Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

Incroyable! Le «pousseur du métro» de la Défense acquitté !!!

Déclaré irresponsable, le mec! Tentative de meurte, ça n’existe plus, chez nous? On se fout encore de nous…

 Il faut le croire… On marche (encore) sur la tête. Mais où est la logique, là dedans ? Et un schizophrène en liberté, un !!!

Là, je suis pour la charia: amputation de la jambe pour qu’il voit ce que ça fait… Mais non, j’déconne.

Faudra faire attention si il redescend dans le métro, ce dingue. Il peut avoir une « rechute ». Mais comme il est irresponsable, on va dire qu’il était parti s’amuser dans le métro…

FDF

.

Ahmed ZOBIR  l’avait poussé  sous le métro;  il avait  perdu une jambe !

.

A l’énoncé du verdict, la victime, sonnée, n’a pas souhaité s’exprimer. Renaud Roussillon, qui a perdu une jambe dans l’attaque, avait décrit avec émotion le calvaire qu’il endure depuis le 10 avril 2009. «Être debout c’est une chose, reprendre position dans la société en est une autre

Une peine de 20 ans de réclusion criminelle avait été requise, vendredi, contre Ahmed Zobir par l’avocat général qui avait déclaré l’accusé responsable de ses actes.

Ahmed Zobir, ce SDF qui avait précipité un voyageur sur les rails de la ligne 1, en 2009, a été jugé irresponsable. La victime a perdu une jambe lors de l’agression.

La cour d’assises des Hauts-de-Seine a acquitté vendredi Ahmed Zobir, un SDF de 37 ans, qui avait poussé en avril 2009 un voyageur sous une rame de métro à La Défense. La juridiction, qui a reconnu l’irresponsabilité pénale de l’accusé au moment des faits, a également ordonné son hospitalisation d’office immédiate.

A l’énoncé du verdict, la victime, sonnée, n’a pas souhaité s’exprimer. Une peine de 20 ans de réclusion criminelle avait été requise, vendredi, contre Ahmed Zobir par l’avocat général qui avait déclaré l’accusé responsable de ses actes. «Un psychotique ne s’excuse pas comme il l’a fait, le psychotique ne craint pas ses codétenus lors des promenades», avait-il insisté alors que deux des trois expertises psychiatriques de l’accusé ont conclu à une abolition de son jugement au moment de l’acte.

Interrogé sur le fait de savoir s’il relevait de la psychiatrie ou de la justice, Ahmed Zobir avait, lui, répondu au cours de son procès: «La justice». «Je crois que je vais être condamné, je ne sais pas», avait précisé celui que son avocat présentait comme un schizophrène.

«J’avais entendu des insultes»
Jeudi, au premier des deux jours du procès, Renaud Roussillon, qui a perdu une jambe dans l’attaque, avait décrit avec émotion le calvaire qu’il endure depuis le 10 avril 2009. «Être debout c’est une chose, reprendre position dans la société en est une autre». «Je travaillais à la Défense, je devais me rendre sur un chantier à La Courneuve. Je m’étais mis sur le quai à un endroit où il n’y avait pas trop de monde, s’est souvenu le père de deux enfants. «Je regardais une affiche publicitaire. Le métro était en train d’arriver. Puis… Puis Je me suis réveillé six jours plus tard sur un lit d’hôpital. On m’a raconté ce qui s’était passé et un chirurgien m’a dit que j’avais été amputé d’une jambe».

L’architecte d’intérieur de 43 ans ne connaissait pas son agresseur. Dans une vidéo diffusée à la cour, la scène, enregistrée par les caméras de la RATP, est d’une violence inouïe. On y voit l’accusé se jeter sans raison apparente, les deux bras en avant, sur la victime de dos, après avoir pris soin de s’assurer que la rame de métro entrait dans la station. Sur le quai, personne ne semble réaliser ce qui vient de se passer, si ce n’est un voyageur qui prend aussitôt la fuite et un employé de la RATP, qui s’empresse de couper le courant. La jambe de Renaud Roussillon, coincé sous la deuxième porte du premier wagon, avait été sectionnée alors que le SDF de 37 ans prenait la fuite avant d’ être interpellé une heure plus tard.

Lors de sa garde à vue, l’accusé, lui, a explique avoir été «un peu échauffé de la tête» et «avoir manqué de contrôle» ce matin-là du 10 avril 2009. «J’avais entendu des insultes», argue-t-il. Jeudi, face à sa victime qui racontait péniblement sa descente aux enfers, l’accusé n’avait rien laissé transparaître avant de prononcer à voix basse des excuses.

Source: http://www.lefigaro.fr/

15/10/2011

Le black-out médiatique de messieurs GHESQUIERE et TAPONIER…

Même si ils n’en sont pas directement les protagonistes, Ghesquière et Taponier ont fait l’objet d’une surmédiatisation que l’on aurait pu éviter ne serait-ce que par décence envers les militaires qui tombent là-bas…

Retour sur une affaire que l’on croyait classée…

FDF

.

Par Yves Debay, journaliste et correspondant de guerre :

En Kapissa ou en Surobi, à l’annonce que j’étais journaliste, des militaires ne me connaissant pas me jetèrent un oeil noir tandis que d’autres n’hésitaient pas à me dire: « J’espère que vous n’êtes pas comme GHESQUIERE et TAPONIER ». Heureusement la majorité des soldats connait ASSAUT et son dinosaure de chef et je fus formidablement accueilli lors de mon séjour en Afghanistan. C’est ici dans l’infernale chaleur de l’été afghan, au milieu de ces simples héros que sont nos soldats que je pus me rendre compte de l’injustice ressentie par ces derniers vis à vis du traitement médiatique réservé aux journaliste otages.

Dans le sauna ambulant qu’est un VAB ou à la popote le soir avec une bière, j’ai souvent entendu dire: » ils ont eu leur portraits sur l’arc de triomphe et nos camarades tombés pour la France n’ont droit qu’aux entrefilets dans les journaux ou un court communiqué entre la météo et les résultats du tiercé dans l’audiovisuel ».
Ceci est tout à fait vrai mais nous savons hélas que la vie est injuste, que nos soldats sont de grands modestes et que les médias, les proches et les comités de soutien ne pouvaient que se battre pour libérer les deux otages en choisissant la médiatisation à outrance. Ce n’était peut être pas la meilleure solution mais elle avait l’avantage de mettre en avant un certain lobby de la presse personnalisé par les deux « martyrs ». Malgré la légèreté dont ils avaient fait preuve, ces hommes étaient des Français et ils avaient payé de 547 jours de liberté leur faute. « La punition avait été trop longue » selon certains milieux… A l’annonce de leur libération, on s’était dit: « bravo, ils vont enfin retrouver leur foyer ». On savait le passage médiatique obligatoire et ceux qui connaissaient vraiment la personnalité des deux reporters espéraient qu’à défaut d’un acte de repentance non demandé, ils feraient preuve d’un peu d’humilité. Hé bien non! GHESQUIERE en bon antimilitariste primaire oubliant les moyens qu’elle avait mis pour les localiser n’a pu s’empêcher d’accabler l’Armée française. De plus il a menti à plusieurs reprises sur les conditions ayant mené à la capture de l’équipe de France 3.

L’armée n’en veut pas mais le ministre les impose !

