Francaisdefrance's Blog

11/12/2011

Sardan (30) : Le conseil municipal anti-FN démissionne !

Et c’est reparti! Mais quelle bande de cons ! 

La propagande UMPS fait son sale boulot. Les maires ne sont même plus maîtres de leurs décisions. Celui-ci (Philippe Chagnolleau) donne sa signature à Marine Le Pen et tout de suite, c’est la guerre! Tous les prétextes sont bons pour le traîner dans la boue.

N’allez pas me dire que tout ça n’est pas instrumentalisé… Je l’avais précisé dans un précédent billet: le maire UMP d’une commune voisine de la mienne m’avait avoué en catimini qu’il avait reçu des « consignes » pour donner systématiquement sa signature au candidat UMP (Sarkö Ier ?) en vue des présidentielles et qu’on ne lui donnait pas d’autres choix…

La liberté de penser et d’expression en prend un bon coup. Ca frise le chantage. En fait, c’en est, du chantage…

Courage, Monsieur le maire de Sardan; tenez bon!

FDF

.

Voir: http://youtu.be/xN7sEZCFzKA

19/10/2011

Ni pute ni facho…

Sacré Gilbert! Toujours à nous sortir des analyses pertinentes autant que réalistes…

FDF

.

« Je ne suis pas d’extrême droite, Marine n’ont plus ;

elle n’est ni de droite ni de gauche, elle est du seul parti qui vaille aujourd’hui, le parti du sauvetage de la France ! »

Quelle semaine nauséabonde !

Aux rendez-vous des lieux d’aisance médiatique, les bobos ont pu déféquer dans l’hilarité tribale leurs injures, en toute impunité apparente. Cette charge de cavalerie des crottins, marchant au pas, hennissant au son de la même fanfare, relève de l’orchestration «  idéoconologique. »  Le chef d’orchestre de cet orphéon farineux est le comique secoué, Laurent Ruquier. Au prétexte préparé, il a montré ma photo pour permettre à Gérard Darmon de dire que « je suis un petit con », « à la droite d’Hitler ». 

Rien que cela. Tout le monde a ri…dans le studio… C’est en effet très drôle… surtout pour les victimes du nazisme !

On a vu, en gros plan Ruquier rire des épaules, car cet arlequin mécanique ne rit pas, il se secoue, comme un sac à puces à pouffer. Darmon était fier de faire encore rire, ce qui ne fut pas le cas le lendemain dans son téléfilm, qui fut un « bide »,  pour reprendre l’expression utilisée à ce sujet ! 

Laurent Ruquier est de gauche, c’est son droit, mais il a fait de son émission une essoreuse  idéologique, une foire aux bobos, une machine médiatique où la moquerie est une propagande démodée des pays de l’injure.

Au moment prévu, Darmon, qui expectore difficilement une réplique après l’autre dans un rot de nicotine, a lâché devant les insomniaques, pas forcément soumis, son immondice hitlérienne qui balançait au bas de sa mâchoire comme le pendu au bas de la corde. 

Après, dans direct 8, un autre humoriste, un certain Madénian, a traité les gens du front de « Fils de pute »… Morandini, hommage lui soit rendu, a donné une leçon à Ruquier en stigmatisant cette fiente verbale. N’empêche, si l’on en croit ce fils de vierge, toutes nos mères sont des putes… Si l’on en croit Gérard Darmon, président du tribunal de Nuremberg des bobos, on est tous des nazis, des fils de pute d’Hitler…

On en est là aujourd’hui dans le débat politique, malgré les misères du peuple de France. 

Ces gens dont le vocabulaire, « petit con », « fils de pute »,  « bras droit d’Hitler », tient dans un papier hygiénique croient, faire la mode sans même pouvoir croire ce qu’ils disent. Ils s’imaginent exister comme au temps de tonton, être des flingueurs flattant une opinion hypnotisée, être dans le ton ! Ils tombent à plat.

L’opinion n’est plus dupe de ces intermittents de l’indignation promotionnelle qui s’engraissent dans les beaux quartiers et les gros cachets.

Voilà le programme de la gauche intellectuelle : traiter l’adversaire de « fils de pute », « de nazis », « de collaborateur », ce dernier trait étant l’humour de la compagne de Montebourg, une plume de primaire socialiste !

