Francaisdefrance's Blog

10/01/2012

Clermont-Ferrand en état de siège !

Et ça vient pleurer… Après…

.

Quand on veut s’en prendre aux forces de l’ordre, ce qui est l’un des « passe-temps » de la racaille des cités, que l’on est drogué et alcoolisé à souhait, on connait les risques; on est responsable de ses actes. Et si ça tourne mal, je ne vois pas pourquoi les « cousins » (lesquels font la même chose) osent protester, réclamer justice pour la victime, manifester et semer la panique, voire engranger de nouvelles émeutes.

A la violence, la police répond par la violence… Quoi de plus normal; c’est de la légitime défense. On parle beaucoup moins des flics qui  laissent leur vie en combattant la délinquance. Et pourtant…

  FDF

.

EMEUTES ENCORE CE SOIR  ET 50 VOITURES BRULEES à CLERMONT-FERRAND,  EN ETAT DE SIEGE  et juste un entrefilet gentillet au 20h. Toutes les occasions sont bonnes pour casser et brûler, mais que cherchent-ils?

A Clermont-Ferrand, Wissam El-Yamni, l’homme dans le coma à la suite de son interpellation est mort

Deux policiers de Clermont-Ferrand mis en cause après une interpellation violente

L’homme tombé dans le coma depuis son interpellation mouvementée lors de la nuit de la Saint-Sylvestre est mort lundi 9 janvier, a annoncé son avocat, alors que plusieurs centaines de membres des forces de l’ordre sont déployées par crainte de nouvelles violences dans son quartier de Clermont-Ferrand.

Cette annonce fait craindre des violences dans le quartier de la victime, La Gauthière, sous tension depuis cette interpellation mouvementée. La préfecture du Puy-de-Dôme a annoncé lundi le maintien du dispositif de sécurité, renforcé ce week-end à Clermont-Ferrand, avec quelque 420 fonctionnaires de police et de gendarmerie déjà mobilisés la nuit dernière. Dans la nuit de dimanche à lundi, trois personnes ont été interpellées et quelques voitures brûlées. Un niveau de vandalisme « nettement inférieur aux nuits précédentes », selon la préfecture. Entre vendredi et dimanche, ce sont en effet une cinquantaine de véhicules qui sont partis en fumée. Six personnes avaient été interpellées, et leur garde à vue a été prolongée dimanche soir.

Face aux dégradations, qui durent depuis quatre nuits, le préfet du Puy-de-Dôme, Francis Lamy, avait averti qu’il ne laisserait « pas s’installer de zone de non-droit à Clermont-Ferrand ». Dimanche, le dispositif de sécurité a donc été considérablement renforcé : deux cent cinquante hommes étaient prévus sur le terrain, mais « on est monté au cours de la nuit jusqu’à quatre cent vingt », épaulés par deux hélicoptères, selon la préfecture.

 

UNE INTERPELLATION « MUSCLÉE »

Ces événements font suite à l’interpellation « musclée », durant la nuit de la Saint-Sylvestre, de Wissam El-Yamni, un homme de 30 ans, dans le quartier de la Gauthière, classé « zone urbaine sensible ». Selon la version des forces de l’ordre, l’homme s’en était pris aux policiers, lançant des projectiles sur leur véhicule. Très « excité », il était, toujours selon eux, sous l’emprise de cannabis, d’alcool et de cocaïne. Après une course-poursuite, il aurait été plaqué au sol, menotté puis conduit au commissariat. Il est tombé dans le coma après un malaise cardiaque durant son transport selon la police. Il n’avait pas d’antécédents médicaux. Wissam El-Yamni présentait des fractures et des lésions au cou lors de l’arrivée des secours.

« L’interpellation a été musclée car l’homme était très excité », a admis le procureur. Après enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), une information judiciaire pour coups et blessures volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique a été ouverte vendredi par le parquet de Clermont-Ferrand, visant deux fonctionnaires de police qui ont procédé à l’arrestation. Mais après le décès de la victime, « la qualification pénale va changer » et sera requalifiée en « violences ayant entraîné la mort », selon l’avocat de la famille, évoquant un « dossier criminel d’une particulière gravité ». « Je vais demander à ce qu’un maximum de témoins soient entendus par les magistrats instructeurs », a-t-il ajouté.

TÉMOIGNAGES

Un reportage de Mediapart (lien payant) rapporte le témoignage d’une personne qui a assisté à la scène de sa fenêtre. Elle raconte : « On l’a vu couché sur le ventre, les menottes dans le dos avec une patrouille de police. On s’est dit ‘c’est bon, il s’est fait attraper, encore un qui va commencer la nouvelle année en garde à vue’. Sauf que suite à ça, nous avons vu une dizaine de voitures de police arriver, en une minute, dont quatre banalisées. Les policiers sont descendus, ils ont mis de la musique à fond, de la funk, et ont démuselé les deux chiens. Ils étaient chauds, ils ont fait un décompte ‘Trois-deux-un go’ et ils lui ont mis des coups. »

Le quotidien régional La Montagne retrace également le fil des événements cette nuit de la Saint-Sylvestre : selon eux, les policiers seraient arrivés vers 2h30, à la suite d’un coup de téléphone les alertant de  la présence au sol d’un homme inanimé. Or, lorsqu’ils arrivent, nul homme au sol mais quelques jeunes assis sur un banc, dont Wissam El-Yamni, qui leur lance des projectiles. Après une course-poursuite, « il est mis au sol par le chien, menotté, placé dans le véhicule puis aspergé avec une bombe de gaz lacrymogène », raconte le quotidien.