Par respect pour nos soldats qui jamais n’auront droit à un tel traitement médiatique et dans un simple but d’information, ASSAUT va simplement vous révéler certains faits qui vous démontreront que les « idoles » n’étaient simplement que des ambitieux cherchant le scoop à tout prix et non des journalistes responsables. Ils vont sans doute faire un bon petit livre, un témoignage certes mais qui risque d’être aussi un dossier à charge contre une institution qu’ils vomissent et qui est l’Armée Française. S’ils s’étaient montrés humbles et avaient remercié publiquement les dizaines de soldats qui ont risqué leur vie pour les retrouver, la page aurait été tournée et beaucoup de choses oubliées mais voilà, l’idée n’a même pas du les effleurer. Ce genre de mec n’est pas de la race des grands journalistes assumant la responsabilité de leurs actes mais de celle des fouilleurs de poubelles pétris d’idéologie que chérissent les responsables des grandes chaines publiques. Le mélange d’anti militarisme, de volonté d’abaissement de la France par l’autoculpabilisation perpétuelle additionnée d’une recherche malsaine du sensationnel ont mené au drame de cette prise d’otage qui a causé mort d’homme; car il y aurait bien mort d’homme! Un Afghan, leur chauffeur de taxi aurait été abattu par les Talibans lors de leur capture. Et les soldats qui ont contribué à leur recherche et sécurisé leur libération…ils y ont pensé?
Cette pénible histoire a commencé par une demande de FRANCE 3 à l’Etat Major des Armées qui souhaitait envoyer sur le terrain GHESQUIERE et TAPONIER pour effectuer un reportage dans le cadre de l’émission « envoyé Spécial ». La demande fut refusée pour deux raisons. La première était que les deux reporters n’avaient guère d’expérience et de connaissance sur l’Afghanistan à part TAPONIER et la seconde était que vus les antécédents des deux hommes, l’Armée de Terre n’avait rien à gagner à les voir œuvrer sur des sites où une certaine réserve doit être de rigueur. Bref, les militaires savaient parfaitement que l’équipe de France 3 venait en Afghanistan non pour effectuer un travail objectif mais pour y rechercher du sensationnel. Suite à ce refus, la chaîne forte de ses appuis politiques se tourna vers le ministre de la défense de l’époque Hervé MORIN qui imposa aux militaires la présence des deux reporters au sein des garnisons d’Afghanistan. Ceux ci emprunteront un avion militaire pour se rendre au pays de l’Insolence.
A peine débarqués sur le sol afghan, les deux hommes vont se faire remarquer par leur arrogance, leur goujaterie et bien sûr le rejet de toutes les règles d’usage lorsqu’on travaille avec des militaires sur un théâtre d’opération. Lorsqu’un reporter arrive en Afghanistan, il a préalablement signé une série de documents en Anglais pour obtenir sa carte d’accréditation ISAF. La procédure est certes lourde et je suis le premier à m’en plaindre mais on ne peut nier que ces documents mettent en garde le journaliste sur les dangers que comportent un séjour dans l’Afghanistan en guerre. GHESQUIERE et TAPONIER étaient plus que prévenus, donc l’argument qu’on ne leur aurait pas dit que l’Afghanistan est un endroit dangereux est bancal. Je crois que n’importe quel citoyen lambda sait qu’il y a une guerre en Afghanistan et que la guerre ça blesse, tue ou mutile. De plus si l’ISAF impose le port du casque et d’un gillet pare-éclats c’est qu’il y a des raisons et nos deux « héros » le savaient parfaitement. Enfin dernier point, à l’arrivée au centre de presse de Warrehouse à Kabul, rebelote, il faut à nouveau signer une série de formulaires en Français cette fois. On y trouve une décharge exemptant les forces armées Française de toutes responsabilités en cas de blessures ou de mort au combat dans le cadre du reportage. Ces formulaires, GHESQUIERE et TAPONIER les ont obligatoirement signés. Donc ils mentent et prennent le public et les membres de leur fan club pour des idiots en déclarant que l’Armée française ne les a jamais mis en garde sur les dangers d’un séjour en Afghanistan.

Une fois les documents signés, la communication opérationnelle envoie le journaliste dans une FOB en zone de combat. Il partira en général en convoi au bout d’un jour ou deux d’attente à Kabul où s’il est chanceux et en fonction du taux de disponibilité des machines, en hélicoptère. Le journaliste sera escorté par un officier de communication, l’off-com qui est souvent une jeune femme du grade de Lieutenant. Je dois avouer que pour un journaliste cette présence peut quelque fois se révéler pesante mais en général tout dépend de la personnalité de l’officier de communication. Le mieux est bien sur de trouver un gentleman agrémente entre le journaliste et l’off-com qui sera le relais entre la presse et l’institution militaire. Le tout est une affaire de confiance réciproque. Le problème est que vu les antécédents de GHESQUIERE et TAPONIER, la confiance n’a certainement pas dû être au rendez-vous.
Les deux hommes vont immédiatement tout faire pour tromper la vigilance de l’off-com du 13 BCA et aller filmer et interviewer les soldats sans sa présence. Les questions seront du style: »avez vous conscience de l’inutilité de votre engagement ici? » Les deux hommes se complaisent dans la provocation permanente et font visiblement tout pour faire sortir les soldats de leurs gonds en espérant une réaction et des paroles brutales qu’ils pourraient exploiter. Quant la malheureuse off-com tente de les rattraper lorsqu’ils essaient de lui fausser compagnie, elle à droit à plusieurs reprises à un doigt d’honneur. Voilà le type d’hommes que le lobby de la presse tente de faire passer pour des « héros » auprès des Français. Le plus virulent est GHESQUIERE. TAPONIER, le caméraman se montrera plus décent mais néanmoins suivra, peut être à regret, son chef de mission.
Autre énorme reproche, lorsqu’ils seront intégrés à une unité engagée dans une opération, par leur attitude et le non respect de règles tactiques élémentaires, ils mettront en danger leur vie et celle des soldats. Accompagnant des soldats Américains, ils se seraient conduit d’une facon telle que l’officier en charge de la mission y renoncera. Les deux journalistes feront donc échouer une opération militaire.
Confrontée à ces multiples problèmes, l’off-com préviendra son supérieur immédiat, le Lieutenant Colonel Jacky FOURQUEREAU, conseiller en communication à Kabul, d’habitude très souple avec les journalistes et grand communiquant. Ce dernier sera forcé d’en référer à Paris à l’Amiral PRAZUCK, grand patron de la communication militaire qui, fait exceptionnel, devra appeler à plusieurs reprises la direction de FRANCE 3 pour l’informer du comportement de ses reporters.
Ceux ci exigent toujours plus et ne comprennent pas qu’en zone de guerre il y a aussi des temps morts et qu’on ne peut monter une opération rien que pour leur beaux yeux. Comme beaucoup de journalistes, ils sont venus en Afghanistan avec un reportage déjà préconçu dans leur tête et seront incapable d’être simplement à l’écoute des soldats.
Sans doute déçus de l’accueil et pour cause, ils vont en rentrant à Kabul lancer le processus qui va mener à leur capture. Reconduits à l’aéroport de Kabul, ils ne prendront pas l’avion du retour mais après contact avec leur chaîne vont organiser leur déplorable expédition en Kapissa.
« Lorsque nous étions avec l’armée française, nous avons constaté qu’il y avait du trafic civil sur la route dans la vallée de Tagab » a déclaré GHESQUIERE. Cette déclaration semblait, pour lui, justifier le fait qu’il pouvait aller se balader en toute impunité et incognito sur une route de l’Afghanistan en guerre et de plus en Kapissa qui est un fief rebelle. Ce raisonnement est très léger et bien sûr tout à fait indigne d’un professionnel de la presse présenté dans les média comme un vétéran des pays en conflit. N’importe quel journaliste un peu censé sait qu’il y a des dizaines de chouff qui renseignent les insurgés sur les mouvements de l’OTAN. De plus les Talibans montent très souvent des chek-point mobiles sur les axes. Quant au trafic civil, la vie économique se poursuit en Afghanistan malgré la guerre et ceci ne veut nullement dire qu’il n’y a pas de danger. Les deux journalistes dans cet environnement ne pouvaient pas passer à travers les mailles du filet et leur soi-disant neutralité ne leur servait à rien.
Le seul moyen de travailler avec les Talibans est de les contacter et d’arranger un rendez-vous comme l’avait fait une journaliste de Paris Match après l’embuscade d’Uzbeen en 2008. Mais en fait qu’allaient faire GHESQUIERE et TAPONIER dans la vallée de Tagab ? Eux seuls bien sur peuvent répondre mais on peut facilement imaginer qu’ils voulaient démontrer que l’Armée française ne contrôlait rien ou pire vu leur haine des institutions militaires françaises assurer aux Talibans, leur sympathie. C’est bien naïf! Pour Taleb, un étranger c’est simplement un sacré paquet de pognon et la garantie que les opérations militaires seront gelées dans la région de détention. Et c’est ce qui s’est passé.
Le 30 décembre 2009, GHESQUIERE et TAPONIER sont arrêtés par la population à quelques kilomètres de la COP 49 Hutnik et remis aux Talibans.
Dès l’annonce de leur disparition, la TASK Force Lafayette va mobiliser ses Forces Spéciales et lancer une série d’opérations le long de l’axe sur lequel un jeune chasseur alpin de 19 ans aurait pu très bien être tué. Heureusement ce ne fût pas le cas. Un drone SDTI est en permanence et pendant dix jours mobilisé pour les retrouver. On les sait cachés quelque part en fond de la vallée d’Allasay. Le coût des opérations de recherche est énorme et le Général GEORGELIN sera critiqué par la presse pour l’avoir révélé.
En fait les militaires français vont probablement localiser l’endroit où sont détenus les otages et ce dernier fera l’objet d’une surveillance constante afin d’éviter qu’ils ne soient transférés au Pakistan où ils seraient hors d’atteinte. De toute façon, les Talibans locaux ont sans doute de bonnes raisons pour les garder en vallée d’Allasay. Les transférer au Pakistan multiplierait le nombre d’intermédiaires et en cas de paiement de rançon, cela ferait autant d’argent en moins pour le groupe les ayant capturés. Le fait de détenir deux otages en zone française va forcément mettre le commandement français dans l’embarras et permettre aux insurgés de bénéficier d’une certaine impunité dans la zone sanctuaire où ils sont détenus. Un officier sous le sceau de l’anonymat me confiera: « Vous n’imaginez pas la frustration de nos gars qui avaient repéré des groupes d’insurgés. Nos soldats les avaient acculés dans une nasse et ils étaient prêts à être détruits par l’artillerie et l’aviation et on a eu l’ordre de ne rien faire parce qu’il aurait pu y avoir des représailles sur GHESQUIERE et TAPONIER ».
Un autre aspect méconnu. Dans une guerre de contre insurrection comme celle menée en Kapissa, les opérations psychologiques ou Civilo militaires ont une grande importance. Il est très difficile de gagner les cœurs en raison du Patchoun Wali, le code d’honneur patchoun. Nos soldats en liaison avec l’armée afghane tentent cependant de démontrer à la population qu’ils ne sont pas une armée d’occupation mais qu’ils sont ici pour appuyer le gouvernement central. Certains villages peuvent être récompensés et d’autres délaissés parce qu’on les sait acquis, et quelque fois par la force, aux insurgés. Ici le faible à toujours tort et le fait de reculer pour préserver la vie des otages est un aveu de faiblesse. Par leur légèreté, les deux chouchous des médias ont donc contribué à faire capoter dans de nombreux villages un patient travail de sape.