Qui peut encore les croire ? 

Pourquoi tant de haine pour des compatriotes qui votent démocratiquement ?

Mais quelque chose s’est passé. Au lendemain de ma promotion au rang de génocidaire, des centaines de gens indignés m’ont écrit, les uns marinistes, les autres incertains, pour me dire leur indignation, leur écœurement, leur amitié.

Un professeur de libertés publiques, dans son cours, sans prendre parti, à même analysé pour ses étudiants, la technique antidémocratique de la diabolisation comique, la «  ruquiérisation ».  Il a été acclamé !

Tous ces bouffons sans autre roi que l’audimat ignorent la France et ses malheurs, ils rient en suivant le corbillard, les policiers ripoux, les ministres écoutés, les valises de fric, les magistrats mis en cause, les épouses qui balancent, les Grecs qui nous braquent, l’Euro qui nous ruine, la dette qui s’aggrave, les pauvres plus pauvres, les fins de mois qui n’en finissent pas d’affamer, les augmentations de tout, l’arrogance des banques, la jeunesse sans issue, la vieillesse sans respect,  la France sans bouclier. 

Je crois qu’ils ne font rire qu’eux-mêmes,  méconnaissant la réalité sociologique, qui ne supporte plus l’insulte, qui n’a plus peur, qui a compris le fonctionnement du système exclusif, qui se partage la dépouille, couteau de gauche, fourchette de droite, « serviteurs vertueux qui pillent la maison ».

Je remercie les milliers de Français qui m’ont envoyé un message ! Je ne suis pas seul. Marine n’est pas seule, la reconstruction n’est pas seule !

Je devais faire une conférence devant le cercle de Wallonie sur mon livre « les dérives judiciaires », sans aucun rapport avec la politique.

Au dernier moment, j’ai été décommandé sous la pression de Willi Borsus,  un libéral, Émile Hoyos, un écolo et, surtout, Benoit Lutgen, centre gauche.

Voici ce que m’écrivent les organisateurs, à lire attentivement :

« Le président du cercle de Wallonie, Pierre Rion, son administrateur délégué, André Van Hecke, son comité de contenu et ses mille cinq cents membres tiennent à vous présenter leurs plus vives excuses pour le gâchis provoqué par une médiatisation manipulée ( je souligne) de l’invitation que nous vous avions faite. 

C’est la première fois que nous nous retrouvons dans une situation d’instrumentalisation (je souligne) de la classe politique par quelques journalistes “engagés”.

Le jour de la rentrée parlementaire, une équipe de la RTBF se croit obligée d’interpeller les principaux représentants de tous les partis en brandissant la couverture du Cercle et en ne posant qu’une question :

“Trouvez-vous normal que le Cercle de Wallonie reçoive Gilbert Collard, soutien affiché de Marine Le Pen, candidate de l’extrême droite à la présidence française ?”  […]

Nous sommes bien en présence d’une démarche de censure ( je souligne) initiée par la presse et relayée par le politique “pensée unique”. Ce journalisme militant est un véritable danger pour notre démocratie et pour la liberté d’expression. Il refuse le débat et prend les citoyens en otage en les considérant comme incapables d’avoir leur propre jugement.

C’est la raison pour laquelle nous organisons le 19 octobre prochain un grand débat sur le sujet : “Journaliste : acteur ou témoin ?”

Merci de nous avoir entendus, désolés et furieux d’avoir dû céder notamment pour protéger la soixantaine de nos collaborateurs… »

 

« Désolés et furieux », je sais maintenant que cet état d’esprit est partagé par de plus en plus de Français.

Je ne suis pas d’extrême droite, Marine n’ont plus ; elle n’est ni de droite ni de gauche, elle est du seul parti qui vaille aujourd’hui, le parti du sauvetage de la France !

Est –ce un crime que d’aimer son pays et de dire la vérité ?