Samedi après-midi, environ cinq cents à six cents personnes ont défilé silencieusement  à Clermont-Ferrand pour réclamer justice pour la victime. Les organisateurs avaient demandé qu’il n’y ait « pas de violence » dans la soirée.

>> Lire le reportage « Deux policiers de Clermont-Ferrand mis en cause après une interpellation violente »

Source: http://www.lemonde.fr

08/12/2011

Qu’on le pende !!! Incendie de la « mosquée » de Montbéliard: un suspect interpellé !

Et que l’on applique immédiatement la charia! Ca nous donnera un avant-goût de ce qui nous attend…

Le « présumé incendiaire » ne semble faire partie d’aucune mouvance. Dommage: on ne peut incriminer le FN , ni les « extrêmes droitistes sales fachos » ou les « nazillons »…

Et ceux qui souillent, détruisent, brûlent, pillent, profanent nos églises; on en fait quoi?

Il paraît que les musulmans du coin se sentent « soulagés ». Sont ils trouillards à ce point là ?

FDF

.

Photo d’illustration…


« LES ÉCHAPPÉES BELLES ». Cet homme de 33 ans, demeurant à Sainte-Suzanne, a été interpellé lundi matin, vers 1h30, par les gendarmes, alors qu’il s’apprêtait à incendier un engin de chantier, à Courcelles-lès-Montbéliard (Doubs).

Le trentenaire avait déposé à côté de sa cible, un billet signé « Les échappées belles ».

Du même nom et de la même écriture que les billets découverts sur les lieux des huit incendies commis depuis fin septembre dans l’agglomération de Montbéliard, dont celui de la mosquée de Montbéliard.

Le suspect, sans emploi depuis six ans, a donné très peu d’explications sur les faits.

Selon Thérèse Brunisso, procureur de la République de Montbéliard, les actes du pyromane présumé ne sembleraient pas « du tout sous-tendus par une idéologie quelconque ».

Le suspect a été déféré au parquet de Montbéliard.

Il devrait être mis en examen pour « incendies volontaires ».

(Source : Le Pays)

18/11/2011

De récidive en récidive… Encore des « jeunes ».

C’est passé dans les moeurs, non? Ca devient du « faits divers »… Quelle honte qu’ils puissent encore agir ainsi, ces « jeunes ». Le lance-flammes, vite !

Ou Marine en 2012. Vous préférez quoi, la racaille ? On vous laisse encore le choix, pour l’instant…

FDF

.

Ils se vengent en caillassant la police !

Quatre jeunes Castelsarrasinois de 14, 17 et 19 et 27 ans ont été arrêtés, hier, et placés en garde à vue pour un cambriolage en flagrant délit et le caillassage d’un véhicule de police dans la nuit de mercredi à jeudi.

Il est près de 13 h 30, mercredi, lorsqu’un riverain de l’impasse des Tilleuls – une rue qui donne sur le parc de Clairefont et qui est au cœur du quartier de Cassenel – alerte le commissariat pour un cambriolage en cours dans une résidence. Une patrouille de police se rend promptement sur les lieux. À leur arrivée, les cinq individus visiblement bien rôdés à ce genre d’exercice, ont toutefois le temps de prendre la fuite. Non sans avoir pris avec eux une partie du matériel électroménager, des bijoux et des valeurs qui se trouvaient à l’intérieur de la villa. Aussitôt, un vaste dispositif mobilisant une partie de l’effectif de l’hôtel de police sous le commandement du commandant Francis Rapin quadrille le quartier pour tenter d’appréhender le quintette de cambrioleurs. Dans le même temps, le témoin du cambriolage reconnaissait sur le fichier photo de la police une partie des protagonistes de ce vol avec effraction. Des délinquants très défavorablement connus de la justice et du commissariat. Des informations précieuses qui permettaient aux enquêteurs du capitaine Guillaumon d’arrêter en fin d’après-midi deux des cinq cambrioleurs « présumés ». Un Castelsarrasinois de 14 ans et un autre de 17 ans qui étaient placés en garde à vue et passaient la nuit en cellule.

Un véhicule de patrouille pris à partie dans la nuit

Des arrestations qui visiblement n’étaient pas au goût de certains membres de la famille des délinquants. Durant la nuit, en effet, un groupe de mineurs s’en prenait vivement en projetant des cailloux sur un véhicule de police qui patrouillaient dans le quartier de Cassenel.

Un appel anonyme précieux

Une nuit agitée qui n’empêchait pas les fonctionnaires de poursuivre leurs investigations pour cueillir les autres membres de cette bande. Hier matin, c’est finalement un témoin anonyme qui donnait par téléphone le signalement du plus âgé de la bande. Des renseignements une fois encore qui permettaient son interpellation. Placé en garde à vue, cet individu de 27 ans était rejoint un peu plus tard dans la journée par un autre de ses acolytes de 19 ans. Hier soir, les bureaux d’auditions du boulevard du 4-Septembre ne manquaient donc pas d’activité. De facto les quatre mis en cause bien identifiés par l’un des témoins du cambriolage, niaient tous en bloc les faits qui leur étaient reprochés.

Source: http://www.ladepeche.fr/