Restait la solution de les récupérer par la force. Les Forces Spéciales avaient repéré l’endroit de détention. En Europe, on ne peut discuter avec les terroristes preneurs d’otages et la force est une solution tout à fait envisageable. Rappelez vous l’affaire de l’Airbus de Marseille ou de la prise d’otages de l’école de Beslan en Ossétie du nord. Ici une intervention aurait pu réussir mais le coût humain aurait probablement été très élevé. Le fond de la vallée d’Alassay est « territoire indien » et y rechercher des otages était mettre la main dans un nid de guêpes. Opération héliportée? 80% de chance d’avoir un hélicoptère abattu avec sa précieuse cargaison de Forces Spéciales. Au fond de la vallée d’Alassay, il y a des Douchkas et peut être même des KPV de 14.5mm. L’armée française ne dispose hélas que de 4 hélicoptères de transport sur le théâtre et c’est d’ailleurs un vrai scandale. Les Américains auraient certainement refusé de prêter des Blackhawk et des Chinook pour une opération non militaire. Une opération combinée hélicoptère-route aurait été possible mais elle aurait mobilisé au moins deux SGTIA sur une piste propice aux embuscades et sans doute truffée d’IED. Coût estimable de l’opération au moins cinq morts chez nos garçons. De plus à l’annonce du moindre mouvement de troupes, GHESQUIERE et TAPONIER auraient pu être égorgés, cachés ou transférés au Pakistan ou dans une autre vallée. L’option de les récupérer par la force n’avait donc que très peu de chance de réussir et son coût aurait été inacceptable. Personnellement et je l’assume j’aurai eu du mal à voir des garçons de 20 ans se faire déchiqueter par des IED pour deux Charlie Oscar November cherchant le scoop à tout prix. Les autorités ont décidé de payer et j’aurais plutôt laissé les « deux héros » moisir quelques années de plus en compagnie de leurs amis Talibans en vallée d’Alassay.
La libération des deux « héros » va également être un vrai crève-cœur pour nos soldats. Dans les COP et FOB sous prétexte d’une panne, internet est coupé. Les agences de presse sont averties de la libération des deux hommes et non nos soldats. De plus l’échange a pratiquement lieu à la porte de la COB Tagab où les Taliban se pavanent en compagnie des agents de la DGSE venus chercher les « deux héros ». Nos soldats se sentent humiliés par cette libération faite dans leur dos.
On peut se demander quel est le coût payé pour cette libération. On parle de 20 millions d’euros. Comme d’habitude les autorités démentent, mais de l’argent a été versé et cet argent c’est le nôtre, celui du contribuable français. Et à quoi va servir cet argent? Eh bien a acquérir de l’armement sophistiqué, des munitions, à corrompre les policiers qui laisseront passer les « suicide-bomber », à acheter des IED qui tueront ou mutileront des jeunes de 20 ans. Voilà, messieurs GHESQUIERE et TAPONIER ce que vous avez contribué à faire.
Un Adjudant-chef avec le gros bon sens des hommes qui peinent à la tâche et non des intellectuels de l’ENA qui nous gouvernent me dira: « Pour un soldat, payer ses impots est suicidaire. Cela sert à acheter les armes qui risquent de le tuer ».
Autre chose, en échange de nos deux otages, 17 chefs terroristes ont été libérés et certains ont immédiatement repris du service. Les hommes de la Task Force Lafayette et l’ANA avait déployé des trésors de ruse pour capturer ces chefs et des hommes sont peut être tombés ou ont été blessés. Désormais, ils sont dans la nature et contrairement aux moutons occidentaux, ils n’ont aucun esprit de repentance et vont causer du fil à retordre à nos soldats.
Et puis, la profession de la presse a également été punie à cause de l’attitude des deux inconscients. Suite à leur action et par décision gouvernementale, la Kapissa a été interdite aux journalistes pendant presque deux ans. GHESQUIERE et TAPONIER ont donc contribué à créer un black-out médiatique sur cette région. Et pourtant nos soldats ont diablement besoin d’une couverture médiatique impartiale contribuant à renforcer le lien Armée-Nation. Messieurs GHESQUIERE et TAPONIER, vous avez contribué à punir vos propres collègues et à empêcher le peuple français de savoir ce que faisait leur soldats. Un Colonel de la communication m’a dit: « Monsieur DEBAY, n’écrivez pas cet article. Cela ne changera rien et de toute façon les grands lobby ont toujours raison. C’est un combat perdu d’avance ».
Désolé Mon Colonel, l’article est écrit et il n’y a jamais de combat perdu d’avance. Depuis la Grande Guerre à l’exception peut être de l’Armée de Lattre nous perdons des batailles parce que là haut, certains de nos grands chefs sont des carriéristes prêts à toutes les compromissions avec le pouvoir en place. Notre Armée est celle de la République et non du pouvoir en place et il est peut être temps de voir les officiers généraux cesser d’être des avaleurs de couleuvres professionnels. Lobby presse OK mais ce dernier ne doit pas commander aux opérations et c’est ce qui est arrivé avec la lamentable affaire GHESQUIERE et TAPONIER. Nos soldats méritent autre chose car eux ils paient de leur sang.
Avec un peu d’excessivité mais c’est tout à fait pardonnable dans le contexte, un jeune sergent de 21 ans du 1 RCP me dit: « On libère les otages et on enterre les soldats ».

Yves DEBAY

Merci à Le Gaulois

Source: http://www.defrancisation.com/

06/09/2011

Oui à la castration pour les violeurs! Quels qu’ils soient…

Elle n’est pas belle, notre France ? Il nous faut une justice plus expéditive pour ces délinquants sexuels que l’on trouve de plus en plus dans la fange « issue de l’immigration ». La prison ne leur fait plus peur. Alors…

Personnellement; si ma fille venait à subir ce genre d’exaction, les auteurs n’auraient qu’un échappatoire: fuir loin; très loin… Car j’appliquerais la devise d’Idi Amin Dada: « on ne courre jamais aussi vite qu’une balle de fusil »… Je suis même prêt à faire une inspection fouillée des caves des « zones sensibles ».

Notez bien ça, les sous-merdes!

FDF

.

Les racailles peuvent violer et prostituer des gamines de 14 ans en toute impunité : juges et psys les excusent…

.

Décidément, on touche le fond dans ce pays avec les bobos de gauche qui font la pluie et le beau temps dans  les medias et les prétoires et l’Etat, qui, depuis 30 ans, renonce chaque année davantage, sous la houlette de l’UMPS, à toutes ses fonctions régaliennes, qui sont au nombre de quatre : « Assurer la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense du territoire ; assurer la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre public, avec, notamment, des forces de pollice ; définir le droit et rendre la justice ; détenir la souveraineté économique et financière en émettant de la monnaie, notamment par le biais d’une banque centrale.« 

Nous n’avons plus de souveraineté économique et financière depuis Maastricht, nous n’avons plus de marge de manœuvre sur la scène internationale depuis que nous sommes soumis à l’Otan, la sécurité intérieure n’est plus assurée puisque par peur des émeutes nous disons béni-oui-oui à toutes les réclamations des délinquants, de leurs familles et des  autres Gentils Organisateurs de la vie dans les Quartiers, et la justice est devenue une loterie où ceux qui ne respectent pas la loi raflent la mise deux fois sur trois quand les victimes « bien sous tous rapports » doivent payer : amende et sursis pour Fanny Truchelut pour avoir demandé à une voilée de respecter la neutralité des parties communes de son gîte, prison pour  René Galinier pour avoir tiré sur la cambrioleuse surprise chez lui au milieu  de la nuit, et carrément verdict méprisant et insultant pour la gamine de 14 ans ayant subi pendant un mois trente violeurs proxénètes.