Je me sens bien. Je suis heureux d’être avec vous, anonymes honnis. Je me bats pour une grande cause qui ne porte en elle aucune haine, aucun racisme, aucune censure, aucune insulte,  une cause commune,  qui ferait rire les épaules  électrocutées de Ruquier, une passion française, l’attachement à la Nation, à son respect, à sa souveraineté, à ses valeurs républicaines,  à sa culture, à son histoire ; un ensemble auquel tant d’hommes et de femmes ont adhéré, d’où qu’ils soient venus, parce que le modèle était respectable, fier, républicain, non négociable. 

Je sais que Marine le Pen a le courage de dire «  le vrai sur le réel »  et que le réel aujourd’hui déménage les faussaires, les démagogues,  les truqueurs. 

Oui,  j’aime ma maison, ses vieilles pierres, ses neuves pierres et ceux qui y viennent, qui y vivent, pourvu qu’ils respectent les meubles !

C’est ça, un « fils de pute », un « bras droit d’Hitler »…

source : Le blog de Gilbert Collard

12/12/2010

Marine Le Pen compare la prière du vendredi à une «occupation»: la politique de l’autruche de ses opposants…

Elle est belle notre classe politique… J’en ai honte…


Il fallait s’y attendre. Marine à le malheur de s’appeler Le Pen. Facile et en même temps « petit » de la part de la classe politique française d’attaquer à nouveau le Front National qui ne fait que de dire la vérité par la voix de la fille de son président. C’est là que l’on voit les hyènes se manifester. Ceux-là même qui pratiquent la politique de l’autruche concernant l’islamisation du monde Occidental quand ils n’y contribuent pas (voir la dernière affiche d’Europe Ecologie qui souhaite une  bonne année 1432 aux musulmans de Grigny, ci-dessous):

Dans pas mal de pays occidentaux, le nationalisme et le patriotisme font d’étonnantes percées… Et personne ne se demande pourquoi? En France, on fait semblant de ne pas voir. Il ne faut pas que le peuple sache la vérité. Il ne faut pas que le peuple se rende compte de l’islamisation galopante ni de l’immigration cancérigène. Il ne faut donc que personne ne puisse le montrer au peuple. Cet acharnement dépasse le domaine de la politique. Et contre celle qui ose dire la vérité, on se serre les coudes. Là, plus de clivages politiques entre ceux qui habituellement se déchirent. Et les propos haineux ressurgissent. On entend ainsi les cris des fauves piégés. Qui ont tellement peur, qu’ils racontent en outre n’importe quoi. Bouchez-vous les oreilles. Mais c’est vous qui les avez élus… Je vous laisse lire ci-dessous les propos de la haine émanant de ceux qui devraient prendre des cours de patriotisme… « Ne m’appelez plus jamais France »…

Bon courage, Marine. Nous sommes là pour te soutenir.

FDF

.

Propos anti-islam : droite et gauche condamnent Marine Le Pen.

Les propos tenus vendredi par Marine Le Pen ne cessent de susciter des réactions. Devant 250 à 300 adhérents du FN réunies à Lyon, fief de son adversaire Bruno Gollnisch, la fille du fondateur du parti d’extrême-droite a comparé «les prières de rue» de musulmans à «une occupation».  

En savoir plus
Marine Le Pen compare la prière du vendredi à une «occupation»

Ces déclarations, dans la lignée du discours du Front contre l’islam intégriste, provoquent l’indignation.Les réactions au sein de la majorité présidentielle

Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP : «C’est exactement les mêmes techniques que son père, les mêmes amalgames et il faut bien le dire les mêmes propos». «J’ai toujours considéré le Front national comme un danger majeur pour notre famille politique comme pour la France», a poursuivi le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) sur iTélé

Jean-François Lamour, député UMP de Paris : «Le naturel revient au galop et on voit bien que derrière une façade peut-être plus respectable au début il y a réellement un fond de xénophobie qui s’exprime au travers de ce genre de dérapages. »

Luc Chatel, ministre de l’Education nationale : «On a eu trop l’habitude par le passé avec Jean-Marie Le Pen t’entendre ce type de propos qui sont inacceptables». «C’est la démonstration qu’à ceux qui pensaient qu’elle n’était pas exactement la copie conforme de son père elle apporte la démonstration inverse», a-t-il encore déclaré.

