pourra jamais vouloir. A moins qu’ils n’agissent en toute mauvaise foi, auquel cas, ils le sont certainement, stupides.

Ce n’est pas une raison pour que des imbéciles agressent des musulmans, comme cela s’est passé récemment. Car cette affaire provoque la consternation au sein des musulmans également. Certains, donnons leur ce crédit, se sont élevés contre le projet de mosquée, et l’ont condamné comme une provocation inutile.

Et de façon prévisible, une femme qui a agi de la sorte lors d’un meeting à New York, a reçu des menaces par téléphone. Quelle classe…

Si rien d’autre de bon ne sors de toute cette pagaille, l’affaire aura au moins donné aux politiciens politiquement correct une occasion de se dresser pour quelque chose, pour une fois. Ca à du être une sacrée expérience pour certains…

Et je suis sûr qu’ils doivent être ravis d’apprendre que ce projet va continuer car rien — d’un point de vue légal — ne peut être fait pour l’arrêter.

Les gens derrière tout cela n’ont manifestement ni l’intelligence, ni le savoir vivre nécessaire pour retirer ce projet. Même s’ils savent également, comme nous tous, que si la situation était inversée,  si  une insulte calculée comme celle-là était dirigée contre l’islam, il n’y aurait strictement aucune chance que ce projet puisse se poursuivre, constitution ou pas.

Paix. Et vous savez que c’est vrai… »

Source: http://www.bivouac-id.com