Ce sordide fait-divers est en effet un épouvantable exemple, tiré d’une longue liste  d’absurdités de la justice qui, non seulement, confinent à l’injustice, totale, et inacceptable, mais sèment dans la population de notre pays deux graines très dangereuses : la première est un message rassurant à l’égard des délinquants, ils peuvent beaucoup et risquent peu ; la deuxième est un message méprisant à l’égard du Français moyen et de l’immigré moyen qui respectent les lois et voudraient être respectés eux aussi, l’Etat a renoncé à faire respecter la loi, ils risquent donc beaucoup et il va falloir qu’ils passent à la vitesse supérieure pour se protéger eux-mêmes, et tant pis pour les dégâts collatéraux.

On ne reprendra pas ici les excellents arguments du criminologue Xavier Raufer, il a tout dit en campant avec brio les pitoyables protagonistes d’un jugement inique, depuis le juge en passant par le journaliste, les familles et les indignes avocats de la défense. La palme tout de même au psy qui nous en dit bien plus qu’il ne le croit, de même que les familles.

Le psy de service, en effet, excuse, relativise, et prétend qu’il est normal, en France, de vouloir ré-inventer une tradition d’un autre pays, d’un autre âge, un rite initiateur… passant par la violence. Tant pis pour la gamine qui passait par là ; dans ce genre de tradition, seul le gars et son phallus comptent. La fille n’est rien pour ces gens-là. Pour le psy non plus… mais pour les féministes qui montent sur le pont pour y hurler leur révolte à chaque fois qu’un publicitaire ose utiliser une femme en sous-vêtements pour vendre une voiture, une gamine violée pendant un mois et prostituée… cela ne mérite ni discours ni scandale ? De quoi ont-ils peur, les psys et les féministes ? Que l’on s’intéresse de trop près aux origines et à la culture des violeurs ? D’ailleurs, le psy l’a dit, les 30 pauvres ados, de 16 à 22 ans, « n’étaient pas armés pour anticiper la relation avec la jeune fille« … Il ne faut pas être grand clerc pour décrypter « traditions patriarcales, culture qui méprise les femmes »… D’ailleurs, dans le quartier, la solidarité (chez moi on parle de communautarisme criminel) fait prononcer de drôles de paroles : « avec une fille de chez nous, cela ne se passerait pas comme ça« 

Ils vivent en France, mais ils n’y sont pas « chez eux« . Et ils trouvent normal qu’une fille qui n’est pas de chez eux subisse l’horreur. Il est vrai que dans l’islam les femmes non musulmanes peuvent  être  des esclaves sexuelles… De là à penser que les violeurs ont été élevés dans les traditions islamiques, il y a un pas que je ne franchirai pas, mais la tentation est forte parce que les indices, multiples, vont tous dans le même sens !

Or, chez nous, en France, en 2011, l’inversion des valeurs est telle que ce que ces délinquants ont fait ce n’est plus une faute, c’est normal, aux yeux de tous les complices de ceux qui se préparent à assassiner nos filles, famille, voisins, journalistes, psys, juges…

Parce que c’est d’un assassinat qu’il s’agit. Qui peut imaginer que la victime pourra un jour retrouver le sommeil, pourra un jour nouer une relation amoureuse sereine avec un homme, pourra un jour élever paisiblement des enfants après ce qu’elle a subi ?  

Mais tout cela ne mérite, paraît-il, que deux à trois ans de prison ferme, et seulement pour une poignée de violeurs… sans compter les remises de peine !

Je pense à ces féministes d’antan qui réclamaient la castration pour les violeurs.

Je ne peux m’empêcher d’imaginer un commando d’amazones qui sodomiraient à coups d’objets contondants pendant un mois tous ceux qui osent dire que la victime « s’exprime avec son cul » et qu’elle a pu « ressentir un plaisir affectif », histoire pour eux de partager ce plaisir et d’apprendre à s’exprimer avec leur cul ! 

Je rêve même parfois d’un grand ménage dans la justice. Peut-on m’en vouloir ?

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

21/06/2011

Egypte: après les chrétiens, ils massacrent les élevages de porcs des Juifs…

Mais ces gens sont de véritables malades ! Irrécupérables ! Et ça veut instaurer la charia en Occident?

Qu’ils continuent ainsi; il y a de la monnaie à rendre…

FDF

.

 

Charia

 Vidéo choc du quotidien indépendant Al-Masri Al-Yom sur le massacre des porcs appartenant aux chrétiens en Égypte:

*** 

L’abattage systématique des porcs ordonné par le gouvernement égyptien a été qualifié de mesure aux relents anti-coptes par une célèbre militante égyptienne pour la protection des animaux.

Sheikh ‘Othman, du ministère égyptien des biens religieux, est l’auteur d’une fatwa déclarant que les porcs qui vivent aujourd’hui originent des Juifs, et doivent par conséquent être abattus. Les télévisions arabes relaient fréquemment des enseignements affirmant que les Juifs sont les descendants des singes et des porcs.

 

 

 

***

 

LE CAIRE  – Vidéo choc sur le massacre de porcs en Egypte

 

Jugé inutile pour lutter contre la grippe porcine, le massacre des porcs se poursuit en Égypte et avec cruauté, comme le montre une vidéo choc diffusée sur internet.

 

C’est par centaines que des cochons sont jetés dans des bennes, tassés à coups de barres de fer, puis tués chimiquement avant d’être enterrés dans la chaux, selon cette vidéo du quotidien indépendant Al-Masri Al-Yom. Vidéo ci-dessous:

 http://youtu.be/jwMIlw7rCSc

Mises en ligne ce week-end sur YouTube, ces images ont déjà été vues par 25.000 internautes, suscitant des opinions horrifiées et des réactions indignées de dignitaires musulmans ou coptes.

 

Alors qu’aucun cas de grippe porcine n’a été recensé sur son territoire, l’Égypte est le seul pays au monde à avoir décrété début mai l’élimination d’un cheptel d’environ 250.000 porcs.

 

Cette mesure n’affecte que la minorité chrétienne copte, les musulmans ne consommant pas la viande de porc jugée impure par l’Islam. Pour l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle n’est pas scientifiquement justifiée.

 

Des intellectuels arabes, chrétiens ou musulmans, ont accusé le régime de Hosni Moubarak d’avoir composé avec l’opposition islamiste des Frères musulmans qui faisait campagne contre les élevages de cochons « en terre d’Islam« .

 

« Les Coptes victimes de la grippe sans avoir été contaminés », a écrit l’écrivain marocain Tahar Ben Jelloun, pour qui le gouvernement égyptien a clairement agi « sous la pression des islamistes« .

 

Pour Salama Ahmad Salama, l’un des plus célèbres éditorialistes égyptiens, c’est « la stupidité humaine davantage qu’une maladie des porcs » qui explique cette décision du pouvoir en Egypte face à une crise virtuelle.

 

A ce débat sur une mesure que le gouvernement a justifiée en invoquant le principe de précaution, alors que sévit la grippe aviaire en Egypte, s’ajoute désormais une controverse sur l’extermination cruelle des porcs.

 

Dans la vidéo, le maire adjoint de Kachkous, près du Caire, Mohamed el-Mougharbil, précise que des produits chimiques sont déversés sur les animaux entassés dans des camions, provoquant lentement leur mort.

 

Ali Chaabane, le chef de la décharge où ils sont enfouis, le confirme. « Les cochons sont recouverts de produits chimiques, on les laisse pendant 30 à 40 minutes jusqu’à ce qu’ils meurent puis on les jette dans la fosse ».

 

Mais au ministère de l’Agriculture, on dément la mort par voie chimique. « Ce sont des désinfectants, les cochons sont égorgés avant d’être enterrés« , affirme à l’AFP Saber Abdel Aziz Galal, chef du département des maladies infectieuses.

 

Pourtant, dans la vidéo d’Al-Masri Al-Yom, les cochons jetés dans la chaux ne présentent aucune trace de sang. D’autres photos obtenues par l’AFP montrent des cochons ensanglantés, éviscérés mais non égorgés.

 

Interrogé par l’AFP, le cheikh Salim Mohammed Salim, chef du conseil des fatwas de l’université Al-Azhar, estime que tuer ainsi un animal est « strictement interdit par l’Islam ». « Quel qu’il soit, y compris un porc! ».

 

Un reportage publié dans l’hebdomadaire gouvernemental Al-Ahram Hebdo dénonce la pagaille qui règne à Bassatine, le grand abattoir du Caire où les porcs doivent être mis à mort, au rythme de 1.200 par jour.