Les critiques au sein de l’opposition

Martine Aubry, première secrétaire du PS. «Je voulais dire combien j’ai été choquée par ces paroles touchant les personnes qui prient effectivement à Marseille (…) . Je ne suis pas sûre qu’elle ait compris qu’elle s’adressait aux petits-enfants de ceux qui ont libéré Marseille, en particulier ceux des Algériens qui sont morts pour donner leur vie à notre pays», a-t-elle ajouté.

Harlem Désir, numéro 2 du PS : «On est au delà de toute indignité. On nous avait fait croire à un moment que sous son visage avenant, Marine Le Pen allait permettre un tournant du Front national, qu’elle avait peut-être rompu avec l’extrémisme, le racisme et l’antisémitisme de son père. Il n’en est rien. Cela relève à mon avis des tribunaux et j’espère qu’elle sera fermement condamnée par la justice de la République».

Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste : «Voici le vrai visage de l’extrême droite française, qui n’a changé en rien et Marine Le Pen est aujourd’hui aussi dangereuse que Jean-Marie Le Pen».

Arnaud Montebourg député socialiste : «Je veux répondre à Mme Le Pen en évoquant la mémoire de mon grand-père, un Arabe d’Algérie» qui a combattu l’armée d’occupation nazie «parce qu’il servait et aimait la France», a lancé le candidat aux primaires lors de la convention de son parti. «Cette déclaration est une injure à ceux qui, arabes, africains, musulmans ou non, sont morts pour la France, ceux-la même qui ont libéré le territoire national pendant que votre père, madame le Pen, trouvait des circonstances atténuantes à l’occupation nazie», a lancé le candidat aux primaires devant la Convention Egalité réelle, réunie samedi à Paris.

Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Écologie : «C’est désespérant de médiocrité et, comme d’habitude, très inquiétant», a affirmé la résponsable écologiste, estimant que la fille de Jean-Marie Le Pen n’était «évidemment pas plus light que son père». Marine Le Pen «attise les peurs et les haines» et «utilise des ressorts racistes», «on est dans l’irrationnel haineux et la crainte de l’invasion», a poursuivi Cacile Duflot.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF : «En comparant les prières de rue des musulmans à l’Occupation pendant la Seconde Guerre mondiale, continue le responsable communiste, Marine Le Pen déplace les frontières de l’ignoble. Ses déclarations soulèvent le cœur». Il a réclamé samedi sa condamnation par la justice.

Source: http://www.leparisien.fr

10/10/2010

Petit rappel dominical… La « novlangue »…

Attention! Certaines sources ne sont plus valables car obsolètes dans les dates de publication. Mais c’est dimanche, vous avez un peu de temps pour faire les recherches nécessaires. Pas vrai?

FDF

.

Apprenez bien ces nouvelles définitions…

Quelques exemples de la novlangue (nouvelle langue) : les mots façonnent les esprits, puis modifient la manière de penser :

 

 

  • Ne dites plus clandestin mais candidat à l’immigration (Figaro)

  • Ne dites plus clandestin, immigré illégal, ni même sans-papiers, mais privés de papiers(source)

  • Ne dites plus discrimination positive mais encadrement différencié (Belgique) (voir)

  • Ne dites plus quartier à majorité immigrée mais quartier populaire (tous les médias)

  • Ne dites plus ni crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités. Et encore mieux bêtises (source) ou faux-pas (France 2). Récent : les inconduites (CNRS)

  • Ne dites plus émeutes ou guerre des gangs mais incidents (partout)

  • Ne dites plus immigration mais mobilité européenne (Frattini, commissaire européen) (voir)

  • Ne dites plus immigré mais client (bureaucratie finlandaise) (voir)

  • Ne dites plus bandes mais identités de quartier.  (LCI.fr)

  • Ne dites plus des bandes de noirs et d’Arabes mais des jeunes qui se regroupent souvent sur des considérations ethniques » (Belgique) (voir)

  • Ne dites plus  enfants d’immigrés mais enfants issus de familles d’éducations éloignées (source)

  • Ne dites plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d’appropriation (France)(voir)

  • Ne dites plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs ». (source

  • Ne dites plus un voyou notoire mais un individu défavorablement connu de la justice(tous les médias)

  • Ne dites plus mosquée mais centre culturel et religieux. (partout)

  • Ne dites plus fusillade mais bagarre par balles (source)

  • Ne dites plus Français  attaché à son pays, à sa culture et fier de son drapeau mais raciste

06/10/2010

Affaire du coran brûlé : le délit de blasphème n’existe pas en France, Messieurs Choukri et Ries !