 

« Seuls les mâles sont tués conformément aux règles », note la journaliste Heba Nasreddine, alors que « les petits porcs et les truies sont assommés avec une barre de fer et on les laisse saigner jusqu’à ce qu’ils meurent ».

 

Une pétition pour demander au gouvernement égyptien de mettre fin « à la tuerie brutale » des porcs a aussi été mise en ligne sur « Care2 ».

Source: http://www.pointdebasculecanada.ca/

22/12/2010

“Plus personne ne parle librement de la question de l’islam”*…

Normal, c’est devenu punissable par NOS propres lois… En revanche, brûler des voitures et des drapeaux français, c’est du désoeuvrement. Brandir des drapeaux algériens sur le sol de France, c’est une manifestation de joie des mêmes jeunes désoeuvrés.

FDF

.

*Ces propos sont de Michèle Tribalat (Michèle Tribalat est une démographe française à l’Institut national d’études démographiques).

.

Vidéo: http://rutube.ru/tracks/3900034.html?v=4491e3d2ca9a43f188d7b8fcedc59b41

 

 

07/10/2010

René Galinier, abattu, craint maintenant de mourir en prison…

Cette situation est tout simplement honteuse! Pourquoi tout cet acharnement sur René Galinier? On le garde en prison pour « sa sécurité », paraît il? Il est malade; gravement. On veut l’y faire mourir, c’est cela?

FDF

.

BEZIERS

A l’annonce de son maintien en détention, René Galinier a accusé le coup. Et il craint de ne jamais sortir de prison. Sauf les pieds devant. « Maintenant, ils ne me lâcheront plus », a confié le septuagénaire à l’un de ses codétenus, ajoutant : « J’ai le cœur qui ne tiendra pas. » René Galinier est en effet gravement malade – il souffre d’un cancer de la prostate et a besoin de soins réguliers, ce dont Michèle Alliot-Marie, le ministre de la Justice, et Nicolas Sarkozy, le président de la République, ont été informés dès le mois d’août, quelques jours après son incarcération.

Alors que René Galinier est mis en examen pour « tentative d’homicides volontaires » pour avoir tiré sur les jeunes femmes qui cambriolaient son domicile, celles-ci ne sont, à notre connaissance, toujours pas poursuivies par la justice française. L’une de ces deux Tsiganes, Marina P ., a même quitté la France sans être inquiétée pour repartir dans un pays de l’Est européen, alors que, âgée de 21 ans, elle n’a même pas l’excuse de minorité. Rappelons que la chambre d’instruction de la cour d’appel de Montpellier a rejeté hier la demande de libération de René Galinier au mot qu’« une mise en liberté pourrait aussi susciter l’incompréhension dans l’ethnie d’origine des victimes et faire craindre des représailles à l’égard du mis en examen ».

Marina P. étant partie, la justice doit craindre la vengeance de la famille et des proches de l’autre « victime ». Il s’agit de Sanela M., toujours hospitalisée à Béziers et qui n’est âgée que de 11 ans…

A l’initiative de son comité de soutien local, une marche silencieuse aura lieu samedi prochain 9 octobre à partir de 14 h 30 dans son village de Nissan-lez-Enserune (Hérault), et le Comité Galinier, qui assure la coordination des actions au niveau national sous la direction de Richard Roudier, prépare des actions pour les prochains jours. Richard Roudier, également président de la Ligue du Midi, a pris la parole hier après-midi devant la maison d’arrêt de Béziers où est incarcéré René Galinier (vidéo ci-dessous).

Quant à l’appel lancé hier par neuf députés de la Droite populaire contre cette décision de justice « inique », elle vient d’être signée par deux autres députés de la majorité présidentielle, Lionnel Luca (Alpes-Maritimes) et Philippe Vitel (Var).

Le blog de soutien à René Galinier, c’est ici.

Pour rejoindre le groupe Facebook demandant sa libération, c’est là.

et pour la vidéo de la manif devant la prison c’est par là http://fr.novopress.info/68855/exclusif-%e2%80%93-rene-galinier-abattu-craint-maintenant-de-mourir-en-prison/

25/09/2010

Ce con de Cortex serait-il jaloux de ce con d’Abdul X ?

On ne va pas faire de jaloux. Les deux dans la même cage; ils pourront « chanter » ensemble.

C’est la guerres des connards chez les sous-merdes haïssant la France, la police et les français… Mais foutez nous ça en tôle, une bonne fois pour toutes! Ces mecs nous provoquent, sans cesse. Et ça ne n’indispose notre justice pas plus que ça. Par contre, ça médiatise grave.

En revanche, prononcez le mot « bougoules » en parlant d’immigrés du Maghreb et c’est la garde à vue immédiate puis la prison. Des associations spécialisées sont là pour vous enfoncer et vous extorquer un maximum de dommages et intérêts d’une part pour enrichir ces « chances pour la France » et d’autre part pour remplir les caisses des-dites associations déjà fort bien subventionnées avec l’argent des contribuables Français.

Vous y comprenez quelque chose, vous, les sous-chiens?

En attendant, j’invite ces deux chimpanzés à essayer de m’emmerder comme ils le font avec Fdesouche… Je vous attends de pied ferme, les tafioles du « rap ».

FDF

.

Dans une vidéo , le « rappeur » Cortex fait une véritable crise de jalousie à Fdesouche.com. Nous ne parlerions plus de lui… Avantagerions-nous son alter-égo Abdul X ?

La vérité est que nous n’avons pas du tout apprécié que Fdesouche.com ne soit pas mentionné dans le dernier tube de Cortex. La “star du web” de la cité des Pyramides (Essonne) sait ce qu’il lui reste à faire s’il souhaite que nous revenions à de meilleurs sentiments à son égard. A bon entendeur, salut.

http://www.youtube.com/watch?v=TdHmi7JqoO8&feature=player_embedded

René Galinier: le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme prend la tête d’un groupe de parrainage.

La résistance s’organise autour de René Galinier. Et elle va certainement s’accentuer jusque que justice soit faite. M. Galinier n’a rien à faire en prison!

FDF

.


Alors qu’une nouvelle demande de remise en liberté sera examinée par la justice le mardi 28 septembre, le Comité Galinier entend accélérer ses actions sur le terrain.
A ce jour, une trentaine de manifestations ou de rassemblements se sont déroulés sur l’ensemble du territoire, d’autres vont bientôt avoir lieu comme à Nevers, Lunel, Annecy ou encore Marseille.

Après les prises de position en faveur du « Papy », des députés Christian Vanneste et Lionnel Luca, cette affaire a provoqué un événement peu banal, à savoir la visite du député Elie Aboud au Centre pénitentiaire de Béziers en application de l’article 719 du Code de procédure pénale qui stipule :

« Les députés et les sénateurs ainsi que les représentants au Parlement européen élus en France sont autorisés à visiter à tout moment les locaux de garde à vue, les centres de rétention, les zones d’attente et les établissements pénitentiaires. »

Le Comité Galinier espère que cette démarche sera suivie par un grand nombre de représentants du peuple.

Malgré le silence assourdissant de la classe médiatique, certains journalistes courageux commencent à s’intéresser à cette affaire à l’image d’Eric Zemmour qui a consacré sa chronique à René Galinier, le jeudi 23 septembre sur RTL.

Enfin, le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme vient de confirmer qu’il acceptait de prendre la tête du Groupe de parrainage René Galinier.Parce que demain cela peut aussi vous arriver, parce que cette « affaire Galinier » est exemplaire du sort réservé au peuple de ce pays, nous invitons tous nos concitoyens, quelles que soient leurs opinions politiques, à nous rejoindre dans ce combat pour la liberté et le droit.

Liberté pour Galinier !

CONTACT : Bloc Identitaire
BP 13
06301 NICE cedex 04

email-petit : info@bloc-identitaire.com
telephone-petit : Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
telephone-petit : Service Communication : 06 78 79 31 81
internet-petit : www.bloc-identitaire.com

24/09/2010

La lettre de René Galinier à son comité de soutien…

Encore heureux qu’elle n’ait pas subi la censure des gardiens de la prison où René Galinier est incarcéré… Bon; « on » a attendu un peu avant de lui remettre la lettre du comité de soutien, mais ça, c’est « de bonne guerre » dans tous les établissements pénitentiaires…

FDF

.

http://www.liberezrenegalinier.com/2010/09/la-lettre-de-rene-a-son-comite-de-soutien/

20/09/2010

Montauban: du sursis pour les Roms voleurs à Leclerc-Sapiac !

De nouvelles « chances pour la France »… Ca change. Mais ceux-là, on n’en n’a pas peur: on les expulse; enfin, on fait semblant… Niveau justice, ils sont traités comme les autres sous-merdes issus de l’immigration: on ne les fait pas trop ch… Lamentable… La préférence non-nationale bat son plein. Et on s’étonne, on hurle au racisme. Le racisme, il est provoqué. Et ce ne sont pas nous, les « sous-chiens » qui le sommes le plus…

Comme disait je ne sais plus qui: « on ne nait pas raciste; on le devient ». Pas con…

FDF

Une grosse partie du vol avec effraction  avait été récupéré une heure après  / Photo DDM,  J. Décatoire

Une grosse partie du vol avec effraction avait été récupéré une heure après / Photo DDM, J. Décatoire

Dernier volet (pour l’instant) de l’affaire du cambriolage de la réserve du centre culturel du Leclerc Sapiac. Il avait pour cadre hier à 15 heures la salle d’audience du TGI. Dans le box et sous escorte le trio venu des Carpates arrêté par une patrouille dans l’heure qui suivit le déclenchement de l’alarme. Pour les assister un artisan roumain bilingue. Le président Birgy rappela les faits forts simples. Escalade du toit au moyen d’une échelle trouvée au magasin de bricolage contigu, découpe de la toiture après sondage, descente vers les réserves. Remontée du butin au moyen de cordes etc. C’est l’interrogatoire des prévenus qui est plus révélatrice. Marian Voïta le Roumain est revenu joindre son frère carreleur à Toulouse depuis dix ans. Il lui a emprunté le fourgon.

Une route des roms subventionnée ?

Mais les deux autres cités à la barre : Stoïca et Settili sont des Roms. Le premier a débarqué lundi en bus à Toulouse dans le squat où se trouve déjà une quarantaine de Roms. Son objectif se faire expulser et repartir avec la prime de 300 € qui équivaut à trois mois de salaire chez lui. Le second est arrivé d’Espagne avec des motivations financières similaires. Puis il y a eu cet engrenage qui permet de revendre des objets de larcins, ce qui est mieux que la mendicité. Les trois arrêtés ne sont que la moitié de l’effectif engagé dans ce casse. Pierre Vignolles au nom du ministère public évoquait des situations de misère, mais réclamait de la prison un peu ferme (un mois) et beaucoup avec sursis (trois mois). Les avocats des prévenus eux tentaient d’obtenir la relaxe. Celui du Roumain stigmatisant le contexte clanique des coïnculpés au cas où de la prison ferme serait prononcé. L’avocate des deux Roms elle concédait qu’elle ne se faisait pas d’illusion sur l’avenir de ses clients et même n’éludait pas l’hypothèse du retour. L’interprète rassurait les trois prévenus pas trop au fait du fonctionnement d’un tribunal et qui croyaient être maintenus en détention.Après les réquisitions du vice-procureur. Après une quinzaine de minutes de délibérations le président Birgy rendait le verdict. Reconnus coupables, les trois auteurs et acteurs de ce cambriolage étaient condamnés à six mois de prison avec sursis. Ils retrouvaient la liberté après un ultime crochet par Beausoleil pour y récupérer leurs effets.

Source: http://tinyurl.com/39hwsod

Regardez les com…

Suisse: un militant d’une association musulmane acquitté d’appel à la violence !

Bientôt en berne, le drapeau suisse…

Tiens? Ils ont droit à la liberté d’opinion, les suisses? Ca doit pas être mal, ça… Ah oui, c’est pour les immigrés? Ah bon; j’ai eu peur…

Le mec, il soutenait la charia… Acquitté! Allez soutenir en public la préférence nationale, en France, par des petites manifs comme les « apéros Républicains »… On a eu le cas récemment. Certaines préfectures ont timidement accepté; d’autres ont carrément refusé; sous la pression des islamistes et ceux qui les soutiennent (Bobos-gauchos, SOS Racisme, MRAP, etc…).

En France, comme en Suisse, dirait on, ce sont les immigrés qui commandent.. Dingue, non?

FDF

.

FDF

Le secrétaire d’une association musulmane bâloise qui avait soutenu à la télévision l’introduction de la charia en Suisse et les châtiments corporels a été acquitté vendredi. Il était accusé d’incitation au crime et à la violence.

Dans un reportage diffusé en avril par la chaîne alémanique SF, ce Suisse de 33 ans avait notamment justifié les coups infligés aux femmes « désobéissantes ». Il avait en outre qualifié de « punition sensée » le fait de couper des mains. Un membre de l’UDC avait alors porté plainte.

Devant la Cour pénale de Bâle-Ville, le militant s’est défendu en affirmant que ses propos avaient été sortis de leur contexte lors du montage du reportage. Le président du tribunal n’a pas partagé ce point de vue, estimant que les déclarations du secrétaire étaient « sans équivoque ».

Mais les déclarations du prévenu n’étaient pas punissables pour autant, selon le juge, car elles sont protégées par la liberté d’opinion. L’accusé n’a en outre incité personne à mettre en pratique ce qu’il soutenait. Il n’a fait qu’émettre un souhait.

La Cour n’a donc pas suivi la procureure qui réclamait une sanction de 120 jours-amende à 50 francs avec sursis. Elle a relaxé le prévenu, comme le demandait la défense.

Source: http://tinyurl.com/328jjpz

18/09/2010

Dieu fasse que René Galinier ne finisse pas comme Gaston Malafosse…



Il y a quelques années de cela, dans le sud, se suicidait quelqu’un comme toi
Après avoir travaillé toute sa vie, la racaille il ne la supporta pas
De se faire justice lui même, il décida.
Et en prison, il succomba

Aujourd’hui, Monsieur Galinier, vous avez été écroué
Pour avoir simplement défendu votre foyer
Face à deux malfrats qui voulaient vous voler
Ce que durant votre vie vous aviez accumulé

Homme du peuple, homme simple et généreux
Vous êtes aimé de tous dans le village, surtout de vos aïeux
Mais deux délinquants ont ruiné votre vie à tout jamais
Et vous avez été obligé de sortir le fusil, de tirer.

Ce geste, jamais vous ne l’auriez fait
Si ce continent ne marchait pas à l’envers
Ce geste, vous ne l’auriez pas réalisé
Car vous saviez que ça vous conduirait tout droit en enfer

Mais Papy, vous avez eu le courage et la sérénité
Pour mettre en joue ceux qui ont voulu vous spolier
De tous les biens pour lesquels vous avez travaillé
De toute cette petite richesse que vous vous êtes constituée

Papy, la jeunesse rebelle vous soutient
Car elle ne supporte pas de voir subir les siens
Sans arrêt dans la misère, sans arrêt dans la galère
Pour à la retraite finir derrière des verrous si austères.

Papy, derrière vous les Identitaires d’Europe font Bloc
Quand votre incarcération a été maintenue ce fut le choc
Et désormais, de Nice à Paris, et de Lyon au Trégor
Nous n’aurons de cesse de défendre votre liberté au bout de nos efforts

Ce petit message vient tout droit de notre cœur
Et votre liberté, fera notre bonheur
Car vous êtes l’exemple même de cette décadence
De ce que la justice est aujourd’hui en France

Et Papy Galinier, il faut que vous sachiez
Que vous n’êtes pas le seul, à être condamné
Pour vous être défendu, pour avoir protégé
Ce que toute votre vie, vous avez amassé

Aujourd’hui, le petit blanc d’Europe, sans force, sans volonté
Ne peut fermer sa porte, à tous les étrangers
Et jour après jour, agressions après agressions
Il laisse les autres lui prendre ses nations.

Nous, jeunes rebelles, fiers d’être européens
Nous ne laisserons jamais crever les nôtres
Et jusqu’à notre dernier souffle nous vous soutiendrons
Monsieur Galinier, victime d’un pouvoir de la déraison.

Jeune Identitaire, tu te sens si différent, si fier
Tu as envie d’agir pour ta terre
Alors aujourd’hui, quelque chose de concret,
Viens agir, en faveur de Papy Galinier


18 septembre 2010

Il y a cinq ans, Gaston Malafosse se donnait la mort à la prison de Béziers. Le documentariste Matthias Barbier lui a consacré un film, Gaston. Bouleversant. « Il aurait dû partir », dit un témoin. Partir de chez lui pour laisser la place à ceux qui ne sont pas chez eux. Abandonner les siens à la racaille…

A Bessan, dans l’Hérault, le 21 juillet 2005, Gaston Malafosse, un retraité de 61 ans, sort de chez lui, pistolet au poing. Il blesse cinq personnes dont une mère de famille et quatre jeunes d’origine marocaine. Il est alors arrêté et placé en détention provisoire à Béziers. Deux jours plus tard, en prison, il se suicide dans sa cellule. Le samedi 30 juillet 2005, 3000 personnes défilent dans Bessan afin de rendre un dernier hommage à « Gaston. »

Une équipe de tournage est retournée sur les lieux du drame. Loin d’être un hommage, ni au mort ni aux rescapés, le film retrace le fil des événements à travers les témoignages des différents acteurs : villageois, mairie, amis, parents, « jeunes »… Mais plus encore, c’est un portrait de la France d’aujourd’hui qui s’esquisse, au fil des témoignages courageux des habitants qui racontent la peur quotidienne qui s’est instaurée dans ce paisible village de 4000 habitants. Le film laisse la parole à tous, « jeunes » et anciens. On y voit ce qu’aucune chaîne de télévision ne pourrait diffuser à une heure de grande écoute, c’est-à-dire le fossé béant entre les « de souche » et les enfants d’immigrés, l’échec flagrant de l’intégration à la française, la faillite de la République, la désintégration de la société française…

Novopress.info, 2010

Selon que vous soyez Ghabbour ou Galinier…

En France, on s’arrange avec la honte, comme aimait à le dire Coluche…

FDF

.