Communiqué de Résistance Républicaine.

Affaire du Coran brûlé : le délit de blasphème n’existe pas en France, Messieurs Choukri et Ries !

Résistance républicaine remarque l’agitation médiatique créée autour d’un fait divers : un homme a incendié le Coran, et a uriné dessus. Ce fait a circulé sur facebook. Le délégué général de la Grande Mosquée de Strasbourg, Abelaziz Choukri, annonce qu’il va déposer plainte pour « racisme ». Le maire de Strasbourg, Roland Ries, considérant que les actes de racisme se multiplient dans la région, lance, de manière médiatique,  un appel à un Front républicain contre le racisme, entouré du professeur Nisand et de Faruk Günaltay.

Résistance Républicaine, bien que perplexe quant aux raisons de l’action de cet homme, ne s’étonne pas de la démarche d’Abelaziz Choukri, qui amalgame à du racisme un acte hostile à une religion. Ce dignitaire religieux ne fait que relayer, sur notre territoire, la démarche de l’Organisation  de la Conférence  Islamiste (OCI) qui, forte de 57 pays, au sein de l’Onu, fait pression sur les Etats pour réintroduire le délit de blasphème. La France, où règne une grande liberté d’expression sur le fait religieux, est particulièrement visée par cette campagne, comme on l’a vu lors de l’affaire des caricatures, où, en 2007, les dessinateurs de Charlie Hebdo avaient été traînés devant les tribunaux, et finalement acquittés.

Il est plus surprenant qu’un élu de la République reprenne cette campagne, et l’instrumentalise. Le maire de Strasbourg devrait savoir que l’islam n’est pas une race, mais une idéologie politico-religieuse. C’est galvauder le nécessaire combat anti-raciste que de l’amalgamer à une critique, certes sous forme provocatrice, d’un livre religieux dont certains passages appellent, par ailleurs, ouvertement à la haine et à la violence contre les athées, les homosexuels, les juifs et les femmes. Résistance Républicaine s’est d’ailleurs étonné que le maire de Strasbourg décore le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, de l’ordre du mérite de la Ville, alors que l’action essentielle de cet homme, jusqu’à ce jour, consiste à faire progresser l’islam, et à faire reculer la laïcité et la liberté d’expression dans notre pays, comme l’a montré sa demande d’annulation d’un débat organisé par la Droite Libre, le 30 septembre, au Parlement.

Résistance républicaine s’étonne que l’auteur de la provocation ait été longuement entendu par la police, quand un imam intégriste a pu tenir des propos appelant à la guerre civile à Limoges, sans aucun problème avec les forces de l’ordre. Elle remarque le décalage entre l’absence de réaction des dignitaires religieux musulmans quand des supporters de football algériens brûlent le drapeau français, à Toulouse, et le remplacent par le drapeau algérien, devant des policiers passifs, et ce fait divers.

Résistance Républicaine avait appelé, à Strasbourg, à célébrer, le 4 septembre, le 140e anniversaire de la IIIe République. A cette occasion, nous avons été confrontés à la violence verbale et aux intimidations physiques de nombre de jeunes de culture arabo-musulmane, sans que cela n’émeuve outre-mesure MM. Choukri et Ries.

Résistance Républicaine appelle à lutter contre les racismes et tous les appels à la haine, et fait remarquer, contrairement au discours politiquement correct des organisations dites anti-racistes, que les mots « sales blancs », « sales cefrans »  et « sales juifs » sont de plus en plus souvent entendus, sans oublier les paroles de certaines chansons de rappeurs, et ne suscitent pas l’ampleur de la réaction qu’un simple fait divers mettant en cause le coran provoque d’une manière démesurée.

Résistance Républicaine ne peut donc que s’interroger sur le sens de ce « deux poids deux mesures ».

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/article-communique-de-resistance-republicaine-affaire-du-coran-brule-le-delit-de-blaspheme-n-existe-pas-en-france-messieurs-choukri-et-ries-58329231.html