Affaire GALINIER:

MIDI LIBRE du 15/09: confirme son maintien en détention! Quant aux deux jeunes cambrioleuses Rom, elles sont devenues « deux intruses entrées par effraction dans son domicile ». « Gravement blessées » par les coups de fusil du septuagénaire (cambriolé pour la quatrième fois) d’aprés la télévision, elles sont, en fait, depuis longtemps sorties de l’hôpital.

Monsif Ghabbour quant à lui,  l’un des deux responsables des émeutes de Grenoble, est libre comme l’air, libre notamment de récidiver. Brice Hortefeux avait pourtant déclaré à Grenoble (Le Dauphiné Libéré du 18 juillet) que « les voyous et les délinquants n’ont pas d’avenir car la puissance publique finit toujours par l’emporter »! En effet: René Galinier croupit en prison, Monsif Ghabbour est libre!!!


Lisez, faites suivre l’article ci-joint, paru dans RIVAROL du 10 septembre 2010.

Petite leçon d’immoralité…

On ne vise personne…

FDF

.





18 Septembre 2010

« Pour ne pas aller en prison il vaut mieux être un jeune braqueur de 25 ans (avec tentative d’homicide) déjà condamné à 7 reprises, que d’être un retraité de 73 ans, cambriolé à 3 reprises ! »

.

Chacun sait bien que le trouble à l’ordre public vient d’abord des retraités qui ont eu une vie de travail honnête que de jeunes voyous armés qui n’ont rencontré le travail que par hasard… chez les autres.

Le maintien abusif du retraité de Béziers en prison ne peut s’expliquer que par des considérations, qui n’ont rien à voir avec l’objet invoqué…

.

Lionnel LUCA
Député des Alpes-Maritimes
Vice-Président du Conseil Général
Des Alpes-Maritimes


Source: http://tinyurl.com/2vrvkwf

17/09/2010

Honteux! Le braqueur présumé d’Uriage reste en liberté !

Elle est belle, la Justice, elle est belle… Cette décision est tout simplement une confirmation de l’immunité désormais légendaire dont profite la racaille; et SEULEMENT la racaille. Multirécidiviste, le mec! Et on le laisse libre. Tout le travail effectué par la Police tombe à l’eau. Très encourageant pour nos forces de l’ordre… Un jour, les policiers en auront marre de se battre contre des moulins à vent. Ca commence déjà, d’ailleurs.

Faites vous « piquer », vous, en bon « sous-chien » que vous êtes, à rouler sans ceinture… Vous m’en reparlerez. A moins que vous n’ayez le…………….. « bon nom« ……………..

FDF

.

17/09/2010

Le parquet avait fait appel de sa mise en liberté sous contrôle judiciaire. La justice a confirmé, en appel, la décision de première instance.

La Cour d’appel a rendu son verdict. Tu parles d’un verdict…

Le braqueur présumé d'Uriage reste en liberté

AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT

Monsif Ghabbour reste en liberté surveillée. La cour d’appel de Grenoble a confirmé ce jeudi la mise en liberté sous contrôle judiciaire du second braqueur présumé du casino d’Uriage. Le parquet avait fait appel de cette décision controversée du juge des libertés et de la détention.

Ce dernier avait décidé le 2 septembre dernier de ne pas écrouer Monsif Ghabbour, 25 ans, soupçonné d’avoir braqué le casino d’Uriage aux côtés de Karim Boudouda, mort dans une course-poursuite avec la police. Mort qui avait provoqué trois jours de grandes violences urbaines dans le quartier de la Villeneuve. Déjà condamné à sept reprises, Monsif Ghabbour est mis en examen pour « vol avec arme » et « tentative d’homicides volontaires » contre des policiers.

La décision de le libérer sous contrôle judiciaire jusqu’au procès avait provoqué un tollé chez les syndicats de policiers, soutenus par le gouvernement. Les magistrats avaient opposé le principe d’indépendance de la justice.

Source: http://tinyurl.com/2dz3oke

08/09/2010

Le député Lionnel LUCA défend papy Galinier injustement maintenu en prison…

septembre 8, 2010

Communiqué Lionnel Luca: Justice : 2 poids…

Sans doute vaut-il mieux être un récidiviste braqueur de casino comme à Uriage, que d’être un retraité de 73 ans, détenu en prison à Béziers depuis un mois pour avoir voulu protéger une vie de travail et peut-être …sa vie.

L’argument évoqué de « mettre fin au trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public » paraît bien caduc et c’est au contraire son maintien en détention, incompréhensible pour l’opinion comme pour sa famille déjà suffisamment traumatisée, qui va devenir un véritable trouble de l’ordre public.

Monsieur René Galinier ne mérite pas cette indignité au regard d’une vie de travail pour sa famille et pour notre pays qu’il a servi et qui bénéficie du soutien de tout son village et bien au-delà.

Lionnel LUCA

Député des Alpes-Maritimes

Vice-Président du Conseil Général

Des Alpes-Maritimes

Nous rappelons la  lettre ouverte au Président de la République et à la Garde des Sceaux de Chantal Macaire de Riposte Laïque.

lundi 23 août 2010, par Chantal Macaire

Je me permets d’attirer votre attention sur l’affaire René Galinier, qui n’est pas sans soulever de grandes interrogations tant sur la manière dont fonctionne la « justice » française, que sur le droit qu’a l’honnête citoyen de défendre ses biens et sa personne. Mettons en regard ce fait divers avec un autre, qui s’est produit quelques jours plus tard :

- deux jeunes filles s’introduisent chez René Galinier, manifestement pour le voler. Il tire sur les cambrioleuses, et se retrouve en prison.

- des individus pénètrent dans un bureau de tabac à Montpellier, manifestement pour s’emparer de la caisse ; la jeune buraliste n’est pas armée : la malheureuse est tuée à coups de couteau…

Qui peut dire ce qui serait arrivé à René Galinier s’il n’avait pas tiré ? Personne…

Est-il acceptable que le représentant du Parquet général de la cour d’appel de Montpellier, David Charmatz, affirme catégoriquement : « notre société ne peut pas accepter que de simples cambrioleurs, qui n’en veulent pas à l’intégrité physique des personnes, qui viennent pour une rapine de quelques centaines d’euros, perdent la vie parce que quelqu’un …a fait feu à deux reprises sur deux personnes qui ne le menaçaient pas. »

Monsieur Charmatz peut-il ignorer qu’il y a eu des retraités ligotés et torturés pour les contraindre à révéler l’hypothétique cachette de leur argent, que des femmes se sont montrées capables, dans ce genre d’affaires, d’autant de cruauté que les hommes ?

« La rapine de quelques centaines d’euros » ne vaut pas la mort des coupables, certes, mais vaut-elle la mort de la victime du vol, comme à Montpellier ?

J’imagine que, si la jeune buraliste avait tué son (ou ses) agresseur(s), on aurait le même discours : que le contenu d’une caisse ne vaut pas mort d’homme(s). Peut-être serait-elle, elle aussi, en détention pour « trouble à l’ordre public » !

Mais c’est la jeune femme qui est morte pour « quelques centaines d’euros » ! Qu’en dit la justice ? Elle n’en dit rien, parce que tout est « en ordre » : le ou les délinquant(s) vivants et la victime au cimetière !

En tout cas, la détention de René Galinier suggère que l’honnête citoyen n’a pas le droit de se défendre avant d’avoir dûment vérifié que les cambrioleurs en veulent à son intégrité physique, c’est-à-dire, en termes clairs, une fois qu’il est trop tard pour lui…

Il faudrait, Monsieur le Président, une prise de position claire de l’Etat et une réponse précise sur ce point : selon la loi, faut-il que l’honnête citoyen coure le risque de mourir plutôt que de tirer sur un cambrioleur en train de commettre son forfait (et dont il ignore s’il est armé et ses véritables intentions) ?

Par ailleurs, je suis effarée de constater le « 2 poids 2 mesures » dont use la justice, elle qui devrait être d’une équité irréprochable !

Comparons en effet les deux cas suivants :

• en mai 2009, trois individus de 24 et 25 ans tirent à la Kalachnikov -une arme de guerre- sur un fourgon de police lors d’un guet-apens à La Courneuve. Ce n’est pas leur premier délit : ils ont déjà été condamnés pour des vols.

Estimant que leur maintien en détention n’est « plus nécessaire » aux investigations et que les trois prévenus disposent de garanties de représentation suffisantes (sic !), la cour d’appel de Paris les remet en liberté…

en août 2010, un homme de 73 ans, qui n’est pas fiché par les services de police et qui est victime pour la troisième fois d’un cambriolage, tire sur deux voleuses qui se sont introduites chez lui par effraction. Il n’y a pas de risque de récidive, le prévenu offre toutes les garanties de présentation devant la justice ! Mais, pour l’avocat général Laurent Bebon, ces « deux tentatives de meurtre …troublent à l’évidence l’ordre public, parce que notre société ne peut pas accepter que de simples cambrioleurs… perdent la vie » : le papy est donc maintenu en détention !

Scandaleux, à mes yeux et à bon nombre de français qui s’expriment sur Internet, de constater que, pour un avocat général, le délinquant n’est pas celui qui trouble l’ordre !

Car vous admettrez que la conclusion qui s’impose, c’est que, quand on tire à la kalachnikov sur des représentants de l’ordre, quand on vole, il n‘y a pas « trouble à l’ordre public », mais qu’il y en a uniquement quand on tire sur ceux qui ont pénétré par effraction chez soi !

Pourquoi le Ministère de la Justice laisse-t-il toute latitude aux avocats généraux et autres magistrats qui dépendent de lui, et n’exige-t-il pas une certaine cohérence dans l’application de la loi ?

Enfin, que pensez-vous de magistrats qui ne respectent pas le secret de l’instruction puisque le président de la chambre d’instruction, Alain Lienard, se croit autorisé de citer les propos de René Galinier pendant sa garde à vue : « J’étais en danger, j’avais peur… j’étais en danger avec cette sale race, je suis devenu raciste… on est obligé de s’armer… si la justice faisait son boulot… » ; de magistrats qui ne respectent pas la présomption d’innocence et ont déjà jugé René Galinier coupable, puisque David Charmatz déclare : « Nous ne nous trouvons pas, en l’état du dossier, en situation de légitime défense » « notre société ne peut pas accepter que de simples cambrioleurs… perdent la vie ». Ces pratiques, qui remettent en cause le fonctionnement normal de la justice, sont contraires à la déontologie inhérente à la charge de magistrats …

Si la justice française avait à voir avec la Justice, elle remettrait René Galinier en liberté et prendrait des mesures vis-à-vis des magistrats précités…

Chantal Macaire

Enregistrer au format PDF

Source: Riposte Laïque

Ne gardez pas votre rancoeur pour vous seul, réagissez immédiatement, c’est la nouvelle façon de vote, votre enveloppe c’est la nouvelle urne.

Action SITA : imprimer, poster - La nouvelle façon de voterhttp://directdemocratie.wordpress.com

On applique la bonne vieille méthode SITA inspirée par Amnesty International: envoi d’un courrier, dans une enveloppe timbrée, par la poste ( http://tinyurl.com/6r4fsu et http://tinyurl.com/592ezu)

Quoi mettre dans l’enveloppe?

Cet article en version PDF que l’on peut imprimer à partir de la page obtenue en cliquant sur le logo PDF juste en-dessous du nom de l’auteur Chantal Macaire (2 ou 3 pages car la page 1 n’est pas utile)

A qui envoyer les courriers?

A Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la république dont l’adresse postale se trouve en bas de cette page: http://www.elysee.fr/ecrire/ . Ce courrier est dispensé d’affranchissement.

A Madame Alliot-Marie, ministre de la Justice et des Libertés dont l’adresse postale est indiquée à cette page:http://lannuaire.service-public.fr/services_nationaux/administration-centrale-ou-ministere_172234.html

ATTENTION: pas d’insultes ni de menaces  dans ce courrier. Ceux qui se laisseraient aller à de telles pratiques le feraient sous leur entière responsabilité.

Vous avez une enveloppe, un timbre alors vous avez le……………… P O U V O I R ………de dire son fait à toute personne publique. C’est la nouvelle façon de voter;c’est efficace:tinyurl.com/C44RVR

05/09/2010

Encore? Une septuagénaire passée à tabac par deux jeunes filles !

L’une est dehors, l’autre l’est aussi (condamnée à de la prison avec sursis)… L’injustice atteint des sommets. Je pense que là non plus, on peut avoir les noms de ces deux conasses? Juste pour info…

FDF

.

Les faits se sont déroulés le 1 septembre à Bordeaux. Une dame âgée de 73 ans fait tranquillement ses courses. Brusquement, elle est stoppée par deux jeunes filles qui l’agressent. La première la fait chuter au sol, la seconde lui arrache violemment son sac. Suite à cet épisode, la vieille dame s’est vu prescrire deux mois d’interruption temporaire de travail (ITT – valable également pour les retraités).

Les agresseurs – deux soeurs âgées de 16 ans et de 19 ans – ont été interpellées et ont reconnu les faits. Déférée le lendemain de l’agression devant le parquet de Bordeaux, la mineure est ressortie libre. L’aînée, elle, a été condamnée à six mois de prison avec sursis.

Cette agression a suscité une grande émotion parmi les habitants. En effet, les deux soeurs habitent dans le même quartier que la victime.


Source: http://tinyurl.com/2c89x3k

04/09/2010

René Galinier toujours en prison: grand rassemblement de soutien le 8 septembre à Paris.

La Ligue du Midi/Les Identitaires du languedoc-Roussillon

Richard Roudier prendra la parole lors du grand rassemblement de soutien à:


Le mercredi 8 septembre à 20h face au Palais de Justice de Paris, sur l’Ile de la Cité.

.

http://blocidf.rsfblog.org/archive/2010/09/02/liberte-pour-papy-galinier.html

Signez, faites signer la pétition du C.E.P.E : http://fr.novopress.info/64691/richard-roudier-president-de-la-ligue-du-midi-exige-la-liberation-de-rene-galinier-et-le-retour-aux-fondamentaux-de-la-legitime-defense/

30/08/2010

Justice: Ils encourent 30 ans de prison… le tribunal les condamne à 2 ans et 3 ans…

Elle est pas belle, notre Justice? Pas étonnant que la récidive soit autant prisée…

FDF

.

30 août 2010

Quatre ans. C’est la peine – partiellement assortie d’un sursis – dont ont écopé, hier, deux hommes qui, en juillet 2009, avaient séquestré, ligoté, violenté  et menacé d’un couteau leur victime afin de lui extorquer plusieurs milliers d’euros.

Les comparses n’en étaient d’ailleurs pas à leur coup d’essai. Forts d’un casier judiciaire déjà bien fourni, ils avaient déjà commis ensemble un cambriolage en décembre 2008, pour lequel ils seront condamnés, le 15 mars dernier, à six mois d’emprisonnement.

Mais le 10 juillet 2009, ils décident de monter d’un cran dans leur logique délinquante. Après avoir préparé leur coup, acheté corde, cagoules et autres ustensiles, ils se rendent ce matin-là au domicile de leur victime. (…)

Pendant deux heures, ils s’acharneront à lui extorquer ses économies, en le menaçant d’un couteau pressé sous la gorge, selon la victime.

Pour ces faits, les deux hommes encouraient les assises et 30 ans de réclusion criminelle. Mais ils ont finalement été requalifiés en délits d’extorsion en bande organisée, exempts des circonstances aggravantes caractérisées par l’usage de la violence et d’une arme.

En détention depuis juillet 2009, ils risquaient tout de même une peine maximale de dix ans de prison, hier, lors de leur jugement devant le tribunal correctionnel. C’est finalement à quatre ans d’emprisonnement que Belbecir et Wazin ont été condamnés, assortis respectivement d’un an et deux ans de sursis avec mise à l’épreuve (…).

Source: http://tinyurl.com/268urxd

.

Merci à DG pour l’info…

23/08/2010

Soutien à René Galinier: réunion publique le 26 Aout.

Ca, je diffuse… Pour que l’injustice reprenne sa place à l’opposé de la Justice.

FDF

.

23 août 2010

Réunion publique organisé par le Comité de soutien à René Galinier à la salle JP Balayé du centre socio culturel à Nissan-lez-Enserune le 26 aout à 18h00.

Soyez y en nombre.

Nous comptons sur vous. René Galinier compte sur vous et votre soutien.

Source: http://tinyurl.com/38zgg9w